Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Les nazis ont-ils survécu ?" : Nicolas Lebourg fantasme sur la violence de l’extrême droite

C’est la blague du jour, et elle est à mettre au crédit du spécialiste de l’extrême droite, de la Seconde Guerre mondiale, du nazisme, du néonazisme, du post-nazisme, d’Adolf Hitler, des internationales fascistes, du Front national, de l’Ordre nouveau, des croisés de la race blanche et de la Shoah, nous avons nommé le grand, le très grand Nicolas Lebourg !

 

Le petit propagandiste sort un livre intitulé Les Nazis ont-ils survécu ? et il entend prouver le lien indéfectible entre violence et extrême droite. Et ce au moment où toute la violence d’en bas est le fait de l’extrême gauche, et toute la violence d’en haut du gauchisme libéral (macronisme).

On a beau se frotter les yeux mais on doit se rendre à l’évidence : il y a des gens qui voient des fantômes. Premier grand média et non des moindres à ouvrir ses colonnes en forme de cuisses au « chercheur associé au Centre d’études politiques de l’Europe latine » (Cépel, CNRS-Université de Montpellier), l’incorrigible Le Monde, qui saute sur tout ce qui peut faire point Godwin. On a évidemment sauté nous aussi sur la farce conjointe des deux usines à désinformer.

Voici les deux premiers morceaux de l’interview :

« Vous prenez soin de prévenir dans votre livre : on ne peut pas comparer les époques, et il serait erroné de se référer aux années 1930 pour analyser la période actuelle. Pourtant, on ne peut s’en empêcher en lisant votre ouvrage…
Mais c’est normal, même moi je me suis fait rattraper par l’actualité, alors que je voulais faire un livre centré sur les années 1950 ! À peine ai-je rédigé l’introduction, que survient l’attentat antisémite dans la synagogue de Pittsburgh. J’envoie enfin le manuscrit finalisé et le lendemain, attentats dans les mosquées de Christchurch…

Parce qu’il y a, aujourd’hui, une résurgence de la violence d’extrême droite ?
La violence de droite est passée devant celle de gauche en 1980. Les années 1968 étaient finies et l’obsession ethnique venait. Plus qu’une résurgence, il y a surtout des concordances, aujourd’hui, à l’échelle globale. Ce qui a travaillé lentement, longuement, est aujourd’hui à maturation. Il faut dire qu’il y a tous les éléments pour les unir : la crise des réfugiés, les attentats, un peu partout la déliquescence des offres politiques existantes… C’est tout ça qui a libéré la dynamique violente à l’extrême droite. »

La dynamique politique, d’accord, mais la « dynamique violente » à l’extrême droite ? Où ça ? Quels sont les attentats ou événements violents attribués à l’extrême droite en Europe et en France ces dernières années ? Il y a bien eu des attentats islamistes ou dits islamistes – car les musulmans installés en Europe ont tout à y perdre (le Système n’ose pas encore dire attentats musulmans, mais avec un coup de pouce des nationaux-sionistes, ça ne saurait tarder...) –, il y a eu des violences récurrentes d’extrême gauche dans les rues des grandes villes de France (de 2016 à 2019), il y a la violence sociale permanente du gang libéral au pouvoir chez nous depuis 1983, mais on ne voit pas de violence d’extrême droite.

 

 

Même quand les identitaires ont bloqué les infiltrations de migrants conduits par des Herrou utiles dans les Alpes, ils n’ont blessé personne, à part les sempiternelles pleureuses trotskistes qui occupent les médias mainstream. Non, on ne voit pas. Mais Nicolas Lebourg, la cervelle farcie d’exactions SS, qu’il superpose sur un présent par trop dérangeant pour son gauchisme, les a vues.

« Ce que j’essaie de montrer également avec ce livre, c’est que le racisme uniquement vu comme un système de discrimination, tel qu’on le présente dans le débat intellectuel français depuis quelques années, est une erreur. C’est un système bi-face : l’amour de soi et l’exclusion de l’autre évoluent ensemble. Durant la Seconde Guerre mondiale par exemple, la question du génocide et celle de l’identité européenne cheminent exactement ensemble dans la tête de la SS. Cette façon de se focaliser sur les discriminations nous fait oublier que plus monte l’idéologie unitaire, plus monte également le désir de purification. »

Ah, OK, on voit, un amalgame entre racisme et génocide, donc les nationalistes des pays européens qui disent stop à l’immigration massive décidée par les hautes instances du mondialisme, auxquelles nos gouvernements sont inféodés, sont des assassins en puissance. La violence d’extrême droite, la voici. C’est une violence en puissance et par amalgame fantasmée par de pseudo-chercheurs sans idées, à part celles de briller dans les médias qui ont besoin d’échanger le véritable fascisme du pouvoir profond avec le pseudo-fascisme de l’extrême droite. Une partie de bonneteau qu’on connaît par cœur mais que le grand public a du mal à admettre. C’est normal, les Français sont gentils... Ils ne voient pas le mal, ou préfèrent ne pas le voir.

Lebourg, lui, à défaut de voir le mal que le CRIF fait à la France, voit le mal nazi partout, surtout chez ceux qui s’opposent au pouvoir incommensurable du CRIF. Dites comme ça, les choses sont plus claires.

Le plus drôle dans l’interview – ce sont les propos de Lebourg dans Le Monde que nous commentons, pas son livre antinazi – c’est que ce rentier du fascisme universitaire accuse Macron de capitaliser dessus !

« Emmanuel Macron lui-même instaure ce face-à-face, en se définissant comme le chef de l’État progressiste face aux nationalistes, dans le duel qu’il met en scène avec Marine Le Pen…
Oui. Il essaye de construire une rente sur un système électoral à deux tours, parce qu’il sait que beaucoup d’électeurs, quoi qu’ils pensent du macronisme, le choisiront en cas de second tour face à l’extrême droite. C’est intelligible au niveau politique, mais Emmanuel Macron joue un jeu dangereux avec l’extrême droite. Refuser le débat idéologique en disant « il n’existe qu’un seul choix entre les eurolibéraux et les nationalistes d’extrême droite » revient à dire que la démocratie libérale ferme le champ des possibles. »

Quelle découverte, des analystes politiques le disaient déjà sous Mitterrand, quand le Sphinx avait choisi d’ouvrir les portes de la représentation politique à Le Pen et son parti en 1984, année de la création de SOS Racisme...

 

Dans cet extrait de conférence, Nicolas Lebourg raconte la « socio-histoire de l’extrême droite radicale »...

« Chaque crise géopolitique nous amène une mutation de l’extrême droite »

 

Ces nazis (centenaires) qui courent toujours (en boitant) :

Lebourg est partout, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce qui est certain par contre, c’est que la connerie perdure.

     

  • LF Céline, dans une lettre écrite pendant l’occupation : " La loi je la connais, ce sont les trois livres que j’ai écrit " . Il s’agit de Bagatelles, de l’Ecole et des Beaux draps . Cette somme célinienne nous devons l’avoir toujours en mémoire, elle est toujours valable, et la preuve en est que ceux qui veulent détruire la France interdisent sa publication . Tant qu’il y aura des céliniens il y aura de l’espoir, l’immense écrivain continuera à faire vivre sa patrie .

     

  • Et l’ extreme gauche ? L ’ANGE AU SERVICE DE L’humanité surement ..Vraiment les cons ca osent tout ....., et si la sécurité sociale ne rembourse pas la connerie , celui -la il finira sur la paille .

     

  • Si l’extrême droite était violente il y a longtemps qu’il se serait pris une branlée ce le bourrichon.


  • pour répondre à sa question , oui, ils se sont installés en palestine


  • Au lieu de voir des nazis partout, on pourrait se poser la seule question qui importe vraiment en ces temps de liesse populaire frénétique : quelle tenue va porter Meghan Markle à sa sortie de la maternité ?

     

  • #2192710

    La maison de ma famille a été réquisitionnée pour héberger des officiers Nazis lors de la WW2,la seule violence dont mes ancêtres ont été victimes , est d’avoir eu à supporter les saluts et les baise mains des officiers et les concertos de Mozart joués gratos par un "occupant " musicien . Ils habitaient l’Est de la France et ont continué à vaquer à leurs occupations comme d’ordinaire .
    Personne ne les a seulement insulté ,ni molesté . Il n’en est pas de méme dans le métro ou les rues de la capitale aujourd’hui .
    Perso , je ne regretterais pas d’étre reconnu d’origine
    Celto- Germanique et d’en avoir le passeport .
    .Les Germains sont une part de mon ADN ,alors que la nationalité " Française" n’a aucun sens pour moi .
    Le Bushman de NZ qui séjourne 3 jours sur le territoire devient " Français ".
    Mes bannières ne sont surement pas le drapeau tricolore Franc -mac des Judéos- révolutionnaires .Mes bannières sont celles de millions d’humains qui ont créé l’Europe ,ses Nations avec leur sang et leur cœur .Des Hommes dont les os engraissent nos patates .

     

  • Question bête : d’où vient ce terme de "nazi" ?
    Pendant la guerre on parlait pas de "nazis", mais de boches, de chleus...
    Pas de rapport avec ashkénaze en anglais ("ashkenazi") ?
    Bon, bon...

     

  • Lebourg moi le mou qui nous informe que le FN est une rente pour les politicards comme Macron (et ses prédécesseurs ), elle est bien bonne celle-là ! Ben mon cochon, t’es une sacrée lumière, j’espère que t’as pas trop sué là-dessus ! Par contre il ne semble pas l’avoir effleuré que c’en est une pour lui aussi de rente, et pas qu’un peu ! Et sur notre dos également ! Donc t’es bien gentil Nico, mais comme dirait Dieudo, ferme-la à tout jamais, physiquement !


  • Jamais entendu parlé de ce loser.


  • "l’amour de soi et l’exclusion de l’autre évoluent ensemble".
    ou est ce qu’on peut pécho le tee shirt ... je suis friand de koans zen et énigme illuminatives en tout genre !

    je vais à une soirée james brown ( i’m black and proud) puis j’enchaine sur une after mahgreb united ....
    et si j’ai encore la péche je finirai par faire un tour au marché régional pour les produits locaux ou rodent des gens que j’aime bien et qui s’aiment bien , en fait on s’aime bien et l’on a chacuns de l’amour propre pour nous méme.

    à part cela , encore un qui a oublié de mettre en relation bhl ( la guerre sans l’aimer ! ) et les neo nazis azov en ukraine . l’audace de la profession certainement.

    gratitude envers cet éveilleur de conscience , ce trappeur de skin heads , cet éclaireur éblouissant nous indiquant la sortie de la caverne !

    mais surtout le "un grand coup de désordre avant de mettre de l’ordre " = ordo ab chaos . il vient avec cette blague ( improvisée ?) de former le nouveau concept : le franc nazi ou le nazi maçon , ? le mazi ? c’est la fameuse mutation ?


  • Pour parler de la dernière vidéo sur les anciens nazis . Il faut penser que le pilote qui a largué la bombe atomique sur Hiroshima est une légende décoré. Et pour avoir vu un témoignage de ce criminel il en est fièr au nom de la démocratie. C est à vomir

     

    • Tout à fait ! Fier comme Artaban le gonze et prêt à recommencer si on lui demande ! J’ai vu ce criminel non repenti à la télé ! Et il n’est pas le seul ... Les seuls qui doivent se repentir, se flageller et payer ce sont les vaincus et on dirait hélas, qu’ils aiment ça, culpabilisés à mort par des décennies de propagande des "vainqueurs" !


    • Oui à vomir !

      On se demande si c’est la bêtise ou la haine qui l’emportait chez ce "pilote". Certains aviateurs de bombardiers ayant constaté une fois l’Allemagne occupée les souffrances occasionnées aux femmes et enfants allemands par leurs bombardements se sont suicidés, d’autres ont consacré leur vie à tenter de "réparer" leur faute. A l’heure de sa mort, quand ce pilote "atomique" a compris qu’il allait devoir comme chacun d’entre nous, rendre des comptes au Bon Dieu, il a peut-être demandé pardon, en tout cas, c’est ce qu’il faut lui souhaiter.


  • Hier j’ai regardé "la chute" , j’avoue j’ai pleuré quand le héro il meurt a la fin .

     

  • Casse les bonbons avec leurs nazisme c’est trop.
    Même mes grands parents qui ont survécu au camp de travail de Rivesaltes,ont toujours voté pour les vrais amoureux de la France,et comme disait ma grand mère : c’est ceux qui nous rabâches le plus avec le Père Lepen et l’extrême droite en général les adorateurs du nazisme.


  • L’extrême droite c’est un gros mot que la gauche républicaine, donc la république, a inventé pour dire que c’était pas bien d’aimer la France car ça voulait dire en creux que vous détestiez la république.

    La république (universelle) ayant juré la mort de la France sur ses fonts baptismaux.

    Ils ont toujours été très clairs :

    Ce qu’il fallait pour avoir la paix et une gamelle c’était adorer (au sens religieux) la république et donc mépriser la France : être antifrançais donc antichrétien donc antiblanc.

    Tant pis pour vous si vous êtes blanc, chrétien, Français : vous êtes l’homme à abattre, le neo nazi.

    Mais la vérité est évidemment inverse et eux mêmes ne croient même plus à leur propagande (leur catéchisme) :

    - d’abord sur l’échelle de la cruauté, le blanc chrétien français est un agneau, le nazi un honnête boucher, et le républicain un criminel de masse et d’habitude parce que, lui, à la différence du nazi qu’il a surpassé, même en temps de paix, il tue en masse.

    - Ensuite et surtout, pour le républicain tout ce qui est en dehors de SON arc républicain est d’extrême droite : l’extrême gauche à ses yeux n’est qu’une forme brouillonne de SA république.

    Aussi, pour lui, tout abstentionniste est nécessairement d’extrême droite car plus que tout autre, il est en dehors de l’arc républicain en refusant d’y participer.

    Un Gj est d’extrême droite et donc tous les GJ sont d’extrême droite.
    C’est pour cela qu’ils ont envoyé Branco de toute urgence : pour ramener (ou abattre) le bétail échappé.

    Donc, ne croyez pas que l’ O.P. de la République (O.P. : Ordre des Prêcheurs, frère dominicain) Lebourg nous parle de l’extrême droite : il nous parle seulement de l’avant garde de l’extrême droite.

    En fait, de l’avant garde du pays réel.

    Si on veut connaitre son nombre, il suffit de compter les abstentionnistes aux prochaines élections de mai :

    - ce sera le vrai pays réel
    - celui qui ne fréquente plus les messes républicaines.
    - ce qu’ils appellent l’extrême droite
    - soit la nation liguée contre eux.

    C’est tout à fait clair : ils ont très peur de nous.
    Ils ont raison.

     

  • Il y a très certainement partout dans tous les pays du monde, des socialistes, au sens de la doctrine sociale de l’Eglise de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui sont également nationalistes, au sens du patriotisme de tout être humain qui vénère la terre où reposent les dépouilles de ses aÏeux.

    En bon français, des patriotes sociaux.

    Qu’en pensez-vous ?

     

Commentaires suivants