Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marion Sigaut : "Les enfants sont des enfants, ils n’ont pas à être éduqués à la sexualité"

Dans le cadre d’une conférence organisée par Civitas le 17 janvier 2017, l’historienne Marion Sigaut a retracé les étapes qui ont fait passer l’avortement de l’exception à la norme sous l’impulsion des promoteurs des « droits » sexuels. Les mêmes qui font désormais de l’« éducation sexuelle » des enfants une priorité.

 

 

À ne pas manquer, Marion Sigaut en conférence
le 28 janvier 2017 à Amiens :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si les enfants avaient des vies normales , donc en majorité à la campagne , entourés de chevaux , vaches etc ... une éducation sexuelle basique et naturelle se ferait lentement et sans artifices graveleux ...

    Suivit plus tard de quelques précisions utiles venant de l’éducation ...

    Point barre , pour passer ensuite à des choses bien plus importantes , comme le Brahmaçarya ( célibat dans un but spirituel ) , et apprentissage de science divine !!!


  • L’Etat cherche avant tout à "s’approprier" les enfants et à marginaliser les parents.
    C’est une des caractéristiques de tous les totalitarismes.
    Mais la passivité de beaucoup de parents lar rapport à ce qui est fait à l’école est aussi responsable de la situation actuelle...

     

    • Malheureusement ,c’est un signe parmi d’autres,
      d’une certaine décadence... !
      Passivité ou décadence ?


    • Sauf que ce totalitarisme en question est beaucoup plus pervers dans ses méthodes , puisqu’il promeut les comportements radicaux les plus négatifs , les plus vils , bref , tous ces mauvais penchants , qu’au cours de notre histoire ,la religion catholique n’a cessé de tenter de réprimer avec plus ou moins de succès , mais ce rampart à la déchéance existait ! ( c’est bien pour cette raison que la FM n’a pas cessé pendant plus de deux siècles de " démolir" cette église à l’extérieur comme de l’intérieur ! - ces pantins , voleurs , criminels , dirigeants sous faux drapeau dite "démocratie " , outre mondialiser leurs perversions et mise en esclavage des peuples assujettis , vont les rendre totalement robotisés : la marche s’accélère en quelques décennies !
      La pensée unique , relayée par les médias , les réseaux sociaux , l’école se substituant à la famille , ( encore une génération et ce ne sera même plus la peine ), ... ils ont TOUT en mains !


  • Respect Mme Sigault. Votre plaidoirie pour La défense de la vie du
    fœtus,de La défense de l’innocence de l’enfance contre la débauche
    sexuelle,prouvent qu’il y a encore des êtres humains purs,nobles et qui honorent,par leur glorieux combats,la race humaine.
    Mais le problème,est chez les peuples. Quand est ce que,ces peuples se décideraient-ils à mettre hors d’état de nuire ces diables francs-maçons,lucifériens,illuminatis...
    Jusqu’à quand ces diables pourraient mettre à exécution leurs crimes impunément ?
    Est-ce que l’Homme a intrinsèquement quelques choses en lui de
    fondamentalement diaboliques,ou est-ce simplement l’étendue
    vertigineuse de l’ignorance qui explique cette tragique inconscience,ou est-ce la structure circulaire même de l’Histoire des humains qui explique ce statu quo ?...


  • Ils "voient" tout, de nos jours ; et rarement avec délicatesse.
    Mais il ne faut pas qu’ils soient éduqués.
    Marion, le Moyen âge, n’est pas une référence, pour le devenir un humain équilibré.

     

    • Arrêtez avec cet argument du "vous voulez retourner au Moyen Âge", vous croyez vraiment que des gens le prennent au sérieux, ou qu’il vous fait passer pour quelqu’un qui sait argumenter...

      Sinon bravo à Marion Sigaut pour cet exposé, il faudra que je pense à lire son nouveau livre paru aux éditions Sigest...


    • Si, si, le Moyen-Age me paraît bien être une belle référence au contraire, si tant est qu’on puisse se baser sur des références historiques en positif ou en négatif, ce que vous ne vous gênez pas de faire.


    • C’est seulement après le Moyen Âge qu’est apparue - en même temps que la régression de la condition de la femme - la débilisation des enfants et la majorité de plus en plus tardive.

      Au Moyen Âge, les filles étaient reconnues matures à 12 ans et les garçons à 14, avec toutefois une protection spéciale. Après l’époque moderne, ce fut la majorité à 25 ans, sauf bien sûr pour être condamné par les tribunaux. La Révolution Française a continué dans cette direction : 17 ans pour faire la guerre, pas de limite pour aller en prison et majorité pénale à 16 mais 21 pour voter.

      Dans les communautés rurales médiévales, à Venise, les femmes et les apprentis de 13 ans votaient.

      Un visage bien peu connu de notre "modernité" "progressiste".


  • Encore une démonstration des soi-disant humanistes qui prennent le troupeau dés le plus jeune age comme objet , on a vraiment affaire des pervers .
    Le but étant toujours le même de contrôler les naissances , donc de contrôler la vie à la source : les hommes et les femmes en créant une apartheid entre eux d’où cette volonté dés le plus jeune age de leur retourner l’esprit ,regardez les textes à l’ONU (avortement,divorce, économie ,relation sociale)


  • Marion, je vous embrasse, du fond du cœur !


  • A mon humble avis, cette dite liberté sexuelle devenue une norme culturelle dans notre pays est une des causes majeures de la réticence de nos compatriotes musulmans à s’intégrer ou s’assimiler comme souvent ON (Zemour et consorts) leurs reproche. Merci à Madame Sigaut !


  • Marion a raison, la génération 68 souffre, c’est nous qui avons promu et appliqué ce système mortifère en le pérennisant à travers nos enfants, nous avons une responsabilité considérable limitée cependant par l’ignorance et la propagande.


  • Donner des cours d’éducation sexuelle aux enfants c’est faire le lit des pédophiles . N’oublions jamais que c’est l’immonde Freud qui a légitimé la pédophilie en écrivant : " L’enfant est un pervers polymorphe " . Donc : on peut y aller .


  • Magnifique exposé . Quelle richesse, quel travail !


  • La famille Nisand est bien connue sur Strasbourg, famille juive alsacienne, ouvertement ultrasioniste, ouvertement franc-maçons, le père d’Israel Nisand (dont Marion Sigaut parle dans cette vidéo) a été l’architecte du planning familial français, son frère un gros militant local du parti socialiste déchu ces dernières années.


  • BRAVO MARION !!


  • Ça me donne envie de pleurer.


  • Marion est pertinente, il n’y à pas de doutes.

    L’infanticide existe dans la nature, mais il ne se produit que lorsque la situation est extrêmement critique et que si le petit n’était pas tué/mangé ni le bébé ni le parent ne pourrait survivre.


  • Je dois être dans un conflit générationnel car je ne comprends pas totalement ce débat. J’ai cherché pas mal d’infos, d’articles, de vidéos pour me cultiver sur le sujet et y voir plus clair... mais je ne comprends toujours pas.

    Je comprends évidement l’horreur de la marchandisation de l’IVG, de sa promotion à outrance et des expériences apparemment très lucratives elles aussi...
    Je comprends aussi qu’il ne faille pas éduquer nos enfants trop tôt à la sexualité.

    Ce que je ne comprends pas, ce sont les raisons pour lesquelles il faille être "absolument contre" l’avortement... ?
    Selon moi, il me semble normal d’éduquer les jeunes adultes aux méthodes contraceptives, ou même d’éducation à la physiologie... (il y a plein d’autres facteurs, et une femme ne va pas tomber enceinte à chaque rapport !).

    Et dans les cas ou un de ces facteurs passerait au travers des parades misent en place, et qu’une grossesse non désirée survenait, je trouve quand-même normal d’avoir droit à cet avortement exceptionnel (?)

    Je ne vois pas ce qu’il y a de mal à jouir de ce plaisir qu’est la sexualité ?!
    Justement, l’éducation permet de transformer la reproduction en plaisir physique... où est le mal ? Lorsque les partenaires se seront posés les questions de la procréation de manière éduquée et intelligente : personnellement, sentimentalement, professionnellement, économiquement, domestiquement... Et bien leurs éducation leurs permettra de procréer avec épanouissement... (?)

    Quand on voit certains parents (malgré eux) complètement attardés, assistés, souvent dans les zones de banlieue ou des ZEP... (je parle en connaissance de cause de voisinage) je ne vois pas l’intérêt de procréer quand aucune situation propice à une bonne éducation de l’enfant n’est en place ?! Et cet enfant ne sera très probablement pas mieux instruit...

    Bref, je suis plutôt dans un dilemme sur ce sujet et j’aimerai comprendre, honnêtement.

     

    • Je ne suis absolument pas conservateur type Escada et suis, comme vous, partisan de l’éducation à la sexualité et favorable à la contraception, à la maîtrise de la contraception.

      Mais l’avortement n’est pas une forme de contraception : c’est tuer un être humain. Défendre l’avortement, c’est en revenir à rétablir le droit de vie et de mort des parents sur leurs enfants. Alors que le progrès c’est l’inverse : défendre les droits de l’Enfant y compris, dès qu’il a le discernement, celui de prendre ses propres décisions sans autorisation parentale pour les sujets le concernant.

      L’avortement est profondément réactionnaire.

      Chavez était sur cette ligne.


    • Merci d’avoir pris le temps de me répondre... En effet je comprends mieux la ligne défendue...
      Et dois finalement me résoudre à ne pas être en parfait accord avec.

      Je suis plutôt sur la reconnaissance d’un être humain qu’une fois l’enfant sorti du ventre de sa mère et par ce fait, ne considère pas l’avortement comme un crime abominable...

      Il y’a le droit à l’erreur... mais bien sur dans un monde parfait les gens serait éduqués, responsable, et l’avortement serait un cas extrêmement rare (comme le voulait Simone Veil) mais hélas nous ne sommes pas dans un monde parfait. Et je ne peux pas être d’accord avec toutes les lignes d’E&R. ^^

      Merci encore de ta réponse en tout cas.


Commentaires suivants