Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Haine de soi : comment être un homme féministe

Comment aller ensemble dans la bonne direction, après que les revendications féministes du 14 juin auront été formulées et – avec un peu de chance – écoutées ? Le Temps a donné la parole à trois experts de la masculinité en leur posant une question simple : que peuvent faire les hommes au quotidien ?

 

Sébastien Chauvin est professeur associé au Centre en études genre de l’Université de Lausanne

Aux hommes qui nous lisent, j’ai envie de dire : « Vous devriez vous intéresser à ces questions, car elles s’intéressent à vous ». Pour agir correctement, il faut d’abord prendre conscience de son privilège. Qu’on soit un homme sympa ou pas, on bénéficie des avantages associés à la discrimination envers les femmes, quand bien même on n’y participe pas personnellement.

« Il faut identifier son propre privilège et ne pas attendre d’être félicité à chaque initiative »

Je pense aux femmes qui renoncent à faire carrière, à cause du harcèlement sexuel ou de la culture de « boys’ club » dans tel ou tel milieu professionnel. Qui dit discrimination des unes dit privilège des autres ! Autre exemple : dans l’univers domestique, il ne suffit pas de partager les tâches. Les travaux sur la « charge mentale » ont montré que le seul temps n’était pas une bonne mesure du partage réel : si on se contente d’« aider » en laissant la charge aux femmes, aux mères et aux sœurs, alors les dés sont pipés. En outre, lorsqu’un homme s’efforce d’assurer davantage de tâches, par exemple liées à la parentalité, on a tendance à lui dire bravo et à le juger particulièrement vertueux. Cela alors que les mêmes tâches effectuées par des femmes sont perçues comme normales ! Partager réellement, c’est aussi accepter de ne pas être félicité.

[...]

Mélissa Blais est post-doctorante à l’Institut d’étude de la citoyenneté, Université de Genève, et codirectrice de l’ouvrage Antiféminismes et masculinismes d’hier et d’aujourd’hui, publié aux Presses universitaires de France.

La féministe Rebecca West disait : « Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson ».

[...]

« Il est crucial d’écouter les femmes, de lire les textes féministes, de désapprendre certains comportements, et de faire un travail sur soi-même »

[...]

Enfin, on ne dit pas suffisamment que les hommes doivent accepter de perdre, de la même manière que les patrons d’entreprise perdent du contrôle et du revenu lorsque les syndicats revendiquent de meilleurs salaires. En ce sens, les hommes doivent accepter de perdre notamment du temps de loisir puisqu’ils doivent accomplir plus de tâches domestiques.

Les hommes qui ne se sentent pas concernés par la question sont lucides : ils ont compris tout ce que le féminisme exigeait d’eux. Mais ils pourraient faire preuve d’empathie en s’érigeant contre les discriminations et les violences qui marquent la vie de tant de femmes. Sur une note plus optimiste, les hommes hétérosexuels qui s’intéressent de près aux luttes féministes sont susceptibles d’avoir une vie de couple plus épanouissante et une sexualité plus satisfaisante, comme le souligne l’étude menée à l’Université d’Indianapolis.

 

Francis Dupuis-Déri est professeur en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), auteur de La Crise de la masculinité : autopsie d’un mythe tenace (Ed. Remue-ménage, 2018)

Les hommes pro-féministes devraient – je présume – écouter les féministes et agir en conséquence, être des des complices de leurs combats. Cela passe par exemple par les conversations en non-mixité masculine, quand les hommes se retrouvent seuls entre eux : il nous est possible de nous confronter à des hommes sexistes ou lesbophobes et de rompre des liens importants, inhérents à ce qu’on a appelé les « boys’ clubs », par solidarité avec les femmes et les féministes.

« Les hommes pourraient commencer par se confronter à d’autres hommes en relevant les propos sexistes qu’ils tiennent entre eux »

[...]

Je me demande : les hommes qui ne se sentent pas concernés n’ont-il pas une mère, des sœurs, une conjointe (s’ils sont hétéros) et des filles qui méritent un salaire égal et la fin des violences physiques et sexuelles, entre autres enjeux ?

[...]

L’antiféminisme s’exprime sur tous les fronts parce que les groupes dominants n’abandonnent jamais le moindre privilège sans résister, sans ridiculiser, sans mentir. Les féministes ont bien des luttes à mener pour que nous cédions enfin.

Lire l’article entier sur le temps.ch

 

 

 


 

Cet article de L’Express va faire trembler 95% des hommes...

 


 

La justice argentine a condamné un homme à indemniser son ex-femme en lui versant 8 millions de pesos – environ 173 000 dollars – pour les tâches ménagères qu’elles a faites pendant leurs 27 ans de mariage, a rapporté lundi la presse locale.

Cette femme de 70 ans, diplômée en économie, s’est consacrée à l’éducation de ses enfants et aux travaux du foyer pendant leur vie commune. « La dépendance économique des femmes vis-à-vis de leurs maris est l’un des mécanismes centraux à travers lesquels on subordonne les femmes dans la société », a expliqué la juge Victoria Fama.

La magistrate a fixé une « somme raisonnable pour rééquilibrer la situation économique disparate des époux ». « Après 27 ans de mariage, le prévenu l’a quittée alors qu’elle avait 60 ans révolus, âge auquel les femmes perçoivent la pension de retraite, se voyant privée d’accès au marché du travail », lit-on dans le jugement.

 

OK, on va faire plus le ménage mais c’est pas gagné pour tout le monde :

 

Il y a un mais, et les femmes pourraient bien en pâtir :

 

Les contradictions du féminisme, sur E&R :

 






Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2218144
    Le 13 juin à 19:16 par késako
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Moi je propose l’aspirateur à deux manches...

    Et la tenue de soubrette me souffle-t-elle... !

     

    Répondre à ce message

  • #2218241
    Le 13 juin à 21:18 par Balbuzard
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    "Dans le train, dans le métro, agissons lorsqu’on assiste à une scène SCANDALEUSE d’un homme qui laisse sa place à une vieille dame !"

     

    Répondre à ce message

  • #2218288
    Le 13 juin à 22:09 par slatz
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Avec toute cette histoire d’égalité, de féminisme, moi je ne tiens plus la porte aux dames ni ne laisse ma place dans le bus/métro. De plus, quand elle est pressée à la caisse, ben elle reste derrière comme tout le monde. Et le petit coup de pouce dans l’ascenseur, que nenni. Je suis devenu un gros lourd, mais ça me plaît bien moi qui pensais qu’on était complémentaire.

     

    Répondre à ce message

  • #2218369
    Le 13 juin à 23:52 par Jean-jacky
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    On entend souvent parler d’inégalité salariale. Il y aurait beaucoup à dire à ce sujet.
    Mais tout simplement, sans aller très loin dans la réflexion, il n’y a déjà pas d’égalité salariale entre hommes.
    Et il ne s’agit même pas forcément d’inégalité de compétences, et encore moins de "discrimination", mais juste d’inégalité à savoir se vendre, à négocier.
    À expérience équivalente, un gars arrivé après moi dans l’entreprise gagne plus que moi car il a mieux négocié. Je l’ai félicité. La prochaine fois je serai plus malin.

     

    Répondre à ce message

    • #2218391
      Le 14 juin à 00:40 par Ceslaoui
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      L’inégalité salariale entre hommes et femmes est un mythe de nos jours.
      Il suffit d’aller voir les chiffres officiels de l’INSEE, accompagnés de la propagande en vigueur, pour se rendre compte que bien souvent sont comparés des salaires pour des temps de travail différents et des fonctions différents. On peut faire dire aux chiffres ce qu’on veut.
      C’était un petit complément à votre commentaire pertinent de bon sens.

       
    • #2222607
      Le 20 juin à 04:53 par Michelly58
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      En vérité c’est le salaire des homme qui a trés fortement baissé, à l’époque le salaire d’un ouvrier pouvait faire vivre toute une famille, mais avec la baisse du salaire du à l’entrée des femmes dans le monde du travail et la spéculation immobilière il est devenu impossible pour un homme de devenir propriétaire.

       
  • #2218378
    Le 14 juin à 00:13 par Tom France
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Cette "société" dépravée est malade et en phase terminale, d’ou ce genre de crise totalement artificielle, fruit à la fois du spectacle ambiant de plus en plus grotesque et inhumain, mais aussi du fait qu’après avoir renoncé à toute identité Nationale, ces consommateurs cherchent à combler le vide laissé par leur tournure d’esprit !

    Pour le reste, il ne faudrait surtout pas demander à ces gugusses vivant littéralement dans un monde irréel de nous parler des questions monétaires pour ce qui est de l’argent car AUCUNES analyses économique n’est valable sans ce paradigme !

     

    Répondre à ce message

  • #2218446
    Le 14 juin à 05:08 par idéaux
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    En revoyant un de mes amis d’enfance, qui m’avait d’ailleurs appris à être de gauche quand nous étions jeunes ados, j’ai été surpris qu’il me dise être devenu féministe : "Tous les jours je vis et pense comme ça, avec une attention aux détails..."

    Il a suffit que je lui demande "c’est à dire, qu’est-ce que ça change dans ta vie ? Qu’est-ce que tu fais de plus ou de moins qu’avant ?"

    Il n’a pas su me répondre.

    J’ai appris plus tard qu’il s’était teint les cheveux en bleu, lui qui lisait des manifestes historiques de philosophie et de politique...

    Je ne pense pas qu’il s’agisse de "haine de soi", mais d’une façon de mettre les chances de son côté pour trouver un partenaire ; une forme de galanterie 2.0 destinée ceux qui n’ont pas assez de testosterone pour défendre les femmes physiquement, et doivent donc le faire idéologiquement pour plaire.

     

    Répondre à ce message

  • #2218453
    Le 14 juin à 06:31 par Espritos
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Toutes ces études sont bidons , elles reposent sur des idées d’un pervers :
    idée destiner aux femmes : les hommes sont des femmes
    et aux hommes TOUTES les femmes sont infidèles
    d’après une féministe l’inceste c’est normal .
    le pire ce sont les médiats qui ont reliés ces perversités qui transforme le troupeau en psychopathe , ce qui est le but le seul système social qu’ accepte un psychopathe c’est une société totalement militarisé tel que la chine .

     

    Répondre à ce message

    • #2222614
      Le 20 juin à 05:02 par Michelly58
      Haine de soi : comment être un homme féministe

      J’admire la Chine et cela ne fait pas de moi une féministe psychopathe, tout comme ceux qui apprécie que se pays se préserve de la décadence occidentale.
      Le but est que l’homme tombe à l’état bestial, ainsi il sera vraiment descendu au niveau du singe, la théorie de l’évolution n’était qu’une première étape.

       
  • #2218578
    Le 14 juin à 10:13 par Lydia
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    C’est de l’humour suisse, Célia Héron, auteur de l’article va même plus loin, elle nous parle de la fête du slip à Lausanne où ils se demandent : Qu’est- ce qu’être un homme, un vrai

    https://www.letemps.ch/societe/fete...

     

    Répondre à ce message

  • #2218943
    Le 14 juin à 18:47 par RKrishna
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Je ne vois pas ce que l’article argentin vient faire là dedans : on ne divorce pas d’une personne en la laissant sans ressources que ce soit une femme ou un homme ! Cela n’a rien à voir avec le féminisme, c’est l’un des devoirs du mariage de prendre soin de l’autre.

     

    Répondre à ce message

  • #2222575
    Le 20 juin à 03:31 par Michelly58
    Haine de soi : comment être un homme féministe

    Après L’International Socialiste, voici L’International Des Emmerdeuses. Emmerdeuse de tout les pays, unissez-vous !
    Il suffit de remplacer homme par blanc, c’est le même processus. Après l’avoir rendu honteux de sa race, maintenant il faut le rendre honteux de son sex. On l’encourage à la délation et autre bassesses féminines.
    Les hommes féministes ne sont pas des hommes, mais des fiottes ! regardez cette tête à claque nourri au soja, il est dénué de testostérone.
    Normal que les hommes qui font le ménage ne veulent plus coucher, vu que leur énergie sexuel à été investi dans le ménage.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents