Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Syrie : le Parlement européen appelle les États membres à rapatrier les enfants de djihadistes

Le 26 novembre, les eurodéputés ont adopté, à une large majorité, une résolution non législative demandant aux États membres de l’Union européenne de « rapatrier tous les enfants européens » de Syrie.

 

Le Parlement européen a demandé, ce 26 novembre, aux États membres de l’Union européenne (UE) de rapatrier tous les enfants européens de combattants djihadistes qui sont actuellement privés de liberté en Syrie. Réunis à Strasbourg, les eurodéputés ont adopté par 495 voix pour (58 voix contre et 87 abstentions) un long texte portant sur les droits des enfants, qu’il s’agisse de lutter contre l’exploitation, le mariage forcé et les abus sexuels, à l’occasion du 30e anniversaire de la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant.

Déplorant « l’inaction des États membres et l’absence de coordination », le Parlement européen « se déclare très profondément préoccupé par la situation humanitaire des enfants de combattants étrangers détenus au nord-est de la Syrie », renseigne la résolution non législative adoptée.

En conséquence, l’institution « prie instamment les États membres de rapatrier tous les enfants européens, en tenant compte de leur situation familiale propre et de l’intérêt supérieur de l’enfant en premier lieu, et de leur fournir le soutien nécessaire à leur réhabilitation et leur réintégration ».

« Alors que les appels tant des milieux sécuritaires qu’humanitaires se multiplient pour le rapatriement de ces enfants et leurs familles, les États européens restent sourds allant jusqu’à bloquer des opérations de rapatriement organisées par des ONG », a dénoncé l’eurodéputée écologiste belge Saskia Bricmont, soulignant une urgence « extrême » à rapatrier ces enfants.

La Turquie a commencé en novembre à renvoyer dans leur pays des djihadistes étrangers et a critiqué les pays occidentaux pour leur refus de rapatrier leurs citoyens partis rejoindre l’EI en Syrie et en Irak. L’épineuse question du retour des djihadistes étrangers et de leurs familles détenues en Syrie relève de décisions nationales au cas par cas, et non d’une réponse européenne coordonnée.

Début novembre, une responsable du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme, Marie-Dominique Parent, avait chiffré à entre 700 et 750 le nombre d’enfants nés de parents ressortissants de l’UE qui sont retenus dans des camps du nord-est de la Syrie.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • S’ils sont nés en Syrie ils sont Syriens. Et ce ne sont pas les enfants qui sont retenus dans des camps, ce sont leurs parents ... et la faute incombe à leurs parents.
    Du coup ces enfants n’ont pas plus le droit à la sollicitude de la France, que les millions d’autres enfants qui sont dans la misère, partout dans le monde .
    Si la France veut faire un effort, qu’elle s’occupe d’abord de l’ensemble de ses citoyens .... et qu’elle arrête de participer aux entreprises de destructions de certaines nations, pour des intérêts qui ne sont pas les notres !

     

    Répondre à ce message

    • #2330608
      Le 27 novembre à 13:49 par Un français pragmatique
      Syrie : le Parlement européen appelle les États membres à rapatrier les (...)

      Le fait de naître en Syrie ne fait pas plus d’eux des syriens que melenchon n’est marocain. Nombre de français ne seraient donc pas français. La nationalité française s’herite par le sang et le droit du sol (partiel contrairement aux usa) ne rend pas automatiquement toute personne née en France française (même si c’est le cas de beaucoup)

       
    • #2330620

      C’est vrai ça !!! Et le sacro saint "droit du sol" de cette graine de terroristes née en Syrie ? Ça marche pas dans ce sens là ! L’Europe c’est la poubelle, la daechèterie, la benne à ordures du monde entier !!! Mais quand va t’on se débarrasser de ces traîtres ?!

       
    • Tiens donc le droit du sol pour les autres c’est bien mais pas pour la France.... ? Plus sérieusement, le droit du sol n’existe pas partout ils sont pas fou les gens.

       
  • Saskia Bricmont ? députée écologiste belge ? C’est la fille à Jean Bricmont ? Il semble qu’elle n’ait malheureusement pas la lucidité de son père....

     

    Répondre à ce message

  • Au Danemark c est un NON définitif .

     

    Répondre à ce message

  • #2330706

    Bientôt dans les écoles de nos enfants.

    La sortie des classes ressemblera à un casting pour la Djihad Academy et les exercices obligatoires de confinement ou les alertes anti-intrusions gagneront en réalisme.

    Plus sérieusement, ces apprentis djihadistes ne sont plus des enfants ce sont des bombes à retardement. Je trouve irresponsable et criminel que l’UE appelle ses Etas membres à les rapatrier.

    Pour ce qui est des droits de l’enfant, si elle s’en préoccupait réellement, elle pourrait commencer par interdire la PMA.

     

    Répondre à ce message

  • Une chose est sûre, l’OTAN via l’UE, reconnaît sa responsabilité dans l’envoi "d’idiots utiles" en Syrie. La volonté de rapatrier ses fumiers indiquent une idée de réutilisation de leurs expertises... Et nous savons que c’est pour de potentiels attentats contre la population et/ou pour un rôle dans la future guerre civile au programme.

    Les gars, plus on attend pour déloger le coucou-LGBTQ+ qui niche à l’Elysée, plus le danger devient grand !

     

    Répondre à ce message

  • Une bien épineuse question ce rapatriement d’enfants de renégats.
    En effet ça pose problème, est entre ceux qui souligne leurs bas âges et d’autres leur éventuel endoctrinement, les deux réflexions sont biensur vraies.
    Essayons de souligner un autre problème : celui de la laïcité républicaine. Car en effet, avec un État officiellement catholique, le rapatriement de ces enfants serait moins compliqué. Ces derniers pourraient très bien être pris en charge par l’Église, qui les protégerait des dangers de la vie en société en retrouvant goût à la vie dans le calme et la méditation d’un monastère par exemple.
    Il est évident qu’avec la situation actuelle, ces enfants ne s’identifions plus jamais à une société dite "normale".

     

    Répondre à ce message

  • Ces parlementeurs et europutes se préoccupent du droit de l’enfant quand il s’agit de graine de terroristes ! Et les droits de l’enfant à naître ? Et la chasse aux pédocriminels ? Ils sont où les droits de l’enfant bandes d’enc... !!!!

     

    Répondre à ce message

  • #2331171

    Il paraît qu’il y a au Moyen-Orient un pays qui est "la seule démocratie", dont l’armée "est la plus morale du monde", et donc l’économie est "très dynamique".
    Ce paradis sur terre est le meilleur endroit pour accueillir des victimes de son voisin la Syrie.

     

    Répondre à ce message

  • #2331411
    Le 28 novembre à 13:55 par Hihan fait la bourrique
    Syrie : le Parlement européen appelle les États membres à rapatrier les (...)

    Une raison de plus pour se rendre compte de la nocivité de cette UE.
    Seule la dissolution de cet organisation inique, voire sa désintégration sera notre salut.

     

    Répondre à ce message

  • "le Parlement européen « se déclare très profondément préoccupé par la situation humanitaire des enfants de combattants étrangers..."
    Le même Parlement ne semblait pas préoccupé outre mesure, lorsque leurs papas massacraient allègrement les populations civiles et parmi elles, les Chrétiens de Syrie. C’est vrai qu’alors, ils faisaient "du bon boulot" et que l’UE, toujours prête à faciliter les voyages studieux de la jeunesse préparait, sans doute déja, l’Erasmus des religions.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents