Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Profanation : la cathédrale de Salisbury transformée en centre de vaccination

Sur des notes d’Antonín Dvorák, la cathédrale de Salisbury, dans le sud-ouest de l’Angleterre, a été reconvertie en centre de vaccination. Toute la journée, des organistes se relaient pour « créer une atmosphère de sérénité et de tranquillité » dans le lieu de culte réquisitionné. (Le Figaro)

 

Aller se faire vacciner dans une cathédrale, haut lieu spirituel, transformée en centre de vaccination (inutile d’un point de vue santé mais férocement utile d’un point de vue politique), sur les notes de la Symphonie du Nouveau Monde, qui fait écho au Nouvel ordre mondial, voilà qui résume parfaitement le drame qui s’abat aujourd’hui sur les peuples européens crédules.

 

Piqûre de mondialisme

L’article du Figaro montre (sans le vouloir puisque le journal se situe aux antipodes du mouvement antivaccin) la volonté féroce et maléfique d’un pouvoir dangereux qui sourit avec douceur à ses victimes. Il en profite pour profaner les lieux de culte et les transformer en lieux de destruction morale. C’est le programme du gouvernement britannique, et c’est aussi le programme du nôtre.

« Il semble également maintenant qu’il existe des preuves que le nouveau variant, le variant qui a été identifié pour la première fois à Londres, et dans le sud-est (de l’Angleterre), peut être lié à un degré plus élevé de mortalité », a déclaré Boris Johnson lors d’une conférence de presse à Downing Street. Pour les hommes âgés d’une soixantaine d’années, le risque de mortalité atteint 13 à 14 sur 1.000 avec le nouveau variant, contre 10 sur 1.000 avec la précédente forme de virus, a comparé le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance. (20 Minutes)

 

Boris Johnson applique le plan sataniste

Boris Johnson a prévenu la population que le variant britannique était encore plus « mortel » que le virus précédent, ce qui, dans un monde normal, devrait lui valoir un procès en Haute Cour : effrayer la population sur une base mensongère, c’est un crime d’État, tout simplement. Les escrocs du Nouvel Ordre mondial, armés du Great Reset qui doit y mener, profitent du chaos économico-social pour saper l’âme du pays en s’attaquant à ses centres spirituels.

L’édifice des XIIIe-XIVe siècles est l’une des trois cathédrales britanniques qui participent au plus grand programme de vaccination de l’histoire du pays. Dans une petite chapelle habituellement dédiée aux prières, une infirmière sort du froid un flacon du vaccin Pfizer-BioNTech. Après l’injection, William Perry, 98 ans, patiente sous la nef pendant le quart d’heure réglementaire imposé pour observer tout éventuel effet secondaire.

Les professionnels de la santé honnêtes apprécieront le petit « quart d’heure » d’attente et d’observation après la piqûre pour s’assurer qu’il n’y a pas « d’effet secondaire », alors que le vaccin est en soi un effet secondaire : il ne protège pas du virus, de la grippe, du variant ou de toute forme virale future, il protège en revanche le pouvoir contre toute tentative de résistance ou de révolte populaire.

« C’est bien de penser qu’ils font quelque chose pour que je puisse être encore là quelques semaines ou années de plus, jusqu’à 100 ans ! » se réjouit cet ancien ingénieur de la Royal Air Force.

Les retraités apprécieront la crédulité des vieux Britanniques qui croient encore que le pouvoir leur veut du bien. Si c’était le cas il y a 80 ans, aujourd’hui, c’est le pouvoir profond qui a pris la main sur le pouvoir visible. La démocratie n’est qu’une marionnette dans les mains des ingénieurs sociaux mondialistes, et satanistes. La preuve avec le viol des églises, qui sont devenues le triste lieu de la soumission et du contrôle des individus. Qui défilent, dociles, pour prendre leur dose d’antirévoltant comme les croyants prenaient leur hostie. Il faut vraiment être maléfique pour imaginer un tel remplacement ! Mais cela n’a pas l’air de venir à l’esprit du révérend local qui est, malgré son attache anglicane, dans la droite ligne du renoncement papal devant les forces terrestres :

« Les artisans du Moyen-Âge l’ont bâtie ainsi il y a 700 ans parce qu’ils voulaient pointer de façon provocante et spectaculaire vers la vie et l’espoir, pointer vers le royaume de Dieu », souligne le révérend de la cathédrale, Nick Papadopoulos. « C’est exactement la même chose avec la vaccination », poursuit le religieux, pour qui « elle offre la vie et l’espoir aux habitants de la ville, de la région et en fin de compte, du monde ».

La mort en musique

Dernière note cynique, la musique utilisée pour faire oublier la contrainte et endormir le doute. On pense tout de suite à l’orchestre d’Auschwitz qui jouait des mélodies entraînantes pendant que les commandos allaient au travail forcé qui finissait par les tuer.

Dans la cathédrale, les seringues piquent les bras au son de l’orgue, récemment rénové pour environ un million de livres sterling (1,1 million d’euros). Deux organistes y interprètent des morceaux apaisants de Bach, Dvořák ou encore Ralph Vaughan Williams. « On espère créer une atmosphère de sérénité et de tranquillité, juste faire en sorte que les gens pensent à autre chose pendant la piqûre et aider les équipes à travers ce qui serait autrement une très, très longue journée », souligne le révérend.

 

Le bouquet final pour Jeannie Grant, la fille du presque centenaire qui vient de prendre sa dose d’affaiblisseur d’immunité, dont Le Figaro rapporte les propos tragi-comiques :

Venir dans un endroit qui a vu passer « tant d’histoire » au service d’un « objectif aussi merveilleux pour la population », « c’est très spécial », souligne-t-elle, pleine d’espoir : « Ce sera magnifique quand on aura fini avec tout ça et que la vie pourra recommencer un retour à la normale. »

C’est sûr qu’avec ce genre de « résistants », le Nouveau Désordre mondial a un boulevard devant lui : le boulevard de la mort !

 

Bonus : un peu d’histoire et d’architecture

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2650916
    Le 25 janvier à 14:14 par Merci Seigneur que je n’en sois pas
    Profanation satanique : la cathédrale de Salisbury transformée en centre de (...)

    . Je considère tout les covidés primo vaccinés comme des athées. Voilà où mène le matérialisme et l’absence de foi en Dieu. Et ça n’est que le début.

     

    Répondre à ce message

  • Comme ils n’ont pas confiance au vaccin ; Ils s’en remettent à Dieu ... Lol...

     

    Répondre à ce message

  • Et nombre d’entre eux ne connaîtront pas le passeport sanitaire.

     

    Répondre à ce message

  • Houellebecq a dit quelque part que l’Islam tait la religion la plus con. Il aurait dû se pencher sur le cas de l’anglicanisme ! Salisbury est une cathédrale anglicane. Les français prennent ce courant pour une espèce de secte protestante et le protestantisme les emmerde, et ne vont pas plus loin, or c’est à nuancer.

    Le roi d’Angleterre Henri VIII veut répudier sa femme Catherine d’Aragon qui ne lui a pas donné de fils. Il demande au pape d’annuler son mariage. Catherine est la tante de l’empereur Charles Quint. Tiraillé entre l’Angleterre et l’Espagne, le pape Clément VII laisse traîner l’affaire. Excédé, Henri VIII fait voter l’annulation de son mariage par une cour ecclésiastique.

    À l’excommunication du pape, Henri VIII répond en faisant voter par le parlement anglais en 1534 « l’Acte de suprématie » qui proclame le roi, seul chef suprême de l’Église d’Angleterre. C’est donc un catholicisme sans pape. Ne rions pas, la 5ème république est bien une monarchie sans roi.

    Henri VIII prend alors quelques mesures novatrices. Il supprime les monastères dont les biens sont sécularisés. Cette mesure soulève peu d’opposition car les esprits étaient scandalisés par les possessions de l’Église (un tiers du royaume).

    Ensuite, chaque paroisse, selon la volonté du roi, doit posséder une Bible en anglais, d’après la traduction de Tyndale (en 1526) pour le Nouveau Testament et de Coverdale (en 1535) pour la Bible en entier.

    L’Angleterre se dirige-t-elle vers le Protestantisme ? Non, car Henri VIII reste attaché au catholicisme. Il rédige en 1539 « les 6 articles » qui condamnent fermement les idées de Luther et les fait voter par le parlement. Henri VIII a fondé une Église indépendante de Rome, sans communautés monastiques, mais fidèle à la doctrine de Rome.

    Et ce truc marche encore, parce que la monarchie anglaise et les lords et baronets divers qui tournent autour ont besoin d’un roi sacré. Ce qui est essentiel mais un peu insuffisant pour faire de cette religion anglicane quelque chose d’intelligent.

    Il y a donc officiellement et coram populo dans l’Europe "moderne" une religion absolument grotesque créé par un obsédé sexuel sadique.

    Ayons beaucoup de respect pour les catholiques anglais qui résistent depuis des siècles à cette folie et qui en plus célèbrent la messe absolument impeccablement.

    Je conseille à ceux qui sont sensibles à aller assister à la messe dans la cathédrale (et non l’abbaye !) de Westminster. Magnifique. .

     

    Répondre à ce message

  • Choquant au plus haut point ! La corruption est partout.

     

    Répondre à ce message

  • A l’époque (jadis), on criait « Asile » pour être protégé en entrant dans une Cathédrale ou une Eglise. Rien n’a changé ou presque. ´Faut rajouter « de fous », c’est tout.

     

    Répondre à ce message

  • En tant que soignant j’ai été « réquisitionné » pour vacciner la populace puisqu’ils manquent de mains, je leur ai dit un gros non, sans façon, cela ne m’intéresse pas. quand je pense que j’ai des collègues à fond dedans avec qui j’ai du mal à cacher ma pitié quand à leur façon de voir la situation. Une chose est sure l’ingénierie sociale du covid est incroyablement efficace et pour ça je tire mon chapeau à tous ces FDP du gouvernement et des médias ils auront au moins réussi une chose dans leur misérable vie. j’attend de pied ferme l’obligation vaccinale qui ne va pas tarder, celui que j’aurai en face de moi va pas comprendre ce qui lui arrive !

     

    Répondre à ce message

  • Campagne de vaccination sataniste dans la cathédrale... Parallèle avec une remarque d’Alexandra Henrion-Caude sur TV Libertés à propos des dates choisies pour lancer la vaccination : un dimanche en France, et en Israël un samedi jour de Shabbat.

     

    Répondre à ce message

    • En France la date choisie pour le lancement de la vaccination, dimanche 27 décembre, fête de St Jean, auteur de l’ Apocalypse et vigile de celle du...martyre des Saints Innocents...
      Pour info, le Moyen Âge utilisait sans complexe aucun la nef des cathédrales, espace réservé aux laïcs, pour des usages profanes et, lors de nombres de conflits les églises servirent d’hôpitaux de campagne : pour de vrais SOINS, et cela ne me choque nullement. En revanche, organiser ce abattage de masse que semble promettre la thérapie génique dans un lieu représentant le salut (= qui sauve, qui est salvateur, salutaire, vital) me semble une perversion effectivement démoniaque ! Merci pour le beau documentaire sur Salisbury !

       
  • Comment ces personnes peuvent-ils n’avoir aucun doute ? Leur aveuglement est total. Incompréhensible et tragique tout cela. Ils ouvrent leur portes aux voleurs, les font asseoir à leurs tables et leur payent le café. On "viole" leurs corps avec leur consentement et ils disent merci. Ou au mieux on les rend complice d’une stratégie économique qui va laisser un paquet de monde sur le carreau. Dans ce monde de mensonge et de malheur, pas de place pour le vérité, car de celle-ci ne découle rien de profitable. L’honnêteté non seulement ne paie pas mais en coûte, gare à ceux qui voudraient en revêtir l’habit. La balance bénéfice-risque est ici aussi bien à propos. Et là en plus de tout ceci la scène se passe dans une église, là encore l’idée du consentement. Ah le symbolisme est partout. Question pratique me dîtes-vous ? Oui, on peut éventuellement le voir comme ça, mais une situation ne revêt jamais une seule réalité, tout est question d’angle.

     

    Répondre à ce message

  • Au moins, la cathédrale Notre-Dame de Paris y aura échappé ...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents