Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Trois ONG de sauvetage en mer accusées de complicité avec les passeurs criminels

Une longue enquête italienne accuse des responsables de Save the Children, Médecins sans frontières et Jugend Rettet d’avoir facilité le trafic de migrants, notamment en communiquant avec les trafiquants.

 

Nous sommes le 26 juin 2017, à quelques dizaines de milles nautiques des côtes libyennes. Il est 6h19 lorsqu’un hors-bord s’approche du Vos Hestia, un navire affrété par Save the Children pour sauver des vies en mer. Les trois hommes à bord, membres de la milice libyenne Dabbashi spécialisée dans le trafic de migrants, échangent quelques mots avec les représentants de l’ONG. Ils annoncent l’arrivée imminente d’un bateau chargé de plus de 500 migrants. Puis ils disparaissent à l’horizon.

Quelques minutes plus tard, un navire apparaît en effet, hérissé de silhouettes humaines, escorté par deux embarcations conduites par des passeurs. Au centre, un homme barbu dirige la manœuvre. Il défait sa ceinture et se met à frapper les migrants pour les forcer à rester tranquilles le temps de monter à bord du bateau de sauvetage.

Les employés de Save the Children assistent à la scène, impassibles. L’homme violent prend ensuite place à bord du Vos Hestia. À son arrivée dans le port italien de Reggio de Calabre, trois jours plus tard, il disparaîtra sans laisser de traces.

 

Des vidéos retrouvées

Ces scènes sont issues des vidéos retrouvées par la police italienne dans des ordinateurs et des téléphones saisis lors de la perquisition du Vos Hestia, en octobre de cette année-là. S’y ajoutent celles d’un officier de police infiltré s’étant fait passer pour un sauveteur parmi les équipes de Save the children.

Son rapport, lesté de centaines de messages et d’écoutes téléphoniques, a forgé la conviction des autorités italiennes : les ONG Save the Children, avec le bateau Vos Hestia, Médecins sans frontières avec le Vos Prudence et Jugend Rettet, avec le Iuventa, auraient étroitement collaboré avec les trafiquants d’êtres humains libyens et facilité ainsi l’immigration clandestine en Italie.

 

21 personnes accusées

Le Temps a pu consulter les 651 pages de cette enquête du juge Maurizio Agnello à Trapani. Il accuse 21 personnes – membres des équipages et responsables d’ONG confondus. Italiens pour moitié, les autres étant allemands, espagnols, français, belges et britanniques. Ils encourent des peines de 4 mois à 20 ans de prison. Ces prévenus ont reçu les conclusions des enquêteurs le 2 mars 2021 et ont vingt jours pour communiquer leur réponse au procureur, qui rédigera ensuite l’acte d’accusation.

Selon ce document, touffu, les organisations de sauvetage auraient développé des relations de proximité avec les trafiquants afin d’être avertis à l’avance des départs de bateaux transportant des migrants et d’être ainsi les premiers sur place. Les trois ONG auraient agi de concert et « contourné le système de secours mis en place par les autorités italiennes ».

Le droit maritime veut en effet qu’un navire qui croise ou aperçoit une embarcation en détresse avertisse le centre de coordination des opérations de sauvetage (MRCC) à Rome, lequel lui donne alors mission de porter secours. Or selon l’enquête, les bateaux des ONG auraient été en possession de la localisation des embarcations de migrants, grâce aux passeurs. Ils pouvaient ainsi se placer au bon endroit, à proximité des eaux territoriales libyennes, et se voir systématiquement confier les opérations de sauvetage.

 

Récupérer les embarcations

Afin de maintenir de bons rapports avec les trafiquants, les ONG les auraient souvent laissé récupérer les embarcations utilisées pour transporter les migrants, afin de les réutiliser. Pour la police italienne, la volonté des ONG de ne pas aider les forces de l’ordre dans leur travail de traque des passeurs s’apparente à une conduite criminelle.

L’enquête analyse 12 opérations de sauvetage, toutes entre mars et octobre 2017. On lit ainsi que le 23 mai 2017, Save the Children aurait omis de mentionner dans son rapport que son navire était entré dans les eaux territoriales libyennes pour remorquer une embarcation de migrants jusqu’aux eaux internationales. Ou que le 18 juin 2017, les trafiquants étaient présents lors des opérations de sauvetage conduites par le Iuventa de l’ONG allemande Jugend Rettet et sont repartis avec les barques et les moteurs utilisés pour transporter les migrants, sans réaction de la part des membres d’équipage et du personnel de l’ONG.

 

Un groupe Whatsapp

Une source importante de la police italienne est un groupe WhatsApp intitulé Humanitarian SAR (pour « search and rescue ») auquel participaient 69 personnes. Certains messages auraient contenu les coordonnées GPS pour des rendez-vous avec les embarcations des trafiquants. Les enquêteurs citent également une conversation entre deux employés de Save the Children : l’un d’entre eux indique avoir vu passer « des informations sur des trafiquants » et recommande de les effacer.

La police italienne s’appuie également sur des dizaines d’écoutes téléphoniques. Le 23 mars 2017, un responsable de mission de MSF aurait sciemment refusé de communiquer au centre de coordination de Rome une information concernant la présence d’une embarcation de près de 500 migrants à une vingtaine de milles nautiques de la côte libyenne. On l’entend expliquer à l’un des marins avoir « rendez-vous à une vingtaine de milles nautiques », puis lui demander d’arriver dans les parages pour 5 heures du matin, pas avant. L’opération de sauvetage prévue aura finalement lieu trois jours plus tard.

Lire la suite de l’article sur letemps.ch

 

Approfondissez le sujet avec le livre d’Alimuddin Usmani
La Grande Invasion :

 

On peut compter sur le soutien des tartuffes, sur E&R :

 






Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Heureusement que j’étais assis en écoutant cette nouvelle. La sidération était telle je faillis m’évanouir. Peut-être qu’ils auraient quand même pu ajouter que tout le monde est mêlé à se trafique humain y compris l’église catholique à travers ses différentes ogns. N’est-ce pas le pape qui embrassa publiquement l’anus de trois "migrants" afin de nous encourager à les accepter massivement, ce qui est déjà le cas somme toute.

     

    Répondre à ce message

  • #2683615

    Comme dans tout chaos programmé : à qui profite le crime ? ...je dirais simplement que chacun passe à la caisse , et le temps que cela perdurera , avec les encouragements de l’Europe .

     

    Répondre à ce message

  • #2683633

    Aucune ONG de passeurs de migrants n’a fait l’objet d’enquêtes concernant une responsabilité en lien avec les trois meurtres commis dans une église à Nice par un migrant tunisien passé par l’Italie. Il n’avait sans doute pas traversé la mer Méditerranée à la nage. Peut-être était-il même à bord d’un de ces bateaux dont Macron avait ordonné plusieurs fois à l’Italie de Salvini de les accueillir ? Macron et les ONG devraient être poursuivi pour complicité de crimes terroristes tel que le sont toutes les personnes qui ont gravité de près ou de loin autour d’auteurs d’attentats, volé un scooter, fourni un hébergement, moyen logistique ..etc
    Ça vaut pour Nice, mais ça vaut aussi pour des attaques au couteau comme celle de Romans sur Isère en avril 2020.

     

    Répondre à ce message

  • Salvini les avait déjà qualifié de criminels acteurs de réseau du trafic d’êtres humains.... mais la finance internationale a préféré le faire taire et le remplacer par un banquier de Goldman sax...
    Mais personne n’a usé du suprême, crime contre l’humanité....

     

    Répondre à ce message

  • Depuis le temps qu’on le dit, la preuve est faite ! Ceux qui se rendent complices de cet odieux commerce sont les idiots utiles du crime organisé tendance trafic d’êtres humains... Marchandage de main d’œuvre, dumping social, escroquerie à la charité : Bref, le retour de l’esclavage emballé dans de la bonne conscience médiatisée ?

     

    Répondre à ce message

  • Personne ne quitte son pays par plaisir surtout dans des conditions aussi horribles !
    Pas étonnant que bcp profitent de cette détresse honteuse pour tout être humain !!
    Si on arrêter d exploiter les pays africains pour leurs richesses bcp de groupes étrangers et aussi français les exploites sans vergogne comme Total ou Bolloré ( pétrole, uranium, diamants,cuivre , lithium,ect ect ) peut être qu’ils chercheront pas a quitter leurs pays pour un avenir plus clément mais surtout incertain vu que bcp meurt en chemin ! faut être honnête , on ferait tous pareil dans leur cas !!

     

    Répondre à ce message

    • Ton argument lié aux rapports inégaux Nord-Sud n’est plus vraiment pertinent quand on sait que ce sont les migrants les plus riches et non les plus pauvres qui tentent de migrer chez nous. S’ils utilisaient les milliers d’euros dans un petit business dans leur pays au lieu de le refiler à un trafiquant, tout le monde serait gagnant.Ces migrants sont trop souvent des parasites (qui viennent sucer l’aide sociale des Européens) ou bien même des prédateurs sexuels et dans des cas extrêmes des criminels et des assassins. L’escroquerie à l’asile n’est plus à démontrer. Si on peut comprendre leurs motivations, il est nécessaire et même vital de les empêcher de venir et de les renvoyer chez eux.

       
    • Les pauvres d’Afrique arrivent en Europe, et grossissent les rangs des consommateurs des matieres rares venant d’Afrique. Cercle vicieux....

       
    • Il n’empêche que ces gens ne fuiraient pas un pays stable, c’est du bon sens.
      Pourquoi sont ils instables, c’est cela la bonne question.

       
    • Quand vous parlez de groupes étrangers et français qui exploitent l’afrique... vous voulez sans doute dire israelien, non ? Parce que les "grands" groupe (total, boloré, lagardere etc) enrichissent surtout le peuple des lumières... pas des gens comme nous.

       
    • #2684229

      @ Kamika

      « Si on arrêtait d’exploiter les pays africains ... » et que les ONG trafiquantes et passeurs de migrants épargnaient l’Europe, cela serait fort préférable.

      « Si on arrêter d exploiter ... ». Ce que vous dites est quelque part exact, mais le "on" est trop vague et certains peuvent à tord se sentir visés d’autant que l’argent engrangé par Total Bolloré et compagnie se déverse seulement dans les poches d’une ultra minorité peu visible et en aucun cas dans celles de tous les français qui seulement dans le cas contraire auraient une forme responsabilité. Deuxièmement, l’article n’est pas contre les migrants mais contre les ONG, donc il n’est pas très utile de chercher à avancer un justificatif aux migrants. Autrement s’il est bon de dénoncer le fait que l’exploitation de l’Afrique est un problème pour les africains, il est dommage de s’arrêter en si bon chemin et de ne pas y adjoindre le problème induit qui est causé aux européens. L’exploitation de l’Afrique est un problème pour les africains et le déversement de migrants africains et asiatiques déstabilise de plus en plus de nombreux pays européens. « Si on arrêter d exploiter ... ». D’abord les exploiteurs ne vous écouteront jamais. Les très grandes multinationales sont d’éternelles prédatrices qui se moquent des africains et des européens. Ceux qui exploitent l’Afrique sont aussi ceux qui exploitent et foulent au pied l’Europe et les autres continents. Je partage l’avis de @ miles davis.

       
  • #2683819
    Le 12 mars à 07:05 par François de cour d’assise
    Trois ONG de sauvetage en mer accusées de complicité avec les passeurs (...)

    Il faut poursuivre aussi le vieux Schwab, qui prétend faire vivre la jeunesse européenne en EHPAD à vie (mais pas sa caste dont les voyages incessants formeront l’éternelle "jeunesse" ; et celle de ses domestiques ONG, fonctionnaires, de maison, etc.) et la jeunesse du tiers-monde en robot : esclave ou arme biologique et bras armé contre les populations "d’accueil" forcé.
    Le vieux Schwab (il aurait 98 ans ?) écrit (ou est-ce un "nègre" ?) dans son fascicule du Reset que les Africains sont voués et encouragés à déferler sur les pays d’Europe, une fois ceux-ci très appauvris, afin que plus personne (sauf la davosserie) ne possède rien, vive en petit vieux rentier à très faible rente ou en machine programmée, et en soit HEUREUX comme jamais, et à jamais !
    Schwab, vingt ans de prison pour crime contre l’humanité ! Même cinq ans, à passer en résidence surveillée, masqué parce qu’il est contaminant, privé de soins et d’eau à l’occasion !
    Schwab, davos, le diable aura ta peau !

     

    Répondre à ce message

  • Puisque les peuples d’Europe ne résistent plus au virus, sont fragiles, peureux, dociles, résilients et coûtent chers aux mondialistes. Les migrants Africains eux, feront l’affaire, sont même immunisés du virus Ebola et autres maladies transmissibles mais, habitués à l’autorité, au salaire minable, aux conditions de vie très précaires. Le choix est fait.

     

    Répondre à ce message

  • Non !!!! qui l’aurait cru ?

     

    Répondre à ce message

  • A Marseille on s’interroge sur le business des migrants, notamment sur la mise en place à l’époque d’un système de sécurité pour les hôtels...n’ayant les moyens pour ce dispositif, beaucoup ont du céder leur bien, on ne révèlera pas à qui mais quelques temps après, ils récupéraient 50 € par tête directement depuis l’EU.

    Evidemment il faudrait enquêter la dessus mais bon, on sait déjà que les ONG magouillent, c’est leur gagne pain...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents