Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump, la religion musulmane et l’islam politique

Depuis une dizaine d’années, les États-Unis sont prisonniers de leur contradiction face à l’islam. D’un côté, ils se pensent comme le pays de la liberté religieuse, d’un autre ils utilisent les Frères musulmans pour déstabiliser le Moyen-Orient élargi, et d’un troisième ils luttent contre le débordement du terrorisme islamique hors de cette région. Ils ont donc interdit toute recherche qui permette de distinguer l’islam en tant que religion de sa manipulation à des fins politiques. Après avoir rompu avec le terrorisme des Frères musulmans, Donald Trump a décidé de rouvrir ce dossier, au risque de provoquer des violences dans son propre pays. Car aux États-Unis, la liberté de pratiquer l’islam n’implique pas celle d’entrer en politique.

 

 

Dans sa nouvelle Stratégie de Sécurité nationale, le président Trump modifie la terminologie officielle et désigne les groupes armés musulmans comme « jihadistes terroristes ».

 

L’islam : religion ou idéologie ?

Après les attentats du 11 Septembre, attribués à Al-Qaïda, une violente polémique avait agité Washington : les groupes terroristes étaient-il ou non représentatifs de l’islam ? Si oui, il convenait de considérer tous les musulmans comme ennemis de la patrie. Si non, on pouvait établir une distinction entre musulmans « modérés » et « extrémistes ».

Cependant, les Britanniques employaient les mêmes termes avec une autre acception : les « modérés » sont des musulmans « modérément anti-impérialistes » comme le Hamas qui ne voit aucune objection d’ordre politique à Israël, mais refuse uniquement que des musulmans soient gouvernés par des juifs ; tandis que les « extrémistes » sont des musulmans « extrêmement anti-impérialistes » comme le Hezbollah qui remet en cause la victoire de l’État colonial israélien sur les arabes.

La polémique atteint son sommet, en juin 2006, lors d’une conférence du New York Metro InfraGard. Un agent et expert du FBI, William Gawthrop, assura qu’il est vain de distinguer les différents groupes terroristes musulmans, alors que tous se fondent sur la même idéologie, l’islam. Cinq documents internes du FBI fuitèrent alors. Destinés à la formation de leurs officiers, ils posent que plus on est « islamique », plus on est potentiellement « radical », et que le prophète Mahomet était le leader d’une secte violente. Gawthrop s’appuyait sur une étude indiscutable du Coran, des Hadits et des principaux textes théologiques. Il montrait que, tout au long de l’Histoire, des théologiens des quatre principales écoles sunnites ont soutenu la guerre contre les Infidèles, mais pas de penseurs de l’école chiite. Gawthrop était également instructeur au Counterintelligence Field Activity (CIFA) du département de la Défense. Il y avait poussé à l’étude de Mahomet en tant que chef militaire.

 

 

Cette polémique n’était pas nouvelle. D’une part, depuis 1953 et la réception de Saïd Ramadan par le président Eisenhower, la CIA et le département de Défense travaillaient à l’étranger avec les partisans de l’islam politique, les Frères musulmans. D’autre part, durant la ségrégation raciale, il était admis que les descendants d’esclaves puissent être musulmans, mais ils ne devaient pas en faire une revendication politique. En 1965, le leader politique noir et musulman Malcolm X fut assassiné, probablement avec l’aide passive du FBI. Agonisant sur le sol, il tenta de donner à sa secrétaire juste avant de mourir un message pour Saïd Ramadan.

En rétorsion à ce point de vue, une importante personnalité musulmane US, Salam Al-Marayati, menaça d’appeler à cesser toute coopération avec le FBI [1].

Immédiatement, l’adjoint de l’Attorney General, James Cole, interdit l’ensemble des documents de cet acabit, non seulement au FBI, mais dans toutes les administrations.

Sauf que les documents du FBI étaient conçus pour des cours où les instructeurs spécifiaient longuement qu’ils ne traitaient pas de l’islam en tant que religion, mais en tant qu’idéologie politique [2].

 

Les États-Unis : pays de la liberté religieuse ou de l’islamophobie ?

C’est à cette période que le département d’État créa plusieurs structures chargées d’influencer les opinions publiques US et étrangères de manière à ce qu’elles n’accusent pas les États-Unis de mener une guerre contre la religion musulmane. Ce dispositif comprenait notamment une cellule d’une vingtaine de personnes, s’exprimant en plusieurs langues, qui intervenaient sous de fausses identités dans des forums pour orienter les débats.

Lire la suite de l’article sur voltairenet.org

Notes

[1] “The wrong way to fight terrorism”, Salam Al-Marayati, Los Angeles Times, October 19, 2011.

[2] http://link.brightcove.com/services...

Retrouvez Thierry Meyssan chez Kontre Kulture :

Lire également :

Thierry Meyssan, sur E&R :

 
 






Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1872747
    Le 3 janvier à 17:31 par Le devin
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    Monsieur Meyssan se rapproche de plus en plus de St Anne. Comment peut-il croire ce qu’il écrit là ? Trump n’en a rien à faire de l’islam, qu’il soit politique ou non ! Et non : Monsieur Trump n’est pas là contre le système, mais au contraire doit sa place au dit système : il est là pour remodeler les frontières intérieures du pays et favoriser la fusion avec le Canada et le Mexique...monsieur Meyssan se trompe de A à Z : il n’y a pas de rebelle au sommet de l’Etat...

     

    Répondre à ce message

  • #1872748
    Le 3 janvier à 17:33 par Nabu
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    Quelle circonvolution ! Meyssan nous avait habitué à plus de clarté ou tout du moins des arguments sourcés. De Malcolm X, il saute à Salam Al-Marayati. Quand le 1er mourrait, le 2eme n’avait que 4 ou 5 ans.
    Bref, j’ai trouvé cet article mal construit et approximatif.

     

    Répondre à ce message

  • #1872783
    Le 3 janvier à 19:12 par Pitchou
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    Demain le pétrole est à sec dans les pays musulmans, l’islam redeviendra une religion, à part entière. En attendant, les manipulations tordus de part et d’autres seront légions pour disqualifier l’islam aux yeux des occidentaux crédules malgré le niveau de vie bien plus élevé qu’ailleurs pour finalement les entraîner dans des conflits ou crises dont ils pourraient bien s’en passer pour cause de pétrole ou gaz , suffirait qu’ils ouvrent les yeux sur ce que l’on ne leur montre jamais, mais combien visible hors médiats.

     

    Répondre à ce message

  • #1872828
    Le 3 janvier à 20:27 par Ned
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    Ouais bon je crois qu’on a compris depuis l’affaire Jérusalem que Trump est définitivement le nouveau lieutenant de ’’on sait qui’’ car que la première puissance mondiale déclare Jérusalem Capitale d’Israël(et a terme du monde dixit Attali) est une étape importante dans la réalisation du plan des élites judéo-protestante-francmaçon(mondialistes).
    La chute/destruction du 4ème Empire(Rome-Occident/Chrétienté) surnommée la ’’bête immonde’’ par les rabbins/théologiens juifs est programmée et entamée depuis très longtemps déjà, actuellement on est au stade de l’agonie de ce 4ème Empire et l’avènement d’Israël et de l’Empire mondialiste(République Universelle) suivra sa chute définitive.
    Trump a fait une part gigantesque dans la réalisation de ce projet du coup tout le reste est secondaire et sans importance.
    D’ailleurs toute la décadence matérialiste et sexuelle dans le monde en parallèle avec l’immigration afro-asiatique massive en Europe, sud-américaine aux États-Unis et asiatique en Australie font aussi partis de ce projet.

     

    Répondre à ce message

    • #1873016
      Le 4 janvier à 09:24 par atchoum
      Trump, la religion musulmane et l’islam politique

      Vous semblez bien informé des desseins divins...
      Merci de les partager.

       
    • #1873085
      Le 4 janvier à 11:59 par JC3
      Trump, la religion musulmane et l’islam politique

      « D’ailleurs toute la décadence matérialiste et sexuelle dans le monde en parallèle avec l’immigration afro-asiatique massive en Europe, sud-américaine aux États-Unis et asiatique en Australie font aussi partis de ce projet »

      Ah ah ah, les aborigènes vont adorer !!!

      merci, ça vaut un steack

       
  • #1872838
    Le 3 janvier à 20:45 par lasieste
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    si on donne raison à la serie des Simpsons, en 2003 prédiction de l’élection de Trump chose réalisée, dernièrement un épisode prédit l’assassinat ou la mort de Trump à suivre ......

     

    Répondre à ce message

  • #1872864
    Le 3 janvier à 21:33 par D. Kada - Oran
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    William Gawthrop, un agent et expert du FBI,… s’appuyait sur une étude indiscutable du Coran, des Hadits et des principaux textes théologiques…



    Et Bien ! Il nous a fallu 4 siècles, pas moins, pour comprendre l’essence de l’Islam grâce à Meyssan qui vient de nous faire découvrir "Cheikh William Gawthrop" l’ultime authentique exégète de l’Islam.

    Le prophète de l’Islam réunissait l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel. Autrement dit l’Islam est spirituel et politique en même temps.

    Les types comme Meyssan ne connaissent rien aux écrits d’éminents penseurs du monde musulman du début à nos jours souvent par mépris et surtout par méconnaissance de la langue arabe qui permet directement de consulter ces écrits et ces sources.

    Le Meilleur DK

     

    Répondre à ce message

    • #1872887
      Le 3 janvier à 22:14 par D. Kada - Oran
      Trump, la religion musulmane et l’islam politique

      erratum

      Lire : il nous a fallu 14 siècles...

      DK

       
    • #1872903
      Le 3 janvier à 22:44 par Landers
      Trump, la religion musulmane et l’islam politique

      Tout à fait d’accord. Si on regarde la vie du prophète, la gouvernance des différents califes jusqu’a l’époque pré-coloniale on observe que la gouvernance et la législaion était toujours orienté par le spirituelle et la sharia. Meme le calife n’a pas le pouvoir de légiférer il est censé appliqué les directives du Coran et de la Sunna. La communauté n’obéit au dirigeant tant que celui-ci ne contredit pas des fondamentaux de la religion. De plus la nomination du dirigeant nécessite d’avoir recours au principe de Shura : consultation des musulmans. Avis au détracteur la sharia ne consiste pas à couper des mains. 1à 2% du corpus juridique musulman est concerné par les peines. De plus c’est même peines nécessite de regrouper des conditions très contraignantes pour les appliquées. La sharia avant tout signifie le chemin amenant à la source d’eau ( en d’autres termes Dieu). C’est principalement la matière qui a cimenté la civilisations arabo-musulmane(ensemble regroupant la moral, les rapports sociaux, l’économique..etc). C’est même pour cela que le principale objectif des colonisateurs à l’époque était de démanteler se tissu social dans le but de pouvoir faire pénétrer ensuite leurs idées. Aujourd’hui dans le monde musulmans il ne reste plus que les concepts moraux, en effet tout ce qui avait était construis( la conception du droit, du légal, l’appareil administrative, l’éducation) durant tout ses siècles a était remplacer par une base issue de la modernité.

       
  • #1872868
    Le 3 janvier à 21:41 par fd
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    "Bonnet-blanc et blanc-bonnet"...cette question ici sur l’islam... en fait judaisme et islam sont les deux faces de la meme piece.

     

    Répondre à ce message

  • #1872919
    Le 3 janvier à 23:29 par Lis
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    L’Islam est une politique divine tout simplement.

     

    Répondre à ce message

  • #1873095
    Le 4 janvier à 12:34 par JC3
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    A tous ceux qui de moque de l’analyse de Meyssan sur Donald :

    BHL (l’article est sur E&R) n’est pas ravi que Trump déclare Jerusalem capitale d’Israël..

    c bon ça rentre ??

     

    Répondre à ce message

  • #1873191
    Le 4 janvier à 14:56 par Captain
    Trump, la religion musulmane et l’islam politique

    Thierry Meyssan soutient la laicisation du Moyen Orient. Il invente une opposition imaginaire entre islam et islam politique. Il n’a pas la connaissance necessaire lorsqu’il s’agit de parler d’islam. Je me souviens d’un article ou il disait que l’ acte homosexueĺle n’etait pas interdit. Cheikh Meyssan pense mieux connaitre l’islam que la totalité des savants.

     

    Répondre à ce message

    • #1873309
      Le 4 janvier à 18:11 par Alix
      Trump, la religion musulmane et l’islam politique

      Et ses sources : lui même... Pourquoi soutient il à la fois Saddam Hussein, Bachar Al Assad, Kadhafi, Ben Ali, Moubarak.. parce qu’ils sont laiciste.

      De plus l’ennemi numéro 1 pour lui n’est pas le sionisme, mais l’islam politique. Et il préfère Israël aux USA..

      Je rappelerai aussi que pendant la guerre en Bosnie, il soutenait à la fois les Croates et les Serbes. Et pour une seule raison, être contre les musulmans.. pas parce qu’ils étaient chrétiens.

      L’amitié entre le Serbe de Bosnie Dodik et le sioniste Lieberman, il l’applaudit à 2 mains, il voudrait être sur la photo avec eux..

       
    • #1873460
      Le 4 janvier à 21:20 par Captain
      Trump, la religion musulmane et l’islam politique

      Il faut aussi ajouter qu’il considère que l’islam politique est apparu au 19-20ème siècle ce qui est faux. Il confond l’islam politique des frères musulmans qui a réussi à se développer et a trouver un écho à cause du vide laisser par l’abolition du califat et la dépolitisation faite par la colonisation, avec la composition politique naturelle de l’islam. De plus parmi les frères musulmans, il y a deux versants : le coté wahhabite mais aussi le coté réformiste. Le coté réformiste participe aussi à la dilution de l’Islam dans la modernité. Ce n’est pas pour rien que les britanniques ont financé ce mouvement dans le but de prendre en otage le versant politique et de le manipuler. Exemple : la vie politique tunisienne est beaucoup influencer par les FM, ce qui n’a pas empêcher la création c’est derniers jours de la première radio LGBT dans le monde musulman.

       
Afficher les commentaires précédents