Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Triomphe de la révolution mondiale libérale-libertaire – Conférence de Jean-Michel Vernochet à Aix-les-Bains

L’association L’Entraide savoyarde recevra Jean-Michel Vernochet le samedi 17 novembre 2018 à 15h à Aix-les-Bains pour une conférence de présentation de son ouvrage En l’an 68.

 

Entrée : 5 euros

Réservations et renseignements : conferences73@gmail.com

 

La bande-annonce de l’événement :

 

Retrouvez Jean-Michel Vernochet chez Kontre Kulture :

Jean-Michel Vernochet, sur E&R et ERFM :

 






Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Parler du triomphe mondialiste de la marchandise comme dictature du temps totalitaire de la démocratie présente, c’est bien... Le saisir comme résultat de la défaite de la grève sauvage de 10 millions de prolétaires qui disaient pourtant merde à la gauche du Capital et à ses larbins gauchistes...C’EST MIEUX !

     

    Répondre à ce message

  • C’est bien beau de dire que Pompidou était l’homme des Rothschild, mais si c’est pour dire que De Gaulle était l’homme de la tradition alors qu’il était l’homme de la République maçonnique, de la pilule contraceptive hédoniste, de la laïcisation de la société, ce n’est pas la peine. Pompidou comme De Gaulle font partis du problème. D’ailleurs De Gaulle n’a pas su réprimer Mai 68.

    Sinon je récuse le concept de post-modernité, il n’y a que la Tradition versus la modernité, la cité du Bien totale (la Jérusalem céleste) et la cité du Mal totale (la Grande Babylone), Dieu et Satan, le Christ et l’Antéchrist, la France et l’anti-France.

     

    Répondre à ce message

    • C’est bien méconnaître les événements de 68 et ses coulisses que d’accuser de Gaulle d’incompetence. Il faut bien se pencher sur le comportement des uns et des autres pdt les troubles, pour comprendre ou se situaient les enjeux. Ce n’etait pas simplement une question de trouble à l’ordre public, ou encore de renversement sociétal, mais surtout d’atteinte à l’autorité de l’etat et au delà à la légitimité gaullienne. Les Cohn Bendit voulaient le descendre, lui, les revendications n’etaient que des prétextes. Aussitôt satisfaites, ils en avançaient d’autres tout aussi loufoques, improbables, surtout utiles à ridiculiser celui qui les satisfesait. De Gaulle l’avait immédiatement compris, son administration non, elle était trop habituée aux mesurettes indolores qui préserve la cote de popularité, et donc la réélection. Pompidou a manœuvré entre ces deux pôles, rassemblant par un discours de tempérance les peureux, forçant la main à de Gaulle par un chantage, il imposait ainsi a l’etat une politique ridicule qui allait forcément ternir la stature gaullienne. Et il le savait, c’etait délibéré.
      La fuite de de Gaulle ne fut pas un coup de déprime comme on l’a dit, ou une tractation secrète avec l’urss (quoique... ;)) mais un moyen de renverser le jeu, de reprendre la main en exposant Pompidou face aux événements. Il a paniqué puis s’est soumis. Mai 68 a aussi donc été une fronde.