Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les violences de Charlottesville, prétexte à la censure sur Internet

Les géants du Web se coordonnent avec Bruxelles et la CIA

Le prétexte était tout trouvé. Les violences de Charlottesville, en Virginie, qui ont vu l’affrontement soigneusement orchestré d’« antifas » et de gauchistes d’une part, de patriotes nationalistes mais aussi de provocateurs suprémacistes néo-nazis de l’autre, ont relancé la censure d’internet. Le système a commencé par le plus facile. Google et l’hébergeur GoDaddy ont banni les sites néo-nazis Daily Stormer et Stormfront. Sentant l’odeur du sang, les viragos du contrôle des cerveaux ne pouvaient s’en tenir là : il fallait établir une censure qui ne frappe pas seulement le racisme et la haine, mais tout ce qui déplaît à l’oligarchie globaliste, mélangiste et techno-marchande.

 

Depuis déjà un an aux États-Unis, YouTube, propriété de Google, a interdit les publicités pour des programmes conservateurs ou défenseurs de la liberté. À ce jour, des vidéos de plusieurs grandes voix de droite, telles celle de l’ancien représentant républicain Ron Paul, ont été « démonétisées », synonyme de déréférencement. « Chaque jour, le nombre de cibles augmente », dénonce Alex Newman, du site thenewamerican. Pendant ce temps le patron de Facebook, l’inénarrable Mark Zuckerberg, s’engage toujours plus au service de l’immigration de masse, de l’étatisme et autres causes « progressistes », tout en cirant les bottes du régime communiste pour revenir en Chine.

 

James Allsup, Lauren Southern ou Paul Joseph Watson, éditorialistes connus, sont visés

Exemple parmi cent autres, le 30 août, Shane Trejo du site libertarien The Liberty Conservative révélait que Google avait menacé son éditeur de bloquer ses ressources publicitaires s’il ne retirait pas un article de James Allsup, un de ses contributeurs qui avait défilé à Charlottesville sous la bannière « Unite the Right », alors que le papier n’avait rien de diffamatoire. Prétexte invoqué par Google : le texte avait été écrit par un « individu » qui était censé avoir joué un rôle dans l’organisation de la manifestation contre le déboulonnage de la statue du général sudiste Lee.

Shane Trejo indique que sont ciblés des éditorialistes tels que la jeune Canadienne Lauren Southern (22 ans), critique de l’immigration de masse et du féminisme, ou le conspirationniste britannique Paul Joseph Watson (35 ans), qui tous deux bénéficient d’une notoriété considérable sur la toile anglophone.

 

Les violences à Charlottesville servent la censure sur internet

Or, tandis que la censure s’étend, quelques-unes de ses victimes, curieusement, y voient un sérieux avantage. Par exemple Andrew Anglin, du site néo-nazi Daily Sormer, premier à avoir été censuré par GoDaddy puis Google pour un texte ridiculisant la femme tuée à Charlottesville, s’en est félicité. Se réjouissant de voir que le PDG de GoDaddy a été poussé à la démission une semaine après la censure de son site, Anglin écrit « qu’il est évident que (la censure) a été pour eux une erreur ». Elle a apporté plus de publicité à Anglin « qu’aucune autre décision n’aurait pu le faire ». De plus « personne, quelle que soit son opinion, ne peut se satisfaire de voir quelques milliardaires comploter pour contrôler la société », poursuit-il, rejoignant ainsi le consensus anti-business favorable à un encadrement de ces quasi-monopoles de la toile. À l’opposé du spectre politique, des médias de gauche tels Vice s’interrogent sur « le degré de contrôle que peuvent avoir de puissantes compagnies sur les contenus ». Même le PDG de Cloudflare, société qui a essayé de faire disparaître le Daily Stormer, dit son trouble : « Personne ne devrait détenir ce pouvoir. »

L’ONG Electronic Frontier Foundation estime que « sur Internet, toute stratégie destinée à faire taire les néo-nazis sera bientôt utilisée contre d’autres, parmi lesquels des gens avec lesquels nous sommes d’accord ».

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

L’Empire ne peut pas supporter la pensée libre,
voir chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • A ce rythme, il n’auront que du vide à proposer aux internautes vides restants... et tant mieux.
    Il y aura 2 mondes, les CONnectés et les autres

     

    • ca en prend bien le chemin, comparez n’importe quel sub de reddit entre disons 2008 et aujourd’hui, et vous allez voir que ca n’est pas du tout la meme foule, les gens raisonnables ont ete remplacés par des bots et des centres de desinformations


    • Non, pas tant mieux. Le monde sans Internet avait ses avantages, je suis le premier à le reconnaître. Mais c’est pas pour autant qu’il était parfait, car la propagande politique était alors totale et inarrêtable, tout simplement car les grands moyens de communication (journaux, radio, télé, livres, meeting) étaient réservés à une certaine caste et inaccessible aux citoyens comme vous et moi.

      Aujourd’hui c’est différent, nous avons accès au point de vue et à la dissidence de tout pays, de toute origine, de toute classe, et nous avons la possibilité d’échanger directement avec ces personnes ou ces groupes. Nous avons aussi la possibilité de partager et de diffuser nos opinions à grande échelle, à l’échelle mondiale ! C’était impossible avant, du moins pas à cette échelle. Et malgré tout, cette absence de distance est une énorme "liberté" car nous ne sommes plus dans l’impossibilité d’échanger avec d’autres personnes en raison de nos moyens qui nous empêchent de faire le tour du pays, de l’europe, du monde, pour rencontrer des gens qui partagent nos opinions. Ou de faire des conférences.

      Internet est encore libre à l’heure actuelle, même si la tendance ne va qu’en s’empirant. Mais c’est normal car les élites flippent, elles perdaient le contrôle sur les foules avec l’explosion d’internet, mais ils sont au travail pour faire changer tout ca, même si ca va prendre beaucoup de temps je pense. Pour le moment nous avons toujours la possibilité de nous instruire sur TOUT les sujets qui nous plaisent sur internet, alors profitons en et défendons ca, car c’est quand internet sera totalement bridé et bouclé qu’on se rendra compte de la chance qu’on a aujourd’hui avec cet outil.

      Oui internet à ses bons et mauvais côté. Mais ce qui se passe sur internet est un reflet de ce qu’il se passe dans la vie réelle, mais de manière amplifiée. Cela peut être à notre avantage comme à notre désavantage. Il faut comprendre ca plutôt que de se braquer sur des choses que l’on ne connaît pas et dont on n’envisage même pas le potentiel. Vouloir tuer internet, c’est comme vouloir tuer les livres. Ces débats ont déjà eu lieu à l’époque de l’invention de l’imprimerie.

      L’important c’est de faire la part des choses, rester ancrer dans le réel tout en profitant de ce magnifique outil qu’est internet, au même titre que le livre ou la télé(ou en tout cas ce qu’aurait pu être la télé si son accès avait été démocratisé).


    • @Jean Abitbol
      Oui, d’accord sur de nombreux points, mais je pense que l’internet sert les 2 parties : les dissendents ET les autres, et donc surtout l’oligarchie qui a des sacrées longueurs d’avance. Je disais tant mieux car les gueux en resteront à se farcir le contenu vide que proposera la censure genéralisée. De toute façon, le monde n’a jamais été gouverné par les majorités, ce qui est bon pour la dissidence. Donc tant mieux. Cela dit, la dissidence mondiale n’est pas unie et se déchire de trop, contrairement à l"élite"...
      En tout cas merci de m’avoir lu !


  • Le système fait une pierre deux coups. En tout cas, il se précipite de plus en plus. J’imagine que les vrais décideurs, voyant leur heure arriver à grands pas, mettent les bouchées doubles afin de casser la liberté et d’essayer de mettre à genoux tout les empêcheurs de tourner en rond que sont les citoyens qui ne sont pas endoctrinés par leur propagande à l’attention des vieux et plus jeunes.


  • Pourtant, Cloudflare et GoDaddy hébergent volontiers et à bras ouverts les sites pédophiles.

    "Daily Stormer" n’avait rien de "fasciste et nazi". C’était un site patriotique.

    Par contre, aucun explication sur la suppression/ la censure du site patriotique "Vanguard America".

    Tout pour les pédophiles, les antifas, les homos, les pro-immigrationnistes. Rien pour nous.