Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les femmes sous pilule présentent "une différence spectaculaire" dans leur cerveau

Quel est l’effet de la pilule contraceptive… sur le cerveau des femmes ? Des chercheurs du centre de recherche Gruss Magnetic Resonance de l’université de médecine Albert Einstein à New-York (États-Unis), ont présenté leurs derniers travaux sur le sujet au congrès annuel de la Radiological Society of North America (RSNA). Selon eux, les femmes qui prennent la pilule présentent un hypothalamus plus petit que les autres.

 

JPEG - 25 ko
En rouge : l’hypothalamus, plus petit chez les femmes qui prennent la pilule

 

Cette observation pourrait expliquer certains des effets secondaires de la pilule contraceptive puisque l’hypothalamus produit des hormones et contribue à réguler des fonctions corporelles comme l’humeur, l’appétit, la libido, les cycles de sommeil ou encore le rythme cardiaque.

[...]

Autre résultat « préliminaire » de cette étude : un plus faible volume hypothalamique est également associé à une colère plus marquée et à des symptômes dépressifs.

Il existe enfin un point sur lequel les femmes qui prennent la pilule peuvent se rassurer : l’étude n’a révélé aucune corrélation significative entre le volume hypothalamique et les performances cognitives.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 

Les dangers de la pilule :

 

Pourquoi certaines femmes se méfient de la pilule :

Cliquez ici pour voir le sujet

À relire sur E&R !

Les dangers de la contraception, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

93 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ces femmes-monarques qui sont aussi brutales et pro-guerre que les hommes…il n’y avait pas de pilule à l’époque pourtant :

    https://www.youtube.com/watch?v=6UL...

     

  • Selon le cancérologue Henri Joyeux, "le nombre de femmes qui sont mortes d’un cancer a explosé au Sénégal depuis que la pilule contraceptive a été démocratisée dans ce pays."

    Cette information vous permet de comprendre pourquoi le Républicain Libéral Libertaire Macky Sall a réalisé de gros investissements pour soigner les cancers, au Sénégal.

    La plupart des personnes qui savent que la pilule contraceptive est dangereuse pour la santé mais qui censurent cette information ne s’enrichissent pas avec la pilule contraceptive. Par contre, ils préfèrent que des millions de femmes meurent d’un cancer que de renoncer à forniquer.

    "Personne ne m’avait dit que la pilule contraceptive était dangereuse pour la santé" disent pas mal de femmes atteintes d’une maladie grave à cause de la pilule contraceptive. Elles sont trop naïves pour comprendre que beaucoup d’hommes ont intérêt à cacher cette information.

    Si elles étaient catholiques traditionnelles, elles comprendraient que la pilule contraceptive n’est qu’une des innombrables ruses utilisées par Satan pour envoyer des âmes en Enfer.

    "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps."

    Jésus-Christ

     

  • Y avait déjà eu des études montrant la nocivité de la pillule, en voici une de plus. Espérons que ça fasse réfléchir les meufs qui la prennent...

     

  • Bien sûr qu’elle est dangereuse, c’est fait exprès !

     

  • Avant de se pencher sur l’anti-féminisme ,ou l’anti je ne sais quoi ,il serait plus judicieux de se pencher sur les problèmes scientifiques du phénomène .Faut toujours que l’on mélange idéologie et personnalisation d’un problème scientifique et qu’il faut le justifier à chaque fois pour éviter de tomber dans la caricature .
    On s’en tape ,des féministes .


  • Israël Nisand... Pas d’amalgame !


  • L’argument utilisée est aussi celui de la pilule qui serait moins forte que les premières.
    Bref, un sujet que les hommes même à force d’arguments ne sont pas prêt de gagner.
    Merci les féministes !


  • Bon....je me lance et pourtant c’est assez intime et confidentiel. J’ai pris la pilule pendant deux ans et vingt ans après je continue de le regretter amèrement . A l’époque les gynécologues refilaient la pilule qui s’appelle Diane 35 à toutes les jeunes filles. Je l’ai donc prise sans me poser de questions car toutes les filles prenaient de la Diane 35 dans ma classe . Oui, cest sociologiquement intéressant d’analyser ça avec le recul. J’étais jeune....j’avais 17 ans.

    Au bout de quelques mois je me suis sentie mal,mais mal ! Physiquement et psychologiquement. Je présentais des symptômes très inquiétants mêlés à une profonde déprime que je ne parvenaispas à expliquer. . Puis j’ai eu des horribles douleurs dans le bas du ventre, elles n’ont jamais totalement disparues, je les ressens encore de temps en temps. Jai lu depuis qu’ils avaient interdit cette pilule dans pas mal de pays européens car des jeunes filles s’étaient avaient tenté de se suicider alors qu’elles ne présentaient aucun symptôme suicidaire avant la prise de cette pilule.

    Dieu merci mon corps m’a donné des signaux d’alerte qui m’ont fait comprendre que je devais arrêter la pilule tout de suite ! D’autres jeunes filles n’ont pas eu cette chance. Ou alors elles n’ont pas su écouter leur corps.

    C’est important de savoir écouter son corps.

     

  • Pilule ne veut rien dire, tout dépend du dosage, des marques. Il ne faut pas généraliser sur tout, ça devient lourd.

     

    • L’étude n’a pas eu lieu sur une marque ou sur un dosage particulier. Dans tous les cas, il s’agit d’hormones sexuelles prises à dose et temps non-physiologiques.


    • Ce qui est grave, c’est que cet article prouve que ce médicament atteont le cerveau et le comportement .


    • domus : non, tout dépend de l’idéologie qui est derrière. Peu importe la marque, le prix, la dose.

      Faut arrêter d’être dans le relativisme, ça devient lourd, relever la tête du guidon, voir plus haut, le sommet de la Pyramide, saisir le Projet dans son ensemble.

      Et venez pas me dire que la pilule, ou même la médecine occidentale en général, est d’obédience catholique !
      Quel rapport ? Je vous le demande.


    • Il n’y a que les mecs qui sont contre la contraception car de toutes façons, ce ne sont pas eux qui ont les problèmes, un enfant ça doit se désirer, pour la bonne cause, et non être une erreur, un accident ou pire. Donc si la contraception peut éviter les avortements, c’est pas plus mal, de deux maux, il faut choisir le moindre. Catho ou pas.


    • Si si, il faut !
      tant qu’on sera soigné par des financiers !


    • Domus
      Helas, ce n’est pad un combat homme femme que l’on va mener mais plutot peuple vs mondialisation labo big pharma rothchild, bon sang il est là le combat ! Et oui la pillule a fait plus de mal aux femmes car c’est maintenant que les vrais problemes de santé sortent !


    • @ domus,

      Enfin, un commentaire sensé !

      Merci pour votre objectivité.


    • Effai : bien sûr, par extension, on voit que cela a pu être l’arbre qui cachait la forêt, mais n’empêche que c’est malgré tout un outil qui a permis de limiter certains dégâts, moraux ou physiques, donc, je répète, de deux maux, il fallait bien choisir le moindre, pour tous ceux qui se sentaient concernés par ne pas vouloir d’enfant n’importe quand et n’importe comment, surtout pour l’enfant finalement. C’est ça aussi être responsable.


    • Merci Leila, j’essaie le plus possible, mais c’est pénible que ce soit toujours les hommes qui parlent de ce que ressentent les femmes ! Comme s’ils y comprenaient quelque chose !!!! Le patriarcat devrait un peu balayer devant sa porte de temps en temps.


    • @domus
      On constate surtout les dégâts de la société hédoniste dont les femmes sont les plus ciblées car très attiré par l’aspect séduction.
      Les familles des mondialistes l’ont bien compris et ont préservé leurs propres enfants : pas d’écran, éducation à l’ancienne, respect des traditions et esprit de clan familial soudé bref tout le contraire de la vie de la populace avec son plaisir et sa """"liberté"""" avant tout ...


    • Effai
      "très attiré par l’aspect séduction." Ah votre avis, qui se laisse séduire ??!!

      "Les familles des mondialistes l’ont bien compris et ont préservé leurs propres enfants : pas d’écran, éducation à l’ancienne, respect des traditions et esprit de clan familial soudé bref tout le contraire de la vie de la populace avec son plaisir et sa """"liberté"""" avant tout ..." Les non mondialistes sont pour une vraie éducation à l’ancienne comme vous dites, mais pas pour autant arriérée mais avec des valeurs essentielles, humaines, civilisées, d’un certain niveau en tout, etc.... Et ça n’est pas une question de riche ou pauvre, mais d’éducation justement. Quant au plaisir et la liberté de se comporter comme des nuls et dans tous les excès c’est quand même plus chez les riches dans ces cas là, la populace ne cherchant qu’à les imiter d’une façon grotesque et déplorable.


  • Déjà que ces précieuses dames ont une nature plus impulsive que les hommes dont pendant les menstrues, il faut espérer que les pilules semblant perturber aussi leur humeur (en les habituant dans une forme d’addiction à un enchaînement de la vie intense des diverses émotions comme les bipolaires surtout si non canalisées par l’émotion infinie de foi) ne participent pas fortement au triste grand nombre de divorces en occident.

     

    • et encore un cliché. Non les menstrues ne rendent pas tout le monde dingue. Chaque personne est différente. Il faut sortir à un moment donné de cette obsession de mettre tout sur le dos des hormones des femmes. Et que dire des hormones des hommes qui pour certains se trimballent constamment avec leur libido en bandoullière, car certains, un balai-brosse avec une jupe, et hop, c’est parti !


    • Euh... vous avez un problème avec les femmes ?!

      Vous êtes le fruit des fluctuations hormonales de votre mère. Si les niveaux hormonaux féminins n’évoluaient pas au cours de nos cycles menstruels, nous ne pourrions tout simplement pas donner la vie.
      C’est notamment la progestérone qui maintient, suite à l’ovulation, la température du corps suffisamment élevée pour permettre à l’oeuf de s’accrocher. Si l’ovule n’est pas fécondé, il y a une brutale chute d’hormones qui provoque les règles. Ce qui explique les changements d’humeur. Et je ne parle pas de toutes les autres hormones qui font aussi les montagnes russes.

      Maintenant, je suis d’accord pour dire que c’est la constance hormonale de l’homme qui fait qu’il est le plus à même, en tout temps, de garder la tête froide et gérer les hautes responsabilités...

      Mais par pitié, ne participez pas à l’affrontement homme/femme avec ce genre de réflexions. L’homme s’ennuierait bien sans la "folie" et l’insouciance de la femme.

      Quant à l’article, c’est évidemment problématique que les contraceptions hormonales perturbent à ce point ce parfait équilibre naturel. Ça peut expliquer la non-attirance grandissante entre les 2 sexes, ainsi que de nombreuses maladies physiques et psychologiques...


    • Le problème majeur de la pilule ne se trouve pas là, mais au niveau du foie qui doit traiter pour les éliminer, ces afflux monstrueux d’hormones artificiellement incorporés au sein des organismes.

      Ce faisant, l’organisme utilise des ressources utiles pour extraire des substances cancérigènes qui s’accumulent normalement dans le corps.

      Débordé, le corps fabrique un / des cancer(s).

      C’est connu, archi connu, les enquêtes et études scientifiques sont nombreuses sur le sujet.

      La pilule est un tremplin à cancer, dont le cancer du sein, mais pas que . . .

      Sachant que c’est cette glande qui est sollicitée pour déclencher la production d’hormones, on se doute bien qu’avec des apports exogènes, le bidule va s’atrophier puisqu’il n’est quasiment plus utilisé.


    • Je trouve le commentaire de "Attention" particulièrement intéressant. Certains, ici, devraient le lire deux fois... Merci @Attention.


  • Oui c’est ce qu’on appelle un rétrocontrôle négatif et ce n’est pas grave. Si la pilule donne des oestrogènes et des progestatifs, l’hypophyse produit moins de LH et de FSH. Et je suis prêt à parier que c’est totalement réversible en deux mois et que l’effet est infime sur les pilules microdosées.

     

    • à Castanietzsche
      J’allais poster une commentaire identique, je rajouterais juste que la pilule, même si elle simule une hormone endogène n’en est pas. Le corps de la femme sait très bien gérer ce qu’il produit, un peu moins ce qu’on lui balance et qui perturbe toute la mécanique de contrôle hormonal. Je pourrais aller sur une digression pour dire que l’état névrotique et imbuvable des femmes en occident est entre autres dû à une perturbation du système endocrinien, dont le fonctionnement à un impact infiniment plus important sur divers aspects du comportement des femmes que des hommes (eux, au pire, deviennent des fiottes peureuses et démotivées).

      Les pires sont les contraceptifs combinés qui associent un œstrogène et un progestatif de synthèse. Les hormones naturelles ne sont pas sensées rester trop longtemps dans le corps, juste le temps d’exercer leur action régulatrice. La pilule stimule le corps plus longtemps que ce qu’il ne devrait et aboutit inévitablement à sa fatigue (un peu comme si on maintien très longtemps le pied sur l’accélérateur sans rouler, ça bousille inévitablement le moteur). D’où le lien indéniable entre la montée de la stérilité en occident et la pilule contraceptive commencée à l’adolescence et dont presque personne dans les médias mainstream ne parle.

      Ce mécanisme d’atrophie des glandes endocrines est commun à toutes les thérapies et prises hormonales de longue durée et n’est pas toujours réversible car le corps à tendance à se débarrasser de ce dont il estime ne pas avoir besoin (les testicules sont aussi des glandes endocrines qui s’atrophient lorsqu’ils sont stimulés par les stéroïdes anabolisants, le pancréas s’arrête de produire l’insuline de manière définitive au bout de quelques semaines d’insulinothérapie, idem pour l’hormone thyroïdienne qui, comble du cynisme, est prescrite juste après avoir charcuté le patient de son usine propre et gratuite sous prétexte de risque de cancer).

      Ils me font bien marrer ces chercheurs qui s’extasient comme s’ils venaient de découvrir le feu, alors que le mécanisme dont parle cet article (de francetv, « il faut le savoir hein ! »), est connu et développé depuis les travaux de Ernest Starling, eux mêmes inspirés des travaux en la matière de Claude Bernard entre autres.


  • Quand on y pense cette pilule contraceptive est un truc complètement délirant ! On agit directement et on altère l’équilibre hormonal des femmes et on fait comme si cela n’avait pas de conséquence ! Cela démontre à quel point est corrompu le monde médical et politique pour accepter une saloperie pareille !

    Et entre parenthèses il semblerait que la "pilule" soit un truc très Français. Elle est pratiquement inconnu en Asie et totalement inconnu en Afrique...et il me semble qu’ailleurs dans le monde occidental elle n’est pas autant utilisé qu’en France.

     

  • Il est temps que l’on soulève ce sérieux piège de "modernitude" dans lequel la plupart des femmes sont tombées et auquel, étrangement malgré les études et les alertes santé, elles s’accrochent.

    Personnellement, je avalé ce truc à 17 ans, pour faire comme mes copines de l’époque (1972) et parce que je commençais à avoir des petits copains. Mais... j’ai ressenti très vite des désagréments organiques (prise de poids subi, rétention d’eau, libido aléatoire, augmentation des flux, variations d’humeur...).

    Mon toubib de l’époque voulait juste rectifier les dosages ! J’avais déjà un tempérament rebelle... j’ai tout arrêté définitivement et ne suis jamais revenue à une quelconque prise de chimie. En revanche, cela à déclencher des attitudes dérangeantes de la part des garçons et plus tard des hommes.

    Ils ne comprenaient pas - et refusaient presque tous - l’utilisation des préservatifs ! Pas confortable, gênant, dépassé, assuraient-ils. Cela m’a poussée à insister en argumentant du fait qu’il m’apparaissait parfaitement anormal de consommer quotidiennement de la chimie comme si j’étais malade !

    Etonnement systématique de la part des hommes...
    Eux : Mais enfin, c’est super pour les femmes !"
    Moi : Super, vraiment ? Et toi, tu avalerais tous les jours de la chimie ?
    Eux : Heuuuuu... ben non... maiiisss....
    Moi : Mais quoi ?
    Eux : Ben... je sais pas... c’est super pratique pour les femmes....

    Et bien voilà, c’était surtout super pour les hommes qui n’avaient plus de souci à se faire pour proposer des coucheries à des femmes qui allaient porter pendant des décennies le fardeau surréaliste d’un traitement chimique (car s’en est un) dont les conséquences ne pouvaient en aucun cas être anodines.

    Mais, attention, les féministes d’hier et les néos d’aujourd’hui vont fourbir leurs armes et utiliser toute la panoplies des arguments basés sur le "passéisme, la régression, le paternalisme, le retour à la bougie" et on en passe.

    Mesdames, on a un max d’autres moyens, il suffit d’être rigoureuses et le plus efficace reste le préservatif, n’en déplaise à ceux (ou celles !) qui arguent que "ça peut péter". Oui, ben là aussi, il est utile de rappeler que l’amour physique n’est pas un sport énervé mais un authentique art qui n’exige nullement que l’on soit énervé, bien au contraire... les femmes apprécieront ce dont je parle :-)

     

    • Bonjour sev

      Je suis assez ok avec vous mais bon le souci c’est aussi les préservatifs et leurs matières sont tout autant un problème pour la santé

      cordialement


    • Vous avez relevé un point peu abordé par tous ces hommes se plaignant des femmes.
      Ils peuvent baiser avec des filles durant des années, avant de changer de fille, après pilule+avortement en cas "d’accident" (la simple pulsion de vie féminine souvent).
      Maintenant il y a cette mode de vouloir "fonder une famille natio" on dirait qu’ils découvrent la lune...
      Dans les 2000’, plein de femmes étaient couple durant 5, 8 ou 12 ans...elles se sont fait quitté et n’ont pas eu d’enfants ! Leurs gars a depuis fonder famille vers la quarantaine...
      A lepoque leues hommes étaient très satisfaits de ces relations steriles qui, ils l’avouaient entre eux, étaient surtout le moyen pour ne plus baiser avec préservatif.

      A l’époque j’avais une jeune famille et la réflexion la plus courante ne fut pas des félicitations mais surtout de la part d’hommes et de femmes : "Mais y a l’avortement et la pilule c’est pas pour les chiens !"
      Réflexions encore plus nombreuses chez les Boomers qui semblaient haineux qu’on se reproduisent...
      Les filles en couple si votre homme refuse un premier enfant après 3 ans ensemble, il profite juste !


  • Déjà on avait trouvé un lien de causalité entre : pilule, tabac et AVC.

     

    • Tout à fait. On constate depuis une vingtaine d’années une forte augmentation des AVC et AIT chez les moins de 65 ans. Et même si d’autres facteurs peuvent l’expliquer en partie, tels nos modes de vies actuels, les poisons ingérés quotidiennement, ou encore le stress, la pillule contraceptive est belle et bien l’un des facteurs de risque supplémentaire.
      Une immense part de responsabilité des médecins qui, sans vergogne, conseillent à nos filles de prendre une pillule contraceptive pour que leurs règles soient "règlées", et permettre par exemple de les décaler d’un jour ou deux car on voit son copain ce week-end là, ou encore pour réduire l’acné, et surtout : pouvoir coucher sans crainte de tomber enceinte ! C’est scandaleux. Prerscrire des hormones pour ça, alors qu’on en connait les méfaits...
      C’est de la déontologie sous serment d’hypocrite.


  • J’ai toujours demandé à mes partenaires de ne jamais manger de telles cochonneries. J’ai toujours préféré réduire mon plaisir et mettre le caoutchouc plutôt que de permettre qu’une femme que j’aime prenne de la chimie destinée à provoquer un déréglage contrenature dans son organisme.

    Des méthodes traditionnelles de contraception il y en a depuis des siècles, mais là, depuis les années 1960, cette histoire de pilule c’est complètement nouveau : ça sort tout droit de l’industrie pharmaceutique et en plus ça a été autorisé, mis en place, et dépénalisé par les loges.

    À bat la pilule.

     

  • Il faut éviter de contrarier la Nature .

     

  • Il serait intéressant d’examiner s’il y a une corrélation entre le nombre de femmes ayant pris la pilule depuis 1975 et le nombre d’immigrés qui sont entrés en France depuis cette date . Peut-être le même : 8 millions . Cela n’a même pas empêché 8 millions d’avortements… Malin .

     

  • La pilule a parmis ses nombreux effets pervers, qu’elle modifie le type d’homme par lequel les femmes sont attirées, et ce, en supprimant la phase ovulatoire durant laquelle les femmes sont naturellement attirées par les hommes aux traits masculins et symétriques qui témoignent d’une bonne génétique et d’un bon système immunitaire. Il existe même des études qui montrent que les femmes en période ovulatoire sont capables de reconnaître un bon partenaire simplement en sentant son t shirt... On trouve aussi des tonnes de témoignages de couples où la femme ayant rencontré son conjoint lorsqu’elle prenait la pilule, n’a plus aucun désir pour lui le jour où elle l’arrête alors que c’était précisément dans le but d’avoir une descendance avec lui.

    La pilule, qui en France est prise par la majorité des femmes entre 18 et 30 (les plus fertiles) à une fonction dysgénique, et ce ne serait une surprise pour personne si je donnais ici les origines du biologiste et du chimiste l’ayant mise au point.

     

    • Et puis il y a les autres aussi, qui, une fois passés les tests, laissent entendre qu’elles la prennent et votre « homme aux traits masculins et symétriques qui témoignent d’une bonne génétique » se retrouve Gros-Jean comme devant : ou l’alpha devenant subitement bêta...


    • Vos sources svp ?? Ou avez vous lu ceci ?
      merci


    • https://www.medicalnewstoday.com/ar...

      Et il y a des tonnes d’autres études et témoignages qui vont dans ce sens, et au delà de ça, le bon sens rend évident que les fluctuations hormonales ont une influence sur les préférences sexuelles et, qu’une femme à son pic de fertilité, va chercher le meilleur reproducteur possible. La pilule non seulement modifie le cerveau mais empêche l’ovulation. Il y a aussi des études montrant que les femmes sont elles-même plus attirantes en période d’ovulation, les hormones ayant une influence sur la qualité de la peau, la taille des seins etc...

      L’intervenant "citharauror" plus bas dans ce fil dit qu’une femme qui prend la pilule développe des traits de caractère masculin et va devoir grosso modo trouver un homme efféminé qui dit oui à tout pour réduire les conflits à la maison. Il a raison, et c’est confirmé à nouveau par plusieurs études : https://www.livescience.com/28237-w...


    • Wikipédia : "Grégory Pincus est né à Woodbine, New Jersey, de parents immigrants polonais de religion juive. Il a attribué à deux oncles agronomes sont intérêt pour la recherche. Il était un grand manager scientifique. On le surnommait "Goody" Pincus1.On disait que sont QI était de 210 et sa famille le considérait comme un génie"(....)"Il enseigna ensuite la zoologie à l’Université d’Harvard tout en poursuivant ses études de maîtrise et de doctorat."
      (...) "La pilule contraceptive développée par Pincus (1957) changea la vie de famille puisqu’elle a permis aux femmes de faire ce qui leur plaisait sans avoir d’enfant. Les femmes contrôlaient davantage leur vie familiale et leur comportement sexuel, ce qui changea la façon dont les femmes et les relations étaient perçues et ouvrit la voie à la Révolution Sexuelle."

      A bon entendeur Salut !


  • Ah, c’est donc la pilule ? Je me demandais justement ce qu’on pouvait bien leur inoculer, pour qu’elles devinssent (pour un certain nombre) aussi c*nnes... Mais bien, hein !

     

  • Moi, c’est promis, j’irai voir un médecin dès que les malades arrêteront de souffrir et de mourir !
    Tout ce qui nécessite une ordo et qui est remboursé nuit gravement à la santé. Préventif, curatif ou de confort.
    Y en a qui n’ont pas encore compris ça ?


  • La pauvre jeune femme qui débute dans la vie et dans le journalisme et qui est presque obligé de s’excuser d’avoir écrit un livre sur un médicament que les femmes ne prennent pas de guetté de cœur avec tout les effets négatifs qu’il génère et qu’on ne veut pas voir ici apparemment. La pression qu’elle doit voir...comme celle de ce médecin Israeli...


  • Comme m’a dit une gynécologue un jour alors que je lui disais que je ne voulais absolument pas de pilule "les femmes qui prennent la pilule n’ont plus de désir,plus de plaisir, tout est artificiel..."
    Mesdames,les stérilets en cuivre,simples,sans ajout d’hormones,sont la meilleure contraception et même les jeunes filles,après examen,peuvent se faire poser un stérilet. Cette pilule perturbe l’humeur,modifie la libido,est nocive pour la santé.

     

    • Tout le monde ne peut pas en mettre un de sterilet. A cause des anti-inflammatoires j’ai eu un ulcère gastrique et cela provoque des règles très douloureuses alors que je n’avais pas de problème avant donc oui c’est une alternative efficace mais encore faut-il trouver le gynécologue qui veuille bien vous en poser un ... De plus, c’est la porte ouverte à tout donc si on n’est pas stable ce n’est pas l’idéal. Ne supportant pas les hormones, de 16 à 25 ans en gros préservatifs et bien aucune crédibilité quand vous connaissez quelqu’un et le latex peut provoquer des allergies ...


    • Attention, le stérilet agit APRES la fécondation , et consiste à empêcher la survie de l’être humain conçu en rendant l’utérus impropre a la nidation de l’embryon. Suivez la méthode naturelle billing sinon c’est l’avortement à la chaine.


    • Il y aussi l’abstinence qui marche bien : pas d’inflammation, pas d’effet secondaire, 100% naturel.


    • Lameute : alors comme ça, votre gynécologue vous raconte sa vie ? Non, tout le monde n’est pas pareil. Car il y a aussi de comment on perçoit psychologiquement la prise de pilule. J’ai une amie que refusait de la prendre car le fait d’être protégée d’une grossesse lui coupait totalement la chique comme on dit, car elle se sentait du coup comme un objet de plaisir uniquement, puisque le risque n’était plus là et se sentait diminuée. Alors qu’une autre de mes amies, ça lui faisait l’effet contraire : le fait de savoir qu’elle pouvait être enceinte la bloquait totalement. Chacune ne réagit pas de la même façon, pour certaines c’est un plus à l’épanouissement, pour d’autres l’inverse. Comme quoi, il ne faut pas généraliser quelque chose qui est unique à vivre. D’où l’absurdité de cette étude.


    • #2341897

      @domus
      Ça aide aussi toute la faune de nos rivières ruisseau et autres lacs et mares (poissons, batraciens, insectes, écrevisses, etc..) ainsi que nos enfants puisque les usines de traitement des eaux ne sont pas équipées pour les éliminer
      Donc une pilule qui aide à vivre quelques connasses pour qu’elles puissent se faire tringler sans risques , pourri la faune la flore et nos enfants à par ça rien de grave, t’as raison


  • Je suis surprise que sur ce site où les gens sont généralement bien informés (et plutôt moralement solides), les seules alternatives citées à la pilule soient le préservatif, ou carrément la sodomie. On peut se très bien se passer de toute chimie, intrusion de caoutchouc, ou pratique qui ne plaît pas à tout le monde. Mon mari et moi nous nous sommes formés à la méthode naturelle sympto-thermique (que je trouve plus fiable que juste la Billings). On trouve ça compliqué au début, mais plus on prend l’habitude, plus ça devient... naturel. Je me sens vivre en harmonie avec moi-même, avec mon corps, avec mon Créateur. Alors oui, il faut de la rigueur, et être prêt à différer parfois la réalisation de son désir jusqu’à la période infertile (si on ne souhaite pas de bébé). ça s’appelle se comporter en adulte et en humain. Est c’est fascinant de découvrir et de suivre le fonctionnement de son corps, au lieu de le bousiller par des produits chimiques. Je suis catholique, mais même si je l’étais pas je pense que je me serais formée à cette méthode tellement écologique et respectueuse de la santé des femmes. D’ailleurs les MOC ont le vent en poupe, et pas que chez les cathos. La pilule, c’est un truc de grand-mère ! Mais le gros problème des Méthodes d’observation du Cycle, c’est qu’elles ne coûtent RIEN ! (Ah si : j’ai acheté 5 euros un thermomètre électronique) D’où énorme désinformation dans la presse, qui prétend qu’elles ne sont pas fiables.

     

  • En décodage biologique, pour faire le plus simple possible, il est impératif de demander à une femme si elle prend la pilule ou est ménopausée... car dans ces cas elle doit être "vue" comme si elle était un homme ; c’est-à-dire inversée par rapport aux autres femmes dans son comportement face à tout conflit, celui-ci étant toujours à l’origine d’une pathologie quelle qu’elle soit. Un exemple : elle fera un conflit de territoire de la même manière qu’un homme. En suivant rien que cet exemple précis vous comprendrez aisément pourquoi une harmonie dans les couples (homme-femme) va être plus délicate à trouver voire impossible. A moins qu’elle trouve un homme plutôt efféminé... évidemment. Et là le "rapport" s’inverse : on dit qu’elle porte la culotte, expression qui recouvre une vérité bien réelle au niveau du cerveau. Pour ceux que le sujet intéresse, il suffit de lire des ouvrages de décodage biologique, en général pédagogiques. Car le but n’est pas de résoudre le conflit à la place de la personne mais de l’aider à voir donc sa-voir quel est ce conflit ou ces conflits qu’elle ne solutionne pas et qui la rende malade afin qu’elle trouve enfin une solution. Evidemment les laboratoires pharmaceutiques n’y trouvent pas vraiment leur ... compte. Soit dit en passant, les conflits se voient tous au niveau du cerveau donc la "découverte" dont parle l’article ci-dessus... fait bien rire ! Ne dit-on pas "au pays des aveugles, les borgnes sont rois ?" .

     

    • Merci de mentionner le decodage biologique.
      Le Docteur Hamer avait decouvert le fonctionnement du cerveau et l’impact de la pillule il y a plus de 30 ans, qu’il y a un cerveau feminin et un cerveau masculin.

      Une femme droitiere sous pillule devient plus masculine dans ses comportements (plus active, plus rentre dedans, plus controllante, rentrant dans des coleres plus facilement et plus violemment, et aussi plus agressive sexuellement, etc) et developera des maladies plus masculines (crise cardiaque par exemple).

      Les femmes perdent leur personalite de femme donc sont destabilisees dans leur reperes societaux, familiaux et amoureux. Par projection, ca destabilisent les hommes.


  • Que dire sur les effets de la pilule abortive !


  • C’est toujours ce professeur Israël Nisand que l’on interroge quand il s’agit de pilule ! Pour rappel, il est le chef du département de gynécologie-obstétrique des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, animateur des Samedis de la contraception (formation proposée gratuitement aux professionnels des grandes villes de France, et financées par les laboratoires) et instigateur du projet de pass’ contraception, dispositif actuellement testé dans plusieurs régions, permettant aux lycéens de consulter afin de se faire prescrire une contraception anonymement et gratuitement, sans passer par la carte vitale et l’accord des parents...


  • c est connu depuis les annees 60. des Danoises sans antécédent psychiatrique et âgées en moyenne de 21 ans ont été suivies pendant un peu plus de huit ans.Elles ont présenté des risques relatifs de passer à l’acte multipliés par 1,97 et 3,08.Il est multiplié par 1,91 avec la pilule œstroprogestative, 2,29 avec la pilule progestative, 2,58 avec l’anneau vaginal et 3,28 avec le patch.Quelles alternatives ,Un DIU en cuivre coûte 30,50€ sans hormones ,durée d’action de 4 à 10 ans ,on le sait trop peu, mais il peut servir de contraception d’urgence après un rapport https://ginecosofia.com/?v=0885de5fa089 non protégé s’il est posé dans les 5 jours suivants ce rapport à risque et permet d’être ensuite protégée durablement.MAIS attention pour certains sterilets :Stérilets Ancora et Novaplus (seuls ou en set complet de pose Sethygyn). Le préservatif féminin (Femidom®)contraceptif et mst.La Symptothermie https://symptothermie.com/ , lire :le site de sabrina debusquat :http://jarretelapilule.fr/le-livre/ , le site Ginecologia Natural https://ginecosofia.com/?v=0885de5fa089 https://docplayer.fr/83128821-La-gynecologie-do-it-yourself.html , Mon plan de contraception naturelle Alexandra Pope,Mona Hébert La médecine des femmes,mamamelis rina nissim , des groupes facebook “Gynécologie au naturel” , des applications Ovulation Mentor, sympto.org, iCycleBeads, LilyPro, Lady Cycle.


  • La contraception chimique hormonale permet de déresponsabiliser et mettre sous tutelle les cycles naturels ... une seule manière de reprendre son autonomie, la contraception naturelle à l’aide de la symptothermie


  • Aaaaa oui !
    C’est pour ça que j’arrive à supporter la mienne de femme, c’est parce-qu’elle prend pas la pillule, d’accord
    Parcontre j’en peux plus de mes gosses , ça hurlent, se chamaillent, galopent dans tous les sens chez moi
    En plus de 10 ans et une constante d’un gosses tous les 2 ans 
    Je rêve parfois de perdre une couille
    Boon enfin du coup ceci explique cela
    Non je déconne vivement l’an prochain le petit septième

     

  • Et toutes ces hormones de synthèse se retrouvent dans l’urine des femmes, évacuées par les eaux usées en direction de stations d’épuration qui ne sont pas équipées pour les traiter, puis renvoyées sans complexe dans la nature, contaminant ainsi nos milieux aquatiques.

     

  • ... toute une découverte.


Commentaires suivants