Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les iconoclastes veulent s’en prendre à la ville de Saint-Louis

Karl Marx a dit un jour que l’histoire se répète, d’abord comme une tragédie, puis comme une farce. Rien ne prouve mieux la véracité de cette affirmation de Marx que la bataille grotesque autour de la statue de Saint Louis à Saint-Louis du Missouri, bataille qui a suivi de près la tragédie de George Floyd à Minneapolis.

 

La bataille pour la statue a commencé comme un exercice de politique de groupe identitaire, et elle a vite dégénéré en un exemple de vol d’identité. Le principal protagoniste de cette histoire est Umar Lee, qui est né Bret Darran Lee en 1974 dans une famille presbytérienne du sud et a grandi à Florissant, dans le Missouri, juste à la sortie de Saint-Louis. Lee peut être noir ou non, ce qui est un marqueur idéologique basé sur un fait biologique mais indépendant de celui-ci, car il affirme, selon le Jerusalem Post, qu’il « a deux frères et sœurs plus jeunes qui sont à moitié afro-américains ».

Le 9 août 2014, Michael Brown Jr., un homme noir de 18 ans, avait été tué par balle par Darren Wilson, un policier blanc de Ferguson, âgé de 28 ans, dans la ville de Ferguson, dans le Missouri, une banlieue de Saint-Louis, ce qui a entraîné de vastes émeutes. Après la mort de Michael Brown, Lee s’est impliqué dans les manifestations sur le thème Black Lives Matter à Ferguson, et a été arrêté à deux reprises puis, selon ses propres termes, « enfermé ». Après avoir été licencié de son travail de chauffeur de taxi, Lee est devenu un militant à plein temps, mais peu connu. En 2015, Lee a remarqué que des statues commençaient à tomber à Saint-Louis, en grande partie à cause de l’agitation des juifs de Saint-Louis. À un certain moment de cette période, Lee a pris contact avec Ben Paremba, un restaurateur israélien qui était « passionné » par la promotion d’Israël et d’autres causes juives. À cette époque, Paremba était aussi peu connu que Lee, mais tout cela a changé après que la presse juive a pris connaissance de leur pétition pour le retrait de la statue de Saint Louis et a commencé à les promouvoir en tant que « Croisés » pour la justice sociale, si vous me pardonnez l’expression.

Dans une série de tweets, Lee a essayé de façonner son personnage de musulman lésé, en évoquant les Croisades comme l’origine de ses griefs, mais la source sous-jacente de ses revendications lui avait été inspirée par un groupe de juifs, qui étaient furieux que la ville où ils étaient venus étudier ait érigé une statue en l’honneur d’un roi qui avait brûlé le Talmud.

Dès que Lee a mentionné le terme « antisémitisme », la presse juive s’est mise à publier des articles qui ont fait de Lee un « croisé » des droits des Juifs. En raison de son philosémitisme, Lee s’est rapidement retrouvé encensé dans la presse juive. Écrivant pour l’Agence télégraphique juive, Ben Sales a décrit Lee comme « un activiste local qui a lancé la pétition et a également pris part à une campagne réussie pour enlever un monument confédéré voisin en 2017 ». Lee, poursuit Sales, « n’est pas juif mais a lancé la pétition à cause de l’antisémitisme de Louis IX ». Parce que la pétition de Lee qualifiait Saint Louis d’« antisémite enragé » qui « avait inspiré l’Allemagne nazie », elle a commencé à « obtenir le soutien juif » des juifs de Saint-Louis comme le rabbin Mrs. Susan Talve, dame rabbin fondatrice de la Central Reform Congregation de la ville, qui a déclaré que « la démolition de ce monument contribuerait à faire progresser la justice raciale aux États-Unis ». Selon Susan Talve, les juifs de Saint-Louis « parlent de cette statue depuis longtemps ». Talve a ensuite ajouté que l’enlèvement de la statue constituerait « un geste très important de récupération de l’histoire, de la récupération des histoires qui ont créé le racisme institutionnalisé dont nous essayons de nous dépêtrer aujourd’hui ». « Si nous ne sommes pas honnêtes à propos de notre histoire, nous ne serons jamais capables de démanteler les systèmes d’oppression sous lesquels nous vivons ».

« Susan Talve détestait le cardinal Burke », selon un catholique connaissant bien la scène locale. Il a poursuivi en disant que Burke lui avait dit que Talve avait « une animosité envers lui pour des raisons que je ne comprends pas ». Aveuglé par plus de 50 ans d’une expérience ratée connue sous le nom de dialogue judéo-catholique, Son éminence était manifestement incapable de voir que l’animosité de Talve à son égard était basée sur son animosité ancestrale envers l’Église catholique, qu’il dirigeait à l’époque à Saint-Louis. Sans surprise, l’animosité du rabbin Susan Talve envers l’Église catholique a fait d’elle une avocate de l’attaque de Lee contre la statue.

Les catholiques de Saint-Louis étaient déterminés à ignorer l’animosité ethnique qui se cachait derrière cette lutte. America Needs Fatima, un groupe de façade de la secte brésilienne Tradition, famille et propriété s’est joint à la mêlée, critiquant les « politiciens aux poignets mous » qui cédaient aux « extrémistes révolutionnaires ». José Ferraz, coordinateur de la protestation de l’ANF, a affirmé que les « catholiques américains » qui étaient « forts dans leur foi » se voyaient « bousculés par les révolutionnaires anarchistes », mais sans identifier aucun des acteurs réels du conflit.

Après que l’activiste local Jim Hoft eut annoncé qu’un groupe de catholiques associé à son site web Gateway Pundit allait défendre la statue, Lee a publié une déclaration décrivant ce qu’il savait clairement être un groupe de catholiques comme des « nationalistes blancs » aux côtés de « ceux qui sont sur la bonne voie, comme ceux qui avaient organisé l’infâme et tragique rassemblement à Charlottesville ».

Hoft a ensuite répondu en affirmant que Lee avait délibérément présenté le groupe du chapelet Gateway Pundit comme étant des racistes blancs : « Nous sommes des chrétiens et des alliés chrétiens qui croient que nous avons toujours la liberté de pratiquer notre religion en Amérique. Nous organisons un rassemblement de prière avec des hommes catholiques et chrétiens. Et maintenant, nous sommes menacés – en Amérique. Nous ne nous excuserons pas pour notre christianisme. Pas à Saint-Louis. »

Le chef d’un groupe local de rassemblements pour dire le chapelet, pris par la propagande de Lee, a commencé à soupçonner que les activistes catholiques locaux de la manifestation du chapelet « pourraient être soutenus par les suprémacistes blancs » et a mis en garde son groupe. Il a ensuite retiré son premier tweet après avoir appris que la manifestation du Rosaire était parrainée par le militant local Jim Hoft’s Gateway Pundit et TFP-America Needs Fatima. Aucun des deux groupes n’avait parlé des juifs. Par conséquent, aucun des deux groupes n’a pu discuter de l’acteur le plus important du conflit. Les deux groupes sont donc devenus des guerriers par procuration dans un exercice de théâtre de rue qui a permis de dissimuler la véritable dynamique du conflit.

Dans son article, Sales a trouvé un catholique local qui a vaillamment tenté de défendre le saint éponyme de la ville, pour être ensuite battu par Susan Talve, qui a déclaré : « affirmer que votre façon de faire est la seule position défendable, c’est toujours faux », alors que c’est là précisément l’essentiel de ce que les juifs locaux et leur homme de paille musulman imposaient aux citoyens de Saint.

Hoft a qualifié de « mensonge » l’affirmation de Lee selon laquelle « les personnes de bonne volonté comme celles qui ont organisé le rassemblement infâme et tragique de Charlottesville » étaient responsables de la manifestation défendant la statue, et a ajouté : « Il n’y a personne du rassemblement de Charlottesville ou qui ait été lié au rassemblement de Charlottesville ou qui ait promu le rassemblement de Charlottesville qui sera présent au rassemblement de prière (que nous connaissons) ».

La détermination de Lee à transformer la bataille des statues en un conflit racial a commencé à susciter l’opposition de la communauté noire sur Twitter, inspirant un observateur à écrire « Fuck Umar Lee’s Bitch ass ». Il s’est fait virer pour avoir pris une vidéo d’entreprise pour déclencher une tension raciale. Il est blanc. Pas noir. Désolé POS.

Il était désormais évident que la population noire de Saint-Louis, bien qu’elle ait été entraînée dans la coalition ad hoc de Lee, n’avait rien à revendiquer dans ce combat. Il s’avère que Saint Louis n’a jamais possédé d’esclaves. Une fois l’élément racial disparu du conflit, ses dimensions religieuses ont commencé à émerger. La bataille pour la statue était une guerre religieuse entre catholiques et juifs, dans laquelle les deux parties étaient désireuses de cacher la véritable configuration ethnique du conflit. Lee et Hoft étaient tous deux déterminés à dissimuler l’identité de leurs opposants ainsi que celle de leurs partisans. Comme l’a dit un observateur local, « les Juifs finissent par se retrouver dans une situation où tout le monde est gagnant. Soit Lee réussit à faire tomber la statue, soit Hoft réussit à devenir le héros gay marié et pro-sioniste des catholiques locaux sans évêque qui sont trop craintifs pour s’organiser seuls. Nulle part les catholiques, les Noirs ou les musulmans n’y gagnent. Le fait d’être pro-sioniste à un certain niveau donne probablement à Hoft la permission de se comporter de manière inappropriée sur le plan sexuel, puisque les juifs sont les promoteurs des droits des homosexuels en tant que mouvement. C’est sa façon de les rembourser, même s’il est profondément conservateur, comme un garçon de ferme typique de l’Iowa, élevé dans le catholicisme, dans tous les autres domaines ».

Même après que la nature judéo-catholique du conflit est devenue évidente, Lee a continué à dépeindre la foule pro-statue comme des racistes blancs. Dans les jours qui ont précédé le rassemblement du samedi, Lee a tweeté une photo de Hoft aux cheveux blonds avec ce texte en guise d’explication. « C’est le gars derrière le rassemblement des nationalistes blancs du samedi à midi sur Art Hill. C’est pourquoi il est important pour nous de nous présenter à onze heures . . . Jim Hoft et le Gateway Pundit se sont trompés de façon absurde. »

Quelques heures plus tard, Lee a tweeté : « Je ne permettrai jamais aux nazis, aux racistes et aux nationalistes blancs de tenir des rassemblements à Saint-Louis sans riposte, même si je suis seul. » Quelques heures plus tard, Christine Eidson Christlieb a tenté de rétablir les faits en tweetant : « Les personnes qui prient le chapelet tous les soirs devant la statue ne sont pas des nationalistes blancs. C’est tout simplement faux. Ce sont des catholiques. »

Ignorant le tweet de Christlieb, Lee a continué à promouvoir le vol d’identité, tweetant le 24 juin que « les nationalistes chrétiens blancs et la droite ont annoncé un rassemblement samedi devant la statue de Louis IX. S’il vous plaît, partagez. Nous devons les contrer. Appel à tous les hommes catholiques et chrétiens et à leurs alliés ». La fausse demande de soutien catholique – alors que Lee savait que c’étaient les catholiques qui étaient de l’autre côté de la protestation – en disant que leurs chapelets exposaient la grammaire cachée de la stratégie de Lee, qui consistait à refuser à ses opposants leur véritable identité et à faire d’eux des « nationalistes blancs », un groupe qui pouvait dès lors être privé de son droit constitutionnel à la liberté d’expression et de réunion. J’ai discuté de ce stratagème dans mon article comparant la marche des Arbaeen à Dearborn, qui était considérée comme légitime en raison de son parrainage religieux, et le rassemblement "Unite the Right Rally" à Charlottesville, qui était illégitime précisément parce que les manifestants étaient « blancs », une désignation qui les privait de toute protection constitutionnelle. Lee savait qu’il avait affaire à des catholiques, mais il a insisté pour les qualifier de suprémacistes blancs parce que c’était la catégorie qui permettait de les diaboliser.

Les tweets de Lee tout au long de la période qui a précédé la manifestation du 27 juin ont clairement indiqué que sa véritable animosité visait les catholiques de Saint-Louis, et non pas les suprémacistes blancs ou les nationalistes. Lee a tweeté : « Mel Gibson est probablement le plus éminent catholique traditionnel et critique de l’église moderne connu de la plupart des Américains. C’est aussi un antisémite enragé qui a battu sa femme. Je suis sûr que l’armée de Twitter qui défend Louis IX est très fan de lui. »

Umar Lee n’est pas un musulman typique. Il n’a jamais rien dit sur le sort des Palestiniens qui sont sur le point de perdre le contrôle de la Cisjordanie. Il a omis de mentionner le lien entre la prise du genou qui a vraisemblablement tué George Floyd et les séminaires sponsorisés par l’ADL qui ont permis de présenter les policiers de Minneapolis aux instructeurs israéliens à Chicago en 2012. Au lieu de cela, il a affirmé qu’« avec le déboulonnage de la statue de Louis IX, ce ne sera pas la première fois que des musulmans et des juifs se sont concertés à Saint-Louis pour éradiquer le mal ». Combinant ensuite deux tropes contradictoires, Lee a décrit ses opposants comme des « fascistes catholiques de droite », dont les « passe-temps favoris » étaient « de brûler et de piller les juifs et d’empaler les hérétiques ». Au lieu de défendre la statue de saint Louis IX, Lee a estimé que ses ennemis catholiques feraient mieux de passer leur temps à étudier l’histoire juive et à faire du bénévolat « pour aider les milliers de victimes de crimes sexuels dans l’֤Église ».

Lire la suite de l’article sur plumenclume.org

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2511377

    Au sujet du roi saint-Louis ces précisions en provenance d’historiens qui remettent à l’endroit les actions politiques de ce grand roi :

    Il fit confisquer les biens des Juifs en 1251. En 1268, il fera expulser les Juifs et les Lombards. Selon Jacques Le Goff « Saint-Louis » Ed.Gallimard, 1996 : « ce qui est visé, c’est l’usure, non le marchand, ni l’étranger, ni le juif. Il n’y a rien de racial dans l’attitude de St-Louis. »

    Il fit brûler le Talmud, mais l’historien israélite René Groos explique dans « Les Juifs en France avant la Révolution « p. 275 in « Revue Universelle « 15/10/1923 :
    « Sa seule intention était de détruire ce livre (Talmud) misérable, qu’il regardait comme l’obstacle principal à la fusion des Juifs avec les sujets chrétiens de son royaume, et de supprimer ainsi cet élément hétérogène, dont la dissidence s’accusait de plus en plus dans l’État et devenait un danger pour l’unité nationale. Les Juifs étaient demeurés réfractaires à toute tentative d’assimilation et tendant, au contraire, à former un véritable État dans l’État, Saint Louis dut bien s’incliner devant l’évidence du fait et reconnaitre à ce peuple exotique, sa qualité d’étranger qu’il voulait conserver. C’est pour marquer d’un signe extérieur cet isolement volontaire où les Juifs se plaçaient obstinément qu’il les obligea, par l’ordonnance de 1269, à porter la rouelle, non pas (il y faut insister, car ce sujet a fait verser des flots d’encre) pour les humilier, mais bien pour les distinguer, pour les empêcher de dissimuler, quand ils croiraient avoir intérêt à le faire, leur qualité d’étrangers. « 

     

    • Plusieurs déclarations de Louis IX enjoignent aux Juifs d’arrêter de pratiquer l’usure et de prendre des métiers normaux dont il donne une liste à titre d’exemple, comme agriculteur, artisan, etc.

      J’avais étudié le phénomène en Champagne.

      Quelques Juifs s’installaient dans un bourg, et au bout de 20 ans tout le monde leur devait de l’argent, ils détenaient des hypothèques (ventes à réméré) sur toutes les maisons, la moitié de la ville était à eux.

      Donc il y avait une "émotion populaire" pour attaquer leur maison et se libérr des dettes en reprenant ou en brûlant les actes.

      Les juifs avaient un statut d’étrangers sous la protection du roi, avec des lettres patentes portant statut qui définissaient leurs droits et leurs obligations particulières. Ils avaient leurs syndics, leurs notaires, leur droit civil, leurs juges, leur état civil, leur calendrier, etc

      Quand ces révoltes commençaient à devenir nombreuses, les baillis royaux n’avaient plus assez d’hommes pour les protéger, d’autant plus que les bourgeois et les seigneurs étaient souvent aussi devenus créanciers des juifs, et qu’ils voyaient avec soulagement leurs maisons brûler avec toutes leurs archives.

      La seule protection possible consistait à les mette à l’abris en prison, et à les condamner à une amende pour usure, puis quand le nombre de ces révoltes "antisémites" devenaient trop nombreuses, à annuler toutes les dettes, et si ça continuait à les expulser du royaume.

      Voilà toute l’histoire du peuple qui a beaucoup souffert de l’antisémitisme.


  • Saint Louis a fait brûler des talmuds et non des thoras. La thora est le livre divinatoire des juifs et des chrétiens qui fait entrevoir l’avenir du monde (connu de Dieu et la thora est la "sagesse" de Dieu) au vu d’une histoire événementielle racontée des juifs. C’est une histoire momifiée. Si la vraie histoire ne cadre pas avec l’histoire momifiée, on la nie ou on la force. Les chrétiens ont fait de même. C’est ainsi qu’on fit naître Jésus à Bethléem alors qu’il était né à Nazareth, parce qu’il le fallait, pour en faire un davidien et répondre aux "prophéties". Ceux qui fêtent Noël s’en foutent un peu...

    Le talmud quant à lui n’est qu’un ramassis d’études de cas, de casuistique, une sorte de jurisprudence rabbinique qui fout les jetons. Elle est aussi lisible que le Grand Zohar, le petit Zohar et les véridiques prognostications d’Alcofibras Nasier et de Michel de NostreDame réunis, ou même les quatre mille volumes du Dalloz et de la Gazette du Palais. Ce serait intéressant à lire mais on ne peut pas. Et c’est d’un chiant.

    Toutes les religions fondent leur autorité sur des livres qui existent, qu’on respecte, mais qu’on ne lit pas, ou peu. Les livres sacrés des romains, les livres sybillins, étaient écrits en étrusque, que personne comprenait. Les indiens et les perses ont les védas, écrit en une langue sacrée préhistorique. L’Eglise parlait avec des airs entendus des "Pères de l’Eglise" Mais qui a lu les pères de l’Eglise ?! La France a été gouvernée pendant 1500 ans par les "Lois fondamentales du Royaume" qui étaient simplement coutumières, orales ! En 1790, on a demandé au Parlement de Paris ce qu’il en était et les parlementaires ont été obligés de répondre que ces lois n’existaient pas comme lois écrites. Ils en ont fait un digeste indigeste d’une page qui ne parlait que de la succession au trône alors que l’Assemblée constituante elle pondait textes sur textes sur les "Droits de l’Homme" !

     


    • Toutes les religions fondent leur autorité sur des livres qui existent, qu’on respecte, mais qu’on ne lit pas, ou peu



      Comme les lois et contrats d’aujourd’hui, toujours dans le sens de vous baiser surtout si vous signez...
      La religion est la plus grande escroquerie qui soit


  • #2511396

    Le grand roi Saint-Louis savait ce qu’il faisait et pourquoi il le faisait ;
    il s’est séparé des uns et a combattu les autres.
    Pour que la France soit à nouveau belle et grande,comme son peuple aime qu’Elle soit,il lui faut retrouver ses racines et se séparer de ce qui l’entrave,il n’y aura pas d’autre solution,faudrait-il qu’Elle descende jusqu’en Enfer.


  • Idiocratie américaine saupoudré de vengeance religieuse talmudique... Blm qu’ils appellent ça


  • Ils ont oublié de prendre leurs médicaments...


  • La ville de saint louis , Missouri , fut fondée par deux marchands français, au milieu du 18e siècle, peu de temps avant , la cession de la Louisiane , par louis xv ,elle fut peuplée pendant quasiment un siècle d’une population majoritairement francophone, donc si le nom de la cité ne plaisait pas aux inuits, ils étaient libres de ne pas s’y installer...

     

    • En réalité, Louis XV a cédé le canada aux anglais, c’est Napoléon qui a vendu la Louisiane aux américains.


    • louis xv céda , après la défaite de la guerre de 7 ans , la Louisiane, dont la ville de saint louis , aux espagnols, Napoléon la récupéra aux débuts du 19ème siècle , et la revendit aux américains.


    • Et encore les américains n’ont pas tout payé. Ils ont retenu un montant important au prétexte que le Directoire leur avait confisqué des bateaux de commerce pendant la fameuse "undeclared war" guerre non déclarée (ce qui permet au américanomaniaques de prétendre que la france et l’amérique n’ont jamais été en guerre. Ce qui est faux.

      Cette somme n’ayant pas été payée, la vente de la Louisiane est nulle. Il faut la reprendre. C’est la France. Boutons les américains hors de France !


  • Occupation du monde entier au détriment des impurs, la double peine éternelle. Comment les anglo-saxons ont-ils pu devenir de tels esclaves ?!


  • Rav Ron Chaya parle toujours de la fin d "Edome" l’Europe, selon le messianisme juif, à mon avis il faut comprendre les Etas-Unis comme le suggère Imran Hossein, car il n’ y plus grand chose en matière d’influence dans le monde des européens à démolir. C’est peut être l’explication à tous ces troubles de toute sorte en ce moment aux US.

     

  • Ils vont bientôt attaquer l’homo sapiens qui a (soit disant) éradiqué le Néandertalien (aux traits de noir) ! J’adore ce spectacle d’abrutis. C’est du Kev Adams gratuit


  • « Les Etats-Unis d’Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence, sans jamais avoir connu la civilisation. » (citation apocryphe)