Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Toute sexualité est harcelante, celle des hommes comme celle des femmes"

Spécialiste de l’intimité masculine, le psychanalyste Jacques André explique pourquoi pouvoir rime souvent avec harcèlement. Il dit aussi comment l’inconscient, politiquement incorrect, reste imperméable au raisonnement.

 

Harvey Weinstein, Tariq Ramadan et, ces jours, près de chez nous, le conseiller national démocrate-chrétien Yannick Buttet. Trois hommes de pouvoir à qui la carrière sourit, ou plutôt souriait, avant que leur profil de prédateurs sexuels ne soit dévoilé.

Mais comment, se demande-t-on, comment des êtres programmés pour le succès et qui ont tant travaillé pour atteindre le sommet peuvent-ils prendre le risque de tout perdre en se rendant coupables de harcèlement ? Est-ce que la réussite joue un rôle dans cet appétit de domination ? Et, si tout se passe au-delà de la raison, quelle pourrait être la solution pour diminuer le nombre de ces mufles qui confondent pouvoir et droit de cuissage ?

 

JPEG - 28.8 ko
Jacques André

 

Le psychanalyste Jacques André, auteur de La Sexualité masculine, répond, mais n’est pas très optimiste. Car, dit-il, « l’inconscient est politiquement incorrect et la sexualité fondamentalement harcelante ». Entretien.

 

Le Temps : Jacques André, comment expliquer que réussite professionnelle rime souvent prédation sexuelle ?

Simplement parce que tout pouvoir est affaire d’érection. Regardez le poing levé des anarchistes ou le salut des fascistes. Chaque fois, l’expression d’une puissance collective prend les traits phalliques d’un pénis au garde-à-vous. Il y a une complicité profonde, une continuité entre sexe et pouvoir. Et cette complicité s’exerce aussi lorsque l’ascension est individuelle. Un homme qui gagne, ce n’est pas un homme qui sacrifie sa libido pour obtenir ce qu’il convoite. C’est un homme dont la libido est stimulée par sa réussite.

 

D’accord pour les pulsions, mais la raison ne devrait-elle pas dicter à ces « winners » souvent brillants un comportement qui les protège de la disgrâce collective ?

Bien sûr, sauf que la raison est congédiée dans ce genre d’exercice ! L’inconscient ne connaît pas de limite et ignore totalement les précautions. On se souvient de DSK et de son avenir tout tracé pour devenir président de la République française. Au moment où ce politicien de talent trousse les femmes de chambre dans les grands hôtels, il n’est pas l’homme public, mais un pervers soumis à la réalisation de son fantasme. À ses propres yeux, dans ces instants-là, il est tout-puissant, au-dessus de la loi, inaccessible.

« Depuis trente ans que je fais ce métier de psychanalyste, j’ai connu des femmes qui, publiquement, se battaient pour la parité et le respect entre les sexes et qui, dans le secret de l’alcôve, avaient besoin d’être humiliées pour avoir du plaisir »

On parle aussi d’autodestruction inconsciente pour ces géants qui dressent eux-mêmes le piège se refermant sur eux. Quel est votre point de vue ?

Il y a bien sans doute une pulsion destructrice dans leurs actes. De toute manière, toute sexualité est harcelante. Dans tout acte sexuel cohabitent la jouissance et la violence. Ce sont les deux faces de la même pièce. Et c’est vrai pour les hommes comme pour les femmes. Depuis trente ans que je fais ce métier de psychanalyste, j’ai connu des femmes qui, publiquement, se battaient pour la parité et le respect entre les sexes et qui, dans le secret de l’alcôve, avaient besoin d’être humiliées pour avoir du plaisir.

 

Comme un hiatus entre leurs convictions et leurs fantasmes ?

Exactement. Je me souviens par exemple d’une militante féministe convaincue qui racontait ne jouir vraiment que lorsqu’elle couchait dans des hôtels glauques, assouvissant ainsi un fantasme de prostitution. Dans cette période de redressement de torts, on oublie souvent que la sexualité des femmes n’est pas plus politiquement correcte que celle des hommes. Si les cas de harcèlement sexuel sont majoritairement masculins, c’est simplement parce que lorsqu’un homme abuse d’une femme, il est en train de vérifier la puissance de sa sexualité. À ce titre, on pourrait dire que la fragilité de l’érection est le problème de l’humanité depuis la nuit des temps. Les inquiétudes sur la virilité ont l’âge de la virilité.

[...]

Comment expliquer cette chasse aux harceleurs qui saisit le monde occidental ?

Elle est liée à la libération d’une parole publique des femmes et c’est une bonne chose. Mais c’est aussi une immense hypocrisie. Car si l’on voulait vraiment respecter la gent féminine, on cesserait séance tenante le commerce des films pornographiques qui, à 90%, montrent des femmes en situation de soumission. La masturbation de l’homme seul devant son écran lui permet de maintenir une domination que la réalité sociale lui refuse. C’est sans risque pour lui. Avec cette vague de dénonciations et ce climat de méfiance, la vapeur ne va pas s’inverser. On peut dire adieu à la drague spontanée, ce qui est bien dommage. Elle va être très certainement remplacée par la rencontre en ligne qui permet à chacun de se protéger.

Lire l’entretien entier sur letemps.ch

 

Les femmes russes sont-elles soumises ? Antoine répond :

 

Preuve que les choses ne sont pas claires, une femme peut se revendiquer féministe dans le champ social et être complètement soumise dans le champ intime.

« Je suis féministe et adepte de la soumission »

Et ce qu’il se passe sous les draps d’Anastasia n’a rien à voir avec ce qu’elle pense, au fond d’elle, de ce que c’est qu’être une femme qui se revendique féministe. La soumission au lit et les idéaux d’égalité entre les femmes et les hommes ne sont pas incompatibles. Explications.

Girls : Quelle est votre vision du féminisme ?
Anastasia  : Pour moi, être féministe, c’est promouvoir l’égalité des sexes (et non la supériorité des femmes sur les hommes, qui est tout aussi sexiste que l’inverse, par définition). Mais il s’agit de pouvoir être tout ce que nous sommes sans restriction due à nos chromosomes. Cela implique de mettre en valeur nos différences également, en tant qu’individu et non en tant que sexe. Et enfin, être féministe pour moi, c’est penser qu’être égaux ne veut pas dire être similaires.

Dans votre couple, comment se manifeste la soumission au lit ?
Je suis plus passive que mon copain, je prends moins d’initiatives (aussi parce qu’on se connaît bien et qu’on sait ce qu’on aime). C’est lui qui a les choses en main. Cela se traduit aussi par attitude générale : beaucoup plus sûr de lui, moins gentil en apparence, un peu plus brutal, me donne des ordres, m’empêche de bouger, garde le contrôle. Pour lui, me soumettre, c’est surtout avoir mon corps en son pouvoir, et ça passe par ma satisfaction.

La presse en ligne regorge de ces témoignages de fausses féministes. Le Plus de L’Obs s’en est fait une spécialité. Il est vrai qu’il s’adresse à un public de bourgeois et de bourgeoises de gauche qui tient un discours très hypocrite sur le sujet...

 

Femmes, soyez soumises à votre mari...

Annabelle évoque « l’ordre divin » dans la relation hommes/femmes :

Sexualité, école et soumission,
sur Kontre Kulture

 

Harcèlement, soumission et hypocrisie, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • le salut romain repris par les fascistes n’a pas de connotation phallique.On présentait ainsi sa main ouverte pour montrer qu’elle ne portait pas d’arme en signe de paix.

     

    • Un niveau d’interprétation n’exclut pas l’autre : toute surrection, toute érection est phallique, "yang".


    • Mouais, nous revoilà encore revenu à Freud. Et si tout simplement, au lieu de réduire obsessionnellement toutes choses à la seule sexualité ; tout pouvoir, et pas seulement politique, était une ascension (vient du substantif latin ascensio - action de monter - qui vient lui-même du verbe ascendere (ad-scandere) qui signifie monter vers) Une analogie aurait suffit. Comparaison n’est pas raison.


  • Les femmes non soumises n’existent pas. Même dans un couple homosexuel, il y a une soumise et une dominatrice ... Le féminisme est une stratégie du capital pour des desseins que nous connaissons tous ici, mais qui peuvent tous se résumer sous : "diviser pour mieux régner" !

     

    • "Il y a toujours une soumise et une dominateur" (ou l’inverse) Pour le reste, tout dépend de ce que vous mettez derrière ces mots. Et là, il y a une infinité d’interprétations possibles. Plus juste et plus simple aurait été de dire : Dans l’amour, comme d’ailleurs dans beaucoup d’autres choses, il y a toujours une relation actif/passif.


  • On oublie de dire que toute cette violence est purement culturelle, ce n’est pas une fatalité inhérente à l’etre humain, ce sont nos société qui sont profondément tordus à ce sujet depuis longtemps. On peut imaginer une société ou les hommes et les femmes se retrouverait par simple attirance biologico-affective, il n’est pas écrit que l’homme à besoin de perversion pour bander.

     

    • C’est le pouvoir, l’ambition, qui dévient sur la perversion, comme dit le psy.
      Et du coup tout le monde baigne là-dedans dans un monde matérialiste, et les femmes, par complémentarité, acceptent le jeu de la soumission.
      Çà doit venir de notre culture occidentale fondée sur la dualité, la séparation.

      Alors que dans le Tantra asiatique justement (ok c’est pas notre culture), il n’est pas question de rapport de force, mais plutôt d’harmonie et d’élévation spirituelle...
      Ce qui est d’une autre qualité, puisqu’il s’agit d’une conciliation des principes féminin et masculin...


    • Entièrement d’accord... Francis Cousin nous éclaire pas mal sur ce sujet d’ailleurs ! Ce que décrit ce psychanalyste est assez juste, mais quand il dit que toute l’histoire de l’humanité est érigée sur le phénomène de l’érection, il oublie de préciser "dans le développement de nos sociétés marchandes", car cette manière qu’a l’homme issu des sociétés de l’avoir d’être par trop perturbé par son érection et la femme par son pouvoir de séduction, est une grande caractéristique de l’homme aliéné, tout gonflé de son importance et tout préoccupé de son ascension sociale. J’ai toujours été marqué par le peu de démonstrations de séduction qui émanait des communautés primaires, et qui pourtant, soit dit en passant vivent souvent dans une certaine nudité. Que serait l’horloge biologique de la reproduction humaine, débarrassée de ces insatiables pulsions sexuelles issues de notre culture de l’exteriorité ? Un temps certainement beaucoup plus apaisé, joyeux et vibrant.


    • J’ai eu l’occasion de fréquenter des communautés naturistes.
      Il y a quelque chose d’incroyablement apaisant à voir la beauté d’un corps dans sa nudité avec un regard dépouillé de perversion, la ou rien n’est caché , il ne reste que la beauté.

      Il faut respecter notre culture et notre pudeur, mais fondamentalement, l’ordre naturel voudrait que l’on ne se cache pas tant.


  • Lorsqu’il y a de la soumission dans un couple, d’un côté ou de l’autre, c’est que le couple a du plomb dans l’aile .Ou alors un côté masochiste dans le couple .Sinon, la soumission dans tous les domaines, c’est horrible, inhumain .

     

    • et bien non c’est le contraire. C’est le monstre à deux têtes qui ne mène à rien. Dans toute entreprise, il faut un chef. Le compromis ça n’existe pas. Si vous voulez mener à bien votre mariage, votre famille, il faudra un chef.
      Dans la plupart des couples modernes, càd en mode "copains", c’est la femme qui domine (le mari ne s’en rend même pas compte, mais le plus souvent il vit la vie de sa femme). Libre à ces couples de bien fonctionner ainsi, ils ont au moins le mérite de démontrer que vous avez tord. Dans les couples plus traditionnels, c’est la femme qui vit la vie du mari.

      Quant aux divorces, ils sont généralement le fruit de la rupture de cette cohésion dominant/dominé : Le dominé va se chercher un autre dominant, et/ou le dominant n’a plus le goût de dominer. Mais en aucun cas il s’agit d’un refus de ces justes rapports, car on ne se décrète pas dominant ou dominé, les choses se posent d’elles-mêmes, avec suffisamment d’harmonie, pour peu qu’on ait affaire à des adultes bien élevés et pas des narcisses bouffis d’idéologie qui ne construiront jamais rien.


    • @Tetar 1er
      Si vous voulez mener à bien votre mariage, votre famille, il faudra un chef.

      Une famille, ce n’est pas une tribu, ni une entreprise, en tout cas pas chez moi, car il n’y a jamais eu de chef, mais des responsabilités communes, et quand nous voulons décider quelque chose d’important nous le faisons à deux, mais en aucun cas je me permettrais ou j’imposerai quoi que ce soit, ou soumettre une quelconque décision .Il faut un respect mutuel .On ne m’impose rien, et je n’impose rien . Cela fait 30 ans que ça dure .


    • Un adulte sait faire la part des choses, on peut être soumis et dominant par jeu dans l’intimité, et retrouver son indépendance psychique sortie de la chambre à coucher.


  • Il y a jouir et jouir... N’être capable de jouir qu’au travers de mises en scènes relève de la perversion et n’est pas du tout épanouissant, dans la mesure où ça renforce l’égo. Allez courage !

     

    • L’égo n’est pas le problème. Le problème c’est l’égo aliéné, nuance !

      Comment voulez-vous vous débarrasser de votre égo ? Tout le monde en a un, c’est l’amour de soi (au sens estime de soi, l’honneur... pas le nombrilisme actuel), mais si vous considérez qu’il est un problème c’est parce qu’on vous culpabilise sur celui-ci.

      L’égo perverti et aliéné, C’EST le résultat de l’individualisme - idéologie agissant contre l’individu. Le coeur de la Matrice.
      Enfin il me semble.


    • @réGéneration
      Je ne dis pas qu’il faut évacuer l’égo. Comme vous le dites, il est là, il faut faire avec. Une relation sexuelle, qui est le dévoilement de l’intimité la plus profonde, qu’elle soit émotive, psychologique ou physique, a d’autres buts il me semble que la simple satisfaction de l’égo. S’il elle ne va pas au-delà, elle devient pathologique pour l’être.


  • "par crainte du Seigneur" nous dit Mayung Li, encore cette phobie catholique du Dieu vengeur...

    Peut-être que les plus cochonnes se trouvent chez les cougars de la France Insoumise :p

     

    • Je tiens quand même à vous préciser que c’est bien cohérent avec la croyance catholique de l’existence de l’enfer et du paradis. Par le jugement dernier individuel du lieu de "résidence" éternel, Dieu accomplit la justice.


    • @le prieur
      Le dieu que vous adorez n’est pas capable d’assumer sa propre création, vous adorez une déité moindre, chassez Yahvé de votre coeur avant de vouloir le chasser de France.
      Le paradis et l’enfer sont des envers, pas des endroits, concept de niveau maternelle. Ne croyez jamais les hommes quand il s’agit d’éternité, ils ne connaissent pas le sujet.


  • C’est clair qu’on a vraiment beaucoup de mal à imaginer le haut de la pyramide se compromettre en se livrant à des crimes ;-)

    Aah, la professionnalisation de la "femme russe", c’est merveilleux, des voyages de formation en Turquie, aux Émirats... des stages linguistiques à Londres.. mdr

     

    • F ; Delavier est un des rares à en parler intelligemment , de leurs rapports aux hommes, de leurs mode de fonctionnement etc...


    • Oui, j’ai un peu suivi son propos général, et sur les slaves en particulier, mais la culture russe (tchèque, slovaque, bielo ou ukrainienne) n’est pas la culture polonaise, par exemple.

      Je connais bien la Pologne, elle est très peu concernée par la prostitution, la traite des blanches, les arnaques "sentimentales" ou la pornographie. D’ailleurs, il n’y a pas vraiment de "mafia polonaise", ce qui est pour le moins particulier compte tenu de leur vigueur et de leur efficacité (voir Europe/USA).


  • On peut remplacer "ordre divin" par "ordre symbolique" s’opposant à "ordre économique" rejoignant par là les fines et abondantes analyses de Baudrillard sur ce sujet.


  • "Toute sexualité est harcelante, celle des hommes comme celle des femmes"
    _ !!
    Belle inversion accusatoire dans le titre ! Quel déni.

    C’est comme mettre sur le même niveau la négrophobie et le "racisme anti-blanc".
    Votre haine des femmes se traduit par cette obsessions de consolider non la différence mais l’inégalité entre le “masculin” et le “féminin”.

    Combien d’hommes meurent sous les coups de leur femme tous les mois mois ?
    A part cette tapette masculiniste qui s’est fait aligné par une lesbienne (hi hi !) devant un bar gay friendly et qui a porté plainte !

    Il faut demander à votre Psychanalyse hétéro-normative pourquoi ceux qui prétendent avoir des couilles ont si peur des "faibles femmes" ! Hihi !

    Signé un homme. (je devrais pas le préciser parceque à part les masos d’Antigones, elles doivent pas être nombreuses à vous lire. Soral devrait relire avec Cerise ses couirs de socio sur la construction social et lire le Freud de Onfray Le crépuscule d’une idole ; on pourrait dire des Mâles.)

     

    • On a là un sacré client en terme d’’abrutissement.


    • Pensez vous sincèrement que la "négrophobie" est plus répandue que le racisme anti-blanc ?

      Combien d’hommes, par exemple, meurent par suicide à cause d’une femme qui les a brisés affectivement ? Combien dans le sens inverse (très nettement moins c’est la réponse) ?


    • Je suis bien d’accord pour dire que quand une femme rompt avec un homme ou qu’elle le "friend-zonise", c’est à l’homme que revient la faute car il n’a pas su être assez séduisant et viril.

      Mais concernant les femmes battues ou trompées (je rappelle que seuls 20 % des hommes baisent 80% des femmes) je pense qu’il faudrait se poser cette question-ci : pourquoi une femme préfère-t-elle se mettre en couple avec un homme qui la trompe, voir qui la bat et pourquoi reste-t-elle avec lui quand il y a tant d’hommes seuls qui galèrent, qui seraient à plat ventre devant leur gonzesse par peur de se retrouver seul, qui savent faire la cuisine ou le ménage (on peut être célibataire et pourtant bien tenir sa maison ou son appartement) ? Je commence à en avoir plus que marre de voir le projecteur n’éclairer que la moitié de la scène.
      En France, à l’heure actuelle, ce sont les femmes qui ont voix au chapitre, pas les hommes : si elles se choisissent un mauvais compagnon, c’est en premier lieu à elles qu’il faut le leur reprocher.

      On sait tous très bien que ce sont les hommes qui collectionnent les coucheries et les histoires plus ou moins longues qui sont attirants, on sait très bien que le mec viril (parfois viril jusqu’à la violence destructrice) a plus de chance de ne pas terminer seul que le "gentil garçon" que ces mesdames préfèreront garder comme "meilleur ami" qu’autre chose. On est pas en Arabie-Saoudite, on a pas à pleurer sur les privilégiées. On veut bien leur laisser leur "liberté", mais qu’on ne nous ôte pas celui de dire les choses franchement.


    • @ultramarrant

      "No money, No honey", c’est pas du tout une question de virilité ou d’intelligence.

      Et me faites pas dire que "les femmes sont toutes des putes", car c’est le Système qui s’est substitué aux lois naturelles, c’est donc systémique, et au-delà du pognon, c’est surtout leur soutien inconditionnel au "progrès" qu’il favorise.

      Le mâle représentant la force mécanique, la lutte, l’extériorité, mais surtout un distributeur d’"ADN DIY, BIO" il est aujourd’hui dangereusement ciblé....

      Ça fluidifie les rapports, c’est plus "corporate".


  • #1857079

    Le sexe, les rapports sexuels, c’est de la bestialité.

    Tu la montes, la p’tite chienne.
    Dire le contraire, c’est mentir.

     

    • Il y a aussi moyen de faire ça face à face, c’est pas désagréable non plus.


    • #1858136

      Oui, @ Joss :
      face à face, il parait que c’est civilisé, et que comme ça, au moins, on ne serait pas des animaux.

      Faisons plutôt un compromis : une bonne fessée, avant : ça, c’est civilisé, c’est humain.
      C’est l’instruction anglaise, la rigueur de l’éducation.

      Elle aura bien été réchauffée, elle est prête, à quatre pattes.
      Et le foutre ressort mieux sur des miches cramoisies...

      Toujours ce plaisir visuel, maléfique, le péché, Satan !
      Tiens, je vais aller me crever un oeil, en pénitence...

      Mais j’en garde un sur son p’tit cul.


  • On ne fait pas plus soumise qu’une féministe. Soumise à un effet de mode, il n’y a rien de pire que la pseudo-rebellitude dans le vent. Être féministe c’est aussi débile que d’écouter la daube qui passe à la radio ou de voter pour Macron.

     

    • Tout à fait, c’est un peu comme les rappeurs d’ailleurs.
      En règle général ce sont le plus souvent ceux qui s’autoproclament rebelles, insoumis, libérés, et émancipés qui sont les plus soumis à l’oligarchie ou la puissance du système et de sa capacité à imposer la soumission.


  • La description pratique est juste pour la plupart d’entre nous, mais en revanche, la conclusion matérialiste (le titre de l’article) est complètement fausse et n’est qu’un sophisme :

    Le fait que des milliards d’individus fassent une chose n’implique pas que cela soit "fondamentalement dans la nature de l’homme", c’est juste vrai en pratique, pour une majorité de gens conditionnés, c’est tout. C’est le conditionnement généralisé mondialement + dans le temps, qui donne des comportements inadéquats, et un conditionement n’est pas la nature de l’homme.

    Ainsi, il est possible de sublimer les énergies sexuelles - car c’est une énergie - et de la faire monter au coeur, ce qui fait que la sexualité dans ce cas là se résume à un don fort, mais discret, de soi. (et non à un harcèlement).
    Et arrivé là, l’homme s’apercevra que c’est sa vrai nature, qu’il n’est plus esclave d’une énergie sexuelle ou autre, qu’il est libre, et n’aura naturellement plus tendance à harceler l’autre, ni dans une relation, ni au travail, ni nulle part.

    Voilà, c’est une question d’évolution, allons donc vers notre vrai nature.

    (car dire arbitrairement : "beaucoup de personnes tuent, donc c’est "fondamentalement" dans la nature humaine", n’est qu’un mensonge matérialiste pour maintenir l’homme dans la bassesse et dans les idéologies capitalistes, communistes et autres. Toutes les manipulations, quoi. La réalité est que l’homme doit chercher la liberté intérieure et sublimer les énergies, afin de ne plus en être esclave. C’est dans toutes les traditions spirituelles !)


  • "Femmes soyez soumises à vos maris"
    Si mon mari est soumis aux lois divines je veux bien me soumettre à lui.
    S’il ne l’est pas, pas question de me soumettre à lui ! Comme disait Jeanne d’Arc : "Dieu premier servi" !

     

    • La force et l’autorité qui en découle sont l’apanage de l’homme, mais la douceur et la persuasion sont les véritables armes des femmes. Les féministes sont des idiotes. Elle veulent concurrencer les hommes sur un terrain sur lequel elles sont perdantes, parce qu’elles ne sont pas équipées, ne serait-ce que musculairement, pour lutter. Elles en oublient tout ce qu’une femme peut retirer d’avantages à être simplement douce et honnête, loyale et mesurée. D’autant que les femmes sont libres de nos jours de choisir leur partenaire. À elle de ne pas choisir un gros blaireau. Surtout qu’elles ont du choix... Les hommes honnêtes et courageux ne manquent pas. Il suffit d’être assez prévoyante pour anticiper ce que le caractère du conjoint donnera dans vingt ans avec famille à charge et responsabilités. La vraie question est : cette personne est-elle susceptible de vieillir à mes côtés ?
      Quant à l’injonction religieuse "femmes, soyez soumises à vos hommes", on oublie souvent qu’elle marche avec celle-ci : "hommes, soyez justes et mettez tout en oeuvre pour le bien de votre femme et de votre famille". Et si l’homme devait ne pas le savoir, la femme dispose de toute une panoplie d’outils pour parvenir à trouver son compte. Si ses désirs sont honnêtes, légitimes, raisonnables et non égoïstes comme trop souvent aujourd’hui, et si sa conduite est douce et qu’elle est habile avec les armes qui lui ont été données, elle ne devrait pas trop avoir à souffrir d’une soumission au mari qui souvent dissimule un rapport de force bien plus complexe...


  • La description pratique est juste pour la plupart d’entre nous, mais en revanche, la conclusion matérialiste est complètement fausse et n’est qu’un sophisme :

    Le fait que des milliards d’individus fassent une chose n’implique pas que cela soit "fondamentalement dans la nature de l’homme", c’est juste vrai en pratique, pour une majorité de gens conditionnés, c’est tout. C’est le conditionnement généralisé mondialement + dans le temps, qui donne des comportements inadéquats, et un conditionement n’est pas la nature de l’homme.

    Ainsi, il est possible de sublimer les énergies sexuelles - car c’est une énergie - et de la faire monter au coeur, ce qui fait que la sexualité dans ce cas là se résume à un don fort, mais discret, de soi. (et non à un harcèlement).
    Et arrivé là, l’homme s’apercevra que c’est sa vrai nature, qu’il n’est plus esclave d’une énergie sexuelle ou autre, qu’il est libre, et n’aura naturellement plus tendance à harceler l’autre, ni dans une relation, ni au travail, ni nulle part.

    Voilà, c’est une question d’évolution, allons donc vers notre vrai nature.

    (car dire arbitrairement : "beaucoup de personnes tuent, donc c’est "fondamentalement" dans la nature humaine", n’est qu’un mensonge matérialiste pour maintenir l’homme dans la bassesse et dans les idéologies capitalistes, communistes et autres. Toutes les manipulations, quoi. La réalité est que l’homme doit chercher la liberté intérieure et sublimer les énergies, afin de ne plus en être esclave. C’est dans toutes les traditions spirituelles !)

     

    • #1857331

      Cher Chercheur
      C’est très beau ce que vous écrivez.
      Sublimer ses pulsions sexuelles n’est pas à la portée du premier venu.

      Merci pour ces quelques lignes d’une immense profondeur spirituelle.


    • à "100 balles et un mars",

      Merci à vous, surtout. Ce que je j’ai exprimé vient des traditions spirituelles et religieuses.
      Vous savez, en effet c’est difficile de sublimer les énergies sexuelles, mais les traditions spirituelles du monde nous donnent des bonnes indications et nous fournissent une aide pratique considérable, sans parler des grands artistes qui élèvent le coeur et l’esprit...

      Bien à vous,


    • non, le sexe n’est pas une energie. N’importe quoi. Tu n’aura aucune aura spirituelle en te basant sur le sexe. La relation de couple est a separer du "sport", du combat, et de l’esprit gladiateur. Le sexe est materialiste par essence. Sinon, il en est de l’amour, de prime. Cela prouve que tu vois le monde comme une competition homme-femme. C’est idiot. Un homme est allie de la femme contre le Jehovah de l’ancien testament, suivi par les protestants. Tu devrais choisir une vraie religion, moins hebraique (materialiste) et en choisir une plus spirituelle... La sexualite est un plaisir charnel, physique. Elle n’est pas essentielle a l’epanouissement de l’homme. Elle en est juste un plus, lorsque l’on est amoureux. Considerer que c’est une energie, c’est considerer qu’il faut que tu sois satisfaite. Comme je ne demande pas a une femme de me satisfaire a outrance, elle n’a pas a me demander d’en faire plus. Si nous sommes rassasies, faisons d’autres choses ensemble. Quitte a attendre une semaine que le desir (malefique) monte.

      Et que tu ne dise pas que tu est athe, l’atheisme essaye d’imposer sa vision du monde aux autres, et est de par ce fait une religion Fran-maconne (vive mon clavier allemand, il fait des lapsus revelateurs...)


    • à Duck king,

      Monsieur, quand on ne sait pas de quoi on parle, on se tait, surtout si c’est pour dire des âneries énormes, sans savoir lire l’interlocuteur, qui plus est. Je soupçonne des trolls de venir semer la zizanie sur ER, ni plus, ni moins.

      Je ne me basais pas en l’occurrence sur les religions abrahmaniques (bien que leurs mystiques exposent aussi la même chose, les soufis, les mystiques chrétiens, la kabbale), je me basais sur l’Hindouisme et le yoga, le Bouddhisme et le Taoisme, et même l’alchimie spirittuelle, qui, tous, énoncent que la vie consiste à sublimer les énergies sexuelles de base, en énergie spirituelle, en amour pur inconditionnel et universel, et vers le Divin, donc. C’est une transmutation d’énergie, je ne vous ai jamais dit que le sexe était Divin, ou "qu’il fallait se baser sur le sexe".
      Je vous ai dit qu’il fallait sublimer, donc transformer, et non se baser sur le sexe.

      Vous prétendez parler "d’autres religions que celles abhramaniques", et vous ne savez même pas qu’elles parlent sans cesse de cela. Donc, vous n’en connaissez absolument rien.
      C’est la base, monsieur, et c’est pour ça que toutes les religions imposent le célibat, assorti de pratiques devant ouvrir le coeur, afin de ne pas gaspiller les énergies vitales et de les faire "monter".
      Vous avez même imaginé que j’étais athée, n’importe quoi, alors qu’il n’y a pas plus religieux que de stopper la sexualité, pour alchimiser les basses énergies, pour transmuter le plomb en or.

      En outre, si vous pratiquiez un minimum de méditation, et d’ascèse spirituelle, vous sentiriez les énergies sexuelles au bas de la colonne vertébrale, et vous les sentiriez monter le long de la colonne, changer, arriver au coeur, ce qui apure les nerfs, ouvre à l’amour envers tous, et permet une augmentation de la concentration, ainsi qu’un amour vers Dieu.
      Ce faisant, vous ne diriez pas que "l’énergie sexuelle n’existe pas" !
      Même les Chamanes dans les forêts connaissent la transmutation, même les aborigènes, etc etc, tout le monde connait ça.

      Bref, j’ai reprécisé ça, mais je ne répondrai plus aux posts non sérieux.


    • À "chercheur". Cher confrère :) sans vouloir être en opposition, d’accord ou pas d’accord (cela n’est essentiel que pour les gens peu subtils) je trouve intéressant de remettre en question le concept même d’énergie. Celà est même extrêmement éclairant si on s’intéresse à la nature de ce que les gens appellent Dieu. À la nature du mental lié à la relativité et... Au concept d’énergie. Ce concept est sacré pour le mental et aujourd’hui je sais pourquoi. Il est un pilier central. Cordialement


    • @ Chercheur

      Vous me faites rêver.


  • Merci monsieur Soral pour cette mise au point.

    Pour moi, la plus belle chose au monde restera toujours une belle paire de couilles bien pleines et prêtes à s’offrir à une femme.

    Pour les hommes qui veulent bien consommer bien sûr. Certains préfèrent se torturer à "ne pas donner". Encore merci pour ce superbe article.

    Longue vie à ER !! Vous êtes les meilleurs !! On vous aime !!


  • La perversion, c’est de voir/chercher la soumission/domination là où il pourrait n’y avoir que don de soi. Le don de soi, c’est l’abandon à l’autre, et à travers lui à quelque chose de plus grand, et cela n’est pas du tout synonyme de soumission. Mais bon, chacun vit la sexualité selon son degré spirituel...


  • Perso j’ai essayé le sexe propre, romantique, mais c’est pas bandant, on s’endort.
    Et je me suis fait plaquer.
    Depuis, ça va mieux. Je sors avec une fille assez féministe... mais en effet
    dans l’intimité elle aime quand même les claques sur les fesses.
    Le cul, c’est quand même un truc qui pue. Un truc assez violent. Si ça ne l’était pas on pourrait tout à fait montrer ça a des enfants.
    Parfois on peut aussi faire ça à la papa, sans presque faire bouger les draps.
    Mais ne faites que ça et c’est la fin du couple.

    Là aussi le rapprochement avec la bouffe est intéressant : on tue un porc pour fabriquer des andouillettes qui puent, on les fait rentrer tout ça dans notre panse, et on transforme tout ça en merde.
    Dit comme ça, c’est moche.
    Tout l’art consiste à mettre des mots, avant, et après, culinaires, artistiques,
    gustatifs, pour rendre ça joli.
    Mais si on voulait que ça soit uniquement joli, on se contenterait de sentir les effluves de framboises en se pâmant.

     

  • Les protestants auront beaucoup de mal a expliquer les raisons qui les pousse a suivre l’ancien testament... Si ils suivaient le nouveau, ils se révolteraient contre le temple. Sauf que eux-memes sont le temple...

    Le boss de fin de KoF 2000 a la tete d’Erdogan et est dans un temple, qui ressemble vachement aux structures modernes que l’on trouve dans les temples protestants en Allemagne, par exemple... Vous savez, ceux ou le gardien de moutons (pastir, pasteur, comme tu le sens) est habille en homme d’affaire genre costard-cravate...


  • et un pasteur est le fils de sa femme dans les pays slaves (fils de precedente unon, pastorak). Le protestantisme explique pourquoi les anglo-saxons sont les champions du divorce, des relations sans lendemain. C’est une doctrine bidon (pour rester poli)


  • J’ai rarement connu de nanas qui lorsque la température monte n’aiment pas être joueuse et se prendre quelques bonnes claques sur le cul accompagnées de quelques mots crus...Elles sont faites pour être prises et nous pour prendre, c’est la loi de la nature. Il ne faut juste pas confondre les jeux du sexe et la vie sociale, je fais chaque jour le baisemain à ma compagne et c’est pas d’hier, et jamais en ma présence elle n’a eu à ouvrir une portière de voiture qu’elle soit passagère ou conductrice et on a 20 ans d’écart. Elle m’a dit un jour, " la première fois que tu m’as fait le baisemain je ne savais même pas ce que c’était, aujourd’hui je sais ce que c’est la galanterie ; j’adore..." Un des plus joli compliment dans une vie de mec.

     

    • quand on dit "mec", c’est que l’on est soumis aux femmes. Ya que les femmes qui disent "les mecs".

      A moins que tu n’en soit une...
      C’est vrai que l’on voit cette expression aussi chez les "fags"

      BAAAAAAÂÂS LES MASQUES !!!


    • Tout ca n’est que "poudre de perlimpinpin", expression qui n’est plus homologuee depuis 1872, tout comme l’expression "mec", qui est une expression "gay friendly" ou feminine depuis a peu pres la meme date... genre "les mecs", typique feminine cette expression, n’en deplaise aux frustrees aux glaces Haagen-Dazs que l’on appelle "feministes", qui disent que masculin rime avec feminin.

      Tout le monde n’est pas un "fag"... Qu’on se le dise...


  • Cette soumission volontaire de la femme à son époux est clairement défini en islam, sans pour autant omettre les droits de l’épouse qui sont pour le coup réels et venants de Dieu, une garantie pour la femme d’être dans son droit et ne jamais oublier ses devoirs, idem pour l’époux. A mon sens le coran définit très bien comment doivent se comporter les époux. Je les entends déjà les dopés par l’amour superficiel et imaginaire. Croyez moi, il y a beaucoup d’amour et de respect dans les couples sincèrement musulmans, les musulmans pommés sont souvent ceux qui ont singé le model occidental


  • "le sexe peut libérer l’homme ou l’enchaîner" toujours aimé cette phrase depuis tout jeune. Il faut du temps et des années pour laisser se décanter les mots et les liens nous apparaître.


  • J’ai passe la quarentaine, ma femme ne me commande pas, mais je n’ai pas besoin de transformer notre quotidien entre scénario SM. Et je n’ai pas à la commander, on s’entend. C’est quoi ce délire de soumission au travail, au foyer, et au lit ? Votre femme, est la mère de vos enfants. Ce n’est pas votre esclave ménagère et sexuelle ! Je lis de plus en plus ça chez les jeunes natios, c’est sordide. Vous n’avez pas de couilles pour changer votre pays, je vais vous apprendre un truc, le problème n’est pas que les gonzesses n’avalent pas aussi bien que dans vos pornos sadiques. Le problème. C’est vous, vous êtes lâches, point ! Le jour où un courageux se sacrifiera, se sera différent. E&R a fait un article ou il se réjouissait d’avoir déculpabiliser les mecs de regarder du porno. Pour des pères la morale qui prônent les vraies valeurs, ça fait tout drôle... Le porno actuel à bousillé le cerveau de pas mal de gars. Le porno actuel est une escalade de scènes de viols, d’humiliations jusqu’ à la destruction sadique du corps féminin. Les actrices porno sont à 90% d’anciennes victimes d’incestes, abus pédophiles. On sait que ces victimes ont plus tard un sexualité désaxé. Il leur faut toujours plus Ford, plus violent, car on a tué en elles toute futur sexualité épanouissante. Donc elles acceptent tout et n’importe quoi ! Et les gars qui matent ça, prennent ceci comme "l’attitude de la femme par essence"... vous voyez le terrible contre sens ? Déjà en 30 ans, fellations et sodomies sont devenues banales. Donc de quoi se plaint on ? N’importe quel homme peut se faire son pti porno avec sa copine, qui accepterait sans broncher alors qu’avant, c’était non direct ! Essayer d’êtres des hommes, au lieu de geindre sur des femmes pas assez soumises. Ou changer de pays. France, ça vient de franc, " homme libre", et j’aime les femmes libres, et fortes, pas esclave s et soumises à de gros cons !

     


    • « J’aime les femmes libres, et fortes, pas esclaves et soumises à de gros cons ! »



      Pour la première partie elle acquiesse, mais pour la seconde, ce n’est pas ce que nous dit votre femme... (Boutade)
      La subtilité de la trame de l’article semble vous avoir échappé, où est tentée l’éxplication que coexistent l’aspect public du relationnel et son aspect privé, parfois (le plus souvent, même) antagonistes. Vous savez, l’éternelle histoire du gros caïd au boulot qui met les patins en rentrant. Cela vaut réciproquement, au masculin, comme au féminin. C’est à la fois de l’anthropologie et de la sociologie ; ici même, au sein de l’article, il est question de sexologie ; pas d’amour...



      « Votre femme, est la mère de vos enfants. »



      Et si tant est qu’elle ait lu « No Kids » et que l’alchimie de nos essences respectives trouvent son point d’équilibre et d’harmonie sur d’autres vecteurs que les vôtres, vous offrez consultation ou comment cela se passe, docteur ?



      Déjà en 30 ans, fellations et sodomies sont devenues banales.



      Devenues ?
      Il vous faudrait lire Vātsyāyana (Vème Siècle) puis faire un saut dans le village de Khajurâho et enfin de vous enquérir de visiter les Temples de Kandariya Mahadeva, Parsvanatha, Visvanatha et autres... Emmenez Madame, faites-lui découvrir le cosmos tantrique et c’est vous qui risquez d’être surpris... et de « devenir ».


    • "Vātsyāyana"
      Juste pour mémoire, il est resté célibataire toute sa vie.
      Parce qu’il avait tout compris, que ce soi-disant plaisir sexuel n’est qu’une illusion temporaire et n’apporte en définitive que la souffrance  !
      Mais pour ceux qui ne peuvent pas faire autrement que de s’y soumettre, il a écrit ce kamasutra pour minimiser les dégâts.


  • Le psychanalyste n’a rien compris politiquement et sociologiquement a ce qui est en train de se passer.Il croit qu’il s’agit d’un mouvement naturel de la société comme le dise les médias.Il est bien naif.Au lieu de passer son temps sur des livres,il ferait bien de regarder le monde autour de lui et d’essayer d’y reflechir par lui même.Un peu difficile pour un produit mental du système scolaire.Ils ont une règle inconsciente qui leur est férocement implantée,ne pas remettre en cause le système.

    Cette Annabelle est merveilleuse,un modèle pour toutes les femmes.


  • Quand la truie devient plus cochonne que le porc....le lard et le cochon se confonde fortuitement !!!...

     

  • Parallèle assez frappant ou coincidence signifiante disent certains, bien inspirés :
    http://www.vududroit.com/2017/12/vi...


Commentaires suivants