Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"On supprime une vie" : le patron du syndicat national des gynécologues provoque un tollé sur l’IVG

Alors que des associations s’inquiètent des difficultés d’accès au droit à la l’IVG en France, le Président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France, Bertrand de Rochambeau, a laissé entendre dans une interview à Quotidien que l’IVG était un homicide. Une prise de position inadmissible pour les défenseurs des droits des femmes comme pour le gouvernement.

 

 

 

 

 

Après la diffusion de l’interview, tandis que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et la secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, ont condamné « fermement » ces propos, les réactions opposant défenseurs des droits des femmes et anti-IVG n’ont pas tardé. Alors, que dit la loi ?

Tout d’abord, il faut rappeler que la loi française ne considère absolument pas que l’interruption volontaire de grossesse soit un homicide, autrement dit un crime. L’IVG est un droit que peut exercer toute femme enceinte jusqu’à 12 semaines de grossesse (soit 14 semaines d’aménorrhée et hors cas de mise en danger de la femme enceinte ou d’affection grave et incurable de l’enfant à naître).

Bertrand de Rochambeau, comme tout médecin, a cependant le droit de refuser d’effectuer cet acte en invoquant sa « clause de conscience ». La loi impose cependant quelques conditions. Un simple « non » n’est pas recevable, le professionnel doit informer « sans délai, l’intéressée de son refus et lui communiquer immédiatement le nom de praticiens susceptibles de réaliser cette intervention ». C’est d’ailleurs ce que souligne le rapporteur général de l’observatoire de la laïcité, une institution gouvernementale.

Autre encadrement, certaines structures ne peuvent « se dérober » : les « établissements publics (...) qui disposent de lits ou de places autorisés en gynécologie-obstétrique ou en chirurgie ne peuvent refuser de pratiquer des interruptions volontaires de grossesse », précise la loi.

Lire l’intégralité de l’article sur lci.fr

Voir aussi, sur E&R :

Refuser le progressisme mortifère des sociétés occidentales
avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

88 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On ne supprime pas une vie, on empêche toute une vie d’apparaître, c’est encore plus triste .

     

    • L’IVG c’est la suppression d’une vie, quand bien même celle-ci n’a pas d’existance juridique.

      L’IVG c’est donc le droit des femmes à disposer de deux corps, le leur et celui celui-d’un enfant à naître.

      Tout le reste n’est que sophisme.


    • On pourrait dire aussi que l’IVG, au-delà de la loi, est une suggestion perverse faite à la femme enceinte dans le sens où en lui rappelant qu’elle dispose bien de son corps, elle est libre d’avorter... -> infiltration du doute !

      Et comme généralement c’est un accident de parcours et que le père n’est pas là ou n’en veut pas, elle se retrouve seule face à l’institution, laquelle va l’amener à commettre l’acte, dont elle se repentira longtemps !!!

      Donc : non, la femme ne dispose plus de son corps, étant donné que celle-ci à l’heure du choix est particulièrement vulnérable.

      C’est dégueulasse Mme Buzyn, disciple de Mme Veil (oui c’est la même tribu, pourquoi ?)


    • La rochejauelein vous a répondu. La vie existe chez l’enfant avant que ce dernier sorte de l’utérus de sa mère. Tout le processus biologique de croissance est bien en marche et ne fait que se prolonger à sa naissance.


    • en fait l’IVG est une interruption volontaire du cours de la vie et donc un meurtre si on considère que la vie intra utérine est déjà de la vie. cela nous ramène à un questionnement philosophique sur le concept de vie : le bébé qui apparaît à l’accouchement n’est que la suite logique d’une transmission de la vie par la mère. il n’y a que la vie qui puisse donner la vie. considérer qu’un foestus est un objet sans vie est le résultat d’un retournement idéologique et légaliste (l’IVG se pratique avant trois mois, pourquoi ? parce que c’est la loi, toute autre argumentation est pipeau.
      Je pense d’ailleurs qu’intérieurement la mère veill a dû être écoeurée de ce qu’on a fait de sa loi.
      l’IVG est une condamnation à mort légale, c’est donc totalement contradictoire de la prôner pour un foestus innocent et la refuser pour un adulte coupable.
      J’aimerai bien savoir si une femme qui a déjà accouché se ferait avorter aussi facilement qu’une jeune connasse qui considère que son corps lui appartient sans avoir jamais eu l’expérience de découvrir ce que c’est que porter la vie.


    • Ce médecin a plus d’humanité que son ancêtre, Donatien de Rochambeau, le fils du vainqueur de Yoerktown, qui lançait ses dogues sur les esclaves antillais révoltés pour les tuer et les dévorer .


    • Le droit romain reconnaissait la vie avant la naissance, alors même que l’on ignorait tout des prémisses de l’embryons et du fœtus. Si bien, que si une femme enceinte était tuée, le présumé coupable ne comparaissait pour un meurtre, mais pour deux. Ce n’était que justice, non ? Nos Grands Anciens démunis de toutes sciences biologiques, avaient compensés par une rigueur et un raisonnement juridique imparable. Etonnant, non ?


    • Vous êtes tous bien gentils avec vos commentaires mais réflêchissez un instant. Qu’est-ce qui compte le plus du point de vue du foetus, la vie à tout prix ou une enfance heureuse ? Ceux qui choisissent la première option ont évidemment besoin de réflêchir avant de causer. Je ne dis pas qu’ils ont tort, simplement qu’ils devraient réflêchir.


  • " Inscription dans la Loi Veil
    S’il refuse de pratiquer l’acte, le médecin n’est cependant pas exempt de toute responsabilité. Il doit en effet "communiquer immédiatement le nom de praticiens susceptibles de réaliser cette intervention". Comme le rappelle le Conseil de l’ordre des médecins, "lorsqu’il se dégage de sa mission, quel qu’en soit le motif, le médecin doit impérativement en avertir le patient, et transmettre sans délai à un autre médecin désigné par ce patient, toutes les informations utiles à la poursuite de la prise en charge."
    Si elle enflamme les esprits entre les gynécologues, cette liberté de conscience ne date pas d’hier. Elle est inscrite dans la loi Veil de 1975 sur l’interruption volontaire de grossesse. En outre, elle est aussi évoquée dans l’article 18 du code de déontologie, qui stipule qu’un médecin est "toujours libre" de refuser de faire une IVG mais doit alors en "informer l’intéressée dans les conditions et délais prévus par la loi."

    Chacun agit en son âme et conscience...il est évident qu’il est plus agréable d’aider à mettre au monde des enfants. Le terme homicide pour l’IVG pose problème car cela revient à s’interroger sur le début de la vie. Est-ce le moment où une âme décide du véhicule physique pour revenir sur terre ou est-ce le moment de la naissance et donc de la vie sur terre ?
    Vaste sujet qui permet de revenir sur l’essentiel, la vie et notre présence sur terre en conscience.

     

    • Merci Odyle pour votre sage intervention.

      Néanmoins, mon for intérieur me "dit" : IVG = meurtre de fœtus, d’avorton qui devient nouveau-né et donc, par conséquent, mort d un être humain.

      À celles ou ceux qui me trouvent rétrograde, voire réac, ne vous en déplaise !

      Pour moi, si le couple formé n est pas prêt à recevoir ce beau cadeau divin, y a la pilule et autres contraceptifs.

      S il y a viol ? Là, j’ai difficile à avoir un avis tranché. Mais en aucun cas, je suis pour cette pratique immonde. Surtout pas à cette époque où la contraception féminine ou autre (style condom) sont à la portée de tout le monde.

      Mon slogan : nique responsable !


    • Le programme pour les années à venir est le suivant : faire de cette clause de conscience un objet de lutte politique. Appliquer aux opposants le traitement habituel : nazis, réacs, cathos, vieux, ordures, pas baisants. Récupérer le bien : nous sommes les bons hédonistes, les progressistes, les doux jouisseurs, les femmes qui se touchent en toute liberté etc. Puis la clause de conscience sera supprimée et la gynécologie comprendra obligatoirement une clause d’avortement.
      Ce matin une auditrice de France-Inter témoignait gentiment de son mariage avec un homme (trois enfants). Puis gouinage. Puis gouinage avec un transexuel devenu femme, pendant des années. Et enfin vie commune avec un mec de moins de 25 ans qu’elle (un migrant monté façon bourricot ?)
      Voici ce que le salariat et la soumission permettent : se la jouer alien révolutionnaire avant de crever.
      La clause de conscience c’est une pause de dandy baudelairien dans un monde de muqueuses délirantes et dégueulasses. D’ailleurs qui sait encore ce que c’est la conscience.
      Je révais d’un autre monde comme le chantais autrefois le bras droit d’un artiste.


  • Les sionistes poussent à l’avortement des blanches . Par contre en Israël les juives avortent QUATRE fois moins que les Françaises, et elles ont en moyenne TROIS enfants, autant que les Arabes israéliennes .

     

  • C’est le problème de fond qui distingue la morale de la loi.
    Après l’IVG, terme trompeur car ce qui est interrompu peut être réactivé, il y aura l’IVV soit l’interruption volontaire de vieillesse, c’est à dire l’euthanasie des retraités. Ensuite nous aurons l’élimination de tous ceux qui ne produisent pas pour le grand bénéfice du système.
    Il est grand temps d’interrompre le mondialisme et tous les régimes politiques qui le soutiennent.

     

    • Vous avez parfaitement raison ! mais 50 ans de "rééducation des masses " dans de nombreux domaines , ont perverti la morale pour la rendre mortifère , leur performance fut d’inculquer le culte des inversions ; une fois assimilé , en quelques générations banalisée , la morale "traditionnelle" est totalement désuette , et combattue à chaque résurgence . De plus , tant que les "frigos" sont pleins , le carburant abordable , la multiplication des "plaisirs" débiles à portée , les drogues médiatiques récurrentes , l’individualisme érigé en dogme , et j’en passe ... le mondialisme n’est pas prêt de cesser sa progression !!!!


    • Tout ce que vous évoquez, les uns et les autres sur le sujet, n’est pas une évolution progressiste comme l’on pourrait le mentionner sur le ton de l’ironie, mais une reminiscence contemporaine de ce qui a déjà existé et qui s’appelle eugénisme : en tout cas l’une de ses formes.
      Le dire n’est cependant pas cautionner.
      Cependant la question reste posée : quand bien même certains des éléments de réponse ne sont pas déjà gravés dans le marbre de la loi.


  • En tant que medecin, je suis en accord avec mon confrère
    il faut simplement aider la femme enceinte à garder son enfant
    L’avortement laisse des séquelles psychologique durables

    "Maman ,nous nous serions tant aimé" !

     

  • La militante péripatéticienne qui n’est pas au chômage, je crois qu’en novlangue télévisuelle on appelle ça une journaliste, me fait penser au sketch de Dieudonné « Les pygmées » dans lequel Dieudo dit qu’il aurait dû écraser le pygmée au milieu de la route au lieu de s’arrêter pour discuter. « Quelque part il n’existe pas, j’aurais dû rouler ... juridiquement ! Ferme-la ! Je sais bien que c’est un mammifère. ».


  • Alors selon une étude scientifique ne pas avoir d’enfant est le moyen le plus efficace de limiter son empreinte carbone, ensuite c’est de ne pas créer d’animaux en masse afin de les consommer...
    Après il y a les guerres.
    Peut être qu’un jour l’avortement sera rémunéré.

     

    • L’empreinte carbone, c’est pas ce truc inventé pour tirer encore plus de fric aux pays, pour le plus grand bénéfice de l’oligarchie ? Et à cause de cette arnaque, il ne faudrait plus faire d’enfants
      .
      Bravo à ce gynéco pour sa prise de position. Quand à la journaliste on voit qu’elle n’est pas au chomage.


  • Pire que tous les holocaustes, tant d’innocents et de vies sacrifiés aux cultes du diable !

     

  • Le vent tourne, petit à petit... Quelles haineuses dans ces séquences !


  • Les réactions sur Twitter qui insultent (et méprisent) ce pauvre homme... Et les arguments : c’est un amas de cellules, sans conscience. Et un bébé, également un amas de cellules, de 2 mois ça a conscience d’être en vie peut-être ? Pourquoi pas prolonger l’avortement jusqu’à 4-5 mois après la sortie d’utérus ? Et pourquoi pas un avortement retro-actif sur ces cinglés ?
    Elles savent au fond d’elles-même qu’elles ont commis l’impardonnable et se protègent derrière un discours qu’elles qualifient de progressiste et libérateur par lâcheté.


  • Si "le droit des femmes est celui d’assassiner l’enfant qu’elle portent au nom de "la liberté" de faire ce qu’elles veulent de leur corps , et au nom de la liberté sexuelle ! "

    Je suis alors un hors la loi et l’assume !!!


  • L’argument débile de la journaliste "ce n’est pas un homicide au sens juridique" comme si la loi avait raison ! La loi n’est pas la pour avoir raison, elle est là pour fixer des règles arbitraires, faire les poches du peuple et être enfreintes par les élus.

     

  • La guerre des mots :

    Si la phrase supprimer une vie par l’IVG peut être contestée voir niée, alors disons détruire une vie en devenir, cela ne peut nullement être nié ou contesté.


  • #2041726

    Ça va en étonner plus d’un, mais je profite de l’occasion pour vous faire connaître cette nouvelle chanson de...Zazi : https://www.youtube.com/watch?v=LA7... qui est apparue pour moi comme une chanson pro-vie, ce que personne ne semble avoir remarqué !
    On aime ou on aime pas, on voit ce qu’on veut y voir, mais ça me parait assez évident dans les paroles et le tempo qui s’accélère. Pour une fois qu’une chanson traite de ce sujet, il fallait le noter.
    Vous connaissez beaucoup de chansons ou d’artistes qui chantent l’IVG, vous ?


  • "Condamner des propos".. mais il a encore le droit de s’exprimer bordel. Même si l’on sait que le dit droit en France, c’est de se prendre des coups (bas) des cliques claniques dès qu’on l’ouvre (féministes, lgbt, étoilés, bellicistes, anti-ci et ça, bienpensants, etc.. vous savez, tous ces parasites qui se nourissent de ceux qu’ils emmerdent).


  • C’est moi où là Buzyn se donne de plus en plus un look à la Mère Veil ? (Le masque de la compétence y compris).
    Mais Ils devraient faire attention, trop polémiquer sur ce sujet peut leur péter à la gueule, ce brave Médecin est dans son droit !


  • Les "tas de cellules" comme les appellent les exterminationistes intra-utérins (presque aussi forcenés que les autres) sont en vie, de fait. Et cette vie est 100% humaine, issue du mélange des gènes du père et de la mère. Les avortés sont donc des vies humaines aussi génétiquement distinctes de leur mère dès la conception qu’ils le seraient à la naissance, à 20 ans ou à la veille de leur mort. Ils ont leur ADN propre dès la conception me semble-t-il, et sont donc autre, un tiers en quelque sorte. Cette histoire de droit des femmes à disposer de leur corps dans ce cadre est donc ridicule et antiscientifique, anti-logique. Il ne s’agit pas de leur corps, mais du corps qui est dans leur corps (et temporairement), nuance de taille. Gaffe les mecs ! D’abord les fœtus, après les phallus ! "Si c’est en moi c’est à moi et je coupe si je veux !"


  • Bravo Dr de Rochambeau !! L’IVG vous donne des remords pour la vie !!!!


  • L’autre jour en me faisant une omlette je suis tombé sur des oeufs fécondés (ils provenaient d’un voisin qui a des poules et un coq)... Il y avait un début de poussin minuscule en formation... on pouvait distinguer un oeil une tête et un début de corps. Cela m’a foutu le moral dans les chaussettes, presque envie de vomir. Le réel qui revient au galop... un poussin à naitre dont la formation a été "interrompue" comme ils disent.

    Je n’ose pas imaginer ce qui doit se passer dans la tête d’un père ou d’une mère lorsqu’on aspire un mini embryon du corps... Cela doit être hyper traumatisant... proche de l’horeur en réalité. On parle pas d’un poussin mais d’un petit humain. Ces personnes qui normalisent et qui sont désensibilisées sont totalement à côté de la plaque... Société pathologique.

     

    • @Pierre
      Beaucoup de femmes ne savent pas en quoi consiste techniquement un avortement. Ils aspirent le corps du foetus comme vous dites et finissent par broyer la boite crânienne à l’aide de pince pour mieux l’aspirer.
      Une opération qu’on devrait montrer à tous avant de se faire une opinion sur cette horreur.
      Aucun argument ne peut justifier l’ IVG pour une raison très simple, l’enfant n’a rien demandé.


    • pour répondre à ton commentaire je viens de vivre cette expérience terrifiante et je ne la souhaite à personne , j’ai accompagné ma femme jusqu’à la fin de l’accouchement , pour etre plus précis c’était une IMG , la différence c’est que le résultat est le meme c’est triste mais ce n’était pas voulu mais la vie de ma femme était engagé ! On était entre la 15e et la 16e semaine , il n’y a pas eu aspiration , accouchement par les voies naturelles si je peux m’exprimer ainsi ! Je suis encore choqué de voir la différence entre ce que j’ai pu voir de mes yeux et les propos des pro IVG concernant le amas de cellules et mon enfant qui était tout humain dans son apparence !
      On parle souvent de ce que peuvent ressentir les femmes mais on oubli aussi celle des papas !


  • Je perçois dans l’élargissement du droit à l’ IVG un droit sous-jacent, celui du droit à la jouissance : "je baise avec qui je veux".
    Je peux me tromper mais le plaisir sexuel est fortement lié à la reproduction.
    Comment évolue la courbe démographique dans ce capharnaüm ?


  • Parodie de démocratie... on a le droit d’avoir une opinion ou des convictions... mais dans les faits la moindre personne qualifiée qui exprime une opinion différente se fait lyncher par les pouvoirs publics, sa profession,et les associations.


  • Soutien au docteur De Rochambeau !

    Çà commence à fissurer de toute part çà fait plaisir : le bon sens serait-il de retour ?!

    Les mondialistes, de leurs salons feutrés, vont bientôt entendre des bruits sourds qui viennent des étages du dessous !


  • Je souhaite une bonne retraite anticipée à ce monsieur !


  • L’argument est fallacieux et n’a pour but que de décomplexer l’avortement.
    Si un homme frappait une femme enceinte pour "l’avorter de force " si celle ci était dans le délais des 12 semaines, il parait peu probable que lors du procès il ne soit fait état que de simples violences, et que rien ne soit dit sur la mort du fœtus .
    Ils diraient quoi a ce moment la ? Coups et blessures ayant entraînés la perte d’un "truc" qui n’est pas une vie ? Bien sûr , on y crois ..


  • JM Le Méné (Fondation Lejeune) dit que l’IVG en France (a priori depuis 1975) est possible jusqu’à 9 mois de grossesse pour les trisomiques (aussi le cas pour les bébés gravement malformés ou présentant danger vital pour la mère)... Donc la Loi accepte d’avorter des foetus trisomiques qui seraient viables sans couveuse à 8-9 mois !

    De plus, considérer qu’un embryon (-12 semaines) est "avortable car il n’est pas 1 personne" rappelle furieusement la mentalité des violeurs/ assassins qui pensent : "pour moi c’est pas 1 personne donc je peux la violer ou la tuer si je veux".

    Enfin l’Etat a renoncé à exercer son pouvoir régalien de "tuer" des criminels car c’était inhumain. Mais maintenant, chacune peut potentiellement le faire sur son propre enfant innocent, et ce sans délai de réflexion.

    On peut comprendre que les gynécos surchargés (car de +en+ rares à cause des risques de procès/coûts assurances) préfèrent s’occuper des bébés qui vivront.

    Signé : une maman qui a dû réfléchir à tout ça, lorsqu’on lui a proposé d’avorter son "possible embryon trisomique".


  • Constatons une fois de plus à quelle religion appartient, celle qui vient décréter ce qui est inadmissible. Mais n’y voyez pas malice. Il s’agit d’un pur hasard...

     

  • Cet Homme donne une bonne leçon aux feministes ecervellées. Il s’est finalement rendu compte qu’un IVG se nomme en fait un génocide organisé de la race blanche, race originelle de ce pays et de ce continent, tout simplement !

    Quarante ans de génocide : appelons donc les choses par leur nom. Au nom de la loi Simone Veil du 17 janvier 1975, près de 15% de la population française ont été systématiquement, « proprement » éliminés avec la complicité des pouvoirs publics et sous le couvert des décisions « individuelles » des femmes qui demandaient l’« IVG » et qui depuis le début, l’ont obtenue sans rencontrer de réels obstacles. Il s’agit bien d’un eugénisme d’Etat, d’un malthusianisme et d’une entreprise de contrôle de la population de la part des pouvoirs publics qui l’occultent sous la « volonté » des femmes.

    Si comme le disait Simone Veil en 1974 le but n’était pas de multiplier les avortements, mais de répondre à la « détresse » des femmes ( en les aidant et en évitant autant que possible l’« IVG », les choses se seraient passées tout autrement.) Il y aurait eu une multiplication d’entretiens pour aider les femmes à conserver leur enfant, la création de foyers pour mères en détresse, une véritable information sur la nature de l’embryon, du fœtus, une réflexion sur l’humanité.

    La plupart des avortions c’est la grande shoah silencieuse et surnoise de la race européenne en Europe !

     

  • Mince alors !!! On a les hommes (clandos) et les femmes européennes qui s’ennuient, et on prêche l’avortement ? Il est où le métissage qu’on m’a promis ? Je vais déposer plainte dès demain. Donnez moi mon métissage ou je fais un scandale !!!!


  • Docteur courage il a raison , il est gynecologue obstétricien il est là pour accompagner la femme enceinte et l’enfant à naître , point final !
    mëme les pauvres sages femmes selon une nouvelle loi de 2016 peuvent pratiquer dans leur cabinet l ivg médicamenteuse .. une sage femme accompagne et ou accueille l ’enfant ( grossesse normale). sa vocation n’est pas d ’être complice d’une ivg !! si j’étais sage femme j ’aurais fait comme ce docteur et j ’invoquerais la "clause de conscience"quitte s’il le faut de démissionner.


  • "VIVRE EN PREUX, Y MOURIR", devise des Rochambeau

     

    • Ouais… Pendant l’expédition de Saint Domingue (1801-1803) Donatien de Rochambeau avait fait venir 400 dogues de Cuba spécialement dressés pour tuer et dévorer les esclaves révoltés, car on ne leur donnait rien d’autre à manger ! Mais les dogues attaquant indifféremment les blessés blancs ou noirs, on finit par les éliminer . Pas très "preux" !


  • Le gars dit qu’il vit avec ses tripes, et manifestement, il n’en est pas dépourvu !!


  • En février 1998, le Pape JPII a déclaré devant l’académie pontificale pour la vie l’animation immédiate du premier génôme humain.


  • Pour être juste il faudrait accompagner l’interdiction de l’IVG d’une obligation alimentaire à vie pour le parent 2.

     

    • C’est déjà le cas.
      Les parents ont l’obligation de verser une pension à leurs enfants incapables de subvenir à leurs besoins, et ce quel que soit leur âge.



    • Les parents ont l’obligation de verser une pension à leurs enfants incapables de subvenir à leurs besoins, et ce quel que soit leur âge.




      j’espère que vous plaisantez, vous avez une source ? une loi à citer ?


    • @ paramesh :
      si, Grz a parfaitement raison, article 371-2 du code civil : "Chacun des parents contribue à l’entretien et à l’éducation des enfants à proportion de ses ressources, de celles de l’autre parent, ainsi que des besoins de l’enfant. Cette obligation ne cesse pas de plein droit lorsque l’enfant est majeur." je crois cependant que la loi a évolué si l’enfant majeur est autonome. Il doit alors apporter la preuve qu’il est dans le besoin.
      Mais c’est réciproque, les enfants doivent assistance à leurs parents si ces derniers sont dans le besoin (art 205). Pour aller plus loin, si les parents ne sont pas capables d’aider leurs enfants, c’est aux grands parents de le faire.


    • Il y a obligation seulement si les parents sont passer devant le juge pour officialiser leur séparation de corps. Pour en revenir au commentaire de Louis, le père peut choisir de ne pas reconnaître l’enfant. Et si je ne dis pas de bêtise... il me semble que demander un test de paternité est déjà une chose très compliquée alors si le père présumé n’est pas d’accord la question est réglée. Aucune preuve de sa paternité donc aucune obligation.


    • Ah oui c’est exact et de plus je le savais.

      Pourquoi ai-je eu cette impression que trops de géniteurs étaient absents de l’essentiel ?


  • Et puis bien sûr, le collagène qu’on récupère en grande quantité et à bas prix sur les foetus humains, pour ensuite aller alimenter l’industrie cosmétique ! Mais bien sûr, il ne fait pas y voir une relation de cause à effet...


  • Il s’agit bien d’un homicide et tous les arguments philosophique et pseudo biologique voulant démontrer qu’un foetus ne peut pas avoir le statut d’un humain sont applicables aux nourrissons. Donc, pourquoi ne pas légaliser l’avortement post-natal si un nourrisson met en péril le bien être et l’équilibre psychologique de sa mère ? D’ailleurs cette question ce n’est pas que moi qui se la pose, il existe des "think tanks" qui dissertent sur les aspects juridiques et éthique de cela ! Il y a bien un projet d’autoriser l’avortement post-natal, c’est à dire la mise à mort d’un nourrisson après sa naissance. Inutile de dire que cela permettra aussi de nourrir un business lucratif, car dans le nourrisson comme dans le cochon, rien ne se perd, tout pourra être vendu au kilo à des labos ! Et à côté de cela des végans militants vont te casser les burnes parce que tu t’enfiles un steack !
    On vit une époque complètement dingue !

     

  • En tant qu’humains, il existe entre nous un lien spirituel, au delà des simples liens amicaux ou familiaux, qui fait que nous ne pouvons vivre qu’en société et que nous finissons souvent par être malades ou mourants dans la solitude. Ce lien est partie inhérente à notre humanité.

    Cette aptitude au lien est brutalement coupée par le meurtre et celui qui la rompt en ressentira les séquelles toute sa vie. Il portera ce fardeau et perdra certainement une part de son humanité, c’est pour cela qu’on exécutait (et on le fait encore) les assassins car ils étaient devenus autre chose, une tare dans la société, d’ailleurs, même ceux qui les exécutaient avaient à porter ce fardeau, c’est pour cela qu’on avait un bourreau dédié.
    Il en est de même pour tous les soldats qui sont partis tuer "des ennemis" et qui pourtant, des années après les conflits se trouvaient dans des cas de conscience terribles à vivre. Si vous avez la chance d’avoir la compagnie d’un vétéran d’une des deux guerres (vraisemblablement la seconde), demandez lui, vous serez surpris : vous aurez devant vous l’âme d’un assassin ou une âme en peine et rien entre les deux. Tout cela explique peut être la "folie" qui touche toutes celles qui ont avorté et à laquelle, personne ne les a préparées ou dont elles ont sous estimé l’impact sur leur vie . Folie pour laquelle, aucune médecine ni aucun psychologue ne leur sera jamais d’une grande aide.

    Ôter la vie, car c’est bien de cela dont il s’agit, même s’il est appelé à être accepté par la société, entachera indélébilement tous ceux qui y participent. On est puceau de l’amour comme on l’est de la mort (elle n’est pas de moi), rien ne sera plus jamais comme avant.

     

    • Vous racontez n’importe quoi. Même si le péché blesse l’âme de celui qui l’a commis, il n’est nul péché que Dieu ne puisse pardonner. Et il n’est jamais trop tard ! Allez vous confesser et vous verrez comme votre âme auparavant lourde sera toute légère et humble après avoir reçu le pardon et l’onction de Dieu. Nous sommes bien plus dur et rancunier envers nous même que Dieu tout puissant et miséricordieux ne l’est avec nous.


  • Un droit ?
    Elle était jeune. Très jeune. Le père ne voulait pas de l’enfant. Sa famille non plus, peur du qu’en-dira-t’on ou encore qu’elle gâche sa vie certainement. Il était plus facile d’ôter celle d’un être faible.
    Elle l’a fait.
    Trop jeune pour résister à ces volontés ? A vous, mon Dieu, d’en juger.
    Ensuite, elle a quitté la maison familiale, arrêté officieusement sa scolarité, puis officiellement à l’âge légal. Depression, dégoût, colère, drogue, alcool... ont rythmés sa vie. Quel soulagement, quelle réussite... Assassinat de son propre enfant par la mère. Aussi, il est aisé d’imaginer les dommages psychiques. Onze années plus tard elle se souvient de la date de son échographie et de celle à laquelle elle devait donner la vie. Elle s’en repentira toujours mais, ne se le pardonnera jamais.
    A regarder : "Le cri silencieux" de Jack Duane Dabner. Raconté par Bernard Nathanson.


  • Buzyn et Schiappa qui condamnent fermement, sans aucun respect pour la profession médicale...
    Entre les vaccins et la loi sur le consentement, on a bien vu qu’elles n’aiment pas les enfants !
    Qui est condamnable ?

     

  • Le tort de l’embryon est d’être invisible. Parce que lové dans l’endomètre de sa maman, et de taille minuscule. La différenciation cellulaire intervient très tôt dans le développement embryonnaire. Les futurs organes, issus de territoires cellulaires très tôt différenciés, sont en devenir dès les premiers jours. Considérer l’embryon puis le foetus comme un vulgaire amas cellulaire relève de la même méprise qui consiste à voir dans un arbre un meuble avec des feuilles...
    Le mystère de la vie, ce miracle magnifique encore inexpliqué, en dérange plus d’un.
    Notamment ceux qui ont décidé de nous imposer leur culture mortifère.
    L’oeuf puis l’embryon sont autrement plus vivants que ces morts en sursis.
    Chez l’animal, la gestation dès les premiers jours modifie notablement son comportement, comme pour procurer au trésor en germe un environnement idéal.
    Foi de vieux biologiste...


  • C’est une bonne chose qu’un gynécologue intervienne pour dire cela.
    Le sujet est cependant plus vaste que çà :
    Les pro IVG évoquent souvent que l’embryon n’est rien qu’un amas de cellules et pas encore un individu . En fait c’est faux, c’est la vie en évolution ... comme nous tous. J’ai 68 ans et je ne suis pas encore fini ... j’évolue toujours.
    Les pro IVG disent que le corps de la femme lui appartient ... le corps oui, mais l’embryon n’est pas son corps .
    Les pro IVG évoque souvent que l’embryon n’est pas autonome et vit en parasite du corps de la femme ... oui et alors, c’est le lot de tous les animaux de vivre au dépend d’autres vies . Et si on pouvait détruire ce qui n’est pas autonome, on pourrait aussi détruire le bébé à la naissance et certains individus humains jusqu’à l’âge de 20 ans et plus pour certains, et puis les vieux qui ne sont plus productifs .
    Le poison que la franc-maçonnerie (et d’autres) ont injectés dans nos esprit s’appelle "Liberté - Egalité " ... c’est cela qui ouvre la boite de Pandore de tous les délires humains .


  • Cette pseudo journaliste, n’est pas là pour interviewer le patron du syndicat national des gynécologues ,mais pour donner son opinion .Les journaleux se comportent systématiquement en opposant et en militant .


  • Tout homme qui, aujourd’hui, contribue à libérer la parole est bénit de Dieu.
    Docteur, soyez en vivement remercié.


  • Qui t’a dit que tu avais le droit de donner ton avis espèce de c*n !
    T’es là pour (faire) avorter les femmes ou au moins défendre l’avortement et puis c’est tout.

    Cet homme n’est pas loin de basculer de notre côté s’il prend conscience du rôle que notre société malade voulait lui faire jouer..

    Sur ce sujet, nous devons également reprendre le combat des mots. Il faut bannir les sigles-euphémismes novlangue de m**de de notre vocabulaire (IVG, IMG) et parler d’Avortement. Nous devons être clair.
    Ce combat-ci est idéologique avant tout.
    L’idéologie est le terrain principal de cette bataille.
    Si nous ne faisons pas attention à cet aspect, nous perdrons cette bataille !

     

  • Ne pas considérer un embryon comme un être vivant et se cacher derrière des textes de lois s’est faire preuve de bétise profonde. Une cellule qui se reproduit est vivante, c’est la base. Imposer l’IVG comme une chose morale à tout pris comme elles le font, c’est débile. Si une femme veut avorter pour x raison, qu’elle le fasse mais dans la discrétion et sans considérer son acte comme un droit dont elle serait fière mais dans son cas comme une contrainte imposée par des mauvaises circonstances...


  • Le fœtus souffre lorsqu’on le tue. Il existe des vidéos là dessus.


  • le véritable progré, concernant les grossesses non désirées, aurait été de les rendre acceptables par la société d’abord, avec un travail de fond de la société, un peu comme pour les invertis, pour que cela le devienne ensuite par la maman. Et une prise en charge matérielle et affective totale par l’état. Que cela soit pour la maman un "bonus", au lieu de quelque chose de honteux.
    C’est à dire le contraire de ce que les pro-mort proposent...

     

    • Le progrès véritable, c’est de rendre responsables les personnes devant leurs actes et en particulier devant l’acte sexuel considérer comme récréatif et sans conséquence. Les hommes autant que les femmes sont responsables du sort qu’ils peuvent faire subir à l’enfant non désiré.


  • Et très concomitamment, le Ministère de la Santé fait campagne contre la consommation d’alcool de la mère de "l’enfant à naître"...ah bon ???? y’a bien un enfant, là-dedans, finalement ?...ben alors, les hypocrites, on n’assume pas jusqu’au bout la négation de l’existence d’une vie humaine distincte de celle de la génitrice ?...On a peur de se faire poursuivre par une mère qui aurait trop bu pendant sa grossesse, pour défaut d’info ?...Vous avez dit bizarre...


  • En fait j’ai trouvé la solution !

    Oyez oyez féministes !
    Vous ne voulez pas d’enfant ?
    Ne vous faites pas troncher comme des chiennes !
    Et en plus les hommes cesseront peut-être de vous remplacer par des slaves et des asiatiques, ou cesseront tout simplement de vous éviter.
    D’une pierre deux coups.

    Le féminisme défend toujours des positions d’actrices porno et de filles du bois de Boulogne, comme se faire défoncer n’importe quand, n’importe où et par n’importe qui, sans subir aucune conséquence, et s’il y a une conséquence, c’est bien entendu de la faute des hommes pour lesquels elles ont très volontairement écarté leurs cuisses.
    Après on entend "Je suis pas une salope" ou "Je vaux mieux que ça".
    Je me marre.

    Ce n’est pas le féminisme qui nous pondra l’étalon or ou les corporations, je pense que tout le monde l’a compris.

    Pourquoi les femmes qui avortent n’auraient pas l’obligation légale d’être stérilisées ?
    Leur problème serait définitivement résolu !

    Buter son propre enfant dans son propre ventre.
    C’est vraiment le fond du fond de la Femme, ou plutôt l’exact contraire de la Femme.


  • Ca fait du bien d’entendre qu’ils ne sont pas là pour "retirer" des vies. En parlant un peu crûment, de puis la permission de l’IVG, il existe des statistiques. D’une part les IVG "déclarés" qui fleurtent en moyenne annuelle vers les 160’000 / an et les IVG "estimés" et qui commencent à 250000 / an depuis 1976..... Même en simplifiant, sur une durée de 40 ans, pour les IVG "déclarés" au minimum, on arrive à 6’400’000 IVG.
    Y a pas un problème à votre avis ?


  • Je ne suis pas contre l’IVG mais je soutiens totalement ce brave homme qui a parfaitement raison face à cette *** de journaliste.Le code pénal c’est le code pénal,il varie en fonction des saisons.La vérité c’est la vérité,elle est universelle et unique.Tuer un embryon c’est tuer une vie en devenir.Ou tuer une vie comme on voudra.Le code pénal peut dire ce qu’il veut ca ne changera rien à la vérité.Si le code pénal disait comme il l’a dit par le passé que tuer les juifs,les noirs,les blancs c’est légal,alors cette "journaliste" dirait avec le même aplomb qu’il ne s’agit pas d’homicide puisque le code pénal le dit...Elles nous font chier et elles nous pompent tout.


  • Sur l’IVG , qu’on le veuille ou non , à la seconde ou l’ovule est fécondé , la vie est en chemin et l’interrompre volontairement ou pas est avant tout l’interruption d’une vie et non du grossissement d’un ventre . Par cette sophistique sémantique on met symboliquement l’avortement au niveau d’un vulgaire régime .Le rebut de la production capitaliste de chaire a travail , petit être non désirée dès le départ par la société de l’avoir est une matière première insurrectionnel et indomptable qui demande bien trop de temps de travail social pour être transformé par le système de dressage éducatif en machine a plus-value compétitive vendable sur le marché du travail et exploitable par l’appareil productif .
    En effet , le processus de valorisation du capital ne valorise que ce qui le valorise et élimine se qui entrave c’est perspective de profit a venir.
    Le petit être en devenir est donc juger coupable d’un manque intolerable de rentabilité potentiel et est condamné par le tribunal du capital à la peine capitale . Verdict rendu de manière ferme et indiscutable au nom de l’atome narcissique du petit travailleur-consommateur errant entre sont lieu travail et les galeries marchandes .
    Tout ces petits files de la destinée coupés par la main des moires de la médecine marchande sont remplacés par des files importés de contrée ou la conscience est immobile , d’une qualité bien plus souple et donc bien plus appropriés à la réalisation du grand canevas de la mort .
    Ce que les personnes complicent , de près comme de loin , de ce crime contre l’humanité doivent comprendre c’est que la volonté n’est pas autonome et ne descend pas du ciel , Celle-ci n’est que la fille de la nécessité . Si le besoin d’éliminer en masse la vie la plus pure et innocente qui soit devient possible a un moment donné de l’histoire du développement de la valeur marchande c’est que cela est devenu une absolu nécessité pour la reproduction du système de production capitaliste qui produit la fausse conscience adéquate à sa préservation .
    Un seul mot d’ordre pour interrompre l’œuvre thanatique du dieu du négoce et pour que l’humanité renaisse : à bas l’argent .


  • #2045398

    Dans les services de néo- natalogie de pointe ,les équipes de super praticiens se démènent nuit et jour pour sauver la vie d’Enfants( de quelques dizaines de grammes qui tiennent dans le creux d’une main) et non pour sauver la vie de Fœtus il me semble ..
    Ce qui coute d’ailleurs une fortune à la SS . Mais on supprime des" fœtus " de 8 mois ..Les fœtus de 8 mois seraient des "tas de cellules " mais les enfants prémas de 8 mois des "Enfants "
    Les embryons sont vendus des centaines de milliers d’euros aux parents stériles ,mais ne sont que des déchets lors d’avortements .
    Le commerce d ’embryons enrichit des milliers de praticiens ,mais l’embryon n’aurait aucune valeur puisque ce ne serait qu’un tas de cellules .( Comme si nous n’étions pas à la base des tas de cellules )
    On nous bassine avec des films larmoyants sur le développement de l’embryon qui serait une personne et on nous dit que l’avortement de fœtus de 8 mois n’est qu’un geste anodin ,qu’on peut vendre ces "tas de cellules" à des labos de recherche et à l’industrie des cosmétiques .
    Une député a soumit le projet de permettre aux femmes d’avorter jusu’à la fin de leur grossesse (9emee mois inclus ) mais on emprisonne une femme meurtrière de son enfant nouveau né .
    On nous dit que la dénatalité est cause de l’invasion migratoire de remplacement et on pousse les femmes à aller travailler pour 3 euros de l’heure et à refuser la "Charge " que représente la maternité qui serait un supplice ,une torture et une ringardise inacceptable au 21 eme siècle
    Il est ringard d’élever ses enfants ,il est hype d’aller faire la caissière de Carrefour pour payer quelqu’un qui maltraitera vos propres enfants pour entretenir les siens ..
    Vraiment ,je ne comprends pas tout ..
    _


  • Très intéressant cette entretien cette journaliste ne considère pas qu’avoir un embryon dans le ventre c’est une vie , pire elle est persuadée que toutes les femmes ont une opinion unique . Il me semble que cela s’appel le dénis de grossesse qui est organisé et orchestré par les médiats , donc le contrôle des populations qui est organisé par un système purement totalitaire , la liberation sexuel ? c’est mensonge le but est de faire en sorte que les peuples reste prisonnier réduit à l’état d’un estomac prolongé par un sexe , d’où cette enchainement de misère social qui est organiser par les mêmes personnes
    .Conférence de Judith Reisman à Paris
    https://youtu.be/zt2SYzOU-n0


Commentaires suivants