Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sophia Chikirou : "Je ne parviens pas à ressentir de compassion sincère pour ces journalistes"

Dans un message sur Facebook, l’ex-patronne du Média Sophia Chikirou refuse de ressentir de la « compassion sincère » pour les reporters pris à parti par des Gilets jaunes et recommande de ne pas « donner le prétexte aux journalistes de se victimiser ».

 

Sophia Chikirou, l’ancienne directrice du Média actuellement au cœur d’une affaire de possible surfacturation au cours de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, a fait savoir le 26 novembre qu’elle ne parvenait pas à « ressentir de compassion sincère » pour les journalistes de BFM TV et de Cnews qui avaient été pris à parti le 24 novembre en marge de la manifestation des Gilets jaunes, particulièrement à Toulouse.

Sur son compte Facebook, l’Insoumise, réputée très proche du leader du parti, a publié le message suivant :

« Je ne parviens pas à ressentir de compassion sincère pour ces journalistes. Leur niveau de corruption mentale, leurs mensonges et la désinformation qu’ils nous imposent, sont autant d’éléments qui justifient la colère. »

Et de préconiser :

« Pour s’informer désormais, les réseaux sociaux sont plus sûrs. J’y ai trouvé des images fortes [sur les Gilets jaunes], de tout le pays, j’y ai vu des commentaires censés de toute sorte de gens. Quand la télé et la radio désinforment, les citoyens trouvent le moyen de se passer les infos ! »

Enfin, Sophia Chikirou recommande aux personnes qui la suivent de ne plus adresser la parole aux médias et de leur opposer de la défiance :

« Évitons de donner le prétexte aux journalistes de se victimiser. Ne les lynchez pas : ne leur parlez pas, ne les lisez pas et ne les regardez pas. »

À la fin du mois du mois d’octobre, Sophia Chikirou avait qualifié une enquête de Franceinfo de fake news lorsque la chaîne publique avait révélé des inconsistances supposées dans les comptes de campagne du candidat insoumis. La directrice de Mediascoop était principalement soupçonnée d’avoir surfacturé des prestations de communication.

Les Insoumis et la guerre des clans, sur E&R :

Donner des idées à Mélenchon avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Elle est gentille, bien mignonne, et de bon conseil Madame Chikirou (une cousine Kabyle), mais nous ne l’avons pas attendu pour ne plus écouter les médias, et se méfier des journalistes officiels comme de la peste, brune ou rouge d’ailleurs.

    Merci quant même à elle d’informer les naïfs, qui n’avaient pas encore compris qu’ils se font enfumer à longueur de journée, par la TV, la radio, et la presse aux ordres des lobbies mondialistes.

     

  • TCF :. Mélenchon souviens-toi de Félix Faure ...

     

  • Ils ne font que leur travail.
    Quand un journaliste fait preuve d’objectivité, il est censuré lui aussi.

    Tout ce qui reste c’est la ligne éditoriale (venu d’en haut et soumise au politique).
    Je ne vois pas l’interêt de comndamner/molester/ignorer l’artisan plutôt que l’entreprise qui l’emploi.

    Pourtant ces detracteurs des médias n’attaquent jamais les "grosses boites" de fabrique de l’information..., et quand un Abdelhakim Dekhar s’en prend au coeur du problème (de manière contestable, il est vrai).
    Personne ne songe à le défendre ou à expliquer son acte. (pourtant compréhensible, même si non excusable.)

    Donc bon... Continuez a tirer sur les ouvriers, les patrons sont tranquilles.

     

    • Il faut signaler en plus que sur ce type de manifestations les chaînes TV et autres grands médias expédient souvent des "extérieurs". Des stagiaires ou des indépendants. Car les journalistes et techniciens "maison" (les salariés en CDI donc) qui savent à quoi s’attendre, refusent d’aller au charbon.
      Pour résumer, quand les Gilets jaunes insultent ou molestent des "journalistes", ils s’attaquent souvent à des crève-la-faim, encore plus précaires qu’eux ! :)


    • Exactement, mon frère est journaliste et il est ultra précaire.


    • Je plussoie - et cela explique l’échine souple et la servilité des 1000 parvenus (estimation au pif) qui émargent aux postes prestigieux dans la presse et l’audiovisuel, qui savent qu’ils sont au sommet, et représentent l’élite socio-économique de leur profession.
      Et si corporatistes : toujours plus prompts à défendre un journaliste azerbaïdjanais qu’un SDF de la Creuse, ou une caissière de Auchan.
      J’attends avec impatience de voir si le type de chez Rothschild, ou un de ses successeurs, s’attaquera un jour à leur régime spécial de retraite (accessoirement ; à celui de nos députés ensuite, pour commencer).


  • ah , elle exagère un peu madame merluchon...des fois ils nous apprennent des choses intéressantes ... tiens hier soir ils nous ont dis , que légalement , on ne risquait rien si l’on se plaçait devant un radar pour l’empêcher de flasher...
    C’est pas d’l’info ça ???

     

    • C’est une fake news en plus d’être un piège :

      Article 434-4
      Modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 - art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002

      Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait, en vue de faire obstacle à la manifestation de la vérité :

      1° De modifier l’état des lieux d’un crime ou d’un délit soit par l’altération, la falsification ou l’effacement des traces ou indices, soit par l’apport, le déplacement ou la suppression d’objets quelconques ;

      De détruire, soustraire, receler ou altérer un document public ou privé ou un objet de nature à faciliter la découverte d’un crime ou d’un délit, la recherche des preuves ou la condamnation des coupables.

      Lorsque les faits prévus au présent article sont commis par une personne qui, par ses fonctions, est appelée à concourir à la manifestation de la vérité, la peine est portée à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende.


    • à François Desvignes
      Non, Fenlabise a raison...


  • Se taper une aussi une jolie femme quand on a la gueule de Mélenchon... Je suis jaloux !

     

  • L’hôpital qui se fout de la charité.


  • Elle exprime en un message clair et concis ce que des millions de Français ressentent vis à vis des merdias.
    Toutefois je suis en léger désaccord avec la fin de son message, je pense que si nous croisons dans une manif un journaliste estampillé "media-mainstream" il ne faut pas se gêner de lui exprimer ce que l’on a sur le cœur et de lui faire un bref cour de moral en lui faisant bien savoir que ce qu’il nous pond est une honte si ce n’est une infamie.


  • il y a journalistes et lèche-babouches du président,BFM qui a montré l’image d’une rue en chantier pour faire croire que ce sont les gilets jaunes qui ont tout démoli mérite la palme d’or de la désinformation.

     

  • C’est la première fois de ma vie que je regardais BFM (WC). Je n’aurais jamais pu imaginer une telle bassesse, une telle soumission. Ce journalisme est intégralement un dégueulis de merde ! Quand un journalise parle, celui à coté ne peut pas s’empêcher de hocher la tête pour renforcer la teneur de ce qui est vomis. Le peuple est bien inspiré de les poursuivre et de les traquer dans les trous de rats.


  • Les journalistes ne sont pas des putes, les putes réfléchissent et calculent alors que les journalistes ne font qu’obéir aux consignes : ce sont des clebs qui "font", sans états d’âme, là où leurs maîtres sionistes leurs disent de "faire" .

     

  • #2089819

    Il faudrait peut-être déjà commencer par arrêter de regarder BFM WC. La décroissance et la grève de la consommation commencent par là.
    En plus, ça économise de l’électricité et rééquilibre la balance commerciale du pays (plus d’achat de tévés "made in china ou pologne").


  • Ne les lynchez pas : ne leur parlez pas, ne les lisez pas et ne les regardez pas. »

    C’est parfaitement ma ligne de conduite depuis longtemps


  • "Je ne parviens pas à ressentir de compassion sincère pour ces journalistes..." Une autre manière de dire que comme beaucoup de français elle a trouvé jouissif de voir les journalistes de BFM se faire lyncher par le peuple. Sacré Sophia !


  • Kirikou envoûtée par Jean-Luc, ok, mais c’est quand même une drôle de chicorée, la qui s’y couche :
    - À l’âge de 18 ans, en 1997, Sophia Chikirou adhère au Parti socialiste (PS).
    - Dans les années 2000, elle est proche de Caroline Fourest et signe dans ProChoix.
    - à partir de novembre 2005, porte-parole de Laurent Fabius
    - ancienne présidente du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (branlette pure, parasitisme).
    - elle « n’adhère pas au programme présidentiel mais soutient la volonté de réforme de Nicolas Sarkozy » : ’faudrait savoir...

    Ensuite, brève aventure "carrière dans les médias", avec méthodes managériales et autoritarisme dénoncés par ses collaborateurs.
    - Elle se venge, elle ne parle que depuis son nombril.


  • "Je ne parviens pas à ressentir de compassion sincère pour ces journalistes"

    Et pour les politiques, Kirikou ?
    Et leurs patrons ?


  • Un journaliste comparé à une pute, c’est faire même trop d’honneur à cette profession, car au moins une péripatéticienne, c’est respectable Un journaliste est un crève-la-faim qui dit par soumission ce qu’on lui a dit de dire, parce qu’il a été acheté, sinon , il ne le ferait pas .Mais payé au prix qu’ils sont payés, ils sont prêts à toutes les soumissions .Un vrai journaliste ne réagit pas de la même manière , et ne tape pas dans la main d’un candidat qui a gagné les élections présidentielles ( n’est ce pas Mme El Krief) de BFMWC .Parce qu’il aime ce qu’il fait, et il le fait par professionnalisme et déontologie .Il est là pour informer, ou alors , il s’engage en politique s’il en a le courage, ou s’il veut se rendre utile,mais toujours dans le sens déontologique et de respectabilité .Mais collaborer à la désinformation, c’est de la trahison et de la prise de pouvoir en se servant de sa profession comme arme médiatique
    Il est temps que cette classe journalistique aussi près du pouvoir, même trop près, soit balayée.


  • "Je ne parviens pas à ressentir de compassion sincère pour ces journalistes"
    Moi non plus, je me surprends même à rêver d’un drame, mais heuresement je me réveille toujours avant


Commentaires suivants