Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Spéciale dédicace pour Brigitte & Manu : Lady Lay, de Pierre Groscolas

Pierre Grocolas est une pointure de la variété pop française des années 70, un grand mélodiste créant tube sur tube pour lui ou les stars de l’époque. Lady Lay est son premier grand succès, il raconte une histoire qui ferait hurler aujourd’hui...

« Moi 15 ans
Vous presque une femme déjà
Et pourtant combien de fois
Souvent j’ai rêvé
de vous embrasser
Au printemps
Dans la lumière on courait
Puis dans l’herbe on s’allongeait
Votre cœur enfin
Battait près du mien
Et j’étais si bien... »

 

Pierre Groscolas interviewé en 2019 :

« J’ai reçu la grâce là, à 9 ans, j’ai entendu Elvis Presley, et à partir de cet instant j’ai dit, c’est ça que je veux faire, je ferai toujours de la musique. Et à partir de 9 ans, je n’ai jamais dévié d’un iota de cette route de la musique. À partir de là, bien entendu, les ennuis ont commencé. »

L’interview intégrale est ici

 

L’amour entre un jeune homme et une femme plus mûre fait couler moins d’encre que les amours entre jeunes filles et hommes plus mûrs. Dans une période où l’éphébophilie est en question, avec l’affaire Matzneff ou Hamilton avant lui, de petites voix se font entendre de la part de personnalités qui racontent leur « initiation » par une femme plus âgée. Yves Rénier, qui incarnera longtemps sur TF1 le commissaire Moulin, a raconté un jour qu’il avait été initié à 13 ans, et que cela lui avait donné le goût immodéré des femmes. On ne parle pas de viol, quand on est un garçon, mais d’initiation.

 

 

Les garçons étant souvent bien contents, à 13 ou 15 ans, de découvrir l’amour dans les bras d’une femme qui « sait y faire ». Mais cela peut provoquer une tendance à l’hypersexualité. Car des hommes plus mûrs peuvent initier des garçons aussi ! Il s’agit en fait d’un viol sans viol, ou sans violence, avec une femme dominatrice ou un homosexuel pervers qui connaissent les ressorts sexuels des garçons et qui les manipulent. Le jeune homme peut alors être très épanoui sexuellement, mais en danger psychologique.

Nous avons abordé récemment le tabou de la mère incestueuse : quand c’est la mère qui initie le garçon, alors là les dégâts sont dévastateurs. Il y a donc une échelle des dégâts collatéraux psychiques de l’initiation des jeunes garçons, selon l’adulte qui l’initie. Alors, question d’âge ou de bienveillance ? La morale change avec les époques...

À ne pas manquer, sur E&R :

Sur le sujet du jour :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Certes,l’expérience de vie et de soi partagée a quelque chose à voir avec l’initiation ,au sens d’aide à la découverte de soi et de prise de recul sur les évènements pour qui la reçoit quand il s’agit de bienveillance et de personnes majeures entre elles.
    Peut on toujours évoquer la bienveillance quand cela touche des ados ?
    J’y vois plus un abus d’innocence,une exaltation toute personnelle (qui narcissise)de séduction à la prétention de contribuer à l’émergence du "potentiel" de l’autre.
    L’adulte reste plus armé(e) pour manipuler.
    Et plus âgé(e) ne signifie pas pour autant plus intelligent(e),prévenant(e) ,moins chiant(e)et meilleur(e) amant (e)..


  • "Nous avons abordé récemment le tabou de la mère incestueuse : quand c’est la mère qui initie le garçon, alors là les dégâts sont dévastateurs. Il y a donc une échelle des dégâts collatéraux psychiques de l’initiation des jeunes garçons, selon l’adulte qui l’initie. Alors, question d’âge ou de bienveillance ? La morale change avec les époques..."

    Les pères incestueux font tout autant de dégâts sur leurs filles...


  • J’ai vécu des tentatives d’approches par des femmes plus âgées quand j’avais 13 - 14 ans, et j’ai trouvé çà répugnant, comme une relation contre nature .
    Mon corps réagissait à quelque chose qui me dégoutait ... cette sensation est horrible. Le résultat de cette expérience si elle avait abouti, ne pouvait selon moi déboucher que sur un trouble de la sexualité .
    je me demande même si certains violeurs n’ont pas eu à subir ce genre "d’initiation" .

     

    • @ petithous Réaction très saine !


    • Si votre inconscient avait jeté son dévolu sur la « tentatrice » pour x raison (une courbe, un sein, un visage, une expression, une attitude, un geste, un mot...) et que l’alchimie s’en soit mêlée, nous n’aurions pas donné cher de la peau de votre morale le plus souvent préservée par la détermination : et à treize ans...
      Plus loin il est des corps qui restent prépubères, plus longtemps que d’autres : au sens biologique du terme.
      Quant à Manu, plus âgé, considérez peut-être qu’il n’y soit pas allé pour « le cul ». Il y a une autre dimension.


  • « Moi 15 ans. Vous presque une femme déjà » donc 18 ans ? 20 ans ?
    C’est pas encore ça pour la brigitte, elle n’était pas "presque" une femme, mais une mère depuis un moment...

     

  • Ah, Merde ! J’ai une photo comme dans l’article, avec ma Mamie (Paix à son âme). Un moment de douceur quand je suis rentré de la Guerre du Liban. Pareil. Elle déjà plutôt ridée et moi comme l’autre petit con, rose et bien tendu. Il peut donc y avoir de l’affection entre eux chez les suppôts ? Enfin comme entre une Grand-Mère et son Petit-fils, Troublant...


  • Ils se sont connus à l’époque où ils croisaient dans les gares les gens qui avaient réussi, alors qu’eux deux n’étaient rien.....


  • la photo donne envie de vomir ,,,une tarlouse avec une morue pedophile ,,,

     


  • Mais cela peut provoquer une tendance à l’hypersexualité.



    Ce n’est pas tant une affaire d’hypersexualité qui va aussi de paire avec la constitution physiologique de chacun, la problématique, pour les gars (en puissance de...), c’est que lorsqu’ils touchent à l’« apothéose » trop tôt, les boucans qui vont suivre auront du mal à tenir la distance sur moult sujets annexes ou connexes, car le type, l’Homo ça va sapiens, sur ces affaires là, ne régresse pas ; voire que très rarement - un pote me disant qu’il préférait la sérénité d’engins conventionnels que le « prix » à payer des avions de chasse - sans qu’il n’ait jamais non plus pratiqué le tantrisme ou d’autres expérimentations fournissant cordes à son arc ou d’autres supports.

    Principe de non-régression qui vaut aussi pour les belettes au regard du niveau d’oseille : les cas particuliers ne faisant pas la norme.


  • Sur Macron et sa femme, je suis d’accord avec ce qu’avait dit Soral dans une conférence : Macron est un pervers qui a joui à faire voler une famille en éclats rien qu’avec sa capacité de séduction et de persuasion.
    Deuxièmement, on est dans un cas classique d’homosexualité refoulée.
    Donc ce n’est pas une histoire de « cougar » jetant son dévolu sur un jeune.


  • Le jeune macron était dans une école jésuite...et elle était enseignante. Une école bourgeoise qui recevait la future élite de la ville.
    Peut-être qu’il a été détecté très jeune. Peut-être sur son ciel de naissance ou la numérologie ? Il paraît que c’est un truc important che les élites.
    Elle aurait eu une mission.
    Supputations. Je vous l’accorde.

     

    • #2377766

      Il est en effet curieux qu’elle n’ait pas été virée sur-le-champ, la gabrielle russier. On ne rigole pas avec ces choses-là en France dans l’EN, quand le ou la prof sort du tout-venant. Les profs d’ailleurs refusent d’avoir un entretien seul(e) à seul(e) avec un(e) élève. Il paraît même qu’ils n’en ont pas le droit.
      Au contraire, la Brizitte a été placée ailleurs, en mieux, à Paris, toujours chez les bourges, dans le privé je crois.


  • j’ai souvent préféré coucher avec des femmes plus âgées car sexuellement beaucoup plus débridées et surtout pour ne pas prendre le risque de la mettre enceinte et de me faire "b..." à mon tour !

     

  • #2377904

    Je constate qu’on ne peut pas critiquer les invertis ici.
    C’est à dire l’assimilation d’une séduction de femme plus âgée à celle d’un homme envers un garçon. Comme si l’homme pouvait remplacer la femme, et comme si les rapports étaient uniquement sexuels et brutaux, et comme si tous les orifices se valaient.
    Ce n’est pas pareil du tout, une femme et un homme pour un garçon. Les organes utilisés ne sont pas les mêmes pour le receveur. L’un expulse, l’autre accueille.
    L’un des rapports est acceptable parfois, souvent (femme et garçon), l’autre jamais. Après tout, c’est plutôt la femme qui risque des conséquences physiques (maladie, grossesse) puisque c’est elle qui reçoit. L’une des relations laissera des traces indélébiles psychiques et physiques au garçon (homme sur garçon) qui peuvent aller jusqu’au suicide. L’autre sera peut-être seulement un sujet de vantardise, voire un bon souvenir, ou au contraire quelque chose dont on n’est très fier, une impression de s’être fait vaguement avoir, sans plus.


  • On devrait vraiment nous épargner ce genres d’exhibitions, elles sont à la fois sans intérêts parce qu’intimes ; pénibles comme propagande grossière ; choquantes par ce qu’elles emportent de perversité, révoltantes parce qu’elles concernent un couple dont l’un des membres est un sociopathe tyrannique.


  • "Dans une période où l’éphébophilie est en question, avec l’affaire Matzneff"
    Non mais Matzneff il est pédo, les petits garçons de 9 ans c’est quoi ?!


  • "Moi 15 ans
    Vous presque une femme déjà..."
    donc on a à faire à une relation entre un ado de 15 ans et une jeune-femme de 18-20 ans ...On est loin du cas Macron-Trogneux !


Commentaires suivants