Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Polémique : Macron accusé d’avoir sauvé Kohler au mépris du droit

Personnalités politiques et médiatiques ainsi qu’hommes de loi ont réagi à la dernière révélation sur l’affaire Alexis Kohler, mettant notamment en avant une attestation le dédouanant des suspicions le visant et rédigée en 2019 par Emmanuel Macron.

 

L’affaire Kohler refait surface, et implique cette fois directement le chef de l’État. On apprend en effet dans une enquête de Mediapart publiée le 23 juin, que ce dernier a rédigé en juillet 2019 une attestation dédouanant son bras droit, alors visé par un rapport accablant du parquet national financier (PNF) pour prise illégale d’intérêts.

Une information explosive qui a provoqué une avalanche de réactions au sein de la classe politique et chez nombre d’observateurs, y compris côté cour. Et pour cause, au moment des faits qui lui sont reprochés, l’actuel secrétaire général de l’Élysée était le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, alors ministre des Finances. Au vu des récentes révélations, d’aucuns reprochent aujourd’hui au président de la République d’être passé outre la séparation des pouvoirs.

 

« La question de l’indépendance de la Justice se pose »

Plusieurs réactions ont d’abord été observées chez les députés insoumis après que l’un d’entre eux a interpellé le garde des Sceaux à ce sujet lors d’une séance de questions à l’Assemblée nationale.

« Emmanuel Macron a écrit (à la main !) une lettre visant à absoudre Alexis Kohler des chefs d’inculpation dont il fait l’objet. À mes questions pourtant très claires sur cette affaire, Nicolle Beloubet fait semblant de ne pas comprendre et répond à côté pour mieux couvrir Macron », a tweeté dans la journée le député insoumis du Nord Ugo Bernalicis, partageant une vidéo dans laquelle il interpelle la ministre de la Justice à l’Assemblée nationale.

 

 

« Emmanuel Macron intervenu directement pour exonérer son secrétaire général Alexis Kohler. La non réponse de la pathétique Belloubet est un aveu en soi », a également commenté sa camarade Danièle Obono. « Nouvelle révélation accablante de Mediapart sur le dangereux mélange des genres entre pouvoir exécutif et judiciaire sur une procédure concernant le plus proche collaborateur du Président », a encore abondé l’eurodéputé insoumis Manon Aubry. « La séparation des pouvoirs est-elle trop ancien monde pour Macron ? », a-t-elle poursuivi.

 

 

L’indignation est aussi de mise à droite de l’échiquier politique. « Le président de la République est intervenu dans l’affaire Kohler. La question de l’indépendance de la Justice se pose », a par exemple tweeté le député LR Eric Ciotti.

 

 

« Il y a quelque chose de pourri au royaume de Macronie : à lire Médiapart, Macron aurait écrit au PNF pour "disculper son collaborateur, Kohler, et pour couvrir un mensonge d’Etat" ; il relève de la destitution ! », a pour sa part écrit Gilbert Collard, eurodéputé appartenant au groupe Identité et démocratie.

 

 

Dans le camp Macron, après l’embarras affiché par la ministre de la Justice Nicole Belloubet interpellée à ce sujet dans l’Hémicycle, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand a exprimé sa version à l’antenne de BFMTV ce 24 juin au matin. « Personne n’a la capacité [d’absoudre Alexis Kohler], les juges sont indépendants en France que je sache », a-t-il fait valoir auprès de son interlocuteur Jean-Jacques Bourdin avant d’ajouter : « Ça se fait tous les jours dans les procédures en France qu’un employeur atteste dans un sens ou dans un autre. »

 

 

Le compte militant pro-Macron « Team progressiste » a pour sa part considéré qu’en dehors d’un « titre intriguant », l’article de Mediapart était creux : « Il n’y a rien de chez rien. Aucune intervention de Macron auprès de la justice et du PNF, seulement une lettre adressée à Alexis Kohler, dans le respect du droit français. »

 

 

Au sein du monde médiatique également, les réactions n’ont pas tardé. Ce nouvel épisode de l’affaire Kohler « devrait signer la fin de ce quinquennat de la honte, du conflit d’intérêt et de la violence », a par exemple estimé le journaliste Alexis Poulin. « Visiblement, une lettre du Roy suffit à faire tout oublier », a-t-il encore commenté.

La divulgation d’une telle note rédigée par Emmanuel Macron a par ailleurs fait l’objet de commentaires au sein même du monde de la justice. « Macron n’a pas écrit au PNF. Il a produit un "témoignage" pour dédouaner Kohler. C’est déjà effarant. Mais si c’est à la suite de ça que le rapport de policiers a été caviardé, là on est dans le scandale d’État. Coucou Mme Houlette, un p’tit commentaire ? », a ainsi tweeté l’avocat Régis de Castelnau.

Visé en juin 2019 par une enquête du parquet national financier pour prise illégale d’intérêts au moment où il était directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, alors ministre des Finances, Alexis Kohler a bénéficié en août 2019 d’un classement sans suite de l’enquête le visant. Un mois avant ce classement sans suite, le président de la République en personne a rédigé et signé de sa main une attestation dédouanant son bras droit, document utilisé par le principal mis en cause lors de son audition devant la Brigade de la répression de la délinquance économique.

La France en Kohler, voir sur E&R :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Ce malade finit la ’’république’’ comme une monstruosité doit finir ; asphyxiée sous ses contradictions, ses sévices, ses nuisances, ses délires, ses brutalités, sa faillite. Il incarne tous ces avatars, participant ,pris entre les mains des liquidateurs qui se repaissent sur cette dépouille en décomposition. La 5° ’’république’’ est un échec cuisant et dramatique, qui laisse le pays dans un état de déliquescence avancé, et sans perspectives d’avenir. Reste deux options, la Reconquista ou la mort.

     

    Répondre à ce message

  • C’est une affaire des plus curieuses. Cela porte plus sur les coutumes et moeurs constitutionnelles que sur le texte de la constitution lui-même qui ne dit rien là dessus.

    Il est admis (quoique cela soit discutable) que le PR peut témoigner (mais ouvertement et pas en catimini) dans une affaire contentieuse. Felix Faure l’a fait dans l’affaire Steinheil je crois. Mais cela a été critiqué.

    Mais si le président n’est pas un justiciable comme un autre (notamment il n’est pas pénalement responsable) la moindre des choses serait qu’il s’abstienne de lui-même de toute intervention dans les affaires portées à la justice et surtout qu’il évite de formuler même informellement et secrètement une attestation de moralité !

    Si le témoignage s’avère faux, les victimes n’ont pas de recours ! C’est incroyable.

    D’autre part, le président a le comportement d’un employeur qui atteste de la moralité d’un employé ! Atterrant. En plus, c’est pour témoigner de la "moralité" de l’employé et non d’un fait positif précis. On ne peut témoigner d’un "non fait". On sait ce que valent ce genre d’attestations pour domestique congédiés. Les patrons s’appellent après au téléphone.

    Et il ne faut pas oublier surtout que le président est l’autorité supérieure pour tous les fonctionnaires et agents de l’Etat. Que son intervention dans une affaire ne peut être estimée neutre ou alors, où en serait-on ? Qu’elle est nécessairement une pression sur les magistrats, lesquels sont sous la protection institutionnelle du président et chef de l’Etat.

    On en est à se demander si Macron réfléchit à ce qu’il fait.

     

    Répondre à ce message

    • « Et il ne faut pas oublier surtout que le président est l’autorité supérieure pour tous les fonctionnaires et agents de l’Etat ».

      C’est parfaitement faux : c’est le Premier ministre en tant que chef du gouvernement qui dispose de l’administration et de la force armée (article 20 de la Constitution).

       
  • Comme cloaque, l’appareil d’état pue. Rien n’y est remué qui ne soit putride et les créatures du marais auxquelles il sert de biotope, y rampent d’une sanie l’autre, immondes, ignobles, abjectes. Les annales relateront l’existence d’un endroit sous l’emprise tyrannique de ce que l’humanité compte de plus répugnant. Même l’Italie fasciste n’avait pas atteint ce niveau de putréfaction et avait su faire justice de son dictateur. La corruption ici-maintenant est telle qu’on peut se demander comment justice sera faite le moment venu, qui sera à la hauteur des crimes commis. Envie de vomir ? Normal...

     

    Répondre à ce message

  • "Ne pas comprendre..." , c’est chez BELLOUBET un état tellement naturel qu’après trois ans , on peut toujours se demander si elle est vraiment demeurée , ou si elle simule l’imb"cilité ....Bénéfice du doute ?

     

    Répondre à ce message

  • #2490261

    collard , ciotti , aubry... de grands noms , de beaux exemples de faux-culs enfants gâtés , traitres du peuple qu’ils ne représentent en rien , arnaqueurs héréditaires du communitarisme et archi-faux opposants à quoi que ce soit dans ce système à part la défense de leur part...

     

    Répondre à ce message

    • #2490452

      Entièrement d’accord , toutes ces faces de crabe me révulse aussi , et le ciotti ( pas de C majuscule pour cet fiotte qui le porte sur lui ) , cumulard de mandats et enculeur de mouche au conseil général des AM 06 avec l’autre escrosi mer de Nice .
      Désolé pour le langage mais faut que ça sorte .
      Merci à E&R pour rétablir l’info , les médias non-alignés sont rares ... !

       
  • quand je pense qu’ils ont fait tomber Fillon pour 3 costumes alors qu’ils sont accusés de : homicide involontaire ( pour l’instant ) qui a entrainé la mort et je ne parle pas de Macron mais des faces de rats qui manipulent ce pantin

     

    Répondre à ce message

  • Ca irait plus vite de chercher ce que ce gouvernement fait en respect du droit, et notamment de la Constitution.

     

    Répondre à ce message

  • Quand on a que le mensonge comme mortier pour tenir un édifice, celui-ci finit par tortiller du cul. A un moment tu ne peux plus produire de mensonges a suffisance , alors tu fais des claquettes ou un twerk, ca dépend l’histoire de chacun . Nicolas Beloubet .

     

    Répondre à ce message

  • Le bilan du Régime Pourri est tellement catastrophique que la seule chose à activer est le pouvoir de nuisance. Pouvoir d’impunité pour le prédateur ; pouvoir de ruiner qui travaille ; pouvoir de tuer qui est malade ; pouvoir de remplacer qui se révolte ; pouvoir de brutaliser qui manifeste. Il s’agit de mater l’insurrection des victimes. Il y a volonté délibérée de nuire pour perdurer dans la prestation de service aux prédateurs transnationaux.

     

    Répondre à ce message

  • Israel au cœur du pouvoir et ça ne gène personne !
    On entend ici et là que Kohler, cet homme qu’on ne voit jamais qui se tapit dans l’ombre de Macron serait en réalité celui qui dirige la France. Personne ne le connaît vraiment car il cache bien son jeu le gredin, né de mère israélienne (Sola Hakim) ses racines profondes s’enracinent bien loin de la France. Apparemment ça ne gène personne et pourtant ça le devrait, ce qui prouve que le système est complètement noyauté.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents