Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Olivier Delamarche : "L’Italie va quitter la zone euro"

L’Éconoclaste Olivier Delamarche réagit au bras de fer entre l’Italie et Bruxelles.

 

 

Voir aussi, sur E&R :

Quel avenir pour l’Europe ? Lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y a des pays européens qui ont conservés leur monnaie tout en acceptant les euros....et bien,même les touristes préfèrent changer leur argent en monnaie locale !

    S’il y avait le franc et l’euro côte à côte....le franc finirait par l’emporter !
    J’ai payé en francs jusqu’à la limite ultime en 2001 et j’aurai continuer si la loi me l’avait permit.... !

     

    • En France l’Opinion - la reine du monde - est pour conserver l’euro . Elle se souvient que le Franc a été dévalué VINT FOIS (!) au cours du vingtième siècle . Une monnaie de singe qui représentait 1% des monnaies de réserve des banques centrales . Une monnaie faible face au DM, qu’il fallait dévaluer pour relancer les exportations . En Italie c’est sans doute la même chose, les ritals veulent garder l’euro car la Lire, comme le franc , ne cessait d’être dévaluée . On peut être patriote et vouloir garder une monnaie forte et internationale qui nous préserve des montagnes russes monétaires .


    • #2086021

      Tu raisonnes à l’envers. Ce n’est pas à cause du Franc qu’il fallait dévaluer, mais à cause de l’économie française.
      Si on ne dévalue plus c’est juste qu’on ne peut plus à cause de l’euro. Mais on en aurait besoin


    • #2086070

      La bêtise crasse de certains me laisse sans voix ! Le Franc est resté d’une stabilité admirable de 1803 à 1914, car il était assis sur le standard or et argent. 1914 ça rappel rien à personne ?

      S’il y a une monnaie de singe au monde c’est le dollar et accessoirement le yen. Qui peut être rassurer, lorsque l’on observe la nature et le montant des réserves de changes des banques centrales ? Qui peut croire encore à la valeur du dollar, depuis le 15 août 1971 ?

      L’Italie quittera l’euro car c’est son intérêt objectif, ou plutôt c’est l’intérêt bien compris de son oligarchie industrielle et financière.

      On dirait bien qu’il y a ici des intervenants qui souhaitent préserver la rente - c’est à dire la dette - à tout prix, tout en feignant de la déplorer ! Etrange. Des souverainistes, qui ne souhaitent pas le retour de la souveraineté monétaire, alors qu’il s’agit du principal moyen d’exister... Faut être un peu cohérent, non ?


  • Camarades de E&R
    J’aime bien Olivier mais parfois il perd son sang froid pour laissé pace à ses émotions.
    Les Italiens comme les Grecs brandissent le fameux "nous allons sortir de l’Euro" juste pour négocier à la hausse les aides que l’Europe , c’est à dire vous et moi, va accorder à l’Italie et profitez aussi d’un allégement sur la rigidité budgétaire commandé par Bruxelles.
    C’est un chantage de dupes car nous savons que l’Italie est elle aussi dirigée par des Banquiers. Le fait que le directeur de la BCE soit Italien, n’est pas un hasard.
    Les Italiens ne sortiront pas de l’Euro. Comme pour la Grèce , revoyez le scénario à la place de Tsipras vous mettez le mouvement 5 étoiles et on est bon.
    Ne varietur
    Lavrov.

     

    • Exactement ce que je répète à longueur de posts sur ce site même : les pays du sud et de l’Est ne veulent pas sortir de l’UE, ils cherchent juste le moyen de bouffer sur notre dos !!!


    • Mais comment la nationalité italienne du directeur de la BCE pourrait-elle déterminer la politique du gvt italien ?
      De plus, historiquement, le pouvoir bancaire ne semble pas être autant hégémonique en Italie que par exemple en France ou Allemagne. La preuve en est que les banques italiennes (avant l’Euro) n’avaient jamais réussi à imposer en Italie une politique de monnaie forte.
      Or par ailleurs, il existe un patronat italien, dont l’intérêt objectif est de sortir de l’Euro.


    • #2085818

      Lavrov, surtout, "ne changez rien". Vous et votre soutien de dernière minute, alias le king, on adore votre technicité économique. Vous comparez un pays qui reçoit des aides (la Grèce) et un pays contributeur (l’Italie). A votre avis, entre le pays qui reçoit et celui qui finance, lequel peut se permettre de se barrer de cette daube immonde en économisant de l’argent ? Je vous apprécie plus en humoristes qu’en économistes........


    • @Vivachavez

      On peut gagner aussi par le moins c’est à dire reduire sa contribution au budget européen ou bien recevoir plus .
      Du coup encore une fois Lavrov a raison


    • @le king
      Ce que vous voyez comme des aides pour les pays de l’est sur le dos des français est en fait un investissement pour l’UE. Son but : financer les infrastructures (usines p.ex) et la formation en main d’oeuvre qui permettra à certaines de nos entreprises de délocaliser leur production afin de réduire leur coûts et être plus compétitive, ce qui devrait selon l’UE créer aussi des emplois en France. Les emplois détruits dans nos usines seront compensés par des emplois créés dans nos bureaux. Ajoutez l’augmentation du pouvoir d’achat du hongrois enrichi dont la France bénéficiera aussi et vous avez ainsi selon les estimations de l’UE un solde en création d’emplois positif pour la France


    • Camarades de E&R.
      Certains commentaires me laissent sans voix, vue la naïveté des propos et la prétention qui y est accolée. Lucien Cerise pourrait en faire un cas
      L’talie ne pourra pas sortir de l’Euro, que si il y a un coup d’Etat .. :-) L’Etat profond étant encore très fort en Italie, il peut continuer son oeuvre tout en laissant la plèbe "s’horizontaliser" autour de luttes secondaires. On les occupe avec le terrorisme, le migrant, etc....
      Quant au directeur de la BCE Mr Draghi, enlevez le "g" et vous avez une partie de la réponse.
      Les esprits avec peu de vision et de lucidité se contentent de la pièce de théâtre distrayante dont la trame , consiste à faire croire que nous avons nous le peuple le pouvoir via des hommes que nous élisons , de changer le paradigme oligarchique bancaire.
      Quant aux pays de l’Est, ils sont pour la plupart sponsorisés par les USA, ne rêvent que d’une chose intégrer l’Otan. Et certains me parlent ici de co développement, avec ces pays sous prétexte de délocalisation... :-).
      Tout ceci n’a aucune cohérence.Surtout quand on sait que le principal client de la Chine c’est nous.
      Les Italiens sont les plus endettés avec les Espagnos et certains osent me parler de la participation financière de l’Italie au budget Européen... :-) On leur prête des sous pour qu’ils nous les rendent, donc en gros on se fait enfumer.
      Allez bonne nuit.
      Ne varietur
      Lavrov.


  • En principe, ce n’est pas possible : il n’y a pas d’article de la constitution européenne qui le permet..
    Et puis, je ne crois pas sur les Italiens aient le cran de franchir le rubicon, même s’ils en avaient les moyens et la possibilité...

     

    • ce n’est pas possible : il n’y a pas d’article de la constitution européenne qui le permet..

      Oui bah, il n’y a pas non plus d’article qui l’interdit.
      D’ailleurs figurez vous que la constitution européenne ne dit rien du tout à propos de l’Euro, en fait... Il faut croire qu’à l’époque de sa rédaction on savait éviter de confondre les deux sujets...


    • Ah ben ! si aucun des articles de la constitution ne le prévoit, alors là c’est plié ! Et si aucun article ne prévoit non plus d’aller aux toilettes quand ça presse, on se fait dessus ?! Sérieux, vous n’en ratez pas une vous, pour ça c’est sûr vous êtes le roi !


    • A Jp et Eric..

      Les textes européens sont flous à dessein afin que la commission européenne garde la main en tous temps et en tous lieux et puisse les interpréter à sa guise ...in fine, le dernier mot reviendra toujours à la dite commission.


    • « in fine », vous n’en savez rien et c’est du flan.


    • "Ne cesserez-vous pas de nous alléguer vos lois, à nous qui portons l’épée ?" disait Pompée (un autre italien)


  • #2085518

    Est-ce que ce n’est pas l’UE que ça arrange ? Faire porter la responsabilité de la fin de l’Euro à l’Italie, lui éviterait d’avouer que ce machin était mal conçu et ne pouvait pas durer...

     

    • #2085541

      A la limite on s’en fou, ce qui compte c’est que cette arnaque se termine !


    • #2085548

      Qu’est ce qu’on en a à foutre du moment qu’on en sort ?
      Ne pas agir parce qu’on se perd en atermoiements déguisés en "intelligence politique" : je pense que c’est une des plus redoutables armes du système. Semer le doute en rendant une action simple et qui va de soit en quelque chose de complexe.


    • #2085557
      le 21/11/2018 par Francois Desvignes
      Olivier Delamarche : "L’Italie va quitter la zone euro"

      Si les fonctionnaires et commissaires étaient payés dans leur monnaie nationale, votre question serait recevable.

      Mais ils sont payés en euros et y tiennent beaucoup et d’autant plus qu’ ils ne paient aucun impôt sur leurs traitements.

      La nature humaine est invariable : en 1787, Louis XVI avait déjà demandé à son frère le Comte d’Artois d’arrêter de faire le bébête et de consentir à une réduction générale des pensions pour résorber le déficit du budget et la dette de l’État.

      Charles (il s’appelait Charles) n’a rien voulu savoir . Du tac au tac, il a répondu au Roi son frère : "Sire, il ne faut pas caler les pensions sur nos recettes, mais les impôts sur nos besoins".

      Eh bien, c’est pareil ici : vous suggérez poliment aux têtes (et nez) poudrés de Bruxelles de revenir aux devises nationales avant que toute l’Europe non allemande ne meure de faim.

      Et que l’Allemagne tombe en faillite pour n’avoir plus que des clients ruinés. .

      Et eux vous répondent : " ce n’est pas possible, nos pensions sont libellées en euros".

      Comme vous pouvez le constater, et contrairement à ce qu’ils soutiennent, cela n’a rien à voir avec la Raison et encore moins avec l’Éthique.

      La goinfrerie, la lâcheté et la fainéantise les ont rendus idiots et scandaleux.

      Comme le Comte d’Artois


    • Si l’Italie sort, c’est le château de cartes qui s’écroule.
      Un de mes professeurs, très italophile, m’avait dit un jour que l’Italie était le miroir de l’Europe et que ce qu’il s’y passait devait toujours être pris en considération. À l’époque je n’avais pas fait grand intérêt de cette phrase, aujourd’hui je me rends compte de sa pertinence.


    • #2085595

      Il me semble que si l’ITALIE, 3ème économie de la zone , décide de quitter l’euro, c’est la fin de l’euro et de l’UE….ainsi que de choupinet, le roi de l’UE .dans un délai tès bref !


    • A Fredo et Bayin...
      il a y deux Europes : celle ( encore) productive et l’autre qui vit sur son dos, en parfait parasite ( Hongrie, par exemple)... si vous attendez de la Hongrie ou de l’Italie qu’ils sortent de l’UE, vous allez attendre longtemps...


    • #2085627

      Mal conçu ?

      Tout dépend de l’objectif visé.

      L’Union Européenne telle que jusque maintenant,
      et particulièrement la zone Euro
      (mais l’entrée dans l’Union est un préalable à l’entrée dans la zone Euro),
      fonctionne très bien pour brider l’Europe (les pays européens, à l’exclusivité d’un seul - l’Allemagne),
      ce qui profite à ceux qui ne sont pas dans ce carcan,
      et qui continuera de leur profiter quand les nations européennes,
      dégoûtées par cette Union,
      se détournerons de toute coopération européenne efficace qui serait alors une concurrence effective.

      En résumé,
      vicier délibérément un outil pour que ses utilisateurs concluent à tord qu’il est mauvais,
      ceci pour un but immédiat (outil déficient)
      et un autre différé (outil abandonné).

      Dans cette optique, cela a été tout à fait bien conçu.


    • L’hypothèse que vous posez sous forme d’interrogation est évoquée par O.Delamarche et il y répond lui-même. Par ailleurs, et comme le dit un commentaire ci-dessus, l’essentiel serait de sortir de ce merdier, le reste relevant de l’habillage politique pour « sauver la face » et n’ayant donc guère d’importance.


  • une dictature ca ne lache pas la moindre once de pouvoir. L’ue ne laissera personne sortir ni le ru ni l’italie sans combattre. Il ne faut pas de precedent. Ceux qui veulent sortir devront se battre contre tous les parasites qui ont trop a gagne si l’UE continue comme avant.
    L’UE n’a qu’un but, reprendre tous les droits sociaux que les riches ont du conceder a la sortie de la 2nd guerre mondiale sous la pression des cocos armes de la resistance et de la menace de l’armee rouge.Ils ne s’arreteront pas avant.


  • Je ne vois pas, pour l’instant, la Commission Européenne prendre le risque de virer l’Italie et de faire exploser sa propre création, je la vois plutôt tenter de déstabiliser le gouvernement Salvini par différents procédés dont l’Oligarchie à le secret, comme scandale ou crime, afin de retourner l’opinion et de renvoyer le peuple aux urnes comme elle tente d’ailleurs de le faire en ce moment avec la Grande Bretagne et le Brexit, créer une crise politique, retourner aux urnes et obtenir que les pays réfractaires rentrent dans le rang...de l’euro, quoiqu’il en coûte, c’est autant de gagné, y compris dans leurs poches !

     

    • Une sortie de l UE suivie d une crise économique pour l Italie (crise sur la lire, sur la confiance des investisseurs étrangers p. ex) pourrait servir d épouventail et dissuader d autres candidats à la sortie ce qui tout compte fait pourrait être bénéfique à l UE. Une adhésion à l UE positivement corrélée à une crise italienne.


    • Bien de votre avis ! Les récalcitrants doivent se ranger.
      On commence par du surréalisme : Salvini déjà poursuivi pour "séquestration de migrants" sur l’Aquarius ou autre gentil navire, se fera sortir quelque casserole du type Benalla en plus corsé mais cela semble plus difficile ...
      A suivre.


  • Le gros problème, c’est que si l’Euro était supprimé, c’est le dollar étatsunien qui reprendrait sérieusement du poil de la bête !!!

     

  • Ho ! Le bol, les Italiens ont du pot, sortir d’une structure archaïque dépassée, sénile, à la ramasse des peuples, distancée, inefficace, rétrograde, retardataire, sourde aux besoins populaires, (à se demander si tout cela n’a pas été construit pour), et contraintes tout azimut.
    Vraiment les Italiens ont de la chance.


  • L’Euro c’est le nouveau nom du Deutsche Mark, et j’en administre la preuve : avant l’Euro le DM représentait 20% des monnaies de réserve des banques centrales . Aujourd’hui devinez combien de % des monnaies de réserve représente l’Euro dans les banques centrales ? 20 % !...


  • Delamarche a raison il faut avoir fait de la comptabilité nationale.
    Le taux intérêt spread va augmenter car l Italie est trop endetté si les impôts augmentent la maffia ne va pas accepter car l Italie est tenue par la maffia.
    Il y a beaucoup de travail au noirs.
    Les familles dans les pmi pme sont trop nombreuses depuis toujours pour devenir des grandes chaînes de groupes.
    Sauf tuer le pays rester dans l euro est la mort assurée il suffit de voir la Grèce.
    L Italie doit trouver un système paralle


  • Rien ne sert de revenir au franc tant qu’on sera gouverné par des brèles. Les dévaluations vont se succéder et nous aurons une monnaie de singe !

     

  • #2085915

    Je pense que l’italie ne sortira pas de la zone euro et je note par exemple que le brexit concerne un pays qui a pour monnaie la livre sterling. sortir de l’union oui pas de la zone euro.
    Tant qu’il y aura de l’encre et du papier , et la possibilité d’émettre donc d’augmenter à l’infini la quantité de monnaie aucun pays ne sortira de l’euro et oubliez vos rêves l’euro ne s’écroulera pas quoi qu’en dise le fort sympathique M. Delamarche.


Commentaires suivants