Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Obama a-t-il encore une politique militaire ?

Thierry Meyssan, qui avait été le premier à annoncer la possible nomination de Chuck Hagel au département de la Défense, s’interroge sur les raisons de son renvoi. Elles ne sont pas pour lui à rechercher dans les actes du secrétaire, mais dans le changement de politique du président. Au demeurant, observe-t-il, Washington n’a plus de politique précise et l’administration Obama mène des actions dangereusement contradictoires.

Force est de constater que l’administration Obama n’a plus de boussole pour déterminer sa politique de sécurité nationale. En mai 2013, la Maison-Blanche sabordait le Conseil consultatif présidentiel du Renseignement sans le renouveler et, cette semaine, elle se débarrassait de son fidèle secrétaire à la Défense, Chuck Hagel. Surtout, elle ne cesse de remettre à plus tard la publication de la nouvelle Doctrine de sécurité nationale, que la loi lui impose de présenter au Congrès depuis 7 mois déjà.

S’il existe des directives claires en matière d’objectifs à long terme (empêcher le développement économique de la Russie et de la Chine) et sur les moyens d’y parvenir (faire pivoter les troupes stationnées en Europe et dans le Golfe vers l’Extrême-Orient), nul ne sait quels sont les objectifs fixés face au monde arabe actuel.

Il semble qu’en 2010 le « printemps arabe », préparé de longue date par le département d’État pour placer les Frères musulmans au pouvoir un peu partout, ait été une surprise — tout au moins partiellement — pour le président Obama. Même remarque pour le changement de régime en Ukraine, en 2013.

Aujourd’hui, une partie de l’appareil d’État US se bat contre l’Émirat islamique, tandis qu’une autre partie du même appareil d’État le soutient et combat avec lui la République arabe syrienne.

Chuck Hagel, qui avait demandé par écrit une clarification à la conseillère de sécurité de la Maison-Blanche, n’a non seulement pas obtenu de réponse, mais a été viré sans explication.

Certes, l’homme n’avait pas réussi à s’imposer auprès de la bureaucratie de son ministère, mais nul ne doutait ni de son jugement, ni de son soutien par les officiers supérieurs. Il s’était opposé à la guerre de Bush Jr en Irak et s’était attelé à repositionner les forces états-uniennes vers des objectifs nationaux et non plus privés.

Ses deux principaux successeurs éventuels, le sénateur Jack Reed et Michele Flournoy, ont immédiatement jeté l’éponge : ils ont bien compris que Chuck Hagel n’a pas été renvoyé pour avoir commis une faute, mais précisément pour avoir appliqué la politique que lui avait fixée le président Obama. Du coup, les regards se tournent désormais vers des seconds couteaux, Bob Work et Ash Carter. Au demeurant, il ne suffira pas d’être nominé, il faudra aussi être confirmé par le Sénat à majorité républicaine, ce qui ne manquera pas de complications.

La presse spécialisée dresse un portrait étrange du secrétaire sortant. Elle admet son honnêteté —une qualité fort rare à Washington— pour mieux lui reprocher de ne pas avoir fait grand chose. Or, son rôle, tel que défini lors de sa nomination, était précisément de ne pas lancer de nouvelles guerres, mais de réformer le Pentagone, ce qu’il a commencé à entreprendre. En premier lieu, il a coupé bien des passerelles entre les Forces US et Tsahal. Puis, il a procédé à de colossales coupes budgétaires, sauf dans le domaine nucléaire. Durant son mandat, il n’a cessé d’être attaqué par les pro-Israéliens, les néo-conservateurs et les organisations gays (financées par les précédents).

La confusion qui entoure toute la politique états-unienne dans le monde arabe dure depuis la mi-2012. À l’époque, la secrétaire d’État Hillary Clinton et le directeur de la CIA David Petraeus avaient profité de la campagne électorale présidentielle US pour soutenir une seconde guerre contre la Syrie, via la France et le Qatar cette fois. Une fois le président Obama réélu et ses deux « collaborateurs » éjectés, il nommait une seconde administration avec mission de faire la paix en Syrie. Mais au bout de quelques mois, il apparaissait que la politique du couple Clinton-Petraeus se poursuivait à l’insu de la Maison-Blanche et contre le Pentagone.

Manifestement, le président Obama n’est pas plus maître chez lui que ne l’était George W. Bush, et tout laisse à penser qu’il se rallie progressivement à la politique secrète de sa propre administration. Ainsi, l’homme qui avait annoncé la fin de la dissuasion nucléaire, de la guerre en Afghanistan et en Irak, et l’abandon de la guerre au terrorisme est-il en train d’entreprendre exactement l’inverse : il modernise et développe les armes nucléaires, il renvoie des soldats en Afghanistan et en Irak, et il relance le concept éculé de guerre au terrorisme.

Le renvoi de Chuck Hagel n’est donc pas une sanction de son action, mais le constat du changement du président Barack Obama.

Reste à comprendre quelles sont les forces sur lesquelles s’appuyaient Madame Clinton et le général Petraeus qui viennent de triompher. S’agit-il de l’État profond ou d’acteurs économiques ? À l’évidence, la presse US est complètement dépassée : elle n’est pas capable d’expliquer ce qui se passe, ni même d’analyser cette situation et encore moins de répondre à la question.

En définitive, les chancelleries du monde entier attendent des éléments nouveaux avant de tirer des conclusions. Pendant ce temps, sur le terrain, le Pentagone bombarde l’Émirat islamique auquel d’autres États-uniens fournissent armes et financement.

Aux États-Unis comme en France, les présidents se succèdent sans parvenir à influer les événements. Peu importe que ce soit le républicain Bush ou le démocrate Obama, l’UMP Sarkozy ou le social-démocrate Hollande, la machine continue inexorablement sa course sans que personne ne sache qui l’a définie.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1045095

    la machine continue inexorablement sa course sans que personne ne sache qui l’a définie.



    La dernière phrase de l’article montre que Thierry Meyssan a comprit les limites du paradigme :
    "Complexe Militaro-Industriel Impérialiste Israëlo-Américain"
    Il est évident que derrière Israël et les USA, une organisation a des objectifs plus "ambitieux" que le Grand Israël ou le Pétrole et les Ventes d’Armes...
    Quel est cette organisation ?
    Je n’en sais pas plus que Thierry Meyssan !

     

    • #1045126

      Assez d’accord avec vous.
      Lisez Le "Rapport Lugano" de Susan George, vous y trouverez plus qu’une piste...
      On parle trop peu de ce livre sur E&R, c’est dommage ; ainsi que "La stratégie du Choc" de Naomi Klein, que conseille Piero san Giorgio dans son bouquin "Survivre"(très bon aussi !).


    • #1045159

      Faut pas pousser non plus. Que je sache, Sarkozy avait tout à fait le pouvoir de ne pas faire la guerre en Libye, ou Hollande en Syrie.Chirac s’était opposé à celle en Irak, il en n’est pas mort.


    • #1045181

      @ lucho

      "La Stratégie du Choc" et "Le Rapport Lugano" utilisent le même paradigme que Thierry Meyssan en moins radical qu’on pourrait appelé :
      "Complexe Militaro-Financier" ou le "Capitalisme Mondial"
      Pour être clair, je vois plus une organisation tel qu’ Alain Soral semble la décrire dans "Comprendre l’Empire" qui est le juste milieu entre 3 tendances dans la Dissidence :
      1) L’ Inconscient Collectif du Capitalisme ( Voir Francis Cousin)
      2) L’ Impérialisme Israëlo-Américain ( Voir Thierry Meyssan)
      3) Les Organisations millénaires tels que les "Illuminatis"


    • #1045205

      La Fraternité Babylonienne, ça vous dit quelque chose ? Cherchez un peu, ça vaut le coup d’œil... Toutes les sectes tordues qui détiennent des parts de pouvoir se tournent vers la Fraternité et déverse toute l’énergie prélevée nécessaire à sa survie.
      Les gosses disparus ... Pas de liste d’enfants disparus en France et ailleurs... L’Or des États disparaissant comme par enchantement... le pillage généralisé... la liste est sans fin... qu’est-ce que c’est que ce bordel ????
      C’est une prédation terriblement humiliante pour les âmes et terriblement destructrice pour la Vie. Nous en sommes l’objet... nous sommes dans la merde aussi. Va falloir se sortir les doigts comme qui disait l’capitaine... et trouver la tête ... la suite, vous la connaissez.


    • #1045285

      Avec cette dernière phrase, Meyssan montre implicitement l’arnaque du régime démocratique où l’ont fait croire que deux partis s’opposent alors qu’ils s’alternent pour aller dans la même voie. Derrière tout ça c’est l’avancement de la République Universelle. Le Grand Israël fait partit de la volonté de République Universelle.

      Au dessus de tout ce qu’il se passe, c’est l’avancement de la République Universelle, c’est l’uniformisation du monde, c’est la préparation à un monde qui permettra la venue du Messie (Antéchrist) et la concentration des pouvoirs en entités uniques. Les gens qui restent dans une vision purement matérialiste et économique ne le voit pas.


    • #1045431

      @ Alex

      La théorie d’une organisation qui préparerait consciemment la venue de l’Antéchrist est illogique.
      Car pour croire à l’Antéchrist, il faut d’abord croire au Christ.
      La prophétie qui a annoncé le règne de l’Antéchrist, a aussi annoncé sa défaite.
      Donc pourquoi une organisation soutiendrait la venue d’un perdant !
      Sauf si inconsciemment , en suivant ses propres objectifs une organisation préparerait le règne de l’Antéchrist...


    • #1045480

      @ Le Chaton : Il faut voir ça de manière objective. Certains en sont conscient, d’autres non. Les organisations juives du style B’nai B’rith doivent en être parfaitement conscient. L’unification du monde est voulu par les élites. L’esprit de la Révolution française aboutit à ça. La franc-maçonnerie veut ça aussi. Après où ça se situe, qui le fait, qui en est conscient ou pas, j’en sais rien, ce que j’observe c’est que c’est l’esprit et l’objectif à atteindre.


    • #1045493

      ...Le Christ, l’Anté-Christ, le Post-Christ... etc. c’est de la métaphysique de bénitier. Toujours étant, apparemment les ennemis directs sont bel et bien réels, et, on les connait, jusqu’à leurs adresses personnelles. A moins de s’envoler avec une soucoupe volante, je ne les vois pas disparaitre, le monde est petit ! Pour en revenir, à la métaphysique religieuse, voyez Les Clés d’Enoch de J.J. Hurtak, même les juifs ont leurs délire d’Archange et autres trucs plus insaisissables les uns que les autres... il est curieux que les gens soient à ce point plongés dans des croyances les séparant vraiment d’eux-même. Ancrez-vous et vous verrez que le ciel est vide et que le salut est sous vos pieds.


    • #1045581

      Les grosses pointures financières, nommé par les amateurs les illuminatis et par les mieux informés, les mondialistes ! Ces gens là manipulent les gouvernement du globe comme des marionnettes et font avancée leur projet final, Un gouvernement mondial gouverné par eux et leurs grosses multi, le tout via les Unions supra-nationale comme l’UE qui englobent les nations dans des Unions dominé par eux !

      - Perso si je peu mettre des noms dans cette élite ou ce groupe, ce sont nul autre que les membres du CFR(council on foreign relation) et du Bilderberg Group ! Genre David Rockefeller et ses fils, la famille Rothschild>> Evelyn et Jacob de la branche anglaise et David et Edouard de la branche française, George Soros, Bill Gates, Warren Buffet etc...


    • #1045611

      @Zorgl
      Vous oubliez, sans doute, que Chirac a été le dernier président d’une République française souveraine en matière de politique étrangère.
      Lorsque Sarkozy a fait réintégré la France dans le commandement intégré de l’OTAN, il a délibérément remis le commandement de l’armée française entre les mains des USA par le biais de l’OTAN.
      Un des argument de de Gaulle pour sortir de l’OTAN était que sa structure, ses clauses, engageaient directement la France contre son gré dans les guerres des États-Unis


    • #1046052
      le 02/12/2014 par matrix le gaulois
      Obama a-t-il encore une politique militaire ?

      @ chaton

      Excellente conclusion, j’y adhère totalement. Une convergence de plusieurs acteurs (pas de tous) et idéologies qui tendent momentanément vers un but commun plus ou moins discernable. La domination mondiale et/ou faire survivre l’empire américain.


  • #1045139

    C’est pourtant très clair. Comprendre la situation est facile. Le lobby sioniste soutient Daech ou Etat israélien en Irak et au levant pour liquider Assad et l’alliance Assad Hezbollah Iran. De l’autre côté Obama et certains américains se rendent compte que soutenir des gens comme Daech n’est peut être pas tout à fait souhaitable.D’où les tensions entre ces deux lignes politiques. Comme ce sont les sionistes qui ont le dernier mot ( comme en France), Obama obtempère. Il n’a pas le choix sous peine de se faire Kennedyser. Le résultat n’est pourtant pas folichon. Assad est toujours là. Saddam a été remplacé pour les grands humanistes de Daech. L’Iran n’a jamais été aussi puissant. Les talibans sont plus que jamais en embuscade en Afghanistan. On dirait une fuite en avant mortifère.

     

    • #1045435

      Et si cette folle de Clinton s’empare des manettes ....On peut craindre le pire ! Si o’bama n’a pas de politique , elle , elle en a une !


  • #1045183

    La fixation US sur le monde arabe, c’est une pierre deux coup : Israël et le pétrole. Rien d’autre au menu. A si, faire le vide dans les stocks gigantesques d’armement. Quoi que ces dix dernières années, le « turn-over » c’est considérablement écourté. Tout ça au profit des banquiers ultra-sionistes administrateurs de la FED, du Royaume de la City et de quelques Trusts Internationaux, dont la législation internationale les identifie légalement de personne morale, sorte d’entités apatrides. Voilà le mondialisme et la politique de tergiversation quasiment incompréhensible où seul la réflexion de l’imposture morale et son cortège de paillettes hautement « markétisées », permet d’aborder l’escroquerie mondiale mise en place par cette mafia. Le pire dans tout ça, c’est sans aucun doute la détournement de perspectives assassin de ces marchands de mort. Cette Terre, ... cette Terre s’offre « gratuitement » à nous, humains, ... « gratuitement » ... et une politique de la gratuité des éléments vitaux donc primaires MÔoosieur Robobama ?... réponse : ... ?? ... Merde c’est un robot !


  • #1045219

    « La face cachée des banques » d’Eric Laurent... le cœur du pouvoir sioniste... et son cortèges de vanillo-dermes à kippa sournois, menteurs et voleurs comme des arracheurs de dents !


  • #1045264

    @ le Chaton

    Intéressante votre réponse. Je vais aller faire un tour du côté de chez Sw...euh... Cousin, que je ne connais pas. Merci de la piste !


  • #1045278

    Il n’y a qu’une politique militaire, celle d’Israel, les autres peuples sont réduits à la défensive (voyez les Russes) . L’armée Française est composée de mercenaires qui sont eux-mêmes des supplétifs de Tsaahaal .

     

    • #1045477
      le 01/12/2014 par Les bras m’en tombent
      Obama a-t-il encore une politique militaire ?

      Passe un peu de temps dans l’armée française et tu reviendras nous en parler, bambino.


    • #1047429

      toute armée est défensive tant qu’elle n’attaque pas. Les mercenaires ne sont pas dans l’armée régulière mais dans les agences privées de paramilitaires. J’ai fait l"armée, désolé j’y ai pas vu de supplétifs :) n’oubliez pas l’arme nucléaire...


  • #1045299

    Chuck Hagel est beau, il a de l’allure, et il s’était très honorablement opposé à l’agression sioniste en Irak . Il devait se trouver mal à l’aise au milieu de tous ces crapauds hébraïques de l’Administration, tous ces faciès de cauchemar, il détonait trop en tant qu’Aryen distingué, et c’est pourquoi ils l’ont viré, sans meme daigner dire pourquoi . Il est probable aussi qu’ils soient en train de préparer une nouvelle saloperie et que Hagel l’aurait désapprouvé .


  • #1045308

    ..."la machine continue inexorablement sa course sans que personne ne sache qui l’a défini" . Eh bien moi je sais qui l’a défini : ce sont les sionistes, ils savant parfaitement où ils vont, et dans la mesure où ils gardent le secret, personne ne pourra contre-carrer leur "course" .


  • #1045380

    Tout simplement l’entité sioniste dans sa globalité.
    Hagel avait subi un interrogatoire devant les sénateurs US au sujet des propos tenus, je cite "je défend les intérêts US, pas Israëliens" pour lui faire revenir sur ses mots et s’excuser... Signe de soumission.
    Toutefois, il semblerait que la politique adoptée par Hagel n’allait pas suffisamment dans le sens Sioniste.
    D’où son catapultage. Pas assez soumis. Obama n’est qu’une marionnette mais le Patron du Pentagone peut influer un tant soit peu quand même.
    C’est pourtant évident que le lobby a finit par avoir sa peau.
    Qui commande ? Bah voyons... J’vous laisse trouver.


  • #1045634

    "Manifestement, le président Obama n’est pas plus maître chez lui que ne l’était George W. Bush, et tout laisse à penser qu’il se rallie progressivement à la politique secrète de sa propre administration"

    Qu’Obama ne dirige pas les USA, pas plus qu’Hollande la France, c’est, pour moi, une évidence. Mais que Thierry Meyssan pense qu’il ignorait son rôle de figurant et qu’il serait dans une sorte d’obligation de se conformer aux directives, c’est soit de la niaiserie, soit un refus inconscient d’admettre la disparition de la démocratie dans les pays occidentaux au profit d’Etats voyous, corrompus par les groupes internationaux industriels et financiers.