Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les voleurs de mots

La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature

Et si nous cherchions les causes de notre impuissance politique ? Que sont exactement ces chaines, pourtant bien fragiles, qui nous entravent et nous condamnent à l’immobilisme et à la soumission, dans un système qui bascule tant et plus vers le totalitarisme idéologique ?

 

Mais, me direz-vous, nous ne vivons pas dans un régime totalitaire, lesquels se caractérisent essentiellement par la confiscation du pouvoir par un parti unique, ne tolérant aucune forme d’opposition organisée. Le totalitarisme va plus loin encore que la simple dictature puisqu’il entend s’immiscer dans la sphère intime de la pensée en imposant à tous les citoyens l’adhésion à une idéologie obligatoire, hors de laquelle ils sont considérés comme ennemis de la société.

La question étant de savoir si le totalitarisme serait compatible avec des institutions démocratiques, comme le multipartisme, les syndicats et une presse « libre ». Et cette question en amène une autre : est-ce que le totalitarisme présuppose la dictature ? La dictature n’est qu’un moyen pour imposer le totalitarisme, il pourrait donc, en théorie, être remplacé par tout autre moyen ou ensemble de moyens permettant l’instauration du totalitarisme. J’entends démontrer que c’est précisément là où nous en sommes aujourd’hui. La démocratie a été presque totalement vidée de son sens, et le pouvoir se contente désormais d’entretenir maladroitement l’illusion démocratique à l’usage des masses, biberonnées dès leur naissance à la propagande.

 

La propagande

Le mot ayant rapidement pris une connotation sulfureuse, il est le plus souvent remplacé aujourd’hui par le concept de relations publiques. En pratique, il s’agit précisément de manipulation mentale des masses qu’Edward Bernays appelait la fabrique du consentement. Dans son ouvrage intitulé Propaganda, publié en 1928, l’auteur expose de manière cynique et froide les rouages de cette machine à forger l’opinion. Qu’il s’agisse de vendre une marque de poudre à lessiver, de pousser les Américaines à fumer pour le plus grand profit de l’industrie du tabac, ou de pousser au renversement d’un gouvernement démocratiquement élu au Guatemala, les ressorts sont les mêmes. D’ailleurs le sous-titre de l’ouvrage ne laisse planer aucun doute : « Comment manipuler l’opinion en démocratie ».

Lire la suite de l’article sur levilainpetitcanard.be

La liberté d’expression en question, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2092215
    le 02/12/2018 par anonyme
    Les voleurs de mots

    ’’confiscation du pouvoir par un parti unique, ne tolérant aucune forme d’opposition organisée’’...
    Non pas totalitaire mais pire encore, puisque tyrannique ; au travers de pseudopartis qui ne participent en fait que d’un seul, destiné à spolier les Français de souche de la possesion de leur pays/territoire/nation par tous les moyens possibles. Emigration massive, mise en difficulté socio-économique, guerres psychologiques permanentes, conflits sociétaux et sociaux permanents, vampirisation de la ressource, propagande/manipulation, endettement, trahisons, cessions de pans industriels, privatisations, désarmement, truquages électotaux, ect...ect...


  • #2092251
    le 02/12/2018 par Domino
    Les voleurs de mots

    Article remarquable, parfaite synthèse des manipulations dont nous sommes l’objet.
    A diffuser !


  • #2092373
    le 02/12/2018 par Elessar
    Les voleurs de mots

    Excellent ! Merci beaucoup ! :)


  • #2092404
    le 02/12/2018 par Eric95
    Les voleurs de mots

    « Macron, démission ! » est une exigence parfaitement justifiée, mais si l’on ne s’attaque pas à « la cause des causes » (Etienne Chouard), à savoir la constitution de la Cinquième République française nous subirons toujours les mêmes maux après le départ de Macron. Cette constitution est en effet une constitution de gouvernement représentatif et donc non démocratique. Pour ma part, je suis royaliste, mais je sais pertinemment qu’il est impossible de passer directement de la Cinquième République imbibée de l’idéologie des Lumières à une monarchie catholique et absolue de droit divin. Pourquoi ? Parce que depuis plus de 140 ans les Français sont victimes d’un lavage de cerveau républicain qui est la principale cause de la déchristianisation de la France. Or, la rechristianisation de la France, qui entraînera la dissipation progressive des préjugés antimonarchiques, est intrinsèquement liée à l’instauration de la vraie démocratie. Les royalistes et les vrais démocrates doivent donc exiger l’abrogation de la Cinquième République française et l’instauration de la Sixième République française dotée d’une constitution démocratique dont l’article phare instaurera le référendum d’initiative citoyenne (RIC).

    J’ai pris mes distances avec Etienne Chouard et ses disciples, mais j’espère qu’ils ont fini de rédiger cette constitution démocratique. Cela fait quand même près de dix ans qu’ils y travaillent !

     

    • #2092611
      le 03/12/2018 par paramesh
      Les voleurs de mots

      tu as parfaitement raison sur le fond, il ne pourra y avoir changement que si on lui donne le droit juridique d’exister, soit une nouvelle constitution qui détermine démocratiquement les règles.


  • #2092609
    le 03/12/2018 par paramesh
    Les voleurs de mots

    totalitarisme, pensée unique n’est pas une tare dans une société sans classes . au contraire c’est un ciment social très fort, une solidarité spirituelle. quand on parle de pensée traditionnelle on parle de pensée totale car il n’y a pas de frontières ni de contradictions entre les différents aspects de la pensée (science, religion, morale, arts etc).
    Là où çà devient un putain de problème c’est dans une société où existent des luttes de classe et donc des intérêts idéologiques contradictoire. (la démocratie est le système politique symbolique type de cette partition idéologique d’une société de classes). Etant bien entendue que la pensée unique imposée est celle des puissants. est-il utile de le rappeler ?.


  • #2092819
    le 03/12/2018 par Leo
    Les voleurs de mots

    Pas vraiment d’accord avec :"Les médias menteurs"
    Dans ce que je vois, je n’ai jamais pris un média en flagrant délit de mensonge.
    Les infos sont souvent parcellaires dans le sens qui les arrange sans être pour autant fausses. Ils sélectionnent également les sujets traités et évitent ceux qui mettraient en cause leurs classes sociales, peu de documentaires sur la vie des "nantis", leur salaire, leur travail, leurs biens, leurs loisirs, leurs réseaux. En revanche, il en existe de nombreux sur tous les aspects de la vie des petits cadres et ouvriers.
    Certes c’est de la manipulation, ce n’est pas éthique mais, techniquement, ce n’est pas du mensonge.

     

    • #2092882
      le 03/12/2018 par Philippe Huysmans
      Les voleurs de mots

      Moi si, il y en a quelques exemples sur mon site, d’ailleurs (rubrique debunk). Je suis l’auteur de l’article.

      Des modifications après coup de titre, de chapo, ou carrément de contenu en parfaite violation de la Charte de Munich. Pareil à la radio, à la téloche.

      Disparition d’articles qui sont devenus rétrospectivement "politiquement incorrect" comme celui que je cite en note de bas de page concernant le réchauffement climatique (Marianne).

      Et internet favorise cela, en quelque sorte : il n’aurait jamais été possible à un journaliste, il y a 20 ans, de passer chez tout le monde pour remplacer leur exemplaire du journal par un autre, plus ou moins caviardé... Mais c’est parfaitement possible sur internet sans que personne n’y voie rien. C’est la raison pour laquelle je serais partisan de développer un système de signature/timestamping pour prévenir (ou montrer) les modifications d’un article, rendant ainsi les bidouillages impossibles. Mais quelque chose me dit que la presse mainstream ne serait pas trop pressée de l’adopter.


    • #2093123
      le 03/12/2018 par Leo
      Les voleurs de mots

      @Philippe
      Je suis allé visiter ta rubrique, on ne peut pas dire non plus que la pêche soit miraculeuse, sans vouloir dénigrer ton travail. Certes, si mensonge il y a, ce n’est pas simple de l’attraper...Et ce sont des mensonges mineurs (l’attentat en Suède de Trump par exemple) et qui peuvent éventuellement être une fake new diffusée trop rapidement par l’AFP (responsable mais pas coupable).
      L’idéal pour ce travail titanesque serait une grosse communauté (internationale de préférence) qui éplucherait toute la presse, débusquerait les mensonges et serait capable d’apporter une contradiction à partir de sources fiables et indiscutables. Le tout sur un site dédié, à forte fréquentation. Je ne sais pas si c’est possible.
      Un bel exemple de flirt avec le mensonge par la presse :
      https://www.egaliteetreconciliation...


    • #2093351
      le 03/12/2018 par HP
      Les voleurs de mots

      Ayant enquêté il y a quelques mois sur Bertrand Cantat et ses meurtres, je confirme les dires de Philippe.
      Ce chanteur-tueur est protégé par le pouvoir médiatique, cela ne fait aucun doute. Notamment : d’anciens articles compromettants, comme ceux relatants le concert donné à Vilnius juste après l’incarcération du tueur, ont tout simplement été effacés de la toile, y compris les traces des caches, etc.

      @Philippe : inutile de compter sur une mesure officielle. Il faut compter sur soi-même et user d’un aspirateur de sites. Le mieux serait un collectif de privés, un genre d’observatoire de la presse internet. Si l’usage d’aspirateurs était généralisé, ce serait embêtant pour les médias. C’est donc ce qu’il faut préconiser.
      L’opinion est surtout influencée par ce qui est dit ou pas. Avant tout, les médias sont plus ou moins cachotiers, c’est leur routine des manipulation. Le reste, comme les distorsions voire les mensonges, viennent après, si leur tactique de base n’a pas fonctionné.
      Toutefois : n’est manipulé que qui est manipulable. Il est grand temps que la population se responsabilise.


    • #2094069
      le 04/12/2018 par paramesh
      Les voleurs de mots

      les médias pas menteurs ? mais vous vous foutez de la gueule du monde, ils passent leur tempŝ à vous passer de la propagande gouvernementale en vous faisant croire que c’est la réalité (les chiffres du chômage ou de la croissance, les sondages bidons, la personnalité préférée des français, le sauveur Macron, le boucher de Syrie le diable poutine le méchant Trump le réchauffement climatique les migrants une chance pour la France, le FN une menace pour la république, t’en veux encore ? tiens la dernière : les fachos violents de gilets jaunes et surtout leur nombre.
      et celle qui illumine le tout : BHL est un philosophe


    • #2094075
      le 04/12/2018 par paramesh
      Les voleurs de mots

      faire passer une opinion partisane pour une vérité incontournable est un mensonge point barre.


    • #2094339
      le 05/12/2018 par Leo
      Les voleurs de mots

      @paramesh
      "vous vous foutez de la gueule du monde"
      Il ne me semble pas avoir qualifié les médias d’honnêtes et intègres...
      Donne-moi des exemples de flagrants délits de mensonge sur les sujets que tu cites afin que je révise mon jugement. Des exemples sourcés et non partisans...
      "faire passer une opinion partisane pour une vérité incontournable est un mensonge point barre."
      Cela pourrait être un sujet du bac de philo, c’est une question complexe qui demande du temps de réflexion et de rédaction car beaucoup de facteurs sont à prendre en compte : humains, sociaux, historiques.
      Je me suis souvenu d’un mensonge médiatique, Arte, documentaire sur le complotisme (!), factuellement c’en est :
      https://www.egaliteetreconciliation...


  • #2093352
    le 03/12/2018 par HP
    Les voleurs de mots

    Article de qualité.


  • #2093475
    le 04/12/2018 par S.
    Les voleurs de mots

    Mise en pratique avec le mouvement des Gilets Jaunes, dès qu’un membre du gouvernement ou Macron, parlent du mouvement, ce n’est que pour condamner les violences ( qui en grande majorité sont du fait des casseurs de type anar, qui n’en n’ont strictement rien à foutre des revendications et qui n’ont rien à voir avec le mouvement... ) et insister sur ce genre d’amalgamme dégueulasse : " Le droit de manifester est un droit démocratique pour nos citoyens mais nous ne pouvons accepter les violences " ( ou comment utiliser les merdes type PNL pour faire rentrer cette suggestion ( GJ=casseurs ) dans l’inconscient des gens, mais ca ne fonctionne pas car quasiment tout le monde à un GJ dans son entourage, donc l’enfumage ne prend pas ). Quand je les entends utiliser ce genre de manipulation dégueulasse face à des gens qui souffrent réellement, j’ai du mal à contenir mes nerfs, donc j’évite d’écouter trop longtemps, je tiens à ma santé.


  • #2093978
    le 04/12/2018 par FD.
    Les voleurs de mots

    "Die Demokratie ist die Fassade der Plutokratie"
    En francais :
    "La democratie est la facade de la ploutocratie"
    Alors, maintenant, question a mille francs, comme on disait dans le temps... De qui est cette citation ?
    De quelqu’un qui a pris la question sociale au serieux et a chasse les marchands du Temple a l’exemple de Jesus Christ. ILS ne lui ont pas pardonne.