Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nouvelles accusations de conflit d’intérêts contre Alexis Kohler

Le gouvernement Macron sous pression

Selon des documents révélés par Mediapart, il a approuvé en 2010 et 2011 des contrats entre le port du Havre, dont il était alors membre du conseil de surveillance, et l’armateur MSC, fondé et dirigé par des cousins de sa mère.

 

Le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, est de nouveau visé par des accusations de conflit d’intérêts après que des documents ont été révélés lundi 6 août par Mediapart. Le bras droit d’Emmanuel Macron a approuvé en 2010 et 2011 des contrats entre le port du Havre (GPHM), dont il était alors membre du conseil de surveillance, et l’armateur MSC, fondé et dirigé par des cousins de sa mère.

M. Kohler siégeait au conseil de surveillance du port du Havre de 2010 à 2012, comme représentant de l’Agence des participations de l’État (APE) aux côtés du maire de la ville, l’actuel Premier ministre, Édouard Philippe. Lors de deux réunions, en septembre 2010 et 2011, M. Kohler a pris la parole et voté en faveur de contrats à venir entre GPMH et Terminal Normandie MSC (TNMSC), filiale française de l’armateur et acteur majeur de l’extension du port alors en cours, révèlent les documents publiés par Mediapart.

Pour Mediapart, « les procès-verbaux du conseil de GPMH ne laissent aucun doute : Alexis Kohler ne s’est jamais déporté quand MSC était concerné. Il a participé à toutes les délibérations, y compris celles concernant l’armateur italo-suisse. Une fois au moins, il a même voté une disposition, mettant en jeu de l’argent public, favorable à MSC ».

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

Voir aussi, sur E&R :

Des lectures indispensables sur nos « élites »,
chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On ne sait plus si ces "affaires" sont révélées pour alimenter les merdias afin de faire diversion ou si c’est vrai ? Mediapart est de plus en plus "chelou" avec ses scoops à répétition qui semblent provenir d’une cellule " Propaganda Staffel " aux ordres soit, d’un Gladio B, soit de l’Elysée. Bref, de la m*rde en barre ! Je suis en Kohler...

     

  • Quand même , le genre de type a qui il ne faut pas filer la clef du coffre .
    L’ économie ? une affaire de famille . L’ argent français ? ho une restitution , un du !
    L’Express indique qu’" il se sent de gauche "

    À la suite de l’élection de François Hollande, il devient directeur adjoint4 du cabinet de Pierre Moscovici, ministre de l’Économie et des Finances. Il est recruté à ce poste par Rémy Rioux, directeur de cabinet .

    C’est alors qu’il occupe cette fonction que Christian Eckert est l’auteur de l’amendement qui instaure la taxe sur les dividendes, qui est maintenue en dépit de doutes sur sa légalité dès 201514. Le dispositif est retoqué par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) puis totalement invalidé début octobre par le Conseil constitutionnel . En octobre 2017, alors qu’il apparaît que ce qui est désigné comme un « fiasco fiscal » coûtera près de 10 milliards d’euros au contribuable français et risque de faire déraper le déficit public, le gouvernement Édouard Philippe fustige l’amateurisme des responsables politiques qui ont mis cette taxe en place visant en particulier Michel Sapin, ainsi que Christian Eckert . Répondant aux critiques du gouvernement, Christian Eckert nie tout amateurisme juridique et pointe du doigt les responsabilités partagées avec Emmanuel Macron, alors secrétaire adjoint de l’Élysée en charge des questions budgétaires, fiscales et économiques, et d’Alexis Kohler, alors directeur adjoint du ministre de l’Économie en charge de la fiscalité des entreprises .

    Alors qu’Arnaud Montebourg a empêché sa nomination à la tête de l’Agence des participations de l’État, et que Laurence Boone lui est préférée pour remplacer Emmanuel Macron comme secrétaire général adjoint de la présidence de la République, il devient le directeur de cabinet de ce dernier à Bercy en août 2014 .


  • « Il ne s’est jamais déporté » ?! Aaarghh ! La Bête im Monde...


  • La magouillosphère !


  • En politique, tout le monde se connait, c’est un super réseau, soit on gratte, soit on se fait gratter. Donc, chacun a intérêt à être solidaire mais de temps en temps, çà dérape quelque fois pour un rien, juste une petite pointe de jalousie et hop ! j’te balance une affaire de corruption financière ou une histoire de mœurs... Et puis intervient un changement de poste discret et çà recommence... et n’oublions pas que (pour tenter de rester crédible), les merdias jouent leur rôle de dénonciateurs, çà occupe la populace, pendant ce temps, on ne parle plus de l’arrivée massive des migrants...


  • On peut pas lui repprocher d’avoir de la famille dans ce bizzness.
    En revanche ,il s’agit de savoir s’il y a eu appel d’offre (obligatoire ) ,et si les sociétés concurentes étaient plus intérréssantes .


  • Euh pas tellement sous pression que ça les députés LREM :
    https://www.programme-tv.net/news/s...


  • Il va bientôt être chocolat notre ami "Kohler" (pour ceux qui se rappelle de la marque).