Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Fabriqué en France, le franc CFA est sur la sellette

La monnaie aujourd’hui utilisée dans 15 pays africains est fabriquée dans le Puy-de-Dôme. Elle suscite depuis plusieurs mois un vif débat sur le continent africain. Certains estiment qu’il faut le maintenir, quand d’autres préconisent de l’abandonner.

[...]

Initialement, l’acronyme CFA signifiait « colonies françaises d’Afrique ». « Le franc CFA est issu de la colonisation », explique Philippe Hugon, directeur de recherche à l’IRIS en charge de l’Afrique. « Il s’est développé après la Seconde Guerre mondiale », poursuit le chercheur. Concrètement, le franc CFA est aujourd’hui utilisé dans deux unions monétaires distinctes disposant chacune d’une banque centrale :

• La communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) qui comprend le Cameroun, la Centrafrique, la République du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad. • L’union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui regroupe le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Togo, le Bénin et la Guinée-Bissau.

L’acronyme CFA signifie désormais « coopération financière en Afrique » pour la première union monétaire et « communauté financière africaine » pour la seconde union monétaire. Le franc CFA est également utilisé aux Comores.

 

 

Comment fonctionne le franc CFA ?

Créé en 1945, le franc CFA est aujourd’hui rattaché à l’euro. Autrement dit, il a un taux de change fixe avec l’euro et suit donc les variations de la monnaie unique. Et pour garantir cette parité fixe, les pays de la « zone franc » doivent déposer 50 % de leurs réserves de change au Trésor français.

« Il existe un accord entre le Trésor français et les banques centrales africaines des deux unions monétaires », explique l’économiste Samuel Guérineau, spécialiste d’économie du développement au CERDI (Université Clermont Auvergne). Concrètement, les banques centrales africaines ont un compte auprès du Trésor français : si elles ont besoin d’euros, le Trésor français leur prête. « C’est une autorisation de découvert, qui donne accès à un financement d’urgence », résume Samuel Guérineau. Cela permet aux banques centrales africaines de ne pas avoir de pénurie de liquidités. Enfin, leurs dépôts sont rémunérés, la France verse des intérêts.

 

Le franc CFA, entre avantages et inconvénients

Depuis plusieurs mois, le débat autour de la sortie ou du maintien du franc CFA a ressurgi en Afrique. D’après les spécialistes contactés par Le Figaro, cette monnaie comporte à la fois des avantages et des inconvénients. Les voici :

- Une monnaie très stable...

« L’avantage pour les pays africains, c’est d’avoir une monnaie garantie et fixe », explique Philippe Hugon. « C’est une monnaie stable », abonde Samuel Guérineau. « Jusqu’à présent, économiquement, le franc CFA a été plutôt une bonne chose pour les pays africains : il y a eu peu d’inflation et pas de crise de la balance des paiements. Il simplifie les échanges avec les pays de la zone euro », poursuit-il.

- ...mais qui est par moments surévaluée

Au rayon des inconvénients, les deux économistes citent un franc CFA « surévalué quand l’euro est trop fort ». « C’est bénéfique pour les pays qui importent du pétrole – libellé en dollar – mais cela pénalise les pays qui exportent car ils perdent de la compétitivité », explique Philippe Hugon.  

Une dépendance symbolique forte

Mais c’est surtout sur le plan symbolique que le franc CFA cristallise le plus de critiques. « Le problème est essentiellement symbolique. Le droit de regard du Trésor français peut être perçu comme une atteinte à la souveraineté des banques centrales », analyse Philippe Hugon. « Il y a une dépendance symbolique forte », abonde Samuel Guérineau.

[...]

Kako Nubukpo, économiste togolais et auteur de Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, avançait lui d’autres explications dans les colonnes du Monde, en septembre 2016. « Nous souffrons d’une mauvaise gouvernance chronique et il faut sortir de la “protection” qu’offre le CFA. Il a un effet anesthésiant car même en gérant mal les économies, les gouvernants sont sûrs que Paris sera toujours là pour couvrir leurs errements », expliquait-il alors.

[...]

Comme le rappelle Samuel Guérineau, aucun obstacle juridique n’empêche cependant un pays qui le souhaiterait d’abandonner le franc CFA. Ce fût notamment le cas de Madagascar en 1973.

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

L’Afrique par les Africains et pour les Africains,
sur Kontre Kulture

 

La France, la Françafrique et les économies africaines, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y a de nombreuses bonnes raisons à ce que l’Afrique francophone se libère du franc CFA... Dieudo milite pour d’ailleurs. Pas sûr qu’il maîtrise réellement le fond véritable de cette monnaie particulière, l’humoriste s’attache beaucoup au symbolique - on peut largement le comprendre - mais il y a d’autres effets concrets au-delà du symbolique qui ne manqueront pas de se produire dès la "libération" monétaire...
    Lorsque la France, vilipendée en permanence par nos anciens partenaires d’Afrique historique, aura été éjectée, partiellement ou non, de tous ces pays, je prierai pour eux, car... lorsque la Chine aura le champs complétement libre et qu’elle fera sa guerre financière et de ressources avec les USA et leurs "alliés" sur les territoires, il y aura misère, violence et sang à flot... Le Rwanda, dont on a chargé presque exclusivement la France, fut un galop d’essai ! Tous ceux qui ont lu l’ouvrage de Patrick Mbeki (vendu sur E&R) savent comment les USA et le Canada aidé de la Belgique à la marge, ont réussi à faire porter la responsabilité d’un génocide organisé en loucedé par les sus-mentionnés. L’objectif (réussi) était d’éjecter la France de la région des grands lacs pour exploiter en exclusivité les ressources de cette région. La France, toujours timorée en matière d’agissement de défense, s’est faite humiliée et de surcroît on la rend responsable... un comble !
    H. Guénot, en mettant dans la bouche de l’agité Sarko à l’occasion de fameux discours de Dakar ("le problème de l’Afrique c’est qu’elle n’est pas totalement entrée dans l’Histoire"), n’en déplaise aux pro-africains gauchisant, avait raison.
    Le problème de l’Afrique c’est ses population qui ne parviennent toujours pas s’autonomiser vraiment. Ils demandent de l’aide à tour de bras aux occidentaux tout en rêvant de devenir un force majeure. Pas de bol, leurs élites sont soient corrompues (pactisent avec les vieilles méthodes occidentales plus ou moins pourries) soient ne repartent jamais au pays pour créer une véritable nouvelle force pour leur pays et leur population.
    Résultat, les peuples africains sont ballotés entre leurs nécessaires traditions (bonnes pour la plupart) et leur désir de "modernité" occidentale... L’Histoire réussie ne fonctionne pas comme ça.
    Le CFA disparaîtra, c’est une bonne chose, mais ce qui viendra après ne fera pas le bonheur des africains qui se plaignent aujourd’hui.

     

    • #1786820

      Elle est bonne et il y’a toujours quelqu’un pour la ramener : "Ne quittez pas le fca car la suite sera pire" "impossible de quitter l’Euro, le Brexit sera une catastrophe,..." voyons, le fca permet a la France par des mécanismes financiers de s’accaparer gratuitement des revenus générés par le travail des Africains (l’esclavage) et ensuite en grand maître offrir une partie de cet enrichissement sans cause en aide humanitaire. La fin des derniers vestiges de l’époque coloniale française sont le fruit de deux convergences : La prise de conscience des Africains (pays qui utilisé le"fca") et la fin de l’existence de la France comme État indépendant qui se dissout dans la communauté européenne et qui se comporte comme une colonie des USA.


    • #1786824

      Il est vrai que la France pourrait et devrait être l’ami de toutes ses anciennes colonies ... mais avec de vrais Français à sa tête ! Ce sera dans une autre vie, car les dirigeants Français actuels ne valent pas mieux que la Chine : ils travaillent pour un autre Empire, celui du Soleil couchant !!!


    • Un des problèmes de l’Afrique aussi, c’est que quand un dirigeant ne suit pas, il fini comme Kadafi


    • #1786928

      @Congolais

      Et concrètement vous ferez quoi ?


    • #1786974

      @Paul82, comme les autres pays qui étaient dans la zone monétaire ’Franc":Algeri Tunisie,Cambodge,Laos,Vietnam,..., la quitter et créer sa monnaie. D’autant plus que le franc lui-même n’existe plus, dissout dans l’Euro.
      Autre astuce, pour permettre a la France de garder le ’FCA’ malgré l’Euro, la communauté européenne avait déterminé que le ’FCA’ n’était pas de la monnaie mais un élément de trésorerie, du budget de la France.


    • #1787143

      @Paul82, Autre chose sur comment vous allez faire ? Je peux vous retourner la question à vous les français : qu’’allez-vous faire ? Il faut bien comprendre que ce débat de plus en plus audible sur le "cfa" n’est pas rendu possible par le simple fait de la prise de conscience des Africains, comme déjà dit, c’est le fait d’une convergence avec les intérêts de la construction du monde selon le schéma des mondialistes. La France dépecé, dissoute dans l’Europe, divisé en région, dont, on aura effacé l’histoire n’est pas compatible avec la France puissance coloniale, grand patron d’une zone monétaire en Afrique et donc détenteur d’un outil de souveraineté en Afrique. La fin du "CFA"est pour cette raison un fait certains. Le mur de Berlin est tombé et les allemands se sont réunifier sous l’égide de la super puissance de l’époque dans un monde unipolaire, le "CFA"tombera et des monnaies locales seront créé dans un monde multipolaire. Le verre est-il à moitie vide ou à moitie plein ?


  • Le CFA, c’est l’Allemagne qui paye de toute facon...donc un moment ou un autre ils demanderont des comptes. Pas d’illusions a se faire la-dessus. Et la il ne faudra pas die : "Ah bon ? on savait pas..."

     

  • #1786785

    Un article sur le franc CFA diffuser sur E&R, j’ai du me pincer pour le croire.
    Cela dit, un souverainiste cohérent est souverainiste pour tous les peuples.
    Et il faut admettre qu’un peuple soumis au franc CFA ne peut être souverain, pas plus qu’un peuple soumis à l’euro.

    Ca ne changera pas la face du monde mais le CFA doit disparaitre et c’est à la France de le faire.
    Les "présidents" des pays concerner ne peuvent pas prendre cette décision sans l’autorisation du gouvernement français.
    Certains ont essayer... Gbagbo croupi encore dans les geôles de la CPI.
    Et bien entendu le petit protéger du gouvernement français, Alassane Ouattara époux de la très influente israélienne (blanche) Dominique Ouattara, est lui pro CFA.
    En même temps, ce n’est pas très surprenant pour un ancien directeur Afrique du FMI.

    Je ne vis pas la bas mais, pour ce que j’en vois sur internet, il me semble que le CFA est très mal perçu par les africains, à juste tittre.

    Pour en savoir plus sur le fonctionnement du CFA il y à les conférences et les livres de l’excellent Nicolas Agbohou.

     

    • Je suis allé au Sénégal et en Guinée Bissau il y a de cela 25 ans et je peux te dire que les Guinéen préféraient le CFA à leur pauvre Pesos qui ne valait ..... rien.


    • #1786898

      Ben tu es gentil mais ton anecdote sans intérêt m’en touche une sans faire vibrer l’autre.

      En Europe il y a aussi un paquet de gens qui sont pour l’euro.
      Est ce que ca signifie que l’euro est bon pour l’économie de la France ?

      Le Figaro n’est pas entrer dans les détails mais le système CFA à des effets très importants sur l’économie des 14 pays en question.
      Le CFA appartiens à la France comme le dollar appartiens aux Etats-unis, les dévaluations sont décider à Paris sans consulter les utilisateurs. Dans les deux banques centrales citer dans l’article (CEMAC et UEMOA) il y a un administrateur français avec un droit de véto !

      Comme son nom l’indiquait aux départ, le CFA est une monnaie coloniale. C’est pas une monnaie d’aide au développement ou une monnaie de bisounours pour rendre service aux pays pauvre.


    • #1786944

      @Ben, le "FCA" n’a aucune valeur a l’international. tu ne peux pas changer des "FCA" contre des yuans pour faire des achats en chine par exemple. La France producteur des "FCA" ne changera pas les ’CFA’ que détiennent les chinois contre une autre monnaie (Euro, $,..). Autrement dit, la convertibilité des ’FCA’ n’est permise par la France que lorsque les Africains achètent des produits français ou permissent par la France planifiés dans un cahier de charge qui fixe les achats permis.La concurrence avec le reste du monde ne jouant pas, les africains achètent les produits entre 30 % a 50 % plus cher. Ceci n’est qu’une des astuces de cet outil (CFA) qui permet de garder ces pays en esclavage.


    • Aux uns et aux autres je n’ai pas affirmé que j’étais favorable au CFA, j’ai relaté une expérience vécue. Le CFA permet de garder de l’argent sans qu’il ne perde de sa valeur, tout comme n’importe quelle monnaie forte. Le pesos guinéen lui perdait sa valeur chaque jour entrainant une inflation galopante. Il faut l’avoir vécu : en deux ans entre l’année d’édition d’un guide touristique et l’année où nous nous étions rendus sur place, le Pesos avait perdu 200% de sa valeur. Les billets de 5 pesos fraichement imprimés n’avaient strictement aucune valeur, voilà tout.


    • #1787088

      Quoi qu’il en soi, quitter le CFA ou pas, les africains feraient pas mal de lire Perkins John - "Les confessions d’un assassin financier" en complément de "Comprendre l’Empire."
      De quoi choisir (c’est à dire voir venir) leur "occupant" : anglophone ou francophone voire russophone, cantonophone, mandarinophone ou indienophone ?
      Il est écrit que les cinglés vont renvoyer ces pays à l’âge de la chasse et de la pêche et que les puissances ennAmies se partageront les décombres.
      De mon point de vue peut-être erroné, si tout ceci - fort heureusement - n’est pas encore arrivé à son point ultime, c’est que l’homme coûte toujours moins cher à entretenir que la machine en milieu hostile : combien de temps encore, là se trouve la question effroyable.


    • #1787133

      L’économie capitaliste est très loin d’être un système efficace et durable, les africains sont comme les autres et doivent se bruler pour apprendre que le feu est dangereux.
      Ce n’est pas en conservant une attitude paternaliste qu’on les aideras.

      Même un pays aussi avancer que l’Allemagne à connus une hyperinflation de sa monnaie digne de celle du Zimbabwe, sous la république de Weimar.
      Certes cela ne date pas d’hier, mais aujourd’hui l’Allemagne est la première économie européenne.

      Sans le CFA, certains pays dynamique vont probablement développer leurs économie comme le Bénin, le Tchad ou le Gabon. Et bien sur d’autres pays risque fort de s’embourber tant leurs élites sont corrompus et inapte, comme le Congo, le Mali ou la RCA.

      Il est vrai aussi que les États-Unis et la Chine se tiennent en embuscade pour prendre la place de la France. Mais de toute façon c’est pas le CFA qui va les tenir éloigner, soyons sérieux.
      Ensuite, nous avons eu des décennies pour construire une relation saine qui aurait pu nous être mutuellement profitable et nous ne l’avons jamais fait.
      Alors il ne faut pas pleurer si les africains préfèrent travailler avec les chinois aujourd’hui.


  • #1786786

    Kadhafi avait voulu sortir l’Afrique de cet esclavage économique en créant une monnaie africaine basée sur l’or et en prètant sans intérets.la mafia khazare qui a la main mise sur la banque mondiale n’a pas apprécié et on connait la suite...


  • #1786799

    Franc CFA...

    Qu’en pense Philippot ?
    Qu’en pense Sapir ?

     

    • #1787084
      le 20/08/2017 par jf ;morel1@orange.fr
      Fabriqué en France, le franc CFA est sur la sellette

      Vous auriez suivi la campagne électorale, vous auriez entendu MLP dire qu’elle accorderait la sortie de CFA aux pays africain.


    • #1787604

      Comme indiqué dans l’article, un pays peut abandonner la franc CFA.
      Mais comme d’habitude, MLP ne connait pas son sujet et ses propositions sont démagogues.
      Il n’y avait qu’un candidat à l’élection présidentielle qui avait un discours claire sur la politique africaine de la France, Dieudo l’a relayé plusieurs fois.


  • #1786819

    L’Empire a dépéché le Maroc pour lui assujetir l’union économique et monétaire ouest-africaine à travers l’implantation de banques commerciales (le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Togo, le Bénin et la Guinée-Bissau), avec une présence physique sioniste (Israel et ses charitables équipes médicales ou agricoles) ! Nul doute que les alliés "djihadistes" serviront d’excuse pour une présence militaire US millénaire ...


  • #1787104

    L article du Figaro est affligeant, en somme avec le CFA ,la France la mère patrie pourvoit en continu lorsque les pays africain sont en difficulté ce qui empêche les africains de s auto gérer convenablement en citant quelque économiste africain collabo de service,n importe quoi.le pillage des matières premières en zone CFA se fait en grande partiepar l entremise du cfa


  • Malheureusement pour eux, c’est à peu près la seule chose qui soit stable dans ces pays. Vous pouvez être certain que cette agitation autour du franc CFA n’est pas pour les aider mais bien pour les pousser du côté où ils vont tomber...