Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

40% des Français estiment qu’il y a "trop d’aides sociales"

Il faut voir qui a fait le sondage...

« Interrogées sur le niveau des aides sociales en France, 40 % des personnes sondées l’estiment "trop élevé". Elles sont revanche 32 % à juger que ce niveau est "juste ce qu’il faut", et 28 % à l’estimer "pas assez élevé". » (Le Figaro)

Ce sondage, réalisé par Elabe pour Les Échos, Radio Classique et l’Institut Montaigne (un des think tanks de l’idéologie ultralibérale), a été publié vendredi 8 juin 2018. Il établit, sur un panel représentatif de 1 000 Français, que :

 

- pour la retraite et la vieillesse, 81% des sondés estiment le niveau d’aides sociales « pas assez élevé »,
- pour la pauvreté, 64 % des sondés le trouvent « pas assez élevé »,
- pour la santé, c’est 63% de « pas assez élevé »,
- pour le chômage, 34 % le trouvent « trop élevé » et 30 % « pas assez élevé ».

Agnès Buzyn, qui est le ministre des Solidarités et non le ministre des Labos, a qualifié le dispositif général d’aides sociales de « maquis injuste et illisible ». Dans le tas, on va donc rayer quelques bénéficiaires, et rechercher ce que nos gouvernants libéraux appellent l’« efficacité ». Autant dire que les pauvres, les malades et les chômeurs ont intérêt à préparer leurs arrières.

Juste avant cette annonce, la Buze démentait le sale buzz selon lequel son ministère préparait 7 milliards de coupe dans les aides sociales :

 

 

Ouf, on peut croire le ministre sur parole, cette femme a prouvé son humanisme et son intérêt pour les petites gens, surtout quand elle a visité un hôpital avec Macron et qu’elle levait les yeux au ciel pendant les revendications des infirmières... Une noble dame, voilà ce qu’Édouard Philippe a trouvé pour gérer le social en France.

Mais ne soyons pas aussi ironiques : comme l’écrit Le Figaro du 6 juin (2018, pas 1944), la Buze ne serait pas pour de telles coupes et serait justement entrée en résistance contre les taupes du Premier ministre qui pousseraient à la roue... antisociale.

« Une opération de déminage sur un sujet brûlant ? Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a voulu démentir avec force, mercredi matin sur RTL, les informations du Canard enchaîné soutenant l’existence d’un plan d’économie de 7 milliards d’euros imposé par l’exécutif. L’hebdomadaire va plus loin et prétend que la ministre serait en train de perdre “le contrôle de son cabinet au profit des conseillers du premier ministre”, au motif que certains collaborateurs directs de Buzyn seraient trop hostiles aux coupes budgétaires. Des noms sont cités : Anne Beinier, conseillère parlementaire, et Aude Muscattelli, directrice adjointe de cabinet. »

Cependant, ne soyons pas trop buzynistes : Le Canard enchaîné nous a appris à nous méfier de ses informateurs, qui utilisent les colonnes de l’hebdomadaire pour diffuser de la fuite de « com » organisée.

C’est quoi, de la « fuite de “com” organisée » ? C’est par exemple faire croire que la Buze est du côté du peuple que les méchants de Matignon veulent racketter. À l’arrivée, si les milliards de coupes sont appliqués dans les programmes sociaux, la Buze aura les mains propres et ce sont les vilains dircabs précités qui morfleront. On organise ainsi une petite résistance factice, et le peuple se fait quand même enfler de plusieurs milliards, qui iront probablement dans les poches des potes de Macron du CAC40.

La politique, c’est simple comme une « encule » de dealer !

Au peuple de prendre soin de sa santé,
lire sur Kontre Kulture

 

Les Buzyn aux affaires, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La meilleure des aides sociales...c’est un emploi qui vous propose un quotidien (intellectuel comme physique) correcte, sans peur du lendemain...


  • "le panel représentatif de 1000 Français" : mes burnes . Il y a des années le "Canard" avait démontré que le chiffre annoncé du "panel" doit être en fait divisé par 4 ou 5, quand le fameux "sondage" ne se fait pas tout simplement "au doigt levé" . Jamais d’ huissier pour vérifier, "ça coûte trop cher"... Quand au sondage évaluant la popularité d’un politicien, il est commandé et payé par l’intéressé ou plutôt par son sponsor, Macron et Drahi en savent quelque chose .


  • Ah la photo ! Très drôle quand on sait ce qu’elle pense de nous !


  • Il faut couper le RSA et surtout fermer les frontières, c’est l’urgence absolue oui messieurs dames, sinon on aura un pays d’assistés mentaux et d’handicapés.

     

    • Alors bon courage avec la robotisation en cours ...


    • "Il faut couper le RSA et surtout fermer les frontières, c’est l’urgence absolue oui messieurs dames, sinon on aura un pays d’assistés mentaux et d’handicapés."

      N’importe quoi... quelle monstruosité que vous avez dite, mon dieu...

      Les frontières ? oui, c’est évident, il faut les fermer et inverser les flux migratoires. Mais en faire mention simultanément avec la question sociale ("couper le RSA"), ça c’est une ânerie monumentale. Le seul rapport entre les deux est que le phénomène de l’immigration de masse a longtemps partagé la même causalité que le phénomène de l’assistanat et de l’abus des aides sociales. Mais la politique sociale en elle-même, dans l’absolu, est à distinguer de l’abus qui en est fait. Et que les choses soient claires : c’est le pouvoir politique des cinquante dernières années qui a toujours poussé aussi bien à l’immigration de masse qu’à l’assistanat depuis que l’assistanat existe.

      Les handicapés, vous en parlez comme si c’est la politique sociale qui les fabriquait. Seulement le handicap, fusse-t-il passager, ça existe depuis des milliers d’années et toutes les sociétés humaines, au fil de l’histoire, n’ont pas forcément été très justes envers les personnes qui en souffraient. L’hypocrisie de la république consiste à faire croire que la catholicité et la monarchie de droit divin étaient cruelles et antihumanistes... alors que la politique sociale républicaine c’est en réalité de la charité chrétienne usurpée sous un autre nom.

      La politique sociale EST NÉCESSAIRE, surtout pour les personnes handicapées et les personnes sans emploi (les personnes honnêtes sans emploi, en recherche). Sans la politique sociale nous ne sommes pas des hommes, nous n’avons aucune dignité. Le problème est que la politique d’encouragement à l’assistanat est une politique voulue, phénomène récent dans l’histoire. La mort de De Gaulle a suffit pour que s’opère un remplacement des élites et que toute la France rentre petit à petit dans l’étape dégueulasse dans laquelle nous sommes en ce moment.

      Vous m’avez l’air d’être en bonne santé, sinon vous n’auriez jamais posté un tel commentaire. Puissiez-vous ne jamais avoir à connaître le calvaire d’une situation de handicap lourd.

      Je conclus avec une formule de la maison : gauche du travail + droite des valeurs = une politique sociale saine et sans abus, sans assistanat.


    • Vous proposez aussi la fin de l’allocation handicapé ? Ce n’est pas les aides qui créent le handicap et ce n’est pas le RSA qui crée la pauvreté. Sur les frontières je suis à peu près d’accord avec vous


    • #1981777

      Les handicapés... Dans mon coin, il y a pléthore d’handicapés. La plupart sont maghrébins (mais les familles de ceux-là ne nous emmerdent pas, ils ont leurs soucis et sont heureux de la manne). Je trouve que du moment qu’on apporte financièrement aux dérives de consanguinité d’autres, il serait normal de réduire par ailleurs certaines aides. Par exemple les sangsues de certains milieux, la Théo-Family et autres niqueurs de France.


    • @ Pelagia
      La politique sociale est un cancer pour l’humanité. La politique sociale porte au pinacle tous les dégénérés et les tarés, aux détriments des gens sains. La politique sociale est un cancer pour l’humanité, elle permet l’émergence de plus en plus de tarés, en les incitant, en les encourageant, à se reproduire, au lieu de les bannir et les éloigner.

      Vos pseudos "bons sentiments " creusent un sillon qui mène droit en enfer.

      Les handicapés sont des conséquences que nous n’avons pas à assumer. Fallait pas commettre d’actes contre-nature, ou stupides, et puis c’est tout. Que les responsables des handicaps assument eux-même le poids des handicapés. Ça n’est pas à la collectivité d’assumer cette charge.

      Si un type fait le couillon en moto, c’est son problème, pas le notre. Si des parents font les tarés en se droguant, et pondent un truc bizarre, c’est leur problème, pas le notre. Que chacun assume le poids de ses actes et/ou de son manque de sagesse.

      La sociabilisation des emmerdes et la privatisation de la jouissance, ça commence à bien faire.


    • @Goth Mais est-ce que l’enfant handicapé en lui même doit payer pour les conneries de ses ancêtres ou parents ? certainement pas, et les personnes âgées à mobilité restreinte vous comptez les laisser sur le carreau aussi ? vous parlez de dieu alors que vous êtes dénué de toute générosité, le comble de la tartufferie typique du bigot faux-cul de droite à la Fillon.


    • @ Michelly58

      Oui, tout à fait. Sur le carreau. Fini l’happy hour ! Retour au réel et arrêt de la pyramide de ponzy. Les vieux peuvent immigrer en Afrique s’ils veulent. Il nous faut de la place pour planter des arbres.

      Ceux qui pondent des tarés, et leur médecin, doivent être traduits devant les tribunaux. Ce sont eux qui l’ont pondu, ou qui sont responsables, pas nous. C’est le médecin qui les a suivi, pas nous. Logiquement, avec les tests et les bonnes pratiques d’hygiènes, il ne devrait pas y avoir de tarés à la ponte. Que les responsables assument pour une fois, et payent les conséquences de leurs actes. Ça ne sont pas mes oignons, et leurs présences en notre société ne devrait même pas être tolérée. En plus d’être morbide, ça n’est pas écologique.


    • #1982693

      Goth choque, mais il est dans le vrai. Il est vrai que ce raisonnement très Nietzschéen n’est ni socialo, ni catho. En attendant je suis d’accord.


    • J’ai lu toute l’oeuvre de Nietzsche et dès l’âge de 18/19 ans j’ai été très nietzschéen, à un point que pour être cohérent avec moi-même j’avais même failli me convertir au christianisme.

      Maintenant j’ai 42 ans et Nietzsche je sais ce que ça vaut. Je garderai toujours mon admiration pour lui, pour son courage intellectuel et sa capacité de pénétration psychologique, linguistique et métaphysique. Mais il se trompe concernant les questions du christianisme, de la morale et de la compassion. Maintenant, à mon âge et avec mon expérience, j’estime que je n’ai même pas besoin de me convertir au christianisme pour affirmer que Nietzsche se plante monumentalement en ce qui concerne la Croix.

      Autre chose : ce que vous faites est très grave, vous êtes en train de dire des horreurs sur le handicap et la responsabilité du handicap. Des horreurs. On dirait des nostalgiques du régime national-socialiste allemand qui sont tombés dans ce panneau qui a consisté à nous faire croire que ce régime aurait été nietzschéen et qu’il procédait à la suppression des handicapés comme il procédait à la suppression de ceux qu’on a pas le droit de nommer. C’est une fabrication des vainqueurs de 1945 et rien d’autre.

      Pour en revenir à Nietzsche : en réalité, au fond de lui, il était philosémite. Il avait même prévu la situation actuelle... avec un certain peuple placé au sommet de la chaîne alimentaire... et il s’en réjouissait.

      Votre argument à vous autres, argument basé sur une animosité non-réfléchie envers la politique sociale et les aides sociales, est une étape par laquelle je suis déjà passé lorsque j’étais adolescent, nietzschéen... et con... parce que c’est du néolibéralisme économique et rien d’autre. Le moteur politique et social qui injecte dans la société cette idéologie qui est la vôtre, "anti politique sociale", est exactement le même moteur qui maintient en place les politiques sociales mais qui détourne la vraie fonction des politiques sociales, en créant l’assistanat, et qui contrôle en plus les réseaux de l’immigration de masse et le métissage forcé. Vous êtes manipulés à un point que vous ne pouvez même pas imaginer.


    • @ Pelagia

      Primo, je n’ai pas lu Nietzsche. Donc votre procès d’intention tombe à l’eau.

      Ensuite, en dehors du local, le social est au mieux une chimère, au pire une arnaque. Ce que vous faites est une horreur : vous légitimez une machine déshumanisante et aliénante. C’est horrible et cruel.

      Comment un individu peut-il aisément contrôler l’utilisation de ses cotisations quand il habite à Calais et que des fonds servent à Marseille ? Et qu’elles sont les relations entre les individus à un tel échelon puisqu’ils ne se voient pas ? Si le social est le nom donné aux relations entre les individus, il n’y a pas de social entre les gens de Marseille et ceux de Calais. C’est l’esclavage des uns aux profits des autres que vous appelez "social".

      Donc,vos grands discours moralisateurs donnent plutôt l’impression que vous prenez vraiment les gens pour des cons, tout en les insultant de con parce qu’ils ne pensent pas comme vous. C’est grossièrement signé ...

      Le système social est un système d’aliénation. Il l’a toujours été. Et ça n’est pas prêt de changer car il en offre les possibilités. Or, tout ce qui est faisable est fait. En quoi est-ce difficile à comprendre ?

      C’est pourquoi les régimes de solidarité étaient locaux, pas nationaux, avec des mutuelles locales, du temps où la nation existait encore. Tout ce qui sort de l’échelle humaine est une arnaque en puissance, sociale, bourse, monnaie, banques, etc...

      C’est aussi une raison pour laquelle les industries et centre de production de valeurs étaient réparties sur le territoire et non pas concentrées comme c’est le cas de nos jours.

      La nation n’existe plus, le social n’a donc plus de raison d’être non plus. La république et ses valeurs, bcp se torchent avec et ça n’est pas moi qui leurs donnerais tord.

      Votre sortie sur le philo-sémitisme ... C’est le comble. Autant dire que toutes critiques des arnaques en cours sont anti-sémites ... Quand tout le monde montre les juifs du doigt, je vois la F.M.

      La critique du social est du réalisme et du pragmatisme. Votre posture repose sur de l’idéalisme et de l’aveuglement idéologique.
      Au lieu de traiter les causes, vous souhaitez coller des pansements sur des jambes de bois.

      Il suffirait de ramener la justice parmi les homme pour que le social ne trouve plus de justification.
      Mais non, trop compliqué, vous préférez continuer à alimenter la pompe à misère ... C’est très chrétien en effet, et très FM aussi, puisque la tête est identique.


    • Cet échange ne se fait pas qu’entre deux participants, il se fait à plusieurs. Il faut donc savoir suivre, et avec un minimum d’intelligence : si je fais mention de Nietzsche c’est parce que quelqu’un dans l’échange en a dit quelque chose avant moi. Mon dernier commentaire répondait à la suite des commentaires antérieurs, c’est-à-dire à l’ensemble, et pas seulement à ton commentaire à toi, "Goth". Il n’y a donc pas eu de procès d’intention.

      La phrase suivante est de toi, "Goth". Tu pourrais la relire, s’il plaît ? :

      "Si un type fait le couillon en moto, c’est son problème, pas le notre"

      Ne crois-tu pas qu’il y a comme quelque chose qui cloche dans le principe que tu énonces ? Puis de toute façon, je te réponds : bien sûr que c’est notre problème à nous tous ton histoire de motard qui se casse la gueule. La politique est, par définition, une action portée sur un collectif d’individus humains qui ne se connaissent pas forcément entre eux et en application de principes qui se veulent universaux. Les autoroutes sont régulièrement parcourues par des services urgentistes mais aussi par des pompiers, des policiers, des forces de l’intérieur etc. Et heureusement. Car si un accident se produit il ne se produit pas forcément parce que la victime le méritait. Un tel critère de jugement laisse transparaître une perte totale de contact avec la réalité et une immaturité flagrante. C’est très adolescent comme réflexion, très précipité et immature.

      Autre chose : je constate seulement maintenant que nous ne définissons pas tous de la même façon le terme "politique sociale". Notre affrontement aura une chance de se résoudre lorsque tout un chacun aura compris ce à quoi se réfèrent tous les autres. En l’état le débat ne peut pas se résoudre : il n’y aura ni victoire intellectuelle de l’un des rhéteurs, ni poignée de main après un éventuel consensus atteint.

      Il faut au moins se mettre d’accord sur l’objet même de cet échange, sur l’identité et la définition de ce dont il est question.

      Pour moi l’adjectif "social" s’est vu attribuer un nouveau sens avec l’avènement du terme "politique sociale". C’est peut-être un abus de langage mais de nos jours les Français ne se réfèrent pas à la même chose quand ils disent "l’homme est un animal social" que quand ils disent "je suis pour/contre la politique sociale". Dans "politique sociale", l’adjectif est devenu synonyme de "solidaire". N’es-tu pas d’accord, "Goth" ? N’êtes-vous pas d’accord tous les autres ?


  • Bah c’est quand même pas faux. Bon certes, ça permettrait à nos maitres de pouvoir nous saigner encore plus pour rester poli mais d’autre part, quand on voit les fraudes surtout à la CAF ... Je me souviens encore quand j’habitais dans une cité dans le 93, bon nombre de gens me disaient qu’ils ne voyaient pas l’intérêt de travailler alors qu’ils gagnaient plus en faisant rien. Et force est de constater qu’ils n’étaient pas très blancs.


  • Il y a un paradoxe chez les Français, d’un côté ils veulent plus + d’immigration, de l’autre donner moins d’aides sociales.
    Je pense que ce sondage n’est pas si éloigné de la réalité, j’entends tous les jours autour de moi des gens dirent la même chose.


  • Les aides sociales sont surtout inégalement réparties, trop pour certains, pas assez pour d’autres... et toujours la prime à la pleurniche !
    Je sais que certains censeurs vont dirent certains qui, d’autres qui ?
    Même ici, on se sent obligé de se justifier de tout... ce que, tout bien réfléchi, je ne ferais pas !
    Et donc, messieurs les censeurs, je vous emmerde...


  • Comme dirait Alain, l’élite politico-financière est dangereuse pour elle-même en dernière instance...


  • Hourra !
    En lisant cela de manière positive et non avec l’esprit de la propagande inversée, nous avons donc 60% de gens qui pensent « social » : que les autres 40% aillent se faire endoffer et que personne ne leur envoie police secours ou les pompiers lorsqu’ils se font défoncer...


  • La chasse au pauvre continue !

    Notre système d’aides sociales a permis à la France de traverser plus facilement la crise financière des sub-primes en 2008 tandis que les autres pays ramassaient les suicidés et les sdf à la pelle.

    D’autant plus que les maigres aides sociales distribuées sont immédiatement réinjectées dans l’economie réelle (loyer et nourriture)

    Ces charognards ont voulu refiler les allocs à tout le tiers-monde qui débarquait en France et maintenant ils feignent de découvrir que ça coute cher.

    « prise en compte du patrimoine dans le calcul des minimas sociaux »

    ==> Ils recommencent à vouloir s’en prendre aux économies des handicapés ces charognards (ils ont déjà tenté de le faire avec le gouvernement Vals).

    Je propose donc qu’ on prenne aussi en compte le patrimoine des "serviteurs de l’Etat" dans le calcul des revenus des ministres , députés , sénateurs , hauts fonctionnaires etc...

    Et je propose qu’ on supprime le salaire de Macron puisqu’il a 2 millions de cash en patrimoine et il est propriétaire d’un palais à Marrakech.


  • Qui est plus blindés d avantages, de privilèges en France si ce ne sont les ministres, députés et sénateurs bien souvent pas en reste pour vomir sur les aides dérisoires que touchent le citoyen lambda ?
    Comptons sur les médias, torches matin et soir par le domaine public sans lequel ils seraient pour la plupart incapables de poursuivre leur activité, pour enfoncer le clou à travers des sondages bidons ou les personnes interrogées sont bien souvent et seulement représentatives de ce que le pays compte de plus manipulés et de plus cons !


  • #1981741

    La meilleur manière de dominer un peuple est de le rendre dépendant !
    Le jour où j’ai compris ça pour la première fois, j’ai quitté mon poste de responsable et me suis installé à mon compte en tant qu’artisan !
    Les début durs, même très durs, mais la liberté n’a pas de prix et je ne connais plus maintenant ni le stresse, ni les fins de mois difficlies !
    Je rêve maintenant de boucler la boucle par l’achat d’une petite ferme pour l’auto suffisance alimentaire et le troc !
    Je souhaite bonne chance et bon vent aux amateurs !

     

  • Non mais d’aides sociales pour qui ? il faudrait préciser lorsqu’on fait des sondages .Les Français ont créé leur système d’aide sociale , mais ils en font profiter le monde entier sans rien leur demander en retour, ce qui fait que beaucoup d’étrangers viennent pour profiter de ce système .Et à la sortie, ce sont toujours les mêmes qui paient les prestations, car ce n’est jamais gratuit .Les cotisations sont de plus en plus chères mais ceux qui paient le plus n’en profitent jamais .C’est beau la solidarité, mais ce n’est pas éternel .

     

    • C’est surtout la solidarité pour les banques le problème.

      Depuis les années 70 la France a payé en service de la dette des centaines de milliards.

      A titre d’exemple le trou de la secu est de 4milliards. Mais le poste de la dette est le deuxième budget le plus important.


  • La bonne question, la mienne, c’est :

    qu’est-ce que les gens font de cette aide ?

    sont-ils heureux avec ? participent-ils du bien commun avec ?

    Parce que s’il s’agit de vivoter, alors la société est malade, et ce n’est pas la faute des indemnisés, mais de ceux qui sont chargés - en principe - du bien-être de la populasse.

    Ce que je vois moi, c’est que indemnisé ou employé, les gens font de toute façon en général la gueule.

    Le problème est en fait global et bien plus profond... mais jamais traité par les responsables - seulement par les psys.

    Ce qui montre que s’attaquer spécifiquement aux indemnisés relève effectivement d’un enjeu purement économique. Qui l’eût cru.


  • Plus prosaiquement, plus terre à terre, sachant que c’est bruxelles qui dirige et qu’elle a décidé depuis longtemps qu’en france on dépensait trop pour le peuple, les robinets se ferment.
    Rien à voir avec les quantités, les sommes ou la répartition des aides sociles, l’europe décide, la france s’exécute quelle que soit la manière, on est pas en démocrassie. Point barre


  • Sondage mis à part (car c’est de la merde), chaque Français - qu’il soit majeur, mineur, handicapé, valide, hétérosexuel, homosexuel - doit à l’état 30000 € et ce au titre du train de vie collectif (routes, ponts, lignes électriques ...).
    Ceux qui s’insurge contre cette mesure d’austérité (réduction des aides sociales) feraient mieux de ne pas trop la ramener, l’état Français pourrait vous demander de rembourser ces 30000 €/pers. sur le champ. Et si tu n’en as pas les moyens, les huissiers viendront te saisir ta voiture, ta TV, ta machine à laver, tes slips et tes chaussettes ...
    Vous trouvez que c’est l’état Français qui à un train de vie trop élevé ? Vous attendez quoi pour le renverser ?


  • Dans l’action du docteur Buszyn, on voit se dessiner 4priorites :
    1- Rester ministre
    2-11vaccins OBLIGATOIRES, pour le CA des labos .
    3-1, 2 milliards d’économie sur les hopitaux ( 15 000) emplois, Et 7 milliards sur les aides sociales.
    4-Maintenir son mari à la tete de l’INSERM , contre tous les avis et toutes les règles de déontologie

     

    • #1982004

      Merci Voronine de ce petit retour au réel.

      Le Figaro n’a qu’un un défaut : il sert la soupe libérale aux bourgeois qui l’achètent encore (mais c’est normal, vu son feu-propriétaire et ses commanditaires de publicité). Pour le reste, il est souvent intéressant, ne serait-ce que parce qu’il ne cherche pas (trop) à faire la morale.

      (Parole d’un qui n’est vraiment pas coeur de cible ;-)


  • J’ai quitté le salariat pour l’auto-entreprise . En termes de revenus je suis toujours à trois chiffres. Ce qui change c’est le nombre d’heures pour les gagner, étant donné qu’outre le travail lui-même je dois courir après de nouveaux clients et après ceux qui ont oublié de me payer.
    Je ne perçois plus l’APL.

    Combien de jours une allocation quelconque reste sur le compte d’un bénéficiaire avant d’être absorbée par un bailleur et une multinationale de grande distribution ?


  • L’armée d’occupation coûte de plus en plus cher, que voulez-vous messieurs les veautants, allongez la monnaie !


  • Pour que ce résultat soit vrai il faudrait que 40% des français soient des ultra-riches et on sait que ce n’est pas le cas. Le pourcentage réel est probablement plus près de 5%.

    Les entreprises de sondages ne font pas exception des autres domaines économiques. Pour eux, comme pour un restaurateur, le client a toujours raison. Ils rédigent les questions et choisissent les cohortes en fonctions des réponses qu’ils veulent obtenir. Si le client est un think-tank ultralibéral, les questions ne seront pas les mêmes qui si le client est un syndicat et ce, même si le sujet du sondage est le même.


  • Ce que pensent les Français en leur for, c’est qu’il y a trop d’aides sociales en faveur des immigrés...

     

    • #1981950

      C’est clair ! C’est ce qui crée l’appel d’air de l’immigration de masse venant de pays sous développés d’Afrique. Supprimons les aides sociales aux étrangers et l’immigration s’arrête aussitôt, voire s’inverse.


    • Tout a fait. Et le paradoxe de ce sondage et de la politique en cours, c’est que ces aides qui seront retirés aux français seront davantage reversés aux étrangers. C’est déjà le cas... On préfère harceler une mère de famille seule plutot qu’un immigré à qui on payera l’hotel et la santé gratos (et tous le reste) et faire venir la famille à terme.
      C’est tous le vice du système.
      Approuver cette politique pour faire des économies, c’est en réalité ruiner et appauvrir davantage les français.


    • C’est exactement ça, perso élément je n’ai jamais touché 1euro de prestations sociales, toujours bon qu’a payer, payer, payer ... chaque mois je lache 550e en impôts divers, et sans compter la TVA payée à chaque achat. Ce pays devient invivable pour les classes moyennes


    • Dixit "Le king" : "Ce que pensent les Français en leur for, c’est qu’il y a trop d’aides sociales en faveur des immigrés..."

      Respondit "Philippot, vite !" : "C’est clair ! C’est ce qui crée l’appel d’air de l’immigration de masse venant de pays sous développés d’Afrique. Supprimons les aides sociales aux étrangers et l’immigration s’arrête aussitôt, voire s’inverse."

      À "Le king" (je pense que tu seras d’accord avec moi, tu me diras) : il fut un temps où les Français ne pensaient pas qu’en leur for intérieur. Ils pensaient tout court, ils pensaient socialement, publiquement, en hommes et en femmes adultes. Le pouvoir en place les châtiait ensuite, en fonction des époques et des régimes, mais de nos jours le plus triste est que chaque individu est devenu son propre censeur. Si un Français constate que dans son esprit commence à germer l’avènement d’une pensée libre et authentique... eh bien il se châtie lui-même en refoulant cette pensée et en s’en voulant d’avoir succombé à la vraie liberté ne serait-ce que pendant une fraction de seconde et ne serait-ce qu’en pensée et même pas en actes. C’est le climat de terreur intellectuelle qui s’est installé depuis une bonne cinquantaine d’années (1968) ce qui a réduit les Français à ne pouvoir penser qu’en leur for intérieur.

      À "Philippot, vite !" : cet appel d’air dont tu parles n’a en réalité jamais existé. Le mécanisme ayant produit les gigantesques flux migratoires vers l’Europe a été un peu plus complexe que ça, et ce depuis le début des migrations de masse, c’est-à-dire depuis la seconde moitié du XXe siècle. Tu ne fais que décrire une petite partie visible (les aides sociales) de ce mécanisme, en portant ton attention exclusivement sur ladite partie visible et comme si ladite partie visible était la seule cause. Tu commets la même erreur qu’ont commise tous ces Français simples, réducteurs et droitards qui ont passé leur vie à voter FN : tu ne perçois que la pointe de l’iceberg, tu te contentes de percevoir les symptômes mais sans chercher à comprendre réellement les causes. Je me permets d’ajouter que ton pseudonyme n’est pas très glorieux : Philippot fait partie du spectacle monde de la démocratie, maintenant plus que jamais, et il ne fera jamais rien ni pour toi ni pour la France. Les graffiti "Le Pen, vite !" des années 1980 et 1990 ça n’a rien donné. Avec des personnes comme toi le système peut garder les fesses au chaud pour une durée illimitée.


    • #1982189

      @pelagia

      Je connais très bien la cause profonde de l’immigration, mais on ne peut pas agir dessus directement en l’état actuel du rapport de force. On peut agir en revanche sur ce qui pousse les Africains à franchir la Méditerranée, à savoir les aides sociales (éducation, santé, logement, chômage, retraite, etc.). Privés de toutes les ressources offertes gracieusement par le contribuable français, tous ces étrangers ne viendraient plus, et beaucoup repartiraient d’où ils sont venus. C’est une certitude.

      Avec des personnes défaitistes comme toi, qui croient que rien ne peut jamais être fait pour améliorer un tant soit peu la situation et donc qui a déjà abdiqué, le système n’a rien à craindre, c’est aussi une certitude.


    • #1982400

      Je suis en partie d’accord mais pourquoi le penser en son for intérieur plutôt que le dire de vive voix.
      De quoi une grande partie des Français a-t-elle peur ?
      C’est une réalité à laquelle nous sommes confrontés au quotidien.


    • "Philippot, vite ! "... tu te relis parfois ? tu dis d’abord "on ne peut pas agir dessus directement en l’état actuel du rapport de force"... et en suite tu dis "On peut agir en revanche sur ce qui pousse les Africains à franchir la Méditerranée". Te rends-tu compte de ta contradiction ? Quand est-ce que vous allez comprendre que la politique c’est quelque chose que l’on fait uniquement APRÈS avoir conquis le pouvoir ou uniquement APRÈS avoir forcé le pouvoir à s’asseoir à la table des négociations ?

      En l’état actuel de la situation nous ne pouvons rien faire, ni "A" ("on ne peut pas agir dessus directement en l’état actuel du rapport de force") ni "B" ("On peut agir en revanche sur ce qui pousse les Africains à franchir la Méditerranée"). C’est ni l’un ni l’autre pour l’instant. Il faut aller vers l’éveil de la masse populaire pour pouvoir forcer le pouvoir en place à nous faire des concessions après qu’on se soit tous assis à la table des négociations. Voilà pourquoi Alain Soral a fondé É&R, pour produire un éveil populaire et que les excès du pouvoir deviennent un jour un mauvais souvenir.

      Par ailleurs, tu continues à croire en cette mythologie simplette et réductrice qui consiste à percevoir les aides sociales comme la cause de l’immigration. C’est plus compliqué que ça je te dis.


  • Toujours le sondage qui va bien avant de mettre sur la table des réformes.
    C’est à chaque fois pareil.
    Histoire de faire croire que la réforme en question est réclamée par "les Français".
    La gestion de l’opinion publique a remplacé une action politique qui chercherait le bien du peuple.


  • J’ai 4 enfants. Ce que je touche en alloc, je préférai le toucher directement sur ma fiche de paie (moins de charge) ; Ça me donnerait moins le sentiment de me faire assister.


  • C’est voulu. Et trop d’insécurité, tout est fait pour.
    N’oubliez pas : le modèle c’est l’Amérique USA
    nous amener à payer pour nos soins et protection
    aux multinationales qui ont remplacé l’Etat

     

    • @ Polski

      - En France la cotisation à la Sécu (organisme public) est "OBLIGATOIRE"*.
      - En France la cotisation à une complémentaire santé (société privé) est OBLIGATOIRE.
      - Aux USA, tu n’a aucune obligation de cotisation.

      Trop d’intermédiaires vivent sur nos cotisations OBLIGATOIRES donc non le système de santé à l’Américaine ne sera jamais transposé en France. Les multinationales n’ont pas remplacé l’état, elles ont rajouté une couche de cotisation.

      (*) Claude Reichman (MLPS) a prouvé l’illégalité de la Sécu.


    • @jalon
      Comme dit Dieudo, ta salade n’est pas fraiche, tu arrives un peu tard.
      Alain Soral l’a expliqué, notre système social est un système de répartition. Tout le monde paie pour tout le monde. La complémentaire n’est pas obligatoire en France. Depuis 70 ans nous voyons le détricotage du système français par les élites mondialistes "européanisées". Seul un aveugle ou un capo prétendrait le contraire.


    • @ Remixx

      La première chose que l’on nous demande quand on est embauché dans une entreprise c’est notre numéro de sécu. Si vous commencez à leur expliquer "depuis la création de l’UE, le système de santé est ouvert à la concurrence, je ne suis plus à la sécu mais chez Amariz, bla,bla,bla..." la DRH en face se dit dans sa tête "celui là, il me fait chier avant même la fin de sa période d’essai ...". La sécu n’est plus obligatoire mais fortement "recommandé".

      De même "on n’a pas le droit" de refuser (sauf exception) la mutuelle obligatoire de l’entreprise et qui dit mutuelle dit cotisation. Même si c’est la boîte qui cotise, indirectement c’est nous.

      Seuls les salariés du privé ont un système par répartition, les zélées serviteurs de la république (les fonctionnaires (tous ?)), eux, ont un système par capitalisation mais ça c’est tabou d’en parler.


  • #1982283

    Les "aides sociales " sont un moyen de tenir la "populace" tranquille .
    La peur de les perdre moutonnise les peuples . Les parasites qui gouvernent le
    monde le savent .C’est un leurre ,on vous donne une APL mais on vous augmente
    vos loyers ,on vous file le RSA mais vous fermez votre gueule si votre entreprise
    vous met à la rue . Remerciez les Seigneurs de la Charité comme les mineurs de fond remerciaient leurs patrons de leur filer leurs vieilles fringues à Noèl .


  • #1982313

    Le problème est le statut des "droits de l’homme" que la France se trimbale à travers le monde, une imposture encrée en France qui génère une pompe à aspirer la misère du monde !!!!


  • La courbe est une escroquerie de plus. Elle s’ajoute donc à l’arnaque socialiste.

    Déjà, elle s’arrête en 2014, donc elle ne tient pas compte du terrorisme migratoire de 2014 à 2018, et elle ne tient pas compte des frais de personnels.

    D’où vient le pognon qui sert ce rouge espagnole, Jean-François Carenco, dans l’édification de son réseau, et grâce auquel il infecte et tue la France avec ses centres herbagements pour migrants ?

    voir : https://dirigeants.bfmtv.com/Jean-f...


  • Ça tombe bien on avait justement prévu de leur serrer le kiki encore un peu plus cette année (comme tout les ans).


  • Il y a bien des chemins qui finissent par aboutir au monde des bêtes féroces,et de se confondre avec elles,par exemple trouver"normal"d’agresser les faibles quand on les sait sans défense. Et si nous nous organisons pas sérieusement,une telle bestialité finirait par nous faire sombrer dans la peur et la famine...


  • Il s’est passé un truc sous Jospin, quand même.


  • 32 milliards pour permettre à des gens en grande difficulté de survivre ;
    Et 50 milliards pour les amis banquiers de Macron au titre non pas du remboursement de la dette mais du simple paiement des intérêts de cette dette. Alors qu’avant la loi de 1973 la banque française prêtait à l’Etat à 0%


Commentaires suivants