Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Macron et Buzyn s’attaquent-ils à la pauvreté ou aux pauvres ?

Versement social unique et automatique, alimentation, petite enfance...
Ce que contient le plan anti-pauvreté de Macron

Les pistes sont ambitieuses, mais seront-elles toutes retenues ? Après Les Échos, Le Journal du dimanche dévoile une partie du plan anti-pauvreté du gouvernement, qui devrait être présenté par Emmanuel Macron devant le Congrès à Versailles, début juillet. L’occasion pour le « président des riches », dont trois économistes parmi ses proches estiment qu’il mène une politique « déséquilibrée à droite », de charger la barque sur le plan social. Voici les mesures qui devraient être annoncées.

 

Le « versement social unique »

C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron : les différentes aides sociales seront versées en une seule fois dès 2019, ont dévoilé Les Échos jeudi 7 juin. Les modes de calcul de certaines prestations devraient en plus évoluer, « afin de rapprocher la période où les revenus sont pris en compte du versement effectif de l’aide », souligne le quotidien économique. Objectif : réaliser « un milliard d’euros d’économies » en supprimant les prestations versées à tort.

 

L’automatisation du versement des minimas sociaux

Deuxième étape : les allocations seront automatiquement versées à qui de droit afin de lutter contre « le non-recours aux aides » (des personnes ne demandent pas les aides sociales auxquelles elles ont droit), « qui s’élève à 30% », annonce le JDD. Cette mesure, qui fonctionnera grâce à « l’échange automatisé de données entre administrations », devrait être mise en place dès 2020, selon Les Échos.

[...]

Petit-déjeuner gratuit à l’école

Un rapport remis au ministre de la Santé, Agnès Buzyn, révélait mi-mars qu’en moyenne, trois élèves par classe arrivent à l’école le ventre vide. Dans « certains territoires », un petit-déjeuner gratuit serait donc proposé aux enfants des écoles primaires, et peut-être du collège, annonce le JDD. Cette initiative existe déjà localement, comme par exemple au lycée Georges Braque d’Argenteuil (Val-d’Oise). Autre piste évoquée par le JDD : la tarification progressive dans les cantines.

 

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 


 

Toutes les aides sociales « peuvent être discutées », estime le ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, dans un entretien au Journal du Dimanche, tout en excluant de faire des économies « sur le dos des pauvres ».

[...]

« Les aides sociales en matière de lutte contre la pauvreté avoisinent les 50 milliards d’euros. Nous sommes en droit d’interroger leur efficacité, tout comme celle des aides versées aux entreprises », souligne le ministre, qui « s’inscrit » dans cette « priorité » du gouvernement qui est de se préoccuper de « la dépense publique et de son efficacité ».

« Pas de coupes budgétaires sur les plus pauvres »

Prime d’activité, RSA, allocation spécifique de solidarité… « Toutes les allocations peuvent être discutées (…). On a le droit de réinterroger un dispositif s’il ne produit pas les résultats attendus », poursuit le ministre, qui affirme à nouveau que Bercy ne lui a « jamais » demandé de réaliser 7 milliards d’euros d’économies.

« Mais il n’y aura pas de coupes budgétaires sur les plus pauvres », promet-elle. « En aucun cas, nous ne remettons en cause » le bien-fondé des aides sociales, poursuit Agnès Buzyn, et « il n’est pas question de faire des économies sur le dos des pauvres », insiste-t-elle.

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

 

Quelle est la position réelle du gouvernement ?

Abandonné par l’élite, le peuple prend soin de lui-même,
lire sur Kontre Kulture

 

L’aide sociale en France, sur E&R :

 






Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1983055
    Le 10 juin à 19:56 par sylvie une française
    Macron et Buzyn s’attaquent-ils à la pauvreté ou aux pauvres ?

    Petit déjeuner gratuit, bien sûr la France est sauvée !

     

    Répondre à ce message

  • #1983058
    Le 10 juin à 19:59 par sylvie une française
    Macron et Buzyn s’attaquent-ils à la pauvreté ou aux pauvres ?

    Si cette profiteuse, mesquine, hypocrite de Buzin pouvait arrêter d’esquisser un sourire de bienveillance, elle serait un peu moins indécente.

     

    Répondre à ce message

  • Franchement ?

    Ce type me fait de plus en plus peur, j’ai bien analysé ses "sorties" diplomatiques, au congrès US (!), au Japon (! !) et au Forum de St-Petersbourg (! !!), il "brainwashe" tout le monde.... MLP a bien du le sentir passer, depuis, elle porte des lunettes pour faire plus mature MDR

    Macron, PDG du Monde, la France libérale totalement décomplexée.

     

    Répondre à ce message

  • #1983211

    "toutes les aides sociales ’peuvent être discutées’ " nous dit Agnès Buzin.
    Sauf les vaccins.

     

    Répondre à ce message

  • #1983218

    Automatisation. Ça veut dire que les dealers et autres travailleurs au noir qui ont la décence de ne pas demander le RSA le recevront de force ?!

     

    Répondre à ce message

  • #1983306

    ça fait longtemps que la raie publique est un état tyrannique et haineux envers les pauvres.

    La lutte contre la pauvreté a toujours été la lutte contre les pauvres, signature des pays anticatholiques.
    Que ce soit par l’asservissement aux aides sociales (en contradiction du : "donne un poisson à un homme, il aura un repas ; apprends-lui à pêcher, il mangera toute sa vie" afin de maintenir une dépendance à l’état), par la carcéralisation plus ou moins justifiée ("suivant que vous serez puissant ou misérable"...) ou par la pseudo-médicalisation, qui est le volet caché, para-judiciaire, qui permet de se débarrasser en douce des "importuns" (comprendre : ces innocents qui dérangent le Kapital) et de les laisser crever dans des hôpitaux psychiatriques, ou chez eux sous tutelle ou curatelle, etc.

    Le pays des droits de l’homme est le pays du droit de l’élite du fric d’exploiter les hommes les plus vulnérables..

     

    Répondre à ce message

  • #1983327

    Poser la question induit la réponse.

    C’était déjà l’objectif des "lumières" de 1789 : il ne reste plus que quelques millions de français "privilégiés" à paupériser complètement.

    La "liberté" : c’est pouvoir marcher parmi la foule en toute sécurité, et subvenir aux besoins primaires de sa famille, à la sueur de son front : pas de mendier des déjeuners "gratuits" !

     

    Répondre à ce message

  • #1983461

    C’est la technique du salami, tranches par tranches, mêmes fines au final vous avez tout découper et tout bouffer. Et il ne reste rien. Ça permet juste d’arriver à ses fins de manière sournoise mais le but sera atteint.
    Après la Grèce, le Portugal, Chypre, aujourd’hui l’Italie, la France, etc ...
    Voila le véritable "plan" de ces bâtards ! La mondialisation ne profitera qu’a une "élite" les autres pourront crever. C’est ça le plan.

     

    Répondre à ce message

  • #1983631

    Argenteuil ? C’est au Maroc ça, non ? Nan parce que les têtes qu’on voit dans le reportage n’ont absolument rien de Gauloises.

    Je ne cotise pas pour le Maroc, ni le Magreb, mais pour les miens, pour les Gaulois.

     

    Répondre à ce message

  • S’ils pouvaient nous euthanasier, ils le feraient. Nous les pauvres, on embête les patrons, les banquiers, la république en marche, les riches et j’en passe. Bientôt ils vont supprimer la sécu. Comme on aura plus les moyens de se soigner, on va crever de toute façon. Pour lui, si on bosse pas, on est bon à rien Ça ne vous rappelle rien ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents