Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pensant citer Marc Bloch, Benjamin Griveaux cite Charles Maurras

Le gouvernement Macron fait-il du pied aux nationalistes ?

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait voulu expliquer la volonté d’Emmanuel Macron d’envoyer des ministres sur le terrain avec leurs directeurs d’administration centrale, opposant « pays légal » et « pays réel », théorisés par Charles Maurras, écrivain d’extrême droite du début du 20e siècle.

 

[...]

Sauf que les deux concepts de « pays légal » et « pays réel » ont été théorisés par Charles Maurras, écrivain d’extrême droite du début du 20e siècle, comme le rappelle Thomas Snégaroff, historien de franceinfo.

Charles Maurras, penseur royaliste et antisémite aimait opposer ces deux concepts dans une critique antirépublicaine, le « pays légal » faisant référence aux « quatre états confédérés » définis par Maurras comme l’association « des protestants, juifs, francs-maçons et métèques », qui confisquaient, selon lui, le pouvoir au peuple qui constituait le « pays réel ».

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur francetvinfo.fr

Voir aussi, sur E&R :

Retrouvez Charles Maurras chez Kontre Kulture :

 






Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2082140

    C’est leur faire vraiment trop d’honneur de penser que ces approximations sont volontaires...

     

    Répondre à ce message

  • #2082193
    Le 16 novembre à 01:21 par goy pride
    Pensant citer Marc Bloch, Benjamin Griveaux cite Charles Maurras

    Faire du pieds aux nationalistes tout en continuant de vendre à l’encan les derniers fleurons industriels qui ont fait la grandeur de la France en tant que grande nation industrielle ? Est-ce que les nationalistes sont assez cons pour tomber une énième fois dans ce grossier piège ? Fort possible en fait car la France à la particularité d’abriter les nationalistes les plus idiots au monde ! Tombe systématiquement dans tous les pièges qu’on leur tend et ceci de manière répétitive comme s’ils étaient incapable de tirer leçon des expériences passées !

     

    Répondre à ce message

  • #2082269

    On peut toujours dire du mal des "nationalistes, il n’empêche qu’ils ont eu dans l’histoire de France le rôle de prophètes, mais de prophètes de malheur. Voyons plutôt.

    Dans les derniers temps de la monarchie, ils mettaient en garde le roi Louis XVI sur ce qui allait arriver s’il continuait à trahir tout le monde et son serment de roi. Et cela est arrivé.

    Ensuite, au 19ème, ils ont mis en garde l’opinion contre la Prusse, puis contre l’Allemagne qui constituaient un péril imminent pour la France. Et cela est arrivé.

    Ensuite, au 20ème, ils ont mis en garde l’opinion contre l’abandon de l’Empire et l’Algérie, "si vous n’avez pas l’Algérie française, vous aurez la france algérienne" et cela est arrivé. On a même, avec Macron, la France "subsaharienne", avec Kinshasa pour capitale culturelle et linguistique.

    Ensuite, ils ont mis en garde l’opinion contre le communisme en dévoilant l’horreur de cette idéologie satanique. Et maintenant tout le monde reconnait que c’était vrai mais on ne rappelle pas que ce que certains admettent maintenant à contre cœur l’avait été dès les années 20 par les affreux "nationalistes".

    Enfin, ils ont mis en garde en 1958 contre De Gaulle en prophétisant que son régime pioupiou et de chienlit dégénérerait vite en tyrannie lourdingue, corrompue et impuissante, et cela est arrivé. Et ils ont aussi mis en garde contre "l’Europe"... ! On va voir bientôt cette connerie de mercantis trotskistes s’effondrer.

    La droite "nationaliste" est prophétique, pour son malheur, car comme toutes les Cassandre, elle est faite pour n’être jamais entendue..

    Mais on peut être sûr tout de même que tout ce que prédit son ennemie, la gauchiasse "universaliste", qui a seule droit à la parole, est faux. C’est toujours ça

     

    Répondre à ce message

  • #2082282
    Le 16 novembre à 10:31 par Fiodor Vassilievitch Tokarev
    Pensant citer Marc Bloch, Benjamin Griveaux cite Charles Maurras

    Pensant citer Marc Bloch, Benjamin Griveaux cite Charles Maurras par Fiodor Vassilievitch Tokarev
    Benjamin, on parait toujours moins con d’avoir cité Maurras par erreur, que Gilles Verdez ou Matthieu Delormeau ou même Marc Bloch, tu t’en sors bien dans l’histoire , non ?
    Maintenant pour t’en sortir avec panache, et rester à gauche (puisque tu penses être de gauche) tu devrais rajouter une ou deux citations bien choisi, comme



    L’histoire de la démocratie nous offre une combinaison bien remarquable d’utopies et de mythes.
    Georges Sorel
    Les ouvriers n’ont pas de patrie » dit le Manifeste communiste de Marx et d’Engels. Au contraire, les ouvriers ont une patrie plus encore que les bourgeois qu’on pourrait considérer eux, comme les vrais « sans patrie » ; car le riche est le vrai « déraciné », qui, partout dans le monde, où qu’il se trouve, se trouve bien, précisément grâce à sa richesse ; tandis que l’homme du peuple, le pauvre, le dépaysé, déraciné, transplanté, livré à la double domination capitaliste et étrangère, est doublement esclave et malheureux. En fait dans l’histoire, ce sont les classes riches qui, le plus souvent pour un ignoble intérêt de classe ont vendu la patrie à prix d’or, […] alors que les classes populaires la défendaient avec l’acharnement le plus magnifique
    Edouard Berth
    Être gouverné, c’est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, par des êtres qui n’en ont ni le titre, ni la science, ni la vertu
    Pierre-Joseph Proudhon
    La misère fut la cause première des richesse. Ce fut elle qui créa le premier capitaliste. Car avant d’accumuler la "plus-value", dont on aime tant à causer, encore fallait-il qu’il y ait des misérables qui consentissent à vendre leur force de travail pour ne pas mourir de faim. C’est la misère qui a fait les riches.
    P.Kropotkine




    Et là, tu sors de ce flop, de ce fiasco, de ce bide, par le haut et avec la droite des valeurs et la gauche du travail, qui t’ovationnent
    C’est toujours possible , mais pour ça fais un tour sur KontreKulture
    A bientôt trou-d’uc

     

    Répondre à ce message

  • #2082318

    Il sont peut-être vraiment idiots. Il y a des fils qui se touchent.

    Macron avait proclamé "Je vous ai compris" à une assemblée de pieds noirs en 2017, pensant bien faire. Il n’a sans doute pas encore compris sa connerie.

     

    Répondre à ce message

  • #2082548

    ’’Pas réveillé ce matin’’...
    Pas d’inquiétude, c’est normal, tous les zombies sont commme cela. Portes-parole zombies d’un président zombie, marionettes des ventriloques enculés de la bien-pensance, faux philantropes mais vrais escrocs. La ripoublique ne survivrait pas à l’éveil de qui que ce soit, on ne s’attend donc pas à autre chose qu’à des somnanbules choisis pour leur prolixité et pas pour la précision d’un propos qui n’est qu’une manière d’occuper le terrain pour un moment (n’importe quoi fait l’affaire) bloch, maurras ou tartanpion les zombies n’en ont que foutre...

     

    Répondre à ce message

  • #2082613

    Un truc vrai dans son intervention : il faut lire l’étrange défaite. L’écrit est faible dialectiquement mais le témoignage est précieux sur les symptômes observables d’un pays en ruines morales.

     

    Répondre à ce message

  • #2082658

    Les admirateurs de Maurras et de Pétain ça ne doit pas peser lourd électoralement... A quoi peuvent bien penser nos hurluberlus ? On ne saura surement jamais...

     

    Répondre à ce message

  • #2082697

    On peut toujours cracher sur Maurras, c’est le seul penseur politique français du 20ème siècle et il a est l’inspirateur de Pétain et de De Gaulle... Tout le monde sait "Sciences Po" que la cinquième république, c’est du Maurras dans le texte. ..

    Il a de plus inspiré les dirigeants de la troisième république juste avant le guerre de 14 et notamment Poincaré, et son influence pendant la guerre notamment dans les salons parisiens (Mme Adam) a fini par convaincre in extremis ce fou de Clemenceau de virer les généraux francs maçons et incapables et d’en appeler enfin à Foch, le fervent catholique. Il était temps.

    Ce que la France doit à Maurras, c’est son existence.

     

    Répondre à ce message

  • #2082830

    "Aimons-nous vivants", c’est de Paul ou de François Valéry ?

    Ahem...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents