Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Tension sociale : un agent du fisc tué par un brocanteur, qui s’est suicidé

Un agent du fisc de 43 ans a été tué après avoir été séquestré avec une collègue dans le cadre d’un contrôle fiscal chez un brocanteur de Bullecourt, dans le Pas-de-Calais, qui s’est ensuite donné la mort. (...)
Selon une source proche de l’enquête l’inspectrice qui l’accompagnait a été retrouvée au domicile du brocanteur « ligotée sur une chaise et profondément choquée ». (...)

Le brocanteur, divorcé et père de deux enfants, « était arrivé dans le village il y a quatre ans », a affirmé à l’AFP le maire du village, Éric Bianchin.
« Il avait acheté une ferme rue de Quéant, où il faisait des ventes chez lui. Il vidait les maisons, les vide-greniers et revendait chez lui », a-t-il ajouté, les yeux humides derrière ses lunettes. « C’est un petit village, tout le monde se connaît. Je n’ai jamais eu de problème avec lui, il était serviable, c’était une personne lambda. Il était intégré dans le village », a poursuivi le maire. (La Voix du Nord)

On n’a pas pour habitude de relayer les faits divers, qui sont pourtant très populaires, dans la presse. Les gens s’intéressent aux gens plus qu’à la politique, c’est un fait. Mais ce fait divers-là n’est pas un fait divers comme les autres, il n’est pas tristement banal, il est emblématique. Quand un artisan tue un agent du fisc, c’est le signe que les choses sont allées trop loin des deux côtés.

 

 

Un contrôle fiscal, ce n’est jamais agréable, surtout quand on en chie pour gagner sa vie, et parfois très modestement, comme beaucoup d’indépendants. On le sait, la France est le pays de la pression fiscale forte, de l’État qui met son gros nez partout, de la liberté d’entreprendre limitée. Gérard Nicoud pourra vous en parler, lui qui a initié la révolte des indépendants dans les années 70. Une révolte contre l’injustice fiscale, et n’allez pas croire qu’on soutient la mort d’un homme, qui ne faisait que son métier.

« Il n’y a pas de différence entre le petit commerçant de gauche et le petit commerçant de droite, pour moi il y a des commerçant et des artisans qui souffrent »

 

Pour info, un agent du fisc nous a expliqué qu’avant l’acceptation du principe de la négociation des dettes, nombre de morts d’entreprises et parfois de petits chefs d’entreprise, par suicide, étaient dues à l’intransigeance d’agents du fisc trop zélés, ou parfois carrément cruels. Là, on ne parle plus du fait divers qui a eu lieu dans le Pas-de-Calais, mais de la situation sociale en France pour les 3 à 4 millions d’indépendants.

Ils sont 3 millions pour l’INSEE, mais un bon million échappe aux radars de l’État, non pour esquiver l’impôt ou la surveillance fiscale, mais parce que les statuts sont parfois inexistants, ou trop branlants. Parmi eux, des paysans, des restaurateurs, des avocats (qui ne sont pas tous riches, loin de là), des artistes, des blogueurs et des livreurs à vélo. Ces trois dernières catégories sont carrément hors-jeu sur le plan social, et toute une frange de petits métiers est en train de se développer, hors Système, parce que le Système est trop lourd à porter pour ces modestes.

Quand les sites officiels ou syndicaux (même de gauche) annoncent que les journalistes pigistes gagnent en moyenne 1 600 euros par mois, ça fait rire toute la planète précaire : en vérité, c’est même pas la moitié.

Et aujourd’hui – mais ça ne date pas d’hier –, le contrôle fiscal est devenu un outil de répression politique, alors qu’il devait être, au départ, un outil de justice, d’égalité devant l’État, la communauté nationale. Quand on voit ce que les milliardaires engrangent en échappant à de lourds impôts grâce à la défiscalisation (parfois légale) ou à des magouilles préparées par des avocats spécialisés ou des financiers payés à prix d’or, on ne peut qu’être scandalisés par ce double traitement. Les gros passent à travers les mailles du filet, les petits morflent !

La justice fiscale, ce n’est pas d’assassiner un fonctionnaire des impôts, c’est de protéger les petits en difficulté et de ponctionner les puissants, quand ils franchissent la ligne. Car les petits n’ont souvent pas le choix – il doivent survivre avant tout –, alors que les puissants l’ont. Pour les uns, c’est la survie qui est en jeu ; pour les autres, c’est un peu de leur argent.

L’histoire d’un contrôle fiscal

 


 

Vous êtes entrepreneur ou particulier et souhaitez faire partie d’un réseau d’entraide pour faire face à la crise ? Rejoignez Solid’E&R, le premier espace d’annonces du Réseau d’économie solidaire créé par E&R. Pour cela, il vous suffit d’être adhérent de l’association (merci de rentrer votre identifiant et votre mot de passe d’adhérent pour accéder à Solid’E&R) :

Pour en savoir plus sur le Réseau d’économie solidaire :

Gérard, sur E&R :

 






Alerter

154 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • En lisant tous vos commentaires, je me dis que la légalité c’est quelque chose de sacré pour vous. Et malheureusement aussi pour cette personne qui a tué un agent du fisc. Mais sortez un peu de ce schéma. Si on veut manger à notre faim, nourrir ses enfants et pouvoir payer de l’essence pour sa caisse, alors il faut pouvoir un peu sortir du droit. Et tout le monde le sait !

     

    Répondre à ce message

    • t’inquiète, tous les gens sensés le savent, mais cela ne se dit pas publiquement. attention à la haiiiiine, la bête immonde, les heures les plus sombres, tout ça tout ça

       
    • #3068120

      Si je peux me permettre une similitude : pendant la période les plus dramatique du Covid, les employés de grande entreprises étaient cloitrés dans des appartements exiguës et inconfortable au point de faire exploser les divorces. En revanche, les plus fortunés se faisaient des restaurants privées, prenaient des vacances dans des paradis fiscaux, ....

      La société a besoin de ces redressement fiscaux, car les riches qui paient pas grand chose au final, et ce ne sont pas eux qui subissent le plus de redressement.
      La société a besoin de ces "petits" et il faut taper fort, car la survie du système en dépend.

       
    • Vous n’avez pas dû lire tous les commentaires, loin s’en faut, ou bien alors de travers.

       
  • #3068073

    A partir de maintenant, cela fait parti des risques du métier... C’est un peu comme les "journalistes" qui ne peuvent plus sortir dans la rue sans escorte. Retour de Karma, l’Univers qui équilibre ? C’est comme vous voulez.

     

    Répondre à ce message

  • Je recommande fortement de regarder une émission des année 2000 (INA) intitulée " Les Français de Miami"dans laquelle un restaurateur de St tropez victime de harcèlement fiscal à tout plaqué pour redémarrer un nouveau business en floride ! Très peu de charges,donc aucunes fraudes ,il expliquait que le contrôle fiscale n’existait pas au USA sauf pour les trust, au vu des sommes demandées ! Je me souviens encore de la gueule des inspecteurs du fisc présent sur le plateau qui ont confirmé avoir un pourcentage sur chaque redressement et de l’ironie à leur égard de ce Français expatrié ! Un régal ! Pour info,en 2000 j’y étais et la TVA était de 6%,ça laisse rêveur !

     

    Répondre à ce message

    • C’est faux , aux impots il n’y a pas de prime sur résultat ni de pourcentage en fonction des rehaussements.
      Je crois qu’il y a eu, cela fait plus de 20 ans, une prime pour les huissiers en fonction des sommes recouvrées. Mais c’est tout, et ce n’est plus le cas.

       
    • Oui et la Floride n pas que cet avantage, il y fait beau toute l’année, il y a pleine emplois donc tres peu d’agression, ils sont plutôt conservateur dans le bon sens du terme) et ils n’ont jamais appliqué le confinement lors du Covid...

       
  • On a tous, sans exception, eu toujours plus de compassion pour le brave Jean Valjean que pour l’odieux Javert.

     

    Répondre à ce message

  • #3068170
    Le 23 novembre à 11:17 par Le début ou la fin ?
    Tension sociale : un agent du fisc tué par un brocanteur, qui s’est (...)

    Attal, Véran, les médias, tout ce beau monde y va de sa pleurniche offusquée, non pas pour la mort de ce fonctionnaire, mais pour défendre leur propre tranquillité disons républicaine. "Ils" ont peur !

     

    Répondre à ce message

  • si votre argent ne vous appartient pas , votre force de travail non plus..
    l’ état serait incompétent dans tous les domaines , sauf dans la traite fiscale ? ou alors c’ est volontaire et la république est un régime esclavagiste , ses agents nos gardiens , et nous du bétail imposable .
    le travail servant à autre chose qu’ à engraisser le système est-il autorisé ?
    exister pour autre chose que pour nourrir la république , est-ce interdit ?
    les droits de l’ homme , sont-ils compatibles avec le service d’ une dette contractée par des escrocs ?

     

    Répondre à ce message

  • #3068204
    Le 23 novembre à 12:13 par Convergence des travailleurs et petit patronat
    Tension sociale : un agent du fisc tué par un brocanteur, qui s’est (...)

    En cette fin d’été 2004, deux coups de feu claquent dans la campagne tranquille et vallonnée de Saussignac (Dordogne). Au sol, à proximité d’un local de l’exploitation agricole de Claude Duviau, des corps gisent, mortellement blessés. Quelques secondes plus tard, un troisième coup retentit. Claude Duviau, auteur des premiers tirs, vient de tourner l’arme contre lui. Touché à la mâchoire, il s’effondre à son tour, à l’intérieur du local.

    - Une salariée de la chambre d’agriculture de Rodez est morte ce mercredi 17 février à Mayran (Aveyron) lors d’une visite sanitaire dans une exploitation laitière et le frère de l’exploitant a été placé en garde à vue dans une enquête pour suspicion d’homicide. Le corps d’Elodie, âgée d’environ 25 ans, a été retrouvé dans un étang à quelques centaines de mètres de l’exploitation

    - Tout ça va devenir monnaie courante
    On peut pas saigner impunément un peuple
    Ces gouvernements successifs n’ont fait que détruire le travail, les PME, les petits commerces pour favoriser la grande distribution et les multinationales
    Les coupables sont au pouvoir
    Les victimes c’est le peuple français tout entier
    Condoléances aux victimes Brocanteur et contrôleur des impôts

     

    Répondre à ce message

  • Je vous invite à lire cet article, de l’IFRAP, sur la
    « persistance d’irrégularités dans les rémunérations versées à certains cadres supérieurs des ministères économiques et financiers ».

    https://www.ifrap.org/fonction-publ...

    Ceci pour répondre aux commentaires concernant les primes que reçoivent ces inspecteurs et autres brigadiers de la finance ...

     

    Répondre à ce message

    • Je crois que tu n’as pas lu ton article...
      Il est fait mention de cadres supérieurs, c’est à dire de directeurs.
      Les inspecteurs sont des agents de terrains, des opérationnels, pas des cadres supérieurs.
      De plus l’article ne parle pas d’une quelconque prime en
      fonction du rendement...

       
  • Hier, visite à trois commerçants où j’ai mes habitudes mais que je n’avais pas vu depuis longtemps, histoire d’entretenir le lien.

    Les trois ont abordé cette affaire sans que j’aie orienté ou induit la conversation en ce sens.
    Et deux mont dit : "ça ne fait que commencer...".
    La compassion allait à feu le broc, pas un mot pour le suppôt du tyran.

    La populace commence à en avoir son compte, apparemment.

     

    Répondre à ce message

  • #3069304

    Opération de récupération des armes non déclarées. Les politicards du sommet ont-ils chaud aux fesses par peur d’une révolution ?!????

     

    Répondre à ce message

    • #3069751

      Un jour je discutais chez un mécanicien auto que je connais, avec deux anciens militaires (un gendarme et un officier armée de terre) , on parlait chasse, pêche , champignons et on en est arrivé aux armes
      Ils nous ont dit d’une même voix , on ne sait pas combien d’armes circulent en France tellement il y en a
      Ça passe, et c’est passé dans tous les sens
      Pyrénées Espagne, Alpes Italie, par la Belgique venu des Balkans, par la Suisse, crime organisé, y’en a dans les banlieues, dans les campagnes, ça arrive par la mer, la terre et le ciel, on est un carrefour de l’Europe
      Là où passe drogue et argent, traite d’êtres humains (bordel de la Jonquera, immigration Maghreb..) passé des armes
      Personne dans l’armée, la police, les renseignements ne pourraient quantifier le nombre exponentiel d’armes en France
      Il y a des réseaux partout, banlieues, crime organisé, gitans, extrême droite, collectionneurs, amateurs, particuliers, monde des taxis, de la chasse, anciens militaires, commerçants pour se protéger, opportunistes, etc...
      C’est tellement important qu’on sera surpris si un jour elles ressortent pour une raison ou pour une autre

       
Afficher les commentaires précédents