Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Sionisme et nazisme, entre collaboration et opposition – Conférence de Pierre Hillard à Grenoble

À l’occasion de la sortie de son dernier livre intitulé Sionisme et mondialisme : le sionisme, de ses origines au IIIe Reich, 1895-1941, la section E&R Grenoble recevra Pierre Hillard le vendredi 3 juillet 2020 à 20h à Grenoble pour une conférence intitulée « Sionisme et nazisme, entre collaboration et opposition ».

 

Entrée : 7 euros (à régler en liquide) (conférence suivie d’un pot en ville)

Réservations : inscription obligatoire ; merci de remplir ce formulaire en mentionnant pour chaque personne : nom, prénom, adresse électronique, numéro de téléphone.

- Possibilité de commander, lors de l’inscription par mail, des livres du site Kontre Kulture et des produits du site Au Bon Sens (économisez le prix de la livraison !) jusqu’au lundi 29 juin 2020, 20h, à payer sur place en liquide

- Stands Kontre Kulture et Au Bon Sens sur place

 

Cliquez sur l’affiche pour vous inscrire :

 

Le quatrième de couverture du livre :

Traiter du sionisme et de son évolution depuis l’engagement de Theodor Herzl à promouvoir la renaissance d’un État juif – lors de son premier Congrès à Bâle en 1897 –, nécessite de connaître les causes profondes ayant incité cet homme à s’engager dans une telle aventure, laquelle détermina tout le xxe siècle ainsi que le début du xxie. Cet ouvrage en apporte pour la première fois les explications grâce à l’étude des Carnets complets de Theodor Herzl, 1895-1904.

C’est tout l’enjeu de la première partie de ce livre que d’éclairer les coulisses du monde politique, économique, financier et religieux européen avant la Première Guerre mondiale : forts de 1600 pages, ces carnets proprement décortiqués donnent les véritables raisons qui ont conduit à la guerre de 1914. La proclamation de la Déclaration Balfour en 1917, qui reconnaissait l’existence d’un foyer juif en Palestine dans le cadre d’un mandat britannique, fut une conséquence et une étape de ce travail de fond. Une accélération du phénomène se fit cependant en août 1933 lors de la conclusion de l’Accord de la Haavara (« transfert » en hébreu) entre les autorités nazies et sionistes.

Alors que tout semblait les opposer, cet Accord permit l’élaboration d’une politique de peuplement juif et de modernisation de la Palestine – phénomène qui a perduré jusqu’en avril 1941 – accélérant ainsi la création de l’État d’Israël en 1948. L’autre intérêt de ce livre est de présenter dans sa seconde partie, à l’aide de nombreuses pièces d’archives, ces événements si méconnus dont les répercussions se font aujourd’hui toujours sentir dans le cadre d’un mondialisme apparemment triomphant.

Propos tenus par Theodor Herzl à l’ambassadeur américain Oscar Straus : « Je lui ai dit que je considérais uniquement Rome comme l’adversaire. J’ai oublié de lui en donner la raison profonde. C’est parce que le catholicisme romain est aussi universel que le judaïsme. Rome est le frère riche qui hait son frère pauvre [le judaïsme]. » (Carnets complets de Theodor Herzl, 29 décembre 1899, Volume III, p. 899)

Retrouvez Pierre Hillard sur E&R :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 






Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • C’était très présomptueux de la part de Theodor Herzl de soutenir :
    "C’est parce que le catholicisme romain est aussi universel que le judaïsme."
    Car seul le catholicisme romain est universel.

     

    Répondre à ce message

    • Quel sophisme ! C’est scandaleux !!!!

      C’est surtout que le premier cité arrive historiquement à la suite du second, qu’il en est son accomplissement, donc il n’y a pas lieu de les confronter - sauf dans le but inavoué et satanique d’imposer le second au détriment du premier... c’est-à-dire d’inverser l’ordre des choses, bref de dénier Dieu et Ses commandements !

       
    • Malheureusement non. Le Catholicisme est apparu sous une forme plus ou moins reconnaissable en tant que telle au 5ème siècle, plus exactement à partir de Saint Augustin qui en fut le premier grand compilateur ainsi que le grand initiateur des débats théologiques qui allaient déchirer l’Occident pour longtemps (comme la grâce et la prédestination), ainsi que le premier grand justificateur de pratiques qui allaient caractériser le catholicisme comme le baptême systématique des enfants et le culte des reliques.

      La religion un peu plus antérieure à laquelle Constantin se convertit sur son lit de mort, tout comme celle qui prévalut au Concile de Nicée, était à toutes fins pratiques l’orthodoxie grecque, du moins quelque chose que n’importe quel voyageur des temps modernes aurait spontanément identifié à l’orthodoxie grecque de par ses rituels, ses discussions et ses exercices de piété.

      Le Christianisme antérieur au Concile de Nicée ressemblait extérieurement (mais pas du tout par son dogme ... sauf qu’en Inde on a toujours trouvé une telle variété de dogmes dont plusieurs qui ressemblent que c’est un point bien secondaire) à une secte hindoue, privilégiant le même type d’ascèses comme moyen d’accès au divin. Ces trois formes religieuses que je mentionne furent toujours extrêmement conflictuelles entre elles, autant ou plus que tard le Catholicisme et le Protestantisme issu de la Réforme.

      L’histoire du christianisme est celle d’une série de ruptures avec la maison-mère aussi considérables en leur genre que la rupture entre le judaïsme et le premier christianisme, et toujours la rupture se fait dans l’Idée que l’on continue une tradition que la maison-mère trahit par déviance majeure. Jésus en voulait énormément à l’establishment juif de son temps d’avoir pris goût pour les discussions interminables de la philosophie grecque et pour l’irruption de tant d’intellectualisme plus généralement parlant, discussions sans fin dont le Talmud allait faire un idéal de vie religieuse.

       
  • L’intitulé de la conférence m’en donne déjà l’eau à la bouche...

     

    Répondre à ce message

  • je viens de visionner l’exposé de Pierre Hillard de 1h30 sur le canal youtube de Silvano Trotta. c’est passionnant. je l’ai revu deux fois de suite car tellement c’est dense

     

    Répondre à ce message

  • #2488315

    Svastiskas et étoiles de David, sionistes et nazis, tout ça dans le même sac...Mais qu’est ce qui lie tout ce beau monde si ce n’est les réseaux maçonniques de la Haute avec leur base suisse où l’anti-sémitisme est né avec Von Hundt-Radowski, tout comme le sionisme, à Bâle, en face de la banque des banques (BIR) que les hauts officiers nazis franc-maçons dirigèrent comme Schacht, Funk, etc à côté de hauts aristocrates tels que Norman Montagu, maçon et templier. Ces Messieurs détestent la société patriarcale juive, trop autonome à leur goût comme ces kibutz polonais qui faisaient vivre un million de personnes. Le BIR a probablement été fondé avec le fric détourné aux petits épargnants americains après le krach de Wall Street. Sur le toit de la Knesset on trouve une pyramide, encore un symbole occultiste...

     

    Répondre à ce message

    • "Svastiskas et étoiles de David, sionistes et nazis, tout ça dans le même sac." Quand tu as dis çà tu t’es fait plaisir mais tu n’as rien dit. Pourquoi pas : "Svastiskas et étoiles de David et Faucille et Marteau, sionistes et nazis et bolcheviques, tout ça dans le même sac.

      Le sac de billes de François Joffo ?

       
    • #2490032

      À Marcaugier, on pourrait très bien dire svastiskas, étoiles de David, marteaux et faucilles dans le même sac puisque tous les hauts nazis, sionistes et stalinistes sont franc-maçons. Les nationaux-socialistes allemands et russes eux ont été systématiquement éliminés (Nuit des longs couteaux par exemple). Nuance !

       
  • Ce n’est pas en faisant le procès obsolète et anachronique du national socialisme qu’on fera avancer la cause de la lutte contre le mondialisme.

     

    Répondre à ce message

  • J’ai réceptionné l’ouvrage mercredi 24. J’ai lu l’introduction d’une vingtaine de pages, où l’on apprend déjà que l’épouse de Théodore Herzl le co-fondateur du sionisme a épousé en 1889 Julie Naschauer. Mariage qui fut un échec : il a failli tourner en divorce. Elle mourut, trois ans après son mari, souffrant d’hystérie dans une clinique psychiatrique. Le couple eut trois enfants, présentant tous les trois de gros+++ problèmes psychiatriques et une fin de vie désastreuse. Voir la note 178 page 59, très révélatrice.

    Ce qui est révélateur et en dit long sur les effets mentaux délétères de l’idéologie sioniste sur le monde après Herzl ... et la contamination des esprits, les mentalités, comment le mental des Hommes a-t-il pu autant être affecté pour faire entrer au forceps des conceptions inversées de l’ordre naturel au point que la fausse science ladite «  psychiatrie  » est venue supplanter, détruire les sciences de l’ESPRIT Vivant confirmant l’ordre naturel, inscrit en chacun de nous. « Psyche » c’est l’âme en grec et non le mental ...

    Et que dire aujourd’hui, du contrôle mental de la population atomisée par la propagande, baillonnée par un masque, une censure pour que « le bouche à oreille » ne passe plus directement mais qu’il passe uniquement par les réseaux sociaux contrôlés, apportant ainsi l’Énergie-Information, le brouhaha dont a besoin pour survivre la Bête immonde.

     

    Répondre à ce message

  • #2495280

    Message à Miville au message du 20.06.2020

    Du fait de mes appartenances Occidentale et Moyen-Orientale , étant parfaitement quadrilingue et ayant vécu 40 ans au Moyen Orient ; je me suis par ailleurs interessé à la Christianité authentique pré Concile de Niçé et de Khalcédonie lesquelles toutes deux ont falsifié le message de Jésus de Nazareth jusqu’à en faire un Dieu et en consacrant la Trinité tout deux effets délétères de Paul Shaul le Juif .
    Dans les écrits de ces Eglises chrétiennes primordiales authentiques et qui ont toutes été banies par Constantinople ; j’ai retrouvé le vrai message de Jésus et en s’y plongeant profondément , le lecteur y trouvera les principes philosophiques fondamentaux (mais non rituels) de l’Islam . L’Islam venue de la Péninsule Arabe n’est donc qu’une forme philosophique Arabe de la Christianité primordiale.
    Hussein ODAT , écrivain Jordanien a bien résumé ce constat en qualifiant l’Islam d’invention Nazaréenne (chrétienne).
    Ce que je trouve fascinant et perturbant c’est que le message du Christ n’a pas de substratum civilisationiste et culturel moyen-oriental car dans les deux civilisations prédominantes et leurs descendances respectivement en Mésopotamie (où régissent les lois de Hammourabi et en Egypte où régissent des lois similaires) l’on ne trouve pas de religions comportant comme princepts fondamentaux l’amour du prochain , le pardon , l’abnégation et la transcendance .
    Le message du Christ - certes la plus noble de l’histoire de l’humanité - trouverait-elle des similitudes dans les religions Hindouistes ? . Serait-ce possible qu’il aie effectué des voyages dans ces pays lointains ? ou serait-ce l’influence persane dans le Moyen Orient de celles-ci car ayant transmise la culture Hindu jusqu’au Moyen Orient ? . L’histoire des Rois Mages (Persans) et l’aptitude de faire des "miracles" me rendent extrèmement perplexes mise à part le question de la foi.

     

    Répondre à ce message