Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mort de Joël Robuchon, l’homme qui a réinventé la purée

Six mois après le pape de la gastronomie – Paul Bocuse, le plus ancien triple étoilé de France près de la capitale mondiale de la gastronomie, Lyon – c’est au tour de Joël Robuchon de nous quitter, à l’âge de 73 ans, succombant à un cancer du pancréas.

 

 

Joël Robuchon c’est le petit séminariste devenu cuisinier par l’entremise des Compagnons du Devoir qu’il rejoint adolescent. Dès 29 ans, en 1974, il est nommé chef cuisinier de l’hôtel Concorde Lafayette à Paris. Deux ans plus tard il remporte le concours du Meilleur ouvrier de France en art culinaire, puis décroche en 1978 les 2 étoiles Michelin à l’hôtel Nikko, Paris.

En 1981, il crée alors son propre restaurant dans le 16e arrondissement de Paris, le Jamin, qui se voit récompenser par une, deux, puis trois étoiles au Guide Michelin en 1984. Nommé « Chef de l’année » en 1987 puis « Cuisinier du siècle » en 1989 par Gault et Millau, tout lui réussit.

Voici ce que disait Paul Bocuse de Robuchon lorsqu’il décrocha les 3 étoiles Michelin :

« Joël Robuchon, pour moi, c’est la perfection ; ses trois étoiles lui ont été attribuées pour sa discipline, sa rigueur, son amour du travail bien fait. Son itinéraire n’est pas passé inaperçu. Déjà au Frantel de Rungis, on parlait de lui ; plus tard, au Concorde Lafayette, il m’avait littéralement époustouflé, lors d’un dîner des maîtres-cuisiniers de France. Je m’étais dit : “C’est un type hors du commun”. Ensuite, à l’hôtel Nikko, avec le restaurant Les Célébrités, il a fait de nouveau des prodiges et trouvé le moyen d’enlever deux étoiles, chose jamais vue dans un hôtel et sur­tout tenu par des Japonais. »

(...)

« La vraie cuisine d’aujourd’hui, c’est simplement la bonne cuisine. Un jeune cuisinier, sérieux, respectueux de la sainte trilogie “beurre, crème, vin”, de la fraîcheur des produits, qui connaît bien son métier, a toutes les chances de monter sur le podium des trois étoiles. Mais le plus dur, à ce niveau, c’est de conserver cette distinction suprême, de ne pas décevoir... Lourde responsabilité ! Je n’ai aucun souci pour Joël Robuchon et Marc Meneau et, surtout, je n’ai aucun conseil à leur donner : ils sont plus forts que moi ! »

Commenceront alors des années de développement tous azimuts qui l’amèneront à devenir le chef le plus étoilé du monde avec un total de 32 étoiles Michelin à travers ses nombreux établissements en France ou à l’étranger (7 étoiles rien qu’au Japon).

On le voit apparaître souvent à la télévision, mais c’est à 50 ans, alors qu’il décide de tout arrêter, qu’il va se consacrer à la transmission, la pédagogie et revenir à la télévision. D’abord sur TF1 avec Cuisinez comme un grand chef, mais surtout par l’entremise de sa célèbre émission Bon appétit, bien sûr ! (France 3 puis Gourmet TV).

 

 

En 2003, il revient finalement à la cuisine, rompant sa retraite anticipée, mais pas derrière les fourneaux : il fonde son concept de restaurants « Ateliers Joël Robuchon », entre bar à tapas et comptoir de sushis, mais luxe et haute gastronomie. Il décline le concept à l’infini dans de nombreux pays du monde, avec un succès variable suivant les établissements.

Parmi ses dernières apparitions médiatiques, on avait pu le voir dans l’émission Top Chef 2017, malheureusement déjà affaibli.

 

 

On retiendra de lui sa célèbre purée dont le poids en pommes de terre équivalait presque celui en beurre (sa recette ayant évoluée au fil des années pour s’alléger et suivre les tendances « santé » ou « minceur »). Qui n’a pas goûté cette célèbre purée n’a jamais goûté une bonne purée – bien qu’à E&R on la préfère écrasée à la fourchette plutôt que tamisée, mais l’important étant de ne jamais la corder !

Et on retiendra aussi bien sûr sa célèbre formule "Et bon appétit, bien sûr !" qui signait la fin de chacune de ses émissions.

Nous lui adressons pour notre part un désormais « Et bon voyage, bien sûr ! ».

Voir aussi, sur E&R :

Valeurs et traditions de la France éternelle
sur Kontre Kulture

 

À ne pas manquer, l’analyse d’Alain Soral sur le rôle international de la cuisine française :

 






Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2019813

    Sympa Robuchon, maître queue pour happy few, S.A. purée ma grand mère faisait la même, évidement les flocons n’etaient Pas en rayon. Je n’ai rien contre cet homme qui a fait carrière dans les casseroles mais qu’on nous abreuve à longueur de journée avec sa personnalité ou ses exploits culinaires, on frise le ridicule. Les pauvres eploites par l’industrie agro amimentaires sous ainsi souris à une vie virtuelle, vivez comme des riches, puisqu’on vous le raconte.

     

    Répondre à ce message

  • #2019848

    Pour moi Robuchon restera le chef des happy few, propriétaire de restaurants branchés sur les Champs-Elysées, dont Arielle Dombasle, la femme du grand leader BHL raffolait

     

    Répondre à ce message

  • #2019943

    J’sais pas, jamais goûté. Trop cher pour moi ou pas assez riche pour lui...
    Qu’il repose en paix mais mes 2 grands mères faisaient admirablement à manger ainsi que ma moman que j’aime et qui m’a transmis cet amour de la "Bonne bouffe" mais pour beeeeaaaaaauuuucouuuuup moins cher.

     

    Répondre à ce message

  • #2019944

    Avec ma maman quand j’étais petit, on faisait le même genre de purée, même meilleure. Pommes de terres fraîche et moulu à la main. Dès que je rentre la voir, elle me fait la même purée, ça demande de la patience et de l’huile de coude. Un petit ingrédient secret de ma maman, rajouter un peu de noix de muscade en poudre. Bon appétit.

     

    Répondre à ce message

  • #2019983

    Course effrénée à la reconnaissance, à la notoriété et au profit...

    Oui bon ce n’est que de la purée... Est-ce qu’elle était bio cette purée au moins ?

    Ce sont surtout les citadins qui s’extasient sur une purée car ces crétins aliénés par le boulot n’ont même plus le temps de s’en faire une ! Ils ont de la purée Mousline ou autre merde en poudre.

    La cuisine ce n’est pas compliquée, il faut un peu de temps, de l’envie et de l’imagination.

     

    Répondre à ce message

  • #2020048

    M. Robuchon devait ouvrir une école de formation aux métiers de la restauration à Montmorillon ville de sa Vienne natale. Le projet a pris du retard car les investisseurs qui l’accompagnaient souhaitaient avant tout ouvrir ce type d’école à New York ou Shangai, mais pas lui, il souhaitait absolument commencer par Montmorillon et ensuite développer le concept ailleurs.
    J’éspère pour cette belle région que le projet verra jour...

     

    Répondre à ce message

  • #2020269
    Le 8 août à 07:06 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Mort de Joël Robuchon, l’homme qui a réinventé la purée

    Et quand il neige,
    le flocon est gratuit.

     

    Répondre à ce message

  • #2020313

    En cette saison estivale je préconise une bonne soupe au pistou !! (meilleure pour le pancréas :) ) : couper les légumes de saison en petits morceaux ( taille style macédoine ou à peine plus gros) - carottes, haricots vert, haricot plat ou coco, céleri , oignons, courgette, en dernière cuisson un peu de tomates, si vous ne voulez pas perdre de kg rajoutez aussi des coquillettes, cuire dans une grande marmite avec beaucoup d’eau salez à mi -cuisson (c’est encore meilleur réchauffé) à côté dans un gros bol ciselez une grosse poignée de feuilles de basilic, écrasez quelques gousses d’ail en purée ou en tout petits morceaux -au goût de chacun - et ajoutez autant de bonne huile d’olive première pression à froid et bio d’huile d’olive), dans un autre bol rapez un bon fromage au lait cru style comté ....Régalez vous !! Un été sans soupe au pistou n’est pas un été :)

     

    Répondre à ce message

  • #2020350

    Quand LFCéline est mort on a fait moins de raffut que pour ce marmiton amélioré . M’étonnerait que l’inénarrable Canard Enchaîné n’ait pas déposé une petite crotte sur sa tombe .

     

    Répondre à ce message

  • #2022206

    La sainte trilogie “beurre, crème, vin”, la trilogie et la gastronomie traditionelle du cancer en réalité et de la plupart des problèmes de santé les plus courant a commencer par la première cause de mortalité dans le monde, les "accidents" cardiovasculaires et problèmes en relation comme l’hypertension et le diabète.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents