Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pas-de-Calais confiné le week-end, pass sanitaire à l’étude : les annonces de Castex

Confinement du Pas-de-Calais le week-end, trois nouveaux départements sous surveillance, 20 millions de personnes vaccinées mi-mai... Jean Castex a annoncé ce 4 mars de nouvelles mesures pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

 

Le Premier ministre a tenu une nouvelle conférence de presse ce 4 mars alors que la circulation du virus s’est amplifiée ces derniers jours. Le chef du gouvernement a annoncé que le Pas-de-Calais serait le premier des 20 départements placés sous « surveillance renforcée » à basculer dans un confinement le week-end, après les agglomérations de Nice et Dunkerque la semaine passée. Les autres départements ne sont pas concernés par cette mesure. Les centres commerciaux non-alimentaires de plus de 10 000 mètres carrés seront également fermés dans les départements sous surveillance.

Le gouvernement a placé trois nouveaux départements, les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube, sous surveillance renforcée en raison de la progression du virus, qui porte à 23 le nombre de départements sous ce statut.

Jean Castex espère pouvoir accélérer la campagne de vaccination et a promis qu’au moins 20 millions de personnes seront vaccinées d’ici mi-mai, soit la totalité des plus de 50 ans volontaires.

« D’ici l’été, nous aurons reçu suffisamment de doses pour avoir proposé la vaccination à 30 millions de personnes, soit les deux tiers de la population de plus de 18 ans », a ajouté le chef du gouvernement, alors que 3,2 millions de personnes ont pour l’instant reçu une première injection, et plus de 1,7 million ont été vaccinées avec deux doses. Il a également appelé « solennellement » les personnels des Ehpad à se faire vacciner.

 

Éviter les reconfinements locaux

Avant cette conférence, l’objectif annoncé de l’exécutif était d’éviter au maximum le reconfinement local, au moment où des pays voisins comme la Grande-Bretagne ou l’Allemagne passent au déconfinement progressif. Emmanuel Macron devait réunir le 3 mars en fin d’après-midi Jean Castex et les ministres concernés pour étudier les différents scénarios de réouverture des lieux publics, et notamment l’introduction d’un « pass sanitaire » évoqué la semaine dernière par le chef de l’État, a fait savoir l’Élysée à l’AFP.

Pour tenter de faire passer les mesures, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait tenté le 3 mars de redonner espoir, prévoyant un « retour à une vie plus normale [...] peut-être dès la mi-avril ». « Il faut tenir encore quelques semaines, quatre à six semaines », avait lâché deux jours avant Emmanuel Macron à un étudiant.

En attendant, l’exécutif entend donner des perspectives : la réunion devait permettre d’étudier les outils d’anticipation ainsi que les modalités que pourrait comporter un « pass sanitaire », comme les QR codes à utiliser dans des lieux publics, les protocoles expérimentaux pour les événements culturels et sportifs ou les restaurants, afin d’être prêt lorsque la réouverture sera possible, a expliqué une source gouvernementale à l’AFP, avant les annonces du Premier ministre.

 

Le « pass sanitaire » à l’étude

Emmanuel Macron avait évoqué la semaine dernière la mise en place en France d’un « pass sanitaire » afin de rouvrir certains lieux sans conditionner leur accès à la vaccination, en considérant que ce « sujet important » qui « va poser beaucoup de questions techniques, de respect des données individuelles, d’organisation de nos libertés », doit être « préparé dès maintenant, techniquement, politiquement et juridiquement ».

Lors de la réunion du 3 mars, l’exécutif devait aussi étudier les expérimentations de réouverture de certains espaces publics, musées, théâtres, cinémas et festivals, comme celles menées à Marseille, Paris ou Lyon. Deux concerts-tests auront lieu « dans la deuxième quinzaine de mars », avec un millier de personnes, dans la salle de spectacle du Dôme à Marseille, assis avec la possibilité de se lever. Toutes les personnes seront testées avant le concert et les cas positifs ne seront pas filtrés mais des tests post-événement évalueront les contaminations. À Paris, 5000 personnes participeront à une expérimentation dans la salle Accor Arena de Bercy, un concert debout avec un groupe test.

Lire la suite de l’article sur francais.rt.com

 

La constance de Castex, sur E&R :

 






Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Jamais vu un gouvernement de baltringue pareil ! Leur "guerre" contre le covid ressemble à la déculottée de 1940 ou les boucheries de 14/18 par les tas majors ! Leur sacro-sainte "ligne maginot " imprenable étant cette fois-ci, les "gestes barrière " !

     

    Répondre à ce message

  • Je ne prétends pas détenir la solution, je lutte chaque jour pour ma survie mentale car autour de moi tout n’est que désolation et résignation !
    J’en viens à taire ce que je pense réellement parce que même ça est devenu dangereux !
    Un an que j’espère un sursaut de la part de mes semblables, un an que je me dis que la coupe est pleine et que les gens vont enfin se rendre compte du drame qui se joue sous nos yeux...
    Mais non, rien !
    J’y ai cru de toutes mes forces le jour où le masque a fait son entrée dans les écoles ! Ce jour là, je me suis dit qu’aucun parent au monde ne pourrait tolérer pareille torture, que la masse se souleverait comme un seul homme pour que cesse cette folie meurtrière !
    Mais non, rien !
    À chaque nouvelle restriction, je reprenais espoir en me persuadant que cette fois, il était inconcevable de rester passif.
    Mais non, rien !
    Les ailleux, les enfants, les jeunes, les vaccins, les restrictions, les confinements....
    Mais non, toujours rien !
    Autrefois, je me consolais en agissant à mon humble niveau, aujourd’hui je suis fatiguée au point d’en vouloir encore plus aux gens qu’aux dirigeants...
    Mon optimisme légendaire fond comme neige au soleil et mon pessimisme me grignote chaque jour un peu plus !
    Alors oui, je n’ai rien à proposer, même pas le début d’une solution et pourtant j’essaie de ne pas céder, de continuer à lutter à armes inégales, de me répéter sans cesse que le déclic finira bien par se produire.
    Demain, samedi, peut-être que...
    Non,rien !

     

    Répondre à ce message

    • Bravo idem.

       
    • Faut il etre un sacré nigaud pour croire à un réveil de votre peuple sous camisole et soumis très largement volontairement a des idiots qui le mène (votre population) Ou Bon lui semble...
      En Occident vous êtes morts, vous êtes trop habitués à vivre à crédits et au dessus de Vos piètres moyens réels.
      Ca va être très très très dur pour vous le réveil et la vie plus frugale... seuls les plus frugaux et les moins contaminés par votre modèle de societe survivront à tt ça.. les plus adaptés ne sont pas les gens qui craignent tt y compris un virus respiratoire dont on test la présence par le rectum... l’appareil respiratoire a du migrer ... lol
      Bon vu le constat que vous dressez, il ne reste plus que faire une sortie honorable, a la façon des kamikazes japonais Ou des samouraïs harakiri mais pour ça faut pas etre une pleureuse désespérée et avoir comme ressort la dignité et le panache ! Choses qui me semble t il vous sont totalement étrangères...

      "Ce n’est pas la peine de se tuer puisqu’on se tue toujours trop tard”
      CIORAN Emil

       
    • @ anonyme
      Je te comprends.
      Je n’étais surement pas, dés le départ, aussi confiant que toi, mais je ne pensais pas que le "peuple" français tomberait aussi bas. Ca fait déjà longtemps qu’on a atteint le fond de la piscine, maintenant on creuse pour s’enfoncer encore plus profond.
      Cependant je garde confiance, même si je suis convaincu qu’il est vain d’attendre une solution salvatrice du peuple .
      Nous avons été conduit là ou nous sommes par des forces occultes, et la solution viendra d’une façon imprévu ...Mais notre espérance n’est pas inutile, car elle la nourrit, la suscite .
      Les grecs anciens disaient que les dieux de l’Olympe nous enviaient notre capacité à espérer, même dans les situations qui semblaient perdues d’avance . C’est la grande force des hommes justes, ne la laissons pas s’éteindre .

       
    • Moi-même je le vis au quotidien avec ma femme qui tient un commerce et qui respecte tout ce que dit le gouverne-ment.
      On s’aperçoit que la population se raccroche encore plus à la "norme" (imposée) quand le doute et l’attente s’installent.
      Les gens attendent...

       
  • Bonjour à tous
    Vereux a dit hier qu’il trouvait inadmissible que seul 1/3 des pros de santé soient vaccinés.
    Il doit nous envoyer une lettre à ce que j’ai compris, nous mentant en argumentant les effets positifs de la piquouze.
    Si toutefois nous refusons, il fera appel au conseil d’éthique pr nous le rendre obligatoire.
    Etant infirmier hospitalier et ne voulant pas faire ce vaccin diabolique, comment puis je faire pr refuser ?
    J’ai un prêt immo, 2 enfants, une vie sociale aboutie.
    Je ne peux donc pas quitter mon travail.
    Que me conseilleriez-vous ?

     

    Répondre à ce message

    • Bonjour,
      Ça arrive aussi en entreprise, hier j’ai reçu une note sur les "bienfaits" de la vaccination et la nécessité absolue de se faire vacciner au plus vite. Avec un rappel que dès qu’ils ont le feu vert du gouvernement, un plan de vaccination est déjà prêt pour tous les salariés.

       
    • - organiser la résistance : rassembler les preuves d’effets secondaires, et du projet qu’il y a derrière cette "crise", puis en faire une synthèse et la distribuer - le but est bien de nous pousser à bout et de nous faire croire qu’en se vaccinant nous aurons la paix, rien de plus faux - sachant qu’ensuite, ils nous demanderons encore plus... donc la résistance est bien la seule voie.
      Et rassembler évidemment aussi les bonnes volontés.

      Si vous refusez on vous fera peur et on voudra vous virer, vous mettre la pression maxi pour vous faire taire et que vous acceptiez la piqûre - donc il s’agit bien de pousser à bout les individus, donc résistance ou abandon.

      Tout a été fait pour nous rendre individualistes, donc comme le répète Fouché et d’autres, il faut recréer du lien dans l’optique de se battre ensemble contre ce plan génocidaire, et tout seul contre le système vous ne pourrez rien, donc pas le choix, s’unir ou périr.

      N’oubliez pas l’argument-massue : la vaccination obligatoire est illégale ! Ils ne peuvent pas vous obliger, c’est uniquement de la propagande par la peur, l’émotionnel, c’est pourquoi leur seule arme est de vous mettre la pression, alors que c’est eux qui sont dans l’illégalité !
      Vous êtes dans votre bon droit, ne vous laissez pas emporter par leurs discours !

      Je résume : tracts et regroupement, contre l’illégalité et la dangerosité (mortelle) de la politique Macron.

      Si vous ne voulez pas vous battre, vous pouvez toujours décider de changer de vie et d’aller planter des choux à la campagne !

      Désolé pour nous d’avoir à se transformer en militants alors qu’on avait réussi à acquérir une certaine stabilité. Mais d’autres au pouvoir en ont décidé autrement - la propriété (y compris celle de son propre corps) doit disparaître, comme le disait Sarkozy !

      Il faut juste prendre de nouvelles habitudes, sortir de ce confort qu’on croyait acquis, un nouveau mode de vie jusqu’à la Victoire ! Vive nous, vive la France.

      Mettez cette phrase en haut : "Ils ne sont forts que parce que nous sommes à genoux."

       
    • Cher Dawlish62
      Au moment où, après avoir vu la tête d’abruti qui figure en couverture, et lu les premières lignes que j’aurai pu écrire si j’étais payé à écrire les discours des ministres et que ce travail ne m’ait point dégouté, je tombe sur votre message, premier d’une série que je ne lirai que lorsque j’aurai écrit ma réponse à votre question. Vous avez donc le choix : vous faire vacciner ou quitter votre travail d’infirmier. Si vous vous faîtes vacciner, vous allez, au mieux, vivre avec un fort dégoût de vous-même, au pire, connaître une destruction progressive de votre santé, et n’aurez même plus capacité à vous dégoutter de vous. Donc il va falloir quitter votre travail.
      Avant d’en arriver à cette conclusion, il y a peut-être une autre issue. Imaginez que 30% du personnel de votre établissement pense comme vous. A ce niveau-là, il est possible d’imaginer pouvoir se battre et donc d’éviter la vaccination. Vous allez me répondre que vous êtes seul, que pas un seul de vos collègues ne se permet de s’exprimer, car ils sont tous terrorisés, parce que, en jouant le jeu « nous sommes des héros », ils se doivent de contribuer à terroriser la famille et le voisinage sur les méfaits de ce méchant virus, encouragés qu’ils sont dans cette voie et par le pouvoir administratif, et par le pouvoir médical, et par le pouvoir syndical. Les trois pouvoirs de l’hôpital ne sont en fait tenus que par un seul pouvoir, celui du discours virtuel. Ils menacent à tour de bras. Si vous êtes seul, vous êtes mort. Il faut donc que pas un seul moment dans votre journée d’infirmier, vous ne cessiez d’observer qui, parmi les personnels administratifs ou soignants, qui parmi les médecins, qui parmi les syndicalistes est lui aussi prêt à dire non. Vous allez les trouver. Vous serez obligé de prendre quelques risques, mais dans la méfiance généralisée, un peu de confiance en vous et dans vos collègues vous permettra aussi de faire front.

       
    • Il y a quelques manières de ne pas se trouver seul face à cette mascarade totalitaire. Il s’agit de rejoindre – internet le permet encore pour quelques temps – les équipes locales ou départementales de Réinfocovid, BonSens, Réaction19, Enfance&Liberté, RSA. J’ai mis RSA en dernier, car c’est le dernier né (novembre dernier). Mais en tant que réseau social de solidarité locale active, il permet d’alimenter tous les autres, et de transformer des gens qui, il y a un an, auraient pu se battre entre eux sur des questions religieuses, politiques ou économiques, et sont aujourd’hui tous unis, dans leur diversité, mais dans une diversité questionnée et en voie de fusion. Vous allez voir à quel point vous ne vous sentirez plus seul ou isolé en nous rejoignant. Et si, dans votre ville (je vous imagine quelque part dans les terres du Pas de Calais), ces gens-là ne sont pas encore assez à la hauteur, prenez le temps qu’il faut (le temps se compte maintenant en semaines ou en jours) pour transformer des gens encore un peu paumés (ils ont au mieux quelques semaines d’avance sur vous en termes de prise de conscience) en une équipe soudée et combattante. C’est la vie de vos enfants, c’est celle de votre épouse, c’est votre vie qui est en jeu ! On ne peut plus se permettre de tergiverser…

       
    • Sachez que la question que vous vous posez se pose dans la tête de peut-être plus de la moitié des gens que vous croisez. Cette question fait peur, puisque le monde que vous avez construit avec votre courage, votre labeur, votre intelligence, risque de s’effondrer brutalement. C’est ce qu’ILS VEULENT ! Donc, en mettant en place la solidarité des éveillés (au sens français et non américain du terme), vous allez trouver toute une communauté de gens qui ont les mêmes peurs que vous, mais aussi les mêmes certitudes, et qui se préparent, eux aussi, à une vie nettement moins confortable mais tellement plus chaleureuse. Des infirmiers, ils en auront besoin. En plus ils ne leur demanderont pas de rentrer dans la certification qualité de la HAS, qui a été mise en place il y a un peu plus de dix ans pour préparer l’hôpital aux désastres actuels. Je pourrais être plus long. Ecoutez l’un des héros de notre époque, le Dr Louis Fouché. La réponse est en vous. Vous devez respecter en premier votre personne, en second et en même temps, les personnes de votre entourage. Tous ceux qui vous menacent ne se respectent même pas eux-mêmes. Montrez-leur votre courage. Montrez-leur votre détermination. Construisez dans votre lutte de tous les instants, comme des dizaines de milliers de gens (c’est très peu, mais ce qu’ils font va se voir), le monde de demain. Un point d’entrée : CHAÎNE RSA ACCUEIL : https://t.me/RSAaccueil

       
    • Ne pas refuser, poser des questions et exiger des réponses par écrit :
      1. Le vaccin X est-il légalement obligatoire ? Y-a-t-il un ou plusieurs rappels obligatoires, lesquels ? A quelle fréquence les injections doivent-elles être faites ?
      2. Quels sont les effets secondaires de l’acte médical que vous préconisez ?
      3. Pouvez-vous me certifier que le vaccin que vous préconisez est sans danger ?
      4. Quelle est la composition du vaccin que vous me recommandez ?
      5. Les doses de produits entrant dans la composition du vaccin proposé, respectent-elles les normes en vigueur ? (Attention à faire le distinguo entre dose en ingestion et dose en injection.)
      6. Pouvez-vous me fournir la preuve scientifique démontrant l’efficacité du vaccin que vous préconisez ? (Éventuellement une étude non financée par le fabriquant et sans aucun lien d’intérêt possible ?) (Existe-t-il des études avec comparaison à l’effet placebo ?)
      7. Pouvez-vous me certifier, que la vaccination que vous proposez me protégera ? Combien de temps ? Les anticorps produits en réaction à la vaccination sont-ils garants de l’immunisation contre la maladie ? Quid des variants ?
      8. Quel est le risque de faire la maladie, si je ne suis pas votre recommandation vaccinale ? Et le risque réel et connu de complications de cette maladie dans notre pays ?
      9. Quels sont les chiffres officiels en France à propos des conséquences du Covid-19 ?
      10. Quels sont les chiffres officiels en France des accidents post-vaccinaux ? Sur quelle base (étude/chiffres/rapports) est effectué le rapport bénéfice/risque ?
      11. Quelle part de votre chiffre annuel représente la vaccination ? Avez-vous une prime à la vaccination ?
      12. Avez-vous des liens d’intérêts avec un ou plusieurs laboratoires pharmaceutiques ? Participez-vous à des conférences ou tout rassemblement financé par les laboratoires ?
      13. Y-a-t-il des contre-indications à injecter ce vaccin ? Quelles sont-elles ? Comment avez-vous évalué la non contre-indication à me faire l’injection ?
      14. Y-a-t-il des examens préalables à la vaccination à effectuer ? (Afin de s’assurer que l’acte vaccinale est compatible avec mon organisme.) Si oui les lesquels ? Qui les prend financièrement en charge ?
      15. Y-a-t-il des examens après la vaccination à effectuer ? (Afin de s’assurer que l’acte vaccinale s’est correctement déroulé et l’immunisation effective)
      16. En cas d’effets secondaires à la suite de la vaccination, qui prend en charge les divers frais médicaux et autres ?

       
    • Il faut résister jusqu’au bout et avoir un plan de secours dans l’éventualité où tu perds ton taf.

      Mais il faut surtout les pousser à aller au bout de leur démarche, et ne rien céder avant : vous voulez me licencier ? Très bien. Notifiez-moi cela explicitement, et précisez que c’est à cause du refus de se faire vacciner contre le covid (par écrit, contresigné, etc.).

      Ensuite il faut faire jouer l’état de droit jusqu’au bout (comme le suggère Maitre Di Vizio). Et attaquer à la fois l’obligation vaccinale (les professionnels du droit s’en chargeront sans que vous n’ayez rien à faire) et attaquer votre établissement pour licenciement abusif aux Prud’hommes.

      Et en attendant il faut tenir : mettre fin au prêt immobilier en vendant la maison, puis passer en location et réduire la voilure des dépenses (à commencer dès maintenant), ou alors tenir un peu le prêt grâce aux allocations chômages, etc. Voir si la conjointe travaille et va garder son boulot, et faire un budget en tablant sur 1 salaire + les aides diverses.
      Trouver un boulot intermédiaire en attendant que les démarches aboutissent, etc.

      C’est dur mais si il faut en passer par là pour éviter le poison vaccinal alors le choix est vite fait...

       
    • Toute la résignation et l’atomisation des français est contenue dans votre billet.
      On dirait que vous Oubliez une chose fondamentale. Le gouvernement n’a aucun moyen de lock-out dans le contexte présent contre les personnels de santé en cas de conflit.
      Faire venir par avion des médecins du Soudan et des infirmières du Pakistan ?
      Encore faudrait-il avoir la volonté de faire bloc et de reconnaître que les gens en face de vous eux vous font la guerre et ne prennent pas de gants, eux.
      Quand vous en arriverez là -on peut rêver- au lieu de vous lamenter sur votre fatigue et vos indépassables "manques de moyens" peut-être sortirai-je sur mon balcon pour vous applaudir, ce que j’ai toujours refusé de faire.
      J’ai passé un an dans un hôtel vide, seul (aujourd’hui c’est fini, le patron a jeté l’éponge et a vendu) et quand j’ai contracté le mal en avril, j’ai du me soigner tout seul car mon état n’était pas assez sérieux pour me retrouver à l’hosto (tant mieux, surtout pour ce qui m’avait semblé une crève un peu sévère) .
      A l’époque, quelques chambres avaient été réquisitionnées pour une équipe d’urgentistes en renfort. Je ne suis jamais allé trouver ces gens. Pour le peu de contacts que j’ai eu avec eux, ils m’avaient paru complètement cons dès que l’on franchissait les limites de leur métier.
      Mon billet vous paraîtra peut-être dur mais tant pis...

       
    • Exactement @Jean, si on ne peut pas s’opposer frontalement à cette vaccination (ou plutot essai thérapeutique si j’ose dire), il faut le faire indirectement.

      Et ne pas oublier que le Système fonctionne par la peur. Vous êtes infirmier @Dawlish62, vous êtes donc essentiel (ca ne s’improvise pas). Personne ne va vous licencier ; peut-être vous mettra-t-on sur une voie de garage (bureau avec paperasse ou que sais-je) si vous refusez ce traitement mais vous aurez votre chèque à la fin du mois. Parlez-en autour de vous, faut réveiller les timides !

       
    • #2679596

      Pourquoi ne pas faire signer au piqueur ou à son responsable un "engagement de responsabilité " sur les conséquences et effets secondaires du vaccin ? Putain, ça doit être légal et juridiquement possible ! Un texte rédigé par un avocat ou un juriste ! Ça fera peut-être reculer l’innoculateur et l’obligera à prendre ses responsabilités à titre individuel ! Seul moyen de les faire réfléchir et peut-être abandonner !

       
    • Le code civil reconnait le principe de respect de l’intégrité du corps humain.

      Toute obligation vaccinale est en contradiction avec l’article 36 du Code de Déontologie Médicale qui précise que "tout acte médical requiert le consentement libre et éclairé des personnes"

      Demandez aux médecins de vous donner la composition du vaccin à 100 %.
      Cependant comme ils rétrécissent nos droits dans tous les domaines, il va s’en dire qu’il faut être bien informé.

      Voyez auprès du site de réinfo covid collectif, celui où le Docteur Louis FOUCHE est un des porte paroles. Vous pouvez-vous mettre en relation avec eux, par mail.
      Je sais qu’il a donné, les articles de loi à ce sujet. J’avais noté, mais je n’arrive pas à remettre la main dessus.

      Cordialement

       
    • Adhérer à l’Assoce de Maître Brusa, Réaction 19, formulaire sur le net.

       
  • #2679346
    Le 5 mars à 09:18 par bêêê ’r’mets ton masque !
    Pas-de-Calais confiné le week-end, pass sanitaire à l’étude : les annonces de (...)

    "Ils étaient tous contagieux, mais personne n’était malade...

    Au pays de Moutonland, on les appelait : les Goys."

     

    Répondre à ce message

  • Ce "pauvre" Castex ressemble à s’y méprendre à Jean-Pierre dans le sketch des inconnus "Tournez ménages."
    Par contre pour ce qui est de la baise, c’est nous les baisés !

     

    Répondre à ce message

  • Pouce en l’air aux illustrateurs d’E&R qui savent sélectionner avec soin les photos qui accompagnent les articles.
    On lit dans le regard de Castex, le vide, le désarroi d’un pingouin pris dans les phares (je sais, on dit un lapin, mais avec castex, le pingouin est + raccord). Est ce que, on peut penser légitimement, que le casting larem est fait exprès pour se foutre de la gueule des français ? Une sibeth, une shiappa, une Avia, un lallement, un castex, un darma-nain, une bachelot, sans oublier bien sûr le pédant poudré. On dirait que c’est fait exprès, des branquignols aux manettes pour bien nous montrer qu’on se fout de notre gueule, qu’on est des cons, gouvernés par des cons qu’on payent grassement.

     

    Répondre à ce message

  • "Les ratés et les tarés."
    Oumar Sankharé ( agrégé de grammaire, professeur des universités ), L’état d’urgence, Xamal, 1995.

     

    Répondre à ce message

  • #2679565

    A noter dans le merdia pour tous (3 mars) face à Etienne, le retournement total de Jean Bricmont sur le passeport vaccinal et toute l’arnaque convide.

     

    Répondre à ce message

  • Les français ne se sont pas battus en 2018 quand les 11 ignobles vaccins ont été imposé aux enfants. C’était une répétition à ce qui va arriver. Une énorme partie des parents se sont résignés à empoissonner leurs rejetons pour pouvoir les mettre à l’école.

    Aujourd’hui cela arrive pour eux-mêmes. Pour le moment les lois sont pour nous. Notamment la loi Kouchner. Le problème de la loi c’est qu’elle peut être changée. Tenez bon au moins jusqu’en 2022. Ne sait on jamais, on est pas à l’abris d’une alliance de candidats souverainistes un peu plus respectueux de la liberté de disposer de son corps. On peut toujours naïvement rêver d’un dernier sursaut.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents