Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pourquoi tant de haine ? #16 – Affaire Matzneff : Alain Soral remet les pendules à l’heure !

Pourquoi tant de haine ? est une émission d’ERFM, la radio en ligne et en continu d’Égalité & Réconciliation.

 

Présenté par Monsieur K., ce seizième épisode entièrement consacré à l’affaire Matzneff et diffusé en exclusivité sur ERFM le 17 janvier 2020 à 19h avait pour invité Alain Soral.

 

Écouter l’émission :

Soutenez E&R avec lbry.tv

 

Rendez-vous sur ERFM pour écouter et télécharger l’émission !

 

***

 

Alain Soral – Pédophilie, éphébophilie et pédocriminalité

Mon analyse de l’affaire Matzneff

 

 

D’abord une mise au point sur ma relation à Matzneff

Je ne le connais pas personnellement. Ma relation à lui se borne à deux faits et un constat.

Un. J’ai lu des lettres d’amour de lui à une jeune femme que j’ai connue au début des années 90 (je me souviens que son père était sculpteur) et qui avait été sa maîtresse quand elle avait 15 ans. C’était de très belles lettres et elle gardait de lui, à 20 ans, un très bon souvenir de son initiateur délicat à l’amour…

Deux. Il m’a soutenu, à distance, lors de mon expulsion de Sciences Po par l’ignoble Descoing. Il a été le seul à le faire avec Marie-France Garaud.

Deux gestes élégants.

Je l’ai aussi croisé plusieurs fois lors de salons du livre, à l’époque où j’y étais encore invité. Je me souviens d’un monsieur précieux, ni vulgaire, ni brutal, contrairement à l’époque. Voilà les trois raisons de mon avis favorable sur lui, sans vraiment le connaître.

Par ailleurs, je n’ai aucun avis sur son talent et son œuvre, je ne lis pas ses livres et sa conception de la littérature « au-dessus de tout » (et qui excuserait tout ?) n’est pas du tout la mienne.

 

Maintenant sur l’affaire Matzneff

À mon avis, il y en a deux.

Une où il est parfaitement condamnable : le tourisme sexuel dans le tiers-monde. Là, il a indubitablement un pied dans la pédocriminalité, mais un pied, là où beaucoup d’autres en ont deux, et qui l’attaquent aujourd’hui pour se défausser, sans jamais, eux, être inquiétés. Tout le monde a les noms…

L’autre affaire, qui a tout déclenché et qui nous amène ici : le livre de son ancienne maîtresse Vanessa Springora. La première affaire étant indéfendable, c’est de cette seconde affaire Matzneff dont je veux discuter, car elle contient, à mon avis, toute la schizophrénie et la tartuferie de l’époque sur les questions de l’amour, du sexe, de la séduction, de l’innocence et du consentement…

Dans cette histoire d’amour, de sexe et de séduction, que lui est-il reproché ? La différence d’âge.

Une jeune fille de 14 ans avec un – bel – homme de 50, à l’époque. Ces faits étant prescrits, en plus de ne pas clairement tomber sous le coup de la loi, il s’agit donc d’une discussion morale, voire culturelle… Mais qui est en train de tourner au tribunal populaire et au lynchage, sous la pression des médias, alors que des scandales d’abus sexuels et de pédophilie sortent en ce moment de tous côtés, au point de réveiller le grand public…

Comme je sais que des petits salopards, avec leur méthode de salopards, essayent de me mouiller dans l’affaire Matzneff, je vais déjà rappeler que personne ne peut me donner de leçons sur le sujet ! J’ai publié, dès 2002, des textes très explicites sur ces crimes, souvent couverts au plus haut sommet de l’État. J’ai été le seul à oser publier, chez Kontre Kulture, le livre de Jacques Thomet sur les procès d’Outreau et le rôle abject qu’y a joué Me Dupont-Moretti. J’ai aussi subi trois procès de feu Pierre Bergé pour avoir osé lui poser des questions dans un livre, condamné et interdit par décision de justice, et sa veuve continue à me persécuter encore aujourd’hui. Qui dit mieux ?

Revenons au sujet. Matzneff est aujourd’hui cloué au pilori par un livre et ce qu’y raconte une personne qui revient sur son consentement 35 ans après. Un retournement, présenté comme une prise de conscience, aidée par la psychanalyse (qui fonde pourtant sa psychologie sur le désir d’inceste). Un livre qui est aussi un coup d’édition d’une femme, devenue éditrice, au moment même de l’ouverture du procès Weinstein, coïncidence ! Un livre, soi-disant thérapeutique, et déjà vendu à 65 000 exemplaires, sans doute plus aux lectrices de Cinquante nuances de grey qu’aux lecteurs d’Otto Weininger… Sur le plan littéraire et même moral, je ne suis pas sûr que le livre de cette dame vaille tellement mieux que l’œuvre de Matzneff.

Un livre qui surfe d’emblée sur une confusion et dont l’objet, au-delà de la petite histoire personnelle, semble être cette confusion même : nous faire passer pour identique, sur le plan de la morale et du trauma, la séduction, dans un cadre bourgeois parisien, d’une jeune fille de bonne famille à la recherche d’un initiateur amoureux, par un écrivain mondain, et la consommation dans le tiers-monde et le quart-monde d’enfants loués et vendus pour y être violés, voire sacrifiés, lors de rituels pédo-satanistes dans lesquels sont impliqués les plus hautes instances oligarchiques. Cf. l’affaire Dutroux et en ce moment même l’affaire Epstein, scandaleusement négligée par les mêmes médias français qui s’acharnent aujourd’hui sur Matzneff…

À croire que cette petite affaire d’éphébophilie nous est offerte exprès pour cacher l’autre, en associant abusivement sous le même vocable pédophilie, éphébophilie et pédocriminalité de réseau. Voilà pour moi le fond crapoteux de l’affaire et la raison de ma non-participation au lynchage de Gabriel Matzneff en pleine affaire Epstein !

Sans parler de la petite manipulation féministe, nous y reviendrons…

Puisqu’à aucun moment il n’est question de défendre la pédocriminalité et le tourisme sexuel auquel s’est adonné Matzneff de son propre aveu, parlons du sujet discutable : l’éphébophilie, soit le goût des très jeunes femmes.

 

Rappel de quelques vérités physiologiques

Pour qu’il y ait amour consommé, c’est-à-dire physique, puisque ça finit toujours par ça, l’homme doit bander. Pour ça, sauf déviance pathologique (gérontophilie, nécrophilie), la femme doit être excitante, donc plutôt jeune : visage sans rides, seins hauts, fesses fermes. Et, autre vérité concomitante : comme plus l’homme vieillit, plus il a du mal à bander, plus il vieillit, plus sa compagne doit être excitante, donc jeune. C’est pourquoi les vieux messieurs – qui en ont les moyens – sont à la recherche de partenaires de plus en plus jeunes, comme on peut le constater dans tous les lieux culturo-mondains, sans que ça gêne personne ; sauf bien sûr les pauvres jaloux qui doivent se contenter de bobonne et YouPorn !

Autre rappel : les jeunes filles, en plein éveil du corps, sont celles qui pensent le plus au sexe et qui rêvent quasiment à plein temps (il suffit de surprendre une conversation entre deux lycéennes à la cafet’) d’un initiateur compétent, donc mature, pour le leur apprendre agréablement. Ce qui inclut aussi un volet social, l’initiation à l’amour, comme nous le rappelle Vanessa elle-même, étant plus agréable dans un grand hôtel que dans une cave.

En résumé : les hommes mûrs préfèrent les femmes jeunes et les jeunes femmes aiment souvent les hommes mûrs. Une loi générale de la nature confirmée par l’analyse psychologique et sociale !

 

J’ai lu aussi quelque part que Matzneff était un « vieux porc »

Là aussi, je rappelle qu’au moment des faits, Gabriel Matzneff était un bel homme mince et soigné, soit le contraire d’un porc. Il y a aussi des jeunes bien plus porcs à 20 ans que Gabriel Matzneff à 50. Et, c’est triste à dire, les femmes aiment souvent les porcs, je l’ai appris à mes dépens quand j’étais plus jeune. La sexualité féminine est un continent étrange, assez éloigné de la morale puritaine anglo-saxonne – nous y reviendrons – comme l’attestent certains textos d’amour reçu par « Weinstein le porc » après des rapports imposés, et ce par les femmes mêmes qui l’accablent aujourd’hui !

Vanessa Springora n’était-elle pas aussi follement amoureuse du porc rétrospectif Matzneff, même si elle en a honte aujourd’hui ?

 

Je lis aussi, çà et là, que Vanessa Springora était encore une enfant à l’époque

Autre mensonge : une enfant ne dévore pas Eugénie Grandet. Vanessa Springora, au moment de sa rencontre avec Matzneff, était une jeune fille précoce, une jeune fille à problèmes, telle qu’elle le décrit elle-même, mais une jeune fille quand même, à la recherche de l’initiation amoureuse… Et pourquoi pas l’écrivain raffiné Gabriel Matzneff pour cette littéraire précoce, plutôt qu’un jeune con ?

Là aussi, schizophrénie et tartuferie de l’époque : on veut abaisser le droit de vote de 18 à 16 ans, la majorité sexuelle de 15 à 13, mais quand ça arrange la féministe, la jeune femme redevient une enfant… qui demande bien sûr réparation pour crime rétroactif, bientôt imprescriptible.

Crime imprescriptible avec réparation, on sait d’où ça vient et on sait où ça mène !

Et Greta Thunberg ? Si elle peut, à 16 ans, en remontrer sur la façon de gérer la planète aux leaders politiques adultes, elle peut aussi sucer des bites ?

 

À ce sujet, je lis aussi ailleurs que « la bite d’un homme de 50 ans n’a rien à faire dans la bouche d’une jeune femme de 14 ou 15 ans »

Certes. Mais la bite d’un mec de 20, c’est bien ? Et de 30 ? À partir de quel âge la bite n’a-t-elle plus le droit d’entrer sans que ce soit mal ? En dessus de quel écart d’âge ? Il va falloir établir des grilles, des barèmes… Autre petite remarque physiologique : de tous les membres et organes du corps masculin, la bite est ce qui change le moins (mises à part les couilles qui ont tendance à descendre) et je mets au défi quiconque de dater un homme à partir de sa bite. Au repos ou en érection.

Quant à Matzneff, osons expliquer son goût des gamines, comme il l’admet lui-même – Matzneff est peut-être un salaud, mais, contrairement à d’autres, ce n’est pas un menteur – pour des raisons tout aussi physiques. De ce que je me suis laissé dire, ce petit monsieur délicat et précieux en a une petite (comme souvent ceux qui sodomisent facilement). Il n’est bien que dans du 14 ans, plus vieille, il ne touche plus les bords ! Injonction de la nature là aussi, même si la morale réprouve…

 

Le sexe, le plaisir et la morale, nous voilà au cœur du sujet

Ou plutôt les morales, changeantes, selon les époques, les cultures et les lieux, comme on a pu le constater en revisionnant Apostrophes, l’émission avec Matzneff et celle avec Cohn-Bendit, même si, curieusement, celle avec Cohn-Bendit a fait moins de foin…

Drôle d’époque que la nôtre où la pornographie est partout, au nom de l’émancipation, de la libération et du progrès, et où gagne en même temps le puritanisme le plus tartuffe. Puritanisme anglo-saxon qui fait bon ménage avec le commerce, mais en totale rupture avec notre tradition et notre culture française de l’érotisme. Érotisme français – très catholique – fait de raffinements et de transgressions : amour courtois, libertinage… dans une connaissance fine des femmes, de leur psychologie changeante, à mille lieues de la grossièreté et des gros mensonges d’un féminisme de masse en quête de pouvoir et d’argent.

Et le livre de Springora pue tout ça !

La vengeance féministe, appuyée par la tartuferie et le calcul oligarchique. La négation de la logique du phallus, l’hystérie et la castration. Les ravages de l’égalitarisme abstrait avec, absurdité, la séduction autorisée par la séduite et la subtile question du consentement réduite au contrat.

En résumé, dans notre belle France, pays de l’amour : la lente montée de la méchanceté et de la connerie féministe à l’américaine. Avec en perspective le protocole négocié en quatre dates : un, dîner bla-bla, deux, abouchage, trois, pipe et quatre, pénétration si contrat de mariage (comptez 100 000 dollars) !

Qui en France veut vraiment de ça ?!

 

Abordons maintenant la dimension purement politique de l’affaire Matzneff

Dimension politique qui passe, à mon avis, très au-dessus de la tête de la mère Springora et de son livre tardif, les psychanalystes ayant mis 35 ans à lui faire admettre que son initiation, somme toute classique, avait été un traumatisme.

Forcément traumatisant, l’homme, puisque se faire pénétrer, que ce soit par la bouche, le sexe ou le cul (en général avec les filles on procède dans cet ordre) recèle intrinsèquement une dimension de violence. Mais être pénétrées est le destin des femmes et leur plaisir passe aussi par là ! Alors décider, rétroactivement, que le plaisir après lequel on courait, suppliait, était en fait souffrance non sue, parce qu’entre-temps l’époque a changé, voilà qui ressort plus sérieusement de l’idéologie.

Politique encore. Et là, on sort totalement de la petite histoire de séduction bourgeoise du VIe arrondissement pour rentrer dans le dur du sujet.

Par la multiplication des abus et le travail d’alerte des gens comme moi (cf. mes articles, mes livres et mes procès), le bon peuple français commence à prendre conscience du lien étroit existant entre élite et pédocriminalité organisée, et forcément la colère monte, puisque personne, à part les détraqués, les sadiques, n’aime qu’on fasse du mal aux enfants…

Affaires Polanski, Woody Allen, Epstein… qui réveillent les vieilles affaires Cohn-Bendit, Polac… Les rumeurs sur Jack Lang, les aveux de Frédéric Mitterrand, de feu Me Thierry Lévy et autres sorties de Luc Ferry sur... Douste-Blazy ? (Pas beaucoup d’orthodoxes russes dans tout ça !) Sans oublier notre président dégénéré, dévoyé par sa vieille prof de femme !

Face à la colère qui monte, il devenait urgent d’en sacrifier un et, si possible de faire coup double avec, en prime, un beau coup d’édition ! Jeter un lampiste en pâture au tribunal des médias, pile à l’ouverture du procès Weinstein (à prononcer Weinstine, comme Poutine…).

Et pourquoi pas Matzneff le vantard ?

 

Ou plutôt pourquoi Matzneff

Russe blanc, orthodoxe, pauvre, en fin de vie, pro-serbe, pro-russe et pro-palestinien, le journal Libération – en pointe dans le militantisme pro-pédophile depuis les années 70 – nous en fait même un ami de Le Pen ! Ça y est, après la colonisation, la Collaboration et le totalitarisme, la pédophilie judéo-gauchiste devient aussi d’extrême droite. Magnifique tour de passe-passe !

Alors, que ce soit clair, rien à foutre de Matzneff. Comme le marquis de Sade qui s’est beaucoup plus vanté qu’il n’a agi, qu’il assume. Mais ne comptez pas sur moi, qui dénonce depuis des années la pédocriminalité d’élite, pour me repaître du cadavre d’un Matzneff qu’on pousse aujourd’hui au suicide.

Matzneff envoyé au sacrifice par les mêmes salauds qui l’ont soutenu, voire accompagné hier, quand c’était la mode : les Pivot, les Kouchner, les Rosenczveig…

La pédophilie est un crime ? Alors, allons plus loin, allons jusqu’au bout ! Donnons la parole à Maïwenn, sortie du lit de Johnny à 14 ans, où l’y avait poussée sa mère, pour passer à Luc Besson à 15. Déterrons l’intouchable Yves Montand, parlons de Gérard Louvin et des pratiques bien connues du show-biz. Intéressons-nous sérieusement à l’affaire Epstein…

 

Et si Matzneff le littéraire est une ordure, quid du cinéphile Rocco Siffredi ?

Qu’est-ce qui est plus ravageur pour l’amour et la jeunesse, les livres confidentiels d’un Matzneff chez Gallimard, qui le lâche aujourd’hui, ou l’industrie du X, promue par Canal+, qui déferle sur Internet ? Pourquoi cet acharnement sur l’un et cette validation de l’autre ? Parce que l’un est un provocateur, adepte de l’acte gratuit, affichant une arrogance aristocratique surannée, tandis que l’autre, tâcheron de la bite, est un nouveau riche à la tête d’un florissant commerce ? D’un business encadré par consentements sur papier timbré, donc légal ?

Le consentement, c’est le titre du livre… Et, effectivement, c’est toujours à contextualiser un consentement. Que ce soit celui changé depuis en abus rétroactif par une éditrice en cour, quand il était validé par tout un milieu, ou celui de la pauvre Hongroise qui se fait défoncer sous contrat par Rocco sous les applaudissements du public ! Si on laisse de côté l’esbroufe psychanalytique, qu’est-ce qui les différencie ? À bien y réfléchir, le milieu social, la misère… Libertinage bourgeois d’un côté, exploitation sexuelle de l’autre. Et, pour revenir à Matzneff, appel au lynchage d’un vieux dandy littéraire porté sur la gamine qui ne fait plus vendre, contre best-seller féministe, tournant également autour du cul, mais en pleine mode Me Too ! et Balance ton porc  !

Soit, pour conclure : la double logique puritaine anglo-saxonne de la morale et du profit, portée par les idiotes utiles du féminisme, pour finir de liquider ce qui ressort aussi, sur le terrain gratuit du désir, de l’exception française…

Alors crève Matzneff, mais vive Rocco, Springora et la GPA !

Alain Soral
Le 16 janvier 2020

 

Pour soutenir Alain Soral dans son combat pour la vérité,
rendez-vous sur la page de financement participatif dédiée :

 

Voir aussi :

10 juillet
Pourquoi tant de haine ? #26 – Comprendre la monnaie : de simple moyen d’échange à outil de domination
32
27 juin
Pourquoi tant de haine ? #25 – Fake news, confinement, crise économique : Soral et Jovanovic répondent !
92
25 mai
Pourquoi tant de haine ? #24 – La journée mondiale d’Al-Qods, avec Youssef Hindi et Aïssa
9
26 avril
Pourquoi tant de haine ? #23 – Le double assassinat des frères Kennedy (avec Laurent Guyénot et Jean-Marc Roeder)
25
25 mars
Pourquoi tant de haine ? #22 – La révolution arc-en-ciel (avec Martin Peltier)
10
15 mars
Pourquoi tant de haine ? #21 – Coronavirus, Foresti, Fauré : Alain Soral décrypte !
83
11 mars
Pourquoi tant de haine ? #20 – Avec Marcel Campion !
28
7 mars
Pourquoi tant de haine ? #19 – L’affrontement Proudhon-Marx
Avec Pierre de Brague
61
21 février
Pourquoi tant de haine ? #18 – Avec les Gilets jaunes constituants et Nous voulons vivre !
54
5 février
Conversation avec Jean-Marie Le Pen : la vidéo de Pourquoi tant de haine ? #13
27
2 février
Pourquoi tant de haine ? #17 – Immigration, religion et géopolitique avec Youssef Hindi
10
16 janvier
Pourquoi tant de haine ? #15 – Pierre le Grand chez Louis XV
Invité : Philippe Champion
6
8 janvier
Pourquoi tant de haine ? #14 – Le socialisme
Avec Pierre de Brague et Louis Alexandre
15
Décembre 2019
Pourquoi tant de haine ? #13 – Avec Jean-Marie Le Pen
Autour du second tome de ses mémoires
34
Novembre 2019
Pourquoi tant de haine ? #12 – L’affaire Dreyfus
Invités : Monique Delcroix et Bruno Gollnisch
31
Octobre 2019
Pourquoi tant de haine ? #11 – Le mondialisme
Invité : Pierre Hillard
20
Septembre 2019
Pourquoi tant de haine ? – Émission spéciale Voltaire antisémite
Invité : Félix Niesche
35
Juillet 2019
Pourquoi tant de haine ? – Épisode 9
Invités : Antoine Martin et Jérôme Bourbon
11
Juillet 2019
Pourquoi tant de haine ? – Exclusivité E&R/F&D : le diagramme de la gauche
Invités : Xavier de F&D, Vincent Facta, Ian Purdom et Alain Soral
56
Juin 2019
Pourquoi tant de haine ? – Épisode 7
Invités : Louis Alexandre et Dany Colin
11
Mai 2019
Pourquoi tant de haine ? – Épisode 6
Invités : Youssef Hindi, Xavier Poussard, Vincent de Facta et Alain Soral
15
Avril 2019
Pourquoi tant de haine ? – Épisode 5
Invité : Pierre-Marie de Pavillon de chasse
17
Mars 2019
Pourquoi tant de haine ? – Épisode 4
Avec les dessinateurs Mister Mayo, Bluj’ et Ramo
11
Décembre 2018
Pourquoi tant de haine ? – Épisode 3
Avec Maria Poumier, Marion Sigaut et Lucien Cerise
42
Octobre 2018
Pourquoi tant de haine ? – Épisode 2
"Yahvisme, judaisme, sionisme" avec Claude Timmerman et Youssef Hindi
28
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

188 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Non désolée, le phallus d’un homme de cinquante ans, n’est pas le phallus d’un homme jeune. A fortiori très jeune (environ 20 ans). Son allure non plus n’est pas fraîche et revigorante, même s’il porte beau, même s’il n’a pas l’allure d’un gros porc : avec lui, la très jeune fille n’éprouvera jamais l’incandescence des amours de deux âmes dans deux corps tous deux jeunes et beaux. De la calvitie, je ne parle même pas, ça vous rend vieux un trentenaire, déjà qu’un trentenaire est un vieux pour les ados. La calvitie est le tue-l’amour qui vaut les seins qui pendent. Ultime précision : ce n’est pas d’un phallus, mais d’un ensemble dont il faut jauger : le fessier, les aines et les cuisses qui l’encadrent comme un écrin, la peau flasque par endroit contre laquelle rien y fait, les couleur, pilosité, texture, fermeté etc...
    Souvent les hommes qui aux femmes en laissent peu, se font pour eux-mêmes beaucoup d’illusions !
    Disons qu’une très jeune femme, et même une ado peuvent aimer dans l’amour avec un vieux ( : au choix cumulatif ou pas) : le sentiment de son importance, son père, la stabilité morale et/ou matérielle, des cadeaux, des horizons nouveaux, l’attention, la dévotion qu’il a à son égard... Toutes choses qu’un très jeune homme ne recherche pas sauf les gigolos mais cela est une autre affaire.
    Le jeune homme y compris ado cherchera au choix : l’épat’ des copains à qui ses prouesses en imposent, l’éblouissement de l’apprentissage, la satisfaction de son importance dans le feu de l’orgasme par une initiatrice occasionnelle (l’occasion en effet, tout le contraire de la stabilité) et pas trop vieille non plus ... parce qu’il ne faut pas pousser non plus jeunot dans les orties !
    Messieurs rassurez vous on vous adore comme vous êtes, et avec vos illusions qu’on se garde bien de vous retirer puisqu’elles vous rendent heureux.

     

    • Le crâne dégarni, les rides, le bide qui pointe dès 35 ans, les couilles aux genoux...Mais oui oui, on va les laisser dans leur délire comme quoi "les hommes vieillissent mieux que les femmes" !!
      On ira en parler aussi à Sophie Marceau, Laetitia Casta, Emmanuelle Béart, Clotilde Coureau, Marion Cotillard, Inès de La Fressange, Isabelle Hupert, etc etc etc etc... De nos jours une femme de 40, 50, voire même plus parfois qui s’entretient est infiniment plus belle et désirable qu’un vieux type du même âge ! On a changé d’époque, on est plus dans les années 50, les gars !
      Le seul point ou je rejoins totalement AS c’est lorsqu’il précise concernant les petites jeunettes qui se mettent avec des vieux gars "ENFIN CEUX QUI ONT LES MOYENS". Merci Alain !
      Tout est dit. ;)

       

      • C’est surtout que tu n’as pas compris l’adage "les hommes vieillissent mieux que les femmes".
        Niveau beauté, les hommes et les femmes vieillissent aussi mal.
        Sauf que la beauté est le principal critère qui fait qu’un homme est attiré par une femme, alors que la force mentale et/ou physique, la confiance en soi, le réseau, le patrimoine (c’est à dire pour résumer la capacité à apporter de la calorie, comme dirait Delavier) sont les principaux critères qui font qu’une femme est attirée par un homme.
        Or, avec l’âge, la beauté disparaît progressivement alors que tous les autres critères cités ont au contraire tendance à s’améliorer (sauf peut-être la force physique... et encore... la diminution de celle-ci est très lente et on peut encore en imposer à 60ans si on fait beaucoup d’exercice.).

        Voila pourquoi les hommes vieillissent mieux (aux yeux des femmes) que les femmes (aux yeux des hommes).
        Et il y a aussi l’injustice liée au fait que les femmes cessent d’être fertile dans la quarantaine (la fameuse horloge biologique, qui comme par hasard coïncide à peu près avec l’horloge "esthétique") ce qui les dévalorise encore un peu plus aux yeux des hommes, alors que l’homme lui est fertile toute sa vie.


    • Soral vous l’a déjà dit.
      Les chauves ont plus de testostérone et bandent plus dur beaucoup plus vieux -et rien ne vous prouve non plus qu’il aurait envie de raviver l’amour en votre compagnie.
      Par ailleurs ces choses là se vérifient outil en main.
      Je parle en connaissance de cause. A près de soixante dix balais j’ai toujours une crinière argentée magnifique qui jette l’effroi chez mes coiffeurs. J’ai même des copines encore jeunes qui en sont jalouses.
      A part ça, je me sers régulièrement de mon engin pour pisser et provoquer de loin les putes -taquin va !
      Pas de projet médicamenteux thérapeutiques à l’horizon, je préfère les WC à l’AVC.
      Des illusions ? Le passé a été suffisamment copieux et je vous les laisse ma vieille !


    • @Anna

      A partir d’un certain âge on prend conscience de la vanité de l’amour * et surtout de ce qui lui est mal assimilé, c’est à dire le sexe. Il y a énormément de désir sexuel sur cette planète mais très très peu d’amour...

      Quant à la différence d’âge il faut voir ce qui dans la psycho genèse d’un être humain le porte vers tel ou tel profil. Personnellement je n’aurais jamais pu "coucher" avec une femme bien plus vieille que moi ou une femme qui aurait pu être ma fille. J’ai toujours connu et aimé des femmes de mon âge ou maximum cinq ans de moins que mon âge. C’est d’ailleurs ce que vous expliquez très bien dans votre commentaire : il ne faut pas que l’aspect physique soit rebutant pour l’un comme pour l’autre.

      Après je considère que lorsque l’on est trop vieux**, "faire l’amour" est très inesthétique*** et étant esthète (de pioche) je tiens beaucoup à l’aspect esthétique, source du plaisir partagé. La pudeur commande cela : on n’a pas à imposer sa décrépitude à des femmes dans la prime fleur de leur âge. Enfin c’est mon éthique personnelle et rien de plus...

      * faire l’amour sert avant tout à se reproduire ;

      ** je pense que la limite de 70 ans pour arrêter de "faire l’amour" est correcte ; passé cet âge, prostate au repos et à fond la caisse sur le développement spirituel pour se préparer à la mort...

      ***rides, poils blanchis ou clairsemés ; veinules violettes sur les cuisses ; varices ; fesses décharnées ; et d’autres détails peu ragoûtants que la décence m’empêchent de citer...


    • c’est votre opinion (reflet de vos désirs)...mais comme on dit, une opinion c’est comme un trou du cul, tout le monde en a un.
      Les faits :
      Toutes choses étant égales par ailleurs (niveau socio-culturel, efforts d’entretien, qualités génétiques) par rapport aux hommes, les femmes ont en moyenne :
      - une peau plus fine et qui perd plus rapidement son élasticité au cours du temps et donc qui marque plus.
      - un pourcentage de graisse plus important soit plus de zones qui tendent à devenir flasques avec le temps.
      - plus de variations de poids dues aux variations hormonales mensuelles liées aux menstrues et aux grossesses, donc plus de problèmes de peau distendue / vergetures et d’irrégularités sous cutanées (cellulite)
      - une masse musculaire inférieure dont la tonicité décroît plus rapidement car généralement moins sollicitée.
      - les seins, importants "accessoires" de la silhouette féminine, bien plus exposés encore que le reste du corps au affres du vieillissement, tandis que le pénis ne change que très peu.

      Tout ces points sont aggravés par la ménopause, un phénomène de rapides modifications hormonales, tandis que les hommes vieillissent beaucoup plus progressivement (sauf maladie, l’andropause n’existe pas comme équivalent de la ménopause) et ne rejoignent le niveau de sénescence des femmes que vers 65 ans.

      Pour finir, le vieillissement masculinise la physionomie des femmes tandis que le vieillissement des hommes est quasiment neutres sur ce plan.

      La nécessité psychologiquement et socialement programmée dans l’esprit des femmes de devoir être physiquement attirante explique en grande partie votre besoin irrépressible de croire que les femmes demeurent aussi séduisantes que les hommes au cours du temps.

      Malheureusement, les faits sont têtus et expliquent pour partie le ressentiment des mouvements féministes envers les hommes (avec d’autre faits que je ne développe pas ici car ils seraient hors sujet).

      PS : Bon courage à vous pour rester dans vos illusions faces au réel (lisez des ouvrages féministes, ils vous y aideront probablement)


    • @Viktor von Berg . Faire l’amour est de loin une des expressions les plus détestables qui soit . On fait du sexe ou on copule ou on s’accouple etc mais le mot amour désigne un sentiment , peut on faire un sentiment ? Faire la haine ? Faire l’amitié ? Faire l’affection ? etc . Non . On aime son enfant , on aime sa mère, on aime Dieu . L’amour et le sexe sont deux choses distinctes même si parfois elles se mêlent.
      J’aimerai bien savoir quand cette expression horripilante ( faire l’amour) est-elle apparu dans notre langue et d’où est-elle venue ?


    • @Arya de Shastra



      J’aimerai bien savoir quand cette expression horripilante ( faire l’amour) est-elle apparu dans notre langue et d’où est-elle venue ?




      Un algorithme développé par Google peut apporter un début de réponse, appliqué en OCR sur les ouvrages scannés par Google.
      Il est toujours disponible mais ont cessé le développement pour d’obscures raisons. En revanche, pas d’ouverture chez Google, on ne connaît donc pas les livres utilisés.
      Ngram Viewer

      il faut valider son choix
      faire l’amour
      ça a commencé à exploser vers 1960


    • @Viktor von Berg merci de m’avoir comprise... Par ailleurs, j’aurais pu écrire votre message parce que je partage les mêmes points de vue.
      Ceci dit, certains diront qu’on a tort, que les jeux de l’amour physique, masculin ou féminin, ne sont pas en quelque sorte ‘‘ réservés ‘’ aux ados entre eux, ni la plénitude de l’amour aux jeunes adultes et aux adultes jeunes au motif qu’ils sont propres et vigoureux comme des sous neufs et incarnent par eux-mêmes le présent et le futur, la Promesse et sa réalisation. Ils objecteront que nous avons une relation inassumée au corps. Chez les Nord-européens, les gens ont un rapport plutôt décomplexé au corps et au naturel : nature et nudité ne seraient pas chez eux appréhendées comme elles le sont chez nous et la décrépitude ne serait ni une tare sociale ni un drame personnel. Au fond, nous pourrions même être étiquetés de ‘‘racistes’’, discriminants, intolérants, empêcheurs du Jouir pour tous. Et il serait possible que ce soit vrai.
      Ce qui dure plus longtemps pour les hommes - à toisons grises !, ce n’est pas la jeunesse ni vraiment la vigueur mais la masculinité (ou l’être viril au sens d’un ‘sein’ viril, das männliche wesen) qui perdure un petit temps même lorsqu’ils ne sont plus ni frais ni juvéniles. Il est plus rare que la conscience féminine perdure dans le déclin, parce que précisément nous la corrélons tellement à notre beauté, que lorsque nous en perdons une part ou la perdons vraiment, nous sommes tout à fait déstabilisées en tant que femmes. Pourtant il y a des femmes âgées vraiment très belles au sens d’attirantes, parce que très féminines donc ce n’est pas qu’une question de décrépitude physique. Il y a une question d’abandon de soi, de renoncement à ‘‘être’’ et à se sentir féminine (et non pas femme).
      Pour finir, je dirais que si l’on a passé toute une vie avec une personne qu’on a connue jeune, puis dans la force de sa beauté féminine ou masculine, puis déclinante, je crois qu’on fera l’amour (relations charnelles, tendres pour s’exprimer pudiquement) sans rien voir de cette décrépitude de l’autre. Dévotion, reconnaissance, compassion... jusqu’à ce que la mort sépare ?
      Au final, s’imposer à un être jeune, moralement et intellectuellement immature quelle que soit l’allure qu’il se donne, occuper son espace, son temps, l’user prématurément, même sans vouloir l’avilir, c’est un crime en soi. Consentement ou pas. Une offense à la vie. Sa perversion même.


    • A propos de "faire l’amour".
      C’est très exactement ce qu’on dit en anglais, en allemand et en hébreu pour ce qui est des langues que je connais. On n’a rien inventé.


    • Anna : moi quand je le sors je lui mets un petit noeud pap, ça le rend tout de suite plus beau !


    • A Madame Sigaut

      En gascon, har l’amor (faire l’amour) signifie courtiser. Copuler se dit jogar (jouer). Donc, faire l’amour à une femme c’est la draguer. Les langues sont porteuses d’une vision du monde et détruire une langue c’est détruire une partie de l’humanité. C’est ce que la France républicano-maçonnique s’évertue à faire depuis 1789 avec les "patois", âme des peuples de France.


    • @Chardet
      Parce qu’un homme de plus de 50 ans veut une famille ? Première nouvelle !
      A de très rares exceptions, il a déjà fait sa vie et veut juste se pavaner avec une jeunette en pensant que c’est pour sa beauté "indéniable". A part un type comme AS qui est beau naturellement, entretenu (Sport et bouffe bio à gogo, il le dit lui même) et qui a les moyens financiers, un charisme et une intelligence aucune fille de plus de 20 berges ne veut se taper un homme de 50 ou 60 ans par "amour" !! AUCUNE !!!!.
      Keep dreamin’ !!!


    • Dans les pièces de Shakespeare, to make love

      se traduit en contexte par faire la cour. Idem en vieux françois. Je conçois que les plus cyniques y voient de la mièvrerie sirupeuse. Moi, j’y vois une façon bienvenue de donner une dimension cérébrale à la copulation, qui doit, chez les humains, s’accompagner de mots, destinés à courtiser, à convaincre.


    • @Arya de Shastra

      Vous remarquerez que je mets l’expression "faire l’amour" entre guillemets. Ce qui est peut-être un début de réponse à votre remarque....


  • L’initiation à l’amour se fait entre jeunes d ’une façon naturelle, instinctive et clandestine . Un type de 50 ans qui déflore des filles de 14 ans ce n’est pas naturel, c’est dégueulasse, il prive ces filles de leur développement normal, et en plus il prostitue publiquement ses pauvres "conquêtes" dans ses livres de merde ! Il est complet . Ce vieux dégueulasse n’a que ce qu’il mérite : la justice immanente .

     

    • j ai 39 ans,j ai un visage plaisant 1m83 65 kg seulement du muscle gaine et je dois decliner en permanence des avances de gamines, ayant été serveur je fut encore plus expose , mots avec numero de tel , pieds baladeurs etc......arretez de dire de la merde svp , il est evident bon ou malgres qu un homme mature est plus viril donc plus seduisant pour les jeunes femmes, les facteurs anthropologiques sont reels. il est dangereux de confondre vos idéaux et le reel.
      personne n accuse ces gamines de gerontophilie (pre gerontophilie dans mon cas puisque je suis plus proche de l age du pere que du grand pere). je n ai jamais profité de cela car etant un hetero non primaire j aime avoir du challenge et de la classe, a quoi bon la chasse a la gallinette cendree ?
      nous nous accorderons surement sur le fait que les standards du porno type rocco siffredi et autres bgbm+18y old des sites pornographiques (tres visite par les jeunes femmes vois jeunes filles)y sont surement pour beaucoup dans l agrandissement de cette tendance, et l innocence qui autrefois etait naturelle chez les jeunes doit a present etre perfois préservée chevalresquement par ceux qui pourraient en profiter.


    • " Un type de 50 ans qui déflore des filles de 14 ans ce n’est pas naturel, c’est dégueulasse, il prive ces filles de leur développement normal, et en plus il prostitue publiquement ses pauvres "conquêtes" dans ses livres de merde ! Il est complet . Ce vieux dégueulasse n’a que ce qu’il mérite : la justice immanente" : votre réflexion est un modèle de justesse et de simplicité, auquel je souscris intégralement.

      Certes, un enfant consentira à se nourrir de bonbons et de sucreries toute la sainte journée ! Que vaut son consentement ? Pour ma part, j’estime que le sale gosse qui aura consenti à la male bouffe est en droit, vingt ans plus tard, d’en faire le reproche aux adultes lucides qui se sont montrés complaisants eu égard à ce même consentement. En matière de moralité, il est inopérant de s’enquérir de la présence du consentement ; ce qu’il convient d’interroger, c’est la valeur du consentement.

      La Vanessa Springora de 14 ans a consenti, mais son consentement, en raison de son inexpérience, de l’effervescence hormonale et de l’ascendant social d’un Matzneff, valait une poignée de cacahuètes. Concédons que ce type était un mondain actif qui ne soumettait pas le corps des enfants qu’il abusait à la torture mais à un plaisir susceptible de brouiller la perception entre le oui et le non, entre le bien et le mal, en le frais et le blet. Il n’en reste pas moins que déflorer un enfant avec poésie et moultes raffinements ne disculpe pas l’auteur de la monstruosité liée au cambriolage de l’innocence, pas plus que les faits mafieux reprochés aux praticiens de la pédophilie de réseau ne permettent de minorer la gravité des pratiques socialement convenue de ce prédateur isolé.

      Tous appartiennent à la famille des abuseurs pédocriminels, si bien que la tentation est forte de mettre le feu à l’arbre tout entier, sans ratiociner sur la différence entre l’épaisseur du tronc et la finesse de la branche : qu’il procède de la souche ou des ramifications, le pédophile actif reste un pédocriminel. Cette constatation de fait m’enlève toute compassion pour Gabriel Matzneff. Réservons notre sympathie pour le grand âge à la méritante Ursula Haverbeck.

      Alain Soral m’avait manqué : merci à lui d’introduire cette réflexion sur le grand remplacement culturel qui consiste désormais à lire la sexualité à l’aune du prisme anglo-saxon puritain (= orthodoxie évangéliste rabbinique), quand nous devrions appliquer notre grille de lecture latine, celle du fine amore.


    • Bien dit
      succinctement par @ impartial, très précisément par @...la Palestine. Le débat sur la jeunesse des hommes comparativement à celle des femmes est une incidente du débat principal qu’ouvre l’affaire Matzneff. A cet égard, les chauves qui se sentent visés le sont à tort : j’ai parlé contre l’infatué mister Matzneff qui dans l’interview de Pivot, pour se justifier, a le toupet de se trouver beau alors qu’esthétiquement, il est quelconque, une sorte d’œuf de Pâques maniéré posé sur un costume étriqué d’intellectuel middle class, vaguement affuté, mais usé et usant, surtout pour une toute jeune fille correctement structurée. Contrairement à ce qu’il croit, ce pauvre Madzneff à 50 ans n’était qu’un pantin et le pantomime à lui tout seul. Le même cirque auprès d’une femme eut-il leurré ? Ou leurré longtemps ? Non, non : contrairement à ce qu’il s’imagine, cet homme là n’était pas beau ‘ pour sa défense ‘ , il n’était que très classiquement dominant. Avec ceci que dominer des enfants, évidemment c’est facile. Et en rabattre aux adultes qu’on ne peut pas dominer exactement comme on le voudrait, ça aussi c’est une posture de facilité.


    • @nicolaii
      1.83m pour 65 kg de muscles même gainés, c’est quand même pas épais !...


  • On est loin de Chateaubriand et de son : " il y a des mots que l’on ne devrait prononcer qu’une seule fois" . Matzneff gagnait du fric en racontant minutieusement ses détournements de mineures, et vous trouvez ça beau ? Alors ne vous plaignez pas de l’abjection ambiante .

     

    • @Augustin
      Évidement qu’il est dégueulasse, c’est trop facile d’abuser d’une gamine, ce type avait un phrasé, il rassurait certainement les gamines avec des intentions et un raffinement.
      Le problème n’est plus Matzneff, il est cuit.
      C’est cette horde de médiats associés au féministes hyènes et autre chacals qui le plante comme le premier arbre, voire l’unique de la forêt devant la scène pour des faits beaucoup moins abominables que certains bien placés dans la république, la culture, show biz etc...


  • Un plaisir de vous entendre Mr Soral !

    Oui, ils lancent ce vieil auteur en patûre au peuple pour l’apaiser sur ces questions de pédophilie qui se font toujours plus pressentes...pour faire semblant de lutter contre.

    Espérons que la médiatisation de ce cas amènent ceux qui n’y pensaient pas encore a s’y interresser et faire plus de rechercher sur ce sujet.

    C’est vraiment le sujet qui, s’il était connu de tous, ferait péter un câble au pays entier certainement...

    Merci et longue vie AS !

     

  • Tout comme AS, je pense que l’affaire Matzneff c’est l’arbre qui cache la forêt des pédophiles impuni(e)s en France. Je constate que les pédophiles, par conséquent, ces criminels se trouvent toujours chez des notables œuvrant dans les cercles politico-économico-mondains sans oublier celui de la FM et ceux placés en haut des organigrammes étatiques quels que soient les domaines : les mass-media, justice, éducation, police, les ministères et satellites, les couronnés et titrés, les très grandes entreprises, banques et chez une certaine communauté...

    Je rappelle que sous le mandat de Mitterrand il y a eu pléthore d’affaires de pédophilie [Coral, Matzneff, les filles de l’Yonne, l’affaire Chanal (4è régiment des dragons dirigé par le général de Villiers)...].

     

    • Il y a eu l’adultère qui fut, dans certains milieux ou dans certaines sectes, un outil de chantage... Aujourd’hui, sans effet, puisque l’infidélité est un phénomène banal.
      Ensuite, il y eut l’homosexualité... qui s’est acquis des lettres de mollesse avec la gay pride et l’entrisme de ces personnes dans les cercles privilégies, faisant de cette pratique un bon ascenseur social ; la police des moeurs n’a plus de travail de ce côté là !
      Maintenant la pédophilie... qui ne suscite des sanctions que pour les lampistes ou ceux qu’il faut abattre ! Pourquoi Matzneff (plutôt classé à droite) et pas Jaquou la fripouille... ? Les moeurs évoluent... mais peu de choses changent. Souvenons-nous des "ballets roses ou bleus" des années 50-60... Maintenant le hic, c’est de s’attaquer aux enfants, aux plus faibles, de détruire des vies et ainsi de se prendre pour un dieu tout puissant. Il faut faire plus, toujours plus même dans la perversité... Après la pédocriminalité, quelle sera la prochaine étape ?


    • @Dulcamara Violer, torturer et tuer un enfant est le pire des crimes qui soit. Un fois passé se cap ses psychopathes n’ont aucun scrupules pour déclencher une guerre qui tuerait des millions d’innocents.


  • Tellement d’angles à aborder, qu’en "simple commentaire" ça me semble juste impossible à faire correctement.
    Donc je vais me concentrer sur un seul, le fameux "autre époque autres moeurs...".

    Moi perso quand j’entends ça dans les mérdias, j’entends pour résumer une tentative de rendre le peuple limite complice, essentiellement par le biais toujours pour résumer "bah la preuve ça n’a pas fait scandale à l’époque...".
    La "notoriété" de Matzneff n’a jamais y compris à l’époque dépassé un certain cercle (d’initiés et du showbiz).
    Et pour que ce fameux passage chez Pivot provoque le scandale populaire, encore aurait-il fallu que son émission ait une audience conséquente pour commencer.

    Pivot lui-même a tout résumé dans une interview, dont j’ai oublié la date et le lieu, avec cette sortie qui elle a gravé ma mémoire.
    "Si les gens qui regrettent la disparition d’Apostrophes l’avaient regardé, l’émission serait encore là."
    CQFD

    Donc si il n’y a pas eu de "scandale" à l’époque c’est parce que d’une, le "peuple" qui n’acceptait pas plus la pédo-criminalité hier qu’aujourd’hui, ne regardait pas Apostrophes.... en tout cas pas un numéro avec Matzneff.
    Et de deux, parce que justement l’essentiel de l’audience était composée de ce même cercle culturo-médiatique et de ses suiveurs (pour résumer).
    Les seuls qui auraient pu déclencher le scandale, et obliger les médias à suivre, mais les premiers à le couvrir donc forcément...
    (Il n’y avait pas encore internet pour compenser ses protections).

    D’ailleurs c’était peu de temps avant la disparition d’Apostrophes faute d’audience, et ce dans un PAF qui n’était plus celui des débuts avec 2 ou 3 chaines max.
    L’émission "remplaçante" Bouillon de Culture n’apparaitra qu’encore plusieurs mois après la dites disparition.
    => https://fr.wikipedia.org/wiki/Apost...
    "L’émission dura 724 numéros jusqu’en juin 1990, et fut remplacé par Bouillon de culture, produite et également présentée par Bernard Pivot, diffusée du 12 janvier 1991 au 29 juin 2001."

    Voilà je tenais juste à préciser cela.

     

    • @KIPIK
      J’étais très jeune dans ces années là, et je te jure, je regardais parfois Apostrophe. Et justement, je pensais que j’étais anormale, car par exemple quand des auteurs disaient que les enfants de 6 ans avaient droit au désir, je me disais "moi, à 6 ans, j’aurais pas voulu qu’un monsieur me touche". En fait, tous ces personnages me donnaient une route à suivre, et je ne voulais pas la suivre. Je devais avoir 14 ans, et je t’assure que je pensais ça. Alors, plus tard, tu penses, quand j’ai découvert les idées dites d’extrême droite, putain, que je me suis sentie bien !
      Mais tu as raison, on était peu à regarder Apostrophes, surtout que BHL y passait déjà, et que ce qu’il disait était tellement idiot, que c’en était incompréhensible. Mais comme c’était BHL, je me disais, là aussi, que je ne devais pas "bien" penser. C’est Ryssen (merci Monsieur) qui m’a remis les idées en place : BHL Bruckner et les autres, c’est de la merde.


  • Voilà qui remet tout en place, à commencer par le tout petit journaliste Panamza qui n’hésitait pas (comme LLP) à accuser Soral de défendre Matzneff, procédé ignoble de la part d’Hicham Hamza, digne de nos pires ennemis.
    Mais comme le monde est cyclique, le retour à l’envoyeur va être destructeur, comme ce fut le cas pour TOUS les autres "dissidents".


  • À une époque où il faut aller chercher la sincérité à trois mètres sous le sol** (comprendre : aller déterrer des morts) Alain Soral paraît bien seul. C’est pour ça que nous l’aimons. Texte magnifique bien cru comme...la vérité. Longue vie à toi Alain (permets-moi cette familiarité), nous avons besoin de toi.

    **...et une à une époque où dire la vérité passe pour de l’arrogance...


  • Rocco Siffredi ne détourne pas des mineures, il trombonne des prostituées qui se font payer pour cela . A tout prendre il est beaucoup moins dégueulasse que Matzneff qui corrompt des nymphettes et leur cause des dégâts psychologiques irréparables . Mais ce pédo-criminel (combien d’enfants a-t-il violé ?) s’en fout complètement .

     

    • Siffredi produit du poison pour l’esprit qui ira pourrir des milliers de jeunes et moins jeunes. Ok ce sont des prostituées qui ont signées... mais meme dans ces cas la il devrait y avoir des limites. La limite c’est de ne pas ressortir blessée physiquement, c’est le minimum. Les filles qui sortent des griffes de freddy, leurs psychologie n’est pas blessée ? Ne sont elles pas a la base blessées pour signer ?

      Ça n’enleve rien a ce qu’a fait matzneff, mais a comparer les deux celui qui fait le plus de mal est freddy, comme le dit Soral. Mais freddy est une star, alors qu’il devrait être... rien, dans un monde normal


    • A son actif, il y aurait eu aussi des garçons pré pubères


    • Sans pour autant défendre matzneff, il me semble qu’alain Soral a tout à fait raison sur ce point ;
      Dans un monde normal, Rocco.S serait condamné pour trafic d’être humain ; ce dernier prospère sur les failles d’une industrie très violente (pas régulée du tout : l’âge minimum devraitre être à 21 ans, psychologue obligatoire, tests et accessoires payés par la prod’.... ce qui n’est jamais le cas).
      Le porno est (devenu ?) une industrie prédatrice ; Siffredi l’a reconnu lui-même : les suicides sont assez fréquents chez les actrices ; cet homme n’est qu’un gros malin qui a vu les pays slaves comme des terres en friche à conquérir ;
      D’un cynisme sans comparaison....


    • Mais qu’est-ce qui peut bien faire qu’à 16 ou 17 ans on est une sainte-nitouche et à 18 ans, par l’opération du "Saint-esprit" on se prostitue pour Siffredi ?
      Il manque des étapes, non ?

      Ce que je note, c’est que dès qu’on parle de sexe, beaucoup d’esprits déraillent.


    • oui, chez Rocco, il y a un contrat, donc c’est mieux. c’est encadré.

      Merci au protestantisme d’avoir fabriquer des crétins, plutôt que des français.
      on se sent tout de suite appartenir à un peuple d ’élite, à peu de frais...


    • Je comprends ce que vous dites @delphin et nous sommes sans doute d’accord, à ceci près qu’il me paraît naïf de parler de « faille » comme s’il s’agissait d’un aléa ou d’un accident alors qu’il peut paraître au contraire que c’est de l’ordre de la nécessité consubstantielle. Nous vivons de plus en plus dominé par la notion de profit, abstraction faite de toute autre considération, ce qui incline inéluctablement l’économie à devenir de plus en plus criminelle et mafieuse. Sacrifiant tout, jusqu’à la vie.


    • Les castings de l’industrie porno sont remplis de personnes dissociés qui ont eu affaire à des pédocriminels , c’est comme dans la prostitution . Ils font travailler ( tripaliare ) des anciennes victimes et dézingue la sexualité des mômes qui regardent ces films . Il y a de plus en plus de cas d’hypersexualité et d’addiction virtuelle , sans parler des cas d’agressions sexuelles entre mineurs .
      Un enfant abusé reproduit souvent ce qu’il subit sur d’autres enfants , avec le porno plus besoin d’avoir été violé , sur un jeune cerveau ça crée les mêmes troubles .
      https://www.kontrekulture.com/actua...

      https://www.youtube.com/watch?v=oj0...


  • Y a deux choses qui m’ont toujours étonné : que le torchon Charlie Hebdo ne soit pas interdit, et que le pédo-criminel Matzneff soit reçu et écouté comme un oracle par les vieilles gâteuses de Radio Courtoisie .


  • Moi je l’ai lu le bouquin et l’impression qu’il m’ a donné, c’est qu’en fait, elle n’a pas bien pris le fait d’être largué par Gaby, lorsqu’elle a été trop vieille pour l’intéresser. Après, elle a dû faire de la dépression, c’est très classique chez les bonnes femmes. Est ce que Gaby en a été réellement amoureux, j’en doute, les Don Juan le sont rarement. Qu’il savait parler aux gamines et bien bien écrire pour coucher avec, c’est incontestable. En tout cas, les merdes qu’il lui arrivent à ce vieux dégueulasse, moi, ça me fait bien rigoler Coucher avec une gonzesse qui a l’âge d’être ta fille, moi je ne trouve pas ça terrible.


  • Rappelons aussi que l’ami des gilets jaunes Florent Pagny, lorsqu’il avait 26 ans, se tapait Vanessa Paradis qui n’en avait que 15 ans. Savoir aimer...

    Et anecdote perso, j’ai croisé le "regretté" comédien-réalisateur Daniel Duval, ex-époux d’Anna Karina qu’on voit se prendre une balle au début de Quai Des Orfèvres, qui avait déjà plus de 60 ans à l’époque où il se tronchait une de mes amies de 19 ans/45 kilos fraîchement sortie du lycée...

     

    • C’était tellement courant à l’époque. Les filles "fleur bleue" (comme on disait alors) se vivaient à travers les chansons "d’amour" qui abondaient à l’époque et attendaient plus ou moins le prince charmant, l’homme tendre qui saurait lui susurrer qu’elle était "la plus belle"... Et l’homme d’un certain âge savait tellement mieux leur parler ce langage que les jouvenceaux inexpérimentés ! Tous les milieux étaient concernés.
      Le réveil de ces jeunes filles pourrait expliquer, en partie, le féminisme. Après avoir reprocher aux hommes de ne pas être le prince charmant attendu, elles se vengent en en faisant des asexués.


  • Parfaitement équilibrée votre analyse M.Soral.


  • Il est heureux qu’AS ait son propre site pour s’exprimer car, selon DP : " D’ailleurs si vous ne le saviez pas, quand vous écrivez le seul nom de "Soral" sur Facebook, votre post saute et vous êtes sanctionnés " .


  • Merci Monsieur Soral.
    Par contre, je tiens à signaler que le patronyme Matzneff n’est en rien ni russe et encore moins orthodoxe. Un peu de slavistique élémentaire peut très vite « remettre les pendules à l’heure », comme vous dites.
    En russe, en serbe, en bulgare, ou en ukrainien, les noms de famille se forment dans la plupart des cas, à l’aide d’un prénom, auquel on ajoutera un des suffixes suivants : « ov » , « ev », « ovski », « evski » , « ic’ » , « ovic’ », « evic’ ». Déjà, vous voyez que la transcription française avec les 2F (Eff ou oFF) est absolument aberrante et n’existe pas, en aucune langue slave. Donc déjà, on devrait écrire « Matsnev », ou en transcription latine du cyrillique « Macnev ».
    Les suffixes « ov », « ev » , etc, pour trouver un équivalent, c’est comme chez les Anglo-Saxons, si l’on prend Peter, et qui devient « Peterson ». John, qui devient « Johnson ». William, « Williamson ». Les suffixes précités signifient un génitif, comme « de Peter », « de John » . Vladimirovic, c’est « de Vladimir », « fils de Vladimir ». Et dans la logique expliquée plus haut, si l’on enlève « Ev » ou « nev » de Macnev, il reste le radical, Maca, ou Matsa, en transcription française ; et ce n’est guère un prénom slave … c’est un nom commun signifiant du pain azyme ou sans levain utilisé pour la Pâque d’une certaine communauté qui n’est absolument pas chrétienne orthodoxe ni russe. Littéralement, cela signifierait « de la matsa », ou « qui provient de la matsa » ou « fils de la matsa ». A bon entendeur !

    PS. Je suis slave et je sais de quoi je parle. Qu’on ne me croie pas sur parole et que chacun fasse ses recherches. Je parle d’étymologie, après le Monsieur en question a le droit, lui ou sa famille, ou ses ancêtres, de se convertir au christianisme.

     

    • @ Raskolnikova,

      Lors des années 1920 et 1930, de nombreux émigrés russes ont transcrit en français le "ov" final de leur nom de famille (au cas nominatif) en "off" ou "of", ainsi qu’il se prononce (*).

      Ainsi connait-on le prince Constantin Andronikof (le traducteur officiel du russe pour trois Présidents de la République, du Général de Gaule à VGE), l’écrivain Vladimir Volkoff, le chanteur Ivan Rebroff et combien d’autres encore, sans parler de la famille Pitoeff.
      Il me semble qu’il y a un siècle le nom de l’écrivain Anton Tchekhov était parfois transcrit "Tchekhoff".

      Le "z" dans le nom de Matzneff au lieu d’un "s" semble provenir d’une transcription à l’allemande, mais beaucoup de réfugiés russes sont passés par l’Allemagne avant d’arriver en France au milieu des années.

      Pour la racine du nom de famille de Matzneff, je n’en sais pas plus que ce que dit le dictionnaire de Vladimir Dahl. La racine "mats" n’est pas uniquement liée au pain azyme juif.

      (*) : lorsque ces noms de familles sont déclinés, le "v" se prononce effectivement "v" lorsqu’il est suivi par une voyelle. Ainsi "Raskolnikova" mais "Raskolnikoff"......


    • Une petite correction dans mon message précédent :

      à la fin du troisième paragraphe, il fallait bien lire "avant d’arriver en France au milieu des années 1920".

      Sinon les petits Français qui étudiaient le russe au lycée ou à l’université pendant les années 1960 utilisaient les fameux manuels de "Davydoff et Pauliat"ou "Pogarieloff" ainsi que l’inégalable "Aide-mémoire de grammaire russe" rédigé par le colonel en retraire Roland Landry et l’agrégé de russe Victor Balalaeff, publié à La librairie des cinq continents en 1961.
      (Aide mémoire toujours disponible pour 30 euros chez une très grande librairie en ligne).

      Dans les noms célèbres se terminant en "off", il ne faut pas oublier Robert Hosseinoff (Robert Hossein) et son père Aminoullah Hosseinoff.


    • @ dictionnaire vladimir dahl.
      Vous cherchez à noyer le poisson, on dirait : les 2F, c’est une remarque totalement accessoire de ma part. Le point central de mon argument était que le patronyme Matsneff vient de « Matsa ». Que ce mot hébreu, repris par plusieurs langues slaves, renvoie au pain sans levain mangé lors de la Pâque (Pâque sans S) . Et que cet écrivain a forcément des origines du côté de la Communauté de lumière. C’est tout.
      Je ne polémiquerai pas davantage, car tout est dit dans mon premier post.


    • Aïe, encore une correction à faire dans mon message de 19h09 : le général de Gaulle avec deux "l" bien sûr.

      Sinon @ Raskolnikova merci,
      grâce à vous après qlq clics sur internet, j’ai découvert que le Conservatoire Rachmaninoff existe toujours à Paris. Le nom Rachmaninoff est composé à partir de la racine "rahman", le "compatissant", mot arabe utilisé dans la formule coranique, car le compositeur avait des origines tatares. Comme le prince Youssoupoff, l’un des assassins de Raspoutine.

      Dans la série des noms se terminant en "off" et en "eff" d’émigrés célèbres, il serait encore possible de citer Haroun Tazieff, père tatar installé à Varsovie du temps où la Pologne était partie intégrante de l’Empire russe avant 1917-1918 et bien sûr George Gurdjieff dont les origines sont toujours mystérieuses (grecques, arméniennes, georgiennes ou autres).

      L’éthymologie du nom de famille Matzneff, et l’histoire de cette famille sont des histoires à creuser.


    • Mais de quoi tu parles ? La terminaison anglaise Ov ou Ev, n’est que la version anglo-saxonne de la terminaison française Off / Eff.
      Jusqu’à l’après-seconde guerre mondiale, le Français a été la langue diplomatique mondiale, la langue de cour et de référence dans plus d’un pays, et à la SDN. Aussi les passeports (Nansen) et divers titres délivrés aux Émigrés russes blancs ou aux réfugiés slaves en France ainsi que dans les pays d’obédience française, orthographiaient les noms par transcription française du Cyrillic. Autrement dit, en Eff ou Off.
      Après la Guerre l’anglais s’est imposé. Par ailleurs, de tout temps les patronymes de ceux qui émigraient directement aux USA, à Toronto ou à Londres ont été transcris par les Américains, les Canadiens anglais ou les Anglais en Ov ou Ev.
      Aujourd’hui, la plupart des pays qui ont des alphabets spécifiques fournissent à leur ressortissants des passeports orthographiés en anglais.


    • @Raskolnikova
      Merci pour votre précision.


  • Le patron, c’est le patron. Un merci de plus de 20 ans, M. Soral.


  • Merci Mr Soral de faire la distinction entre l’éphébophilie littéraire française Quartier Latin d’un Matzneff et la pédo criminalité violente et prédatrice.
    Merci également de montrer du doigt la monté d’un puritanisme dans la société française actuelle. Puritanisme du à la fois au féminisme et à la vision américaine des rapports hommes femmes et à une certaine islamisation. D’ailleurs, les deux sont des alliés objectifs. Il suffit de regarder l’alliance de longue date entre les Etats Unis et l’Arabie Saoudite.

     

    • La "distinction entre l’éphébophilie littéraire française Quartier Latin d’un Matzneff et la pédo criminalité violente et prédatrice" n’a d’intérêt que si la persécution envers la première préjuge pareillement d’une traque sans merci de la seconde. Toutefois, si cette distinction vous sert à hiérarchiser les pratiques pédophiles et à en déduire qu’il y a moins de violence prédatrice à les subir dans les beaux quartiers, vous accordez à ce type pédophilie une licence poétique et romanesque qui nous ferait presque regretter de n’avoir pas eu la chance exquise de nous faire enfourner un mercredi après-midi Place de l’Odéon ou rue des Feuillantines.
      "Éphébophilie littéraire" : ce glissement de la plume au plumard et inversement, est déjà criminel en soi. Je crois que le moment est venu d’en finir avec le terme éphébophilie, qui n’est que le doux euphémisme de pédophilie.


  • Dans "Le train sifflera trois fois" Gary Cooper est âgé de 51 ans et Grace Kelly de 23 ans. A l’image, ce n’est choquant que sur les gros plans de Gary Cooper bien ridé. Petite précision dans un souci de vérité.
    Salutations


  • Merci et longue vie AS ! des explications claires , précises et toujours au top !!!


  • Emission salutaire,
    Matzneff et ses sujets polémiques, littérairement cela vaut largement les 500 livres de la rentrée de un. Ca parle aussi bien de la Grece, de la courtoisie de deux… Mais sa réussite littéraire doit sûrement plus au sujet qu´a sa qualité. Les gens ignorent tout de ce petit milieu, pensent qu´il s´agit d´élitisme…qui a refusé Céline et Proust. Rire. Non, il s´agit de coucherie, d´amitié, le plus souvent, pour être publié.
    Sur V Spangora, demi siecle passé, pas de papa présent étrangement, –elle en a même fait un livre-, elle a fait un DEA de Lettres en Sorbonne –le sujet et le prof seraient interessants a connaitre-. Moi aussi j´ai fait ca DEA Sorbonne Lettres, même un peu plus, j´ai pas du bien rédigé mon CV pour pas avoir été recruté par Julliard, car je me suis retrouvé remplacant prof a Saint-Denis, loin spirituellement de la basilique, et économiquement de Vanessa, et sans préparation, a sec. Cela illustre donc Clouscard, comment la bourgeoisie reclasse son surplus de classe dans des activités de divertissement –je vois pas d´autres noms-.
    Sur Baudis, cela est passé comme une lettre a la poste, mort jeune cependant, le regard de la famille, et de tous…
    Sur l´homme politique du 92, je me souviens d´une commune d´un college, ou feu soeur Emmanuelle l´avait fait venir –si c´est lui-, pour lui demander de l´argent. Avenant le Monsieur.

    Espérons un procés. Et tous les autres surtout. Ou est Matzneff d´ailleurs ? Physiquement est-il encore bien ? Un suicide avec 3 balles ou un accident de voiture peuvent arriver. Il n´a pas de déscendance, est courageux, il avait des lettres de VGE et Mitterrand au cas ou les policiers viendraient l´arrêter, il doit avoir d´autres petits papiers.

    La grande question : comment sortira la France de tout cela ? Apres le manifeste pro pédophilie, on arrive a une sexualité légiférée a l´américaine, ou un pauvre n´a pas de relations sexuelles. Ca et la propagande métisseuse, et LGBT, c´est beaucoup. Ce qui devient étrange voir punissable, est l´attirance pour une belle femme jeune. Le reste banco.


  • Je suis sur une ligne médiane :
    Bien sûr, Matzneff n’est pas le pire, puisqu’il témoignait de ce qu’il vivait ; son défaut n’est d’avoir misé QUE sur des jeunes, et d’être à la croisée de l’éphébophilie/pédophilie : Nous sommes face à une époque qui juge une autre, pour le meilleur et le pire.
    Louvin était un habitué des voyages en thailande, et l’altoséquanais évoqué me semble être dédé Santini...
    Sur Rocco, sa folie pulsionnelle est telle qu’il se permet de relater un viol sur une amie de sa mère, après un enterrement (cf vidéo) ;
    https://youtu.be/l7A3fyhd0Ow


  • Un type qui est attiré par des gamines de 14 ans est un désaxé. Qu’il s’appelle Lang, Bouchet ou Matzneff ! Et j’ai toujours pensé que la peine de mort n’avait pas été supprimée pour respecter les sacro-saints droits de l’homme mais bien pour protéger ces pourritures qui nous regardent de haut ! Demandez à n’importe quel être sensé quel sort il réserverait à ces chiens et vous comprendrez pourquoi la loi Badinter à été créée...

     

  • A noter aussi parmis tant d’autres, l’enquete en 2019 du sun passée sous silence :"L’ONU emploie 3.300 pédophiles, responsables de 60.000 viols au cours des 10 dernières années "

    http://www.wikistrike.com/2019/01/l...

    le lien pour l’article original est dans le post wikistrike à la fin de l’article

    En // a cette affaire Matzneff l’enquete sur les ONG pédophiles en Haiti passée aussi sous silence (ONG et ONU)

    quand y a plus y a encore !!!!

    Le Carthaginois

     

  • quand je pense qu’ils ont enfermé Tarik Ramadan pour moins que ça en essayant de manipuler de pauvres gens


  • Encore une très bonne démonstration de la maîtrise du sujet par M Soral.
    Dans la droite ligne de l’émission "spéciale Epstein" ( vous vous souvenez, on prononce "epstiiiine"....) de Septembre dernier !

    Ça fait toujours plaisir d’entendre quelqu’un qui maîtrise son sujet, et ce quelque soit le dit sujet !

    En tout cas M Soral, vous agissez droitement et honnêtement envers ce pauvre Gaby, vous ne sautez pas sur lui comme toutes les autres hyènes de la meute mainstream, c’est tout à votre honneur et c’est en fait complètement logique.

    Donc pour finir, merci, et vivement d’autres émissions plus longues, car avec la somme de vos connaissances sur beaucoup de ces dossiers, vous pourriez tenir l’antenne des heures.

    Même à mon âge avancé et avant de fureter et glaner ça et là des infos sur ces "dossiers" ( sans jamais atteindre votre connaissance), jamais je n’aurai cru que de tels niveaux d’ignominie puissent être atteints par tant de gens de ces ((( élites ))) mondialisées....
    J’ai beaucoup apprécié votre expression " la pédocriminalité est le caviar de la sexualité pour ces élites..."

    Tellement vrai !
    Et tellement abject aussi !

    Pour les camarads qui décideraient d’approfondir leurs connaissances, faites gaffe, mentalement pour un esprit pas trop tordu et amateur de logique, c’est parfois très très éprouvant !
    Il faut se préparer mentalement, et même avec cette barrière mise en place, il m’arrive encore d’avoir des nausées sévères, des manifestations physiques violentes de ce dégoût de la connaissance de ces choses....

    Ne manipulez pas ça à la légère, c’est vraiment un truc dangereux..
    M Soral l’avait d’ailleurs bien expliqué, dans l’émission de Septembre 2019.

     


  • Il n’est bien que dans du 14 ans, plus vieille, il ne touche plus les bords



    Et il y en a qui s’emmerde a lire Proust.

     

  • J’irai plus loin. Toute l’hystérie autour de la pédophilie est sans qu’on s’en rende compte un pur produit de la Modernité.

    D’une part par la destruction du modèle traditionnel qui fait perdre ses repères aux Hommes. Des pères qui laissent leurs filles se faire séduire sans en être informé ça n’a AUCUN sens au regard des lois naturelles. Mécaniquement ça produit des concepts dégénérés comme l’idée d’un "age mental".

    D’autre part par le féminisme, c’est à dire la lutte du patriarcat (qui n’est qu’un des synonyme de l’Ordre Naturel). Quoi de plus représentatif de la sexualité toxique du mâle que des hommes qui s’en prennent à des enfants ? Le féminisme a tout intérêt à l’accroissement de cette hystérie. La pédophilie n’est qu’une preuve de plus que les hommes sont des porcs qu’il faut castrer. Une preuve que les désirs du mâle sont profondément immoraux et bestiaux.

    Enfin cette hystérie se repend d’autant plus que le pédophile a bon dos. Il est la dernière barrière d’une société qui a perdu tous ses repères moraux. "Nous sommes des criminels, mais au moins pas des pédophiles". Le pédophile aujourd’hui c’est celui qu’on lapide pour laver ses pêchés.

    Mais le vrai pêché c’est de laisser les valeurs de la Modernité proliférer. Or c’est elle notre véritable ennemie. C’est elle le cosmopolitisme, le progrès, la finance usurière, le mondialisme, etc. Et si on ne prend pas garde et qu’on tombe dans le piège de cette hystérie on finit par lutter de son côté. Contre nos intérêts et contre les lois naturelles.

    Bien sûr il faut aussi distinguer pédophilie en soi et pédocriminalité de réseau. Réseaux qui eux alimentent l’idéologie de la Modernité. Par contre je rejette l’idée que si la modernité est montante c’est par des intérêts. Les intérêts de ces réseaux de voir la législation sur la pédophilie s’assouplir. Dans les faits, avec l’affaire Epstein et le durcissement des lois sur le consentement, on observe au contraire une chasse aux sorcières montante - ce qui n’est pas pour arranger l’affaire de ces réseaux.

    Non. Il ne faut pas voir la finalité de la Modernité comme un moyen de permettre à de riches satanistes de jouir librement d’enfants. Avec leurs richesse et dans le monde mondialisé de la finance usurière ils le font déjà dans l’impunité. Non la finalité de la Modernité c’est elle-même, c’est de s’accroitre. L’adversaire ce n’est pas un de ses hypothétiques objectifs, c’est déjà la Modernité en soi, la Modernité en elle-même.

     

  • Logos et courage.


  • Les jeunes filles ne pensent qu’au sexe...Archi faux, les jeunes filles et les jeunes hommes ( éduqués ) pour beaucoup cherchent le grand amour dans lequel il y aura aussi du sexe...Ce n’est pas du tout la même chose !!!!

     

    • Ça ne peut donc pas être « archi faux » (pas même en caractère gras) puisque c’est même indissociablement lié, ce que d’une certaine manière vous reconnaissez dans la foulée de votre dénégation. Adolescent, à quelqu’un qui me demandait de me mettre dans la peau d’une jeune fille de mon âge, je me souviens lui avoir dit en manière de plaisanterie et de petite provocation (encore que !), et pour couper court à une pénible mièvrerie, que j’espérais de tout cœur que j’aurais couché dès le premier soit pour peu que j’en aurais éprouvé le désir ! Faut rigoler !


    • @ALINE Vous ne faites que projeter votre idéalisme morale sur les autres sans prendre en compte qu’il y a des exceptions et c’est extrêmement dangereux, certains pensent au sex cela dépend.

      Mais déclarer d’emblée que pour beaucoup tout les jeunes cherchent le grand amour sans prendre en compte les exceptions de chacun est déraisonnable. Si ils pensent au sex, ils pensent à l’amour car c’est lié.


    • @Aline : Votre commentaire est tout en nuances et rend justice à la réalité psychologique des jeunes. Quant à ceux qui pensent qu’amour et sexualité sont indissociables, ils raisonnent à travers le prisme de leur formidable capacité érectile du moment et oublient que dans les maisons de retraite, on s’aime tendrement sans sexualité, que les tétraplégiques et les paraplégiques ont une vie amoureuse dénuée de sexualité et que ceux qui s’estiment trop jeunes pour franchir le pas ne sont pas exempts de sentiments amoureux. Juste ciel !


  • Les personnes qui défendent les femmes, sont des personnes qui n’ont rien compris à la réalité des rapports humains sur cette planète.
    Celles qui en plus défendent le summum de l’ordure ici-bas, à savoir la bourgeoise mondaine parisienne, qui a voulu s’initier avant les autres, et qui des décennies après, se prétend victime pour attaquer un vieil homme, sont carrément des débiles mentales.


  • Je vois ce que veut dire Soral Je suis un mec de 29 piges et je me souviens qu’au collège en 5ème puis en 4ème nous fantasmions tous sur Me Aubin prof d’histoire une quadragénaire coupe carrée) à l’époque qui en plus n’arretait pas de nous éxciter par ses manières et ses tenues, quelque fois elle se passait même la main sur la Ch**tte tout en nous parlant,certains de mes potes la draguait carrément,lui faisait des avances, il y avait aussi des filles de la classe qui fantasmaient sur certains profs, on devait avoir pas plus de 13 ou 14 ans pourtant à l’époque ! j’était même attiré par certaines amies de ma mère sur lesquelles je fantasmait également !
    avec du recul je me rends compte que nous étions quand même bien matures et libidineux pour des ados Après perso je trouve ça malsain qu’un mec de 50 piges se tape une gamine de 14 ans je ne voudrait pas que l’on fasse ça à ma petite soeur.

     

    • C’est qu’il a rien d’autre à faire dans la vie : un type qui a un taf, une famille, des enfants, bref une vie "équilibrée" selon le modèle, ça lui viendrait pas à l’idée d’aller chercher des gamines.

      Ça a beaucoup à voir avec l’oisiveté bourgeoise ou les artistes, qui marginaux, estiment avoir un certain pouvoir de par leur singularité, se mettent à avoir des idées perverses.
      C’est le cas de Matzneff ou de Nabe qui drague des minettes étrangères dans sa galerie.

      Mais imaginez alors ceux qui ont tout pouvoir, ça va bien plus loin en terme de perversité, parce que le pouvoir rend fou : il vous distingue de la masse, vous vous prenez pour un dieu, et tant qu’à faire un dieu du sexe, puisque le désir est le moteur de tout.

      Sauf qu’en haut de la pyramide, ça s’inverse : si Matzneff était plutôt un aristo intello plus spirituel que sadique, en haut de l’élite ce sont plutôt des démoniaques qui en sont à sacrifier des êtres humains pour satisfaire leur sentiment de pouvoir, le besoin de sang devient une drogue.

      De plus on l’a dit ailleurs, c’est un système de conversion au Mal, pour tenir les nouvelles recrues qui auront mis le pied dans ce réseau pédocriminel, mentalement et judiciairement.


  • @ coffee shop vous avez raison d’ailleurs cela pose un pb juridique international actuellement en débat sous la pression des Etats Unis on est en train de se diriger vers ceci :

    il faut distinguer deux choses les mercenaires (en nom propre) qui porte eux même la responsabilité juridique de leurs actes sauf s’ils sont recrutés par une armé officielle
    les entreprise a but militaire : le "soldat" ne portera plus la responsabilité de ses exactions c’est l’entreprise qui va porter l’acte et ceci en fonction de son pays de déclaration donc comme les US n’ont pas signé les accords du tribunal international les entreprises militaires US ne pourront pas être poursuivi car assimilées a l’armé US. Seul le pays ou a lieu l’exaction pourra poursuivre le "soldat" que ce soit pour meurtre, viol ou autre chose !!!! (ou éventuellement les US s’il le décide) sauf que si les soldats US sont passé par la, le pays en question n’existe plus !!!
    Le Carthaginois


  • Cher AS vous êtes d’une lucidité éclatante , les grands vins se bonifiant avec l’âge , continuez à nous éclairer par vos fulgurances .
    Paix dans nos Âmes.


  • Je suis pas d’accord, tous les hommes ne sont pas excités par des gamines de 14 ou 15 ans, non.
    Tous les hommes ne sont pas des queutards qui ont des érections quand ils passent devant des collèges ou des lycées.

    Sinon, tous les beaux pères, tous les oncles, professeurs, médecins seraient des types lubriques qui passeraient leur journée à délirer sur des petites.

    Faut dire, moi je, mais pas tous les hommes non.

     

    • Etes vous un homme Ella ? Si non, alors chut...


    • @ Ella

      Et on peut dire qu’en tant qu’homme vous savez de quoi vous parlez.
      Ha pardon vous êtes une femme... au temps pour moi.


    • @reno @ezra si j’avais pris comme pseudo " salade de fruits" vous en auriez déduit que je suis un fruit ?

      Vous pouvez pas d’un coté critiquer la diatribe féministe qui consite à jeter tous les hommes dans le même panier et revendiquer d’avoir un comportement de porc comme tous les hommes.

      Je persiste et je signe : tous les hommes ne sont pas sexuellement attirés par des gamines de 14 ans, l’amour, le sexe se bâtissent aussi sur autre chose qu’une apparence juvénile.

      Sinon je vous invite à offrir vos filles, visiblement il y a pas mal de pointeurs intéressés sur le site.

      L’égalité et la réconciliation avec les pointeurs non.

      On ne reconstruit pas un pays en flattant les bas instincts et en reprenant des arguments de bourgeois pour excuser ses déviances.


    • @ Ella

      1) Vous ne niez pas être une femme, donc votre cirque est ridicule.
      2) Nous confirmions les propos de Monsieur K, ce qui ne veut pas dire que la grande majorité des hommes n’est pas en mesure de s’empêcher de passer à l’action et se contentera de regarder... La culture est aussi une contrainte sur le corps via l’esprit.
      3) Vous semblez ignorer que jadis prendre une femme jeune était une option de bon sens car la femme jeune et vigoureuse avait plus de chance de ne pas mourir durant l’accouchement et de faire naître des enfants en bonne santé, en plus d’être une option conseillé par Aristote afin de former un "foyer paisible".

      Bref physiologiquement parlant, l’homme est conçu pour être attiré davantage par la jeunesse.
      Bienvenue dans le monde réel.


    • Ella, ne vous préoccupez pas des beaufs, y en a partout et ils mettent un point d’honneur à ne pas vouloir comprendre même les évidences quand elles auront pointé leur nez sous le leur.

      Par ailleurs, les mêmes qui objectent qu’étant une femme, vous en savez moins qu’eux sur le chapitre des hommes (l’argument d’autorité) sans ciller, sans douter vous exposeront par le menu tout ce que sont et veulent les femmes...Logique n’est-ce pas ?

      Avec tout ça, si on n’est pas arrivé demain matin, c’est normal, mais pourquoi s’alarmer : il y a des ER de tous poils, des comme ci des comme ça, et ensemble ça fait quand même un combat politique cohérent autour de l’essentiel. Peut être pas un projet, mais un combat, le foyer d’une résistance à l’oppresseur... sûr.


    • Bon courage Ella et Anna.

      Mordicus !


    • @ Anna
      Celles qui prétendent parler à la place des hommes au nom des hommes sur le fonctionnement physiologique de l’homme, c’est bien vous Anna et votre copine Ella.

      Allez... A la prochaine, les prix nobel de maquillage.


    • Non Ezra, si vous m’aviez lue, vous auriez vu que j’ai parlé ici en qualité de FEMME qui comme telle sait à peu près (car je me garderais d’en faire un argument d’autorité) ‘ ce que pensent les autres FEMMES ‘ à propos des hommes (leur jeunesse, leur beauté, leur sex-appeal, j’en passe et des meilleures...) ...
      Je me suis exprimée mais j’ai écouté également, tout au long de ma vie. J’ai écouté mes amies certes, mais bien d’autres femmes aussi - des jeunes, des vieilles, des belles des moches, des riches des pauvres - qui n’étaient pas mes amies, s ‘exprimer en privé ou dans des situations semi-privées-semi-publiques (un bus quasi vide, une terrasse de café). La présence d’une femme inconnue ne leur paraissant pas problématique, elles parlaient librement.

      Or les femmes peuvent être très crues ... comme vous avez pu le constater.

      Alors soyez juste. Rendez-moi ce qui m’appartient.


    • Non mais c’est quoi ces premiers commentaires qui disent « chut », parlent de « cirque ».
      On ne peut en tant qu’homme critiquer les femmes qui veulent parler en notre nom systématiquement tout en empêchant les femmes de donner leur point de vue sur les hommes.
      Je suis un homme, et désolé, mais je ne suis pas excité par une gamine de 14 ans, être excité par une gamine qui sort de son collège, si vous trouvez ça normal, il y a un sûrement un léger soucis, on peut trouver une jeune fille de cet âge belle sans pour autant être excité, ce n’est encore qu’une enfant dans un corps qui tend à devenir femme.
      J’approche de la trentaine, et même maintenant les filles de 18 ans me paraissent jeunes, je ne les désire plus de mon âge, alors je n’ose imaginer quand j’en aurai 40 ou 50, arrêtez de prendre votre cas personnel pour une généralité


  • Parlons peu ; parlons clair.

    On n’est pas là en train de développer un discours traditionnel prônant le mariage, la responsabilité du chef de famille et l’encadrement spirituel du désir sexuel.

    Non ! Ici, pour le dire clairement, on remue la merde.
    C’est tout le contraire : on parle de personnes qui n’ont aucune retenue face à leurs pulsions pour x raisons.

    C’est bien vu, sur le puritanisme anglosaxon, car les gens n’ont toujours pas compris à quoi a servi le protestantisme.
    Pour le protestantisme, la morale est adossée à l’espérance de profit et tout se règle par contrat, autant dire qu’il n’y a plus de morale en tant que telle.

    C’est la même notion de contrat qui est développée en long, en large et en travers par Rousseau pour qui « la famille n’est qu’une convention ». Selon lui, l’enfant ne reste dans la famille que pour s’alimenter ; une fois l’âge de raison atteint, il/elle peut trouver seul les moyens de sa propre subsistance et quitter ses parents.
    Exit donc l’amour (gratuit), exit le désir de transmettre (un métier, une culture, un savoir) ; tout se résume à bouffer et à acquérir son indépendance le plus rapidement possible et sous-entendu peu importe l’âge.

    C’est donc l’argent qui dirige tout, et tout le monde le sait, et tout le monde se tait. Y a qu’à voir, ça fait 38 ans que les initiés savent parfaitement le vrai sens du film E.T. de Spielberg, mais faites l’expérience d’aller le dire ouvertement, et vous verrez à quelle vitesse on viendra vous faire taire.

    Il est évident que Matzneff et le prêtre qui fait l’actualité ne sont que des os à ronger pour le peuple.

     

    • On peut voir ce qu’on veut dans ce qu’on veut.
      On veut voir des bites en forme de nuage et la vierge Marie dans le marc de café et vice-versa. Ça en dit plus long sur celle ou celui qui l’évoque que sur le problème à proprement dit.
      Faites le fameux test de Rorschach.


    • "...ça fait 38 ans que les initiés savent parfaitement le vrai sens du film E.T. de Spielberg..."

      Heu... Quelqu’un pourrait-il avoir l’amabilité de me l’expliquer parce que personnellement je ne vois pas.


    • Voilà, les gens sont dans le déni total et feront tout pour défendre ce qui est montré explicitement dans E.T.

      C’est donc moi, qui ait inventé dans ma tête que l’enfant disait "Penis breath" alors que c’est une scène connue, la question étant : pourquoi un enfant dans un film pour enfant dit à un autre enfant que son haleine sent le pénis ? Que faut-il faire pour avoir l’haleine qui sent le pénis ?

      J’ai aussi inventé que les copains du jeune adolescent proposent de baiser sa mère au début du film.

      J’ai inventé que l’enfant attire l’alien avec des bonbons et qu’il prétende avoir vérifié son sexe pendant la nuit.

      J’ai inventé que l’enfant via une prétendue connexion avec l’alien boive (scène rejouant le fait de faire boire un enfant) ou qu’il se mette à embrasser sa copine qui sur le plan suivant se frotte les jambes de plaisir.

      J’ai aussi inventé le fait que l’enfant est la plupart du temps nu ou en pyjama (ce qui reviendra dans A.I. toujours de Spielberg).

      J’ai inventé le fait qu’il déchire le cordon sanitaire qui représente le cordon avec la mère.

      J’ai inventé le fait qu’il porte une cape rouge, qu’il ait un panier, qu’il passe devant la pleine lune (référence au loup-garou) et qu’il finisse la course dans les bois : tous les attributs de conte du petit chaperon rouge, mais sans loup apparent.
      Pour ceux qui parlent pas anglais, le petit chaperon rouge se dit "little red riding hood" et c’est la raison pour laquelle il y a un vélo, car monter à vélo se dit "riding a bike".

      Non, en fait, je n’ai rien inventé, cela vous ait crûment présenté et vous n’y voyez que du feu depuis 38 ans maintenant, le pire c’est que c’est dans chaque scène tellement c’est gros comme une montagne.


    • Cela apparait dans deux films dont les titres sont des abréviations (E.T. et A.I.), et dans A.I. Spielberg montrera bien que la pleine lune est une référence au loup, car c’est la scène où des motards dont les motos sont en forme de loup pourchassent les robots (toujours se rappeler que monter à moto se dit "riding a (motor)bike" en anglais).

      Alors que dans E.T. la phrase clé est "les poissons mangent la nourriture pour poisson et les requins mangent les poissons, mais personne ne mange les requins" référence à l’impunité des requins (ceux qui consomment les plus faibles) ;

      Dans A.I. la phrase clé viendra de Jude Law (robot-gigolo) dans la ville-bordel s’adressant au petit garçon : "Ta maman aime ce que tu fais pour elle, comme les femmes aiment ce que je fais pour elle".

      Bravo, Spielberg !


    • C’est quoi le "vrai sens de ET" ? je n’ai pas été initié. C’est l’ET qui veut se taper la Barrymore avec son doigt gluant ? "ET maisooon.."


    • Je compte plus les sites où des gens disent étant enfant avoir parfaitement compris que E.T. était un pénis géant et se moquaient en secret des adultes qui n’y comprenaient soit-disant rien.

      Mais il faut dire que c’est tellement gros comme une montagne que sa provoque quasi immédiatement une dissonance cognitive : comme par exemple l’animation de l’intro de DreamWorks où l’on voit un enfant qui pêche au clair de lune, est-ce que les gens ont seulement idée de ce que signifie pour un enfant "I’m going fishing tonight" aux Etats-Unis ? Je vous laisse chercher, car je ne peux pas vous mâcher tout le travail non plus.

      Vous croyez réellement que les prénoms sont donnés au hasard dans un film ?
      - Gertie (référence à Gertrude Stein, écrivain et lesbienne notoire)
      - Michael (référence à Michelangelo, peintre et artiste homosexuel)
      - Eliot (référence à T.S. Eliot, homosexuel refoulé)
      - Eliot (diminutif de Elie, seul prophète à avoir vu le char de Dieu, qui pour les transhumanistes ne pouvait être qu’un vaisseau spatial) et ça tombe bien car on va pouvoir ainsi se moquer de la Bible.
      - Mary (nom de la mère, en référence à la Vierge Marie, ce qui permet de bien se foutre de sa gueule durant tout le film avec, cerise sur le gâteau, son fils Michael la traitant de pute indirectement).

      Cette moquerie de la Bible sera à nouveau dans A.I. devant la statue de la vierge se trouvant dans la ville-bordel où le robot-gigolo dira avoir trouvé le plus grand nombre de femmes à baiser devant cette statue.
      En parlant de A.I., ça tombe bien le petit garçon s’appelle David (référence au Michelangelo de E.T.).

      C’est rigolo, l’une des auditions pour E.T. s’est déroulé dans la maison d’Harrison Ford où les gamins devraient montrer qu’ils savaient jouer à Donjon et Dragons.

      Mais ne me croyez pas, lisez plutôt ce qu’en disent les personnes qui savent de quoi ça parle, comme pour les fameux doigts de E.T. et d’Eliot qui se touchent sur le poster qui sont bien évidemment des phallus. Bref, quand je pense que Michael Jackson avait dit vouloir être E.T. son héros, Pfff !

      Allez je vous laisse un petit lien où on fait mine de découvrir des hypothèses connus par tous les initiés :
      https://www.popmatters.com/e-t-was-...

      E.T. est certainement le plus grand MKUltra jamais réalisé au cinéma ; je dois reconnaitre que soit Spielberg est fort, soit les gens sont d’une naiveté qui confine à la bêtise.


    • En 2010 Katy Perry sortait le clip E.T. de l’album "Teenage Dream" avec Kanye West.
      Vous avez le clip, vous avez écouté les paroles ou je dois vous faire un dessin ?
      Selon elle, c’est une chanson qui parle de tomber amoureuse d’un étranger (inconnu) avec dans le clip des images de prédation et des paroles édifiantes :

      Kiss me, ki-ki-kiss me
      Infect me with your love and
      Fill me with your poison
      Take me, ta-ta-take me
      Wanna be a victim
      Ready for abduction
      Boy, you’re an alien
      Your touch so foreign
      It’s supernatural
      Extraterrestrial

      En effet, jolie programme, tout comme la chanson de Lady Gaga "Bad Romance", c’est vraiment "Teenage Dream" de supers rêves d’ados bien sûr.

      Si vous n’avez toujours pas encore compris à quel point ces gens-là se foutent du peuple, ben vous comprendrez certainement jamais !


    • Merci à Talion d’avoir titillé RKrishna (qui n’en pouvait plus de se retenir) même s’il avouait par là être totalement « dans le déni ».
      Mais RKrishna n’est pas aussi « initié » qu’il le prétend



      J’ai inventé que l’enfant via une prétendue connexion avec l’alien boive (etc)




      Oui moi aussi j’avais remarqué cette connexion transcendantale avec l’alcool extraterrestre pédo désinhibiteur qui aide salopement à tenter des trucs dans la vie.



      J’ai aussi inventé le fait que l’enfant est la plupart du temps nu ou en pyjama




      Euh … ça oui. mais j’avoue que les habits sont toujours enfantins.. ambigu tout ça..



      J’ai inventé le fait qu’il déchire le cordon sanitaire qui représente le cordon avec la mère.



      Non ça représente le lien mental MKUltra. Tout comme le moment au début où ils mangent des pizza, qui est évidemment une référence à Podesta, ou sinon on ne voit pas pourquoi des gamins déchireraient des trucs ou se feraient de la bouffe grecque.



      J’ai inventé le fait qu’il porte une cape rouge [etc]




      Non plus ; il parait même qu’il y a un conte pour enfant MK Ultra qui ne fait pas seulement référence au petit chaperon rouge, mais qui est l’histoire-même ! je te dis pas le trauma. Réservé aux initiés bien entendu. Tout comme la lune, qui fait référence à tellement plus de choses que le loup..



      Vous croyez réellement que les prénoms sont donnés au hasard dans un film ?




      Non, mais contrairement à ce que tu avances, les évidences sont :
      • Gertie (référence à Gertie le dinosaure, qui n’est évidemment qu’un phallus sur pattes (regardez-moi ce long cou…) comme tous les initiés le savent,
      • Michael (référence à Michael J Fox, parkinsonien notoire, ce qui en fait une bête à branler, avec son visage de poupon frippé… le graal des pédophiles !)
      • Eliot, référence à Eliott le dragon, encore un ami de petit garçon, qui vont rendre visite à un type solitaire, gardien d’un phare (encore un phallus !!) mais aussi diminutif de Elie, soit Elie Wiesel, je n’ai pas besoin de vous faire un dessin
      • Mary (un des noms les moins répandus de la planète). Ok avec toi. Bon, c’est vrai qu’elle n’a rien de vierge dans le film, et on ne sait pas trop quel autre lien on pourrait trouver, avec ses trois enfants, etc. mais j’y crois dur moi aussi.



      ça tombe bien le petit garçon s’appelle David (référence au Michelangelo de E.T.).



      yavait quand même un lien plus évident à faire..


    • Merci RKrishna : "les fameux doigts de E.T. et d’Eliot qui se touchent sur le poster qui sont bien évidemment des phallus" Évidemment ! Mais j’avais pas l’esprit assez tordu pour le voir !

      Quant au "plus grand MK Ultra" au cinéma, le processus ne se passe pas au cinéma, mais par tortures et électro-chocs, rien à voir avec un film, aussi symbolique soit-il comme souvent avec Hollywood très marqué Ancien Testament.

      Moi je n’y vois qu’un film marquant dans le sens où ce ET est effrayant, et dont la mission, à ce film, est de nous vendre une vie extra-terrestre, les OVNI ("Rencontres du 3ème type" de Spielberg également) etc.


    • Désolé Mister Gencive, je ne prétends pas du tout être un initié (si vous l’êtes, tant mieux pour vous), j’ai juste remarqué presque toutes les allusions sexuelles qui sont dans le film et ensuite j’ai écumé les forums où les gens savent parfaitement de quoi il retourne. Et je vous le répète, il y a des allusions toutes les 5 secondes, je n’ai pas le temps de les énumérer toutes, je ne fais pas une compétition. Et les noms des personnages, je ne le tire pas du premier chapeau, mais de forums de personnes qui savent parfaitement de quoi elles parlent.

      Quant à Mister Talion, la seule chose que je peux vous dire c’est que E.T. était une commande pédophile masculine comme le prouve la chanson de Katy Perry et que A.I. était une commande pédophile féminine (qui a beaucoup moins marché, soit dit en passant).
      Et je le maintiens, E.T. est certainement le plus grand MKUltra grand public jamais produit jusqu’à maintenant à la surprise de son producteur, car j’ai parlé d’allusion, terme que je ne devrais même pas utilisé, c’est tout simplement crûment présenté et le spectateur se censure tout seul sans même sans rendre compte.


    • RKRISHNA ? Ça n’existe pas le "MK Ultra grand public", vous confondez ingénierie sociale et MK Ultra qui dissocie le mental d’une personne, artiste ou politique.
      Ce dernier passe par la torture, pas en visionnant un film !
      Pour que l’esprit se dissocie il lui faut un choc de taille, une douleur intense, toi comprendre ?
      Ça n’a rien à voir avec l’effet simplement suggestif de la symbolique hollywoodienne, qui a son effet, mais pas au point de démultiplier la personnalité, heureusement !!!

      - Aller voir les vidéos d’Alexandre Lebreton et lisez son livre, dont parle M. Soral.
      Ça évitera ainsi de se retrouver au niveau du commentaire des entubeurs et de tout mélanger.


  • Soral est LE intellectuel francais par excellence.
    Une intelligence superieure, un bagage extraordinaire, un analyste hors pair.
    Un plaisir a ecouter.


  • Bien-sûr il y a la morale, issue , ne l’oublions pas de toute une civilisation helleno chrétienne, et surtout chrétienne, initiee par Platon, bien avant, car il était nécessaire de " museler les passions des hommes " " hommes" au sens large, car ces " passions" sont source de désordres sociaux, et félicitons- nous de cette morale, qui n ’a plus de cours et on voit le résultat , mais même si on enlève la morale, ce qui est choquant c’est qu’on élude complètement la souffrance des enfants dans l’histoire, coucher avec un ou une enfant, c’est bien ou c’est pas bien ? Je pense que c’est pas bien, dans ma civilisation et ma religion, mais l’enfant dans l’histoire, qu’en pense -t-il, des années après, quel impact sur sa vie ? Il ne s’agit pas que de morale, il s’agit de personnes ayant un ascendant quelconque sur une autre par nature fragile, car que vaut le consentement d’une jeune personne de14 ans ? Et consentement à quoi ? Autant il peut sembler valorisant de susciter l’intérêt d’une personne plus âgée, autant , certaines pratiques sexuelles ne sauraient êtres souhaitées. Toutes les études psychiatriques montrent que dans tout acte sexuel, il y a un aspect psychologique fondamental, sinon nous ne saurions pas des êtres humains, d’accord pour certains on peut se poser la question...Toute société qui veut tenir debout et transmettre doit avoir ses limites... ou sa morale, et protéger les plus faibles, pour en faire des adultes sains, de corps et d’esprit, pédophilie ou ephebophilie, ce n’est qu’une question de degré, ce qui fait la civilisation, précisément c’est de sortir de notre animalité.

     

    • et oui toute vie sociale implique une canalisation des instincts (Eros et Thanatos). par la morale tout d’abord puis plus récemment par la loi.
      Mais une canalisation des instincts ne signifie pas obligatoirement répression. les sociétés matrilinéaires (faussement appelées matriarcales) canalisent la sexualité mais ne la répriment pas (elle ne coupent pas artificiellement le lien dialectique entre Eros et Thanatos). les imbéciles y voient une permissivité libertaire : rien n’est plus faux, la sexualité y est simplement canalisée par des us et des règles culturelles mais sans utiliser la violence de la coercition puisque le père biologique n’ayant aucun besoin de prouver sa paternité la canalisation des instincts ne défavorise pas la femme aux dépends de l’homme.


  • Une adorable nouvelle à lire sur le sujet ; "La jolie fille de Perth" par Paul Morand pour ceux qui, à l age adulte, ont été illuminés par une nymphette un jour.
    Personnellement, la dernière fois que j’ai embrassé une fille de 16 ans, je devais en avoir autant. Et c’était vachement bien.

     

    • Ah... embrasser une fille de son âge... ça doit être agréable en effet. Je n’en ai jamais eu l’occasion, il faut dire que c’est devenu difficile. J’ai 24 ans et quand j’avais 16 ans, j’étais fou amoureux d’une fille de mon âge (elle venait d’avoir 15 ans, pour être précis). Mais la fille en question était déjà avec un jeune homme de 20 ans, un cas tristement banal. Ce garçon avait le permis de conduire, une voiture, un pouvoir d’achat sans doute bien supérieur au mien (et donc du pouvoir tout court, dans notre belle société)... Chacun peut imaginer ce qui en découle : humiliation, jalousie, haine, sentiment d’impuissance, la fameuse "friendzone"... Toutes les erreurs à éviter, je les ai faites ! Deux ans plus tard, à 18 ans, je découvrais Alain Soral et j’entamais la lecture de ses livres. J’ai d’abord voulu comprendre la femme. Et j’ai ensuite voulu comprendre l’empire...


  • #2367623

    AHAHAH :)) A.Soral me fait encore rire.

    Il a raison, j’ai 47 ans et moi aussi comme Matzneff j’ai une petite voiture et c’est vrai qu’on touche moins les bords quand elles ont 30-40 ans que 18-20.
    Pour Rocco et la pornographie c’est une catastrophe cette industrie de merde. Je pense qu’il vaut mieux être initié à l’ancienne, en se faisant déniaiser au bordel comme on disait, plutôt que par Jacquie et Michel.


  • Je suis entièrement d’accord avec Alain Soral : dénoncer un seul individu pédophile et éphébophile (car il était les 2) ne suffit pas. Il faut également dénoncer la pédophilie de réseau, que la presse et nos politiques cherchent à étouffer.
    Toutefois, je pense que tous ceux qui sont parent d’une fille ici, sur ce forum, seront d’accord avec moi : je pense qu’aucun de nous ne dirait : « waow, cool, ma fille de 13-14 (15-16-17, et allez même 18 ans, et pourtant légalement majeure) sort avec un quinqua ! Me voilà rassuré(e) ! Bravo, ma fille ! Grand bien te fasse ! »
    Trouver une jeune fille jolie (car à 14 ans on est une jeune fille, plus qu’une jeune femme), selon moi, est une chose. Fantasmer sur elle aussi est une chose. Mais consommer avec elle, c’en est une autre. Et c’est le franchissement de cette ligne entre les 2 qui rend cette affaire quand même dégueulasse,, et toute affaire similaire.
    Et une dernière chose que je me demande : Pourquoi ce livre maintenant ? Je comprends que V. Springora se sente abusée, avec le recul : son consentement d’antan n’avait aucune valeur, comme quelqu’un d’autre disait sur le forum. Cependant, je me questionne toujours sur l’opportunité d’un scandale. A qui il profite, à qui il nuit. Pourquoi aujourd’hui et pas il y a 10 ans, par exemple ?

     

  • On aurait aussi pu faire la comparaison avec les programmes du planning familial qui incite ouvertement au tronchage avec les migrants, et les migrants eux-mêmes qui ne se privent pas mais là on entend voler les mouches.
    Quitte à devoir faire un choix...


  • Ce mois ci je fille 10 euros de plus au crif pour contribution à l’art
    Et j’envoi un message au crif qu’il est temps de mettre égalité et mensonges hors d’état de nuire ; organe de propageant rien à voir avec leur slogan je suis ton pote


  • Soral a raison quand il dit que l’éphébophilie sert a cacher la pédophilie, en particulier la pédocriminalité de réseau. Avec l’affaire Matzneff on a un énième exemple de cela et ceci de manière assez emblématique ! En effet ce qui est reproché à Matzneff c’est son éphébophilie sur des jeunes femmes, en revanche on ne parle pas de sa face pédophile. Autrement dit quand le système est acculé à devoir aborder et agir contre les prédateurs sexuels il fait toujours comme si la pédophilie n’existait pas ! Même quand il sacrifie un prédateur sexuel qui s’en est pris à des proies pubères et pré-pubères, on met systématiquement de côté les frasques pédophiles pour juste se contenter de l’aspect éphébophile du personnage...D’ailleurs cette manigance est tellement bien ficelée que même des gens de nos milieux étaient persuadés que Matzneff c’était juste une queuetard qui aimait la viande très fraîche mais pubère mais qui ne s’attaquait pas aux enfants, or c’est faux ! Il a écrit lui même qu’il s’en était pris à des enfants, or curieusement, répétons-le, ce n’est pas ce que le système lui reproche !

    Quant à l’idée "tout faire pour la littérature" cela me rappelle Jacob Frank et sa "rédemption par le péché" ainsi que la "guerre sans l’aimer" des droits de l’hommistes. C’est à dire des contorsions intellectuelles de gens qui plutôt que d’assumer leurs vices ils les saupoudrent de considérations pseudo-philosophiques, religieuses, éthiques, artistiques... afin de justifier leurs comportements abjectes. Genre "J’encule un gosse, c’est ignoble...mais c’est pour faire venir plus vite le messie et instaurer la Parousie...donc in fine je me sacrifie à faire de très très méchantes choses pour le bien de l’humanité..." Alors que dans les faits tout ces mecs là sont juste des pervers. Je préfère encore le psychopathe cynique qui quand on lui demande durant son procès pourquoi il a démembré une petite fille il répond le sourire aux lèvres et sans détours parce que cela le faisait jouir. Clair, net, précis et honnête, pas d’hypocrisie, pas d’enrobage à la con philosophique, artistique...


  • En terme d’“imprescriptibilité”.Voir l’affaire paul touvier malgré l’amnistie de 1972.

    https://www.youtube.com/watch?v=bp4...


  • Bravo ! Soral c ’est toujours un bain d ’intelligence ! un tout petit bémol quant à ce Pierre Woodman acteur et promoteur dans porno qui lui à l ’inverse de Rocco Siffredi searit plus dans le "psychologique " , je suis allé voir et en matière de défonce brutale de jeunes pauvresses de l ’est il ne le cède nullement à l ’autre . Le porno est le fait de violeurs violents en séries , des séries de mille .


  • Et le pauvre petit ado, Emmanuel 15 ans se faisant "violenter" par un prof. de 25 ans son aîné. Quid du "consentement" ?

     

  • Soral met les pendules à l’heure, avec un texte ciselé qui déchire, comme diraient les jeunes de banlieue !


  • Alain Soral a un esprit pénétrant. La passion l’habite.

     

  • Une question, l’affaire Epstein est-elle une affaire de pédo-criminalité organisée ou révèle-t-elle l’existence d’un réseau de prostitution de jeune mineures pubères destinée à l’hyper-classe ?

    Pour le dire autrement s’agit-il de pédophilie ou d’éphèbophilie ?

    Il me semblait que les plus jeunes passagères du Lolita express avait douze ans. A cet âge-là, s’agit-il encore de pédophilie ou sommes-nous déjà dans un autre registre ?

     

  • Pas fini d’écouter, mais rassurée. Toutefois, je crois qu’il serait bon d’éclaircir la problématique de l’éphébologie. De mon point de vue, s’il est vrai qu’une jeune fille de quinze ans est "appétissante" pour un homme, cela ne veut pas dire pour autant qu’elle est mature intellectuellement, d’où la notion de majorité civile. Les gens qui s’intéressent un peu à la chose, savent que l’adolescence est une période de construction intérieure, où la personnalité cherche ses marques.
    L’adolescent est un adulte en devenir. C’est pourquoi il existe aussi sur le plan juridique, la notion de détournement de mineur. A quinze ans, on ferait un peu n’importe quoi, c’est pourquoi, un adulte qui a de la moralité, ne doit pas céder à ses instincts primaires. Il est l’adulte et, en principe, il doit savoir se comporter comme tel : c’est à dire en personne responsable.

     

    • La maturité intellectuelle est bien délicate à définir, pour ne pas dire peu probante quand il s’agit d’amour, un secteur où l’irrationnel et la passion tiennent une part importante.
      on fait des bêtises a tous âges, on a des naïvetés et des illusions à tous âges.

      Mais s’il faut vous suivre sur la question d’une maturité morale ou mondaine par exemple, je dirais que cela dépend des époques. Une fille de 15 ans du XVème siècle est sans doute plus mûre qu’une femme de 25 aujourd’hui. Justement parce qu’elle est précocement initiée à certaines choses ; et tenue dans une certaine mesure par les conditions de l’époque...
      Une femme de 25 ans il y a plusieurs siècles a déjà plusieurs enfants. Elle fait plus mûre qu’un homme de 35 des années 2000, qui "ne veut pas se caser", et a l’air d’un ado attardé, pour ne pas dire d’une loque morale.

      N’est-ce pas justement les conditions qui permettent une élévation de la maturité, plutôt que l’inverse. Une vieille fille gardera un je ne sais quoi de puérile toute sa vie, peu importe son âge. Il lui manque une forme de vécu pour atteindre à ce réalisme de la femme accomplie, de la femme mère et épouse. Et ce réalisme, peut-être qu’un homme de plus de 50 ans l’apprendra mieux à une fille de 15 ou 20 ; C’est d’ailleurs ainsi qu’on mariait les jeunes filles, dans le temps, il me semble... puis elles devenaient veuves, et éventuellement se remariaient avec un homme de leur âge ou presque. C’était la civilisation bourgeoise. Un style. Qui ne m’apparaît pas "irresponsable", et dont je comprends la logique.. même si ce n’est plus mon temps, et qu’effectivement ma sensibilité me pousserait aujourd’hui à réprouver certaines alliances, parce qu’elles ne font plus coutume.


    • @tetar1er
      Sauf que dans votre argumentaire vous oubliez un paramètre important : l’espérance de vie.
      Les jeunes gens étaient projetés dans la vie plus tôt, mais ils en partaient aussi plus tôt.


  • « Aide sociale à l’enfance (ASE) : Un nouveau documentaire ravive le débat sur la vulnérabilité des enfants placés »
    ENFANCE Un an après un premier documentaire accablant, « Zone Interdite » consacre ce dimanche une nouvelle enquête édifiante sur les défaillances de l’ASE (Aide sociale à l’enfance)
    https://www.20minutes.fr/societe/26...
    « Le grand public peut avoir l’impression que ça ne le touche pas, qu’il n’est pas concerné. Beaucoup de gens se disent encore que les mineurs qui se retrouvent placés dans ces foyers sont des enfants de "cas sociaux". Ce n’est pas vrai. Ce sujet nous concerne tous. C’est une politique publique nationale et on doit la regarder en face », développe-t-elle.

    Sept ans après la publication de son témoignage, « Dans l’enfer des foyers », Lyes Louffok, lui, assume son impatience et appelle à un sursaut : « Moi, j’en ai marre des documentaires, en fait. Parce qu’à chaque nouvelle enquête, on se dit la même chose : "Quand est ce que les choses vont évoluer ? Quand est-ce que les parlementaires vont se saisir du dossier ?" La responsabilité aujourd’hui est de leur côté. »

    Que font les parlementaires ? Que font ces gros franc-macs ?

    Ben il suffit d’écouter cette énième excellente émission d’ERFM notamment sur le sujet de la pédophilie sataniste de réseau pour en avoir une petite idée :
    https://www.marieclaire.fr/enfants-...

    Une famille d’accueil maltraitante peut demander un agrément dans un autre territoire.

    Le directeur de l’Abbaye de Valloires affirme que l’on doit douter face au témoignage d’un enfant qui dit avoir été victime de viol. Le journaliste réplique en disant que 22 enfants sont concernés. Le directeur ne bronche pas. Les foyers ont l’air d’appliquer la politique de l’autruche en ce qui concerne les viols entre mineurs. Pourquoi l’ASE et le gouvernement ne font rien ?

    Ce genre de personne n’est pas minoritaire. La politique de l’autruche ne s’applique pas seulement aux violences sexuelles.

    Ce documentaire lève le voile sur un autre scandale : la prostitution de jeunes filles placées sous la responsabilité de l’ASE… Quand des gamines de 13 ans sont contraintes d’aller dans des hôtels pour se prostituer, c’est de la torture que l’on inflige à ces gosses, rien de plus.

    En fait l’ASE laisse produire des snuff movies, c’est l’progrès !

    Bravo E&R.


  • Plus de cent commentaires sur ces conner euh ces affaires de moeurs, le contrefeu ça fonctionne, je l’ai testé. Moi je propose plutôt que des lois à la con imposées en droite ligne par l’oncle sammerde ceci : si consentement, s’il n’y a pas eu violence, après c’est fini, on n’en parle plus.
    Là on en est à un point (de non retour) avec ces coïts consentis puis regrettés, on dirait qu’après vos "victimes" du 16e sont devenues invalides*.Ce n’est pas en banlieue qu’on en ferait un tel flan des rapports sexuels. Ce serait raciste mon frère.
    L’enfance est un luxe bourgeois qui est venu évidemment avec le capital pour vendre tout un tas d’objets baptisés jouets répliquant les idioties des adultes. Aujourd’hui il les resexualise car c’est son intérêt de remarchandiser l’humain par l’avortement et la PMA (fabrique de tarés mais bon ça rapporte surtout payé par nos sous). Vous n’y changerez RIEN.

    *= (tels ceux qui manifestaient pour leur fiche de paye puis pour changer de régime et qui sont mutilés à vie ? Sauf qu’eux leur souffrance personne n’en parle, moi j’y pense tous les jours à leur traumatisme qu’une douche n’enlèvera pas)

     

    • "L’enfance est un luxe bourgeois qui est venu évidemment avec le capital pour vendre tout un tas d’objets baptisés jouets répliquant les idioties des adultes" : Surréaliste. Affligeant. Non, monsieur, l’enfance est une réalité neurologique, physiologique, un stade primitif du développement de l’être en devenir qui n’a pas atteint l’âge d’homme. Si vous remplacez dans la phrase l’enfance par l’adolescence, votre ineptie devient une vérité.


    • "L’enfance est un luxe bourgeois".. Il y a en effet une vision bourgeoise de l’enfance (comtesse de Ségur) qui la lie au bonheur pur et qui est peut-être ce qu’elle (la bourgeoisie) a fait de mieux, la rehabilitation de l’enfance. Mais elle suppose que les adultes sont malheureux. Ce qui n’est pas du tout vrai.

      Gide a bien écrit sa fameuse exécration : : "Famille, je vous hais, foyer clos, portes refermées, possession jalouse du bonheur".

      Et quand il écrit le mot "famille", il faut entendre "bonne famille". . Mais "possession jalouse du bonheur".. Terrible.. Trop vrai. On pense aux enfants de paysans qui sont derrière le mur du parc du château et écoutent bruit des fêtes....

      Et puis évidemment, les vers insignes de Baudelaire :

      Comme vous êtes loin, paradis parfumé,
      Où sous un clair azur tout n’est qu’amour et joie,
      Où tout ce que l’on aime est digne d’être aimé,
      Où dans la volupté pure le coeur se noie !
      Comme vous êtes loin, paradis parfumé !

      Mais le vert paradis des amours enfantines,
      Les courses, les chansons, les baisers, les bouquets,
      Les violons vibrant derrière les collines,
      Avec les brocs de vin, le soir, dans les bosquets,
      - Mais le vert paradis des amours enfantines,

      L’innocent paradis, plein de plaisirs furtifs,
      Est-il déjà plus loin que l’Inde et que la Chine ?
      Peut-on le rappeler avec des cris plaintifs,
      Et l’animer encor d’une voix argentine,
      L’innocent paradis plein de plaisirs furtifs ?


    • @listener : Ce que je dis est juste et ce que vous dites l’est tout autant, pour la simple et bonne raison que nous ne parlons pas de la même chose. @Jacques, que vous défendez, remet en question l’existence d’une biologie de l’enfance, qu’il feint, comme vous, de confondre avec la construction littéraire du mythème de l’enfance.

      Les fictions autour de l’enfance véhiculées par la littérature ne constituent pas une hypothèse de travail susceptible d’informer le traitement juridique et social à réserver aux enfants, mais un inépuisable vivier à fantasmes à destination de ... ? Les parents observent et éduquent leurs enfants. Ils n’ont donc aucun besoin des constructions fictionnelles sur l’enfance. Les enfants, eux, vivent leur enfance ; ils n’ont donc nul besoin d’une réverbération spéculaire sur leur état. La littérature pour enfants est à l’attention des enfants. Et la littérature sur les enfants est à l’attention de ... ?

      C’est cette seconde catégorie que produisait ce déséquilibré de Matzneff, non pas à partir de spéculations imaginaires (licence poétique), mais à partir de l’exploitation artistique de ses actions transgressives (pédocriminalité). C’est cette dimension empirique qui lui est légitimement reprochée : les petits garçons qu’il a abusés n’étaient pas des "constructions" fantasmagoriques mais des substances réelles. Par conséquent, il est cavalier de mobiliser les potentialités édulcorantes de la littérature pour occulter la réalité du crime. Un peu de bon sens.


  • ce rocco est un sacré s.......d , qui, se donne l’image du "latin lover" qu’il n’est pas

    lui qui témoignait devant salamé, qu’il éprouvait une gene lorsque ses fils assistaient a ses tournages ....

    l’ exploitation d’une misère sociale mais aussi morale, au bénéfice d’une valeur d’échange dans une structure marchande, cela ne vous rappel rien ?


  • Cette affaire est suffisamment glauque, pourquoi la traiter d’une façon encore plus glauque, avec des arguments de bourgeois " Matzeneff portait beau, il était plus raffiné que certains mecs de 20 ans" , ben oui Lelandais aussi portait beau ,et il était plus propre que des petits garçons de 7 ans quand il a violé ses cousines de 7 piges.
    Ça ne peut pas être un argument !
    En plus la retranscription à l’écrit est encore pire, autant certaines expressions passent à l’oral, autant à l’écrit on tombe dans le sordide quand on parle des " bites de mec de 50 piges dans les bouches de gamine de 14 ans ".

    Non un mec de 20 ans c’est pas comme un vieux de 50, : j’ai jamais vu de boys band de vieux chauves se faire déchainer les foules d’adolescentes en furie , ni de vieux en poster dans des chambres de midinettes.

    Il faut arrêter de vouloir faire une généralité de ces histoires mondano-sordides de gamines lettrées amoureuses de leur vieil " initiateur ".
    C’est un épiphénomène bourgeois, un fantasme de pervers lettré qui ne se fatigue pas assez à la trime, et il suffit de demander aux jeunes filles autour de soi pour en être convaincu.

    Pour moi le mot éphébophilie , c’est comme escort girl : de joli termes pour rendre acceptables la pédophilie pour l’un , la prostitution pour l’autre.

    Quand je vois les commentaires que suscite cet article, qui oscillent entre frustrés en manque et les pointeurs décomplexés, je ne vois pas trop de différence avec des commentaires sur Libération ou autres main stream progressistes dépravés.
    On en arrive même à débattre sur les différences entre des zgeg de 20 ans et des zgeg de 50 piges, sérieusement ?
    Je regrette d’avoir fait la promotion de ce site autour de moi y compris auprès de jeunes, et de parents de gamines.

    Je ne vois pas comment on peut prétendre s’élever intellectuellement et spirituellement en cautionnant les déviances ou les bas instincts.
    Je ne me reconnais pas dans cette façon de voir l’amour et les choses du sexe, depuis un moment déjà dans la façon de parler de la femme, comme si pour redonner de la dignité à l’homme il fallait à tout prix rabaisser la femme.

    Merci de publier mon com.La meute se chargera du lynchage

     

    • @Ella : Si vous faites une pondération de l’ensemble des commentaires, vous constaterez, à condition de les lire soigneusement, que l’écrasante majorité d’entre ceux publiés avant même votre propos de désapprobation, témoigne d’une aversion sans équivoque de la pédophilie et de sa contrepartie bien-pensante, l’éphébophilie. Seule une lecture dépassionnée vous amènera à cette constatation de fait, laquelle vous conduira à une autre évidence : l’essentiel des cas de pédophilie portés devant les tribunaux jugent des faits commis dans la sphère intra-familiale, de même que l’essentiel des cas de pédophilie non portés devant les tribunaux éludent des faits commis dans la sphère d’élite.

      Les commentaires qui suscitent votre malaise sont ceux qui portent sur l’attirance qu’une adolescente pourrait avoir pour une figure masculine plus âgée et inversement : je ne vois pas en quoi réfléchir sur les lois de l’attraction apporterait une caution morale à ce que nous aborrhons tous du plus profond de notre être ni ce qui nous vaut ce ton de duchesse indignée.

      Enfin, tous nos remerciements pour la publicité. Sans vouloir minorer l’importance de votre éminent parrainage, sachez que la Vérité reste notre meilleur bouche à oreille. Je vous défie de prendre ER en défaut sur ce point.

      Cordiales salutations.


  • En réalité, Gabriel Matzneff pratique plus le détournement de mineur que la pédo-sexualité.


  • Bravo pour votre excellente émission toujours intéressante et très bien menée.


  • L’expression relatée "quand il y a une pelouse il y a match" d’un laconisme romain, si l’on ose dire, est assez troublante cat elle suggère que "la nature est bien faite" Qu’elle envoie un signe pour annoncer la puberté de la femme et qu’on peut jouer le match.

    Or une mode qui s’est répandue chez les femme de s’épiler la pubis. Donc ressembler à une pré pubère ? Ne serait-ce pas une manière de séduire assez équivoque. Et qu’elles pensent elles même comme une stratégie de séduction ? Elles diront que ce sont les hommes qui l’exigent et joueront là encore les victimes du rasoir patriarcal.

     

  • Merci, le sujet avait besoin d’être éclairci et il l’est !

    Il est plus aisé de s’attaquer rétrospectivement à un vieillard désargenté qu’au "suicidé" Epstein et à son réseau mondial hyper maussade.

    Matzneff a pourtant dit : "ce n’est qu’exceptionnellement que j’utilise les réseaux de notre secte, où l’on se refile les gosses".
    S’il ne sert qu’à cacher la misère, il y a mis du sien.

    Maintenant fouillons les morts imposés au lycée :
    Freud, Gide, Sartre/Beauvoir...


  • Je n’ai pas encore écouté l’émission mais c’est toujours un plaisir de vous lire Monsieur Soral.

     

    • Monsieur Soral merci pour votre précise position dans cette triste affaire concernant Monsieur Matzneff. Mais pour donner sa dimension à tout cela attendons que parmi les « nombreuses » ? »jeunes consentantes certaines se découvrent abusées et viennent Prêter main forte à Springora. Me too et encore et encore. Mais peut être sont elles si peut nombreuses et peut être Monsieut romantique greco latin rêvait et écrivait beaucoup et agissait moins. Je plains le fils de la dame qui en pleine adolescence reçoit en pleine figure la sexualité de sa mère . Tout est l’esprit porn de notre société. Au bout du bout si elle avait vécu un amour authentique avec GM lle ne viendrait se plaindre, encore que gagner notoriété même dans les vomissures ca se fait pour certaines, faut avoir du métier.mais voyez vous elle a utilisé cet homme pour ce faire depuceler dans un grand et aujourd’hui elle l’utise encore. C’est lui la victime bouq émissaire, pauvre homme ! Attendons la foule des consentantes !


  • Encore merci Monsieur Soral de remettre les pendules à l’heure et de rappeler la différence entre ephèbophilie et pédocriminalité, cette émission résume tout se que je pense de cette affaire qui est encore de la poudre aux yeux pour distraire le peuple.

    En gros elle lui reproche d’avoir été un mauvais coup, elle a pas du avoir fait le tour d’horizon pour la comparaison alors. C’est étrange que Brigitte Macron qui est elle même une pédophile qui l’a connu alors qu’il était en sixième n’ait droit qu’à des éloges.
    Apparemment c’est ok pour une femme d’ être une prédatrice qui vise les jeunes mais pas pour les hommes, on nage vraiment en pleine schizophrènie généralisée.

    Le féminisme va s’effondrer comme le communisme en son temps pour les mêmes raisons : leur idéologie infantile se fracasse devant la réalité. Mais après tout se servir d’un bouc émissaire afin que les vrais coupables ne soient pas mouillés c’est typique de cette communauté.


  • Méthode Soral, ne rien laisser passer pas même un fil, répondre de suite sans attendre, c’est la meilleure thérapie lorsqu’on subi l’inversion accusatoire avec mensonges et grande lâcheté.
    Mais là ce que Alain leurs a mis en pleines poires, il les a explosé, je pense qu’ils ne reviendront pas de sitôt sur le même thèmes


  • Encore brillant comme dialogues et arguments très percutants.
    Peut être serait il intéressant pour Alain Soral d’établir une liste de noms qu’il a eu tant de mal à communiquer lors de cette entrevue. Bon certains on les connaît depuis des années et effectivement ceux là rien n’est fait contre eux. Mais à priori Alain en connaît d’autres et si j’y pense vos amis vont y penser aussi et s’en inquiéter ... si jamais il devait lui arriver un "accident", peut être qu’une liste de noms de pédocriminels soupçonnés largement diffusé sur le net sous sa signature serait pour lui une garantie d’assurance vie. En attendant que les gens parlent on pourrait s’occuper de ceux qui sont déjà connus. Le reste viendra assez tôt. Bien évidement je ne lui souhaite aucun mal, on a encore besoin de lui pour nous éclairer sur l’actualité mais peut être que ça ferait réfléchir certains de pas aller trop loin contre les ER et/ou contre les mâles blancs de plus de 50 ans.
    C’est une idée ... mais peut être y avez vous déjà pensé. Où n’y a t il pas moyen de diffuser cette liste sous forme d’anonymat ? Car étant de Toulouse j’ai croisé Dominique et je peux vous assurer qu’il semblait au dessus de tous soupçons, sauf un témoignage à l’époque il y a plus de 25 ans mais c’était tellement énorme que je n’y pas accordé de crédit Ensuite avec les actualités ça m’est revenu à l’esprit et je me suis dit pourquoi pas .... mais il faudrait que le grand public soit mis au courant de tous ces prédateurs dont on en se méfie pas assez.
    Bon courage à vous et votre équipe.
    Cordialement.


  • @ Monsieur K et AS

    Vous évoquez très justement la différence de criminalité entre la pédophilie et la pédo criminalité sataniste. La première pouvant en effet servir à dissimuler l’autre ou du moins à détourner l’attention.
    Mais il semblerait que les enfants soient victimes aussi d’une criminalité d’un niveau supérieur encore. Comme en France ou ailleurs, aux USA, ce sont par dizaines de milliers que disparaissent chaque année des enfants jamais retrouvés. De même aucune statistique n’existe ! Nous savons par des témoignages qu’il existe un trafic d’enfants blonds qui partent vers de riches pays arabes pour servir dans les courses de chameaux et bien entendu aussi pour motifs pédophiles. Cela fait partie du trafic mondial des êtres humains. Ce trafic serait du fait dune mafia en cols blancs puisque l’état profond américain même dans ses structures militaires en est à l’origine, certes sur ordre d’une élite. Beaucoup de ces enfants enlevés passent par des programmes MK Ultra avant commercialisation pour ainsi dire. Mais bien que des milieux élitistes soient consommateurs d’enfants pour actes pédophiles, pour rituels sacrificiels et autres, bien que des enfants soient exportés (et nous savons qu’une des raisons du mur de Trump est pour freiner ce trafic qui passe beaucoup par le Mexique), cela ne justifie pas un tel nombre de disparitions, ni le fait qu’aucun registre statistique ne soit tenu. Il semblerait que pour de telles quantités il y ait autre chose encore, car nous parlons d’enfants qui ne sont jamais retrouvés et cela a l’échelle de la planète en multipliant les chiffres par les années qui passent nous arrivons à des quantités astronomiques de disparitions. Et ces enfants disparaissent totalement de la surface. Les rites sacrificiels, la pédophilie de réseau, les harems ne peuvent suffire un expliquer en nombre un tel drame humain, il y a, à mon sens, autre chose, et au niveau mondial que certains gouvernements connaissent mais dont il est interdit de parler…

     

    • @culturovore je suis ne pas sur que votre pseudo reflète une réalité. Pourriez vous citez vos sources sur le trafic de têtes blondes pour les pays arabes ?????

      moi je vous donne les miennes : Association "End Child Prostitution, Pornography and Trafficking" qui a regroupé autour d’elle 70 ONG du monde entier et qui a réalisée la plus grosse enquête sur la pédophilie internationale, les kidnapping etc .. Le Rapport datent de 2016. l’enquête a durée 3 ans.

      le nombre de Pédophile Europpen qui parcours le monde pour consommer de très jeunes enfants est de plus de 800 000 le chiffre est effrayant mais rien devant les Asiatiques N01 toute catégorie confondu. puis les Africains et seulement ensuite les Arabes loin derrière (pour une raison simple il n’ont pas besoin de trafic)

      il y a pratiquement 50 000 enfants qui disparaissent aux US chaque année (l’essentiel sont des fugues) pour la partie Pedo il s’agit d’une consommation SUR PLACE il n’y a pas de trafic démontré d’exportation hors US. Tous les réseaux démantelés sont des trafics locaux !!

      Les Arabes dont vous parler sans rien y connaitre consomment sans risque via des mariages temporaires a partir de deux grosses filières :

      Mafia : ARABE.PERSE : au Liban, au Maroc en Egypte : des marocaines, des syriennes, des iraniennes et égyptiennes (plutôt autour de 13 ans pour les mariages temporaires et donc des filles, Maroc : garçons)

      Mafia Turque / Pakistan : qui alimentent ; le Pakistan, la Thaïlande, la Turquie : la c’est garçon, fille, trans mineurs très jeunes provenant des pays de l’Est (Russie,Ukraine,Bulgarie,Bosnie), d’Afghanistan, d’Inde, Indonésie.

      Acheter une fille ou un garçon de 10 ans en Indonésie coût 300 Euros sur place. (il/elle reste avec vous a vie c’est comme un mariage mais il faut payer la famille régulièrement)

      Les coûts même pour avoir une tete blonde sont tellement peux élevé que les délires sur les kidnapping de masse de tete blond pour les méchants arabes sont juste du délire !!!

      le coût d’une fille de 10 12 ans en France est mentionné comme environ 1000 Euros l’heure en provenant de proxénétisme familiale, 14 - 16 cela chute a 400 / 500 Euros l’heure.

      Les Kidnappings DE MASSE existent bien, une grosse partie de l’activité de cette association y est consacrée mais dans des pays totalement déstabilisé comme l’Afghanistan, le Pakistan, l’Irak, la Syrie, l’Afrique, la Libye qui effectivement alimentent des trafics internationaux que j’ai mentionnée plus haut.


    • @ Carthaginois

      Votre pseudo par contre vous reflète tout à fait et le sort réservé à vos allégations, comme "Carthage elles seront détruites et sa terre retournée et salée". Vous voyez les attaques a personam sont faciles.
      Mes informations je les tiens de première main contrairement aux vôtres qui sont basées sur des organisations qui ne peuvent avoir que la peau posée sur le lait puisque les gouvernements ne donnent aucune information. Si vous voulez de la vraie information lisez les insiders et whistleblowers. En la matière 3 livres sont à conseiller : les 2 tomes de Cathy O’Brien et de Mark Philips et le livre the new satanists de l’ex compagne du programmateur mk ultra Aquino et son temple de Seth.
      Tous vos chiffres sont bidons car les statistiques sont cachées sur le sujet et ceux livrés officiellement sont pour les cas résolus et non pour les cas totalement disparus. Je ne vous parle pas de simples enlèvements ou fugues qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg.
      Donc je reprends :
      Des dizaines de milliers d’enfants disparaissent chaque année y compris en Afrique. Un trafic de têtes blondes est connu avec certaines monarchies arabes (LISEZ !), des sacrifices rituels maçonniques, sataniques existent, mais cela n’explique pas les dizaines de milliers d’enfants qui DISPARAISSENT c’est a dire qu’on ne retrouve jamais et sur toute la planète. Si aucun chiffre n’est donné par les gouvernements c’est qu’ils se taisent à raison. Il y a autre chose que la pédophilie et les rites.


  • Vous savez, mes biens chers occupants de feuilles digitales soignées, avec le temps et l’âge, au temps non pas ou les ombres s’allongent mais ou le cyprès se penche on regarde les choses différemment, et parfois avec dans la poche la bonne vieille interrogation : a qui cela peut-il bien profiter ? Alors ce n’est pas Gabriel contre Jacques, qui importe ici maintenant, c’est le fait qu’il s’agit finalement d’une question essentiellement qui relève de la sphère privée, et que la place publique, le lieu du politique, n’est pas le lieu ou l’intime du sentiment, de l’affect et de la passion humaine, a lieu d’être. On extirpe le privé et l’intime hors de sa sphère privée pour le traîner dans la sphère publique. Et les gens appointés pour à leur niveau faire état d’un mouvement de ce genre ne sont pas nécessairement ceux qui en tirent profit au final. L’explosion du nombre de mode d’être aujourd’hui encore homme ou femme, ou même de ceux qui hésitent et même dans la valse hésitation, étant donné que nous sommes résolument entrés dans l’ère de la dictature des minorités sur la majorité, avec l’état usurpateur et spoliateur légitime, qui organise sa connivence par les retombées juteuses chez les petits amis des minorités, la conjugalité classique et naturelle est évidemment dans la ligne de mire de l’anti naturel moderne, qui maintenant s’impose comme norme aux enfants mêmes. Après avoir lu Matzneff, et connu sa sulfureuse réputation, on pouvait bien sûr être surpris de le voir assister aux célébrations liturgiques de la crypte de la cathédrale Saint Alexandre Nevsky de la rue Daru à Paris, mais enfin, personne ne lui en faisait alors grief ouvertement, car chacun comprenait qu’il y a un espace où chacun peut ensemble avec les autres se recueillir intimement dans une ouverture de coeur liturgique vers le Christ et dans la conciliarité de l’Eglise... On n’y confondait pas une fois de plus les genres, c’est-à-dire encore une fois le privé de sa piété, et le public de sa réputation, et on le laissait prier calmement, et il ne gênait personne, car chacun a à se repentir de quelque chose... Cette attaque contre la sphère privée abrite aussi en puissance l’attaque contre la liberté de culte qui fut reléguée par la loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat à la sphère privée, l’espace public étant celui de la loi républicaine prééminente sur toute autre loi sur son territoire, et qui maintenant investit la sphère privée pour un culte mondial peut-être.

     

    • Je comprends ce que vous dites mais avec le changement des paradigmes technologiques qui désormais offrent un œilleton sur tous les faits, gestes et pensées de chacun, avec moult connexions et intrusions possibles de tous chez tous, en quasi temps réel, il n’y aura plus d’intime.
      L’intime ce sera une expérience antisociale, reléguée aux âges et civilisations anciens... N’est-ce pas déjà ce que souhaitent les Pouvoirs contemporains pour se maintenir à peu de frais ? D’ailleurs l’intime n’est pas une catégorie universelle. Il n’est pas admis ni reconnu hors d’Occident. Ailleurs, la pudeur sociale peut éventuellement en tenir lieu en société, mais ce n’est pas du tout la même chose. Vous avez raison et en même temps, on se sent un peu démuni...


  • Mme Springora est vraiment la fille spirituelle de Gabriel Matzneff, côté "dark side" :
    - elle décrit dans un livre en termes très crus et quasiment obscènes des relations sexuelles entre un adulte et une ado ;
    - elle vient ensuite s’en vanter sur les plateaux de TV avec un air satisfait ;
    - elle fait le "black-out" sur ses origines familiales :
    - elle est égoïste et égocentrique, ne s’intéressant qu’à son expérience personnelle en dehors de tout contexte sorti du VIème arrondissement et négligeant les conséquences que ses "révélations" vont avoir sur son entourage (son pauvre fils de 14 ans, son père qui décède entre deux passages TV......).

    En revanche, côté "sunny side" de Matzneff (immense culture gréco-latine, française, italienne, russe de Chestov, à Merejkovski, fines analyses géo-politiques, connaissance de l’orthodoxie, même si cet aspect chez Matzneff semble plus rhétorique et esthétique que spirituel), Mme Springora ne semble pas avoir grand chose à offrir et ne peut guère se recommander de son (ancien) mentor.

    Question style, il faudrait avoir lu le livre (jamais vu encore dans une librairie de ma ville) pour avoir une opinion. Mais des passages publiés dans les journaux rappellent furieusement les tournures de "Détective" et de la presse "people".

    Un grand merci à AS pour son analyse très complète et drôle, malgré les arrière-plans tragiques et inquiétants pour l’avenir de toute cette histoire, sans parler de son petit côté "Epuration".


  • M.Soral, vous remettez effectivement les pendules à l’heure.
    Soyez remercié pour cette émission.
    Je dirai seulement que bien loin du best-seller des auteurs à la mode, G.Matzneff a toujours eu un lectorat fidèle et fervent. J’en suis.
    Que ceux qui ne l’ont jamais lu s’en donnent la peine, ils sauront ce qu’est un véritable écrivain.

     

  • Il est clair que les européens de base sont des cibles sur leur sol. Ici donc maintenant, l’accusation de Matzneff, facile et qui tâche personne ...

    Après à titre personelle j’ai toujours eu en horreur les cultures germanopratine et soixantuitarde. Ce n’est pas la France et représentent pas les Français. Une déchristianisation sévère a commencé il y a trois siècles dans le bassin parisien, qui n’est en rien l’image de la France.

    Et les aventures d’une petite traînée bourgeoise ou la sexualité d’un sexagénaire, septuagénaire, ..., m’importent peu. Il y a une loi naturelle.

    Mais il est clair que cette affaire servira en terme législatif par la suite : consentement, ...


  • Merci pour cette émission qui remet un peu les pendules à l’heure. Je suis un lecteur de Matzneff qui m’a toujours influencé positivement sur un plan spirituel. Anti-amerloques de la première heure, ami du proche-orient syrien et palestinien, Russe orthodoxe, Matzneff est un personnage singulier dans la littérature parisienne et je partage beaucoup de ses points-de-vue politiques et philosophiques. J’apprécie sa culture littéraire, notamment sa passion pour la Rome antique, mais aussi sa propension à se taper la cloche dans un bon restaurant français. Enfin, comme lui, j’aime passer mon temps en Italie toute proche d’où j’habite. Matzneff a toujours été honnête et transparent dans ses écrits. Si Matzneff a souvent déconné dans sa vie il s’en est toujours confessé. Si ce ne sont pas particulièrement ses histoires de jeunes fesses qui me plaisent dans sa littérature, j’ai le sentiment que son histoire d’amour avec Vanessa Springola, nonobstant son jeune âge, telle que décrite dans La Prunelle de ses yeux, était une histoire romantique et passionnelle dont la demoiselle a très certainement mal vécu la fin de l’histoire. Les passions amoureuses se terminent ma foi toujours mal et font mal. Elle-même a dit il y a quelques semaines qu’elle pourrait le comprendre si au moins cela avait été une histoire unique. Elle reproche en fait à Matzneff d’en avoir aimé d’autres avant et ensuite, preuve qu’elle était amoureuse et que sa haine et sa douleur sont plus de l’ordre du chagrin d’amour inguérissable que du traumatisme de viol. Merci donc pour cette émission qui le dit assez clairement. Il y a relecture négative du passé, là où il y a effectivement eu amour à la Française avec chambre d’hôtel et lettres d’amour.

     

    • Vous avez une conception assez particulière de l’amour à la française avec un petite fille à laquelle on ment. Il est amusant d’ailleurs de constater que cet écrivain ait interdit à cet enfant de le lire et que sa relation avec celle-ci reposait sur le mensonge ce qui est assez bizarre pour quelqu’un qui se dit épris de littérature et d’enfance. Mais peut être votre amour de la Rome esclavagiste et de la famille réduite à l’ensemble femme, enfants et esclaves explique certainement que l’on a rien à justifier à ceux dont le corps vous appartient.
      Le christianisme allait y mettre bon ordre l’enfant se trouvait doter d’une âme et sa mère par la même occasion et les esclaves ne se virent plus refuser toute humanité.


    • Votre analyse est en tous points excellente. Personnellement la lecture de Matzneff m’a aussi beaucoup apporté.
      Il me paraît évident qu’on ne peut pas porter un regard objectif sur toute cette affaire si on ne l’a pas lu.


    • @Yvano : Quel ramassis de porcherie si bien écrite. Votre défense du pédocriminel, c’est de la dentelle, de l’orfèvrerie, de la complicité indirecte, bref "de la merde dans un bas de soie", pour reprendre la formule de l’incarnation du génie stratégique "à la française". Matzneff et consorts vous sont gré de cet adoubement pour services rendus à la normalisation, à l’esthétisation sadique et post sadienne du putride. Je retrouve dans votre témoignage tous les indices parisianocentrés du confort matériel et de la suffisance intellectuelle qui rendent insensibles à la douleur d’autrui. Libre à vous de réserver votre compassion à un scribouillard graphomane confidentiel dont la plume a su flatter et entériner vos fantasmes inavouables. Si quelqu’un se pique d’écrire joliment une romance sur le travail des enfants en Inde et de leurs petits doigts déformés, la sublimation du réel en littérature a le pouvoir de transformer cette exploitation en ode lyrique à l’agilité enfantine, et la beauté de l’écrit ne manquera pas de justifier cet abus. Bravo !


  • Alain Soral au top, percutant, cohérent, précis, didactique, dialectique, Issy nous avons le seul espace de liberté journalistique de France (euh, je voulais dire ici...)


  • Excellente analyse, notamment sur le deux poids deux mesures entre une histoire à la Matzneff et l’industrie du porno, qui traumatise et tue des milliers de filles de sous-prolétaires sans que ca ne choque personne.... mais oui, celles-ci ont 18 ans. Tout va bien. Elles peuvent se faire prendre en gang bang sans risque. En revanche, si monsieur ne bande plus devant bobonne, et qu’il a besoin d’une fille de 15 ans pour bander, il faut pas pleurer quand bobonne devient féministe et qu’elle ne veut plus élever ses moufflets pendant que monsieur déflore des adolescentes. Contrairement à ce que dit Simone, on peut pas tout avoir de la vie.


  • Alain Soral en pleine forme. Cela ne manque ni de testostérone, ni d’intelligence et de bon sens. Évidemment certains seront outrés mais qui ? Pas ceux qui réfléchissent un peu et ont du cœur. Alain est respectueux de la femme et dit tout haut ce que beaucoup pensent en se taisant.


  • Une question qui ne semble avoir suscité la curiosité de personne.

    Alors que certains tentent des éthymologies assez hasardeuses sur le nom de famille de Gabriel Matzneff, personne ne demande quelle est l’origine du nom de famille "Springora".
    Pourtant de nombreux commentateurs butent sur ce nom. Est-ce d’ailleurs le nom de son père, de sa mère ou de son conjoint ?
    Le lecteur serait aussi intéressé de savoir chez quel éditeur sa mère était attachée de presse au milieu des années 1980, un métier semblant souvent brillant vu de l’extérieur mais exigeant et aux réalités parfois presque ancillaires.


  • bonne analyse d’alain soral. vivement un parti au pouvoir qui mettra fin à la pédocriminalité, et de réseau bien sûr. que les pedo du système aient la peur de leur vie.
    cependant, matzneff a fait d’autres choses indéfendables il me semble.


  • Polanski qui lui a agressé toutes ses jeunes victimes ( Des fillettes de moins de 10 ans a l’époque l’ on mis en cause ) pour leur faire des choses immondes parfois avec de la violence , ou en les droguant , choses qui n’ont rien a voir avec une quelconque romance, mais plus avec de la perversion et une volonté de salir et de détruire.
    TOUS LES MÉDIAS QUI LYNCHENT MAZNEFF AUJOURD HUI , ON DÉFENDU POLANSKI , rien que cela est louche.


  • On se souviendra que Jacques Vergès combattant très informé et engagé (malgré le risque physique réel) contre la pédocriminalité honorait Matzneff de son amitié ce qui clôt d’une certaine façon le débat avant même de parler des difficultés financières de la maison Grasset.


  • Brillant comme à l’habitude, merci pour votre analyse Mr A.Soral


  • "On parle Matzneff pour ne pas parler des réseaux pédocriminels" Euh.. vous êtes sûr ? Dans "Les passions shismatiques" il écrit en 1977 :
    "Mes amis pédophiles peuvent témoigner que ce n’est qu’exceptionnellement que j’utilise les réseaux de la secte, où l’on se refile les gosses et où l’unique séduction est celle du portefeuille". "Réseaux de la secte" quelle secte ? Et puis il parle bien de gosses et pas de jeunes filles. C’est un pédo criminel (qui raconte ses exploits avec de jeunes garçons de "8 à 14ans") comme tant d’autres. La seule différence c’est qu’apparemment il ne fait pas partie de la communauté qu’il est interdit de nommer.


  • Sujet brûlant quand même. Le plus simple est peut-être de prendre comme référence l’arrivée des premières règles pour déterminer le frontière entre pédophilie et éphébophilie. Si on doit prendre en compte la maturité mentale on aura du mal à s’en sortir même si dans l’idéal ce serait la bonne façon de procéder. Par contre franchement, mettre une oie blanche de 14 ans dans son lit y a aucune gloire. Le vrai challenge consisterait à remettre dans le droit chemin les vieilles gouines féministes aigries à coups de chibres bien placés, pour sauver la France. Ca ce serait un vrai travail de chevalier téméraire et qui fait don de soi ! Allez, 3 quenelles d’or pour qui arrivera à sauver l’âme de Caroline Fourest !


  • Emmanuel Macron a été la victime d’une femme pédophile ! Victime ou bénéficiaire ? Il pourrait écrire un livre.

    Si Soral a voulu créer un malaise, c’est réussi, en tous les cas, pour moi. Tout ce que je sais c’est qu’à une époque, il n’était pas le bienvenu dans la famille Trogneux (les fameux chocolats).


  • @ Alain Soral

    Voilà une remise à l’heure des pendules efficace, bien dans le style « punchy » d’un "Jusqu’où va-t-on descendre ?" ou d’un "Dialogues désaccordés", sur laquelle, si je suis majoritairement d’accord, un point m’interpelle cependant, et qu’en tant que femme - partant du postulat faisant de toute femme une emmerdeuse ;-) - je souhaite aborder ici.

    .../...En résumé : les hommes mûrs préfèrent les femmes jeunes…/…Une loi générale de la nature confirmée par l’analyse psychologique et sociale !.../..."

    Pourquoi vous arrêter encore sur cette vieille lune imposant l’indépassable équation jeune = belle/vieille = moche, alors qu’elle est si souvent erronée, et surtout nocive pour 2 raisons, la première étant qu’elle rabaisse l’homme au niveau d’un animal doté seulement de réflexes pavloviens, et la seconde qu’elle apporte de l’eau au moulin de ces abruties de féministes énonçant, quant à elle, l’exécrable postulat voulant qu’un homme « pense avec sa bite » (sic) et balançant en gloussant qu’un bouton sur ledit objet s’appelle une tumeur du cerveau ?

    Croyez-vous vraiment qu’entre une Greta Thunberg, pourtant jeune, et une Sharon Stone/Fanny Ardant, pourtant vieilles, un homme mûr bandera pour la première ?

    Loin de ce cliché d’une banalité et d’un anachronisme décevants, il me semble plutôt que les hommes mûrs ne bandent plus pour le critère exclusif des 20 ans, mais plutôt pour la beauté d’une femme, son charme, sa sensualité et sa féminité désirante pleinement assumée.

    Et si l’on parle de cette minorité de pouvoir/célébrité ultra-friquée et/ou à position sociale haute qui s’offre une femme très jeune, ce choix fait-il autre chose de l’homme qu’un risible mari trompé/divorcé en puissance, signant et claironnant sa chute de testostérone et de libido ?

    Quant à l’analyse sociale, vous seriez surpris du nombre croissant - en seulement 2 ans - de quinquagénaires qui - sans doute lassés de leur vénalité, de leur arrogance, et de leur féminisme outrancier - délaissent aujourd’hui les 25/30 pour des femmes qui ont le double de cet âge, voire même plus, et bien que ce phénomène soit, pour l’instant, plutôt le fait de milieu socio-culturel haut que bas, il gagne indubitablement du terrain.

    Merci de me dire ce que vous en pensez !

     

    • Je crois que Alain Soral a les défauts de ses qualités et qu’il pointe certaines vérités difficiles à admettre par la bonne pensée actuelle (et peut-être de toujours). Mais bien sûr le piège est la réduction de la situation à l’homme qui cherche à baiser et la femme à se faire sauter pour assurer sa survie.
      S’il y a quelque chose de vrai à cet endroit, c’est oublier la dimension réelle et possible de l’être humain dans un grandir psychologique et spirituel. Et cela aussi bien pour l’homme que pour la femme. C’est là la grandeur potentielle de l’humain.
      Tous les hommes ne sont pas des queutards buveurs d’alcool et toutes les femmes non plus des hystériques profiteuses et loin s’en faut.
      Je vous rejoins donc sur l’homme mature appréciant la femme mature à l’aise avec elle-même, qui s’offrent dans une réciprocité féconde un amour qui ne met pas du tout le physique de côté mais au contraire le magnifie et l’utilise comme approfondissement de la nature humaine dans ce qu’elle a de plus enviable. Cela existe et se travaille. La maturité profonde n’est pas gratuite mais qu’elle est belle !


  • @ Alain Soral

    ".../...Soit, pour conclure : la double logique puritaine anglo-saxonne de la morale et du profit, portée par les idiotes utiles du féminisme, pour finir de liquider ce qui ressort aussi, sur le terrain gratuit du désir, de l’exception française…"

    Absolument !

    Mais le vent tourne, rien n’est immuable, et au final, ce sont elles, ces "idiotes utiles du féminisme", qui en paieront le prix, comme semble l’annoncer certain changement dont j’ai parlé plus haut.

    Et je lance ici, un peu comme une bouteille à la mer, et toujours en tant que femme - et donc emmerdeuse, ça va encore de soi ;-) - un petit message que votre force de conviction et votre audience grandissante pourraient sans aucun doute faire passer facilement, afin de convaincre certains hommes d’apprendre/consentir, pour le bien de tous, à ne plus jeter l’opprobre, systématique et générale, sur celles qui - elles - ne font pas partie de ces "idiotes utiles" parce qu’elle aiment les hommes, et dont je m’enorgueillis de faire partie.

    Avec mes remerciements.


  • Sur un plan socio-historique fondamental il y a un lien intrinsèque entre la puissance de la pensée et l’intelligence sexuelle d’une époque. La France a connu son climax au 17ème et 18ème siècle avec au niveau de la pensée Descartes puis Rousseau et au niveau sexuel toute la finesse tellement visible dans les "liaisons dangeureuses" ou chez Diderot.

    Maintenant on est plongé dans le néant de pensée et le puritanisme, c’est à dire le crétinisme sexuel et à mon avis on a pas encore touché le fond.

    Les rares qui pensent encore comme Soral essaient de ramener un peu d’intelligence au milieu de tout ce crétinisme moralisant qui relève de la violence des lâches car toutes les grandes considérations morales affichées ici par les non-pensants ne visent qu’à se faire du bien en torturant judiciarement un fin baiseur comme Matzneff sans responsabilité c’est à dire au nom de supériorités morales tarées et intervenir dans la vie privée des jeunes adultes.

    Pour compléter ce que dit Soral je rappelle que les jeunes filles sont des adultes sexuels, elles peuvent avoir des enfants. Cette autonomie adulte sexuelle est reconnue diversement selon le niveau de puritanisme qui sévit, par ex. 15 ans en France et 13 ans en Espagne (ce qui à ma connaissance ne pose aucun problème là-bas, mais que perso je trouve un peu juste, je dois pas être totalement clean moi-même sur le plan du puritanisme :).

    La sexualité est le ferment de l’autonomie, elle appartient à la personne, à sa prise d’autonomie privée et s’oppose frontalement au contrôle social : c’est une dégueulasserie humaine fondamentale d’aller intervenir dans la vie privée des jeunes adultes, même les psychiatres l’on rappellé récemment en disant que la thérorie du genre ne devait pas être enseignée à l’école et que même l’enseignement sexuel des ados devait se limiter au biologique pour qu’il soient libres de développer leur identité sexuelle, qui leur appartient.

    Perso rien de mieux qu’une vielle salope m’apprenant la vie n’aurait pu m’arriver quand j’avais 13 ans. La première fois des jeunes filles se passe mal, sans orgasme, 4 fois sur 5 et je suis certain que celles qui ont décidé de le faire avec Matzneff ont passé un moment merveilleux, c’est vraiment de la dégueulasserie et du crétinisme de vouloir intervenir dans leur vie privée d’adultes sexuels.


  • L’analyse de Marion Sigaut sur le sujet :
    https://www.medias-presse.info/mari...

     

    • Marion essaie de faire oublier, en se payant le cadavre de Matznef, qu’elle s’est pitoyablement couchée quand il fallait s’attaquer aux puissants réseaux pédophiles en acte.
      Ses mots furent : "ses réseaux sont trop puissants, il faut prier" !, à une mère à qui ont avait pris ses enfants pour les placer et qui l’appelait à l’aide...
      Rien que cette réponse mérite qu’elle se taise.
      Pour le reste, les leçons de morale de Marion ne sont que du féminisme, même si féminisme de droite, sur une ligne protestante bien plus que catholique, et du règlement de compte œdipien. Moralement ça ne vaut pas grand chose et intellectuellement ça ne vaut rien.
      Cette lâcheté doublée de lourdeur, avec un zest de pathos et une pincée de tartuferie justifie donc tout à fait son départ d’E&R, qui n’a pas vocation, sous prétexte de critique légitime de l’idéologie 68, d’aboyer au retour de l’ordre moral. Ordre moral derrière lequel se cachent toujours les vengeurs, les gros cons et les salauds.
      Alain SORAL


  • Putain, le Patron, dans son commentaire, toujours en forme. Mesdames, envoyez vos numéros, c’est du lourd.


Commentaires suivants