Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

Le journal 20 Minutes a choisi le camp du pouvoir

On était habitués à voir la presse mainstream montrer sa préférence pour la version oligarchique des choses, mais de là à prendre totalement parti contre le peuple français, c’est chose rarement vue. Le journal gratuit 20 Minutes vient de commettre une double faute : d’abord il a violé la neutralité de tout titre de presse, et ensuite il s’est coupé de la grande masse de ses lecteurs. Seule une injonction forte du pouvoir, qu’il soit visible ou profond, peut expliquer une telle stratégie.

 

Attaque gratuite

En même temps, 20 Minutes, tout le monde s’en fout, c’est un gratuit qu’on jette après trois minutes de lecture, quand on pense à le prendre. Mais il fait encore partie des « grands » quotidiens nationaux. Enfin, quand on dit grand, c’est pour dire qu’il est reconnu par les autres grands comme tel, le signe d’un entre-soi très fermé. Fermé aux autres titres venus de l’Internet évidemment. Voici l’article du 7 décembre 2018. Ça commence très fort :

« “Incitation à la haine”, “revendications aberrantes”... Nos internautes expliquent pourquoi ils ne soutiennent pas (ou plus) les gilets jaunes »

Pour justifier cet article inique, qui fausse la réalité, 20 Minutes argue qu’il s’intéresse à la minorité qui ne supporte pas les Gilets jaunes. C’est bien la première fois qu’un titre mainstream s’intéresse à ceux qui ne sont pas d’accord.

« Selon un sondage Odoxa pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi, 77% des Français pensent que le mouvement des « gilets jaunes » est justifié. Mais qu’en est-il du quart des Français qui ne le soutiennent pas ?
Revendications anti-écolo, spirale de la violence, manque de solutions... De nombreux internautes ont partagé leurs inquiétudes et critiques vis-à-vis du mouvement qui reste populaire. »

il est vrai que la statistique de quatre Français sur cinq qui soutiennent le mouvement né le 17 novembre 2018 fait peur : cela exprime un basculement possible de la démocratie bidon vers une démocratie réelle. On n’en est pas encore là mais comme dit le sage, on avance pas à pas. Chaque chose en son temps.

 

Suicide éditorial

« Un mouvement populaire, spontané peut-il imposer aux Français qui souhaitent prendre leur voiture d’adhérer à leur cause ? “Dès le départ, j’ai été heurté par ces rassemblements qui me privaient d’une liberté (circuler) et me contraignaient à adhérer, comptant sur ma peur : mets un gilet jaune, klaxonne, donne de l’argent, fais 3 tours de rond-point si tu veux passer…”, regrette Nicolas.

Critique partagée par Rafael, choqué par ces signes de solidarité contraints exigés par les Gilets jaunes : “le mouvement des "gilets jaunes" est désormais anti-démocratique. Il faut montrer sa solidarité en montrant son gilet jaune si l’on veut passer aux ronds-points. Sans ce sésame, outre le fait de rester bloqué, l’on s’expose à des menaces, des injures voire des dégradations sur son véhicule”. »

Nicolas a été « heurté », Rafaël est « choqué ». La violence des Gilets jaunes ne fait aucun doute : c’est un mouvement fasciste, d’ultradroite, qui piétine la liberté de penser et de circuler de citoyens pacifiques ordinaires !

On ne va pas diffuser tous les témoignages des amis de BHL et Macron, il suffit de lire la suite de l’article. On vous offre juste la fin, éloquente :

« Plus de quarante mails (pour le moment !), plus de 1.000 commentaires pour ce très riche appel à témoignages… Nous tenions à remercier les internautes qui ont pris le temps de nous envoyer des témoignages longs, argumentés et nuancés sur un sujet particulièrement complexe. »

On ne savait pas qu’il suffisait de 40 mails pour déclencher un article dans 20 Minutes !

On comprend mieux ce basculement quand on sait que la LICRA diffusait la veille une diatribe signée Mario Stasi, président de l’association communautariste (on a laissé les fautes de français, il y en a plein, et on a bien rigolé quand la LICRA s’est autoproclamée « association apolitique ») :

Gilets jaunes, les risques d’une dérive

Le mouvement des gilets jaunes touche la France depuis trois semaines. Il s’agit, à l’origine, d’un mouvement politique et social dont les revendications appartiennent au débat public. À ce titre, la LICRA, association apolitique, n’a pas vocation à s’exprimer sur les sujets soulevés par les gilets jaunes.

 

Néanmoins, notre rôle est d’alerter l’opinion sur les risques charriés par ce mouvement dont l’horizon idéologique très bigarré ouvre la voie à de nombreuses dérives.

La première dérive, visible, est celle de la violence. Les scènes de chaos observées chaque samedi dans les rues de Paris montrent que des mouvements extrémistes, organisés ou non, ont décidé d’en découdre avec l’ordre républicain et de créer, à la faveur de violences urbaines inacceptables, un climat insurrectionnel en ciblant nos symboles, nos institutions, nos forces de police et de gendarmerie.

La seconde dérive, latente, est celle du repli identitaire, du racisme et de l’antisémitisme. On a vu fleurir dans les revendications des « gilets jaunes » des propositions qui présentent un danger immédiat pour la cohésion nationale et qui opposent les « gros » contre les « petits », sur fond d’une rhétorique poujadiste bien connue. On a vu de nombreux incidents racistes, à l’image de ces gilets jaunes bloquant une entreprise au motif que ces salariés étaient d’origine roumaine, à l’image également de cette personne noire qui, voulant passer un barrage s’est opposer des invectives atroces (« « Retourne chez toi ! » « Retourne dans ton pays ! » « Dégage ! » »). À l’image des tags antisémites que l’on peut trouver sur le bord des autoroutes ou dans les rues depuis le début du mouvement. À l’image enfin des délires complotistes et anti-maçonniques qui accompagnent à chaque fois ces débordements.

La troisième dérive, terrible, est celle de la radicalisation du mouvement par des professionnels de la haine et du rejet de l’autre.

La troisième dérive, terrible, est celle de la radicalisation du mouvement par des professionnels de la haine et du rejet de l’autre. Les extrémismes tentent de projeter leurs obsessions sur un mouvement désorganisé et déstructuré et de profiter de ce vide pour mener à bien leur projet anti-républicain. La présence d’Hervé Ryssen et de Dieudonné sur les Champs Elysées témoigne de ce que les antisémites et les racistes ne ratent aucune occasion de manipuler l’opinion, de s’exposer et de gagner en visibilité par tous moyens. Le fait que le journal Paris Match ait mis en une, fût-ce fortuitement, en une un gilet jaune raciste, antisémite et négationniste mutltirécidiviste tel qu’Hervé Ryssen en dit long sur les velléités des fauteurs de haine mais aussi de la légèreté et du manque de lucidité de la presse dans la manière de traiter ces questions. L’extrême-gauche identitaire, qui n’a jamais rechigné à abriter l’antisémitisme dans ses cortèges, n’est pas en reste en tentant, quant à elle, de régler des comptes, y compris par la force, avec une République qu’elle n’a jamais cesser de vouer aux gémonies.

Face à cela, nous avons un responsabilité collective

Celle de faire en sorte que le débat politique ne cède en rien à la violence raciste et antisémite, que le mouvement social dont chacun comprend les ressorts, les revendications et les aspirations sincères qui sont exprimées par une partie de la Nation, reste digne et se déploie dans le cadre républicain, celui du suffrage universel, celui des droits dévolus par la Constitution : celui de manifester, celui de faire grève, ou encore celui de se présenter aux élections. Il est temps aussi que l’on redonne aux corps intermédiaires un rôle à jouer et que les associations, notamment les associations antiracistes universalistes comme la nôtre, chaque jour investies sur le terrain, dans les écoles, dans les universités, dans les entreprises, dans les stades soient entendues et considérées pour ce qu’elles sont : des relais indispensables à la cohésion nationale grâce à des militants chargés d’une véritable mission de service public.

À ne pas manquer, sur E&R :

 

Lutter en conscience avec Kontre Kulture :

 






Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2096828
    Le 8 décembre à 15:43 par esprit de vérité
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    je dirais plutôt que la presse fait la preuve de sa fidélité à ce qu’elle est :
    les colabos des Usurpateurs anti-démocratie au pouvoir et anti-unité de la conscience souveraine et libre du peuple - manipulant l’information pour empêcher ceux qui dorment encore de ce réveiller et de prendre conscience qu’ils sont manipulé, parqué comme du bétail que l’on conduit de plus en plus vers la privations des droits élémentaires de vivre, de nourrir sa famille avec intégrité, tout droit dans l’esclavage social... avec comme seul droit de se prosterner devant les usurpateurs de la France !..

    Le problème pour eux , c’est que les français ne consentent plus à la supercherie et ne sont plus dupe ! de la manipulation mentale de l’inconscient collectif.

    c’est comme dans le film matrix, de plus en plus prennent la pilule du réveil qui dévoile au grand jour toute la vérité sur le mensonge et la tromperie envers le peuple.

     

    Répondre à ce message

  • #2096864
    Le 8 décembre à 16:42 par anonyme
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    Franchement après-coup, on se demandera plus tard qui des Bonnets rouges ou des Gilets jaunes aura laissé une marque nette dans l’histoire, pour l’instant c’est kif-kif.

    Et vous savez pourquoi ?
    Parce qu’on est indécis. On voit bien qu’on ne sait pas vraiment... Çà tient au fait qu’on n’a pas identifié l’ennemi.
    Dans le cas contraire, on aurait au moins un but : s’en défaire au plus vite !

    Or on ne milite que pour un petit "pouvoir d’achat"... L’Empire nous bouffe comme il veut, il peut dormir tranquille : il suffit de laisser pourrir le mouvement (ingénierie level 1)

    Un énorme travail de formation, fait cette fois fait sérieusement - pas comme les p’tits entubeurs - est plus que nécessaire.

    "Comprendre, c’est faire des liens." - Soral

    Pour beaucoup, ces liens n’ont pas été faits ! C’est pas rare par exemple d’entendre dire que les Français n’y connaissent rien en économie.
    ER a fait le boulot je ne leur reproche rien*

     

    Répondre à ce message

    • #2096933
      Le 8 décembre à 17:55 par The Médiavengers Zionist War
      Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

      Le mouvement s’essoufflera si personne n’a les couilles de le prendre et de l’incarner. C’est inévitable, encore faut-il avoir ce génie. Jusqu’à présent à part des commentateurs et -tateuses et des opportunistes, NADA.
      C’est maintenant qu’on attend l’homme providentiel. Hors, de Dupont-Gnangnan à la la Marine, de Vaselineau à Ruffin, pas un seul n’est à la hauteur des attentes. Chacun pour sa petite boutique alors que ce serait le moment de faire l’union sacrée. Mais non, leurs petits intérêts mesquins d’abord.
      Quand aux généraux, il paraît qu’il y a pléthore. Vont-ils se battre ou jouer à pile ou face ? Bref, tout le monde attend le cul sur sa chaise.

       
  • #2096888
    Le 8 décembre à 17:12 par gregrge
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    j’ai un peu de mal a récupérer le nom des journalistes sur leur site pour alimenter LA LISTE.

     

    Répondre à ce message

  • #2096917
    Le 8 décembre à 17:41 par Justice
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    Il y a comme un sale plan pour diviser le mouvement pour mieux reprendre les rennes.
    1ère stratégie : Tourner en dérision le sérieux du mouvement et de ses revendications.
    En passant chez ânouna par exemple, qui n’hésite pas toutes les 2 secondes à glisser une blague ou deux pour rendre le tout bien ridicule.
    2eme stratégie : Montrer qu’il existe des divergences profondes au sein du mouvement lui-même.
    Hier chez ânouna toujours, le public est séparé entre gilets jaunes et foulards rouges et porte paroles et anciens porte paroles et pas-tout-à-fait porte paroles.
    3eme stratégie : la mise en avant d’anonymes mécontents du mouvement qui souhaitent vivement que ça finisse parce qu’il les dérange, eux qui n’ont pas demandés à être entrainer dans tout ça. "Donc si vous en avez contre le gouvernement, les GJ, pensez d’abord aux autres "français" que vous faites chier. Alors 1,2,3 actes ok, mais là ç’est bon, calmos !" En gros, c’est la 3eme stratégie d’affaiblissement du mouvement. Épaulée par des zartistes comme dubosc, qui en passant, f’rait mieux s’il n’a rien de positif à dire, de s’la fermer.
    Bon courage à tous les sincères rebelles.

     

    Répondre à ce message

  • #2097005
    Le 8 décembre à 19:00 par Denis Jaisson
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    Quand les merdia raclent les fonds de tiroir, on a une passe de 20 Minutes

     

    Répondre à ce message

  • #2097011
    Le 8 décembre à 19:03 par Enki
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    @ Eric #2096846
    « Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes
    « La photo d’Hervé Ryssen en une de Paris Match n’a pas pas sélectionnée au hasard
     »
    « Bien sûr que si ! C’est une réjouissante boulette même si ça n’a guère d’importance dans le fond. Car de toute façon tout ce qui les emmerde est fasciste, photos à l’appui ou pas ! »

    Providentielle gaffe évidemment. Hervé Ryssen, l’homme jugé à tort le plus antisémite et honni du pouvoir lequel dernier dictant la « ligne-rouge-à-ne-pas-dépasser », se retrouve en « vedette » historique des événements de 11/ 2018 sur la photo de couverture à la une et place de l’ « Étoile » d’un magazine dédié à un Paris en plein Match où se joue LE rapport de force ! Quels « pros » les Anges de la Providence !

    L’inversion accusatoire habituelle a fonctionné. Mais elle s’est détournée. Elle a voulu rendre hommage à un inconnu tel un célèbre soldat au même endroit de la flamme. Et cet inconnu, ce fut Hervé Ryssen, quenelle avec ananas donc ! Très fort. Jubilatoire ;

    Que le spécialiste de la question juive - 12 ouvrages bétons à son actif, 6 documentaires et 2 brochures, porte par sa seule présence physique en Gilet jaune au centre de l’Étoile, le témoignage du peuple en Triomphe : Quenelle + Ananas + milliers de Citrons, fruits décembristes insurrectionnels, lesquels ne passent plus pour les béchamelles :)

    Signe que l’Emmanuel n’est plus en eux, ni pour eux, ni avec eux !

    Que le Dieu † des Chrétiens reprend la main avec pacifisme, humour, discernement et détermination.

    Les milliers de Citrons ne se laissent plus pressés. Ils feront la démission de celui qui n’a jamais été le patron.

     

    Répondre à ce message

  • #2097435
    Le 9 décembre à 11:35 par Lolateur
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    La trouille commence à se faire sentir et puis bon, toute cette agitation c’est pas bon pour les affaires..., d’une pseudo neutralité teintée de malveillance (vu que la grande majorité des gens soutiennent le mouvement, fallait faire bonne figure quand même ), on passe à la diabolisation, le danger se faisant plus présent... Merci à AS et E&R d’avoir éveillé les consciences par vos analyses...les comportements des politiques, presses, syndicats, se lisent désormais à ciel ouvert.

     

    Répondre à ce message

  • #2097442
    Le 9 décembre à 11:42 par Orlock
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    Il faut que ces "journaux" n’aient plus un seul lecteur.

     

    Répondre à ce message

  • #2097485
    Le 9 décembre à 12:30 par Rupert Pupkin
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    un journal gratos distribué aux sorties des metros ... gratos .
    les gratos que je connai sont les prospectus et catalogues divers de ventes de produits.
    20 mn sert à vendre les idées de ceux qui le posséde.
    qui posséde 20 mn ?

     

    Répondre à ce message

  • #2097790
    Le 9 décembre à 19:55 par dixi
    Trahison : la presse mainstream contre les Gilets jaunes

    La presse appartient à l’oligarchie mondialiste dont les montants soutiré et taxé à l’aide de subventions obligatoires . Cette caste journalistique, grassement payée, qui n’a que le nom se comporte en porte-voix de cette oligarchie, collaborant sans retenue et sans honneur par pure cupidité . Là aussi le ménage est de rigueur, car les Français voudraient juste être informé honnêtement, c’est-à-dire sans partit pris .
    Il est grand temps de séparer cette presse mainstream du pouvoir, en virant tous ces collabos .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents