Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Retour sur le rond-point de l’homophobie

Des rondelles (de tomates) qui auraient pu coûter très cher

Seul un psychopathe resterait de marbre à la pensée du lynchage homophobe du samedi 17 novembre à Bourg-en-Bresse, sur un rond-point tenu par des Gilets Jaunes.
Le service Fact-Checking d’Égalité & Réconciliation a enquêté.

 

Depuis cette éruption de haine contre la sexualité valorisée, il ne s’est quasi rien passé en France. En tout cas rien en comparaison du péril de mort encouru par deux homosexuels en Twingo.

La première victime du mouvement de contestation, Chantal Mazet, 63 ans, écrasée au rond-point de Pont-de-Beauvoisin en Savoie ? La justice travaille à son rythme. La chauffarde en 4X4, à l’accélération émotive, s’expliquera dans quelques années. En attendant, elle a été placée sous contrôle judiciaire. Un geste qui égayera le petit noël des Gilets jaunes embastillés.

 

JPEG - 145.3 ko
Fiorina, 20 ans. (Sans commentaire)

 

Il y a bien cette octogénaire, Zineb Redouane, à Marseille... Suite à un problème de grenade en pleine face, elle décède au bloc opératoire. Franchement, qui peut contrôler à la perfection la courbe de ce type de projectile ? Les agaceries par tirs de flash-ball ? L’œil de Jean-Marc, originaire d’Oléron ? L’œil d’Alexandre Frey, père de famille de 37 ans, celui de Fiorina, une picarde de 20 ans, le nez brisé en prime ? Calmez-vous tous : distribution de lunettes noires et il n’y paraîtra plus.

Revenons à l’irréparable. À l’ignominie dès les premières heures de l’Episode 1. Comme si les dieux de l’uranisme voulaient flétrir le mouvement fluo-obscurantiste au berceau.
Imaginez... Deux hommes unis par un tendre sentiment, nichés dans une choupinette de Twingo... Ils gazouillent les propos habituels aux couples qui vont à l’hypermarché. (Attention, le dialogue qui va suivre est une création d’artiste) :

« Je crois qu’il y a une réduc’ sur les petites tomates.
– Et alors ?
– Ben, pour les rondelles de tomates qu’on met sur les pizzas végétariennes !
– Ah ! Ouais... T’as raison. Je les avais pas mises sur la liste.
– À propos de rondelles et de réducs... »

L’amour fou, quoi. Mais le marivaudage cesse. Au rond-point la croyance des tourtereaux en un monde bien ouvert se rétracte. Les gorges se nouent. Bienvenue en Terre inconnue. Tribu des Gilets en vue ! Ici pas d’arc-en-ciel et d’éphèbes progressistes, grappes de raisins suspendues aux strings. Horreur ! Le jaune domine dans ce paysage sombre comme un boyau interdit. Des fluorescences zèbrent un air du temps hétéro-normé et semblent y inscrire des sentences de mort !

 

JPEG - 319.5 ko
Gilets Jaunes... où s’arrètera leur folle radicalisation ?

 

Le dialogue qui suit est une fiction :

« Qu’est-ce qui se passe ? » s’affole le passager à la place du mort ?
« Il se passe que pour les rondelles de tomate, je le sens mal ! » répond le conducteur tassé sur la place du vivant (mais pour combien de temps encore ?)

Pour la suite les versions divergent... Raphaël Duret a confié à la Voix de l’Ain (la référence journalistique locale) :

« On s’est engagés sans vraiment se rendre compte et là, tout d’un coup, ça été une tornade sur la voiture. On s’est fait insulter, menacer, oui, j’avais peur. »

Cette unique version est reprise à l’infini. Aucun média ne juge bon de recueillir plus d’informations, de recouper d’autres témoignages. L’horrible vérité se répand : visions de Ku-Klux-Klan festif et de nègres lynchés, de populace moyenâgeuses brandissant en étendards de révolte des bougres empalés sur des fourches.

Il y a ces récits qui évoquent une tentative de forcer le barrage, une femme blessée. Le couple en Twingo réfute. La presse nationale ne relayera pas cette hypothèse.

Il n’y a qu’une version. Tant mieux, la carrière politique de Raphaël Duret ne saurait souffrir d’insinuations populistes : il est conseiller municipal. La suite tombe à pic, elle est belle comme du Cocteau évoquant Jean Marais. C’est elle qui fera couler l’encre et crépiter les écrans. Un docker alcoolique, probablement une « marmule » pour reprendre une expression d’en-bas – c’est une supposition mais qui d’autre ? – éructe :

« Je le reconnais c’est un PD ! »

Ouf ! La carrière municipale prend un tour progressiste à la mode ! Mais n’oublions jamais : l’homophobie tue chaque jour. Le jour-même Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, déclame : « Chaque insulte, chaque agression homophobe est une injure à notre pacte républicain. » Denis David, Gilet Jaune de 23 ans, père d’un bébé, lui, s’est fait injurier par un camion polonais, le 13 décembre, sur le rond-point de Bonpas en Avignon. Le pacte républicain se porte bien, merci.

 

JPEG - 81.4 ko
Non, les Gilets Jaunes ne sont pas homophobes. Ici un agent d’entretien (peut-être gay mais c’est pas sûr) pense à son rond-point préféré.

 

Tout le monde le sait : « PD » est un sobriquet charmant qui fourmille sans méchanceté dans les conversations populaires. Autant – peut-être même moins – que dans les milieux joyeux de France et du Marais. Hurler à l’homophobie sous prétexte qu’on prononce ce mot relève de la maladie mentale. Bon, okay, il faudrait dire « pédéraste » mais l’époque réclame du tempo. Qui dirait « Beau-frère » pour « Beauf » ?

Sur les ronds-points ce sont rarement des bridgeurs qui se gèlent les pompes de sécu. Aussi il semble évident que cette diffamation à l’encontre des Gilets Jaunes relève du mépris de classe.

Revenons à « l’ascension » politique de Raphaël Duret, le mot est de... (toujours) La Voix de l’Ain, le média qui compte en Bresse. En 2013, l’hebdomadaire, pour les besoin d’une série de portraits consacrée aux jeunes loups du terroir, cite son profil Twitter : « Raphaël... qui est plutôt très à gauche et à la fois très gay ».
Bon, très gay (ouh ! l’horrible anglicisme !), si ça lui fait plaisir. Mais très à gauche ? Pas sûr que feu Andreas Baader eut été d’accord. Plutôt un cheminement sans risque, sans panache et avec la finasserie de terrain habituelle : Raphaël aurait ressenti une attirance pour le Front de Gauche... ou le PC. Une pulsion adolescente pas très claire. Il s’adonne ensuite au chevènementisme ! Et enfin... le PS. À une époque où seuls quelques arriérés n’avaient pas compris que ce tremplin-là était définitivement HS. Cet aventurisme échevelé paye encore un peu : un secrétariat de section du parti, un siège à la mairie. Il est membre de la commission démocratie locale et de la commission urbanisme-déplacements.

Notre notable lorsqu’il répond à un quizz, toujours de l’hebdo, a des fulgurances. Quelque part entre le Marquis de Sade et Rimbaud. Il trouve le Front national « obscur ». Son modèle ? « Le Mitterrand de 81 ». Plus queer : il « aime bien la personnalité » de Hollande. Là, on entre dans des fantasmes singuliers que nul n’a le droit de juger. Un révolutionnaire en somme puisqu’il clame que le système est « à reconstruire ».

Avec un tel CV, on s’étonne qu’ il n’ait pas bloqué la Twingo d’un grand coup de frein à main pour fraterniser avec ses frères du prolétariat. Ou qu’il se soit effarouché du viril « Je le reconnais c’est un pédé » . Une formule de bienvenue adressée à un humble serviteur du peuple.

À propos de service... Les revenus modestes de Bourg-en-Bresse seront ravis de noter que Raphaël Duret donne dans la pizza au civil (remember les rondelles de tomates ?). La carte de son établissement, Chez Raph, ouvert depuis Juin 2015, est abordable à des tarifs Gilets Jaunes. En sus, notre ami à bon cœur : il a mis en place une opération charitable comme une saison des Enfoirés. Dans le cadre de « Croissant Suspendu », un client s’achète un croissant, et en paye un autre à – je cite (les larmes aux yeux) le gratuit Ma(g) ville Bourg-en-Bresse : « des mères de famille, des étudiants, des personnes âgées... ». C’est émouvant cette répartition, très marxiste.

 

 

Avec le flair politique et le sens de l’Histoire qu’on lui sent, Raphaël Duret ne devrait plus tarder à faire son coming-out macronien (si ce n’est déjà fait). À cette nouvelle étape de son « ascension », il devrait à nouveau bénéficier de l’amicale complicité de La Voix de l’Ain (presse catholique au départ, quand même !). Son rédacteur en chef, Nicolas Bernard, écrivait le 5 mai 2017 :

« Défier le populisme suppose un nouveau progressisme qui combatte les remèdes illusoires du protectionnisme, du repli identitaire et de l’étatisation de l’économie. C’est ce projet d’ouverture et de rassemblement qu’a tenté d’expliquer Emmanuel Macron durant cette campagne. »

En attendant de nouvelles explications du président, une information consternante vient de tomber : les dégradations de la Twingo ne seront pas remboursées par la compagnie d’assurance. On attend le communiqué de SOS Homophobie.

Pierre-Marie

Réflexions sérieuses sur le phénomène pédé,
chez Kontre Kulture

 

Retrouvez Pierre-Marie sur E&R et ERFM :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2104934
    le 19/12/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Retour sur le rond-point de l’homophobie

    Ah ! si seulement il y avait eu une mouche dans l’habitacle du véhicule !

     

    • #2104949

      Vous voulez parler de Roger, j’imagine ! :-)


    • #2105037
      le 19/12/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Retour sur le rond-point de l’homophobie

      Plutôt la blague racontée par Coluche :
      - C’est un routier qui rentre dans une voiture et dans la voiture y’a deux pédés.
      Alors les pédés s’excusent : "Oui, on a perdu le contrôle du véhicule, parce qu’il y a une mouche qui est rentrée dans notre voiture !"
      Le routier répond : "Éh bien moi, les mouches je les encule !"
      Et les deux pédés font "Bbzzzzz".

      Note que sur le site où je l’ai repêchée, il est précisé :
      Si certaines blagues peuvent se révéler "crues", elles ne sont en aucun cas destinées à favoriser l’exclusion sociale ou la haine raciale.


    • #2105108

      Ah ok ! :-) Pas d’homophobie, pas d’amalgame ! Stop à la haine. Bon eh bien du coup Roger va peut-être devoir donner de sa personne pour prouver qu’il n’est pas homophobe.


    • #2105206
      le 19/12/2018 par Ceslaoui
      Retour sur le rond-point de l’homophobie

      @ Palm Beach Post : "Cult !"
      La petite précision du site en question vaut son pesant de cacahuètes !
      Tout cela me rappelle une blague, que je ne pourrais raconter à l’écrit car elle s’accompagne de gestuelles bien précises...
      Mais peut-être que certains la connaissent : la chute, "je t’enculerai tellement fort, que les yeux t’en sortiront de leurs orbites..."
      C’est de circonstance !
      Ami poètes, bonsoir...


  • #2104963
    le 19/12/2018 par Sedetiam
    Retour sur le rond-point de l’homophobie

    Vous déconnez, pour ce qui concerne le chauffeur polonais, cela a été suffisemment rapporté dans les journaux, sur tout support, que le type, paniqué, se serait trompé de pédale. Dit-on...
    On imagine le Mickey de la blague du rond-point (« prêt fait raie ») sur ceux de Walt Disney World Resort, Orlando ou même à Disneyland Paris. À entendre les merdias, pour qui les écoute, ce serait comme si les Looney Tunes et Merrie Melodies envoyaient leur Titi de Gilet Jaune poursuivi par un Grosminet ?
    Le plus fou c’est que j’ai un pote feuj qui, mieux que Zizi (de Fernandel) en est (mieux, parce que nous sommes sûrs qu’il en est, alors que dans la chanson parodique, « on » ne fait que le dire, supposément) ainsi qu’une copine qui se trouve (ou qui se cherche) autant à voile qu’à vapeur, en train d’acter leur classe sociale, de concert sur un rond point, sans se préoccuper (ni préoccuper les autres) de leurs attirances sexuelles particulières, voire même, pour le premier, de son appartenance ethnique et religieuse (selon la doxa), quoiqu’il se fiche de l’un et de l’autre.
    L’une et l’autre se retrouvent « jaunes » et, pour les avoir visités sur leur rond-point qu’ils tiennent depuis un bail avec une fine équipe, les voici même de mèche avec un ancien de 68, qui se retrouve comme au bon vieux temps, dit-il... Générations aux antipodes partageant l’instant historique avec la même ferveur, le même destin et à projeter, pour ainsi dire, le même horizon au-delà du feu de palettes : à tout le moins, l’acte VI.
    Les journaux, télévisés, radiophoniques, papier ne sont vraiment que des égouts qui se déversent dans le cerveau des gens pour que vous puissiez rapporter cela.
    Qu’ils viennent sur les ronds-points : l’on croirait voir toutes les catégories confondues appelées par Coluche en 1981... déjà sur papier jaune. Auxquelles viennent se greffer certaines classes dites moyennes et les retraités.
    Ne manquent que les condés et les bidasses, pour parfaire le carton* plein.

    *jaune (en attendant l’ultime)


  • #2105038

    Le totalitarisme au pouvoir tue et estropie des gens et pas une de ces fameuses communautés républicaines pour s’en offusquer ou pour les plaindre.


  • #2105040

    Il faut que De Brague fasse une vidéo sur ce sujet d’actualité.


  • #2105195

    Belle analyse dans le fond, style très plaisant.
    Comme dirait François (pas le pape, l’autre) :
    Merci (à l’auteur) pour ce moment.


  • #2105277
    le 20/12/2018 par espritos
    Retour sur le rond-point de l’homophobie

    Les phobies ne sont pas condamnables , il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une technique de ruse qui consiste à flouter une idéologie très particulière , enlever de gré ou de force l’idée qu’un enfant grandisse avec un père et une mère , cette idée n’a rien de nouveau comme l’a si bien fait remarquer Marion Sigaut en 1750 des parents ont protestés contre l’enlèvement des enfants , aujourd’hui les médiats comme le gouvernement de l’époque mentent comme des arracheurs de dents , et ce n’est pas un hasard si le terme homophobie est apparu en même temps que le politiquement correct ce sont des techniques de ruses contre tout opposant donc par définition dictatoriale le tout soutenu par un mur financier.


  • #2105304

    texte très inspiré et drôle. j’aime beaucoup ce que vous faites, tout en étant un pd


  • #2105479
    le 20/12/2018 par Blindvision
    Retour sur le rond-point de l’homophobie

    "Sur les ronds-points ce sont rarement des bridgeurs qui se gèlent les pompes de sécu."

    Sacré Pierre-Marie, même à l’écrit on retrouve sa verve légendaire (enfin par chez moi).

    Texte succulent !

    Je t’adore Pierrot ne change rien...


  • #2105545

    Ah ! Pierre Marie, quel talent...
    Une petite émission sur Erfm avec Pierre Marie, Soral et Dieudo vaudrait sont pesant de cacahuète.


  • #2105616

    Je comprends leur panique dans leur twingo. Il y a de quoi se tromper de pédale dans l’affolement !


  • #2105629

    Un lieu bientôt rebaptisé rond-point des fiertés avec force peinturlurage de couleurs criardes.


  • #2105911

    A Lyon (ou plutôt sa grande banlieue), ils sont outrés par l’antisémitisme....

    https://www.leprogres.fr/rhone-69/2...

    MDR !


Commentaires suivants