Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Que signifie l’agonie de l’Empire pour "l’État juif d’Israël" ?

Commençons par quelques nouvelles récentes apparemment sans rapport.

La dernière catastrophe de relations publiques américaines au Venezuela montre que l’Empire anglo-sioniste est vraiment agonisant. Bien que ce ne soit pas la première fois qu’une « opération spéciale » des États-Unis se termine par un échec embarrassant, même selon les normes américaines, cette dernière catastrophe au Venezuela est douloureusement humiliante. Encore plus humiliants sont les rapports selon lesquels des opérateurs spéciaux russes ont aidé les Vénézuéliens à capturer les Américains.

 

Puis tombe la nouvelle que l’avion F-35, techno-merveille de 5e génération, fleuron du Complexe militaro-industriel (CMI) américain, ne pouvait même pas voler à une vitesse supersonique soutenue. Juste pour rappel, normalement le concept de « 5e génération » n’implique pas seulement la capacité de voler plus vite que la vitesse du son, cela implique également la possibilité de le faire pendant une longue période, et sans utiliser la postcombustion, dans le mode dit « supercruise » !

Enfin, des simulations répétées d’une guerre entre les États-Unis d’une part, et la Chine ou la Russie d’autre part, réalisées par la RAND Corporation ont conclu que les États-Unis, à plusieurs reprises, « l’ont eu dans le cul » et gravement.

Ces informations apparemment sans rapport ont toutes une chose en commun : elles illustrent la faiblesse et l’inefficacité des forces armées américaines, conséquences du déclin des deux dernières décennies. Et même si, par souci de concision, je n’ai choisi que trois exemples, la vérité est qu’il y a des centaines de récits similaires sur Internet, tous pointant vers la même réalité : la plupart des moyens militaires américains sont dans un état de délabrement terminal.

Voyons les différents départements un par un :

- L’ensemble de la flotte de surface de l’US Navy est désormais compromis en raison de sa structure centrée sur les porte-avions. Elle manque également de missiles de croisière modernes. Des classes entières de navires de surface sont désormais obsolètes – frégates – ou présentent des défaillances de conception majeures, comme le programme Littoral Combat Ship (LCS), un fiasco technique et financier.
- L‘US Air Force fait voler principalement des avions de la guerre froide, souvent modernisés, mais dans l’ensemble il s’agit d’une flotte obsolète, surtout par rapport aux avions russes ou chinois de génération 4++ et 5. En fait, le désastre absolu du programme des F-35 signifie que, pour la première fois de son histoire, l’avion américain sera surpassé qualitativement par ses adversaires probables. Même les AWACS américains et d’autres avions de reconnaissance sont désormais menacés par des missiles antiaériens à très longue portée russes et chinois, lancés du sol et de l’air.
- Quant à l‘US Army et au Marine Corps, les désastres embarrassants en Irak, en Afghanistan et ailleurs prouvent que les forces terrestres américaines ne sont fondamentalement capables que de se protéger elles-mêmes, et encore pas très bien.
- Ensuite, il y a les Space Forces, des forces spatiales récemment créées qui n’existent que sur le papier et l’US Coast Guard qui est fondamentalement hors sujet dans une guerre majeure.

Enfin, il y a le US Special Operations Command, qui n’est pas l’une des branches des services, mais seulement un commandement « fonctionnel » et « unifié », mais qui est souvent considéré comme une branche distincte des forces armées. Ces forces ont toujours fière allure dans les discours de propagande, mais la vérité est que ces forces supposément « les meilleures de la galaxie » – quoi d’autre ?! – n’ont pas encore connu leur premier succès opérationnel réel et significatif où que ce soit – ne serait-ce que pour compenser au moins leur longue histoire de minables fiascos, Desert One, la Grenade, l’Afghanistan, la Libye, etc. Et un échange de tirs mineur avec un adversaire bien inférieur ne suffit pas pour la qualification.

Permettez-moi maintenant de poser la question cruciale : qu’est-ce que cela signifie pour Israël ?

Eh bien, tout d’abord, cela signifie que les « malheureux » Israéliens sont désormais condamnés à voler avec le F-35 comme vaisseau amiral. Dans la plupart des cas, je ferais confiance aux Israéliens pour modifier et mettre à niveau leurs F-35 afin de se débarrasser au moins des pires « fonctionnalités », mais dans le cas du F-35, cela n’est même pas théoriquement possible en raison de profonds défauts de conception. Pour ceux qui ont besoin d’un rappel « officiel » de la réalité catastrophique du programme F-35, veuillez lire le rapport du gouvernement américain qui détecte 276 lacunes « critiques ».

Tôt ou tard, les F-35 israéliens se trouveront face à face avec la version d’exportation du Su-35, le Mig-29M / MiG-35, beaucoup moins cher et très performant, ou même avec un Su-57 russe, ils verront qu’ils sont définitivement dépassés, même si le résultat d’un combat air-air ne peut se réduire à la comparaison des appareils, il faut une image complète et beaucoup plus complexe pour modéliser les issues possibles. Actuellement, le Su-35 n’a été exporté qu’en Chine, mais les futurs clients potentiels pourraient inclure l’Égypte, l’Algérie et la Turquie. Quant au MiG-29M / MiG-35, des pays comme l’Égypte et la Syrie ont manifesté leur intérêt.

En parlant de la Syrie, jusqu’à présent, nous avons vu plusieurs cas d’avions israéliens interceptés et contraints de se retirer face à des Su-35S russes, et jamais un seul cas contraire. Il semble y avoir au moins un cas, bien que non confirmé officiellement – pour l’instant ? – d’un Su-35S repoussant un F-22 de l’USAF. Lorsque le Su-35 et le F-22 sont suffisamment proches, ce dernier a très peu d’espoir de s’en sortir.

Pouvez-vous deviner ce que les Israéliens vont, en plus, finir par rencontrer dans le ciel du Moyen-Orient ? Peut-être une variante d’exportation du MiG-31 ou même des MiG-31BM russes, avec leurs missiles air-air R-37 de 400 km de portée. En fait, la portée, la vitesse, le radar et les armes de cet avion permettraient à la Russie de maintenir des patrouilles aériennes de combat surveillant, par exemple, la Syrie, tout en opérant depuis le sud de la Russie.

Je m’attarde sur ces avions parce que, dans le passé, les États-Unis, tout comme les Israéliens, ont toujours compté sur la combinaison des facteurs suivants pour prévaloir :

- Une attaque surprise, plus ou moins justifiée par un faux drapeau ou par préemption ;
- La destruction d’avions ennemis lorsqu’ils sont encore au sol ;
- La supériorité aérienne pour protéger les avions à voilure tournante – hélicoptères – et les blindés avancés.

Certes, les Israéliens ont encore une grande force avec les F-16/15/18 modifiés, 14 escadrons, et plus de 300 avions, mais tout comme leurs homologues américains, ils deviennent rapidement obsolètes. Contrairement à l’armée de l’air israélienne démodée, les voisins d’Israël acquièrent des systèmes de défense aérienne de plus en plus avancés, ainsi que des systèmes de guerre électronique évolués. En d’autres termes, c’est une très mauvaise nouvelle pour Israël de devoir se reposer sur les F-35 dans un avenir prévisible.

En ce moment, les Israéliens bombardent régulièrement la Syrie, mais avec très peu de résultats autres que des proclamations de propagande, sans doute thérapeutiques, de supériorité juive sur les Arabes. Et, comme on pouvait s’y attendre, les médias sionistes que regardent les gens en Israël et en Occident sont très impressionnés. Les Syriens, les Iraniens et le Hezbollah, pas tellement…

Tout comme le complexe militaro-industriel américain a mis tous ses œufs dans le même panier avec les F-35, les Israéliens ont mis tous les œufs de leur sécurité nationale dans la volonté et la capacité éternelles de l’oncle Shmuel de venir les secourir avec de l’argent, des armes ou même des soldats.

La volonté est toujours là. Mais la capacité disparaît rapidement !

En outre, deux autres pays entrent dans une période de grave instabilité qui affectera également la sécurité d’Israël : la Turquie et l’Arabie saoudite.

Dans le cas de la Turquie, la relation entre les États-Unis et la Turquie est au plus bas, et il y a une possibilité très réelle qu’avec les sanctions et les menaces américaines, les Turcs puissent décider d’abandonner le F-35 et se tourner vers un avion russe, très probablement une version d’exportation du Su-35. Bien que ce soit – politiquement – une mauvaise nouvelle pour le CMI américain, ce serait une terrible nouvelle pour les Israéliens dont les relations avec la Turquie sont généralement plutôt mauvaises. Jusqu’à présent, la Turquie est toujours un membre obéissant de l’OTAN, avec tout ce que cela implique, mais plus l’Empire anglo-sioniste s’affaiblit, plus les chances d’une sorte d’affrontement politique entre les États-Unis et l’OTAN d’une part, et la Turquie de l’autre se précisent.

Quant aux Saoudiens, ils ont déjà activement courtisé Moscou parce qu’ils se sont rendu compte que la Russie avait largement remplacé les États-Unis en tant que première puissance régionale. L’incapacité totale des États-Unis à fournir une assistance significative aux Saoudiens au Yémen et l’incapacité des défenses aériennes américaines à protéger les champs de pétrole saoudiens contre les frappes de missiles houthis, les a convaincus qu’ils doivent désormais parler directement aux Russes, et souvent.

 

 

Certes, les États-Unis ont toujours l’apparence d’une véritable puissance au Moyen-Orient. Jetez un œil à la carte ci-dessus venant du dernier IISS Military Balance. Il y a encore beaucoup d’équipement et de personnel CENTCOM dans la région. Mais essayez de regarder au-delà de ces graphiques fantaisistes et demandez-vous : que font ces forces ? Que font-elles réellement ?

Je dirais que l’essentiel de ce qu’elles font est d’essayer d’impressionner les habitants, de gagner de l’argent avec toutes sortes de contrats militaires et, enfin et surtout, elles essaient de se protéger [et voler le pétrole syrien, NdT].

Eh oui, « l’empreinte » des États-Unis au Moyen-Orient est encore grande, mais c’est aussi ce qui rend les forces américaines si vulnérables aux attaques. Les Iraniens, par exemple, ont clairement indiqué qu’ils considéraient toutes ces installations et forces comme des « cibles » qui, à la suite des attaques de missiles iraniens de haute précision qui ont suivi le meurtre du général Suleimani, signifient que l’Iran a désormais les moyens d’infliger des dégâts majeurs sur toute force régionale assez folle pour chercher des noises à l’Iran.

Bien sûr, chaque fois que quelqu’un écrit que les États-Unis ou Israël ne sont pas invincibles, il y a toujours au moins une personne qui dit quelque chose comme « Oui, peut-être, mais ils ont des armes nucléaires et ils les utiliseront s’ils sont menacés ». Ma réponse est différente pour le cas des États-Unis et pour le cas d’Israël.

Dans le cas des États-Unis, alors que toute première utilisation d’armes nucléaires entraînera un suicide politique pour l’Empire, aucun adversaire des américains au Moyen-Orient n’a la capacité de riposter de la même façon contre les États-Unis.

Dans le cas d’Israël, cependant, les choses sont encore plus graves.

Premièrement, nous devons nous rappeler que, pour des raisons géographiques évidentes, les Israéliens ne peuvent pas utiliser d’armes nucléaires pour attaquer, du moins pas les forces à proximité de la frontière israélienne. Pourtant, s’ils sont sérieusement menacés, les Israéliens pourraient prétendre qu’un autre « Holocauste » va se produire et que la « défense du sang juif » ne leur laisse pas d’autre choix que d’utiliser des armes nucléaires sur, disons, des cibles iraniennes ou syriennes. Je soutiens que plus les dégâts infligés par de telles frappes nucléaires israéliennes seront graves, plus la détermination des Arabes et/ou des Iraniens sera forte. C’est le problème de la dissuasion : une fois qu’elle a échoué, elle a totalement échoué et il n’y a généralement pas de « plan B ».

Est-ce à dire qu’une attaque majeure contre Israël est inévitable ?

Non, pas du tout. D’une part, les États-Unis et Israël peuvent encore infliger d’immenses dégâts à n’importe quel pays ou coalition de pays qui les menacerait, et ils n’ont pas besoin de recourir à l’arme nucléaire pour y parvenir. Le fait que ni les États-Unis ni Israël ne peuvent obtenir quoi que ce soit qui ressemble à une « victoire » n’implique nullement que l’attaque des États-Unis ou d’Israël est facile ou sûre. Les deux pays ont encore beaucoup de puissance militaire conventionnelle pour faire payer un prix énorme à tout attaquant.

Deuxièmement, c’est précisément parce que les États-Unis et Israël ont encore beaucoup de pouvoir militaire que leurs adversaires favoriseront un affaiblissement progressif et lent des anglo-sionistes plutôt qu’une confrontation ouverte. Par exemple, s’il est vrai que les États-Unis n’ont pas eu l’estomac pour attaquer l’Iran à la suite de la frappe de missiles de représailles des Iraniens, il est également vrai que les Iraniens ont soigneusement « calibré » leur réponse afin de ne pas forcer les États-Unis à riposter. La vérité est qu’à l’heure actuelle, aucun des deux pays ne veut d’une guerre ouverte.

La même chose peut être dite de la Syrie et du Hezbollah qui ont fait très attention de ne rien faire qui forcerait les Israéliens ou les États-Unis à passer des attaques symboliques actuelles à de réelles et significatives frappes aériennes de missiles.

À l’heure actuelle, les États-Unis peuvent encore imprimer suffisamment de dollars pour maintenir Israël à flot, mais nous savons déjà que s’il est souvent très tentant de déverser de l’argent bon marché sur un problème, cela ne constitue pas une stratégie durable, en particulier lorsque les capacités militaires réelles des États-Unis et des Israéliens se dégradent rapidement. À l’heure actuelle, personne ne sait combien de temps durera le dernier régime ouvertement raciste de la planète, mais il est extrêmement improbable que l’entité sioniste puisse survivre sans que l’Empire ne la soutienne. En d’autres termes, tôt ou tard, « l’État juif d’Israël » n’aura pas plus de chances de survie que, disons, « l’État indépendant du Kosovo » ou, d’ailleurs, « l’Ukraine indépendante » : ce sont tous des vilaines métastases de l’Empire, qui, en elles-mêmes, ne sont tout simplement pas viables.

 

À ne pas manquer, sur E&R :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pour le pays avec le plus gros budget militaire au monde, on se demande où va l’argent.
    Dans les yachts et escortes des actionnaires ?
    Dans les bases secrètes de l’état profond ?
    Dans la corruption généralisé pour que leur système survive ?
    Dans les programmes militaire privé ?
    Dans les médias corrompus ?
    Dans tout les programmes annexes : contrôle de la population, chemtrail, coup d’état intra et extra territoriaux ... ?
    Ou tout ça en même temps ?

    J’en laisse un peu à Big Pharma, quand même !


  • juste une question idiote " çà se traduit comment " the Saker " ?

     

  • Il y a mille façons de faire la guerre : les virus informatiques, par exemple ou semer le chaos social chez l’adversaire ( voir L’Irak). Ceux qui surfent sur la modernité l’emporteront toujours sur ceux qui ont un train de retard. La force d’Israel n’est pas dans son armée mais plutôt dans sa faculté à maîtriser le discours...
    Le F-35, pour merdique qu’il soit, n’est qu’une anecdote, un caillou dans la chaussure et ne remet pas en cause l’hégémonie américaine. Après tout, l’Internet est presque à 100% américain, notre culture également, non ?

     

  • #2475664

    Si l’israel utilise la bombe atomique, il est fort probable que le Pakistan l’utilise a son tour. Donc ca sera un suicide par etat interpose pour la communaute des lumieres.

    Il y a un autre facteur qui va les mener a leur perte, c’est que les juifs orthodoxes deviennent de plus en plus nombreux. Ils sont meme majoritaire devant les "laiques", si je ne dis pas de betise. Jamais les orthodoxes ne se remettront en question s’ils vont droit dans le mur a cause de leur dogmatisme.

    Bref, a moins que leur mashiah vienne, ca risque de chauffer pour l’oncle shmuel.


  • Cela fait plusieurs années que je prétend que l’Iran a la bombe atomique.
    Pour plusieurs raisons simples et évidentes
    Leurs voisins :
    L’Irak détruit en trois mois
    Le Paskistan possède la bombe.
    Il est bien évident que l’Iran a la bombe, mais ne communique absolument pas sur le sujet.
    En haut lieu tout le monde le sait.
    A noter aussi Israel ne survole plus du tout la Syrie, mais envoie des missiles depuis ces avions depuis le Liban.
    Le hezbollah est en train de s’équiper de matériel pour régler cela, c’est une question de temps.

     

    • j’espère que ça va aller vite , qu’on en finisse de tout ça depuis le temps que ça dure -
      un atout qui peut faire tout basculer , les kamikazes n’ont pas peur de mourir … que ce soit dans les attentats ou dans les guerres -
      c’est pas les cas des mauviettes qui envoient les gosses des autres se faire massacrés comme en Syrie par exemple


  • ça signifie qu’ils sont en train de se prendre des quenelles de douze dans le fion


  • Nous constatons que la communauté qui vénère le Diable pour anticiper la venue de leur Messie ; et que la ruse du Diable est de faire croire qu’il n’existe pas ; et que cette entité sioniste ne doit sa survie qu’avec une propagande permanente de la pleurniche (ex. le véto US) donc je crois que l’on accorde un peu de sur-représentation de son pouvoir militaire vu le comportement lâche de ses soldats envers une population à l’agonie mais toujours résistante qui démontre sa faiblesse, car l’orgueil de ces gens est de faire des guerres par proxy car ayant une peur de la mort. Toutes les nations qu’ils les parraines sont en train de s’apercevoir de leur gangrène dans leur société, l’histoire est un perpétuel recommencement.


  • Alors, est-ce que des patriotes américains auraient fait en sorte de saboter le programme F35 afin de dire "non" à une guerre contre Chine/Russie (et mettre Israël dans une position où l’aide US serait limitée) ?

     

    • Le programme du F-35 a été lancé il y a 30 ans...ils ont la vue perçante, vos « patriotes »...


    • Non, peu probable. Un patriote ne va pas tirer un obus dans le pied de sa défense nationale juste pour emmerder le sionistan. Trop dangereux pour son propre pays. Le programme F-35 est saboté dès le départ par un cahier des charges bien trop lourd, impossible à tenir dans le temps imparti car nécessitant trop d’innovations technologiques à la fois. De mon point de vue, ce qui a flingué ce programme avant tout est la recherche obsessionnelle de la furtivité passive, combinée à l’impératif du multi-rôles et au fait de devoir subvenir aux besoins de 3 corps d’armée à la fois. Et probablement une énorme corruption de la part de Lockheed Martin (c’est juste une intuition qui n’engage que moi).
      Résultat : il n’y a plus qu’eux (Lockheed Martin) sur le marché des chasseurs américains (avec Boeing pour le F/A 18 Super Hornet, voué à être remplacé par les versions embarquées du F-35 Super Dindon). Tous les autres constructeurs d’avions mythiques comme Grumman avec les F-14 Tomcat, McDonnell Douglas avec le F-4 Phantom II et les F-15 ont disparu de la scène aéronautique militaire ou ont été absorbés par les 2 derniers survivants. A part donc Boeing, Lockheed Martin n’a plus aucune concurrence et livre les 2 seuls chasseurs appelés à équiper les armées US dans le futur, à savoir le F-22 et le F-35. Étant donné que le F-35 fuit gravement du joint de culasse et que le F-22 a vu le développement de sa version embarquée annulée pour cause de dépassement scandaleux du budget, les USA sont obligés de se reposer majoritairement sur le seul avion fiable qu’il leur reste pour leur aéronavale : le F/A 18 Super Hornet. Mais celui-ci atteint doucement ses limites opérationnelles et se rapproche dangereusement de sa fin de vie.
      Donc pour une puissance militaire se reposant pour une grande part sur sa flotte embarquée, ça craint du boudin de ne pas pouvoir aligner de superbes et efficaces aéronefs sur les ponts d’envols de leurs très nombreux porte-avions. Pour défoncer le Mali, ça va, ça suffit. Pour s’attaquer à la Russie, à la Chine ou encore à l’Iran, le F/A 18 et le "F-35 pas si furtif et pas supersonique pendant trop longtemps", c’est plutôt léger. Surtout qu’en face, il y a du lourd, pas trop cher à produire en masse au besoin.
      Alors si un "patriote" a saboté le programme F-35, prévu pour être le seul chasseur destiné à équiper à terme TOUS les porte-avions américains, ce mec là, il faut qu’il arrête la géo-politique, la stratégie militaire et même de jouer au Risk.


  • A mon avis personne n emploiera l arme nucléaire y compris tactique car même dans cette option la riposte ne pourra pas n être que tactique et entraînera la planète dans une destruction irréversible dont les milliardaires qui gouvernent le monde occidental ne veulent pas . C est juste une question de bon sens et non une question militaire stratégique : qui a envie de vivre toute son existence à 500m sous terre dans un bloc de béton même luxueusement aménagé ?
    _Admettons même que les ricains bombardent Téhéran et massacrent disons 200/300 mille habitants , dans le monde musulman les peuples se soulèveront et aucun yankee ne sera plus en sécurité dans le monde entier : invivable. D autre part des représailles seront exercées contre Israël qui rayeront ce pays de la surface de la terre .


  • C’est ce que dit Nassrallah : l’Etat sioniste mourra de lui-même. Les médias nous montrent un Tel Aviv (Jaffa) touristique, insistent sur la légitimité des Juifs sur la région, mais ne nous disent rien de tous ces "réfugiés" européens qui s’envolent vers l’Amérique dès leur passeport israélien délivré ... Il y a plus, beaucoup plus, d’Israéliens qui quittent Israel que de Juifs qui font leur alya. Sans parler de la natalité et de la démographie qui finira par donner raison aux "terroristes" du Front de libération de la Palestine : une Palestine laïque, multi-confessionnelle et multi-ethnique, mais une Palestine unique, sans les sionistes et les LGBT ! Cela se passera ainsi, n’en déplaise aux rabbins et aux genrés ...


  • Belle analyse géopolitique. Quelques remarques : le principe de la dissuasion veut que celui qui dégaine le premier est mort et le sait, comme cela il ne dégaine pas. Si personne n’attaque l’IRAN (concept de guerre préventive), c’est que chacun sait qu’il perdra la partie comme en Afganhistan (Israël, USA). Le monde est condamné à la paix !



  • Bien que ce ne soit pas la première fois qu’une « opération spéciale » des États-Unis se termine par un échec embarrassant, même selon les normes américaines, cette dernière catastrophe au Venezuela est douloureusement humiliante



    A propos de cette affaire il faut préciser un truc : je ne pense pas que les services US soient cons au point de penser que 3 mercenaires soient en mesure d’envahir et de renverser le gouvernement d’un pays comme le Vénézuela. Pas plus que d’éventuels insurgés auraient besoin de l’assistance de seulement 3 experts pour renverser le gouvernement en place. En réalité l’envoi de ces hommes étaient un test, des éclaireurs pour voir les capacités de détection des forces armées vénézueliennes en prévision d’une opération d’une plus grande ampleur. Ce n’est pas possible que les USA aient sérieusement penser pouvoir renverser un gouvernement et son armée régulière juste avec 3 pékins !

     

    • Ce n’est pas l’armée officielle qui a essayer "d’envahir" le Venezuéla (Trump ne veut pas entrer en guerre contre qui que se soit) mais l’armée reguliere de l’etat profond qui est aujourd hui en etat de decomposition avancé...


    • francky

      Armée régulière ou armée de mercenaires...ce n’est pas mon propos ! Mon propos est que l’on ne peut pas envahir et renverser le gouvernement en place d’une nation de plusieurs dizaines de millions de personnes avec 3 soldats/mercenaires... ! A titre d’exemple plus de 100 000 mercenaires étrangers n’ont pas été capables de renverser le gouvernement syrien...
      Il est bien évident que ces trois gugusses ont été envoyés pour tester les capacités de surveillance des forces armées vénézuéliennes avant d’envoyer une équipe plus fournies en hommes et matériels...or la capture des trois gugusses a démontré que le Venezuela est capable de surveiller ses eaux territoriales...


  • Oui, l’état d’Israel devra faire amende honorable avec l’affaiblissement de l’empire US qui tente de faire survivre son dollar par ses forces armées.
    Le combat aujourd’hui est entre les patriotes dont les têtes d’affiches sont Trump et Nethanyau (Zemmour en France) qui veulent la survie du dollar et de l’empire US, et les mondialistes (Soros-OMS-Gates-Pelosi-UE) soutenus par la Chine qui oeuvrent pour un monnaie mondiale et qui tirent les ficelles de la pseudo-épidémie de Corona. La Russie reste neutre, car si elle souhaite conserver sa pleine souveraineté, elle souhaite aussi vraiment la fin de l’hégémonie du dollar : c’est pour cela qu’elle a joué le jeu du virus. Il faut lire le dernier article d’Alastair Crooke qui en donne une vision claire.

    Les deux camps recherchent la domination mondiale, et les émeutes US animées par les antifas et autres anti-racistes sont le fer de lance du mondialisme contre Trump et les nations. Il est probable que 10 ans après l’opération anti Strauss-kahn réussie, les patriotes US ne puissent plus maintenir le dollar, et qu’Israel cherche à se tourner vers la Chine. C’est d’ailleurs pour cela que Pompeo est allé remonter les bretelles des Israéliens au sujet des investissements Chinois en Israel.

    Nous aurons soit la continuation de l’empire suprémaciste anglo-sioniste, soit plus probablement la fin progressive du dollar et le transfert du pouvoir aux cinglés de la dystopie mondialiste soutenus par la Chine.

    Tout va bien...

     

    • Exactement, c’est pourquoi quand je vois des gens dire les trois dirigeants patriotes Xi Trump Poutine tous ensemble contre le NOM je dis non ! Xi est justement avec les mondialistes contre Trump, et Poutine n’a pas vraiment d’autre solution que de rester neutre et regarder le spectacle.

      C’est un peu dommage car en restant passif il se pourrait bien que les forces mondialistes et les chinois finissent par avoir la peau de Trump et dans ce cas plus personne ne pourra leur barrer la route et c’est monde carcéral et orwellien assuré.


  • Je rappelle a tous ceux et celles qui critiquent Trump comme de bons antiaméricanistes primaires qu’ils sont que l’Amérique Trumpienne se bat contre l’état profond et les mondialistes qui sont pour le coup le véritable empire a combattre !

    Critiquer les USA avant l’arrivée de Trump c’était justifiable mais designer l’Amérique de Trump comme étant "l’Empire" est une erreur absolue. Ces temps-ci la chine marche beaucoup plus avec les mondialistes, les pédo-démocrates us (pour mieux vaincre ensemble leur ennemi commun qu’est Trump), Bill Gates et l’OMS que jamais auparavant.

    C’est presque a se demander si ils sont pas en train de remplacer les Etats-Unis comme force majeur du NOM esclavagiste (voir les camera a reconnaissance faciale, la 5G, le lavage de cerveau etc beaucoup trop de points communs entre la chine et le monde orwellien dont rêvent les mondialistes.

    Au contraire Trump représente le blanc chrétien et nationaliste qui se bat pour le maintient de ses libertés fondamentales comme la liberté d’expression et le port d’arme. Deux mondes qui s’opposent et qui s’affrontent, et je pense que nous les dissidents patriotes Français ressemblons beaucoup plus au deuxième groupe que je viens d’énoncer qu’au premier. Pour moi y a pas photo.


Commentaires suivants