Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump, le Gorbatchev états-unien

Pour Thierry Meyssan, la politique des États-Unis depuis la chute de l’Union soviétique est un combat entre deux écoles. D’un côté les partisans de la prospérité, de l’autre ceux de l’impérialisme. L’Argent ou le Pouvoir. Ce clivage passe au sein de chaque parti, républicain et démocrate. Cependant le temps passe et les États-Unis sont arrivés au bord de l’effondrement intérieur. Dès lors, Donald Trump s’est placé dans l’inconfortable position de Mikhaïl Gorbatchev.

 

Toutes les questions internationales en suspens sont perturbées par le refus des États-Unis – et parfois de leurs alliés européens – d’admettre la croissance des autres pays. Washington n’hésite pas à recourir à des méthodes inavouables pour retarder la chute de son empire.

Souvenons-nous de la fin de l’Union soviétique, en 1991. Ce colosse s’est effondré, laissant l’économie de ses populations retourner plusieurs décennies en arrière, l’espérance de vie de ses habitants perdre brutalement plus de vingt ans, et provoquant la chute en cascade de plusieurs de ses alliés. À l’époque, la question de savoir quelles seraient les conséquences de ce cataclysme sur l’autre grand empire du XXème siècle – les États-Unis et leurs alliés – était déjà posée.

Un éminent politologue russe comme Igor Panarin prédisait la désagrégation des États-Unis en cinq pays distincts, selon les origines ethniques de ses habitants. Certains estimèrent qu’il projetait sur le rival US le raisonnement que la politologue française, Hélène Carrère d’Encausse, avait imaginé pour l’URSS ; un scénario qui n’avait pas eu lieu, mais qui gouverna pourtant l’avenir de l’ancien espace soviétique.

Cherchant à éviter l’implosion de son pays, le président George H. Bush décida d’en finir le plus vite possible avec l’appareil militaire de la Guerre froide. Il fit reconnaître mondialement le leadership US lors de l’opération « Tempête du désert », puis démobilisa plus d’un million de soldats, c’est-à-dire la moitié des effectifs. Il réorienta alors sa politique en pensant entrer dans une ère de paix et de prospérité. Il dota cependant son pays d’une doctrine visant à prévenir l’émergence d’un nouveau concurrent. Si personne ne concevait à l’époque un réveil de la Russie à court ou moyen terme, son conseiller d’extrême gauche, Paul Wolfowitz, le convainquit de brider l’Union européenne.

Craignant le spectre de l’effondrement, le Parti républicain s’empara de la Chambre des représentants pour y promouvoir son Contrat avec les États-Unis (Contract with America). Il imposa au président démocrate Bill Clinton, en 1995, de réarmer le pays et d’intégrer les anciens membres du Pacte de Varsovie au sein de l’Alliance atlantique. Il n’y avait pourtant plus d’ennemi, donc plus de raison de s’armer, ni de perpétuer l’OTAN. Le Congrès rejetait le rêve des présidents Bush père et Clinton d’un monde où, privé de sérieux rival, les États-Unis deviendraient le moteur de l’économie mondiale. Au contraire, il estimait que le Pentagone devait profiter de la disparition de l’URSS pour étendre sa domination à toute la planète.

Lorsque le réarmement fut voté, il s’avéra que, avec l’aval mais sans la volonté du président Clinton, le Pentagone était impliqué dans les guerres de Yougoslavie. Rapidement cet engagement devint public et aboutit à la guerre de l’OTAN contre la future Serbie.

 

 

Simultanément, des membres du gouvernement de continuité [1] (Dick Cheney, Donald Rumsfeld, James Woolsey, etc.) lancèrent le Projet pour un nouveau siècle américain (Project for the New American Century). Ses objectifs étaient [2] :
- la défense de la patrie ;
- la lutte et la victoire dans plusieurs guerres majeures simultanées (l’important, c’est la victoire, on verra par ailleurs à justifier ces conflits. NdlA) ;
- l’accomplissement des tâches habituelles des forces armées (principalement la défense des multinationales exploitant le pétrole. (NdlA) ;
- et la transformation des forces armées pour exploiter la révolution dans les affaires militaires.

 

 

Seuls les initiés savaient à l’époque que le quatrième point renvoyait à la stratégie élaborée par un des protégés de Rumsfeld, le futur responsable au Pentagone du Bureau de transformation de la force (Office of Force Transformation), l’amiral Arthur Cebrowski [3]. Cette stratégie fut enseignée dans les différentes académies militaires dès la fin 2001, puis vulgarisée en 2004 par l’assistant de Cebrowski, Thomas Barnett [4]. Nous la voyons à l’œuvre depuis les attentats du 11 Septembre avec la destruction progressive des États et des sociétés dans l’ensemble du Moyen-Orient élargi (Greater Middle East), sous des prétextes divers qui en masquent le dessein.

Aujourd’hui le réarmement acté en 1995 et la stratégie de la Nouvelle carte du Pentagone (Pentagon’s new map) mise en pratique au Moyen-Orient élargi depuis 2001 sont à bout de souffle. Pendant que les États-Unis concentraient l’essentiel de leurs revenus à détruire le monde musulman, d’autres pays se sont développés, dont la Russie et la Chine. Aujourd’hui, les Forces armées US ne sont plus la première armée du monde.

C’est d’ailleurs ce qu’a reconnu le président Donald Trump dans sa Stratégie nationale de Sécurité et le général James Mattis, son secrétaire à la Défense, lors de son allocution du 17 janvier à la John Hopkins University [5]. Même s’il n’ont pas dit explicitement qu’elles étaient dépassées, ils ont posé comme priorité absolue de « rétablir [leur] avantage militaire comparatif », ce qui revient au même.

 

 

Certes, les Forces armées US ont un budget sans équivalent, neuf fois supérieur à celui de la Russie. Mais leurs armées ont une productivité pitoyable [6]. En Syrie et en Irak, le Pentagone a déployé contre Daech environ 10 000 hommes dont seulement un tiers sont des soldats et deux tiers des « contractants » (mercenaires) de compagnies privées. Le budget de cette opération est sept fois supérieur à celui de la Russie pour un bilan militaire lamentable. Non seulement Donald Rumsfeld, qui avait réorganisé à merveille la multinationale Gilead Science qu’il dirigeait, n’est pas parvenu à réformer le secrétariat à la Défense, mais plus on y met d’argent, moins il est efficace.

L’armement états-unien est certes produit en très grande quantité, mais il est obsolète face à ceux de la Russie et de la Chine. Les ingénieurs US n’ont plus la capacité de créer de nouvelles armes, ainsi que l’atteste l’échec du programme du F-35. Tout au plus peuvent-ils retoquer d’anciennes carcasses et les présenter comme de nouveaux aéronefs. Ainsi que l’a noté le président Trump dans sa Stratégie nationale de Sécurité, le problème vient à la fois de l’effondrement de la Recherche et du Développement et de la corruption omniprésente dans les acquisitions du Pentagone. Les industriels de l’armement vendent automatiquement leurs produits tandis que le secrétariat à la Défense ignore ce dont il a réellement besoin [7].

Quelle que soit la manière dont on aborde le problème, l’armée états-unienne est un « tigre en papier » et il n’y a aucun espoir de la réformer à court ou moyen terme, et encore moins qu’elle dépasse à nouveau ses concurrents russe et chinois.

L’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche est d’abord la conséquence de cet effondrement indiscutable. La seule solution pour maintenir le niveau de vie des États-uniens est en effet d’abandonner immédiatement leur rêve d’empire global et de revenir aux principes de la République états-unienne de 1789, ceux de la Bill of Rights.

 

 

Au cours des seize dernières années, les très anciens problèmes de la société états-unienne se sont développés de manière exponentielle. Par exemple, la consommation de drogues, jusqu’ici apanage des minorités, s’est transformée en épidémie chez les hommes blancs [8]. Au point que la lutte contre les opioïdes a été élevée en grande cause nationale. Ou encore, la détention d’armes est devenue une obsession. Il ne s’agit plus du droit constitutionnel de se préparer à lutter contre d’éventuels abus de l’État, ni du comportement de cow-boys face à d’éventuels brigands, mais de la crainte d’émeutes généralisées. Lors des trois derniers Black Friday, les armes sont devenues le produit le plus acheté à la place des téléphones portables. 185 000 ont été vendues en une journée, en 2015 et 2016, plus de 200 000 en 2017 [9]. Enfin, dès qu’ils en ont la possibilité financière, les États-uniens se regroupent désormais dans des compounds avec des personnes issus de la même origine culturelle [10] et de la même classe sociale.

Dès lors, les relations internationales sont aujourd’hui dominées par cette question : les États-Unis acceptent-ils leur rang actuel ou non [11]. Donald Trump se trouve aujourd’hui dans l’inconfortable position dans laquelle Mikhaïl Gorbatchev s’était placé.

Thierry Meyssan

Notes

[1] Le Gouvernement de continuité est une instance civilo-militaire, créée par le président Eisenhower, chargée de garantir la continuité de l’État en cas de guerre atomique et de décès des principaux élus. Sa composition exacte est secrète.

[2] Rebuilding America’s Defenses, Project for a New American century, September 2000 (original english) ; Reconstruire les défenses de l’Amérique (traduction française de Pierre-Henri Bunel).

[3] « Le projet militaire des États-Unis pour le monde », par Thierry Meyssan, Haïti Liberté (Haïti) , Réseau Voltaire, 22 août 2017. « La "grande stratégie" US », par Mikhaïl Leontiev, 1tv (Russie) , Réseau Voltaire, 5 octobre 2017.

[4] The Pentagon’s New Map, Thomas P. M. Barnett, Putnam Publishing Group, 2004.

[5] “Remarks by James Mattis on the National Defense Strategy”, by James Mattis, Voltaire Network, 19 January 2018.

[6] “How Much Has The Syrian Civil War Cost Russia And The US ?”, Lydia Tomkiw, International Business Times, March 14, 2016. “Russia’s Syria operation cost over $460 million — Putin”, Tass, March 17, 2016.

[7] « La Stratégie militaire de Donald Trump », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 26 décembre 2017.

[8] « USA : la crise des opioïdes liée aux pertes d’emplois », Réseau Voltaire, 11 septembre 2017.

[9] “Black Friday posts new single day record for gun checks at more than 200,000”, Kevin Johnson, USA Today ; November 25, 2017.

[10] American Nations : A History of the Eleven Rival Regional Cultures of North America, Colin Woodward, Viking, 2011.

[11] « Conférence de presse annuelle de Sergueï Lavrov », par Sergueï Lavrov, Réseau Voltaire, 15 janvier 2018.

Thierry Meyssan, sur E&R :

Retrouvez Thierry Meyssan chez Kontre Kulture :

Lire également :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1894798
    le 05/02/2018 par Bonnot
    Trump, le Gorbatchev états-unien

    "...l’armée états-unienne est un tigre en papier " : il est fou ?

     

    • #1894916
      le 05/02/2018 par VORONINE
      Trump, le Gorbatchev états-unien

      "IL EST FOU ?"
      Pas tellement, et c’est ce qu’il explique dans l’article ...expérience personnelle : un aspect de la baisse de niveau de l’armée américaine , réside dans la baisse de niveau intellectuel et culturel des américains .La discrimination positive faisant son oeuvre, le niveau des élèves à West Point est très moyen, notamment dans les matières scientifiques, je ne parle pas des langues , ils partent du principe que les autres n’ont qu’à apprendre l’anglais .Quant au moral ... !.Le général de Gaulle le soulignait déjà dans les années 30 : c’est la culture générale qui conduit à la victoire .


    • #1894924
      le 05/02/2018 par The Médiavengers
      Trump, le Gorbatchev états-unien

      Non, il voulait dire que l’occupation principale de l’armée américaine est sa participation à l’industrie hollywoodienne.


    • #1895494
      le 06/02/2018 par JP
      Trump, le Gorbatchev états-unien

      Juste trois exemples, moins connus que la fameuse farce du chasseur F35 :
      - la Russie et les US ont à peu près au même moment décidé de renouveler leur flotte de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. Le coût total de tous les sous-marins russes est nettement inférieur au coût d’un seul sous-marin US. Et pourtant ils sont de qualité équivalente.
      - googlez "fat leonard" AND "rotating carousel of prostitutes" et vous découvrirez le niveau des amiraux de la US Navy.
      - en opération extérieure, pour chaque combattant, il leur faut également envoyer deux non-combattants.

      Bref, si le budget est impressionnant, la valeur concrète ne l’est pas.


  • #1894830
    le 05/02/2018 par spiritof76
    Trump, le Gorbatchev états-unien

    Essayez de repenser à la Puissance que représentaient les Etats-Unis à la fin de l’ère Reagan... Cela me laisse sans voix. En moins de 30 ans, les "élites" américaines ont totalement gaspiller l’héritage de la fin de la guerre froide, si âprement acquis, par cinq présidents successifs. Il ne reste plus rien, quelque soit le domaine que l’on envisage. En 30 ans de guerres inutiles, la prédominance américaine a disparue, et elle se retrouve dans le même pétrin que l’URSS en son temps, avec en plus de l’Afghanistan, la spirale infernale de la planche à billet ! Trump le sait, tout le monde le sait et l’on voudrait qu’il fasse des miracles.


  • #1894880
    le 05/02/2018 par Abdu
    Trump, le Gorbatchev états-unien

    Embourbés dans le nihilisme et, malgré tout, cherchant encore à rester armés jusqu’aux dents. L’erreur funeste que les hommes de la Haute Antiquité savaient déjà.


  • #1894887
    le 05/02/2018 par CHADI
    Trump, le Gorbatchev états-unien

    Non,il ne faut pas se faire d’illusions,trump ne sera jamais le gorbatchev des usa. L’empire oligarchique est planqué derrière un bouclier,fait d’un
    réseau mafieux très étoffé quasi imparable. Ce réseau s’étend à l’intérieur
    du territoire états-unien jusqu’à la moindre parcelle du territoire de ses satellites. Et de surcroît,le système fonctionne selon une idéologie de tromperie et de lavage de cerveaux des populations. L’idéologie est portée par des relais infiltrant les campus,les écoles,les lycées les médias et la production de propagande se dissimulant sous un habillage "culturel" de masse. Pas le moindre répit n’est accordé au citoyen ; depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Bien entendu,les résistants sont"pris en charge"par un autre arsenal,combinant d’abord la corruption,puis le chantage,tel"révisionnisme",etc...et puis la mise en quarantaine totale,qui s’apparente à un quasi enterrement...Le cas de Garaudy en est l’exemple emblématique.
    Bien sûr,un réconfort historique,dont a bénéficié l’oligarchie pour hisser sa crédibilité à un niveau jamais espéré,est la conversion des ex-
    superpuissances communistes,URSS et Chine maoïste,à l’économie"libérale". D’ailleurs ces deux pays ne peuvent
    échapper à deux graves problèmes :
    - le premier est d’être responsables du nouveau désordre mondial,dans la mesure où leurs conversions"libérales" a donné carte blanche à l’empire oligarchique de mettrele monde entier sous sa botte.
    - le second,est non le moins grave,est que ces ex-pays socialistes iront aussi dans le mur de la faillite morale et matérielle qui frappe le système
    impérial. Car,comment pourraient-t-ils y échapper,lorsque les fondateurs
    même du capitalisme plongent dans le chaos ?...
    En dernière analyse,l’empire du Mal est condamné à un effondrement
    apocalyptique,non par les manœuvres d’une personne,mais par un processus de dialectique historique qui conduit inexorablement la structure du système à imploser...


  • #1895102
    le 05/02/2018 par Jacques
    Trump, le Gorbatchev états-unien

    Trump essaye déjà de ne pas se faire assassiner...


  • #1895123
    le 05/02/2018 par obs
    Trump, le Gorbatchev états-unien

    Gorbatchev a été "un tsar libérateur", Trump est un homme d’affaires qui fait monter la Bourse .


  • #1895160
    le 06/02/2018 par Brand
    Trump, le Gorbatchev états-unien

    J’avais toujours entendu dire que les USA est un tigre en papier. Mais cela n’a pas empêché qu’il avait pu éliminer le communisme et imposer le marché libre à excepter en Corée du Nord, faire tomber le mur de Berlin et éclater l’URSS. Les principaux dictateurs d’Asie Centrale et du Moyen-Orient ont été bien mis à mal et un bon nombre d’entre-eux éliminés.


  • #1895174
    le 06/02/2018 par Double_file_radicale
    Trump, le Gorbatchev états-unien

    En tout cas la comparaison est logique.