Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Liquidation judiciaire d’Arjowiggins : vers une pénurie de cartes grises en France ?

Pierre Jovanovic a publié un long texte sur la mort selon lui programmée de l’imprimerie Arjowiggins :

Comment vous assurer qu’un pays a été définitivement mis en esclavage à votre profit ?

Lui supprimer sa monnaie bien sûr (chose faite), la gestion de ses banques (chose faite), lui voler sa Bourse (chose faite) et, au final, lui détruire toute imprimerie high-tech qui lui permettrait de fabriquer de nouveaux billets banque, si par malheur (du point de vue de tous les idolâtres européistes) il lui venait la mauvaise idée de reprendre son indépendance.

J’ai personnellement assisté à ce spectacle, noyé dans le silence ouaté de la neige, de la mise à mort de l’imprimerie Arjowiggins Security qui existe depuis l’an 1619 (autant dire l’une des plus anciennes usines de France).

Elle a été liquidée selon un plan parfaitement orchestré par les plus hautes autorités de l’État français aux ordres de Bruxelles (objet de l’article suivant). Les technocrates complices n’ont ainsi pas hésité à sacrifier 200 malheureux de plus qui iront pointer au chômage, et que l’on devra payer avec nos impôts parce que Bruxelles refuse l’idée que la France puisse disposer d’une quelconque indépendance financière.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

En Seine-et-Marne, cette entreprise produit du papier sécurisé, qui sert notamment pour les cartes grises. Pour alerter les pouvoirs publics sur leur situation, les 200 salariés ont déjà brûlé une partie de leur stock.

 

 

« La carte grise de votre voiture sort de l’usine Arjowiggins de Crèvecœur », préviennent les salariés de ce fabricant de papier sécurisé en liquidation judiciaire, à Jouy-sur-Morin (Seine-et-Marne). Ils utilisent désormais cet argument comme « monnaie d’échange » afin d’obtenir un geste des pouvoirs publics.

Le tribunal de commerce de Nanterre a en effet prononcé la liquidation judiciaire d’Arjowiggins le 16 janvier dernier. En tout, 240 personnes vont perdre leur emploi. Depuis, les 200 salariés du site seine-et-marnais occupent leur usine 24 heures sur 24. Mardi dernier, ils ont brûlé une première bobine de papier.

« Nous avions donné 48 heures à Bercy pour réagir. Nous avons mis une seconde bobine au feu à l’issue de ce délai. Depuis, deux bobines par jour y passent », annonce Patrice Schaafs, délégué syndicat CGT et secrétaire du comité central d’entreprise.

Le site d’Arjowiggins est le seul de France à produire le papier sécurisé qui sert aux cartes grises, mais aussi aux billets et aux chèques de banque, aux passeports français et à d’autres documents fiduciaires.

 

« D’ici deux mois, il y aura une pénurie  »

Ce dimanche, déjà sept bobines de 200 kg ont brûlé. Il y en aurait une centaine en tout, soit « l’équivalent d’un an de commandes ». Selon le représentant syndical, « l’État a un besoin urgent de ce papier car nous sommes les seuls en France à en produire. D’ici deux mois, il y aura une pénurie de cartes grises ».

[...]

Outre « des conditions de licenciement indécentes », les salariés dénoncent un « scandale financier ». Selon eux, 250 millions d’euros auraient été versés par l’État à l’ancien propriétaire Sequana pour la reconversion du site. La société a ensuite été rachetée par le fonds d’investissement suisse Blue Motion Technologies Holding en avril 2018.

« Paradoxalement, on ferme une usine qui est blindée de commandes. Mais nous n’avons plus d’argent pour acheter les matières premières car les caisses ont été vidées », ajoute Paul.

Lire l’article entier sur leparisien.fr

 

Pour échapper aux chaînes de l’usure...

Les Français étranglés par leur voiture, sur E&R :

 






Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Qui sont les actionnaires de la holding suisse racheteuse de cette société indispensable à la France ? Blue Motion Technologies Holding. Délit d initié ?
    Le 30/01/18, il a été annoncé que Blue Motion Technologies Holding AG (Feusisberg, Suisse), une société de portefeuille de participations de Parter Capital Group AG (Tim Weber, président, Suisse), était en pourparlers exclusifs en vue de l’acquisition d’ArjoWiggins Security SAS Boulogne Billancourt est un fabricant français de papier-billets d’ArjoWiggins SAS, filiale de Sequana SA. La date d’achèvement prévue est le 31/03/18. https://www.actusnews.com/fr/SEQUAN...

     

    Répondre à ce message

  • #2140479

    Attachés au cash

    Quant à Arjowiggins, l’annulation d’une partie du contrat indien est intervenue trois mois après que son propriétaire, le groupe Sequana, est sorti d’une procédure de sauvegarde. Au mois de janvier, il est entré en négociation exclusive avec le groupe d’investissement Blue Motion Technologies Holding, lié au fonds suisse Parter Capital Group. Contactées, ni la direction de Land­qart ni celle de Sequana n’ont souhaité faire de commentaire.

    Ironie de l’histoire, la baisse de commande intervient alors que plusieurs États indiens, comme le Telangana, l’Andhra Pradesh et le Bihar, connaissent des pénuries de billets depuis plusieurs semaines. La banque centrale a pourtant remplacé toutes les devises annulées en novembre 2016. Et le gouvernement fédéral tente d’encourager les paiements digitaux pour réduire l’argent noir. Seulement voilà : les Indiens sont attachés au cash, qui reste utilisé dans environ 90% des transactions. Pas étonnant donc que les fournisseurs européens hésitent à détruire leur stock de papier-monnaie comme l’exige l’Inde.
    https://www.24heures.ch/economie/in...

    https://www.moneyhouse.ch/fr/compan...

     

    Répondre à ce message

  • C’est terrible de bruler le fruit de son travail, mais je comprends les salariés d’Arjowingings (l’usine en Sarthe va avoir droit aussi à son plan de licenciement) : si on ne s’énerve pas, on n’obtient rien !

    Et je note que la presse "mainstream" est très pudique à ce sujet....

     

    Répondre à ce message

    • Et pour cause, certains journaleux deviendraient salariés de l’Elysée, il ose tout le locataire dictateur de l’Elysée. Des journaleux, des policiers, des juges, des hauts-fonctionnaires, les 1% les + riches à sa botte pour accroître leur fortune de façon conséquente ou lèche-bottes pour les premiers cités trouvent intérêt à taire toute information qui pourrait compromettre le pantin élyséen ; ils l’ont tellement porté au pinacle qu’ils ne peuvent pas se dédire ces cosmopolites. Si tous ces gens le soutiennent depuis son élection, ce serait pour l’unique but : vendre ce qu’il reste de "Français" pour satisfaire des intérêts cosmopolites étrangers [Alstom, Alcatel, Technip, SFR, STX-France, les organismes de santé (urssaf, cpam...) à des grands groupes d’assurance puis à venir Engie, la Française des jeux, certains grands aéroports français (Lyon, Toulouse, Nice, Orly, Paris CDG)...] moyennant très certainement quelques rétro-commissions juteuses au passage avec une différence de taille (elles ne feront jamais l’objet de soucis judiciaires comme pour certains) afin de taire toutes les revendications puisque bientôt les blancs de souche travailleront pour 1€ de l’heure (comme en Allemagne) dont les nouveaux seigneurs se trouveront chez les immigrés débarquant à la pelle d’Afrique. Les Français deviendront les Grecs de demain et les Palestiniens du surlendemain => voici notre sombre avenir. Comme l’explique A. Soral, deux peuples élus se côtoieront, l’une issue de la communauté des pantalons à une jambe (le messianique), l’autre immigré d’Afrique qui remplaceront les Français de souche pendant que les escrocs cosmopolites pilleront les ressources minières de ce continent tandis que les blancs de souche seront sommés de fermer leur gueule sinon prison, répression judiciaire voire victime collatérale fâcheuse des forces miliciennes, militaires, policières. Pendant que notre jojo élyséen occupe le terrain pour sa pré-campagne européenne financée par le pigeon CON-tribuable (temps de parole + d’occupation des chaînes d’info en continue qui ne rentreront jamais dans les comptes de campagne de Larem), des pans entiers de notre souveraineté tombent les uns après les autres (aujourd’hui arjjowiggins : les administrations, mairies ne pourront plus produire de documents officiels, la monnaie ne pourra plus être fabriquées) => En France tout se brade pour engraisser les ultra riches voire pour accroître le pouvoir d’une infime minorité cosmopolite.

       
  • Ecoutez le criminel repenti de la haute finance Ronald Bernard qui divulgue tout. Il a fait carrière au plus haut niveau du crime en col blanc, a été initié et explique comment une élite finance toutes les guerres par le shadow banking (Irak, Syrie...)

    "Le système économique mondial a été sciemment construit par une élite autour de la dette et des taxes croissantes dans l’objectif d’asservir l’Humanité au profit de cette même élite."

    "Ils vont nous enfermer dans une prison digitale (avec la fin des espèces) pour mieux nous asservir". C’est l’objectif final du Nouvel Ordre Mondial et de l’élite qui tiendra le gouvernement mondial. Nous sommes déjà tous des esclaves.

    La Banque des banques, la BIS ou en français banque des règlements internationaux gère tout le système au profit de 4 grandes banques dont 8500 illuminati détiennent 100% des parts, ces 4 banques par participations croisées possèdent 90% de toutes les transnationales cotées en bourses.

     

    Répondre à ce message

  • Mon père travaillait là bas et a été licencié.
    C’est effectivement un scandale.
    Beaucoup de mépris de la part de nos dirigeants dans cette histoire (comme toujours).

     

    Répondre à ce message

  • Certes cela donne à réfléchir mais ce n’est pas assez radical !
    Ils font la politique du petit pas près d’un abîme .
    [ il ne faut pas laisser de temps à la réflexion. C’est tout et maintenant ! ]
    Vive le General Ludd !

     

    Répondre à ce message

  • Les asiatiques ont inventé le papier qui aura mis plus de 1000 ans au grè des conquêtes arabes pour venir se transmettre dans les vallées de l’Europe, puis au-delà. Si les Coréens conservent le monopole du meilleur papier au monde (ce qui signifie que, quelle que soit la colonisation, l’on peut conserver son savoir-faire ancestral à un niveau inégalé), les Français (volontaires) pourraient conserver le leur.
    Pour ma part, j’utilise de temps à autre, lorsqu’il s’agit d’offrir une composition, le papier qui aura servi à d’autres « dissidents », les bienvenus Diderot et d’Alembert, pour imprimer leur « Encyclopédie », papier issu des productions du Moulin Richard de Bas qui date du XIVème.
    Sur la route des fromages, en Auvergne et à quelques encâblures d’Ambert, patrie de la bien nommée fourme, je ne peux que vous conseiller d’aller lui rendre visite : vos nains de jardin pourront même créer, eux-mêmes, la première feuille (fleurie) de leur vie, à l’ancienne. De quoi laisser une empreinte.
    A l’heure de la dématérialisation à outrance au service des prédateurs, il est plus qu’important que de conserver (à tout le moins en mémoire) l’origine des savoirs-faire, la méthode, si ce n’est le savoir-faire lui-même.

     

    Répondre à ce message

  • Du papier à la lecture.
    J’ai la version d’origine de 42, belge, de la Révolution Européenne et le passage qui frappe le plus se trouve à la fin, à l’heure des perspectives : « Quand le dormeur s’éveillera », perspectives qui suivent le chapitre qui se conlut ainsi, comme pour nous alerter, tel que le fait A.S. qui en reprend le fil :

    « Le 3 septembre 1939, l’Angleterre déclare la guerre à l’Allemagne.
    La France, quelques heures après.
    Au nom d’idéologies confuses, mais sous la poussée d’intérêts très précis, deux régimes sont aux prises :
    - L’Ancien : l’économie libérale, impuissante à résoudrela crise mondiale qu’elle a suscitée ;
    - Le Nouveau : l’économie nationale-socialiste. qui a réussi à s’en délivrer en supprimant les privilèges bancaires qui l’ont causée.
    Désormais, c’est la guerre révolutionnaire de 1792 qui recommence, et va s’étendre au monde entier.
    La percée du front des Ardennes a été le Valmy de la révolution européenne. Désormais une économie nouvelle est partie à la conquête du Vieux Continent.
    Même un Waterloo ne l’arrêterait pas ! »

    DELAISI Francis

    Oui, à lire absolument. Et quand bien même l’on se trouve, comme moi, être un Neuneu de l’économie limité aux simples lignes débit-crédit sans jamais emprunter aux banques, cela passe en glisse, même s’il faut parfois aller chercher dans le dico qu’est désormais Internet, les termes « bancaires » qui pourrait nous échapper.

     

    Répondre à ce message

  • Et là on entend pas la mère Le Pen à propos de souveraineté monaitaire, silence radio.

     

    Répondre à ce message

  • petite info, le centre de traitement informatique de tous les échanges de la bourse de Paris (Euronext) a été délocalisé d’Aubervilliers à Londres il y a 10 ans déjà. Il serait intéressant de savoir ce qu’il va en advenir après le Brexit (la bourse italienne aussi a migré depuis longtemps vers Londres)

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents