Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Haine de soi : comment être un homme féministe

Comment aller ensemble dans la bonne direction, après que les revendications féministes du 14 juin auront été formulées et – avec un peu de chance – écoutées ? Le Temps a donné la parole à trois experts de la masculinité en leur posant une question simple : que peuvent faire les hommes au quotidien ?

 

Sébastien Chauvin est professeur associé au Centre en études genre de l’Université de Lausanne

Aux hommes qui nous lisent, j’ai envie de dire : « Vous devriez vous intéresser à ces questions, car elles s’intéressent à vous ». Pour agir correctement, il faut d’abord prendre conscience de son privilège. Qu’on soit un homme sympa ou pas, on bénéficie des avantages associés à la discrimination envers les femmes, quand bien même on n’y participe pas personnellement.

« Il faut identifier son propre privilège et ne pas attendre d’être félicité à chaque initiative »

Je pense aux femmes qui renoncent à faire carrière, à cause du harcèlement sexuel ou de la culture de « boys’ club » dans tel ou tel milieu professionnel. Qui dit discrimination des unes dit privilège des autres ! Autre exemple : dans l’univers domestique, il ne suffit pas de partager les tâches. Les travaux sur la « charge mentale » ont montré que le seul temps n’était pas une bonne mesure du partage réel : si on se contente d’« aider » en laissant la charge aux femmes, aux mères et aux sœurs, alors les dés sont pipés. En outre, lorsqu’un homme s’efforce d’assurer davantage de tâches, par exemple liées à la parentalité, on a tendance à lui dire bravo et à le juger particulièrement vertueux. Cela alors que les mêmes tâches effectuées par des femmes sont perçues comme normales ! Partager réellement, c’est aussi accepter de ne pas être félicité.

[...]

Mélissa Blais est post-doctorante à l’Institut d’étude de la citoyenneté, Université de Genève, et codirectrice de l’ouvrage Antiféminismes et masculinismes d’hier et d’aujourd’hui, publié aux Presses universitaires de France.

La féministe Rebecca West disait : « Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson ».

[...]

« Il est crucial d’écouter les femmes, de lire les textes féministes, de désapprendre certains comportements, et de faire un travail sur soi-même »

[...]

Enfin, on ne dit pas suffisamment que les hommes doivent accepter de perdre, de la même manière que les patrons d’entreprise perdent du contrôle et du revenu lorsque les syndicats revendiquent de meilleurs salaires. En ce sens, les hommes doivent accepter de perdre notamment du temps de loisir puisqu’ils doivent accomplir plus de tâches domestiques.

Les hommes qui ne se sentent pas concernés par la question sont lucides : ils ont compris tout ce que le féminisme exigeait d’eux. Mais ils pourraient faire preuve d’empathie en s’érigeant contre les discriminations et les violences qui marquent la vie de tant de femmes. Sur une note plus optimiste, les hommes hétérosexuels qui s’intéressent de près aux luttes féministes sont susceptibles d’avoir une vie de couple plus épanouissante et une sexualité plus satisfaisante, comme le souligne l’étude menée à l’Université d’Indianapolis.

 

Francis Dupuis-Déri est professeur en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), auteur de La Crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace (Ed. Remue-ménage, 2018)

Les hommes pro-féministes devraient – je présume – écouter les féministes et agir en conséquence, être des des complices de leurs combats. Cela passe par exemple par les conversations en non-mixité masculine, quand les hommes se retrouvent seuls entre eux : il nous est possible de nous confronter à des hommes sexistes ou lesbophobes et de rompre des liens importants, inhérents à ce qu’on a appelé les « boys’ clubs », par solidarité avec les femmes et les féministes.

« Les hommes pourraient commencer par se confronter à d’autres hommes en relevant les propos sexistes qu’ils tiennent entre eux »

[...]

Je me demande : les hommes qui ne se sentent pas concernés n’ont-il pas une mère, des sœurs, une conjointe (s’ils sont hétéros) et des filles qui méritent un salaire égal et la fin des violences physiques et sexuelles, entre autres enjeux ?

[...]

L’antiféminisme s’exprime sur tous les fronts parce que les groupes dominants n’abandonnent jamais le moindre privilège sans résister, sans ridiculiser, sans mentir. Les féministes ont bien des luttes à mener pour que nous cédions enfin.

Lire l’article entier sur le temps.ch

 

 

 


 

Cet article de L’Express va faire trembler 95% des hommes...

 


 

La justice argentine a condamné un homme à indemniser son ex-femme en lui versant 8 millions de pesos – environ 173 000 dollars – pour les tâches ménagères qu’elles a faites pendant leurs 27 ans de mariage, a rapporté lundi la presse locale.

Cette femme de 70 ans, diplômée en économie, s’est consacrée à l’éducation de ses enfants et aux travaux du foyer pendant leur vie commune. « La dépendance économique des femmes vis-à-vis de leurs maris est l’un des mécanismes centraux à travers lesquels on subordonne les femmes dans la société », a expliqué la juge Victoria Fama.

La magistrate a fixé une « somme raisonnable pour rééquilibrer la situation économique disparate des époux ». « Après 27 ans de mariage, le prévenu l’a quittée alors qu’elle avait 60 ans révolus, âge auquel les femmes perçoivent la pension de retraite, se voyant privée d’accès au marché du travail », lit-on dans le jugement.

 

OK, on va faire plus le ménage mais c’est pas gagné pour tout le monde :

 

Il y a un mais, et les femmes pourraient bien en pâtir :

 

Les contradictions du féminisme, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

70 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2217869

    Si on doit se rabaisser et se brider pour être l’égal des femme alors c’est reconnaitre qu’elles sont inférieures... Par féminisme l’homme doit donc logiquement s’efforcer de rester égal à lui même.

     

    • #2217950
      le 13/06/2019 par eunuque macho
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      Pas mal comme réflexion !


    • #2217976

      Se rabaisser, c’est à dire ? Considérez-vous que faire le ménage rabaisse ? Que s’occuper de préparer le repas du soir ou de changer une couche rabaisse ?


    • #2218000
      le 13/06/2019 par André Pierre
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      @ caro

      Parce que les hommes ne savent pas faire tout cela ? Parce qu’un célibataire vit forcément dans un dépotoir, alors que n’importe qui connaissant un vieux garçon sait qu’il n’y a pas plus rigoureux, que ce genre de personne, pour ce qui est du nettoyage et de la cuisine ?

      Je commence à avoir de sérieux doutes sur le non-partage des tâches ménagères. Un homme, qui travaille à plein temps, et une femme, qui travaille à mi-temps, vivant sous le même toit n’abattront jamais la même quantité de travaux ménagers ... et ce sera facile après de se plaindre que l’une fait tout à la maison et pas l’autre.

      Le fait est que dans le cas où c’est l’homme qui est chômeur ou employé à mi-temps, là où la femme aurait un boulot qui l’occuperait plus de 40h par semaine, là, ce serait à l’homme de faire le nettoyage et la cuisine, ce serait normal ... mais ça n’arrive jamais ! Et pourquoi donc ?
      Parce que, les femmes ne se mettent jamais en couple avec un chômeur ou un travailleur intérimaire qui bosse à mi-temps et qui gagne peu...et surtout moins qu’elles.

      Vous, les femmes, vous choisissez de vous mettre en couple systématiquement avec des hommes qui ont plus d’argent que vous -> donc un travail mieux rémunéré que le vôtre -> donc un travail à plein temps, dont la durée est plus longue que votre travail -> donc, en moyenne, une obligation pour nous de consacrer plus de temps que vous à l’extérieur du foyer ... Et vous osez après venir vous plaindre qu’on ne fait rien à la maison...correction : qu’on n’a pas autant de temps que vous, en moyenne, pour faire quoi que ce soit à la maison ? C’est un peu du culot, ça !


    • #2218172

      Non mais madame, moi je ne fais pas la police dans les foyers... C’est à chaque couple de s’arranger selon sa situation.


  • #2217874

    Je retiens qu’en Argentine, les femmes peuvent prendre leur retraite à 60 ans.
    PS:amusant le bonhomme qui démarre l’aspirateur comme une tondeuse thermique !

     

  • #2217877

    Tout ceci est parler pour ne rien dire .Encore un sujet récurrent pour mettre les personnes les unes contre les autres .
    Il faut un peu de bon sens et comme cela tout fonctionne .ce n’est même pas le peine de se poser la question La connerie existe depuis la nuit des temps, c’est une question d’éducation .Nous sommes des êtres humains à part entière , chacun doit se respecter en évitant de vivre dans des cases .L’homme et la femme sont deux êtres complémentaires qui doivent vivre en harmonie avec le plus grand respect .Si cela doit s’appeler l’égalité, et bien tant mieux, mais il faut arrêter de se prendre la tête avec ces histoires de féministes dont on se fout, et certainement pas la haine de soi .À moins d’être mal dans ses baskets .

     

    • #2218157

      « L’homme et la femme sont deux êtres complémentaires » faux pas complémentaires mais supplémentaires : ils se suppléent l’un, l’autre.

      https://www.youtube.com/watch?v=kmB...

      Le couple dans sa construction biblique et son renversement.

      Attention, conférence complexe : faut s’accrocher, oublier ce qu’on a entendu, cru comprendre, assimiler et y revenir puis éventuellement prolonger par d’autres études tout en se fiant surtout à son expérience de vie afin que la maturation intérieure s’accomplisse.


  • #2217879
    le 13/06/2019 par La traversé.e.s du rectum en solitaire
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Maxime Ruszniewski doit être un mari exceptionnel , en string et tutu sexy pour le ménage, avec un peu de maquillage et les fesses à l’air pendant la vaisselle , pour exciter sa femme Anastasia 1 m 87 pour 96 kilos, routière, qui aime a lui mettre une main au cul pour le taquiner (geste d’amour entre nos deux tourtereaux)
    Leurs relations sont celles d’un couple moderne plein d’amour (qui a su progresser de ce patriarcat machiste d’antan)
    Maxime fait les courses et astique le plancher, tout en étant sexy et sensuel, pour Anastasia qui travaille dur, Maxime sait détendre Anastasia en lui faisant des massages et de petites danses et strip-tease, quand Anastasia rentre avec ses copines du BTP et du rugby
    On peut dire que Maxime est un homme moderne et progressiste
    Il lui tarde le jour ou il pourra lui aussi porter un enfant dans son petit ventre pour Anastasia
    C’est beau être féministe en 2019 pour Maxime Ruszniewski et il sait pardonner Anastasia ,quand celle-ci rentre ivre et lui défonce la gueule et le fion, c’est toujours un moment agréable pour se réconcilier dans un échange amoureux de concorde et d’amour Maxime n’est pas rancunier
    Maxime aime tant l’égalité, qu’il a acheté un gode ceinture a Anastasia, pour que leurs rapports ne soit pas stigmatisant
    Maxime & Anastasia n’aime pas les amalgames et sont aussi Charli-e-s
    C’est grand l’amour chez les Ruszniewski

     

  • #2217883

    Merci pour le rire (vidéo de l’homme qui fait le ménage, enfin qui essaie !)...C’est pour cela que j’interdis à mon mari de s’occuper de ça !!


  • #2217884

    Des milliers d’années d’évolution pour en arriver à.... ce machin !


  • #2217885

    Faute qu’aucune tragédie ne menace, on enfile les perles sur des sujets ultra périphériques et sans conséquence.

    Il faut dire que pour une Université spécialisée dans les sciences molles (le mot molle est à entendre dans toutes ses acceptions), il est bien plus facile de financer une chaire de psycho-pédagogo-anthrop-femino-genrisme que de promouvoir la recherche historique sur la IIème Guerre Mondiale.

    Bref, comme dirait de patron, attendons le "retour du réel", c’est a dire la crise majeure de survie (3 premiers grades de la pyramide de Maslow) et l’on verra ce qu’il restera de tout ces beaux discours de fiotasses.

     

  • #2217887

    L’homme à l’aspirateur.. Trop attendrissant !
    N’importe qu’elle femme au monde volerait à son secours..


  • #2217889
    le 13/06/2019 par eunuque macho
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    ...a expliqué LA juge Victoria Fama.
    Rien que ça montre que les femmes ont le pouvoir à travers la justice, peuplée à 95% de femmes ! Elle est où la parité ?


  • #2217894

    À la lecture de cet article, je rends grâce à Arnaud Gauthier-Fawas. Je me suis allègrement foutu de sa gueule après son passage chez Schneiderman, mais in fine, il a l’honnêteté d’admettre qu’il n’est pas un homme, contrairement à d’autres.


  • #2217896
    le 13/06/2019 par André Pierre
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    La justice argentine a condamné un homme à indemniser son ex-femme en lui versant 8 millions de pesos – environ 173 000 dollars – pour les tâches ménagères qu’elles a faites pendant leurs 27 ans de mariage



    Tout ce que les femmes vont gagner (à faire passer le non-partage des tâches ménagères à de l’excision), c’est tout simplement que les hommes vont s’intéresser à elles de moins en moins. Aujourd’hui, de plus en plus d’hommes pensent qu’ils trouvent bien plus leur intérêt et que ça coûte bien moins cher d’aller avec une prostituée qu’avec une femme "honnête".
    Le mariage est devenu, en cette période d’austérité généralisée, un substitut aux services publics défaillants (on demande à 50% de la population de faire vivre les 50 autres %).

    Une mesure toute simple pourrait être mise en place pour rééquilibrer la balance et encourager hommes et femmes à se parler de nouveau.
    Rendre optionnel le paiement des pensions alimentaires dans le cadre des divorces faits à la demande de la femme (sauf cas graves comme violences conjugales avérées).
    Si une femme décide de se passer d’un homme, elle doit aussi pouvoir se passer de son argent.

    On se dirige vers une génération d’hommes seuls qui se suicideront en masse, arrivée la cinquantaine (quoi de pire que d’être vieux et seul, même sans une mémère qui vous embête mais qui, au moins, donne encore un sens à votre vie ?) et une génération de femmes, elles aussi, seules à la cinquantaine-soixantaine, qui vont sentir très douloureusement ce qu’est la solitude et l’injustice de l’âge après des décennies d’abondance d’hommes.
    Une génération de vieux suicidaires et de vieilles dingues qui quémanderont la présence d’un homme qu’elles auront rejeté pendant des années mais qui se refusera à elle, juste par vengeance...ou par habitude du célibat forcé et par perte d’intérêt.

    Je ne pense pas qu’il puisse y avoir une "guerre civile" entre hommes et femmes, comme, on pourrait le craindre, entre "chrétiens et musulmans". mais on pourrait arriver à une situation moins destructrice et pourtant bien pire : une guerre des sexes froide, une guerre psychologique généralisée qui aboutira à autant de dégâts qu’une vraie guerre civile, mais sans qu’aucun coup de feu ne soit jamais tiré. Une guerre que tout le monde perdra (sauf vous savez qui, comme d’habitude, qui ont prôné cette guerre des sexes).

     

    • #2217992

      c’est vrai que des études ont démontré qu’un cheval qui mange tous les jours même s’il ne travaille pas revenait plus cher qu’un tracteur, même raisonnement pour un esclave et un salarié. Pour ce qui est de comparer le rapport qualité prix entre une femme et une prostituée (ou quelques radasses ramassées ici et là) la balance économique penche nettement en faveur de la prostituée. Mais il n’y a pas que ça ! les emmerdes, une passion sexuelle à gaz pauvre avec une chair que l’on connaît par coeur et qu’on ne désire plus, le coût extravagant des pensions après divorce etc. Et qu’on ne me parle pas de l’amour, sentiment artificiel qui asservit l’homme à la fidélité maussade et à une vie de larbin domestique.
      Il semble qu’on s’oriente de plus en plus vers une vie de célibataire (je crois qu’à Paris un homme (donc une femme) sur 2 vit seul. ) généralisé. Un seul remède : exclure l’amour du mariage et fonder une famille sur une base économique réaliste. Comme par le passé où vaille que vaille les mariages arrangés duraient plus longtemps que ceux d’aujourd’hui !


    • #2218079
      le 13/06/2019 par André Pierre
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      @ JEAN MARIE



      et fonder une famille sur une base économique réaliste.



      C’est déjà fait, ça n’a même jamais cessé. Il n’y a que les hommes qui croient en l’amour (les femmes, elles, voient dans les sentiments amoureux une moralisation de leur esprit de prédation...d’où le succès des comédies romantiques qui se terminent toujours sur un mariage ou une idylle...sans montrer que le couple se sépare bien vite après).
      L’angle mort de cette réflexion sur la nécessité de la fondation d’une famille sur des bases économiques, hormis le fait que ça n’ait jamais cessé (combien de femmes se forcent à rester avec un parfait con.ard*) c’est que ça n’arrangera rien dans une situation d’appauvrissement généralisé de la population. Au contraire.
      Les femmes occidentales sont matérialistes, mais elles ont de bonnes raisons de l’être. En occident, plus qu’en Afrique ou en Amérique du sud : si tu ne possédais pas ta maison, ton stock de bois et de grains, ce n’était pas juste que tu ne pouvais pas fonder de foyer...tu ne passais carrément pas l’hiver ! Le matérialisme est plus important en occident en raison avant tout de l’environnement et des conditions climatiques. En Afrique, tu construis ta maison avec 3 planches, 2 morceaux de taule, tu trouves 3 chèvres et tu mènes une vie plutôt confortable. En occident, tu ne peux certainement pas te contenter d’aussi peu.
      Cela explique pourquoi la question de l’argent et du matériel est si importante et a marqué au fer rouge la mentalité des hommes et des femmes de nos contrées, jusque dans leurs relations (elle ne peut pas élever un enfant dans une maison où il fait -8°c) ... le problème, c’est que dans une période d’amoindrissement matériel, d’appauvrissement : c’est toute la mentalité européenne qui est remise en cause (pas que les relations hommes-femmes). Combien de gens refusent de faire de vagues, terrifiés par l’idée de se retrouver à la rue et de crever au prochain hiver comme tous les clodo blancs qui ne peuvent accéder aux refuges monopolisés par les sdf immigrés qui se serrent les coudes ?
      Il faudra régler la question économique, mais il faudra aussi que les mentalités évoluent ! Les femmes devront accepter de chercher des hommes pour autre chose que le matériel dans une société où tout le monde peut encore se chauffer l’hiver.

      * pourvu que celui-ci fasse partie du 20% et lui promette de lui payer ceci ou cela ? Ce qui prouve donc que les premières créatrice du mariage arrangé sont les femmes elles-mêmes)


    • #2218978

      Sauf qu’une prostituée, vous n’avez que son corps point son esprit, (parole de prostituées), autant prendre une poupée gonflable, que dire d’un homme endropausé ou enviagré et quand à la pension alimentaire, les enfants ont des besoins, mis à part si vous vous considérez seulement comme père géniteur, ce qui est dommage pour les enfants...


    • #2219144
      le 15/06/2019 par André Pierre
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      @ Lee



      Sauf qu’une prostituée, vous n’avez que son corps point son esprit, (parole de prostituées),



      Sauf qu’avec une prostituée, on a pas les risques que peuvent apporter une femme honnête (notamment la hantise de la voir partir du jour au lendemain en vous faisant payer la moitié de vos biens : le couple n’est ni un bonheur, ni un plaisir, c’est un travail long, difficile, coûteux et de moins en moins possible à réussir) ... quant à "avoir l’esprit d’une femme" : souvent celui-ci s’en va avec la perte d’emploi.

      Une prostituée se fout bien que tu sois chômeur, pauvre, moche, pas assez romantique, pas assez viril, pas assez les deux ... elle demande juste que tu aies un peu d’argent.

      Et, pour peu que tu ne sois pas un parfait crétin ; rien ne t’interdit d’entretenir de bon rapports, pas que sexuels, avec une prostituée, d’en faire une amie, à défaut d’en faire une petite amie, et d’avoir ainsi cette précieuse petite épaule dont on a tant besoin pour pleurer un coup entre deux séances d’esclavage salarié...cette petite dose de féminité dont tous les hommes ont besoin...chose que la poupée gonflable n’a pas.



      que dire d’un homme endropausé ou enviagré



      Ha ! Je reconnais que c’est la chose la plus terrible qui soit dans le célibat : le risque d’être vieux et seul (2 bonnes raisons de se suicider). Mais déjà, avec ou sans prostituée, une forte majorité d’hommes occidentaux va être confronté à ce bien sombre destin, car c’est ce que veut la situation actuelle.

      Les femmes ne veulent pas des hommes du 80% des pas assez riches, elles ont le pouvoir de demander le divorce et elles en abusent (plus de 70 % des divorces se font à la demande de la femme) alors autant ne pas déprimer, ne pas leur imposer notre "tyrannie phallocratique" et se contenter de profiter de la vie en allant voir certaines personnes et en essayant de ne pas penser à l’avenir qui sera forcément merdique.

      (ceci dit, l’avantage d’un homme c’est qu’il vieillit mieux que la femme. Il est possible que beaucoup de couples se forment lorsque vient un âge où les femmes deviennent plus raisonnables, peut-être)

      Et pour ce qui est des enfants, c’est la même chose que pour les SDF : désolé, mais avec tous les impôts que l’on paie, c’est à l’état de s’occuper d’eux, pas à nous...j’estime faire déjà acte de charité en m’acquittant de mes lourdes taxes. Si ça ne va pas, c’est à l’état qu’il faut se plaindre pas à moi, j’ai déjà casqué ce mois-ci.


  • #2217902

    Moi je partage les tâches : je les fais, elle les nettoie.
    Nan, je déconne : je fais les trucs de gars, elles font les trucs de filles, en général, mais il arrive de filer un coup de main.
    Les gonzes qui éditent leurs études sur ce point négligent les deux plus importants : la place que l’autre vous octroie naturellement sans aucun discours idéologique et le fait de saisir si vous êtes un meneur ou non : auquel on accorde légitimité.
    Le reste, les gnangnans, c’est pour ceux qui se cherchent ou cherchent les crosses : un coup à finir seul(e).


  • #2217912
    le 13/06/2019 par Johnny Zigounette
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    C’est le genre de titre d’articles que je trouve totalement stupide. Il n’y a pas une guerre entre hommes et femmes. Ce n’est pas parce qu’on estime que les femmes peuvent avoir plus de choix et plus de droits que l’on exige la castration des hommes.

    J’ai connu des femmes nées après la guerre dont le père pensait qu’il pouvait choisir leur époux. Il y avait des écoles où on considérait qu’être une femme vous disqualifiait d’emblée parce que vous n’aviez pas le niveau d’intelligence d’un homme. Trouver que ce n’est pas juste fait de vous un féministe, pas un ennemi de la cause des hommes.

     

    • #2218035

      @johnny : Ce n’est pas l’enjeu
      Tout le monde voit qu’il y a maldonne ; Pourquoi ?
      Parce qu’on est passé d’un féminisme émancipateur (donc jusque là légitime), à un pur communautarisme débile, où des nanas furibardes veulent régler leurs comptes avec les mecs parce qu’elles ont des comptes à régler avec leur paternel (de Beauvoir, déjà...), ou qu’elles sont tombées sur 2-3 connards et qu’elles généralisent par la suite ;
      Nier la biologie, nier l’ordre naturel, c’est empêcher cette étincelle qui est la complémentarité homme/femme et permet toutes les belles rencontres et de si beaux sentiments


    • #2222588

      @Delphin Le féminisme n’a jamais été légitime. Tout leurs a été donné par un seul homme et c’est De Gaulle, que ses poufs de boomeuses ont virés comme un malpropre en 68, et c’était pas un socialiste qui eux étaient contre le vote des femmes parce qu’elles allaient voter pour se que leur conseillait leur curé.


  • #2217914

    Moi elle m’emmerde ces femmes, toujours à revendiquer à exiger de nouvelles choses, elle sont un peu comme l’homosexuel ne pouvant obtenir leur revendications par la force ils nous emmerdent
    à longueur de journée avec leur propagande et leur bonne morale humaniste. Non vous ne serez jamais notre égal je persiste et je signe viendra le jour où la loi ne sera plus de votre coter, vous reprendrez alors votre place naturelle à la maison à s’occuper d’un foyer.

     

    • #2217997

      "non vous ne serez jamais notre égale". C’est vrai au lieu de chouiner sur le sort qui nous est fait (voir les sites MGTOW ou dits "masculinistes") il faut revendiquer clairement la supériorité de l’homme dans la prestation sociale. Regardez autour de vous , tout ce qui existe ou quasiment est l’oeuvre des hommes. Pas d’égalité et à la niche...


  • #2217921

    Pourquoi en France personne ne parle d’ Asia Argento, vous savez ? l’ex-leader du mouvement #metoo, accusée d’harcèlement sexuel sur le jeune homme Jimmy Bennett (17 ans au moment des faits en 2013)...les féministes en dissonance cognitive.


  • #2217925
    le 13/06/2019 par Viktor Von Berg
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    L’humain ne sait pas évoluer en restant sur la voie du milieu dans certains domaines. Il passe souvent d’un extrême à l’autre. C’est le cas du féminisme aujourd’hui.

    Je suis plutôt dans le cas du pépé qui dit "on fait moins vu l’âge mais on en parle encore" mais... si j’avais trente ans aujourd’hui je ne me précipiterais pas dans le mariage vu que c’est devenu un terrain de conflits comme tous les secteurs de la société. Pourtant il n’y a rien de plus beau (il n’y avait rien de plus beau) qu’une vie de famille harmonieuse.

    Tous ces problèmes nombrilistes touchent environ 20% de l’humanité et il me semble que la civilisation mène plus à la fragilité mentale qu’à la robustesse.
    Tous ces couples qui divorcent "pour un steack pas cuit" c’est affligeant, désespérant.

    Intéressez-vous de près à la ponérologie * et vous verrez que ce sont les plus névrosés et les grands psychopathes qui polluent l’esprit d’une société. Je pense que les féministes pures et dures appartiennent à cette catégorie de névrosées et d’aigries qui ne supportent pas le genre et le sexe que la nature leur a assigné.

    Bien entendu il n’est pas question de battre sa compagne et de l’exploiter comme une esclave mais de là à se laisser couper les burnes pour leur complaire, pour moi, même pas en rêve !

    Donc aujourd’hui pour un mâle hétérosexuel normal plusieurs cas de figure se présentent à lui : (liste non exhaustive)

    1- il a de la chance et tombe sur une compagne normale, équilibrée avec laquelle il pourra envisager une vie de couple normale et communicante ;

    2- gouverné par ses glandes il tombe sur une pouffe qui lui en fera suer des larmes de sang, divorcera, le ruinera, etc...

    3- il décide de ne pas se marier, de ne pas se reproduire et a recours aux call-girls (de luxe ou pas selon ses moyens) et se retrouvera à soixante dix balais avec plein de questions sur le sens de l’existence...

    4- il considère que la femme est une créature nocive et décide de virer sa cuti...mais au bout du compte le problème se pose : qui va faire la vaisselle ?...

    Dans quinze ans maximum, si tout va bien, je ne ferai plus partie de cette mascarade et franchement vu comment le monde évolue et le nombre de c..s et de c....s qui peuplent nos sociétés, ça sera sans regret....

    * ponérologie = étude de la genèse du "mal" dans les sociétés (cf Traité de ponérologie d’Andrew Lobatchewski : ouvrage étudié par Michel Drac dans une de ses vidéos)

     

    • #2218326

      @Viktor
      Vous avez mis le doigt sur le cœur du problème : le nombrilisme.
      Approchant tranquillement la quarantaine, votre propos inspirant m’a donné envie de réagir.
      1- Ce cas de figure représente une certaine utopie pour les célibataires de ma génération. Je parle bien sûr de ceux qui n’ont pas encore eu, comme moi, de vie de famille (pas d’enfants). Les pères de familles séparés voient la chose très différemment, priorisant logiquement leurs enfants, et les familles dites "recomposées" sont de plus en plus nombreuses. La proportion de parent célibataire entre 30 et 40 ans est largement majoritaire.
      2- Un classique. Mais de nos jours, les "pouffes vénales" sont plus rares, probablement parce qu’elles ne fréquentent pas les mêmes sphères d’une part, et surtout parce que l’individualisme est bien plus ancré dans cette génération. Les femmes sont psychologiquement mieux armées pour affronter la férocité du marché du travail et de la concurrence, encore plus lorsqu’elles sont mères. Vague généralité qui regorge d’exception bien sûr. Quant aux hommes tenus par les glandes, bien souvent ils sont les pères célibataires à mi-temps décrit en 1.
      3- Recourir à des escorts nécessite un certain budget, ce qui n’est pas donné à tous. Et parfois, les clients de ces filles de joie n’ont pas forcément décidé de ne jamais se marier, mais pratique cette facilité simplement parce qu’ils en ont les moyens et que l’addiction à cette facilité prend le dessus. Mais la pratique est devenue presque une norme, en tout cas acceptée comme un type de consommation parmi d’autres, la marchandisation dans toute sa splendeur.
      4- Je distingue la considération nocive de la femme du fait de virer sa cuti, même si parfois les deux se rejoignent. Ce qui me renvoie à la réflexion qui ne date pas d’hier sur le fait que les homos ne se reproduisent et pourtant, il y en a de plus en plus. Soral a fait l’analyse la plus juste que j’ai pu entendre sur le phénomène il y a presque deux décennies.
      Merci pour ce propos inspirant et surtout pour ce nouveau mot appris, ponérologie, je vais m’intéresser au sujet.
      Bien à vous.


  • #2217942

    "La justice argentine a condamné un homme à indemniser son ex-femme en lui versant 8 millions de pesos – environ 173 000 dollars – pour les tâches ménagères qu’elles a faites pendant leurs 27 ans de mariage"



    J’approuve totalement ce jugement, qui aurait aussi pu être d’accorder la moitié de la pension du mari à la femme (sans autre indemnité).
    La non-rémunération du travail à la maison est LE grand scandale dont sont victimes les femmes aujourd’hui.

    Ordinairement je suis assez radicalement contre le féminisme dont Aurélia Blanc dans sa vidéo montre toute la vacuité pratique, ne réussissant qu’à formuler des pensées creuses dont les résultats seraient même probablement contre-productifs lors de la puberté.

    J’admire par contre énormément Olympe de Gouge dont hélas on parle trop peu.

    Thémistoclès

     

    • #2217995

      Guillotinée le 3/11/1793


    • #2218086

      D’accord car pour ce cas d’espèce en tout cas, il s’agit d’une femme sur diplômée qui a choisi de consacrer sa vie à son foyer et ses enfants, et son mari la quitte à 60 ans, sûrement pour une petite jeunette qui ne lui fera sûrement pas son ménage, elle, donc d’accord avec ce jugement, car cette femme à l’âge de la retraite n’aura rien du tout. Comme quoi, méfions nous de ce genre d’articles qui mélange tout, et qui va diaboliser oubien les hommes oubien les femmes, chacun en fonction de sa propre expérience, j’imagine, oui il y a bien une ingénierie sociale dans le sens du féminisme bobo, comme des LGBT et autre climat, mais il fait faire le tri entre le bien fondé et l’outrancier.


    • #2218087

      La non-rémunération du travail à la maison est LE grand scandale dont sont victimes les femmes aujourd’hui.

      Qui va la payer ? l’etat avec nos impots ? une mere celibataire de 17ans avec un gosse touche deja presque un smic en alloc...
      Personne n’oblige une femme a se marier ni a faire le menage.
      si je suis celibataire et que je fais le menage dans mons appart j’ ai droit aussi a un salaire ?
      le mari va t il devoir faire un contrat de travail a sa femme et lui verser un salaire imposable ?


    • "La non-rémunération du travail à la maison est LE grand scandale "
      Le problème se situerait plutôt essentiellement au niveau du travail domestique en tant que tel, et pas d’une redistribution plus juste d’une "plus-value" à la femme, toujours dans le cadre de la maisonnée. Le partage des tâches ménagères, c’est comme le fameux partage du travail salarié, ou le partage de Yalta : un partage de l’aliénation et de la domination.


    • #2218154

      "« Après 27 ans de mariage, le prévenu l’a quittée alors qu’elle avait 60 ans révolus, âge auquel les femmes perçoivent la pension de retraite, se voyant privée d’accès au marché du travail », lit-on dans le jugement."

      Après cette petite partie d’article en fait on ne sait rien. OK la femme était diplomée et aurait pu gagner sa vie mais elle s’est consacrée à l’éducation de ses enfants et aux travaux du foyer pendant leur vie commune. Le mot "consacrée" est important. Son mari, à priori ne l’a obligée à rien, il travaillait je suppose, et donc payait tout dans la baraque pour sa famille (traites ou loyer, nourriture, vetements, loisirs peut etre ? Et qui sait, peut etre était elle aussi une vraie calamité ne sachant rien faire à la maison, on a aucun détails sur leur vie durant ces 27 années de vie commune. Il en a peut etre aussi tout simplement eu marre de supporter cette femme qui regrettait de ne pas avoir saisi l’opportunité d’un emploi, préferant gérer le foyer, peut etre d’une main de fer vis à vis de lui et leurs enfants... Ca fait beaucoup de "peut etre", j’en conviens mais le paragraphe visé est très vague... Alors lui jeter la pierre à lui alors qu’elle était peut etre (oui, encore) invivable je trouve ça un peut leger. Et cette somme !!! à moins qu’ils n’aient vécu comme des pachas, je ne vois pas comment il pourrait la payer à son age. Bref, on peut tout imaginer


    • #2218349

      Et les gosses ne payent pas, eux ?
      Remarque tant que c’est pour le ménage que tu casques et pas pour la claque sur le cul hebdomadaire, l’honneur est sauf...


    • #2222597

      Et puis quoi encore ? la seule chose qu’elles vont gagner c’est de se faire larguer.


  • #2217948

    Hypothèse : ça ne vous est pas venu à l’idée que certains gars se proclamaient féministes pour se rapprocher de certaines nanas et avoir des "occases" avec elles ?

    Sommet du risible : la notion de "boy’s club" ; bah oui, les mecs ont toujours eu besoin de se retrouver, par capillarité se confier et s’amuser entre eux.
    La femme est par essence plus autoritaire qu’un homme (je l’ai souvent constaté), et se retrouver entre mecs permet de cloisonner les choses (voir les interviews de jacques Brel à ce sujet)
    Comme si la "sororité" (nouvelle lubie) faisait que les nanas allaient ne plus se tirer dans les pattes parce qu’elles se co-optent et restent entre elles... foutaises.


  • #2217994

    Maxime Rusziewski (prononcer Russièveski, c’est polonais),

    Homme féministe de l’année,

    - Avocat de formation,
    - Diplômé du Master Droit et Administration de l’audiovisuel, Sorbonne Paris,
    - Ex conseiller au Secrétariat d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations pour BelKacem,
    - Ex collaborateur d’Yves Calvi sur RTL,
    - Ex programmateur du Grand journal de Canal +,
    - Co-fondateur et membre actif bénévole de la Fondation des femmes,
    - Créateur de la société de production Pardi http://pardi.fr/ (je vous laisse voir ses sujets de prédilection sur son site : le vote RN, un parti dirigé par une femme pour lequel ce féministe ne vote pas, voir combat).

    Il coche décidément toutes les cases.

    Un apparatchick et cadre de la propagande qui n’a AUCUNE IDÉE de ce qu’est le travail dans une vraie entreprise.

    Visiblement prêt à écouter APRÈS l’agression, on attend que ce freluquet aille ouvrir sa gueule dans les RER de banlieue parisienne.

    En effet, n’est pas Marin qui veux (le jeune homme handicapé pour avoir défendu un couple à Lyon).

    On se demande d’ailleurs s’il est capable de se défendre pour lui-même alors qu’ils nous fait la leçon.

     

    • #2218103
      le 13/06/2019 par les plaisanteries les plus courtes sont les Meyer
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      AURÉLIA BLANC c’est parce-qu’elle a un nom trop raciste, qu’elle donne des gages aux lobbys, elle a choisi le féminisme , mais elle aurait pu choisir le LGBTisme , mais elle broute pas ,ni se fait brouter la moquette , par d’autres vilaines comme elle, du coup , elle va nous faire chier avec des livres et des conseils, une petite question me turlupine l’occiput me taraude le cervelet , est-ce que AURÉLIA BLANC écrit ses livres ou est-ce que AURÉLIA BLANC a un NÈGRE ??


  • #2217998

    Ceci soulève une question : aujourd’hui , celle ( ou celui ) qui fait le choix de s’occuper à plein temps des enfants et du foyer s’exclut du droit à la retraite , c’est un fait indéniable que l’on soit pro ou anti-féministe !
    Les cas de femmes lâchée par leurs maris et se retrouvant sans ressources n’étaient pas si rares et le sont encore dans bien des pays .
    Aujourd’hui , bien élever un enfant devient de plus en plus dur , cela exige une implication, et seuls les bobos qui ont du fric pour payer des esclaves pour faire leur ménage et autres corvées peuvent libérer du temps pour leurs gosses.
    Les esclaves eux , hommes ou femmes , bossent pour des salaires indécents , passent du temps dans les transports en commun et laissent le poste de télé ou internet et les réseaux socio faire l’éducation de leur progéniture .


  • #2218002
    le 13/06/2019 par Prosper Youplaboum
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Une réflexion qu’un femme a fait à sa mère : "pourquoi les hommes nous dominent ?" réponse de la mère : "parce que vous cherchez des vainqueurs, les hommes les plus forts du groupe". Je ne crois pas qu’il y ait eu un "18 brumaire" de la masculinité qui s’est organisée un jour pour un coup d’état. Je pense qu’il y a une part qui vient des femmes elles-mêmes qui sont responsables de cela (mais bon pour beaucoup de femmes immatures "c’est toujours la faute des autres") car une immense majorité ont besoin d’admirer pour aimer. Et pour être admirable faut savoir dominer dans des domaines qu’elles ne peuvent pas exercer (ou moins bien). C’est ainsi depuis la nuit des temps et ces Magina (contraction de Mâle et Vagina) sont juste des Mâles Beta voulant rabaisser le Mâle Alpha pour mieux séduire une gamme de femmes qui n’est pas à sa portée...

     

    • #2218207
      le 13/06/2019 par La rochejaquelein
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      Les femmes cherchent exactement ça chez les hommes, le pouvoir et la domination. Il y a bien sûr des scénarios inversés, un peu comme le jour du carnaval, le mendiant se déguisait en roi et le prince en gueux.


  • #2218055

    L’article du Temps est un ramassis de conneries.
    Le premier nous parle de privilèges. Or on voit de plus en plus de postes attribués à des femmes au nom de la parité, alors qu’un homme aux meilleures compétences étaient en lice (c’est du vécu). Le deuxième paragraphe n’est que masturbation intellectuelle narcissique.
    La seconde tente de faire passer les hommes pour "antiféministes". Un peu comme pour la question soumise à Chouard récemment, pas de neutralité possible, ni de mesure, on doit être pro-féminisme sinon on est forcément "anti". Et je ne crois pas une seconde à la conclusion sur l’étude de l’Université d’Indianapolis, ou alors c’est que des petits malins ont joué le jeu pour tirer des gonzesses, comme les "PC" de South Park.
    Le troisième est fantastique.Le terme "non-mixité masculine" révèle un esprit qui tortille du cul pour chier droit. Saloperie de novlangue. Il nous parle de "complicité de leurs combats", encore un terme révélateur. Et ce qu’il décrit comme "féministe" enfin, par ici, on appelle ça "virilité" et "courage".
    Je n’ai même pas eu envie de cliquer sur l’article entier après avoir lu suffisamment d’inepties pour la journée. Et ça m’a également passé la curiosité de cliquer sur les vidéos.
    Puisque j’ai parlé de South Park, je recommande l’épisode "South Park est gay", saison 7, épisode 8, qui traite en fait du phénomène "métrosexuel", qui rejoint le présent sujet.

     

    • #2218225


      Puisque j’ai parlé de South Park, je recommande l’épisode "South Park est gay", saison 7, épisode 8, qui traite en fait du phénomène "métrosexuel", qui rejoint le présent sujet.



      Excellent ! Si ma mémoire est bonne, dans cette saison il y a aussi un épisode sur les mormons et un autre sur les amérindiens, qui sont de vraies pépites.


    • #2222603

      @Cesloui J’ai vu cet épisode il y a longtemps, c’était trés marrant.


  • #2218071
    le 13/06/2019 par Mr Bellepaire de Houilles
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Il y aura égalité quand elles nous mettront la main aux fesses et qu’on criera à l’agression sexuelle !


  • #2218074

    "Je me demande : les hommes qui ne se sentent pas concernés n’ont-il pas une mère, des sœurs, une conjointe (s’ils sont hétéros) et des filles qui méritent un salaire égal et la fin des violences physiques et sexuelles, entre autres enjeux ?"

    J’ai une mere aimante, 3 soeurs et 0 frere, et j’ai le sentiment que la personne qui a dit ceci vit dans une autre dimension.
    2 de mes 3 soeurs gagnent mieux leur vie que moi, elles ont BAC+3 et j’ai BAC+6.


  • #2218077

    C’est le débat le plus inutile, le plus foireux , le plus inquiétant, le plus absurde, le plus dangereux par son insignifiance que l’homme a pu inventer de son histoire. Il ne relève même pas d’une réaction purement animal relevant de la préservation de l’espèce qui impose aux deux sexes de s’adapter à leur environnement et de travailler ensemble pour relever le défi de leur survie. On peut comprend que l’homme ou le mâle soit l’être sacrificiel en dernière instance et que cela ne se passe pas de gaité de coeur, sans clivages, sans incompréhensions et refus d’admettre le côté intangible de notre destin qu’on enveloppe tant bien que mal dans la chose religieuse qui a comme fonction celle de dépasser les contradictions insoutenables, mais on ne peut pas comprendre le fait de politiser la relation entre les deux sexes, mâle et femelle et d’en faire une lutte de pouvoir, si ce n’est pas pour cacher les véritables luttes de pouvoir qui ne peuvent être ailleurs en dehors du champ économique et des rapports qu’il établit. Quand viendra le jour où on peut se nourrir d’idées, et autres fadaises du genre, on conviendra qu’il y a lutte de pouvoir entre deux sexes qui ne pourront jamais se passer l’un de l’autre, à moins d’inventer une humanité d’un seul genre ou "uni-genrée" qui mettra fin à notre désir d’exister certainement quoique j’ignore complètement ce que peut être un seul genre qui ne fait pas dans le mimétisme des genres. Le problème n’est pas dans la reconnaissance des genres, c’est d’attribuer des fonctions à certains genres qu’ils n’ont pas, soi-disant pour les valoriser ou pour les protéger de la dévalorisation. Il y a mille et un moyens pour se valoriser comme de lutter contre les dévalorisations qui touchent toutes les personnes en situation de vulnérabilité ou de faiblesse.


  • #2218107
    le 13/06/2019 par François Normal
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Le féminisme est un cancer.


  • #2218117

    J’emmerde les féministes. Fin de la discussion.


  • #2218144

    Moi je propose l’aspirateur à deux manches...

    Et la tenue de soubrette me souffle-t-elle... !


  • #2218241

    "Dans le train, dans le métro, agissons lorsqu’on assiste à une scène SCANDALEUSE d’un homme qui laisse sa place à une vieille dame !"


  • #2218288

    Avec toute cette histoire d’égalité, de féminisme, moi je ne tiens plus la porte aux dames ni ne laisse ma place dans le bus/métro. De plus, quand elle est pressée à la caisse, ben elle reste derrière comme tout le monde. Et le petit coup de pouce dans l’ascenseur, que nenni. Je suis devenu un gros lourd, mais ça me plaît bien moi qui pensais qu’on était complémentaire.


  • #2218369

    On entend souvent parler d’inégalité salariale. Il y aurait beaucoup à dire à ce sujet.
    Mais tout simplement, sans aller très loin dans la réflexion, il n’y a déjà pas d’égalité salariale entre hommes.
    Et il ne s’agit même pas forcément d’inégalité de compétences, et encore moins de "discrimination", mais juste d’inégalité à savoir se vendre, à négocier.
    À expérience équivalente, un gars arrivé après moi dans l’entreprise gagne plus que moi car il a mieux négocié. Je l’ai félicité. La prochaine fois je serai plus malin.

     

    • #2218391

      L’inégalité salariale entre hommes et femmes est un mythe de nos jours.
      Il suffit d’aller voir les chiffres officiels de l’INSEE, accompagnés de la propagande en vigueur, pour se rendre compte que bien souvent sont comparés des salaires pour des temps de travail différents et des fonctions différents. On peut faire dire aux chiffres ce qu’on veut.
      C’était un petit complément à votre commentaire pertinent de bon sens.


    • #2222607

      En vérité c’est le salaire des homme qui a trés fortement baissé, à l’époque le salaire d’un ouvrier pouvait faire vivre toute une famille, mais avec la baisse du salaire du à l’entrée des femmes dans le monde du travail et la spéculation immobilière il est devenu impossible pour un homme de devenir propriétaire.


  • #2218378

    Cette "société" dépravée est malade et en phase terminale, d’ou ce genre de crise totalement artificielle, fruit à la fois du spectacle ambiant de plus en plus grotesque et inhumain, mais aussi du fait qu’après avoir renoncé à toute identité Nationale, ces consommateurs cherchent à combler le vide laissé par leur tournure d’esprit !

    Pour le reste, il ne faudrait surtout pas demander à ces gugusses vivant littéralement dans un monde irréel de nous parler des questions monétaires pour ce qui est de l’argent car AUCUNES analyses économique n’est valable sans ce paradigme !


  • #2218446

    En revoyant un de mes amis d’enfance, qui m’avait d’ailleurs appris à être de gauche quand nous étions jeunes ados, j’ai été surpris qu’il me dise être devenu féministe : "Tous les jours je vis et pense comme ça, avec une attention aux détails..."

    Il a suffit que je lui demande "c’est à dire, qu’est-ce que ça change dans ta vie ? Qu’est-ce que tu fais de plus ou de moins qu’avant ?"

    Il n’a pas su me répondre.

    J’ai appris plus tard qu’il s’était teint les cheveux en bleu, lui qui lisait des manifestes historiques de philosophie et de politique...

    Je ne pense pas qu’il s’agisse de "haine de soi", mais d’une façon de mettre les chances de son côté pour trouver un partenaire ; une forme de galanterie 2.0 destinée ceux qui n’ont pas assez de testosterone pour défendre les femmes physiquement, et doivent donc le faire idéologiquement pour plaire.


  • #2218453

    Toutes ces études sont bidons , elles reposent sur des idées d’un pervers :
    idée destiner aux femmes : les hommes sont des femmes
    et aux hommes TOUTES les femmes sont infidèles
    d’après une féministe l’inceste c’est normal .
    le pire ce sont les médiats qui ont reliés ces perversités qui transforme le troupeau en psychopathe , ce qui est le but le seul système social qu’ accepte un psychopathe c’est une société totalement militarisé tel que la chine .

     

    • #2222614

      J’admire la Chine et cela ne fait pas de moi une féministe psychopathe, tout comme ceux qui apprécie que se pays se préserve de la décadence occidentale.
      Le but est que l’homme tombe à l’état bestial, ainsi il sera vraiment descendu au niveau du singe, la théorie de l’évolution n’était qu’une première étape.


  • #2218578

    C’est de l’humour suisse, Célia Héron, auteur de l’article va même plus loin, elle nous parle de la fête du slip à Lausanne où ils se demandent : Qu’est- ce qu’être un homme, un vrai

    https://www.letemps.ch/societe/fete...

     

  • #2218943

    Je ne vois pas ce que l’article argentin vient faire là dedans : on ne divorce pas d’une personne en la laissant sans ressources que ce soit une femme ou un homme ! Cela n’a rien à voir avec le féminisme, c’est l’un des devoirs du mariage de prendre soin de l’autre.


  • #2222575

    Après L’International Socialiste, voici L’International Des Emmerdeuses. Emmerdeuse de tout les pays, unissez-vous !
    Il suffit de remplacer homme par blanc, c’est le même processus. Après l’avoir rendu honteux de sa race, maintenant il faut le rendre honteux de son sex. On l’encourage à la délation et autre bassesses féminines.
    Les hommes féministes ne sont pas des hommes, mais des fiottes ! regardez cette tête à claque nourri au soja, il est dénué de testostérone.
    Normal que les hommes qui font le ménage ne veulent plus coucher, vu que leur énergie sexuel à été investi dans le ménage.


  • #2224911
    le 24/06/2019 par Un Bourguignon
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    La logique féministe
    Un mec ne s’intéresse pas à leur "combat" => "OMG vous manquez d’empathie, vous défendez vos privilèges !"
    Un mec s’y intéresse => "OMG on peut se défendre seules, puis vous êtes pas légitimes à en parler, puis on veut pas de paternalisme"

    Ces gens c’est une dissonance cognitive quasi constante doublé d’un esprit totalitaire à peine masqué, avec la kyrielle d’arguments à la con mille fois débunkés (comme l’égalité salariale) et cette arrogance insupportable de justicier social à peu de frais...


Commentaires suivants