Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Mayotte, un département français au bord de la guerre civile

Mamoudzou, la plus grande ville du département français de Mayotte, est secouée depuis une dizaine de jours par des conflits interquartiers qui ont fait un mort le 12 novembre et plusieurs blessés.

 

 

Mayotte est le théâtre depuis plusieurs jours de violences entre jeunes de quartiers rivaux. Mamoudzou, la plus grande ville de l’île de Mayotte, département français dans l’océan Indien, est secouée depuis une dizaine de jours par des conflits interquartiers qui ont fait un mort le 12 novembre, un jeune de 20 ans tué à la machette, et plusieurs blessés. Le quartier de Kawéni, d’où était originaire la victime, s’était embrasé en milieu de semaine dernière après l’attaque d’un autobus scolaire. Samedi, 200 à 250 jeunes issus de ce quartier se sont réunis pour en découdre avec ceux du quartier de Doujani, plus au sud, selon la police. Dimanche, un automobiliste a été poignardé à Mtsapéré Bonovo, un autre quartier de Mamoudzou, selon une source policière. Plusieurs enfants ont été blessés dont un mineur de 12 ans, qui a reçu un coup de machette à la tête mercredi dernier lors de l’attaque de son car scolaire.

 

 

La députée de Mayotte Estelle Youssouffa (Liot) a lancé mardi un « cri de détresse » sur le « cycle de vendetta », de « barbarie et de terreur » sur l’île dans « l’indifférence générale » à Paris. « On parle de hordes de centaines de jeunes, la plupart d’entre eux, des Comoriens en situation irrégulière qui ont entre douze et treize ans, sont armés de machettes et qui sèment la mort », a-t-elle affirmé. « On se demande quand est-ce que trop c’est trop ? Que vaut la vie de nos enfants qui vont à l’école la peur au ventre depuis des mois ? ». La députée a assuré que le département pouvait basculer « dans la guerre civile ». Face à cette escalade, le ministère de l’Intérieur a annoncé lundi l’envoi d’une dizaine de policiers du Raid, l’unité d’intervention d’élite de la police, arrivés mardi à Mayotte pour renforcer les forces de l’ordre.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

 

Mayotte, sur E&R :

 






Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3068289

    C’est le nain à talonnettes, quoi qu’en disent les fatmescouilles, qui est responsable (mais pas coupable, évidemment). Après, pourquoi pas, mais alors la "république" (rire) doit assumer et "protéger" ces compatriotes. A moins que ce ne soit pour nos élites un terrain d’étude, en prévision de ce qui peut arriver chez nous... J’ai été acheter une machette ou coutelas ou coupe-coupe selon les régions chez l’armurier de mon coin (pour couper les bananiers à la con, proliférants, que ma fille a planté dans le jardin). Quand j’allais sortir, le commerçant m’a dit : Stop ! Monsieur, je vais l’emballer, si un flic vous voit avec çà sous le bras vous allez avoir des emmerdes... On en est là.
    En même temps, finalement, il peut y avoir plusieurs usages de l’instrument. J’ai retenu.

     

    Répondre à ce message

  • #3068355
    Le 23 novembre à 16:06 par Diabolo 777
    Mayotte, un département français au bord de la guerre civile

    La plupart de ces jeunes qui sèment la terreur sur l’île sont des illégaux clandestins commoriens.
    La solution c’est de tirer dans le tas,qu’ils aient trente-cinq ou treize ans...
    Si tu es assez grand pour tuer ou mutiler des innocents à coups de machette t’es assez vieux pour te manger une balle dans la tronche !!!
    Il faut s’inspirer de la politique,qui commence à s’avérer gagnante,de Duarte face aux mafias de dealers ou de celle des dirigeants salvadoriens face aux gangs des Maras.
    Arrestations administratives massives,peines plancher très lourdes pour "associations de malfaiteurs" (même en l’abscence de flagrants délits)voire jugements expéditifs...
    On ne mate pas des sauvages avec des stages de chars à voiles ou de carressage de hamsters !!!

     

    Répondre à ce message

  • #3068403

    Occuper illégalement une île des Comores depuis 1976, donner le statut de département français à ce territoire... Et voilà le résultat.

     

    Répondre à ce message

    • #3068559

      Mais quest ce que tu raccontes
      Mayotte est la seule ile des Comores qui a voté pour rester Francaise lors d un referendum.
      Les autres iles ont voter pour l indépendance et maintenant ils rappliquent tous a Mayotte !
      et c est encore pire depuis qu on en a fait un département ( c etait un TOM avant ) avec les allocs qui coulent a flot comme en métropole.

      Cet archipel est un shithole qui ne produit ni ne possede aucune richesse.
      Il n’apporte strictement rien a la France a part des emmerdes et c’est un gouffre financier.
      Si c’est juste pour la présence francaise dans l’’ocean indien il y a déjà la réunion.

       
  • #3068418
    Le 23 novembre à 17:38 par Alain Bispol
    Mayotte, un département français au bord de la guerre civile

    Ballon d’essai, test "en réel" ?
    C’est bien ce e...de Sarko qui disait "personne ne pourra s’y opposer".
    Chiche, on teste la mondialisation à Mayotte, on appelle Poutine à l’aide.

     

    Répondre à ce message

  • #3068428

    J’ai un ami Français qui a voyagé là-bas pendant deux mois en mode "tente et à l’arrache" avec un autre copain...
    Pas du tout bagarreur mais pourtant bien bâti, il m’a dit qu’ils étaient obligés de dormir couteau à portée de main, tellement ça sentait le souffre.
    Et c’était la même en pleine journée ! Mais tout cela date d’il y a 15 ans, donc j’imagine aujourd’hui ! Comme ce coin de "France" doit être sympathique...
    Ça nous coûte combien au fait ce bout de "France" paradisiaque ?

     

    Répondre à ce message

  • #3068435

    Après le Rwanda, nous avons une guerre tribale à Mayotte.

     

    Répondre à ce message

  • #3068726
    Le 24 novembre à 10:09 par Le taciturne
    Mayotte, un département français au bord de la guerre civile

    Le contrôle des frontières ne cadre pas avec le projet d’américanisation de l’Europe. La société multi-ethnique déculturée, la privatisation rampante des services publics et la fin de l’état-providence, ne peuvent s’opérer qu’aux dépens des nations historiques.
    L’ effacement des territoires est un prérequis à l’émergence d’une entité supranationale, peu importe les dommages collatéraux. Mayotte n’est qu’un avant-poste dans cette guerre menée de l’intérieur contre les peuples, par une minorité d’illuminés.
    L’ île préfigure l’accouchement dans la douleur d’une nouvelle génération d’esclaves sans histoire, sans genre, sans couleur, sans saveur. La loi du plus fort s’ imposera à tous, le chacun pour soi sera la règle et toute forme de solidarité, de sentiment d’appartenance, de tradition et d’identité devra disparaître, au profit d’une poignée d’affairiste sournois régnant sur ce chaos depuis leur bunker de luxe.
    Ces enfants des rues ne sont que le signe avant-coureur de la fin d’une civilisation, celle que nous connaissons. Ils sont les nouveaux sacrificateurs et purifieront par le sang l’ancien monde déliquescent, pour laisser place à un tyrannie numérique, ultra-concurrentielle ; une dystopie eugénique et capitalistique.

     

    Répondre à ce message

  • #3068762
    Le 24 novembre à 11:28 par Tortue Géniale Participative
    Mayotte, un département français au bord de la guerre civile

    Marine Le Pen, passablement réveillée depuis avant-hier avec la perspective de voir la loi Veil sur l’éradication des bébés blancs entrer dans la constitution, est totalement revigorée.
    Rien n’a plus d’effet sur elle que la perspective de faire pleuvoir du fric sur un caillou peuplé de noirs des DOM.
    L’Or Bleu !

     

    Répondre à ce message

  • #3068885

    Vivant a mayotte, je vous jure si demain il y a penurie de riz ou aile de poulet c’est vraiment la guerre civile.. je plaisante pas, la préoccupation première ici avec l’alcool et la polygamie..

     

    Répondre à ce message

  • #3069207
    Le 25 novembre à 07:55 par unsimplemec
    Mayotte, un département français au bord de la guerre civile

    A Mayotte il y a plus de legionnaires que d’habitants. Régler ce probleme, ca peut se faire en 1 mois. Et la population de cette région sait traditionnellement régler les problèmes de délinquance. D’ailleurs dans les iles voisines il n’y en a pas. La vérité c’est que la France créée ce Chaos en organisant l’immigration pour des intérets personnels et financiers dont quelques trentaines de personnes sont les beneficiaires. Par ses lois, elle interdit à la population de régler ce problème de manière traditionnel et la force à n’être que victime ou spectateur de cette terreur. Il y a une trentaine de millions par an à gagner avec les demandes de cartes de sejour, des dizaines de millions à gagner avec l’abonnement des reconduites à la frontiere, des centaines de milliers à gagner avec le transport des immigrés jusqu’à Mayotte, des milliards à gagner avec la construction (vinci, colas etc) de routes, etablissements scolaires, hopitaux, logements sociaux. Chaque année il y a des milliers de francais qui quittent l’hexagone où ils sont en galère, pour venir gagner leur vie à Mayotte(au risque de se faire agresser), et des centaines de Mahorais qui quittent l’île pour l’hexagone ( à cause des agressions). Les immigrés qui recoivent leur carte de sejour n’ont pas le droit (exception au pays de l’egalite) de quitter le territoire pour l’hexagone. Du coup Mayotte devient une île d’immigrés et expatriés. Les sans papiers deviennent delinquants, les ex chomeurs deviennent la classe moyenne, et les vinci et autres restent les richent (ces derniers, tout comme les députés mahorais, ne vivent plus à mayotte d’ailleurs puisque les ex chomeurs devenus classe moyenne dirigent leurs entreprises).

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents