Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Royaume-Uni : Theresa May limoge son ministre de la Défense

La lente implosion du gouvernement britannique ?

Un scandale lié à la décision d’autoriser une participation de l’équipementier chinois Huawei au réseau 5G au Royaume-Uni ébranle depuis plus d’une semaine le gouvernement britannique.

 

L’histoire raconte la lente implosion du gouvernement de Theresa May, où la discipline collective a complètement disparu et où les conseils des ministres sont devenus de véritables guerres de tranchées. Mercredi 1er mai, la Première ministre britannique a limogé son ministre de la Défense, Gavin Williamson. Elle l’accuse d’avoir fait fuiter des informations venant du Conseil national de sécurité (NSC), classées confidentielles.

La fuite remonte au 23 avril. Ce jour-là, le NSC, qui se réunit chaque semaine et comprend une dizaine de ministres et les représentants des principaux services de sécurité, prend la décision d’autoriser Huawei à participer à la construction de son futur réseau de téléphonie mobile 5G. Londres choisit ainsi de ne pas suivre la ligne dure de Washington, qui exclut entièrement la firme chinoise. S’il n’est pas naïf sur les risques d’espionnage, le NSC préfère une approche permettant à Huawei de fournir des équipements périphériques.

Sur le fond, la décision divise profondément au Royaume-Uni. Mais, sur la forme, il y a un autre problème : la Première ministre n’a rien annoncé officiellement. Pourtant, dans les heures qui suivent la réunion du NSC, le Daily Telegraph fait fuiter l’information, avec un degré de précision et de certitude qui permet de comprendre que la source est l’un des participants.

Rapidement, les patrons des renseignements britanniques tapent du poing sur la table. Que les décisions du conseil des ministres sur le Brexit fuitent dans tous les sens, c’est le problème de la classe politique. Mais, sur les affaires de sécurité nationale, ils espéraient que la discrétion soit encore de mise.

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

Une étrange série, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quand on te dit que « tu » ne sors pas comme tu veux d’un système : de la prédation impériale.
    Les Français et les Italiens feraient bien de prendre de la graine sur le « coût » du Brexit : « coups bas » compris ; afin de fourbir leurs armes...


  • #2190253

    Cette vieille folle croit toujours que c’est Poutine qui a empoisonné l’ex espion russe Skripal ? Elle en est où son enquête de pieds nickelés ?

     

    • L’affaire Skripal ? On en est à faire taire les témoins. Skripal et sa fille n’ont pas été revus en public ni n’ont pu communiquer avec leur famille depuis tout ce temps ! Cela fait désordre. C’est même carrément honteux.


  • #2190261
    le 02/05/2019 par The Médiavengers Zionist War
    Royaume-Uni : Theresa May limoge son ministre de la Défense

    L’Immonde dans ses oeuvres. Une belle occasion de casser du sucre sur le dos des Anglais, en se servant d’une affaire à mes yeux insignifiante, pour critiquer Theresa May et le Brexit, qui n’a rien à voir avec l’affaire évoquée a priori. En quoi le fait de vouloir travailler avec les Chinois relève du secret défense concernant une technologie destinée au public ?
    Ah, mais les Anglais ne suivent plus les ordres de Bruxelles ou de Washington ? Quel infamie !
    Il y a bien d’autres vrais scandales au Royaume-Uni. Est-ce que l’Immonde en parle ?

     

    • En quoi le fait de vouloir travailler avec les Chinois relève du secret défense concernant une technologie destinée au public ?

      Réponse : Conflit US-Chine.

      Le Monde parle de "patrons du renseignement britanniques" qui tapent du poing sur la table. N’oublions pas que ces patrons là sont en réalité à Langley (Virginie, US). cf "Five Eyes".
      L’appareil de renseignement de l’Empire s’inquiète :
      - d’un risque évident : l’existence de backdoors dans le matos Huawei.
      - d’un problème avéré, même s’ils ne peuvent en parler : l’inexistence dans le matos Huawei des backdoors indispensables à la NSA.

      D’autre part, la supériorité technologique du complexe militaro-industriel américain n’existe plus que dans un seul domaine, la micro-électronique. Ce dernier bastion est contesté par Huawei.
      pleins de détails intéressants chez unz review :
      http://www.unz.com/article/huawei-5...

      Le MIC US est très remonté.
      Pas remonté au point d’envoyer des tueurs liquider les cerveaux de Huawei. Mais il est juste un cran en-dessous, il a commencé à capturer des otages : googlez "heritiere de huawei extradition canada"
      (le Canada appartient, comme l’UK, au groupe des "Five Eyes")

      Pour une analyse plus britannico-britannique :
      Le matos Huawei peut intéresser en Europe, malgré le risque d’espionnage chinois, car il peut protéger de l’espionnage US.
      La classe dirigeante britannique est divisée entre les pro-Europe, comme May, qui sabotent le Brexit, et les pro-US qui l’ont fait voter. D’où la péripétie d’aujoud’hui.

      Notez que lorsque le Daily Telegraph publie la fuite, il le fait en trahissant sa source (trop de précisions dans son article). Maladresse de la part du Telegraph ? Probablement pas, car le Telegraph est depuis toujours le journal "sérieux" des anti-Europe, pro-Brexit (et ainsi, allié objectif des US).


  • #2190401

    Les américains font le même coup au constructeur chinois Huawei qu’il ont fait au constructeur d’équipement de télécommunication français Alcatel.

    Il faut savoir que toutes les grosse boites de télécommunication mettent des chevaux de Troyes dans leurs équipements pour que le service de renseignement du pays du constructeur puisse espionner les réseaux qui utilisent leurs équipements.

    En France les équipements Alcatel permettaient aux Français d’espionner. Les américains ont donc tout fait pour que Alcatel soit détruit. Et c’est Cisco qui a remplacé Alcatel en France. Les américains contrôlent donc la totalité des réseaux en France qui utilisent principalement du matériel Cisco.

    Les américains ne veulent pas que les chinois puissent espionner comme eux, donc ils essaient d’empêcher Huawei de vendre ses équipements de télécommunication 5G.

    C’est une guerre de l’information à mort qui se joue sur les équipement de télécommunication.

    Cette guerre a déjà été gagnée par les Israéliens qui conçoivent maintenant les nouveaux microprocesseurs intel en Israel.

    Avant les israéliens pouvait connaître les failles de sécurité des chips Intel grâce aux ingénieurs américain binationaux, mais les américains les connaissaient aussi puisque les ingénieurs américains participaient à la conception des circuits intégrés.

    Maintenant ils sont les seuls à connaître les chevaux de Troyes qu’il mettent dans les nouveaux microprocesseurs Intel.

     

    • Je serais intéressé pour connaître les sources, à propos d’Intel et Israël


    • En réponse à JP : je travaille pour Intel. Et je confirme.
      De nouveau mode de chiffrement permettent de chiffrer même les transactions CPU pour éviter qu’jne Personne se connecte sur une machine et manipule les données. C’est dire le niveau de protection... si ce niveau de protection nous est demandé c’est que des gens l’ont déjà fait..........


    • @ Testou
      Merci beaucoup pour votre réponse à mon interrogation !

      Quant au chiffrement des transactions CPU, je n’aurais pas imaginé que l’on allait jusque là.
      Juste une précision : ces "transaction CPU" désignent-elles exactement : les communications entre cores ? les communication entre cores et mémoire cache ? les communications entre cores et North(South)Bridge ? ou encore autre chose ?


    • #2191171

      JP.
      Il suffit de suivre la simple actualité informatique.

      https://www.ynetnews.com/articles/0...
      https://www.timesofisrael.com/intel...
      https://security.stackexchange.com/...

      Si vous voulez d’autres informations plus pointues allez sur usenet sur les fils security.


    • @m amrn

      Merci pour vos 3 références, mais :
      - la 1ère ne parle que de gros investissements ds la production, à Kyriat. Vous confondez avec le développement ?
      - la 2ème pareil, si ce n’est que vers la fin elle mentionne en passant, sans plus de précisons, l’existence de trois labos de recherche Intel en Israêl. Bon.
      Sachant que wikipedia signale aussi de son coté que 10% de la force de recherche de Intel est à Pékin, que peut-on en conclure ? Ben, ce dont on se doutait forcément, à savoir qu’une partie de la recherche d’Intel a été implantée dans les coins de la planète où il y avait une concentration de cerveaux. Toutes les grandes boites technologiques font cela.
      - la troisième est une histoire à dormir debout. La seule chose prouvée par cette référence là, c’est que vous n’avez pas conscience de vos lacunes. Car il y a 2 gros bugs évidents : 1) Vous oubliez que les ondes 3G ne peuvent pas pénétrer dans le coffret en acier du PC, sans compter la difficulté qu’elles auraient à atteindre le processeur, dans sa propre enveloppe métallique, coincée entre le cuivre de la carte-mère et l’alu du radiateur. Cages de faraday, enfin m***e ! 2) Aviez-vous vu que cela supposerait pour fonctionner la complicité de tous les opérateurs de téléphonie afin qu’ils relaient ce signal 3G, ou au minimum, afin qu’ils gèrent l’embouteillage des fréquences.

      En dehors de ce qui concernait Israël, votre contribution initiale était intéressante.
      Par contre, il était a priori peu probable que les US aient lâché le contrôle d’Intel. Il aurait donc fallu apporter des preuves très solides.


    • #2191549

      JP.

      Apporter des preuves "solides" dans ce domaine reviendrait à se griller. E&R n’est pas une centrale de renseignement.

      Faites votre travail. Vous n’êtes pas obligé de me croire.

      Je vous ai mis suffisamment d’informations publiques pour que votre curiosité soit éveillée.

      Concernant la conception des chips, il vous suffira (je ne suis pas là pour faire votre travail), de consulter les offres d’emploi dans la "silicon vallée" israélienne. C’est le B A BA de l’intelligence économique.


    • #2191552

      @JP.

      Encore une précision, c’est celui qui construit le chip au final qui maîtrise ce qu’il contient. Il suffit de changer les masques de production pour y ajouter quelques transistors ou remplacer un lot de chip par un autre lot pour inonder la planète de chips vérolés.

      Sachez aussi que les usines de semi-conducteurs utilisent énormément d’eau pour fonctionner car il faut laver l’usine continuellement. On peut alors se demander pourquoi installer des usines en Israël ou l’eau manque cruellement.

      On peut donc supputer que cette décision d’Intel est une décision purement politique et pas économique.

      Il vous reste à répondre par vous même aux diverses raisons qui auraient pu pousser Intel à faire ce choix non économique.


    • Vos affirmations ne sont plus les mêmes.
      Pourquoi donc ?

      J’’ai démontré qu’Israël ne contrôlait pas la recherche/développement d’Intel.
      Votre affirmation ayant donc été factuellement démentie, vous prétendez maintenat que " Il suffit de changer les masques de production pour y ajouter quelques transistors ou remplacer un lot de chip par un autre lot pour inonder la planète de chips vérolés."
      Toujours le même procédé : à partir de l’erreur ou de l’ignorance du réel, inventer des arguments contrefaits.
      Apprenez que les masques des microprocesseurs Intel sont ce qu’il y a de plus complexe à concevoir et fabriquer dans la micro-électronique. Il faut un niveau de compétence technologique qui est le monopole d’Intel et son concurrent AMD. Si Israêl possédait cette compétence, ils auraient depuis longtemps lancé une industrie concurencant Intel et AMD.
      D’autre part, il est totalement invraisemblable que "quelques transistors" seraient suffisants.
      Et il est tout autant invraisemblable que le contrôle qualité d’Intel n’aurait jamais détecté les modifications/remplacements, alors qu’il ne faut que quelques secondes à un système de contrôle visuel informatisé à l’échelle microscopique pour s’assurer de la conformité du produit dans ses moindres détails internes.

      La réalité, c’est que vous n’avez jamais la curiosité de chercher vos erreurs éventuelles. Vous n’avez pas non plus cette curiosité qui pousse à acquérir le savoir nécessaire ; Vous n’êtes curieux que de ce qui pourrait être le point de départ d’élucubrations, de romans, dans lesquels vous vous complaisez.
      Et donc, (comme c’est étonnant !), vous prétendez que c’est moi qui serait dépourvu de la curiosité nécessaire. Ouais, certes, je ne possède pas cette forme de curiosité qui vous est nécessaire, à vous.

      Tout dépend de la sorte de nécessité considérée :
      - s’agit-il de pouvoir regarder objectivement la réalité (donc obligatoirement, s’instruire assez pour pouvoir détecter ses propres erreurs d’analyse),
      - ou de trouver quelque matériau pour construire une réalité virtuelle (mais prétendument réelle) qui glorifie son créateur : il est le héros solitaire combattant les forces du mal.
      Vous connaissez le grand roman de Cervantès ?

      ps : quant aux nouvelles recherches que vous me proposez de faire sur Internet : Vous auriez du plutôt proposer vos excuses pour le temps que je venais de perdre sur vos fausses sources. Mais bon, le temps d’autrui compte moins que votre divin nombril, non ?