Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Recrudescence des tirs à la frontière arméno-azérie

Le fragile cessez-le feu dans le conflit du Haut-Karabagh a été ponctué par des coups de feu au cours des deux décennies où il a été mis en place. Jusqu’à présent en 2014, 20e anniversaire de la trêve, les gens des deux côtés disent que davantage de fusillades se sont produits au cours des dernières années, avec une hausse marquée du nombre de décès et de blessures.

Des informations précises à propos de ces incidents - en particulier sur qui a tiré le premier - sont difficiles à cerner, et la preuve doit provenir de fonctionnaires de chaque côté. Les incidents transfrontaliers ont lieu à la fois sur la frontière d’Etat entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie et le long de la “ligne de contrôle“ qui forme une frontière autour du Haut-Karabagh depuis que les hostilités à grande échelle ont pris fin en 1994.

Le ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan a déclaré le 20 Juin que, trois civils dans le village de Alibeyli dans le quartier nord-ouest du Tovuz, ont été blessés par des tirs de soldats en provenance d’Arménie.

Kamaladdin Abassov, un médecin à l’hôpital de Tovuz, a déclaré à l’IWPR que Nurjan Nagiyeva 5 ans été blessé « légèrement » tandis que sa grand-mère Garagiz eu une balle dans le pied, et Anayat Aliyeva, 45 ans , présentaient des blessures par éclats d’obus.

Garagiz Nagiyeva, 72 ans , a dit que les soldats arméniens avaient tiré sur le village pendant plusieurs jours. « Cela a vraiment fait peur aux enfants, et ils étaient toujours en train de pleurer. Dans la matinée, nous avons décidé de les emmener vers leur oncle dans la ville. Quand nous avons quitté la maison, cela était calme - les Arméniens ne tiraient pas - mais ils ont ouvert le feu dès qu’ils nous ont vus. J’ai vu que toute la jambe de Nurjan était couverte de sang, et j’ai ensuite regardé et vu que j’avais du sang qui coulait sur mon pied » dit-elle. « Cela n’a pas l’habitude d’être comme ça. Ces derniers mois, ils ont été tiré sur tout le monde, enfants et adultes ».

A Erevan, le ministère arménien de la Défense a rapporté la mort de cinq soldats par des tirs azerbaïdjanais rien qu’en Juin. Deux d’entre eux ont été tués le 5 Juin dans les bombardements en provenance du Nakhitchevan, une enclave de l’Azerbaïdjan située sur le côté sud-ouest de l’Arménie. Un troisième a été tué dans la même région le 19 Juin. Le même jour, un soldat en service avec l’armée de l’administration arménienne du Karabagh a été tué et un autre est mort le lendemain, également à la suite de tirs de l’Azerbaïdjan. Doktrina, un groupe de réflexion à Bakou, rapporte qu’au cours des six premiers mois de cette année, dix soldats azerbaïdjanais ont été tués et dix autres ont été blessés, de même que sept civils dans des incidents à la frontière. Il affirme que le nombre d’incidents de tirs a augmenté de deux ou trois fois par rapport à la même période l’an dernier.

« Dans la situation actuelle, il n’existe aucun mécanisme spécifique pour compter le nombre de violations du cessez-le-feu et les déclarations faites par les deux côtés sont assez subjectives » a déclaré le directeur de Doktrina, Jasur Sumerinli, à l’IWPR. « Cependant, en général, les statistiques disponibles indiquent que la situation sur la ligne de front est différente de celle des années précédentes, et est extrêmement chaude ».

Des articles dans les médias d’Erevan ont indiqué que les forces arméniennes avaient progressé vers de nouvelles positions près de la frontière avec le Nakhitchevan et le porte-parole du ministère de la Défense Artsrun Hovhannisyan a affirmé que c’était les Azerbaïdjanais qui créaient des problèmes. « L’ennemi met la pression sur la situation à la frontière non pas pour lancer des opérations militaires de grande envergure, mais de faire pression sur l’Arménie, ou peut-être simplement parce que l’armée de l’Azerbaïdjan a un complexe d’avoir été vaincu » a-t-il dit. « Je vous assure que les forces armées arméniennes restent fidèles à la trêve en position debout prêtes à résister à l’agression ».

En Azerbaïdjan, Jasur Sumerinli a la thèse contraire, disant que les unités arméniennes devaient être principalement à blâmer pour avoir ouvert le feu. Il a dit qu’elles l’ont fait pour des raisons politiques, afin de mettre la pression sur l’Azerbaïdjan pour que des pourparlers de paix aient lieu, ou contenir le mécontentement public national sur des questions telles que les décès inexpliqués de conscrits.

Les négociations sur un règlement de paix au Karabagh sont menées par la France, la Russie et les Etats-Unis, en tant que co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE. En mai, à l’occasion du 20e anniversaire de la signature de cessez-le feu, les co-présidents ont invité l’Arménie et l’Azerbaïdjan à faire davantage pour parvenir à un règlement.

« Les parties ont montré peu d’empressement à profiter des opportunités offertes par les pays co-présidents ou prendre les décisions politiques nécessaires pour progresser dans ce processus de paix » dit une déclaration conjointe publiée par le Groupe de Minsk. « L’absence d’un règlement final a entraîné le déplacement continu de centaines de milliers de personnes, la menace perpétuelle de l’escalade de la violence le long de la frontière internationale et la ligne de contact, et une idée fausse dans certains milieux que le statu quo ne peut être maintenu indéfiniment ».

Chaque fois qu’il y a une recrudescence des tirs transfrontaliers, les analystes des deux côtés craignent que la situation pourrait exploser en conflit à grande échelle, soit par inadvertance ou délibérément.

Vahan Shirkhanyan, ancien ministre adjoint arménien de la défense est convaincu que cela n’arrivera pas.

« Les grandes puissances - la Russie, les États-Unis et l’Union européenne - sont tous présents dans le Caucase du Sud ; il y a des alliances militaires ; et nous avons l’Iran et la Turquie en tant que voisins. Dans ces circonstances, Bakou, Erevan et le Karabakh n’ont pas les armées, les ressources économiques ou politiques pour une évaluation indépendante afin de commencer une guerre » a-t-il dit. « Et je ne vois de grandes différences entre les grandes puissances dans notre région comme il en existe en Ukraine ».

Manvel Sarkissian, chef du Centre arménien pour les études nationales et internationales, a déclaré que Moscou était en grande partie une force pour la stabilité, car il tient à attirer l’Azerbaïdjan ainsi que l’Arménie dans l’Union douanière et plus tard l’Union économique eurasienne. Dans le village d’Alibeyli, la mère de Nurjan Sevinj Nagiyeva a parlé du coût humain de la persistance des tensions sur le terrain.

« Elle [Nurjan] avait tellement peur qu’elle n’a pas voulu parler ou même boire un verre d’eau durant deux ou trois heures. Puis, lentement, elle a commencé à venir à elle-même » a déclaré Nagiyeva à l’IWPR . « J’ai été blessé au genou lorsque j’étais un enfant en 1995. Je sens encore la douleur, et je boite quand je marche. Combien de temps pouvons-nous vivre dans la peur ? Qu’ils finissent cette guerre maintenant et pour toujours, afin que nous puissions vivre une vie normale ».

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je connais pas la position d’Alain Soral sur ce conflit, est il pour L’azebaidjan car elle est l’allié de L’Iran ou est il plutôt pour L’arménie pro russe ?
    Erdogan veut ouvrir sa frontière avec l’Arménie, je pense pas qu’il va le faire pour pas decevoir son allié .
    Le génocide Azérie contrairement au " soit disant " génocide arménien n’est pas connu en France et beaucoup moins médiatique, les lobbys arméniens comme les lobbys juifs écrasent la sphère médiatique .Faut mettre à nue toute la vérité sur ce conflit qui persiste toujours, ces deux anciennes républiques soviétisés sont presque en guerre la russie devra faire un choix redoutable alors quelle voulait intégrer ces deux pays dans l’union eurasiatique. La Turquie l’Iran surtout la Russie vont jouer un rôle majeur dans ce conflit .Pour le bien de L’arménie qui subit l’enclave de l’Azerbaidjan , de la Turquie et de la Géorgie elle devra tout faire pour calmer les tentions et pour son bien économique faire la paix avec ces voisins .

     

    • Il n’y a pas de génocide Azérie. Le génocide arménien est une réalité. Le Royaume d’Arménie a longtemps été autonome et bien géré. Après le génocide le pays était trop faible pour résister au communisme russe. Cela ne veut pas dire qu’ils sont pro-russe. Beaucoup aimeraient pouvoir se détacher de cette emprise. Certes certains arméniens nationalistes espèrent reprendre le pays et bénéficier de "réparation", les plus réfléchis savent que c’est pas aux turcs de Turquie de payer pour les actes des jeunes turcs Ottoman et ne demandent que la reconnaissance historique pour pouvoir faire leur deuil. Aussi, le lobby arménien est assez inexistant face au lobby juif. En faite, après l’URSS le pays est resté aux mains des oligarques qui ne font que s’enrichir personnellement. Quand on voit que le pays se vide à une vitesse incontrôlable car la situation y est invivable on ne peut pas comparer ça à Israel. Israel a une population qui augmente chaque année. En Arménie, les hommes partent vers la Russie pr travailler, où ils finissent par rester. Contrairement à certaines régions du monde où la polygamie est qqch de culturel, en Arménie il n’y a pas cette coutume. Pourtant, le nombre d’hommes diminue tellement qu’ils considèrent à légaliser la polygamie. Aussi, les arméniens de la diaspora ne veulent pas retourner au pays. Seuls les arméniens de Syrie y vont car c’est mieux qu’un pays dans le chaos. L’Arménie n’est en rien comparable à Israel. Tout d’abord car les arméniens sont sur leurs terres depuis 4000ans, et ensuite parce qu’ils n’ont jamais eu l’aide qu’Israel a toujours eu avec une puissance comme celle des Etats Unis. L’Arménie est un grand pays qui a été affaibli. L’Azerbaidjan est un petit pays qui a trouvé du pétrole et qui se sent plus pissé. Alors comme ils ont le pétrole ils sont les rois et font ce qu’ils veulent. En attendant les arméniens ont bien raison de se défendre et si les Azéris ne sont pas content ils devraient voir avec leur gouvernement qui les fait vivre dans la misère et fait croire au peuple qu’ils ont besoin d’un territoire habité par les arméniens. Alors oui, quand on occupe son peuple avec une guerre inutile et injustifiée, on s’en mets plein les poches...c’est connu ! Et si les rois du pétrole ne sont pas les rois du monde comment expliquer le manque de réaction de l’ONU quand Safarov a tué Margaryan à coup de hache durant son sommeil. Un juif aurait fait ça à un palestinien ça aurait été pareil zero réaction. L’inverse non.


    • ghjfiiikk

      Je suis assez d’accord avec tes arguments, ça veut pas dire que toutes tes phrases sont bonnes, pour toi la génocide Azérie n’est rien plus qu’une vielle rumeur ? Les Azéries ont connus un déplacement de masse, plusieurs milliers de colon sont morts, on peut pas défendre un génocide et renier un autre c’est un fantasme de penser de cette manière comme celle des juifs qui commettent actuellement un génocide déguisé par une défense national du pays .

      L’Arménie est un grand pays qui a été affaibli

      Faut être plus précis dans ton commentaire, elle est grande en quoi ? culturellement peut être cette nation regorge de richesse historique sinon le pays en lui même est mince, l’arsenal militaire et tout aussi mince, son histoire est tragique .
      La vie est moins difficile en Azerbaidjan comparé à l’Arménie tu peux toujours parler de " roi " ou de peuple qui se sente plus pisser m’enfin tu es de mauvaise fois là, la façon ou t’expliques les rôles des élites du pays qui partagent aucune richesse avec son peuple ressemble étrangement à toutes les élites du monde rares sont les ministres, les présidents qui aiment plus leurs peuples que l’odeur de l’argent .Cette guerre sera tragique des deux côtés, si l’Arménie veut perdre l’enclave quelle subit elle doit faire la paix avec ces voisins, un pays ne peut pas vivre économiquement si elle doit subir un blocus ,de plus elle perdra l’avantage de " rouvrir " ces frontières avec la Turquie, car les Azéries et les Turcs sont comme des frères, ils laisseront jamais l’Azerbaidjan aux mains des arméniens, la Turquie pourra peut être chercher un prétexte de défendre cette région garder un oeil sur cette région là comme pour le Nord de la Syrie et l’ONU ne bougera encore une fois pas un pouce .