Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Scandale à Strasbourg : la mairie résiste aux injonctions sionistes

L’antisionisme n’est pas un antisémitisme

L’Alliance internationale de la mémoire de l’Holocauste (IHRA) entend bien imposer au monde en général – et à la France en particulier – sa propre définition de l’antisémitisme. Et, on l’aura deviné, cette définition est plutôt toute personnelle (pour ne pas dire arbitraire) et très extensive (pour ne pas dire despotique).

 

La définition par l’IHRA peut être lue sur le lien suivant. On notera quelques lignes litigieuses :

- le refus du droit à l’autodétermination des Juifs, en affirmant par exemple que l’existence de l’État d’Israël est le fruit d’une entreprise raciste ;

- le traitement inégalitaire de l’État d’Israël, à qui l’on demande d’adopter des comportements qui ne sont ni attendus ni exigés de tout autre État démocratique ;

 

Pourtant de nombreuses organisations, assemblées et villes, dont Paris et Nice, ont adopté cette définition, se pliant les unes après les autres aux injonctions sionistes, évitant ainsi le stigmate de l’infamie. En effet, si les uns sont terrorisés d’être marqués du sceau indélébile de l’antisémitisme dont on ne sort jamais, les autres s’alignent sur la doxa le cœur empli de motivation, d’idéalisme antiraciste et pétri de contrition face à l’horreur des camps et de la barbarie nazie. Face tu perds, pile je gagne, dans tous les cas la définition sioniste de l’antisémitisme progresse.

Mais voilà, tel un caillou dans une chaussure de déporté – ce qui, admettons-le, fait mauvais genre – madame le maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, a validé le rejet de la proposition, à 39 voix contre, 19 pour et 1 abstention ! Stupeur.

 

Madame le maire Jeanne Barseghian, pas peu fière

 

Ce score, c’est un peu tuer une deuxième fois les six millions de juifs victimes des camps de la mort. C’est ce qu’ont dit en substance les mandarins du sionisme. Shimon Samuels, un des dirigeants du centre Simon-Wiesenthal, affirme que « rejeter cette définition, c’est revenir à un sombre passé », en citant « l’environnement historique » et évoquant le bien sombre camp de concentration de Natzweiler-Struthof, à une cinquantaine de kilomètres de Strasbourg, en Alsace. Le nazisme rôde encore, le ventre fécond de la bête immonde, etc.

Embrayant sur le même refrain, Michel Rothé, administrateur du site Web Judaïsme d’Alsace et de Lorraine, persiste et signe : « ce refus a été un électrochoc pour les Alsaciens qui vivent en Israël » en rappelant que plusieurs actes et comportements antisémites ont été récemment observés dans la région. Songeant, ému, à « ces faits qui inquiètent » à Strasbourg et dans la région, il rappelle la larme à l’œil tous ces événements pré-génocidaires comme cet artiste graffeur, insulté parce qu’il portait un tee-shirt avec Israël marqué en petit, ce livreur refusant de porter des repas à des juifs, mais aussi les profanations de cimetières et leur cortège d’inscriptions racistes et antisémites...

De son côté, Maurice Dahan, président du Consistoire israélite du Bas-Rhin, s’est inquiété que la majorité ait refusé de mettre « des mots justes et éclairés sur ce fléau qu’est l’antisémitisme et les démons qui l’animent ». Homme généreux, il explique : « Je lui ai tendu la main, mais elle s’enferme dans le dogme ». Pendant ce temps, le grand rabbin Harold Avraham Weill s’attriste : « La maire de Strasbourg a raté une occasion de reprendre le dessus (...) Au sein de la communauté, les gens sont extrêmement choqués ».

Dans une embardée irénique, le sociologue Freddy Raphaël nous explique que « la reconnaissance minimale de ce qu’a été la Shoah renvoie à tous les peuples opprimés ». Surtout lorsqu’on sait que l’antisémitisme n’est pas mort, puisque pour Alain Fontanel, élu LREM, « aujourd’hui l’antisionisme se retrouve dans les cours d’école, dans les prisons » !

Malheureusement, le débat en question a eu lieu le même jour que le vote de la subvention de la mosquée Eyyub-Sultan qui bénéficia d’une petite allocation de 2,5 millions d’euros par la même mairie de Strasbourg. Télescopage des petits avantages entre amis et autres bidouillages électoralistes.

Ce sont donc des élus Europe Écologie – Les Verts et communistes qui auront fait ici un petit travail de résistance, et c’est peut-être encore ça le plus triste de l’histoire. Mais, que l’on se rassure, Madame le maire de Strasbourg a mis fin à la polémique : « Nous sommes tous engagés contre l’antisémitisme ». Ouf !

Repentance éternelle :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2705312

    Autre fois la belle gauche anti sioniste pouvait "passer" à droite, aujourd’hui, il n’y a plus de réceptacle pour les recevoir. Où irait les Doriot, Déa, et tant d’autres ?

     

    Répondre à ce message

  • #2705313

    Les Alsaciens qui vivent en Israël !? Pourquoi sont-ils partis vivre en Israël ? Peut-être parce qu’ils se sentent plus juifs qu’alsaciens ou français ? Parce que franchement, les agressions antisémites en Alsace, Excusez-moi du peu !
    En revanche, il y a une section très active de juifs (et non juifs) au sein de L’UJFP de Strasbourg particulièrement anti-sioniste ! Des juifs "antisémites" très certainement , incroyable ! Je pense que les personnes qui ont voté contre cette énième tentative de nouvelle définition de l’antisémitisme sont simplement un peu plus informées de ce qu’est devenu l’idéologie sioniste. Les autres sont soit des ignorants, soit des collabos.

     

    Répondre à ce message

  • #2705324

    Nous autres les Mohicans de France et de Strasbourg n’aurions donc plus guère le choix qu’entre être turquifiés/sanisettifiés ou éteints par des satanistes déguisés, les deux hyènes finalement s’entendant comme larrons en foire, quitte à s’entre mordre à l’occasion.

     

    Répondre à ce message

  • Il ne va pas falloir attendre longtemps pour que l’élue plie à mon avis. Des qu’il est question d antimitisme, de racisme, la gauche capitule toujours en rase campagne.

     

    Répondre à ce message

  • #2705367

    Je pense qu’elle ne devrait pas tarder à avoir des gros ennuis.
    Elle a intérêt à être sans casserole , tout comme ceux qui ont rejeter cette espèce de lois gayssot.bis.

     

    Répondre à ce message

  • #2705475

    ce refus a été un électrochoc pour les Alsaciens qui vivent en Israël.

    Hahahaha !

    par contre pour les alsaciens comme les normands qui vivent au Chili............gratte moi l’autre.

     

    Répondre à ce message

  • #2705484

    Celle-là, à mon avis , ne fera pas un second mandat.

     

    Répondre à ce message

  • #2705597
    Le 13 avril à 18:55 par Assez !!! Ras-le-bol !!!
    Scandale à Strasbourg : la mairie résiste aux injonctions sionistes

    Mais finalement que veulent-ils ?
    N’avons nous pas le droit, sur nôtre sol ancestral , à prendre des décisions qui nous conviennent à nous ?
    C’est quoi cette ingérence dans nos idées, concepts, décisions administratives ?
    Comment est possible d’avoir Alsaciens qui vivent en Israël ? C’est plutôt des juifs nés sur sol Alsacien qui vivent en israël car les vrais Alsaciens sont génétiquement Allemands, n’est ce pas ?
    Pourquoi usurpent -ils / s’approprient ils l’origine génétique des Alsaciens Allemands ?
    Que Dieu me garde de ces gens insupportables

     

    Répondre à ce message

  • #2705791

    Il ne s’agit certainement pas de courage politique ni d’une quelconque volonté légitime de s’affranchir de la tutelle trop pesante du consistoire israélite et encore moins de l’envie de sortir de logiques communautaires centrifuges ...

    De la part d’une élue EELV, ça serait presque une hérésie tant le logiciel politique et les références idéologiques de cette formation sont tout autant viciées par l’islamo-gauchisme que par la soumission aux mythes fondateurs de l’Etat d’Israël, et les deux sont loin d’être incompatibles...

    Non, il s’agit avant tout de calculs clientélistes et électoralistes et de l’intérêt bien compris par cette élue et sa formation de ne pas froisser la communauté musulmane de la ville en validant une définition excessive de l’antisémitisme imposée d’en haut par une officine communautaire juive.

    Cette bravade n’est que temporaire et l’élue frondeuse fera bien vite amende honorable en gratifiant le centre Simon Wiesenthal, le mémorial de la Shoah ou Yad Vashem d’une prochaine visite pour obtenir, non pas la rémission de ses fautes ou un éventuel pardon, mais pour s’engager à préserver la mémoire de l’holocauste, à soutenir la lutte contre l’antisémitisme et à reconnaitre et défendre la légitimité de l’entité sioniste. A cette fin, des lignes de crédits seront affectées par la mairie pour réalisation de ses objectifs devenus, par la force des choses, prioritaires. Le consistoire fera ses comptes et notre élue en sera quitte pour un rappel à la Loi... jusqu’ aux sollicitations prochaines de la communauté musulmane.

    Les élus de la République en sont réduits à jouer les pendules entre les exigences mémorielles, cultuelles et culturelles des minorités agissantes et influentes constituées en lobbys, voila tout. Cela est vrai pour l’ensemble du territoire, quelques soit les formations politiques et les communautés concernées. Les seuls oubliés de ce partage du gâteau électoral sont les contribuables autochtones sommés d’assumer le coût de ces choix politiques.

     

    Répondre à ce message

  • Onfray va s’étrangler en mangeant son chapeau, lui qui n’arrête pas de vociférer contre " les verts qui sont des islamo-gauchistes pro-palestiniens, pro-BDS" (
    Sic)...Ce mec se ridiculise en voulant trop cirer les pompes israéliennes pour passer à la tv "française". Le concept d’islamo-gauchisme a déjà fait long feu : Macron, par la voix d’ Attal, a fait savoir qu’il n’y croit pas , donc les journalistes mainstream (Apathie en-tête dans " c l’hebdo") se déchaînent contre la ministre Vidal accusée de raconter n’importe quoi. Fin de partie pour elle et Blanquer, qui lui en plus sombre dans complotisme pour justifier le bide technique de son "école à la maison " , qui serait, d’après lui, sabotée par...les Russes (sic).
    .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents