Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Procès Merah : la gaffe secret-défense du policier qui avait repéré le terroriste

« Depuis trois heures, une certaine amertume pointe dans les mots de cet homme qui estime ne pas avoir été entendu. Sa déposition spontanée détaille une accumulation de failles et de dysfonctionnements du renseignement et du judiciaire. Le 15 mars 2012, Christian Balle-Andui a demandé à avoir accès aux images de vidéo-surveillance de la tuerie de Montauban, ce qu’on lui refuse. [...] Les failles du renseignement, le manque de coordination entre le niveau local et national sont au cœur du dossier Merah. »

Quand on lit cet extrait de l’article de L’Express, qui relate le procès en cours du frère de Mohamed Merah, on se dit qu’à ce niveau de responsabilités, l’« accumulation de failles et de dysfonctionnements » ne peut plus être un hasard. Un accident, c’est toujours possible. Deux, c’est louche, et plus, c’est carrément une politique.

Qui aujourd’hui peut acheter la version officielle du « terroriste » Merah ?

- La rédaction d’E&R -

 


 

L’ancien patron du renseignement toulousain est revenu ce lundi sur les failles de l’affaire Merah. Il a évoqué sans le vouloir une information classée secret défense.

 

Il est arrivé avec une épaisse pochette beige sous le bras. À l’intérieur, des « notes », au cas où sa mémoire lui ferait défaut. Mais Christian Balle-Andui n’en a pas eu besoin ce lundi devant la cour d’assises spéciale de Paris. L’ancien directeur régional du renseignement intérieur toulousain au moment de l’affaire Merah ne mesure pas tout de suite la petite bombe qu’il vient de lâcher. C’est un avocat des parties civiles, maître Morice, qui le révèle.

« Si on vous avait écouté monsieur, on ne serait sans doute pas là aujourd’hui. Vous avez donné une indication qui ne figure pas au dossier », lance l’avocat. Le 15 mars 2012, jour de l’attentat de Montauban qui a coûté la vie à deux militaires, Christian Balle-Andui se remémore en effet avoir transmis à sa direction une note. Ce document comporte une douzaine de noms de djihadistes toulousains qu’il a identifiés et parmi lesquels se trouve selon lui le suspect. Parmi eux, celui de Mohamed Merah. Mais à ce moment précis, sa hiérarchie est sur la piste de l’ultra-droite. Son intuition restera sur des feuilles de papier.

[...]

« Attitude inquiétante »

Avec le recul, ce fin connaisseur du terreau délinquant et salafiste local estime qu’il aurait pu « à 60% » identifier le tueur au scooter au vu de sa silhouette. Il aurait pu le mettre sous surveillance. Or, quatre jours plus tard, Mohamed Merah tue un adulte et trois enfants devant l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse. Mohamed Merah aurait-il pu être arrêté plus tôt ? C’est toute la question qui transparaît dans sa déposition.

Dès le 15 juin 2011, il fait une première demande de judiciarisation concernant Mohamed Merah. Une procédure qui vise à transmettre les informations dont il disposait sur le futur tueur à la moto au procureur, afin qu’il évalue ces renseignements pour donner une suite, ou non. Une deuxième demande suivra le 29 juin. En vain, là aussi. Dans ses requêtes restées lettres mortes, l’ancien patron de la DDRI de Toulouse note l’« attitude inquiétante » du jeune des Izards.

Lire l’article entier sur lexpress.fr

La face cachée du terrorisme,
à lire sur Kontre Kulture

 

L’affaire DCRI-Merah, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il semble clair que des consignes d’en haut aient été données aux supérieurs hiérarchiques locaux afin qu’ils aillent dans une direction et pas une autre (voir afin qu’ils étouffent certaines directions et tournures qu’aurait pu prendre cette enquête).

    Ce genre d’opération serait passée comme une lettre à la poste il y a 20 ans, mais avec internet cela permet éventuellement à des gens intelligents de reconstituer l’affaire de façon bien plus plausible ; il faut que ses derniers ne lâchent pas l’affaire. Car en face, il y a une ingénierie médiatico-sociale de grande ampleur en France, non pas avec des ordres uniques données à tous les patrons, mais grâce à un système de soumission et de parti pris accepté par tous les journalistes visant à défendre le gouvernement "présent" (les anciens ont peu leur cracher dessus).


  • En une seconde, on a compris : les pouvoirs publics traquaient les "ligues" d’extrême droite et ils se foutaient des terroristes allogènes. Les morts dont ces cons sont responsables donnent lieu à des procès compliqués incompréhensibles et dont tout le monde se fout puisqu’on a pas tranché sur le point de savoir si on était en guerre ou en paix. Evidemment.

    C’est une problématique qui perdure depuis les années trente ! L’échec du 6 février etc.. Les "ligues" d’extrême droite disaient : "faites gaffe, Hitler arrive et l’Allemagne devient dangereuse. Les amerloques nous abandonnent. Il faut se mettre en ordre de bataille". Réponse : le Front Populaire et l’accordéon au bord de la Marne et les congés payés. On connaît, on a compris, tout commentaire est inutile. La répétition de ce genre de chose devient ennuyeuse.

     

    • Je ne pense pas qu’ils cherchaient sérieusement des coupables du côté de l’extrême droite. C’était juste pour gagner du temps et laisser les autres "attentats" s’enchaîner. Il serait dangereux de croire que nos dirigeants sont trop stupides pour nous protéger du terrorisme.

      Dans tous les cas, j’ai regardé BFMTV ce matin. C’était assez intéressant de voir des "thèses" quasi-complotistes... L’enchaînement d’"erreurs" interroge, plusieurs années après on peut enfin se poser la question...


    • Hier, le zoom de TV Liberté était Claude Géant, le ministre de l’Intérieur pendant l’affaire Merah. Lors de l’interview, il explique qu’il n’a jamais cru à la thèse de l’extrême droite lancée par la presse, mais il a laissé celle-ci "couler" pour justement mieux se concentrer sur la thèse islamique.


  • J habite à Toulouse à 1km du quartier des izards où a grandi et où Merah passait son temps.
    Des amis à moi mon assuré dans l après-midi du jour même de la tuerie, ils ont joué contre lui au foot dans une rencontre sportive. Drôle de façon de se détendre pour quelqu’un qui n’êté clairement pas un serial killer.


  • ce fin connaisseur estime qu’il aurait pu « à 60% » identifier le tueur au scooter au vu de sa silhouette, pourtant selon la plupart des témoins qui décrivent le tueur au scooter, son physique et celui de merah sont complètement différent, trapu et costaud pour le personnage au casque et maigre et élancé pour merah.


  • Merah, un Lee Harvey Oswald toulousain qui s’ignorait........


  • Ce procès du frère sert à renforcer la thèse que Merrah est bel et bien le terroriste et l’assassin. Or rien n’est moins sûr !

     

    • Absolument. Il est clair que le suspect de la première tuerie n’avait absolument pas le physique de Merah (quant à la seconde, dans l’école juive : montrez les images ! où sont les corps ? Ah oui, c’est vrai, rapatriés en Israël sans autopsie). Il s’agit ici d’un gros enfumage : on fait croire à quelques failles, quelques erreurs, quelques incompétences, pour masquer la gigantesque imposture. Si la thèse officielle était trop lisse, ce serait suspect. Là, les gens son rassurés : il y a enquête, mise en cause, "scandale", etc.


    • Toujours aussi désopilant Awrassi.
      Vous avez raison : les flingues de Merah tiraient des smarties.


  • Le 15 mars 2012, Christian Balle-Andui a demandé à avoir
    accès aux images de vidéo-surveillance de la tuerie de Montauban,
    ce qu’on lui refuse.

    Qui a refusé qu’il visionne les bandes vidéos ?
    Qu’ont-elles de si dérangeantes ?

    Je crois qu’un juge s’est vu aussi essuyer un refus,
    des bandes vidéos de l’école.

    Cette affaire pue, de A à Z.

    Retrouvez les images de l’assaut avant que merah se "balance"
    par la fenêtre, 2 agents du raid sur le balcon de 4 m2,
    il leur a marché dessus en passant ?
    Plus les images de l’appart, on dirait un appartement témoin,
    avec une belle mise en scène.

    Puisque Caro fourest nous certifie : "il avait les yeux bleus..."


  • "L’accumulation de failles et de dysfonctionnements.." dont le chef d’oeuvre absolu est sans conteste le 9/11 WTC !..
    Même méthode ici, à une échelle moindre.


  • "Le diable ne doit pas ouvrir la bouche".....
    Sinon on risquerait de devoir admettre qu’il n’a pas grand-chose à voir avec la tuerie


  • J’habite la région midi pyrénées . La tuerie de Montauban a précédé celle de Toulouse Et nos oreilles ont été "rabattues" des commentaires de FR3 région à propos d’une femme qui se serait trouvée face au motard tueur de Montauban la visière de son casque relevée lui avait permis de voir son visage .
    Sa description ne correspondait en rien à la description de Merha .
    Puis il a été affirmé que le tueur de Montauban et celui de Toulouse (bien des éléments me font douter de la culpabilité de Merha pour Toulouse ) était une seule et même personne et brusquement les commentaires évoquant le témoignage de cette femme à propos du tueur de Montauban ont disparu de la circulation .
    Mais à propos de Mehra à Toulouse , il faut savoir que les premières balles tirées lors de l’assaut ont tué Mehra . Ce qui n’a pas empêché que l’assaut ait duré un quart d’heure , que 300 balles de guerre ont été tirées , que les cloisons de l’appartement de Mehra ont été hachées menu et que l’appartement a dû être refait de fond en comble .
    Mais si on aborde tous les éléments qui font douter de la culpabilité de Mehra (qui était tout sauf un saint ! ) il faudrait 15000 caractères au bas mot et beaucoup de temps .
    Alors je me limite à ces 2 éléments :
    Manifestement le tueur de Montauban n’était pas Mehra et pourquoi n’avoir pas essayé d’arrêter Mehra Vivant et lui faire cracher le morceau et le passer en jugement ? Et pourquoi une fois l’avoir tué se livrer à la destruction totale de son appartement .


  • Mohamed Merah...

    Si l’on en croit la version officielle ,cet personne seul (poids léger) équipé de 3 (trois) pistolet Colt 45 , aurait ,dans son appartement, fait face à 15 (quinze) policiers du RAID (équipé de gilet pare-balles,casque lourd,grenades assourdissantes, armes de poing et armes de guerre) qui lui aurait tiré dessus au moins 300 (trois cents) balles.
    Malgré les forces en présence contre lui et le mitraillage, il réussit à esquiver les 15 policiers , traverser l’appartement tout en déchargeant ses 3 Colt 45 (capacité de 10 balles, donc il a réussi à envoyer 30 balles sur les policiers,le tout avec deux balles dans le corps) ,et sort vivant de l’appartement par le balcon où il est arrêté par un sniper posté dans le bâtiment d’en face.

    Bref, un scénario de série Z .


  • Et le témoignage de Martine cette femme on n’en fait quoi ? Je cite : j’ai vue le tueur il m’a heurtée sn casque s’est ouvert il avait les yeux bleux et un tatouage asiatique sous l’oeil gauche "
    https://www.youtube.com/watch?v=LHC...

    ce temoignage prouve que ce n’est pas lui le tueur et démolit la version officielle

     

  • Faux drapeau.....comme dab.


  • La plus grosse gaffe, évidemment volontaire, c’est d’avoir diffusé l’identité et domicile de Mohamed Merah dans les médias, pour qu’il se transforme en forcené et pouvoir le tuer.

    Il aurait été très facile de l’arrêter par surprise tant qu’il ne se méfiait pas.

    Une fois mort, pas de procès, pas d’enquêtes, pas de vérification, il est définitivement coupable.

    Aucune sanction n’a été prise contre les fonctionnaires qui ont révélé les informations sur son identification et fait échouer lamentablement son arrestation. Rappelons que le rôle de la police est de présenter les présumés criminels aux juges, pas de les condamner à mort sans jugement et de les exécuter.

    Donc c’était voulu par les autorités.


Commentaires suivants