Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Macron face à Plenel & Bourdin : un peu de brutalité dans un monde de lèche-cul

 

 

La Ve République est émaillée de ces rendez-vous qui confinaient au léchage de cul présidentiel. Ce n’était pas le léchage de cul qui était indécent mais la soumission du médiatique au politique. Peu de grands (par le salaire, pas forcément par le professionnalisme) journalistes en poste – et souvent proches du pouvoir – avaient le courage de mettre leur confortable fauteuil en danger pour une question dérangeante. Quand on gagnait 70 000 euros comme PPDA par mois sur TF1, avec le PDG de la chaîne copain de Sarkozy, on ne pouvait pas se permettre plus d’une vanne sur le président. C’était le maximum autorisé. D’ailleurs Sarkozy ne lui pardonnera jamais de l’avoir traité de « petit garçon ».

 

 

 

Plenel & Bourdin ne sont pas des présentateurs télé, ce sont des journalistes. L’un en radio, l’autre en presse écrite puis en ligne. Ils ont chacun leur franc-parler, leurs convictions, ils n’avancent pas masqués. On peut dire que Plenel est un pur gauchiste, auteur de gros coups journalistiques quand il tenait fermement la barre de la rédaction du Monde. Bourdin, lui, serait plutôt à ranger chez les populistes, il incarne parfaitement la nouvelle ligne de RMC, la radio qui n’arrête pas de monter et qui a bouffé Europe 1. Ces deux personnalités ont donc été choisies par Macron – qui l’avait promis il y a un an à Plenel sur Mediapart – pour l’interroger et le malmener. Et il a été malmené, si l’on prend comme point de repère l’obséquiosité française habituelle en la matière.

 

 

Mais il s’est bien repris, rendant coup pour coup, parfois en balançant de bonnes contre-vérités mais ça, c’est le lot des dirigeants.

 

 

Aux journalistes de sauter sur les mensonges et d’évacuer le brouillard communicationnel qui entoure l’homme en charge de l’exécutif.

Pour ceux qui n’ont pas soutenu les presque trois heures d’échanges, en voici la synthèse. On peut comprendre qu’un exercice de pur « com » flatteur pour le pouvoir et « ses » journalistes n’intéresse pas les Français avides de concret.

 

 

Eh bien justement, du concret, malgré les frappes échangées, il n’y en a pas eu beaucoup. Bourdin et Plenel sont plus perfides que Pernaut ou Ferrari, mais un Macron ne lâche pas des vérités aussi facilement. Pourtant, le corbeau a lâché quelques camemberts de bonne facture. Il a fallu le pousser dans ses retranchements sur la question sociale, les grèves en cours et leur raison, et sur l’international, c’est-à-dire la Syrie et la place de la France dans la paire anglo-américaine.

En une réplique, Bourdin a énervé Macron :

 

 

Être le président des riches quand tout va mal pour de nombreuses catégories de Français, ça fait mauvais genre, ça fait mauvais roi. Si le roi n’est pas aimé des pauvres, s’il ne distribue pas quelques piécettes, le règne peut mal finir. On a tous – et Macron le premier – en tête la fin lamentable du président Hollande, symbole de ce mélange écœurant entre socialisme de trahison et République communautarisée. Macron aura un mot malheureux sur son objectif principal :

 

 

Les deux dossiers sur lesquels Macron a dû se justifier, et c’est son boulot, c’est la crise sociale et la crise internationale. L’agression contre le service public et le statut de fonctionnaire, puis la justification du bombardement de la Syrie, qui place la France objectivement dans le camp des djihadistes. Sur le sujet intérieur, et plus précisément sur la lourde ponction des retraités (qui ont bêtement voté pour lui), Macron en a sorti une cinglante :

 

 

Que signifie la « solidarité intergénérationnelle » ? Que les retraités prétendument nantis doivent payer un peu plus pour ceux qui ont moins. C’est faire porter aux Français pas encore trop pauvres le poids des Français appauvris par le libéralisme, pardon, la crise !

Débrouillez-vous entre vous, c’est le mot d’ordre bien libéral du président. Les riches augmentent leur richesse, les pauvres doivent être solidaires entre eux. Quant à la fronde sociale, celle des luttes qui « coagulent », elle n’existe pas, c’est-à-dire que le ras-le-bol n’est pas général :

 

 

Certes, il y a un monde entre les divagations des étudiants de Tolbiac et la défense de leur statut par les cheminots. Les uns sont des apprentis révolutionnaires qui rêvent d’un nouveau Mai 68 qui leur mettrait le pain et la brioche gratuitement dans la bouche sans se fatiguer, les autres sont le symbole d’une France qui ne doit pas céder aux injonctions du mondialisme. C’est un combat qu’il ne faut pas perdre, sur lequel il ne faut pas céder un pouce de terrain. Il n’y a donc pas coagulation entre la colère des employés du service public et les petites manips de Besancenot et consorts dans les facs BQ (de basse qualité), mais il y a un empilement des mécontentements manifeste !

« Le mécontentement des cheminots ou des étudiants n’est pas celui des hôpitaux, celui-là est lié à une situation installée depuis des années. »

Du côté extérieur, l’alignement de la France sur les intérêts anglo-américains, et donc israéliens, est une catastrophe morale, diplomatique et, à terme, économique. Qu’on se souvienne seulement des conséquences des sanctions antirusses décidées par les Américains et imposées aux pays européens, un coup indirect porté contre nos agriculteurs, dont certains ne se sont pas remis. Alors que les Russes, eux, courageusement, ont réorienté leur économie et leurs achats.

Interrogé sur sa panoplie de « gendarme du monde », ou plutôt de gendarmette, Macron a cru bon de se justifier en reprenant la substance du tweet délirant de Jakubowicz :

« De là où je suis, on ne peut pas se contenter de faire des leçons de morale en regardant un peuple se faire gazer. »

 

L’exercice entier aura duré 2h38. Le jeune Macron, 40 berges au compteur, aura mieux résisté en seconde mi-temps à ses deux juges soixantenaires. On ne peut pas imaginer un instant qu’il n’ait pas compté sur une victoire à l’usure.

 

Les deux fronts d’Emmanuel Macron,
à lire sur Kontre Kulture

 

Macron, la guerre contre le social, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si j’avais été leur place j’aurai posé à Macron une seule petite question : " Trouvez vous équitable que MLP ayant fait 33% à la présidentielle, son parti le FN ne soit représenté que par 1% des députés ? " . Genre de question que ces deux voyous - qui en croquent - ne poseront jamais, sous peine de se faire virer .

     

    • #1944755

      C’est du pipi de chat votre question. Il faut un peu plus de virilité :

      "Monsieur le président, comment voulez-vous que les Français vous prennent au sérieux, comment voulez-vous être crédible lorsque vous annoncez vouloir "punir" Bachar el-Assad lors d’une conférence de presse conjointe avec le prince héritier du royaume d’Arabie-saoudite, un criminel de guerre notoire qui, en ce moment même où nous parlons, massacre en toute impunité les civils yéménites. Bon, je n’aborderai pas le sort des Barheinites et encore moins celui des Palestiniens, je tiens comme vous, Monsieur le président, à ma gamelle mais permettez-moi tout de même de vous posez cette question, est-ce que vous ne vous foutez pas de la gueule des Français, Monsieur le président ?". Là, ce serait du journalisme !


    • @Je ne suis pas Charlie

      Alors là, oui, la question posée comme cela aurait un panache énorme et ferait frissonner dans les chaumières.
      Mais je crains fort que les journalistes actuels n’aient pas pu eux aussi, échapper aux perturbateurs endocriniens.
      Tout ce cirque médiatique n’est qu’un jeu de rôles où chacun connait sa place et ses limites. Les gouvernants et les élites le savent très bien et n’ont rien à craindre des matamores en coton hydrophile...

      Viktor Von Berg


    • Monsieur, le président,

      Pour ou contre la loi Gayssot


  • Macron n’a pas été malmené car ils n’ont pas posé les questions qui fâchent comme celle-ci : " Jusques à quand les Français seront-ils condamnés à aller voter à des législatives truquées par le scrutin majoritaire à deux tours qui donne à LREM une majorité absolue - absolument indue ? "

     

    • Serpolet,les français condamnés à voter.....ils n’y a que les complices d’une politique de pourris qui se déplacent pour voter !
      Faites un effort ....ne riez pas,ne pleurez pas, réfléchissez.
      Et s’il vous reste 5minutes, achetez vous une conscience !


  • Si ces deux journalistes étaient autre chose que des pourris ils auraient demandé au beau parleur présidentiel : " Quand allez vous rétablir la proportionnelle aux législatives ? " . Le reste : peanuts .


  • #1944695

    On aime : ce gros plan sur la Tour Eiffel, symbole Illuminati.

    "La symbolique est importante." - Jacques Attali


  • Du cinéma...Un simulacre d’opposition comme avec FI.


  • Il ne faut pas se leurrer, journaleux choisis par Battling Mac, surtout Plenel, et dire que Mélenchon et certains observateurs tombent dans le panneau.
    "Chiche" quant à remettre le couvert l’an prochain, nos duettistes achetés en live.

    Sur la forme, l’ex technicien de Rothschild a surtout démontré qu’il maitrise toute les ficelles de la rhétorique et de l’art de la négociation, la Syrie et l’évasion fiscale pour taper sur Plenel et pendre définitivement l’ascendant sur ce dernier, afin d’isoler Bourdin et de le contrôler sur NDDL et les retraités.

    Trois phases psychologiques dans ce débat de trois heures, la première consistant en un choc frontal, ensuite trouver l’ouverture (Plenel et ses frasques fiscales) pour accéder à la phase secondaire, plus didactique et en prenant la posture du professeur que Bourdin a essayé vainement de lui contester et enfin, la dernière phase, plus apaisée avec cet achoppement ridicule sur le septième titre du PSG.

    Macron a laminé ses contradicteurs, ne cédant strictement rien sur le fond et en les dominant sur la forme, pire, en les faisant passer pour des inquisiteurs manquant de déférence (absence de "Mr le président" lors des questions).

    Macron, roi de la com’, on le savait, il se délecte de ce genre de prestations.

    Quant à savoir si c’est le rôle d’un président de conduire un entretien comme s’il négociait des contrats ou une réunion de comité d’entreprise face à des syndicats, je pense que la réponse est non, mais ce n’est pas d’hier que la fonction présidentielle est affaiblie par sa représentation formelle et ce, depuis Chirac.


  • De nos jours être un bon président, c’est être un bon communiquant, pour certains ça suffit, mais franchement pour moi, il reste l’essentiel qui est mis de côté .L’image on s’en fout, le bla-bla, on s’en fout, si c’est cela qui fait vibrer encore quelques Français en tout cas pas moi .Il me faut du vrai, du réel, du répondant, de la consistance par des mensonges ou des leurres lâchés en pâture face au journaleux jouant une math de boxe truquée .Certaines personnes ont besoin d’images et ils s’en suffisent et ça, les communicants le savent, c’est leur boulot "il faut que ça passe bien" devant les caméras .Ce faux président exactement comme le faux drapeau, sert de faire valoir en tant que représentant de la France, mais comme la plupart des gens savent qu’il n’est qu’un porte-parole, sachant surfer lors d’un débat ou une interview .(Il a été formaté pour ça) .Mais malheureusement en France on aurait plutôt besoin d’un président, d’un vrai "un Français" un homme de pouvoir .Tout cela n’est que du cinéma, un mauvais film, un navet, enfin un truc, une espèce de machin à faire avaler une fois de plus , aux râleurs, aux mécontents .il gagne du temps, en tout cas, il essaye d’en gagner .Il est la marche d’escalier pourrie et bien repeinte .On connaît le résultat quand on met le pied dessus.


  • Macron essaie de cacher qu’il ne fait qu’appliquer les GOPE (Grandes Orientations Politiques et Economiques) qui sont pondues par des Commissaires européens qui n’ont pas été élus mais sont au service de la finance et de la Couronne. Macron n’est que l’exécutant des basses oeuvres du projet sioniste.


    • @ pour Pity

      Il faudrait diffuser cette vidéo dans tous les grands merdias ,mais ils n’auront jamais les couilles de la diffuser ,parce qu’ils passeraient pour des cons ,et surtout pour des complices .Mais ça sur ce site , on le savait déjà .


  • Après les “ Macron a eu Poutine au téléphone ”, voilà notre mythomane qui déclare à l’épouse de Jean-Jacques Bourdin :

    « Je suis l’égal de Poutine. D’ailleurs, Poutine me comprend. Et si j’ai décidé de frapper la Syrie, c’est pour faire comprendre à Poutine que nous sommes là. Et lui comprend ce discours. C’est une solution pour ramener la paix en Syrie ».

     

    • Bien vu. Face à Poutine, ce n’est que Picrochole. Nous ne sommes qu’un minuscule pays face à la Russie. Le sieur Vladimir nous a bien roulés. Pour des questions de morale, grâce à l’embargo,nous nous sommes aliénés le marché russe pendant que d’autres en profitaient pour nous supplanter. Ne devrions-nous pas laisser régler les problèmes internationaux par l’ONU ? Qu’avons-nous fait pour la Tchétchénie, la Crimée, l’Ukraine, le Tibet, et la Birmanie avec les Rohingas, etc. Nous aurions dû bombarder les responsables de ces exactions ? Comme quoi, notre stratégie est à géométrie variable. Ma devise, même traitement pour tous ! Il est vrai que bombarder la Russie, c’est risqué !


  • Cet article ( excellent au passage ) illustre bien l’habilité de macaron. Qu’on ne s’y trompe pas, ce président est un exellent communicant et débateur, on peut dire qu’ATTALI a fait du bon boulot. Malheureusement ce type se trouve dans le mauvais camp : droite du travail, gauche des valeurs ! je rêve d’un débat macron-soral ou ce dernier exploserait la face de ce metrosexuel beau parleur ( je parle d’explosion de logos et non pas de conversano.....bref). On a en France le camp du bien mené par l’énorme Mr Soral, en face, le camp de satan dirigé par un Macron pas mauvais.
    A quand ce débat......


  • Macron a ringardisé ces pauvres journalistes, l’un pour son gauchisme partisan et abrutissant, l’autre pour ses indignations populistes. Ils n’étaient pas au niveau. Macron était juste impressionnant : il affiche son projet et son libéralisme clairement. Il est très fort en communication et d’une intelligence clairement supérieure. Son discours est très cohérent même si on ne partage pas son modèle.
    La seule bonne nouvelle est que si il va au bout de ses réformes (sncf, retraite, fac, nddl), le gauchisme sera bel et bien enterré. Il ne restera que l’alternative nationale.

     

  • "Je n’ai pas d’amis" ...
    J’ai des employeurs...

     

  • Monsieur le Président, vous vous posez en Chef de Guerre pour la Syrie (Et Trump n’est pas convaincu), alors que vous êtes incapable de gérer les zones de non droit chez nous (La ZAD entre autres). Ma question est la suivante : Vous ne trouvez pas que vous êtes un clown ?

     

  • Merci pour ce résumé, parce que franchement je n’ai pas du tout envie de me coltiner ca. J’ai autre chose à faire de mes journées !


  • catharsis / 20


  • Neo libéralisme = partie de cash-cash.


  • Communication (autre mot pour manipulation) de haut vol. En sortant de cette interview, le téléspectateur lambda s’imaginera qu’il y a une réelle opposition médiatique en France.


  • ingénierie sociale...pour tenter de finir de torpiller la droite "bourgeoise" filloniste. L’objectif étant de conserver le trio LRM (mondialistes), FI (opposition contrôlé) et le FN (réelle opposition).


  • Ce rendez-vous télévisuel a été, à l’inverse de ce que disent les media, un ECHEC !
    Comme 4,7M (approx. 18%) de téléspectateurs, il valait mieux regarder Taxi, bien plus vrai, avec de vraies bonnes répliques ! ;)
    Et au moins, ça respirait l’époque d’une France un peu plus joyeuse.
    Plutôt ça que de voir un sombre manager / liquidateur passer son entretien annuel...

    Je ne suis toutefois pas d’accord avec un point dans l’article : le jugement de la lutte des étudiants. Je les soutiens aussi personnellement, tout comme les ZADistes d’ailleurs.
    Il s’agit du même combat contre le même système :
    . Je suis bien content de ne pas avoir été filtré à l’Université, je ne souhaite pas ça pour les plus jeunes.
    . Je n’aimerais pas non plus me faire déloger d’une terre que je travaille surtout quand l’Etat n’a pas de projet pour elle !
    Ne minimisons pas certains combats pour d’obscures raisons.
    Macronald le Jupiton se nourrit de ça.


  • en tout cas il a un jolie collier au cou.un souvenir franc mac ?

     

    • Il a effectivement une cicatrice sur le cou. Impossible que le pli soit aussi marqué à son âge. Elle ressemble beaucoup a une cicatrice d’opération de la thyroïde... ou mais je me suis tout de même posé la question : y’a t’il un rite franc-mac qui laisserait une marque au cou ?


  • Juste deux heures trente avec trois acteurs et cela change quoi ? Rien finalement je ne retiens que cela finalement.


  • Remercier les retraités pour la CSG, c’est comme si un spolieur, un racketteur, un voleur, un escroc remerciait ses victimes pour s’être laissés dépouiller. Si ce n’était pas aussi tragique, j’en aurais ri. Je retiens autre chose : on augmente la CSG, mais on veut trouver des sources de financement pour les séniors. On a pas besoin de vous Macron ; rendez-nous ce que vous nous avez ôté et revalorisez les pensions au lieu d’accorder du pouvoir d’achat aux riches. Merci

     

    • Pour l’instant on augmente la CSG de 1,7%, mais il ne faut pas se leurrer, comme tous les impôts ça va augmenter . " Il faut faire cracher les vieux d’autant plus que ce sont tous des souchiens ". Pourquoi ne pas passer à 5% dans trois ans ? Pourquoi se gêner ? " Si les cacochymes descendent dans la rue on leur enverra les CRS, au moins là les CRS remporteront une éclatante victoire " .


  • Pour le voyage chez Poutine, je serais monsieur Macron, je me souviendrais du piège de Péronne, lorsque le duc de Bourgogne retint Louis XI en otage.


  • Un trotskiste (Plennel) qui est le revers de médaille du Macronisme, qui une fois que les plus riches auront tout siphonner, viendra porter le coup de grâce sur les classes moyennes dépouillées en proférant l’égalitarisme et un social-traître (Bourdin) qui fait semblant de récupérer la souffrance du peuple pour désamorcer les luttes. En fait selon moi cet interview est purement rodée.


  • Cet homme est d’une habileté diabolique, je dirais qu’il est "malin" !
    Les deux roquets ont bien essayé de le saisir aux mollets, mais se sont fait renvoyer à la niche ... Allez, coucouche panier !
    Science sans "Conscience" n’est que ruine de l’âme, et c’est la même chose pour l’intelligence !
    L’usage excessif et exclusif de l’intelligence n’est rien d’autre qu’une sorte de masturbation de l’égo ;
    Dans monde ou tout ne serait que marchandise, il serait un dieu ... mais est ce que tout est marchandise ?

     

    • quelqu’un qui ne peut pas aller jusqu’au bout de ses analyses comme A.S ne peut peut pas argumenter contre Macron . car Macron est cohérent dans ses affirmation (parfois ils sont à décrypter ) , le débat doit être devant quelqu’un cohérent aussi .


    • On est surtout dans le spectacle, dans du clash organisé et dont Macron est un pur produit d’appel.
      Les presque 4 millions qui ont maté le show sont des voyeurs biberonnés par les réseaux sociaux et leur polémique à deux balles, l’affiche promettait du cassage en live, ils sont venus voir, ils ont aimé, surtout Macron qui a répondu à leurs attentes.

      C’est le niveau zéro de la politique, Bourdin et Plenel ont servi de punching ball et Macron a cogné avec délectation.

      Du pain et des jeux, une fois de plus.


    • C’est certain que tout cela pourrait être une mise en scène. Quel intérêt journalistique l’agressivité de Bourdin et Plenel ??

      Dans le cadre circonscrit de leur questionnement, Macron a tout à fait raison, et ils ne le prennent jamais en défaut, pourquoi sinon parce que leur logique est la même que la sienne .

      La nature humaine ne peut pas se circonscrire par les calculs ... la dignité ne se quantifie pas, non plus que le respect .


    • petithous, Macron est quasi imbattable dans le clash avec vocabulaire éthéré, même Mélenchon se ferait claquer le beignet, comme Philippot s’est fait claquer par Macron aujourd’hui et au parlement Européen.

      Ce que je veux dire, c’est bien qu’étant énorme en terme de rhétorique, Macron ne fait pas grandir la politique en important le clash dans le débat public.


  • Contrairement à certains, je ne lui trouve aucun talent, même avec son oreillette. Il a eu la liste des "questions" (rien qui fâche, bien sûr) longtemps à l’avance, a appris ses répliques par coeur et c’est fini. Des problèmes insolubles, beaucoup d’intervenants ici pourraient lui en poser, genre quelles sont les perspectives de l’U.E. pour l’économie du pays, le déficit du commerce extérieur, la vente des entreprises publiques appartenant donc au contribuable, la raison du non-prélèvement de tout impôt à la source pour éviter l’évasion fiscale, la non-taxation des plus-values boursières, le paiement des intérêts de la dette publique, le million de personnes (au bas mot) vivant de la politique, les chiffres du chômage passant de 9-9,4 millions avant l’élection à 3 (!) après, les 40 milliards annuels de subventions à des associations politiques, etc etc


  • Bourdin : C’est de la puissance que d’aller bombarder une heure un centre où l’on ne sait même pas s’il y a des armes chimiques ?
    Macron : Je vous rassure : on le sait.
    Bourdin : On le sait ?
    Macron : On le sait. Sinon on n’aurait pas frappé ces 3 centres.
    Voilà le JOURNALISTE Bourdin enfin informé et rassuré.


  • Au même titre que Mac-euron aura fait exploser la classe politique, s’ il faut retenir une chose de cette petite séance de catch, c’est que " le petit garçon " aura définitivement mis ko le milieu merdiatique, il suffit de voir les commentaires plein de fiel et d’amertume d’icelui et rien que pour cela, ne boudons pas notre plaisir...


  • Ce qui est certain c’est qu’avec Macron on est loin du niveau d’un Poutine. Attaquer un journaliste sur sa déclaration fiscale... Au lieu de "monsieur" Macron, ils auraient du interviewer directement le President Jacques Attali.


  • #1945210

    Heureusement que je n’ai pas de TV, j’aurais mis des coups de savattes dedans.
    C’est répugnant. Les trois sont répugnants. Leurs mots, leurs phrases, leur réthorique, leur esprit, tout est répugant et tout est à jeter aux ordures, seul environnement qui s’accorde bien avec eux.


  • Je vous ai bien lu (mais n’ai rien voulu visionner).

    Faut-il vraiment commenter ce théâtre ? ? ?

    Se fatiguer pour ces parvenus qui ne foulent même plus le sol - ils glissent ? Rappeler le pedigree des trois bonhommes, chacun, qui en ont un assez salé ?

    Un petit deal gagnant-gagnant, à trois. Et coupette de champ’s dans les backstages.


  • On tape sur le président une fois qu’il est élu pour cinq ans puis on renouvelle. Le pouvoir n’est pas là de toute façon. La politique est du théâtre sans intérêt.


  • Marron a écrasé ces 2 petits journalistes de seconde zone.
    Bourdin n’a pas le niveau , Plenel est insupportable.
    C’est pour ces 2 raisons que Macron les a choisi.


Commentaires suivants