Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Suède : face à la progression de la droite nationale, le Premier ministre tend la main à l’opposition

 


 

C’est avec parcimonie et mots très choisis que la presse française a fait état des résultats de cette élection en Suède.

Partout, on entend sonner les cloches de la victoire de la démocratie contre le fascisme, puisque le parti nationaliste des Démocrates de Suède (SD) n’a pas atteint les 20 ou 25% qu’il s’était fixés.

Une victoire à la Pyrrhus puisque le SD est devenu l’enjeu principal et l’arbitre des mois à venir. C’est la conséquence directe de l’injection d’un demi-million de migrants dans un pays de 10 millions d’âmes. Comparativement, c’est comme si la France avait fait entrer d’un coup 3 millions de migrants sur son territoire.

On se demande comment les sociaux-démocrates de Suède et d’ailleurs ont pu un instant imaginer que ce choc culturel allait rester impuni. Mystères de la pensée de gauche...

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Rarement, en Suède, des résultats d’élections ont été aussi attendus. Et lorsque les premières estimations sont tombées, à 20 heures, peu de partis avaient des raisons de se réjouir. Les Démocrates de Suède (SD), l’extrême-droite locale, qui avait obtenu 13 % au dernier scrutin, progressent encore avec un score qui se situerait entre 16 et 19 %.

[...]

Car c’est bien ce sujet, l’immigration, qui a fait monter l’extrême-droite au cours de ces dernières années. La Suède, qui a reçu 400 000 demandeurs d’asile depuis 2012 – soit un effort inégalé en Europe pour une population de dix millions d’habitants – s’est très vite retrouvée face à des difficultés. Dès 2015, le gouvernement du social-démocrate Stefan Löfven avait dû imposer à nouveau un contrôle strict aux frontières.

Les Modérés ont aussi remisé aux oubliettes les discours de leur ancien Premier ministre, Fredrik Reinfeld, qui avait déclaré en 2014 que les Suédois devaient « ouvrir leur cœur » aux réfugiés. Mais ce sont les Démocrates de Suède, qui considèrent l’immigration comme « une menace économique et culturelle », qui profitent aujourd’hui de cette situation.

Et le parti de Jimmie Åkesson, qui jusque là était ostracisé par les autres formations politiques, entend bien profiter de son nouveau statut. Pour Mattias Karlsson, président du groupe Sverigedemokraterna au parlement, « il est temps (que les autres partis) prennent leurs responsabilités et se mettent à discuter avec SD ».

[...]

En Suède, pays du consensus, de l’État-providence, et où l’on s’est longtemps prévalu d’une politique d’ouverture envers les étrangers, cette ombre menaçante de l’extrême-droite reste pour beaucoup un véritable traumatisme. Dans les locaux des sociaux-démocrates du quartier de Södermalm, à Stockholm, les militants ne pouvaient cacher leur émotion :

« Les SD sont des fascistes, ils ont longtemps eu des relations avec les groupes néo-nazis du pays, rappelle Åsa Odin Ekman, qui dirige cette section locale. Nous devons rester fiers de notre politique d’asile, car l’identité suédoise, elle est là. »

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

 


 

Article un peu moins gaucho-centré que celui du Figaro (!) de la part d’actu.orange, qui reprend le travail de l’AFP...

 


 

L’extrême droite suédoise, sans atteindre ses ambitions, s’est imposée en juge de paix entre les deux blocs dominants à l’issue des législatives de dimanche, contraignant le Premier ministre social-démocrate à tendre la main à l’opposition de centre-droit pour la neutraliser.

[...]

« Une chose est sûre, personne n’a obtenu de majorité. Il est donc naturel de lancer une collaboration entre les blocs », a déclaré devant ses partisans le Premier ministre sortant Stefan Löfven.

[...]

M. Löfven est déterminé à rester à la tête du gouvernement et à faire barrage à la formation anti-immigration qui se voit faiseur de rois.

Le chef du gouvernement est traditionnellement le dirigeant du parti ayant obtenu le plus grand nombre de voix. Mais le nouveau paysage politique fragmenté de la Suède rend toute conjecture particulièrement hasardeuse.

Le Parti social-démocrate perd près de trois points par rapport aux législatives de 2014, tombant à 28,4% des suffrages, selon des résultats portant sur 99,8% des circonscriptions.

Critiqué tout azimuts sur son bilan migratoire et social, le chef de gouvernement apparaît personnellement fragilisé par quatre années d’un mandat tumultueux qui a vu l’arrivée en 2015 de 160 000 demandeurs d’asile, un record en Europe rapporté au nombre d’habitants.

Le scrutin est également décevant pour les conservateurs d’Ulf Kristersson. Ils perdent 3,5 points en quatre ans, atteignant 19,8% des voix.

 

Faiseur de rois

[...]

Les Démocrates de Suède (SD), formation anti-immigration, nationaliste et europhobe obtiendrait 17,6% des votes, après 12,9% en 2014, échouant à devenir le deuxième plus grand parti de Suède.

[...]

« Nous sommes les grands gagnants de cette élection (...). Nous allons exercer une véritable influence sur la politique suédoise », a lancé un Jimmie Åkesson triomphant à ses partisans réunis dans un restaurant de la capitale.

[...]

L’opposition est déterminée à déloger les sociaux-démocrates. Mais pour construire une majorité, il lui faudrait dynamiter le cordon sanitaire qui, jusqu’ici, tenait les Démocrates de Suède à distance d’une influence politique directe.

Ce ne sera pas facile, tant centristes et libéraux ont dit et redit leur refus d’un pacte « avec le diable ». Et sept sympathisants conservateurs sur dix ne veulent pas entendre parler d’une main tendue à l’extrême droite.

[...]

En septembre 2015, il [le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven] justifiait l’ouverture aux réfugiés de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan au nom d’« une Europe qui n’édifie pas de murs ». Deux mois plus tard, il annonçait un tour de vis migratoire et le rétablissement des contrôles aux frontières.

Sur la guerre idéologique entre « démocrates » et nationalistes,
lire chez Kontre Kulture

 

Changement de paradigme dans la Suède social-démocrate, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • " Les patriotes, voilà les ennemis que nous devons combattre et détruire partout " .

     

    Répondre à ce message

  • On va patiemment attendre que Asa se prenne la diversité dans le museau (ou ailleurs...) et on recueillera ensuite son témoignage sur la nature de l’accueil suédois... Réjouissant, il suffit d’atyendre :-)

     

    Répondre à ce message

  • "Les Démocrates de Suède (SD), formation anti-immigration, nationaliste et europhobe"

    Il y a fort à parier que ce n’est pas la xénophobie supposée du parti des Démocrates de Suède qui fait paniquer les partis traditionnels de ce pays comme ceux de tous les pays d’U.E, mais l’europhobie qu’ils proclament et qui est le seul vrai marqueur d’un parti nationaliste et/ou souverainiste.
    Mais l’avantage pour tous les partis souverainistes est que la vague d’immigration de ces 3 dernières années est un véritable échec d’intégration qui se retourne contre les partisans du mondialisme débridé.
    On pourrait presque avec ironie prétendre, qu’effectivement, l’immigration est une chance pour les pays d’U.E... la chance de voir exploser en plein vol la dictature technocrate de Bruxelles.

     

    Répondre à ce message

  • Révélateur. La politique d’asile "l’identité suédoise est là...". La Suède aussi tolérante soit-elle se rend compte que la transformation de l’État providence national en État providence universel a ses limites. Un pays c’est peut-être un concept (universaliste quand on en a les moyens) mais c’est avant tout une identité.

     

    Répondre à ce message

  • Il y a un lien entre economie commune et politique migratoire. La Suède a sa propre monnaie, ne fait pas partie de l’eurozone... Mais vu ce qu’il se passe à Malte Chypre en Espagne en Italie (les aspirateurs à clandos) depuis longtemps, et l’augmentation des crimes dans toute l’Europe pas seulement monétaire, vu le retour au populisme (pas celui defini dans le petit Robert de 2018), il y a fort à parier que la Suède va rebasculer dans ce qu’elle a souvent été : un pays qui choisit selon la volonté de son peuple ; ça pourrait ressembler à une démocratie participative, alors.... Il paraît que ces pays nordiques montrent l’exemple.... Ça suffit les attentats, même minimisés par l’exécutif, les hommes seuls "migrant pour fuir la guerre et/ou la misère", sans leurs familles...... C’est du socialo_sionisme déguisé par les mal-élus !

     

    Répondre à ce message

  • #2039435

    Ce qui expliquerait en partie la rencontre Macron-Mélenchon après la visite de Merkel ? Car pourquoi à Marseille précisément ? Faire barrage au nationalisme et autres tentations d’union nationale en vue des prochaines échéances.

     

    Répondre à ce message

  • je viens de passer 1 mois en Scandinavie (Oslo, Stockholm, Göteborg, Copenhague, etc) et ce qui m’a le plus choqué ce n’était pas les migrants de fraiche date (auquels je n’ai pas fait attention sauf à la gare d’Oslo) mais le nombre d’habitants d’origine africaine qui semblaient là depuis au moins une génération. (sauf au Danemark peut-être)

    vous descendez de la gare d’Oslo, c’est l’Afrique noire avec plein de voiles ! à Uppsala, petite ville étudiante au nord de Stockholm, c’était le Maghreb avec au moins 8 personnes sur 10 issues de l’immigration !
    en gros j’ai vu en marchant dans certaines villes d’Europe du Nord plus d’africains que de scandinaves de souche et j’étais vraiment dégouté :(

    un truc marrant, en redescendant plus au Sud, j’ai passé quelques jours en Suisse. Quelle surprise quand je suis arrivé à Genève, pratiquement pas un blanc dans toute la ville, là aussi presque que des Africains !!

    franchement je ne suis pas un racialiste pathologique mais là on a atteint pour moi les limites de l’esthétiquement supportable et je pense que l’Europe est complètement foutue !

     

    Répondre à ce message

    • Arrête ton char, Genève n’est pas africaine ou alors change de lunettes, je m’y rends régulièrement depuis des années, je suis domicilié dans l’Ain donc à côté de la Suisse.....

       
    • J’ai déjà entendu des témoignages identiques au votre.
      La Suisse est aussi touchée.

       
    • je persiste : il y avait une majorité d’africains à Genève et très peu de blancs ! c’était très choquant et j’étais le premier surpris !
      peut-être que les blancs étaient en vacances ??

      ils étaient peut-être Suisses naturalisés depuis un bout de temps, mais en tout cas j’avais l’impression d’être à Marseille !

       
    • #2039784
      Le 10 septembre à 20:58 par whentheseagullsfollowsthemistake
      Suède : face à la progression de la droite nationale, le Premier ministre (...)

      Vous savez Benjamin, les vieux parisiens, ceux qui connaissent cette ville depuis plus de cinquante ans, vous diront que les 12ème et 19ème arrondissements sont les symboles de la vulgarité et de la médiocrité, ils vous le diront s’ils savent que vous êtes des-leurs... sans hésitation, aucune !

      Vous n’avez aucune idée du ressenti réel des Français, vraiment, même dans les jolies petites villes de province, on retrouve le même fond de malaise.
      Twitter va flamber en une heure si on lui lance un hashtag "balancecommepapy42" , sérieux !
      Dommage que les archives sur cette période ne reparaîtront pas avant 2040-2050, la vérité est là, elle a pas changé mon vieux !

      Les noirs comme tout le monde tu les vois de loin, t’en parles, mais c’est ce qui est tu dont tu devrais te méfier, crois moi, les noirs sont très avantagés de savoir comment on pense d’eux, c’est franc, on peut s’entendre !

       
  • La meilleure place dans un parlement, c’est la troisième. On peut faire un jeu de bascule et désarticuler complètement les partis du système, et en plus, on est pas responsable de leurs conneries. Le rêve... C’est le cas de la Suède actuellement apparemment.

    Voire l’histoire des troisième et quatrième républiques. On s’y battait pour être troisième et on attendait les chèques et les ministères..

    La seule solution pour les partis du système, c’est la "Grosse Koalizion" et en France "l’Arc Républicain". Centre Gauche et Centre Droit s’allient dans une ambiance d’atelier maçonnique et de barbichettes et dans le dos des électeurs. Connu. Cela marche un moment mais pas longtemps.

     

    Répondre à ce message

    • #2039649
      Le 10 septembre à 17:42 par social donc national
      Suède : face à la progression de la droite nationale, le Premier ministre (...)

      Effectivement on peut s’attendre à la "grande coalition" habituelle à l’image de Merkel ou de la Macronie, mais cela a pour effet immédiat de marginaliser toute opposition réelle, combien même serait-elle à 45% des voix et de refermer le piège insoluble que nous connaissons bien et que nous allons subir encore longtemps...

       
  • En tout cas l’élément de langage commun à à peu près tous les "spécialistes" des plateaux TV est de dire que l’adhésion à l’"extrême droite" est purement un réflexe émotionnel irrationnel. Donc il faut juste ramener les brebis égarés dans la communauté éclairée. Circulez y’a rien à voir !

     

    Répondre à ce message


  • Ce ne sera pas facile, tant centristes et libéraux ont dit et redit leur refus d’un pacte « avec le diable »




    Ils ont un atelier B’nai B’rith en Suède ? Mouahahahaha...

    Dans une copropriété, il y a une différence entre l’écriteau qui tend à laisser au loin de la vie privée et de sa tranquillité, les démarcheurs, colporteurs et autres posticheurs et se réunir en groupuscules, dans les parties communes et à la nuit tombée, pour aller faire la chasse, en ville, aux vendeurs et autres vrp...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents