Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pierre Nora : "La dictature de la mémoire menace l’Histoire"

"La loi Gayssot n’est pas une loi contre l’histoire mais en faveur de celle-ci"

Le Figaro (payant) a interrogé le grand historien Pierre Nora qui a lui-même fait partie du « Haut comité des commémorations nationales ». Il s’agit, comme il dit, de « rappeler à la mémoire » des Français les grands hommes qu’elle a connus et qui l’ont faite.

 

En France, on aime bien les hauts comités, le hauts conseils, les hauts trucs, on est un pays très élitiste qui veut donner des leçons de démocratie au monde entier. Comprenne qui pourra. Nora explique qu’à travers les commémorations nationales se dessine un ordre moral nouveau qui avec les yeux d’aujourd’hui enterre de des écrivains d’hier. Peu importe si à leur époque ils étaient célèbres : c’est la bien-pensance qui les juge a posteriori. Un tribunal complètement anachronique.

Le grand historien, qui a lui même siégé pendant douze ans au Haut comité, revient sur la polémique déclenchée par l’inscription de Charles Maurras dans le Livre des commémorations nationales. L’académicien s’inquiète de la tendance actuelle à instrumentaliser le passé en fonction des critères du présent de façon anachronique et moralisatrice.

On va commencer par Maurras, première victime des censeurs contemporains.

« C’est un personnage qui, de toute évidence, fait partie de l’histoire de France, à travers “l’Action française”, le journal que Proust lisait tous les jours. Il a cristallisé le pôle antirépublicain qui, paradoxalement, fait partie de l’histoire de la République. Il a eu durant toute la IIIe République une influence énorme. Il incarnait une opposition cohérente et constituée. C’est d’ailleurs à ce titre que je lui ai consacré moi-même une des premières longues études, qu’on peut trouver dans Recherches de la France. Il a aussi été l’un des artisans de la renaissance de la mémoire occitane et félibréenne à travers Frédéric Mistral. C’est incontestablement un personnage qui permet de comprendre son époque. C’est aussi un vrai écrivain. Son “Enquête sur la monarchie” parue en 1902 révèle quelque chose sur l’ancien esprit de la France. Si on se met à émettre des jugements et peser la balance, qui va-t-on admettre et ne pas admettre ? Ou bien on veut que ce “Livre des commémorations” soit exclusivement une glorification des grands personnages et il faut en exclure Maurras et bien d’autres. Ou bien on veut que ce soit un outil pour se repérer dans le passé et alors il faut rassembler tous les grands témoins historiques de la nation. »

Nora rappelle justement qu’une « commémorationnite » aiguë s’est emparée de la France et que chacun ou chaque groupe (de pression) voulait sa commémoration, au détriment de la majorité. On commémorait tout et n’importe quoi et ça a fini en compétition de lobbies plus ou moins représentatifs, plus ou moins républicains.

« Lorsque je siégeais au Haut comité, je me souviens de la pression des groupes et des lobbys ou de la société des “amis de Untel” qui s’arrangeaient pour essayer de nous faire commémorer la naissance, la mort, l’œuvre, le livre le plus important, l’entrée à l’Académie française, etc. Dans ce contexte, se sont multipliées les commémorations dont on peut se dire qu’elles n’intéressaient que le groupe concerné. Cela s’est accompagné d’une dictature de la mémoire. Il fallait désormais disposer du passé en fonction des critères du présent de façon anachronique, moralisatrice et même, disons-le, discriminatoire. La mémoire de la Shoah ou des crimes nazis est beaucoup plus présente par exemple que celle des crimes du communisme. »

Là Nora a mille fois raison,on en bouffe de la Shoah du matin au soir ! Attention d’ailleurs à ce que la nation française ne fasse pas vovo sa Shoah parce que là, c’est overdose à tous les étages. Un croche-dalle à Sarcelles et boum, nous voilà replongés 80 ans en arrière, en pleine Allemagne nazie ! Imaginez un joueur qui porte la kippa dans une équipe de rugby, personne ne va oser le plaquer à cause des conséquences, des dommages collatéraux. Bon, revenons au sujet.

Nora balance un petit pain en passant à Hollande :

« On peut notamment rappeler la polémique absurde au début du quinquennat Hollande sur Jules Ferry. Le président de la République s’était lui-même fourvoyé en distinguant le “bon” Ferry, père de l’école primaire obligatoire et laïque et le “mauvais” Ferry, qui était colonisateur. Le livre de Mona Ozouf a fait litière de cette légende et montré qu’il s’agissait du même homme ! »

C’est là où ça devient intéressant : en chacun il y a du bon et du mauvais. Maurras était un bon Français mais il a dit des méchancetés sur les juifs et les franc-maçons. Il a été vilain. Céline écrivait magnifiquement mais il a un peu craché sur les juifs, OK. Proust écrivait des romans fleuves mais il était pédé, personne n’est parfaite. Hollande était socialiste mais il était lâche comme un troupeau de poules. Vous voyez, le bien et le mal se trouvent en chacun de nous, et le pire, c’est que les proportions évoluent avec le temps. Si ça se trouve, un jour, on trouvera Hollande courageux.

Non, on déconne. Par la suite, Nora revient sur les polémiques autour de la mémoire coloniale et anticoloniale, puis la commémoration débile de Mai 68. Car enfin, on commémore quoi ? Cohn-Bendit qui va pincer les fesses des filles à la fac de Nanterre ou la manif du million de gaullistes sur les Champs-Élysées en réponse à « la chienlit » ? Mais c’est en fin d’interview que les choses deviennent intéressantes... Alors qu’on pensait Nora contre la dictature de la mémoire – c’est le titre de l’article – voilà qu’il...

Le Sénat polonais a voté une loi sur la Shoah, destinée à défendre l’image du pays. Le texte a déclenché une polémique mondiale…

Un sentiment d’horreur et d’effroi. Au prétexte que les camps nazis localisés en Pologne pendant la guerre n’étaient pas des camps polonais mais allemands, le gouvernement polonais cherche à faire oublier la politique antisémite de la Pologne et sa participation à l’extermination des Juifs soit sous forme directe, soit sous forme indirecte par inspiration des Allemands.

Il y a eu des pogroms et des liquidations exécutés par les Polonais eux-mêmes dès 1941. Des livres entiers ont été consacrés aux villages pogromisés comme celui de Jedwabne en juillet 1941. Après avoir été longtemps exclusivement attribué aux Einsatzgruppen (police politique du Troisième Reich), des historiens mettent en avant la responsabilité de civils polonais, peut-être à l’instigation des troupes allemandes. On ne peut pas nier la politique antisémite de la Pologne, qui s’est même déployée après la guerre où de nouveaux pogroms ont eu lieu sur les survivants juifs des camps. On peut citer notamment le massacre de Kielce en 1946, imputé dans un premier temps au service soviétique alors que les coupables étaient les Polonais eux-mêmes. Il y a un historique de l’antisémitisme polonais incontestable. C’est donc la poussée d’un nationalisme polonais exacerbé qui impose cette loi. C’est le type même d’ingérence du politique sur l’historique au nom de quoi nous avions fondé, sous la présidence de René Rémond, cette association, dont j’ai hérité après lui, qui s’appelle Liberté pour l’histoire et qui a lutté contre les lois mémorielles auxquelles le décret de 2012 du Conseil constitutionnel a, semble-t-il, mis fin…

 

Vous êtes opposé aussi bien à la loi Gayssot qu’à la loi Taubira…

Non, pas du tout de la même manière. Le problème de la loi Gayssot est complexe car elle a servi de modèle aux autres lois mémorielles, sans en être une à proprement parler. Robert Badinter a bien montré qu’il s’agissait d’une loi anti-négationniste et non mémorielle. Ce n’était pas une loi de qualification d’un passé lointain par un groupe de pression, mais une loi qui concernait la négation d’un fait historique évident. C’était donc une loi, non contre l’Histoire, mais en faveur de celle-ci. A titre personnel, je faisais tout de même partie du très petit nombre d’historiens, avec Pierre Vidal-Naquet (historien dreyfusard dont les parents eux-mêmes avaient été déportés) et Madeleine Rebérioux (alors présidente de la Ligue des droits de l’homme), qui y étaient hostiles. Nous avions bien des raisons au début du « faurissonisme » de souhaiter la sanction de la négation du génocide juif, mais nous craignions qu’en sanctuarisant un groupe, nous poussions les autres groupes victimisés à vouloir se sanctuariser eux-mêmes. C’est exactement ce qui est arrivé avec la loi Taubira.

On répète les mots de Nora : « Ce n’était pas une loi de qualification d’un passé lointain par un groupe de pression, mais une loi qui concernait la négation d’un fait historique évident. »

Ah bon. Alors que Nora fustige les groupes de pression qui ont cassé les pieds des membres du Haut comité commémo-machin pendant des années, voilà que le groupe de pression qui a fait pression sur ce pauvre Gayssot pour obtenir sa loi bloquant toute critique historique sur la Shoah n’est pas un groupe de pression.

Comme quoi chacun a ses propres limites. La loi Gayssot et la loi Taubira vont figer l’Histoire dans une version communautariste qui ne pourra être remise en cause. On espère, pour la vérité historique, que l’homme de paille Gayssot et la femme de paille Taubira ont raison...

Le crime des crimes et ses conséquences,
à lire sur Kontre Kulture

 

La fameuse loi Gayssot, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1902629

    Rigolo, de la part de l’auteur des "Lieux de mémoire".


  • Nora n’est pas un historien mais un idéologue : il accuse les Polonais de pogroms, normal c’est des Cathos ; mais, il ne sait pas que l’élite polonaise avait été liquidée (Katyn) !

     

  • "mais nous craignions qu’en sanctuarisant un groupe, nous poussions les autres groupes victimisés à vouloir se sanctuariser eux-mêmes. C’est exactement ce qui est arrivé avec la loi Taubira."

    Le mec vient d’admettre en une petite phrase que :
    Toutes les vies ne se valent pas.
    Toutes les races - parce que oui, selon lui, il y a des races - ne se valent pas.
    Tous les carnages ne se valent pas.
    Ya que nous qui peuvent demander réparation.

    C’est époustouflant.

     

  • #1902652

    Pierre Nora est juif ashkénaze, et accessoirement le compagnon d’Anne Sinclair. Voilà l’origine de ses limites. S’il avait été, comme Jacques Baynac, seulement historien, il aurait pu déclarer comme lui :



    "Soit on abandonne le primat de l’archive au profit du témoignage et, dans ce cas, il faut déqualifier l’histoire en tant que science pour la requalifier aussitôt en tant qu’art. Soit on maintient le primat de l’archive et, dans ce cas, il faut reconnaître que le manque de traces entraîne l’incapacité d’établir directement la réalité de l’existence des chambres à gaz homicides."



    Cité par Jean Bricmont, avec bien d’autres, dans "La République des censeurs"...

    Jusqu’à quand une loi protègera-t-elle les menteurs et diffamateurs qui font passer les "négationnistes" pour des gens niant l’existence même de crimes, alors qu’ils s’interrogent seulement, comme tout historien devrait le faire, sur l’ampleur du crime, sur son degré de préméditation et sur les armes utilisées pour le commettre ?

    PS : Baynac n’est absolument pas classé dans les "négationnistes", tout comme une ribambelle d’autres aux propos "douteux" cités par Bricmont, ce qui démontre bien la fonction purement excommunicatoire du qualificatif "négationniste" et son absence de valeur scientifique...

     

    • Commentaire fort éclairant. Merci à vous.


    • @rectificateur
      "Lorsque je siégeais au Haut comité, je me souviens de la pression des lobbys. Dans ce contexte, se sont multipliées les commémorations dont on peut se dire qu’elles n’intéressaient que le groupe concerné. Cela s’est accompagné d’une dictature de la mémoire. Il fallait désormais disposer du passé de manière moralisatrice et même, disons-le, discriminatoire. La mémoire de la Shoah ou des crimes nazis est beaucoup plus présente par exemple que celle des crimes du communisme. »

      (Voila pour l’entrée en scène).

      Dans cette première partie je trouve le personnage assez perspicace et honnête intellectuellement.

      (Et maintenant passons aux choses sérieuses).

      Par contre , je me demandais ( vos infos m’ont éclairé) qui lui "tenait la main" pour écrire le passage sur les pogroms Polonais. Et là, le texte est tellement dépourvu de recul, que n’importe qui peut deviner qu’il est écrit intentionnellement à charge.

      Car en effet, il est étrange que pour un pays antisémite au point d’être capable de commettre des pogroms, comme le fantasme ce type, il faille attendre l’occupation Nazi ou Stalinienne pour qu’ils aient lieux ...
      Et ensuite, bien sur que sur une terre ou pendant plusieurs années l’horreur était le quotidien, (il ne faut pas oublier que la germanisation de l’ethnie Polonaise,c’est faite à coup de schlague), il y eu des débordements de tous de bords. Certain lâche, mais pour combien Héroïque ?..
      De plus, je suis une nouvelle fois surpris par ces pseudos révélations concernant les incidents de Jebwabne et Kielce.
      Le premier eu lieu en 41, quand la Pologne n’existait plus , c’est a dire quand les lois du pays, pays qui faisait partie intégralement du reich, était dictée par les Nazis. Le second, en 46, quand cette fois ci, les lois étaient faites par les stalinens .
      Et je n’ai jamais eu connaissance d’autres nom de ville ou ce genre d’incidents purent avoir lieu. Alors reconnaissez que pour un pays martyr, fait d’assassins qui pratiquaient le pogrom tous les Dimanches après la messe, comme votre propagande le laisse supposer...2 incidents, cela fait pas beaucoup...

      Et pour finir, demandez à vos sponsor qu’elle est l’ethnie, ou une des, les plus représentée dans le mémorial de la shoa , parmi les justes...
      La Pologne ose dire non à la mondialisation libérale et à son cortège de fléaux, alors il faut punir...mais cela les esprits perspicace l’on compris...


    • @ Kantor
      Une simple recherche sur Google indique que la Pologne a connu au moins deux vagues de pogroms avant les deux guerres mondiales, la première de 1881 à 1884, la seconde de 1903 à 1906.
      Votre mauvaise foi rejoint celle du gouvernement polonais actuel dont le comportement n’a rien d’héroïque. Un mensonge d’Etat ne fera pas plus avancer l’Histoire que la repentance à la Chirac ou le cadenassage des esprits à la Fabius-Gayssot.


    • @ladko
      Comme mon,apparente, mauvaise foi n’a d’égal que, comment dire, votre ignorance, sachez que la Pologne du 3 janvier 1795 au lendemain de la première guerre mondiale et plus précisément suite au traité de Versailles, avait cessé d’exister.
      Cela veut dire que cette nation, ôh combien exceptionnelle :), n’avait plus de représentativité, de légitimité, administrative et surtout politique.
      N’ayant plus de pouvoir politique comment aurait elle pu avoir une responsabilité politique ? ( j’espère jusque là, vous suivez)
      Les lois qui géraient alors ces territoires étaient soit Prussiennes, Russes ou Austro-Hongroise et par conséquence les personnes vivants sur ces territoires étaient soit sujets Prussiens, Russes ou Austro-Hongrois, et donc par conséquences leurs actes, les meilleurs comme les pires, étaient logiquement des actes de ressortissant Prussiens, Russes ou Austro-Hongrois.
      La responsabilité juridique et logique en incombant à leur administration représentative, qui laissaient ou ne laissaient pas faire...
      Et aucunement des actes de citoyens Polonais. puisque les seules personnes qui pouvaient se revendiquaient légalement Polonaise, ont les retrouvaient aux Etats-unis, Australie, Amérique du Sud, Afrique du sud et bien sur France..au sein d’associations représentatives et légales, de la Polonia.( non donné au Polonais vivant à l’étranger, puisque le qualificatif de citoyen Polonais avait disparu, avec le pays).
      Votre vision des choses, nous eumes (?) amené à considérer le peuple Allemand responsable de la barbarie Nazie ou le peuple Russe de la non moins barbarie communiste...Mais il est vrai que de nos jours, cette vision de la responsabilité se trouve encore chez, comment dire, certaines personnes...
      Voila en quelques mots un peu de culture.Culture qui, je l’espère, sera sympathiquement reçu...


    • La faute aux Russes, la faute aux Allemands, la faute au mondialisme et maintenant des arguties à caractère juridique...



  • "La loi Gayssot n’est pas une loi contre l’histoire mais en faveur de celle-ci"



    CELLE-CI ? OUI, MAIS LAQUELLE ?

    Eliminez les zones d’ombres (ou sombres) et nous pourront discutailler d’Adam et Eve, des gentils, des méchants, des corbeaux des poules et des phoques, sans aucunes a-ppré-hen-sion...


  • Pierre Nora est l’initiateur de cette historiographie délétère de la mémoire. C’est grâce à lui que l’enseignement de la Seconde Guerre mondiale se limite à peu près, désormais, à l’étude du cas des juifs. C’est un idéologue qu’on peut considérer comme stalinien, en ce sens que l’histoire est entre ses mains et celles de ses séides un simple outil de propagande. Ses protestations contre une situation dont il est largement responsable ne datent pas d’hier. On l’avait déjà vu s’irriter sur l’esclavage et sur le génocide arménien (et pour cause, si l’on en croit Pierre Hillard qui l’attribue aux Dönme). Tout cela est d’une détestable hypocrisie. Nora a remplacé Strauss-Kahn auprès d’Anne Sinclair : dis-moi qui tu épouses, je te dirai qui tu es.


  • Ce qui est époustouflant, c’est que nos contemporains puissent avalés des propos contenant de tels contresens et cela sans que cet homme soit la risée de tous ...

    https://youtu.be/QjnGnuJyY3k


  • #1902749
    le 17/02/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Pierre Nora : "La dictature de la mémoire menace l’Histoire"

    Difficile aussi de se déclarer "dissident", et attendre de l’ennemi qu’il vous autorise votre petite commémoration, à la base, une branlette entre-soi.

    Ensuite, il y a effectivement LA branlette entre-soi religion d’État, imposée aux autres, accompagnée de tous les outils de la répression.

    Et les héros bien vivants : Robert Faurisson, qui n’a pas fini de hanter les kidnappeurs de mémoire, et leur rançonnage "éternel".


  • #1902753
    le 17/02/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Pierre Nora : "La dictature de la mémoire menace l’Histoire"

    MULE : (Figuré) (Argot policier) Personne qui transporte des marchandises illicites pour le compte d’organisations criminelles.

    Et parfois, pour faire passer des lois.


  • "Loi sur la négation d’un fait historique EVIDENT".
    Le professeur Faurisson a le mérite, après Paul Rassinier, d’avoir enquêter sur l’"évidence" du fait en question et cela des gens comme Nora, partie prenante dans l’affaire, ne peuvent l’admettre, d’où la loi scélérate faite expressément pour eux, bien qu’ils fassent semblant de la dénoncer pour se dédouaner de leur mainmise sur le pays.


  • Formidables, ces militants de "l’égalité" qui vous expliquent que, ladite "égalité", ça passe évidemment par "certains sont plus égaux que d’autres" ( devinez qui... ). Autrement dit, le "deux poids, deux mesures" ( en leur faveur ) est nécessaire à l’égalité. L’exception, c’est normal pour eux, et ça confirme la règle pour les autres. Ben voyons...
    Ces gars n’ont honte de rien. Ce qui est fondamental pour faire partie des "élites". Quand tu es normal, c’est-à-dire, en l’occurrence, accessible à la honte, tu ne peux pas dire des saloperies pareilles. Nora, sinistre guignol.
    Lisons et diffusons "L’antisémitisme, son histoire et ses causes", de Bernard Lazare.

     

  • Que les polonais fassent les lois qu’ils veulent et qu’ils emmerdent les petites teubs au pouvoir en France. Ca m’ira tres bien.


  • Qu’est ce qu’il a dit le patron deja ? "MENTIR et voler", c’est ça ?


  • Il est à la fois juge et partie, les contradictions voisinent dans ses racontars avec les anachronismes les plus improbables.
    Mais bien sûr il est diplômé, il faut dire qu’ici ça ne renseigne pas sur l’intelligence, voir aussi son compère Stora, encore un grand représentant de l’anti-France qui lui, permet de s’interroger utilement sur l’apport démentiel de l’immigration...


  • Ils peuvent faire toutes les lois qu’ils veulent.... Ils ne l’emporteront pas au paradis...si tenter qu’ils croient au paradis....ce que je doute. Et en attendant nous devons subir leurs injustices,....


Commentaires suivants