Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Prêter serment, à quoi ça sert ?

Des empereurs à Trump, retour sur un rite pas seulement symbolique

Le 20 janvier 2017, le nouveau président des États-Unis va officiellement prendre ses fonctions. Durant cet Inauguration Day, le président élu prête serment et est investi de la totalité de ses pouvoirs.

[...]

La place du serment dans la société américaine rappelle le rôle fondamental qu’il avait au Moyen Âge, dans les sociétés occidentales. On devait prêter serment dans un procès bien sûr, pour rentrer dans une corporation, dans une confrérie, pour pouvoir exercer son métier ou pour étudier à l’université ; pour se marier, pour devenir prêtre, chevalier ou médecin. Un vassal prêtait serment de fidélité à son suzerain, son suzerain prêtait serment de le protéger. Tous les aspects de la vie sociale, que l’on soit riche ou pauvre, puissant ou dépendant, impliquaient à un moment ou un autre, le fait de prêter un serment. Le serment est sacré : le mot même vient du latin sacramentum, qui donne aussi sacrement. Jurer sur la Bible dans un tribunal américain rappelle directement ces procédures médiévales, héritées en partie de l’Antiquité.

[...]

Ne soyons pas naïfs. Bien sûr, prêter serment n’a jamais empêché personne d’être parjure – souvenons-nous de Cahuzac… Les serments croisés de l’empereur et du pape, pensés comme des garde-fous entre deux pouvoirs suprêmes, ne les ont pas empêchés d’en venir à des affrontements parmi les plus intenses que le Moyen Âge occidental ait connus. Mais le serment devient un argument de plus : chaque partie accuse l’autre de parjure, ce qui justifie d’en arriver aux dernières extrémités. Le parjure, c’est aussi rompre la communauté qui s’était instaurée par le serment ; sans cette communauté, le conflit peut alors éclater au grand jour.

La force du serment est importante, elle permet d’établir la confiance et est le ciment de la vie sociale. Les rituels qui l’entourent lient les acteurs entre eux, que ceux-ci soient empereur, pape et sujets, ou président, représentants du Congrès et citoyens. Mais le serment est là moins pour qu’on soit convaincu que l’individu se comporte bien, que pour s’assurer que les conséquences pour son honneur et sa vie soient plus lourdes si jamais il venait à manquer à sa parole – sans parler de l’enfer éternel qui l’attend.

Lire l’intégralité de l’article sur actuelmoyenage.wordpress.com

À ne pas manquer, sur E&R :

 

Les hommes d’État dans le tumulte de l’histoire,
chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1647310
    le 20/01/2017 par Abdu
    Prêter serment, à quoi ça sert ?

    « Jurer sur la Bible dans un tribunal américain rappelle directement ces procédures médiévales, héritées en partie de l’Antiquité. »

    Prudence ou subtilité pour mieux faire passer le suppositoire ? - les Anglo-Saxons n’ont jamais été romanisés, et la période féodale est la conséquence de l’effondrement de la méditerranée, de l’Empire romain que les Byzantins ont tenté de sauver. Pas une once de cette procédure ne vient de l’Antiquité, même étendue jusqu’à l’Asie.

    Un Anglo-Saxon, ce luthérien né, qui ne jure que par la Réforme, athée ou pas, qui jure sur la Bible ? Jeu et déguisement d’enfants, mais sans l’innocence et le sérieux qui va avec... Mais on est toujours dans le spectacle.

    Frédéric II Hohenstaufen et Napoléon Bonaparte, ces deux übermenschen d’une sensibilité incroyable, se sont couronnés avec leurs propres mains. Ce texte chez wordpress, plateforme de tout bon mensonge historique, évite de parler du premier et donne toute « la gravité » du sujet en le ramenant à une histoire de sucettes entre Clinton et Monica...


  • #1647330
    le 20/01/2017 par JL29
    Prêter serment, à quoi ça sert ?

    J’ai suivi, en direct sur Youtube, la cérémonie d’investiture de Donald Trump, c’est la première fois de ma vie que je visionne un tel événement, et je dois dire que l’émotion était au rendez-vous, c’est sûrement le direct qui fait ça, et je ne regrette pas.
    PS : le 21/07/1969, j’ai voulu me lever pour assister en direct à la télé, aux premiers pas de Neil Armstrong sur la Lune, mais mes parents n’ont pas voulu, et je ne leur en veut pas, bien au contraire.J’avais 13 ans, snif...

     

  • #1647388
    le 20/01/2017 par Enfin
    Prêter serment, à quoi ça sert ?

    La France irait-elle au bout de ses alliances ?
    Quoi qu’il arrive ?


  • #1647566
    le 21/01/2017 par Gopfdami
    Prêter serment, à quoi ça sert ?

    On mesure après cet article à quel point les 5 ans d’inéligibilité pour Cahuzac qui s’ est parjuré devant les représentants de la Nation, sont une peine incroyablement clémente. J’espère que les citoyens-électeurs ne l’oublieront jamais pour les années à venir lorsque ce triste sire se présentera à nouveau devant les urnes pour y briguer très opportunément un poste lucratif.