Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Misère de l’art, misère du journalisme : Sophie Calle parle de son chat dans Le Monde

Ce que la France a produit en 1 000 ans de plus grotesque en matière d’art et d’élévation est là, sous vos yeux. Vous ne pouvez pas y échapper, tant la médiasphère lui tresse de lauriers à la hauteur de sa vacuité. Il s’agit de Sophie Calle.

 

 

On n’a rien contre elle personnellement, elle est peut-être très gentille, maligne sûrement, mais elle représente la destruction de la frontière entre le beau et le laid, le vrai et le faux, le grand et le petit, qui est l’objectif de l’art contemporain et, derrière lui, de l’ultralibéralisme qui met la planète en coupe réglée. Le pays sur la liste du Grand Marché, aujourd’hui, c’est le Venezuela. Il y a donc corrélation (cachée) entre Sophie Calle et la déstabilisation par l’empire du pays de Maduro. Mais revenons à l’art, ou plutôt à ce qui essaye de le remplacer pour les raisons évoquées plus haut.

 

 

Le Monde propose, cet été, des feuilletons éditoriaux qui sortent un peu de l’info lourde, du hard news. Pourtant, on vient de le montrer, il n’y a pas de petite info : tout est lié. Le feuilleton du 11 août 2017 s’appelle Histoire d’amour épisode 6. Le principe est incroyablement novateur : « Six écrivains racontent une liaison qui a marqué leur vie ». On ne savait pas que Sophie Calle était écrivain, mais passons. Admettons.

Sophie, écrivain indispensable, raconte sa relation avec son chat Souris. Déjà, le génie de l’appellation. Le paradoxe, le retournement, l’art. Velasquez et ses pinceaux en poils de martre peuvent aller se rhabiller dans la loge de Géricault, le tocard du Radeau de la Méduse, cette grosse daube de 5 mètres sur 7 qui a coûté deux ans de travail acharné tout ça pour attirer les foules de beaufs du monde entier.

 

JPEG - 248.8 ko
Pour arriver à faire ça, il faudrait à peu près 150 Sophie Calle avec un minimum de talent pictural...

 

Exemple de prose calleuse :

Souris était un mâle noir et blanc. Comme particularité, il avait la démarche de John Wayne, et, sur ses vieux jours, il marchait l’amble, les deux pattes de gauche, puis celles de droite. Son animal de compagnie était un chat empaillé tigré.
On ne s’est jamais disputés, Souris et moi. Parfois, des admirateurs de mon travail lui envoyaient des lettres au nom de Monsieur Souris. Je n’ouvrais pas son courrier.
Alors que je clamais mon non-désir d’enfant, une amie me fit remarquer que mon comportement envers Souris était celui d’une mère.

JPEG - 39.1 ko
Sophie, petite, montait déjà des chats

 

Déjà, la psychologie, profonde. Mais Sophie n’est pas que vie intérieure – certes riche –, elle vit aussi des aventures :

Souris vagabondait beaucoup et rentrait tard. Une fois il a disparu pendant trois jours. Alors, épuisée, après des heures passées en vain à sa recherche, je me suis enregistrée en train de l’appeler : Souris ! Souris !…. et avec Fabio – son père adoptif, qui l’a gardé toutes ces années si j’étais en voyage, en le nourrissant de crevettes sauvages – nous avons arpenté les rues de Malakoff, le magnéto poussé à fond. Et Souris est sorti d’un jardin. Mais les jours qui ont suivi, chaque fois que j’allais chercher le pain, sur mon passage des inconnus chuchotaient en riant : « Souris, Souris ! »

Magnifique. Soudain, l’humour, la transgression, le risque :

Souris se masturbait sur moi. Et, à la fin de sa vie, il ronflait sérieusement. Jamais je n’aurais supporté ça d’un homme.

Mais très vite, après la mort de Souris (rassurez-vous, il a vécu vieux et heureux), la dépression :

Il était le seul animal vivant parmi les nombreux animaux naturalisés que je possède et il les animait, il leur donnait un sens. Désormais, il n’y a plus rien de vivant chez moi ; je vis dans un cimetière.

Ah, c’était pas déjà le cas ? Ainsi se termine cette glorieuse série polyculturelle avec, dans l’ordre d’apparition des épisodes, Nathalie Azoulai, Carole Fives, Marie Darrieussecq, Olivia Rosenthal, Colombe Schneck, et donc Sophie Calle.
Mamma mia, quel plateau, 100% féminin et 100% sur la ligne oligarchique, n’est-ce pas ! Une richesse artistique inouïe ! Une concentration de talents comme on n’en a plus vue depuis la bande du Montparnasse au début du XXe siècle à Paris !
Et puis en plus c’est super, tout le monde est contre le FN.

De la vraie transcendance, par l’Amour et la Connaissance,
lire sur Kontre Kulture

 

Analyse de la déviance contemporaine, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le vide au service du néant.
    Moins vous aurez à dire, plus vous pourrez vous exprimer.


  • Aha sacré calle ! Quand on compte les trophées de chasse qu’elle détient dans sa maison de malakoff, ça ferait rougir n’importe quel chasseur de safari afrikaners ! Sans oublier sa horde de mignons séfarade ou bon goy qui ne jouissent que par les petites miettes de cet art indispensable à la survie de tout rat....ou souris, bref tout ce qui vit sous la terre.


  • En ce qui concerne l´exposition d´Istanbul, il faut savoir que l´on emmènait les élèves de lycées prestigieux - je sais je les ai accompagnés - à voir ces conneries, visite imposée sur le temps scolaire. Après faut faire un rendu du truc. Comme autre sortie, il y avait des bases militaires. La virilité et l´utilité d´un côté, contre le rien et la destruction de tout ordre. Un hasard, Mme Calle n´est pas issue d´une famille catholique. Son père avait déjà fondé un musée d’art contemporain, une merde subventionnée.

    En voyageant, on constate partout la volonté d´imposer la merde contemporaine, appelé art contemporain, des choses encore pires que Calle, genre des blocs de bêton au milieu d´une salle.
    Tout cela est possible car on a accepté que Pablo Picasso, pas un breton non plus, avec Dora Maar, soit, le plus grand peintre du XXème siècle. Moi j´en reste aux Noces de Cana de Véronèse.

    Faites quelques recherches pour rire, juste une phrase de l´artiste : " Sophie Calle ­ J’ai toujours cherché à me protéger de mon jour d’anniversaire : c’est une journée épuisante, on a la volonté d’être aimée, on ne veut pas le dire, alors on attend, mais au final on est souvent déçu, c’est toujours une catastrophe. "


  • C’est vraiment compliqué l’art aujourd’hui - celui de l’image fixe j’entends... il reste le dessin satirique, et encore il faut en vivre... On est vraiment à l’ère de la vidéo qu’on zappe...
    Je veux bien passer 2 ans sur une toile de 5m, mais au final elle sera refusée par la galerie (manque de place), et en salon faudra payer un prix exorbitant pour l’emplacement, si le sujet plaît, parce que là encore y’a une barrière. Société de mierda.

     

    • "Je veux bien passer 2 ans sur une toile de 5m"

      Si tu passes 2 ans sur une toile de 5 mètres, c’est parce que tu peux te le permettre.
      Techniquement, tu as progressivement appris à peindre sur des formats modestes, et avec le succès commercial, tu peux ensuite passer à plus grand, si tu le souhaites, pourquoi pas ?

      À notre époque, il y a des galeries qui exposent de très grands formats d’artistes (Yan Pei-Ming, Georg Baselitz...) aux parcours historico-sociologiques intéressants...


  • Y a les proches ou des cabinets de psy pour déballer sa vie privée et ses états d’âme. Pas de talent, pas d’enfants - tant mieux finalement, on réussira peut-être à long terme à se débarrasser de cette génération de « gauchiasses » féministes, mondialistes.


  • Aucun chat qui s’appelerait Jus de Réglisse ne sera présent dans les pages du Monde. Dans le documentaire de l’INA, on peut voir encadré " ... l’homme de ma vie, qui était un ami de mon père, m’a quitté ...". On dirait du Christine Angot.

    Quant à la fournée glorieuse des Nathalie Azoulai, Carole Fives, Marie Darrieussecq, Olivia Rosenthal, Colombe Schneck, et Sophie Calle, nous sommes à des années lumières de nos Bloy, Bernanos et Céline. Léon Bloy, merveilleux écrivain, nous avait donné un avertissement dans "Le salut par les Juifs", réédité par Kontre Kulture puis interdit (cf. le lien ci dessus de l’explication de Me Viguier).

    Telle est malheureusement notre époque. Bientôt l’enjambement fracassant pour relever le niveau !

    https://www.youtube.com/watch?v=28T...

     

    • Hahaha, ce bon herr doktor Destouches mettait également son chat en scène. Mais pour produire de l’ART, lui ! Chose devenue un lointain souvenir, et ne pouvant exister sous cette appellation que sous conditions de rentabilité ou de spéculation... (toute référence à un écrivain rappelant les zheureslesplussombres (tm) est purement fortuite, il s’agit là de médecine vous l’aurez compris)


  • Sophie Calle respire la franchise : On ne peut se méprendre, une seconde en l’écoutant sur sa rapacité .


  • Les meilleurs commentaires, on les retrouves sur E&R, et maître Viguier a dit que les juges avaient en horreur les coms ironiques, et qu’il valait mieux être directe. Mais pour revenir au sujet, je pense que les gens qui regardent ça à la télé sans la moindre critiques, doivent se dire que c’est eux qui ont un problème et qu’ils ne sont pas dans le coup...


  • C’est du foutage de gueule. Bravo l’artiste ! Elle doit bien se marrer en voyant tous ces cons bienpensants se prosterner devant l’inexistence, l’imposture, la merde...


  • C’est quoi cette m.....


  • Chat alors ! Un peu d’humour !


  • Sophie Calle, artiste.
    Mais n’’aller pas y chercher un esthétisme. L’esthétisme, c’est facho.

    Sophie Calle, artiste "conceptuelle".
    Pour comprendre, il faut se souvenir que l’antonyme du concept est le percept.
    Je vois un carré, je dessine un carré. J’imagine une pyramide, je dessine une pyramide.
    Vous avez pigé Sophie Calle maintenant ?

    Étonnement, Sophie Calle ne raconte jamais les contrats avec les galeries, les juteuses subventions du contribuable, les ouvriers qui travaillent à son exposition ou impriment ses livres. Jamais. Et par conséquent, cela en dit long sur les conditions d’exploitation du prolétariat.
    La technique n’est pas très différence de celle de Christine Angot.
    Non, on parle de son petit ego, de son petit nombril. Un ego visiblement facile à dégonfler pour un Laurent Baffie dans cette vidéo très parlante avec Angot qui se ridiculise, notamment sur son obsession des ventes de son bouquin.

    Sophie Calle, c’est Loanna. Et Loanna, c’est M. Jouradain qui faisait de la prose sans le savoir.

    On dit qu’au pays des aveugles les borgnes sont rois.
    Mais elle est capable d’aller chercher des aveugles de par le monde pour voir ce qu’il voyaient quand on a des millions de personnes qui voient bien le problème de la crise migratoire car il est parfois à leur porte.

    Mais certainement le propre de l’artiste Français n’est pas de décrire comme Victor Hugo le malheur des contemporains de son pays. Et même si vous n’avez pas trop d’importance, que vous n’ayez finalement rien de bien important à dire.

    Et ça, on le voit bien.

     

    • Bin non : l’esthétique est basée sur des concepts.

      L’Art s’est toujours nourri de concepts, et inversement.

      D’ailleurs pas vraiment de concepts chez Sophie Calle, plutôt des trucs, des p’tites bidouilles, dopées par les institutions.
      Un p’tit bout de néant par-ci, un peu de vide par-là... mais, dans des cadres "prestigieux".


  • Elle cale complètement.

    Ca c’est fait.

    Je fais parti de ceux qui pensent que l’art a perdu de son sens et de sa substance, et que l’homme va droit à sa fin.


  • Encore une histoire de ratcalle.


  • Elle porte bien son nom par rapport à ce qu’elle fait en la matière .et tout le monde sait que dans ce cas ,la "matière fait calle" .C’est pas de sa faute ,elle est tombé dedans .


  • Quand ça part dans le chien-chien à sa môman , ou ... en l’occurrence la vénération des chats , c’est direction maison de retraite , pyjama , et couches culottes !!!

    En plus , ils / elles donnent de la vache ... elle réellement sacrée ... mais massacrée ... à manger ... au chats / chiens !!!


  • Pauvre femme...même une psychanalyste n’en voudrait pas...
    Allez...on passe vite à du vrai génie...
    Viiiiite un Céline pour me remettre !!!


  • Merci - L’article m’a bien fait rire
    Il faut dire que la matiere est riche


  • sceau fécal ça serait pas mal comme œuvre proche de l’artiste et de son nom cela devrait flatté son ego !.

     

  • Quand tu trouve normal que ton chat se branle sur toi mais que tu le refuserait de ton compagnon, t’a un serieux probleme...


  • Ahaha, je comprends mieux pourquoi son mec s’est barré ! Comment tenir avec une cinglée ?


  • Préparez vos mouchoirs, le prochain opus prévu à la Mi-Août 2018 devrait narrer les aventures de sa chatte avec une autre souris, cette fois : celle de son ordinateur.
    De l’anecdotique aux frontières du naturel et de l’artificiel afin que, par le biais de la réalité modifiée ou augmentée, l’irrationnel devienne réel et confine à l’intériorisation des phénomènes de vacuité.
    Et l’on a pas fini d’en piailler, comme le diraient les taxidermistes ubérisés.


  • Dès que j’entends le mot "contemporain", je m’attends à de la merde, et je ne suis jamais surpris.



  • Souris se masturbait sur moi.



    C’est la calle-y-fornication....

     

  • Vous êtes sûrs que ce n’est pas de sa chatte dont elle parle ?


  • Bonjour,
    En effet, ce n’est pas le même style que Velázquez, mais avez-vous déjà visite une expo de Sophie Calle ? Je ne sais pas ce qu’elle fait maintenant, mais il y a 3-4 ans, l’expo que j’ai vue sur son travail montrait des choses pas mal du tout, celle-ci était assez bien réalisée d’ailleurs.
    Évidemment, elle est plébiscitée par le système, ça d’accord, mais cela n’empêche qu’il puisse y avoir de la profondeur, et même une certaine beauté dans quelques uns de ses travaux, jeter le bébé avec l’eau du bain frise l’extrémisme, me semble-t-il...
    Velázquez ou Morandi c’est super beau bien sur ! Mais faut être un peu souple, non ?...

     

  • L’art contemporain ce n’est pas de l’art, même si parfois il a dans la société la même fonction que l’art, c’est à dire unir et enseigner.
    L’art c’est l’enseignement par le beau, le beau étant ce qui par sa forme son mouvement son harmonie et ses rythmes se rapproche de la vie et est utile à sa conservation, l’art contemporain lui, est le plus souvent par sa disharmonie, et son absence de structure en complet opposition avec ce qu’intuitivement l’homme considère comme le beau et l’artistique.
    Mais même si l’art contemporain est souvent laid et disharmonieux et qu’il n’est à proprement parlé pas de l’art, il conserve parfois la fonction unificatrice de l’art.
    Certains milieux affairistes par la maîtrise des medias et des cercles d’influences, peuvent par un martelage permanent de contre vérité faire croire au peuple que le laid est beau, et qu’un étron est une œuvre d’art.
    Bien des gens par ce besoin d’appartenir au groupe, par ce désir mimétique de se fondre dans la pensé commune pour se sentir protégé, s’auto persuaderont que ce que leur montre les medias comme étant le beau et l’artistique reconnu par la majorité, est réellement le beau et l’artistique, même ci c’est de la merde, les poussant par cette peur du rejet à aimer ce qu’instinctivement ils n’aiment pas.
    C’est ainsi qu’influencés par les médias possédant et faisant le marcher de l’art, un peuple influençable et abêtit par de la propagande, se pressera au concert ou à l’exposition à la mode pour s’unir dans l’adoration de la laideur, s’unifiant devant ce qu’inconsciemment ils rejettent pour ne pas être rejeté eux même et par la se sentir protégé par leur appartenance culturelle au groupe.
    Ainsi en se pressant devant le difforme et le disharmonieux, et en payant pour s’unir devant la laideur, le peuple s’unit et se renforce dans des actions communes tout en entretenant une caste d’escrocs lui faisant passer avec un certaine humour des vessies pour des lanterne pour ne pas dire de la merde pour de l’or.

     

    • l’art n’est que la cartharsis (sublimation ou épuration) du réel (physique et spirituel/culturel), donc l’esthétique n’existe en art que si notre réalité est esthétique. notre réalité actuelle n’est plus fondée sur l’esthétique mais sur la marchandise et l’idéologie, l’art contemporain n’est donc plus que discours et marchandise.
      Retrouvons nos valeurs esthétiques dans le monde du réel (le beau, le bon et l’harmonieux) et l’art redeviendra esthétique puisqu’il n’est que la sublimation de notre réel ; et une des façons les plus efficaces est, par exemple, de commencer par refaire le travail des impressionnistes en réaction à la marchandisation du réel :un retour à la l’émerveillement devant l’esthétique qui éclate dans la nature et la réintroduire dans notre réalité sociale et cultuelle, retrouvons ce lien que l’on appelle aussi religion (qui relie)


    • Salut Fred, c’est la question que je te posais dans ta dernière vidéo sur l’art. Pourquoi à ton avis notre société produit un tel "non art" ? C’est qu’on est vraiment en phase aggravée de décadence et qu’on ne veut plus vivre non ?


    • Jean Sébastien Bach a déjà expliqué ce qu’était l’art, ce n’est pas unifier, ni enseigner, etc, mais une oeuvre d’art doit nous ouvrir le Coeur, coeur en tant que centre spirituel de l’homme, et porter au Divin.
      Si une oeuvre a un tel effet sur nous, c’est de l’art pour nous, sinon, non.
      Et peu importe "ce qui se dit" en société, dans les écoles et chez les snobs, tout ça n’est que blablabla, c’est la réalité concrète de l’effet sur nous qui compte, mordicus.

      Dans ce cadre, il est évident que le plug anal de la place vendôme, le vagin de la reine de Versailles et toutes les merdes architecturale modernes au carré qu’on voit ne sont pas de l’art, ainsi qu’un grand nombre d’oeuvres contemporaines, car elles n’ouvrent le Coeur de personne.

      Par conséquent, on tire de cette définition que la chute gigantesque de la création artistique provient de la chute spirituelle du monde, ce sont les athées et tous les matérialistes qui sont responsables de cette chute, comme de tout le reste, d’ailleurs : si on pollue la planète, c’est à cause du surproductivisme, qui est dû à la recherche libérale effrénée du plaisir, qui est une invention du matérialisme. Si on fait la promo des pédophiles, idem, c’est à cause de l’adoration matérialiste du corps, et donc du fric, le tout conduisant aux dérives et obsessions sexuelles partout dans les films et en société, etc, toute débilité vient du matérialisme philosophique.
      C’est pour ça que je taxe les athées anti-spirituels d’hypocrites hystériques quand ils se targuent d’être soit-disant "natios", car ils sont dans la contradiction totale : c’est le matérialisme atthée et franc mac qui détruit les civilisations, rien d’autre !


    • Jean Sébastien Bach a déjà expliqué ce qu’était l’art, ce n’est pas unifier, ni enseigner, etc, mais une oeuvre d’art doit nous ouvrir le Coeur, coeur en tant que centre spirituel de l’homme, et porter au Divin.
      Si une oeuvre a un tel effet sur nous, c’est de l’art pour nous, sinon, non.
      Et peu importe "ce qui se dit" en société, dans les écoles et chez les snobs, tout ça n’est que blablabla, c’est la réalité concrète de l’effet sur nous qui compte, mordicus.

      Dans ce cadre, il est évident que le plug anal de la place vendôme, le vagin de la reine de Versailles et toutes les merdes architecturale modernes au carré qu’on voit ne sont pas de l’art, ainsi qu’un grand nombre d’oeuvres contemporaines, car elles n’ouvrent le Coeur de personne.

      Par conséquent, on tire de cette définition que la chute gigantesque de la création artistique provient de la chute spirituelle du monde, ce sont les athées et tous les matérialistes qui sont responsables de cette chute, comme de tout le reste, d’ailleurs : si on pollue la planète, c’est à cause du surproductivisme, qui est dû à la recherche libérale effrénée du plaisir, qui est une invention du matérialisme. Si on fait la promo des pédophiles, idem, c’est à cause de l’adoration matérialiste du corps, et donc du fric, le tout conduisant aux dérives et obsessions sexuelles partout dans les films et en société, etc, toute débilité vient du matérialisme philosophique.
      C’est pour ça que je taxe les athées anti-spirituels d’hypocrites hystériques quand ils se targuent d’être soit-disant "natios", car ils sont dans la contradiction totale : c’est le matérialisme atthée et franc mac qui détruit les civilisations, rien d’autre !


    • Jean Sébastien Bach a déjà expliqué ce qu’était l’art, ce n’est pas unifier, ni enseigner, etc, mais une oeuvre d’art doit nous ouvrir le Coeur, coeur en tant que centre spirituel de l’homme, et porter au Divin.
      Si une oeuvre a un tel effet sur nous, c’est de l’art pour nous, sinon, non.
      Et peu importe "ce qui se dit" en société, dans les écoles et chez les snobs, tout ça n’est que blablabla, c’est la réalité concrète de l’effet sur nous qui compte, mordicus.

      Dans ce cadre, il est évident que le plug anal de la place vendôme, le vagin de la reine de Versailles et toutes les merdes architecturale modernes au carré qu’on voit ne sont pas de l’art, ainsi qu’un grand nombre d’oeuvres contemporaines, car elles n’ouvrent le Coeur de personne.

      Par conséquent, on tire de cette définition que la chute gigantesque de la création artistique provient de la chute spirituelle du monde, ce sont les athées et tous les matérialistes qui sont responsables de cette chute, comme de tout le reste, d’ailleurs : si on pollue la planète, c’est à cause du surproductivisme, qui est dû à la recherche libérale effrénée du plaisir, qui est une invention du matérialisme. Si on fait la promo des pédophiles, idem, c’est à cause de l’adoration matérialiste du corps, et donc du fric, le tout conduisant aux dérives et obsessions sexuelles partout dans les films et en société, etc, toute débilité vient du matérialisme philosophique.
      C’est pour ça que je taxe les athées anti-spirituels d’hypocrites hystériques quand ils se targuent d’être soit-disant "natios", car ils sont dans la contradiction totale : c’est le matérialisme atthée et franc mac qui détruit les civilisations, rien d’autre !


  • Comment vous appelez cela : apologie de la connerie ambiante ?

    Vous y allez fort aussi à ER : mêler Géricault au milieu de l’ interminable description des insignifiances de cette "artiste contemporaine", révélatrice de la nullité des élites de ce pays, faut le faire ! Et que vient faire Velasquez, l’ illustre ibère dans tout cela ?

    Et moi, j’ adore le Radeau de la Méduse !


  • Infantilisme et féminisme sont les deux mamelles de la France sioniste .


  • L’art contemporain... De l’art faisable en 5 minutes mais qui vaut des dizaines, voire des centaines de milliers d’euro... C’est inespéré pour le blanchiment d’argent


  • le probléme n’es pas les étrons , mais le fait qu"une grande majoritée de gens ne fassent pas la différence entre étrons et air alpin.
    pas étonnant que des gens qui ne savent qu’étronner , n’éssaient pas eux mémes autre chose , ils sont comme les autres à vouloir propfiter , et cela sans faire le moindre éffort à part étronner là ou le distribueur de billets leurs indique les lieux et les maniéres.


  • J’ai lâché l’affaire depuis que j’ai su qu’elle gardait dans son frigo les emballages des produits que ses copains avaient mangé...en souvenir.
    Puis ses bazars empaillés-là ça me fait horreur.
    Mais le troupeau femellistique dont on parle, c’est le genre habituel non ? Les mêmes qui nous rabachent leurs sottises à longueur de temps ?
    — "


  • Mes amis... a ce niveau de connerie et surtout d incompétences en trouvant même de l’art dans une merde de chien je reste sans voix..... comment peut on redresser une société qui est aussi corrompu a ce point par la bêtise le fric et la manipulation. Conclusion plus tu prends les gens pour des cons plus ça marche, mais le pire c est que nous les "moujon" nous passons pour des incultes et des fachos.. Courage ...fuyons ...... bonjour Alain Soral


  • Nul. Zéro. Rien à branler.


Commentaires suivants