Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mort de Raymond Kopa, le polak génial des années 50

Et le noble symbole de la France ouvrière

Raymond Kopa a été le maître d’œuvre de la première grande équipe de France, celle de la fin des années 50. Kopaszewski, le polak de Noeux-les-Mines, éclot dans une équipe pétrie de talents, venus de partout, de France et d’ailleurs. Ce sera une France « polak rital blanche » avant la France « black blanc beur » de la fin des années 90.

 

Faudra-t-il attendre encore 40 ans une troisième grande équipe de France ? Apparemment non, car la nouvelle génération, celle des Griezmann et des Varane, des Lloris et des Matuidi, des Pogba et des Kanté, des Payet et des Giroud, semble avoir effacé les errances de la précédente (Ribéry et son racaille football club), retrouvé un moral de vainqueur et une morale à toute épreuve.

Raymond Kopa, lui, est entré dans la légende, avec son talent, et sa modestie. Il est vrai qu’à l’époque, le business n’avait pas pris le pas sur le sport. Il régnait un côté amateur même dans l’équipe de France, une bande de copains venus d’en bas, on ne disait pas encore des « quartiers ». La crème du foot de l’époque, c’était des fils de mineurs et de sidérurgistes qui bossaient dans les immenses usines du Nord et de la Lorraine.

Il n’empêche que Kopa sera repéré par le plus grand club de foot de l’époque, et probablement de tous les temps, le Real de Madrid, les Merengue aux 10 ou 11 Coupes d’Europe. Le petit Français y gagnera trois Coupes d’Europe des Clubs Champions, comme on disait encore, avant la « libéralisation » du foot et le changement en la très lucrative Champion’s League.

Après Kopa, il y aura Platini, fils de rital arrivé en Lorraine, et Zidane, fils d’immigrés algériens des quartiers populaires de Marseille. Si le foot est si populaire, c’est qu’il vient, malgré sa professionnalisation excessive, toujours d’en bas.

 

 

Un footballeur princier et solidaire :

 

Immigration et nationalisme peuvent faire bon ménage,
lire sur Kontre Kulture

 

Derrière les artistes immortels, la dérive d’un business, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • En 1950 l’immigration avait une autre gueule .


  • #1677029

    Amateur de football, je déplore cette perte pour le travail d’un homme français...
    Natif du bassin minier et petit fils d’immigré polonais mineur parfaitement assimilé, j’ai toujours été étonné de voir l’étroitesse des liens entre les réseaux d’immigration polonais qui fournissaient de la main d’œuvre polonaise dans les mines et ce qui me semble être le même genre de cheminement pour cette génération de polonais footballeurs qui ont commencé a éclore dès le déclin des exploitations minières qui coïncide au moment du début du football business (sponsoring, investisseurs). Et d’ailleurs on a pu le remarquer autant dans les bassins de Moselle (fc Metz) que dans le bassin minier du pas de Calais (rc Lens) a peu près au même moment.


  • Au delà du talent footballistique, un exemple d’intégration à l’instar de Alain Mimoun, mon sportif préféré pour ces qualités d’homme (contrairement à beaucoup, je juge un sportif à son comportement d’homme en priorité)...

     

    • #1677076

      @ursus.........et tu as raison de juger ainsi, normalement çà va ensemble et çà en dit souvent long sur la qualité, d’un Mimoun par exemple, un bel être humain avant tout...( je préfère souligner les qualités des uns que les défauts des autres, c’est un peu mon parti pris maintenant ) !


  • #1677051

    Un très grand !

    Ce qui est magnifique avec le foot, c’est que c’est l’un des moyens les plus rapides pour se faire des copains lorsque l’on est gamin.

    C’est le sport le plus populaire, car il rassemble très vite les gens. C’est presque instinctif.

    Je crois que je n’aimerais jamais autant un autre sport. C’est magique, le football !

     

    • #1677088

      @garrincha.........tu as un pseudo de circonstance et un beau !...celui qui malgré sa " patte folle " fixait et figeait ses adversaires avec ses faux départs, partie prenante de ses dribbles et à qui l’on a préféré Pelé, le jeune prodige de la bourgeoisie Brésilienne, plus lisse aussi...Garrincha, trop excessif, trop coureur de jupons, trop humble aussi et surtout tragiquement humain donc pas assez bankable, mais qui dans la mémoire du peuple Brésilien et dans la mienne restera toujours comme celui que le vrai peuple, en définitive seul connaisseur et juge nomma pour la postérité : " l’Allégresse du Peuple " !...voir ses obsèques bouleversantes qui pour être moins médiatiques et internationales , m’ont rappelé celles du grand Senna .


  • #1677052
    le 03/03/2017 par Rosseur de poulardes
    Mort de Raymond Kopa, le polak génial des années 50

    RIP

    Kopa rime avec copa, coupe, la victoire !
    Grand et Humble, à la fois, ca va ensemble. Il reconnait que son ballon d’or aurait pu aller aussi au grand Puskas, ou à Di Stefano. Ou quand la communion dans la Grandeur efface les individualités ou la basse rivalité des petits.

    Merci Kopa.


  • #1677065

    joli article-hommage à un grand monsieur du foot, monsieur tout court du reste !...grosse lacune quand on a " le toupet " de ne pas intercaler entre 55 et 98, celle qui demeurera à jamais pour moi la plus grande équipe de France ( 78/82 et 84 ) de tous les temps : Platoche ( un des tous premiers sportifs présents dans un spot publicitaire : la boisson Fruité où on le voyait tirer ses fameux coup francs, coups francs qu’il tiraient d’ailleurs les yeux bandés à l’entrainement... ) et le carré magique, Hidalgo...je me souviens de Kopa car avant cette dégueulasserie de ligue qui pue la cotation en bourse, je jouais lorsque j’étais gamin ou ado et rêvais foot héroïque et épique ( le grand Saint-Etienne, qui restera à jamais pour moi, Marseillais, la plus importante aventure footballistique Française...que voulez-vous, on était aussi moins cons et " racistes " que maintenant, j’avais aussi une passion pour cette sublime équipe des Pays-Bas avec son jeu libre et son football total : la folie et la passion à l’état pur ) en collectionnant les Panini ( comme tous les mômes de ma génération ( pas que le foot d’ailleurs ) qui avaient une réelle vertu culturelle et pédagogique : on y voyait une rubrique ( je crois dans le mythique album de la première saison du Championnat de France 75/76 édité par Panini, une rubrique hommage en noir et blanc consacrée aux grands anciens, à l’époque çà se respectait encore, Kopa, Fontaine, Marche..)


  • Pour Kopa(lewski) ce sera bien la meme chose que pour Chopin(owski) : les Polonais qui ne connaissent pas ce genre de chaos mental sur la nationalite, demanderont probablement ses restes a transporter a leur Pantheon de Varsovie. Et ils auront parfaitement raison. On est Polonais par le sang. Pas par l’ideologie foutue du meting-pot pour goyim telle qu’elle a ete introduite de la City de Londres en France avec leur revolution de 89 dont nous avons fait les funestes frais et dont, a 2 exceptions pres Napoleon et Petain, nous ne sommes mentalement toujours pas en mesure de nous depetre du bourbier ou ce la nous a mis. Eh bien que ce brave Kopa, dont je me souviens de mon enfance, repose en paix !!!

     

    • c’est Kopaszewski et Chopin tout court, fils d’un français parti s’installer en Pologne. Kopa est français d’origine polonaise, c’est tout. Il restera un monument français exclusivement, car la France sait intégrer ceux qui la servent et l’honorent... Peu importent leur sang.


  • Mes messages sont devenus rares sur e&r. Je m’y connecte pourtant, sans faute, tous les jours !
    Bref, c’est une émotion non feinte que je partage avec vous.
    Kopa, comme Platini ou Messi et Christiano Ronaldo, restera à jamais dans le panthéon de l’histoire du football. Un immense joueur...
    Il ne lui a juste manqué qu’un titre de champion du monde pour arriver au niveau des plus grands que sont : Pelé, Maradona et Zidane...
    Bref,
    Vive la France !


  • #1677187

    France « polak rital blanche » ? et déjà Maghrébine - Equipe de France 1954 contre le Mexique gagné 3 à 2 : Remetter - Gianessi, Kaelbel, Marche (c) - Ben Tifour, Marcel -
    Kopa, Mahjoub, Strappe, Dereuddre, Vincent !...Arbitre : Manuel Asensi Martin, né le 2 juillet 1918 et mort le 12 février 1971, est un arbitre espagnol de football, qui fut arbitre international dès 1948.

    Abderrahman Mahjoub ou Abderrahman Belmahjoub, est un footballeur international puis entraîneur franco-marocain, né le 25 avril 1929 à Casablanca et mort le 31 août 2011 dans la même ville à l’âge de 82 ans. Surnommé le « Prince du Parc », il joue au poste de milieu de terrain de la fin des années 1940 à la fin des années 1960. .........Belmahjoub est un bel exemple du sportif qui a réussi bien qu’il ait exercé à une époque où l’argent ne coulait pas encore à flot. Propriétaire de commerces (comme le restaurant de pêche de Casablanca), Il est resté fidèle à son image et aide, autant qu’il le peut les nécessiteux qui le sollicitent.

    Abdelaziz Ben Tifour est un footballeur franco-algérien. Il est né le 25 juillet 1927 à Hussein Dey et mort le 19 novembre 1970 à Alger. Il évoluait au poste d’attaquant.

    Il est un des pionniers du football algérien, jouant en Tunisie et en France dans les années 1940 et 50. Il remporte avec l’OGC Nice, deux championnats de France et une Coupe de France.

    Il est aussi avec trois de ses camarades de club (Zitouni, Bekhloufi et Boubekeur) dans la première équipe algérienne de football nommée l’équipe du FLN, qui est créée à l’aube de la Coupe du monde de football 1958.

     

    • #1677655

      @lemouc........merci aussi à vous de rappeler le souvenir de tous ces oubliés, d’où qu’ils viennent, ils le méritent tellement !...des êtres humains avant d’être des sportifs...et toujours avec cette humanité, cette humilité qui a tant déserté les personnalités " moi je " d’aujourd’hui, du peigne-cul selfisé et déconnecté du réel aux élites également hors-sol qui ne sentent même plus puer leur inculture et leur personnalité crasses !...en un temps où le collectif avait son sens le plus noble, il est normal de voir du beau jeu...et du beau monde .


  • #1677256

    Une pensée pour tous ces Polaks, devenu Français non pas par le droit du sol...mais par celui du sous-sol ( allusion à tous ces mineurs de fond)...Epoque ou devenir Français voulait dire encore quelque chose.


  • #1677515

    "De vrais sportifs" ! disait mon-grand père en pensant à Kopa et Fontaine....

    Kopa, c’était une époque ou les sportifs étaient issus du réel (ce dernier avait un ou plusieurs doigts sectionnés suite à son activité dans les mines), avec une pression moindre et moins d’enjeux ; une époque qu’on peine à imaginer aujourd’hui.
    Et quand au niveau de français, comparé à Ribery, c’est le jour et la nuit...

     

Commentaires suivants