Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

Dominique Strauss-Kahn a publié vendredi 13 avril [2018] une note intitulée « Zone franc, pour une émancipation au bénéfice de tous », dans laquelle il expose ses propositions de réforme du Franc CFA. L’ancien directeur-général du FMI – qui conseille dorénavant des gouvernements, et notamment le Congo-Brazzaville comme le révélait en août 2017 l’hebdomadaire français Challenges – souligne la bonne performance de la Zone franc au niveau macroéconomique, grâce à la garantie dont elle bénéficie. Mais il estime que « le problème politique devient de plus en plus sensible comme l’ont montré les protestations de l’été 2017 ».

 

Des limites de la Zone Franc

« Les choix monétaires ont une dimension technique incontournable. Mais ils procèdent toujours, par ailleurs, d’un choix politique », écrit DSK. « Le caractère inexprimé du lien politique ne peut que favoriser un doute identitaire au sein d’une Afrique dont le rapport au passé colonial est particulièrement complexe et difficile à expliquer. »

En plus de « certains aspects pratiques [qui] nourrissent en Afrique le soupçon de néo-colonialisme » – dénomination « franc », dépôt des réserves auprès du Trésor français –, la Zone franc présente plusieurs défauts « qui en limitent les potentiels bienfaits », note l’ancien directeur-général du FMI. Il pointe notamment la quasi-impossibilité de modifier la parité et l’absence de dissociation entre les régions d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale.

« La France assume, seule, un risque financier non rémunéré, pour lequel l’opinion africaine ne lui accorde guère de crédit »

De même, « la détention de réserves africaines, […] ne représente pas l’avantage que certains imaginent ». Ainsi « la France assume, seule, un risque financier non rémunéré, pour lequel l’opinion africaine ne lui accorde guère de crédit et dont le bénéfice commercial est partagé avec toute la zone euro », juge l’ancien ministre français de l’Économie. « L’avantage tiré de la parité fixe CFA-euro s’étend aux autres pays de la zone euro (qui ne participent à la couverture du risque », écrit-il encore.

[...]

Une réforme en profondeur du Franc CFA

[...]

En conséquence, Dominique Strauss-Khan recommande une réforme plus en profondeur de la Zone franc. Il propose notamment la réattribution des sièges de la France au sein des instances des banques centrales africaines à des administrateurs internationaux indépendants, l’ancrage à un panier de monnaie plutôt qu’à l’euro, une meilleure coordination économique des économies de la région et un processus d’élargissement de l’Uemoa, notamment au Ghana.

Lire l’article entier sur jeuneafrique.com

Sur les stratégies africaines, chez Kontre Kulture :

 

Le Franc CFA en question, voir sur E&R :

 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1947897
    Le 20 avril à 12:58 par Syzygy
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    Hum, après une tentative infructueuse en Ukraine, l’ange de l’Apocalypse réapparaît en A-fric. Ca sent déjà la manipulation à plein nez. Vu les enjeux, l’objectif final doit être la RDC ! BHL n’est sans doute pas loin...

     

    Répondre à ce message

  • #1947922
    Le 20 avril à 13:28 par anonyme
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    Il est de notoriété publique que cet individu est moins bon économiste que prédateur sexuel. Il est passé au gouvernementn(il y faisait ’’tourner les modèles’’à bercy) en son temps, avec les résultats qu’on sait (sans parler du fmi...) Qu’il retourne à la chasse aux bonniches, et nous lâche la grappe définitivement ça vaudra mieux...pour ’’tous’’.

     

    Répondre à ce message

  • #1947930
    Le 20 avril à 13:33 par hanane
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    Israël se substitue à la France en Afrique. Le Maroc y place beaucoup d’espoir mais gare à la facture qu’il lui faudra payer !.

     

    Répondre à ce message

    • #1948484
      Le 20 avril à 23:02 par Lhasa
      Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

      L’entité sioniste se substitue à la France en Afrique ??!!!!
      À part être chez elle au Maroc, l’entité sioniste n’est nulle part en Afrique.
      Vous en avez fumé de la bonne du Maroc.
      En Afrique, la France a perdu sa place face des États digne de ce nom qu’il n’est pas utile de nommer.

       
    • #1948537

      @Lhasa
      Selon Patrick Mbeko ("Guerres secrètes en Afrique centrale") et Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France au Soudan ("Le Soudan dans tous ses états"), oui, Israël a un rôle croissant et dangereux en Afrique. Peut-être devriez-vous chercher un peu plus avant de réagir frivolement comme ça...

       
  • #1947960
    Le 20 avril à 13:51 par Borntogrowl
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    DSK est effectivement un pro dans le domaine du liquide africain.

     

    Répondre à ce message

  • #1947976
    Le 20 avril à 14:05 par zuleya
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    Ah ben oui. En se rasant chaque matin il a avoué quil se demandait ce qu’il peut faire pour israel (au sens entier c’est à dire la communaute juive internationale). Ce qu’il peut faire pour la france ne rentre pas en compte. Et c’est très généralisé. L’éternelle question. L’antifrance en action.

    Vendre la dernière part d’influence française pour sa communauté . Influence qui permet aux pays francophones de s’épanouir économiquement. Quand cela aura disparu on verra bien...

    La.morale de son argument est que tout fonctionne mais qu’il faut casser la machine parceque ? Les droits de l’homme ? Casser absolument tout pour prendre le pouvoir partout.

     

    Répondre à ce message

  • #1948001
    Le 20 avril à 14:29 par maceo parker
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    Waouh la pensée fulgurante du prix Nobel d’économie has been qui n’aurait même pas été fichu de gérer un kebab spécial fallafel. C’c’est sûr que les réformes en "profondeur" ça le connaît.

     

    Répondre à ce message

  • #1948084

    Le problème, c’est le FrancCFA, c’est pas DSK, le super-vilain qu’on est trop content de conspuer.

    Concrètement, le Franc CFA emprisonne les Africains dans la zone euro comme y sont emprisonnés les Grecs, les Italiens, les Espagnols, etc..
    Il y a des différences d’efficacité économique entre les différents pays de cette grande zone monétaire. On ne peut plus les compenser en dévaluant la monnaie nationale.
    Donc les industries sont concentrées dans les pays les plus efficaces économiquement. La seule solution pour les couches en age de travailler, c’est l’émigration vers ces régions les plus développées de la zone monétaire.
    Autrement dit, les Africains, même s’ils ne trouvaient aucun avantage social en Europe, émigreraient néanmoins à cause des mêmes raisons économiques qui obligent les jeunes Grecs ou Espagnols à partir travailler en Allemagne.
    Les gagnants sont évidemment les multinationales européennes. Elles ne seront jamais trop concurrencées par des productions locales qui bénéficieraient d’une monnaie nationale dévaluée (à la manière des industries chinoises dans leurs débuts, qui profitaient alors d’un yuan très dévalué).

    Le coût pour la France est plutôt faible. La seule chose vraie dans l’enfumage de Strauss-Kahn, c’est que ce coût n’est pas partagé avec les autres pays européens de la zone euro, alors qu’ils bénéficient du système.

    Ma théorie ci-dessus n’a rien d’original. Elle est complètement inspirée de la "Théorie des zones monétaires optimales" qui est aujourd’hui reconnue par tous les économistes universitaires, puisqu’elle a été validée lorsque s’est malheureusement vérifiée sa prédiction des problèmes de la zone euro.
    Autrement dit, ce filou de DSK sait très bien qu’il ne dit pas la réalité.

     

    Répondre à ce message

    • #1948156
      Le 20 avril à 17:12 par zuleya
      Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

      Sauf que non justement. Les pays de la zone francophone d afrique sont en boum économique. Donc le CFA est bénéfique par définition. Les pays équivalents en dehors de cette zone ne peuvent pas en dire autant. Y compris le maghréb.

      La seule raison d’en sortir est une question "dindependance". C’est à dire sortir un peu plus du giron français. Ce qui est bien sûr noble, mais à la condition que les pays africains puissent se défendre contre les vautours de la finance et du commerce mondialisé . Alors ils pourront peut etre espérer continuer à croître.

      Dans le cas contraire ils seront esclaves de la dette.

      Ce n’est absolument pas anodin que dsk la ramène la dessus et ait cette position. Il y a des shekels à se faire et il a fait ses comptes.

      Les africains échapperont ils à la manipulation ?. C’est peu probable. Aux usa la communaute noire est la plus soumise au lobby qui n’existe pas. Ils sont chauffés à blancs contre les "mechants blancs racistes et leur horrible police."

      En tout cas à la place des africains je me poserais des questions. Sont ils soumis à la france qui les traitent mal, dans les faits ? Ou est ce un deal gagnant gagnant ?

       
    • #1948584

      Les pays de la zone francophone d afrique sont en boum économique. Donc le CFA est bénéfique par définition. Les pays équivalents en dehors de cette zone ne peuvent pas en dire autan

      Première objection, sur le plan factuel.
      En réalité, c’est une grande région dans l’Ouest de l’Afrique qui marche pas mal. Cela comprend aussi le Ghana qui est un champion, ou le Maroc qui se débrouille mieux que les deux autres du Maghreb. Or Ghana et Maroc sont hors CFA.
      Et sur les 6 champions Africains, il n’y a que deux pays CFA, voir ici.

      Seconde objection, au plan logique.
      Même s’il y avait eu cette corrélation entre meilleure croissance et CFA, il ne s’agissait que d’un court moment à l’échelle historique. Elle aurait a priori résulté surtout des circonstances du moment, auxquelles le CFA se trouverait mêlé par hasard.
      Il aurait fallu une corrélation observable sur l’essentiel de l’histoire du Franc CFA.

      Ma théorie tient toujours debout ; Ce n’est pas par pure chance. Elle a été pondue par des cracks, et validée par les déboires de l’€, avant que je ne l’adopte.

      Quant aux motivations de DSK. Hypothèse : il est cramé de chez cramé en France, donc il s’est recyclé auprès des autres pays de l’Euro. Il leur vend encore un petit bout du système Français.

      Quant aux possibilités de l’Afrique d’acquérir l’autonomie, au fond c’est une question militaire. Comment échapper à l’Empire ? Historiquement, je n’ai vu fonctionner que deux recettes :
      1 - pour mémoire, car aujourd’hui impossible à cause des moyens modernes de transport militaire : l’insularité, comme le Japon ou les US, voire l’UK à leurs débuts.
      2 - jouer de la rivalité entre deux empires : c’est Venise entre Byzance et Rome ; après WW2, l’Allemagne, le Japon et la Corée ne sont pas si maltraitées par l’Empire, car leur position géographique leur laisse la possibilité de basculer dans le camp soviétique. (et cas opposé, l’Argentine, dont la richesse par personne valait celle des US au sortir de WW2. Mais aucun risque d’y voir surgir des T34, donc l’Empire US n’a pas eu peur de la contraindre à retourner au niveau du Tiers-Monde).
      Alors bien sur, il y a la Chine et la Russie, mais trop distantes de l’Afrique (sauf à l’Est). Elles ne peuvent empêcher l’Empire US de détruire ceux qui menaceraient de de changer d’allégeance

       
  • #1948261
    Le 20 avril à 18:54 par machin
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    Les africains devraient se débarrasser du franc CFA pour adopter des monnaies nationales. Sauf que les africains se dirigent plutôt vers une monnaie unique :
    http://www.lemonde.fr/afrique/artic...

     

    Répondre à ce message

  • #1948341
    Le 20 avril à 20:06 par Georges 4bitbol
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    Recyclé en Afrique, il est plus près du cheptel. Mais pour ce qui est de l’économie, qu’il laisse ma petite nièce de 8 ans s’exprimer, elle est plus qualifiée.

     

    Répondre à ce message

  • #1949525
    Le 22 avril à 18:13 par Paul82
    Quand DSK se lance dans le débat sur le Franc CFA…

    Voilà le genre de propos qui doit mettre en garde les Noirs d’Afrique (et d’ailleurs aussi) !

    "à des administrateurs internationaux indépendants"
    indépendant de qui ? de quoi ?
    "l’ancrage à un panier de monnaie plutôt qu’à l’euro"
    Donc au dollar. Ca va on a compris.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents