Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Peut-on faire confiance à l’OMS ?

Question purement rhétorique

L’organisation la plus influente au monde, qui assume la responsabilité nominale des questions de santé et d’épidémies mondiales, est l’Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations unies, basée à Genève. Ce que peu de gens connaissent, ce sont les mécanismes réels de son contrôle politique, les conflits d’intérêts choquants, la corruption et le manque de transparence qui imprègnent l’agence qui est censée être le guide impartial pour traverser la pandémie actuelle de COVID-19. Ce qui suit n’est qu’une partie de ce qui a été révélé au public.

 

Déclaration de pandémie ?

Le 30 janvier, Tedros Adhanom, Directeur Général de l’Organisation mondiale de la santé des Nations unies, a déclaré une urgence de santé publique de portée internationale (PHIEC). Cette déclaration est intervenue deux jours après que Tedros ait rencontré le président chinois Xi Jinping à Pékin pour discuter de l’augmentation spectaculaire des cas graves d’un nouveau coronavirus à Wuhan et dans les régions avoisinantes, qui avaient atteint des proportions dramatiques. En annonçant sa déclaration d’urgence PHIEC, Tedros a fait l’éloge des mesures de quarantaine chinoises, des mesures très controversées en matière de santé publique et qui n’avaient jamais été tentées auparavant à l’époque moderne avec des villes entières, sans parler des pays. Dans le même temps, Tedros a curieusement critiqué d’autres pays qui s’apprêtaient à bloquer les vols vers la Chine pour contenir cette étrange nouvelle maladie, entraînant les accusations qu’il défendait indûment la Chine.

Les trois premiers cas à Wuhan ont été officiellement signalés le 27 décembre 2019, soit un mois plus tôt. Les cas ont tous été diagnostiqués comme des pneumonies dues à un « nouveau » ou une nouvelle forme de coronavirus. Il est important de noter que le plus grand mouvement de population de l’année, le Nouvel An lunaire et le Festival du printemps chinois, au cours duquel quelque 400 millions de citoyens se déplacent dans tout le pays pour rejoindre leur famille, s’est déroulé du 17 janvier au 8 février. Le 23 janvier, à 2 heures du matin, deux jours avant le début des festivités du Nouvel An, les autorités de Wuhan ont déclaré un confinement sans précédent sur toute la ville, soit 11 millions de personnes à partir de 10 heures ce jour-là. À cette date, des centaines de milliers, voire plusieurs millions d’habitants avaient fui dans la panique pour éviter la quarantaine.

Lorsque l’OMS a déclaré son urgence de santé publique de portée internationale le 30 janvier, de précieuses semaines avaient été perdues pour contenir la maladie. Pourtant, Tedros a fait l’éloge des mesures chinoises « sans précédent » et a critiqué les autres pays qui ont stigmatisé les Chinois en réduisant les voyages.

En référence à la propagation du COVID-19 à Wuhan et à la raison pour laquelle l’OMS ne l’a pas qualifiée de pandémie, le porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic, a déclaré : « Il n’existe pas de catégorie officielle (pour une pandémie)… L’OMS n’utilise pas l’ancien système de 6 phases – qui allait de la phase 1 (aucun rapport de grippe animale causant des infections humaines) à la phase 6 (une pandémie) – que certaines personnes pourraient connaître de la grippe H1N1 en 2009 ».

Puis, dans une volte-face, le 11 mars, Tedros Adhanom a annoncé pour la première fois que l’OMS qualifiait de « pandémie mondiale » la nouvelle maladie de coronavirus, désormais rebaptisée COVID-19. L’OMS a alors déclaré qu’il y avait plus de 118 000 cas de COVID-19 dans 114 pays, avec 4 291 décès.

 

Fausse pandémie de l’OMS en 2009

Depuis un fiasco et un scandale antérieurs de l’OMS en 2009, suite à sa déclaration d’une pandémie mondiale autour de la « grippe porcine » ou H1N1 comme on l’appelait, l’OMS a décidé de laisser tomber le terme de pandémie. La raison est révélatrice de la corruption endémique au sein de l’institution de l’OMS.

Quelques semaines seulement avant les premiers rapports en 2009 sur un jeune enfant mexicain infecté par un nouveau virus H1N1 de la « grippe porcine » à Veracruz, l’OMS avait tranquillement changé la définition traditionnelle de la pandémie. Il n’était plus nécessaire qu’une maladie déclarée soit extrêmement répandue dans de nombreux pays et extrêmement mortelle ou débilitante. Il suffit qu’elle soit très répandue, comme la grippe saisonnière, pour que les « experts » de l’OMS déclarent une pandémie. Les symptômes de la grippe H1N1 de l’OMS étaient les mêmes que ceux d’un mauvais rhume.

Lorsque le Dr Margaret Chan, alors directrice générale de l’OMS, a officiellement déclaré la phase 6 de la pandémie mondiale, cela a déclenché des programmes d’urgence nationaux comprenant des milliards de dollars d’achats gouvernementaux de vaccins contre la grippe H1N1 présumée. À la fin de la saison grippale 2009, il s’est avéré que les décès dus au H1N1 étaient minuscules par rapport à la grippe saisonnière normale. Le Dr Wolfgang Wodarg, un médecin allemand spécialisé en pneumologie, était alors président de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. En 2009, il a demandé une enquête sur les conflits d’intérêts présumés entourant la réponse de l’UE à la pandémie de grippe porcine. Le Parlement néerlandais a également découvert que le professeur Albert Osterhaus de l’université Erasmus de Rotterdam, la personne au centre de la pandémie mondiale de grippe porcine H1N1 de 2009 en tant que conseiller principal de l’OMS sur la grippe, était intimement placé pour profiter personnellement des milliards d’euros de vaccins prétendument destinés à la grippe H1N1.

Nombre des autres experts scientifiques de l’OMS qui ont conseillé au Dr Chan de déclarer la pandémie recevaient de l’argent directement ou indirectement des grandes entreprises pharmaceutiques, notamment GlaxoSmithKline, Novartis et d’autres grands fabricants de vaccins. La déclaration de l’OMS sur la pandémie de grippe porcine était un faux. L’année 2009-2010 a été marquée par la grippe la plus bénigne au monde depuis que la médecine a commencé à la suivre. Les géants de l’industrie pharmaceutique ont encaissé des milliards de dollars dans le processus.

C’est après le scandale de la pandémie de 2009 que l’OMS a cessé d’utiliser la déclaration de pandémie en 6 phases et est passée à la déclaration totalement vague et confuse « urgence de santé publique de portée internationale ». Mais maintenant, Tedros et l’OMS ont arbitrairement décidé de réintroduire le terme « pandémie », tout en admettant qu’ils sont encore en train de créer une nouvelle définition du terme. Le terme « pandémie » suscite plus de craintes que celui « d’urgence de santé publique de portée internationale ».

 

Le SAGE de l’OMS toujours en conflits d’intérêts

Malgré les énormes scandales de conflits d’intérêts qui ont éclaté en 2009-2010 entre les grandes sociétés pharmaceutiques et l’OMS, l’OMS dirigée par Tedros n’a pas fait grand-chose pour éliminer la corruption et les conflits d’intérêts.

L’actuel Groupe consultatif scientifique d’experts de l’OMS (SAGE) est truffé de membres qui reçoivent des fonds « financièrement importants » soit des grands fabricants de vaccins, soit de la fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) ou du Wellcome Trust. Dans le dernier affichage par l’OMS des 15 membres scientifiques du SAGE, pas moins de 8 avaient déclaré un intérêt, de par la loi, pour des conflits d’intérêts potentiels. Dans presque tous les cas, le principal bailleur de fonds de ces 8 membres du SAGE était la fondation Bill et Melinda Gates, Merck & Co. (MSD), Gavi, la Vaccine Alliance (un groupe de vaccins financé par Gates), le BMGF Global Health Scientific Advisory Committee, Pfizer, Novovax, GSK, Novartis, Gilead, et d’autres acteurs majeurs du secteur des vaccins pharmaceutiques. Voilà pour l’objectivité scientifique indépendante à l’OMS.

 

Gates et l’OMS

Le fait que de nombreux membres du SAGE de l’OMS aient des liens financiers avec la fondation Gates est très révélateur, même s’il n’est pas surprenant. Aujourd’hui, l’OMS est principalement financée non pas par les gouvernements membres des Nations unies, mais par ce que l’on appelle un « partenariat public-privé » dans lequel dominent les sociétés privées de vaccins et le groupe d’entités parrainées par Bill Gates.

Dans le dernier rapport financier disponible de l’OMS, pour le 31 décembre 2017, un peu plus de la moitié du budget de plus de 2 milliards de dollars du fonds général de l’OMS provenait de donateurs privés ou d’agences externes telles que la Banque mondiale ou l’UE. Les principaux bailleurs de fonds privés ou non gouvernementaux de l’OMS sont de loin la fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que l’Alliance pour les vaccins de l’Alliance GAVI financée par Gates, le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme (GFATM) initié par Gates. Ces trois organismes ont fourni plus de 474 millions de dollars à l’OMS. À elle seule, la fondation Bill et Melinda Gates a donné la somme astronomique de 324 654 317 dollars à l’OMS. En comparaison, le plus grand donateur étatique à l’OMS, le gouvernement américain, a donné 401 millions de dollars à l’OMS.

Parmi les autres donateurs privés, on trouve les plus grands fabricants de vaccins et de médicaments au monde, notamment Gilead Science (qui fait actuellement pression pour que son médicament serve de traitement pour le COVID-19), GlaxoSmithKline, Hoffmann-LaRoche, Sanofi Pasteur, Merck Sharp et Dohme Chibret et Bayer AG. Les fabricants de médicaments ont donné des dizaines de millions de dollars à l’OMS en 2017. Ce soutien de l’industrie privée pro-vaccins à l’agenda de l’OMS par la fondation Gates et les grandes entreprises pharmaceutiques est plus qu’un simple conflit d’intérêts. Il s’agit d’un détournement de facto de l’agence des Nations unies chargée de coordonner les réponses mondiales aux épidémies et aux maladies. En outre, la fondation Gates, la plus importante au monde avec quelque 50 milliards de dollars, investit ses dollars exonérés d’impôts dans ces mêmes fabricants de vaccins, dont Merck, Novartis, Pfizer, GlaxoSmithKline.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que l’homme politique éthiopien Tedros Adhanom ait pris la tête de l’OMS en 2017. Tedros est le premier directeur de l’OMS à ne pas être médecin, malgré son insistance à utiliser le titre de docteur. Il est docteur en philosophie en santé communautaire pour des « recherches sur les effets des barrages sur la transmission du paludisme dans la région du Tigré en Éthiopie ». Tedros, qui a également été ministre des Affaires étrangères de l’Éthiopie jusqu’en 2016, a rencontré Bill Gates lorsqu’il était ministre de la Santé éthiopien et est devenu président du conseil d’administration du Fonds mondial contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, lié à Gates.

Sous la direction de Tedros, la corruption notoire et les conflits d’intérêts à l’OMS se sont poursuivis, voire accrus. Selon un récent rapport de l’Australian Broadcasting Corporation, en 2018 et 2019, sous Tedros, le programme d’urgence sanitaire de l’OMS, la section responsable de la réponse mondiale au COVID-19, a été cité avec la note de risque la plus élevée, notant « l’incapacité à financer adéquatement le programme et les opérations d’urgence [risque] de fournir des résultats inadéquats au niveau des pays  ». Le rapport d’ABC a également constaté qu’il y a eu une « recrudescence des allégations de corruption interne dans l’ensemble de l’organisation, avec la détection de multiples stratagèmes visant à frauder de grosses sommes d’argent auprès de l’organisme international ». Pas très rassurant.

Début mars, l’université d’Oxford a cessé d’utiliser les données de l’OMS sur le COVID-19 en raison d’erreurs et d’incohérences répétées que l’OMS a refusé de corriger. Les protocoles de l’OMS pour les tests de dépistage des coronavirus ont été cités à plusieurs reprises par divers pays, dont la Finlande, pour les défauts et les faux positifs et autres anomalies.

C’est à l’OMS que nous faisons désormais confiance pour nous guider dans la pire crise sanitaire du siècle dernier.

 

Pour aller plus loin, ce reportage ARTE de 2016, qui reste de pleine actualité :

Bill, un ami qui vous veut du bien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2431279
    le 09/04/2020 par l’àne
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    ni l’ OMS ni l’ ONU un repaire de criminels comme dirait Michel Colon


  • #2431304
    le 09/04/2020 par Mandark
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Trump a également mis le doigt sur la problématique de la mainmise de la Chine sur cette organisation. Evidemment ça l’arrange dans le cadre de sa guerre commerciale et protectionniste (donc légitime) vis à vis de la Chine mais il me semble que ça mérite aussi d’être noté.

     

    • #2431747
      le 10/04/2020 par AK87
      Peut-on faire confiance à l’OMS ?

      Peu importe que ca arrange Trump ou non, le fait que l’OMS devienne de plus en plus sous contrôle chinois aurait du être dénoncé depuis longtemps, ca aurait pu éviter la contamination mondiale et le confinement actuel. Ce qui est le plus flagrant c’est que depuis le début l’OMS s’était farouchement opposée a l’interdiction des vols en provenance ou en direction de la Chine et aux fermetures de frontières, comme s’ils étaient de mèche avec le gouvernement chinois pour mieux répandre les malades de chine et le virus a travers le monde. En tout cas c’est super louche cette affaire. Même le vice ministre japonais Taro Aso s’était indigné de voir tant de connivence entre l’OMS et Pékin en appelant de façon ironique l’OMS d’organisation chinoise de la sante, alors que son pays le Japon et son voisin la Corée du sud se trouvaient en première ligne de la pandémie mondiale.


    • #2431905
      le 10/04/2020 par AK87
      Peut-on faire confiance à l’OMS ?

      Petite précision, c’est le vice PREMIER ministre japonais Taro Aso. J’ai oublié le mot premier.


  • #2431314
    le 09/04/2020 par alderic-dit-le-microbe
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Clairement non.

    Aucune organisation supranationale mérite de confiance.

    On ne confie ni sa santé, ni sa sécurité à autrui, sauf quand on est fini à la seringue.


  • #2431324
    le 09/04/2020 par Charlie
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Ce qui est très étrange, c’est l’article en bas de page, celui de fevrier 2017 sur bill gates, qui prévoit une pandemie globale et qui dit "Et c’est assez probable que le monde va vivre une telle épidémie dans les 10 à 15 ans à venir"... et ER qui titre " Et si c’était lui la pandémie globale ? ".
    Trois ans après, nous y sommes... mais ne soyons pas paranoïaques ou complotistes, tout ceci n’est que pur hasard..

     

  • #2431360
    le 10/04/2020 par VIVACHAVEZ
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Sur sa fiche wiki, sa mère se nomme Gates aussi. Ce serait intéressant de connaitre son vrai blase.......

     

    • #2431574
      le 10/04/2020 par Belouga
      Peut-on faire confiance à l’OMS ?

      Je ne vois pas trop le rapport mais une recherche de 30 secondes vous permet de découvrir que Mme Gates s’appelait en réalité... Mme Gates.


  • #2431407
    le 10/04/2020 par Se mettre le doigt dans l’œil
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Ce Tedros Adhanom ne fait pas honneur à son peuple qui c’est battu contre l’impérialisme occidental (seul état africain non colonisé) durant le XXè siècle. L’OMS au même titre que l’ONU, etc ... doivent être répudié. Héritage du satanique Rockefeller, philanthrope (terme enjoliveur des franc-maçons) comme son confrère Bill Gates, voleur à la base de sa fortune et imposant un monopole qui n’a pas de nom (l’on peut imposé cela que par corruption) se prennent pour Dieu (qu’Il les avilisse tout deux en Enfer) en nous imposant des faits contre-natures.

     

    • #2431530
      le 10/04/2020 par awrassi
      Peut-on faire confiance à l’OMS ?

      Les 1% ont construit les murs de notre prison : ONU, FAO, OMS, OCDE, etc. et bien sûr toutes les lois nationales. L’homme actuel croit plus dans le code de la route et la loi sur les alcools qu’en Dieu ou dans l’ordre naturel des choses. Normal donc que nous soyons devenus des moutons !
      L’homme n’a que deux choix :
      1) soit il croit dans la survie du plus fort (le capitalisme)
      2) soit il croit qu’il DOIT vivre en paix avec son prochain et potentiel ennemi (le communisme).
      Le second choix a l’avantage de ne pas avoir à s’effrayer du voisin plus grand et plus fort ! Mais bon, Dieu a fait une énorme bêtise en créant l’homme : il a oublié de lui donner un cerveau.


  • #2431435
    le 10/04/2020 par anonyme
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    La question est de savoir en quoi les nations les plus évoluées sur le plan scientifique ont besoin de ce genre d’institution pour savoir quoi faire dans ces domaines. A fortiori quand ces institutions sont instrumentalisées par des intérêts particuliers et noyautées par leurs larbins ? Dévoyées, détournées, noyautées ; ces entités ne présentent plus que des nuisances pour l’intérêt général. Les derniers événements le démontrent assez.


  • #2431437
    le 10/04/2020 par Olympique de Marseille sur la Santé
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Même les plus larbins, comme Arte avec ses traitements pipés sur la Libye, la Syrie et sur bien d’autres sujets, arrivent à faire des reportages honnêtes quelquefois (mais il le faut bien pour mieux faire passer les propagandes sur les causes sensibles en cours, celles non encore tombés dans l’escarcelle du mondialisme, car on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre... n’est-ce pas ?)

    Dans cet article
    « en 2017, la chaîne de télévision Arte avait mené une enquête sur la dépendance de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à l’égard de ses donateurs. »
    L’OMS est financée par la Fondation Bill Gates et le lobby pharmaceutique

     

    • #2431750
      le 10/04/2020 par Keuf you
      Peut-on faire confiance à l’OMS ?

      Un mensonge passe toujours mieux entre deux vérités... C’est une des base de la manipulation rhétorique.


  • #2431448
    le 10/04/2020 par nanothermite
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    LE COUP D’ETAT CONTRE LA DÉMOCRATIE
    Comment appelle-t-on des gens qui se réunissent en secret dans un but inavouable ? Pourquoi les questions qui nous sont vitales sont-elles débattues et tranchées par des gens non élus, dans des comités qui n’ont aucune légitimité populaire ? Pourquoi des décisions, qui semblent parfois venues de nulle part, sont-elles prises à l’encontre de nos intérêts par nos gouvernants ? Qui sont les donneurs d’ordre ?
    Force est de constater qu’épidémies mondiales, scandales sanitaires, alimentaires, économiques, OGM, malbouffe, médicaments dangereux, pollutions en tous genres, rien n’aura été épargné à l ’Homo erectus du XXIe siècle pour devenir le plus mal nourri des êtres humains depuis les débuts du monde et le plus gros consommateur de poisons. Jusqu’où pouvons-nous croire que ces scandales à répétition sont le fruit du hasard ?
    Quand derrière des sujets aussi différents que les questions de la pollution sous toutes ses formes, de la préservation de la biodiversité, de la sécurité alimentaire, des normes sanitaires, de la crise énergétique, financière ... nous retrouvons toujours les mêmes personnes et les mêmes méthodes qui encadrent la formation des esprits en finançant les universités ; l’opinion et l’information du public en achetant les grands groupes de presse ou en assurant leur survie par les budgets publicitaires ; l’orientation de la recherche en subventionnant celle qui sert leurs intérêts et en placardisant les savants indépendants ; les politiques en leur donnant ou en leur retirant les moyens d’être dans la
    place ; le monopole des ressources mondiales et de la chaîne alimentaire en brevetant tout ce qui vit ; la santé en créant les maladies et les médicaments qui les soignent ; et enfin les banques, le nerf de la guerre !
    Les mêmes prédateurs, et les mêmes serviteurs qui, par bourrage de crâne, propagande et publicités merveilleuses nous conditionnent ou nous obligent à CONSOMMER tout et uniquement ce qu’ils produisent, parfaitement conscients des conséquences désastreuses que cela a sur nous et notre descendance et en violation totale de l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme qui nous assure que : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. » Mais leur impunité est totale ; bien évidenunent puisque leur dictature s’étend sur le monde entier.
    Une infime minorité de super-riches........ à suivre

     

    • #2432800
      le 11/04/2020 par pat éthique
      Peut-on faire confiance à l’OMS ?

      Bonsoir, en réponse à la lecture de nanothermite,

      Je trouve votre texte tellement clairvoyant et réaliste sur notre position face à ces minorités d’ultra-riche , en quelques phrases tout est dit et rien ne manque. Mais cela est vraiment malheureux car depuis trois quinquennats notre législation n’arrête pas d’être modifiée et reformaté pour cette UE qui n’en finit plus de détruire et effacer nos valeurs, nos traditions, nos existences et tout ce qui s’y rattache en violant simplement notre constitution des droits de l’homme car nous n’avons pas choisis car on nous l’a tout simplement imposé et c’est bien ça qui est terrible aujourd’hui .Est ce qu’il nous resterait uniquement la possibilité de pétition pour défendre nos droits qui étaient pourtant inscrit dans notre constitution avant le mandat de Monsieur Nicolas Sarkosy , : Article 30
      Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.
      Madame Bouvet P


  • #2431450
    le 10/04/2020 par nanothermite
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Suite
    Une infime minorité de super-riches qui a formé une alliance apatride par le biais de quelques transnationales aux pouvoirs exorbitants ; une association de « banksters » qui font des politiques les larbins de ces seigneurs insatiables de la guerre économique, et de nous, les esclaves des temps modernes, priés de nous gaver jusqu’à mourir des poisons de leur fabrication, afin de contribuer au maximum à leur enrichissement.
    Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce complot existe, et la compilation des faits parle d’elle-même. Les donneurs d’ordres n’ont qu’un but : le pouvoir et leurs complices : l’argent. En effet, les sommes en jeu dépassent la fiction ; les victimes sont tous les citoyens de la planète terre, car tous, nous devons passer à la caisse des géants et intouchables cartels qui sont devenus plus puissants que les plus grands États.
    Qu’il fasse partie du tiers-monde pour cause de misère, ou du monde occidental pour cause de profit, l’homme est en danger et aucun plan organisé aussi funeste ne lui a jamais été si mondialement imposé, aucun piège si sournoisement tendu.
    C’est remonter les différentes filières ... en partant des victimes, en dénonçant les complices et sherpas du profit à tout prix, leurs méthodes et leurs imbrications, pour retrouver un petit nombre de décideurs prêts à tout pour arriver à leurs fins.


  • #2431451
    le 10/04/2020 par nanothermite
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Suite
    Et l’on s’aperçoit qu’il y a bien une unité d’action, un plan, toujours le même, dans tous les secteurs. Pour qu’il soit mondial, il faut que les plus hautes autorités politiques soient impliquées, que des moyens financiers gigantesques soient mis à sa disposition. Ce n’est pas la fatalité qui frappe le XXIe siècle de calamités inévitables, de fléaux imprévisibles, c’est la mondialisation, telle que voulue par la grande entreprise servie par nos hommes politiques, nos élus, qui délibérément ont choisi de débrider les marchés ; laissant se créer certaines multinationales de plus en plus puissantes qui dictent leurs lois par-dessus la tête des chefs d’États, au moyen des institutions qu’elles ont mises en place et à qui elles ont fait reconnaître un pouvoir mondial par les gouvernements : le FMI (Fonds monétaire international), la Banque mondiale et puis la Commission européenne, l’OMC (Organisation mondiale du commerce), l’OMS (Organisation mondiale de la santé), les agences de santé publique et le Codex Alimentarius... Ces commissions supranationales, élues par personne, ne sont pas au service de la santé des citoyens du monde, comme on veut bien nous le laisser entendre, mais sont là pour faire appliquer des normes commerciales définies par les cartels pharmaceutiques, alimentaires et agrochimiques, afin d’accroître leur profit partout et toujours. Leurs directives, faisant autorité dans tous les pays membres, n’obéissent qu’à un seul mot d’ordre qui prévaut sur tout : aucune entrave au « Marché » jusqu’à des extrêmes frôlant l’insanité : si peu de voix se sont élevées parmi les politiques, relayées par si peu des grands médias nationaux, pour dénoncer l’ultime preuve de cette vassalité qu’est l’article 104 du traité de Maastricht 3, transformé en article 123 du traité de Lisbonne, que les gouvernants continuent d’imposer, alors qu’il avait été repoussé par les urnes dans plusieurs pays !
    Cf : Claire Séverac, Complot mondial contre la Santé, 2011.


  • #2431464
    le 10/04/2020 par Al Carbone
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    L’OMS est à la santé ce que le GIEC est au climat : officine mondialiste de domestication des populations par la peur et la terreur !

     

    • #2431766

      Comme l’OMC, l’OTAN, le FMI, l’UNESCO,..
      Il faudrait fermer tous les organismes internationaux et interdire toutes les ONG. Sauf l’ONU et la Croix Rouge, mais exclusivement pour les questions de règlement de conflits et de guerre.

      Laisser chaque État libre de prendre des accords diplomatiques et commerciaux avec les pays qu’il veut, si il le veut et comme il le veut. Pour cela il existe des ambassadeurs et des consuls.


    • #2432260
      le 11/04/2020 par Al Carbone
      Peut-on faire confiance à l’OMS ?

      @PL. "sauf l’ONU.." !! Je crois que tu n’as rien compris ! Tu as vu l’ONU, ce temple du mondialisme, empêcher des guerres et des agressions ? L’ONU a t il empêché la guerre d’Irak, d’Afghanistan, l’agression de la Serbie, la guerre de Syrie ? Et son ancêtre la SDN a t elle empêché la 2nde guerre mondiale ? Quant à la Croix Rouge, tu parles ! .....


  • #2431470
    le 10/04/2020 par Jean
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Un décret autorisant le recours au Rivotril pour les soins palliatifs dans les Ephad et à domicile a fait couler beaucoup d’encre : favorise-t-il l’euthanasie de patients atteints du Covid-19 ? Les règles éthiques encadrant l’usage de cette molécule existent, mais pourront-elles toujours être respectées dans le contexte de crise sanitaire aiguë ?
    « Cela peut précipiter des gens qui sont fragiles »
    « L’administration de cette molécule, contre-indiquée en cas d’insuffisance respiratoire, à un patient souffrant du Covid-19 aura pour effet d’atteindre une sédation terminale à domicile entraînant le décès », estime notamment le syndicat Jeunes Médecins (ex-ISNCCA).
    « Si le patient est en mauvaise santé, a des comorbidités telles du diabète, on le tue en douceur », assène-t-il ajoutant qu’« en sédation lourde, on a de bonnes chances de tuer, pas besoin d’être médecin pour savoir ça. »
    « Là où on marche sur une ligne, c’est que tous ces médicaments sont sédatifs, mais ils vont diminuer la réponse respiratoire […]. C’est-à-dire qu’on respire moins au fur et à mesure qu’on s’enfonce », concède l’anesthésiste.
    « Il faut que l’on arrive à soulager la douleur, être à l’écoute du patient, même en soins palliatifs, sans que l’on arrive à ce qui serait de l’euthanasie, c’est-à-dire terminer brutalement une vie parce qu’on a décidé que c’était fini, arbitrairement. »
    « où l’on voit que l’on est en train d’instaurer une forme d’euthanasie hors-cadre, c’est le protocole de soins palliatifs spécial anti-Covid, en dehors du milieu hospitalier. Il évoque cet usage particulier du Rivotril avec des conséquences vitales directes », explique-t-elle.
    « Juridiquement, on a du mal parce que ça veut dire que ce n’est qu’un seul médecin et qu’il n’y a pas la collégialité imposée par la loi Leonetti. […] Cela suppose d’être conscient et de ne pas être mis contre sa volonté dans un système de sédation entraînant la mort. Là, on est bien face à ce type de traitement », met-elle en garde.
    « À chaque fois, ils nous disent, grosso modo, que l’on a raison en droit, mais que la nécessité et l’intérêt général qui s’attachent à la réforme justifient que l’on soit dans la dérogation. C’est un peu cette formule qu’on retrouve dans les décisions d’aujourd’hui », relate l’avocate.


  • #2431471
    le 10/04/2020 par Eric
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Message à un ami

    "Si tu es malade et si tu veux choisir le traitement que tu vas recevoir, tu dois te faire soigner dans une clinique privée. Pour pouvoir te faire soigner dans une clinique privée gratuitement ou quasi-gratuitement, il ne faut pas cotiser à la Sécurité Sociale Républicaine mais à une Assurance Santé Privée. Ces assurances existent, et certaines coûtent moins cher que la Sécurité Sociale Républicaine et remboursent plus de soins et mieux que la Sécurité Sociale Républicaine. Par contre, quand un patient à une maladie chronique grave, elles refusent de l’assurer l’année suivante. Donc il faut faire attention à la qualité de l’eau que tu bois, à la qualité des aliments que tu manges, préférer la phytothérapie / naturopathie aux médicaments artificiels ( car ils ont toujours de nombreux effets secondaires et ils sont parfois inefficaces ) et avoir de l’épargne pour te faire soigner si aucune assurance santé privée n’accepte ton dossier. Pour atteindre cet objectif, il faut vivre dans un pays dont les prélèvements obligatoires sont faibles."


  • #2431538
    le 10/04/2020 par Redsniper06
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Peut-on faire confiance à l’OMS ?
    - Oui !...comme sur une planche pourrie !!!


  • #2431576
    le 10/04/2020 par pas un rond
    Peut-on faire confiance à l’OMS ?

    Je vous conseille de voir Madonna (la prêtresse de satan) pleurnicher pour qu’on donne de l’argent à Bill Gates qui va aider le monde via l’OMS et autres organismes corrompus.
    Le pauvre manque d’argent ... et ses amis du "Giving Pledge" aussi.

    Donnez,donnez, ... on connait la chanson.


Commentaires suivants