Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un Noël aux urgences : "il y avait des déchets partout, des gens qui appelaient à l’aide"

Mona Perret a raconté sur Twitter la nuit de Noël dantesque qu’elle a passée dans un service d’urgences de la région parisienne. Le sol « jonché de déchets », les « patients qui s’énervent » et les médecins débordés. Contactée par France Inter, elle précise qu’il s’agit des urgences du Kremlin Bicêtre.

 

Mona Perret se souviendra longtemps de la nuit passée aux urgences du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) le soir du 25 décembre. Dans un récit sur twitter, qu’elle a confirmé à France Inter, la jeune femme, professeur des écoles à Lyon, raconte les 48 heures passées dans cet hôpital.

 

JPEG - 44.2 ko
A l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, cette jeune femme a découvert les conditions de travail déplorables des soignants

 

Contactée par France Inter à plusieurs reprises mercredi et jeudi, l’Assistance publique hôpitaux publics de Paris (APHP), dont dépendent les urgences du Kremlin-Bicêtre, n’a pas souhaité répondre à nos questions, précisant qu’elle n’était pas en mesure de nous donner des détails sur les conditions d’accueil aux urgences du Kremlin-Bicêtre le soir du 25 décembre.

Tout commence le jour de Noël. La jeune femme arrive de Lyon pour passer les fêtes en région parisienne où vit sa mère. Dès son arrivée, le jeune femme se sent mal. Dans la soirée, elle se sent fiévreuse et quand la fièvre augmente, elle appelle SOS médecin qui arrive à minuit. Le docteur ne peut lui administrer aucun traitement.

Une heure après le départ de SOS médecin, la jeune femme est prise de tremblement et vomit, sa température monte à 41. Sa mère appelle le Samu. Une ambulance prend la jeune femme en charge. Son état est d’autant plus inquiétant qu’elle est atteinte de la maladie de Crohn, une maladie chronique.

Arrivée aux urgences, l’accueil est plutôt froid. la personne chargée de l’accueil, qui est « au bout du rouleau », selon Mona Perret, la laisse rentrer en marquant ses réticences, « pour cinq minutes. Un infirmier vous donnera des médicaments ».

 

 

Sa mère est invitée à rester à l’accueil. À 3 heures du matin, dans la salle d’attente des urgences, Mona découvre une situation catastrophique :

« C’était sale, il y avait des déchets par terre. Des gens partout assis, allongés, dans des brancards, dans de lits. Des gens qui étaient mal, qui souffraient, des gens qui appelaient à l’aide. Des gens m’ont raconté être là depuis la veille, depuis le matin... »

La jeune femme assiste à des scènes surréalistes : des patients qui s’occupent d’autres patients ou qui vont prévenir le personnel soignant que l’un d’entre eux va vraiment très mal. Les soignants sont complètement débordés. Ils ne s’arrêtent pas une minute.

Lire l’article entier sur franceinter.fr

 

Un reportage récent sur le service des urgences de l’hôpital d’Argenteuil :

L’impact du libéralisme sur la santé, à lire chez Kontre Kulture

 

Libéralisme et santé publique ne font pas bon ménage, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

77 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une video de ce chaos aurait eu mille fois plus d’impact que son récit .Dommage

     

    • La Mme n’allait quand même pas filmer son « Noël aux urgences » alors qu’elle était mal ? D’autant que c’est interdit.

      Tu t’y vois, toi, Nico ?

      Me suis retrouvé aux urgences à Charles Nicolle à Rouen en début janvier 2016 suite à une phlébite : entre à 22 h 30 un dimanche, sortie à 13 h 30 le lendemain.

      Toute la nuit, sur un billard dans un hall. Le personnel fait ce qu’il peut. Il détecte vite à qui il a affaire. Y’a de tout. Entre la déjantée qui délire et ôte ses vêtements et sors à poil dans le couloir, celle qui veut absolument se lever pour aller fumer sa clope alors qu’elle est allongée. Le jeune couple qui vient consulter parce que grossesse en cours et vomissement, s’inquiète.

      Je pense que la population va devoir se prendre en main et apprendre à se resoigner commme on faisant dans l’temps. Avoir sa trousse de secours. Pas de panique pour le moindre bobo.

      La survie dans le survivalisme c’est ça aussi.

      Apprendre à ne plus être dépendant avant de finir dans la totale dépendance dans ces mouroirs.


    • @Enki Ce n’est pas parce que sur cent cas il y a des canulars qu’il faut généraliser. Leur boulot c’est quand même de sauver des vies, ou alors il faut qu’ils changent de boulot. Les français sont trop accros aux médocs aussi, le moindre petit rhume suffit à se qu’ils ruinent leur santé avec tout un tas de saletés. De plus ils ne se protègent pas se qui fait que leurs voisins peuvent être facilement contaminés.


  • C’est pas pour dire, mais vraiment, il serait temps que les gens s’informent sur la physiologie ! Aller aux urgences pour une fièvre, faut vraiment avoir rien d’autre à faire.un soir de Noêl.... Le paracétamol, c’est pas fait pour les chiens !
    Les sos médecins sont vraiment à la ramasse...Des cours d’hygienisme s’imposent de toute urgence ! Quand ce système sera banni, les soignants pourrons peut-être soigner de vrais problèmes convenablement, souhaitons le vite..

     

    • vous êtes sûr que pour une fièvre de 41°, le paracétamol suffit ?
      En tout cas, il y a une question que les français devraient se poser sans relâche : les impôts augmentent, et pas seulement les impôts sur le revenu, les taxes en tous genres, et cependant le service public ne cesse de disparaître. Alors où va tout cet argent ?


    • Il est évident avec un peu de bon sens , que l’on comprend que si on a appelé les urgences c’est que votre paracétamol ne suffisait pas !
      Évidemment les médecins sont à la ramasse ! Ils n’ont aucune humanité pour la plupart et on se demande d’où ils tiennent leur soi-disant connaissance.
      Visiblement comme en plus il n’y a aucune organisation et peut-être aucun médecins aux urgences (ils festoient à la maison ou aux Seychelles ?), on fait comment. Quant à la saleté, une aide soigante pourrait peut-être s’y coller, non ? À défaut de pouvoir soigner...
      En attendant on doit écouter le personnel médical pleurer sur son sort et nous, ben on attend de crever dans un coin.
      Vous avez dit pays "sous-développé" ? Pas besoin d’aller chercher si loin !


    • Heureusement que tu travailles pas dans le domaine de la santé, enfin j’espère pour toi, tu aurais quelques mort sur la conscience. Pourquoi pas un linge chaud sur le front aussi. Risible.


    • Cette femme dit suivre un traitement immunosuppresseur pour une maladie de Crohn. A 41°C de fièvre, bien-sûr qu’elle devait voir un médecin rapidement. C’est ce qu’elle a fait en contactant SOS médecin. Elle a bien agit.


    • Astronault@, Mais dites moi le SOS médecin, ne vient il pas avec sa trousse de secours ? Effectivement elle a appelée un docteur qui n"a pas été fichu de lui donné un "remède" pour faire baisser la fièvre ou une méthode,(comme un bain, par exemple),non, il a préféré l’envoyer aux urgences, il se dérésponsabilise, il encaisse et basta !

      Odyssée@, Je me passe de vos refléxions !
      je cotoie suffisament de médecins et pharmaciens pour me rendre compte qu’ils sont imcompétents et trés commerciaux, et souvent en mauvaise santé pour beaucoup d’entre eux...En dehors des urgentistes, la médecine chimique n’a jamais soigné personne, informez vous sur le sujet ! En tous cas oui, j’ai la conscience tranquille, moi je n’ai tué personne.


    • Auparavant, les futurs médecins avaient un stage d’humanitude, si je dis pas de bêtise il devait durer un an et parcourir les differentes couches sociales. Mais ça c’était avant.


    • @olive puisque tu nous dis que tu fréquentes du personnel dans le domaine de la santé, tu dois savoir par exemple qu’un médecin est soumis à l’ordre des médecins, il ne fait pas ce qui lui chante. Il est aussi surveillé par la CPAM ou la MSA sur ses prescriptions (médicament non substituable limité par ordonnance, etc...). Bonne année 2019 et mes meilleurs voeux camarade.


    • @kamenka.
      Pour être aide-soignant, je ne peux laisser passer une telle ânnerie et une telle méprisance. Pour débuter un aide-soignant malgré l’image qui persiste n’est pas à être un larbin juste bon à récurer le sol dès qu’une miette y tombe "a défaut de soigner".

      Le "a défaut de soigner" justement est à relativiser, c’est impensable le nombre de dépassement de tâche qu’un AS est amené à faire pour compenser le manque d’infirmière alors que "normalement" il n’en a pas les compétences sanctionnées par un diplôme (hein administrer des médicaments ecrasés dans de la tambouille, c’est tout de même de l’administration déguisée, retirer une perf, c’est pas sorcier, mais c’est du dépassement de tâche, dire à l’infirmière dans le couloir qu’elle se plante de dosage, c’est de la prévention d’accident mais c’est pas de sa compétence logiquement).

      Tout ces "petits dépassements de tâches" font que souvent des "aides soignantes" (ces analphabètes qui n’ont pas pu finir leur cursus d’infirmière souvent), font qu’à la fin elles sont souvent parfois plus compétentes que la "simple infirmière de base" voire plus car ce sont souvent les AS qui forment à la base les élèves infirmières...etrange non ?
      La fille que l’on forme au respect de soi et du patient, de la communication, de l’équipe, de la transmission, d’un coup et on le voit vacille car "elle fait du soin". En gros "attention, je pose des perfs maintenant je ne suis plus n’importe qui"

      Pour éclaircir, le boulot d’une "AS" fait partie INTEGRANTE du boulot d’une infirmière, c’est le code de la santé publique article R4311-5, definissant le "rôle propre".
      Ca c’est pour recadrer un peu les choses...une AS n’est pas sous le larbinat mais la collaboration. Pas un esclavage. Sans l’aide soignante (souvent le premier confident du patient et premier observateur du mal être), je vais être cru dans ce que je vais dire, mais une infirmière, un médecin, sont des merdes.

      Et dans la situation présente qui est évoquée s’il n’y avait pas d’AS, c’est peut être bien parce qu’elle été déjà larbin ailleurs...car à n’en pas douter, la situation n’est pas plus florissante, il y a fort à parier qu’il manquait cruellement d’une aide soignante ou d’une femme de service aussi qui les pauvres sont trop souvent ignorées dans le service hospitalier...Allez leur demander ce qu’’entendent de la part des patients les femmes de ménage rien qu’en lavant les carreaux...vous verrez, c’est terrifiant.


    • 1 800 000 cartes vitales obtenues par "fraude documentaire" ça coûte 14 000 000 000 par an ! Quand la sénatrice Nathalie Goulet le fit remarquer à Buzyn, elle lui rétorqua que c’était une fake news et qu’il ne fallait pas faire le jeu du RN !


    • @Odyssée
      Je travaille dans un bloc opératoire pour ma part. Certes les médecins ne font pas ce qu’ils veulent, mais il y a une large liberté de manoeuvre contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire.
      Limitations dans les ordonnances, les génériques, les arrêts maladies, etc...oui ça nous parait des restriction de marge de manoeuvre dans les stratégies mais c’est pour en masquer d’autres.

      Simple exemple : au bloc un patient aurait pu bénéficier d’un seul passage au bloc. Non le médecin lui a fait sa première intervention le matin, l’a fait retourner en chambre, l’a repris le surlendemain, 2actes, 2 facturations "théoriques" pourrait-on dire...et bien non ! 4 !, car soit disant il change de stratégie therapeutique en cours d’intervention ce qui fait qu’il peut surfacturer ses actes à la CPAM...et le patient s’est tapé deux anesthésies générales. sans compter ses consultations ;-) .
      Alors que nous dans les couloirs, on sait trèèès bien que RIEN ne justifiait cette conduite...

      Facturation de tel ou tel acte . Un acte supplémentaire non prévu, juste "comme ça" pour voir...mais facturé "quand même"...Ah il se plaint un peu de courbatures inhabituelles et de douleurs abdominales...c’est connu d’avance mais aller on lui refait une consultation "aller rien de grave ca passera dans 2 ou 3 jours".
      Les exemples ce n’est pas ce qui manque ; tant dans le public que le privé....

      Les surveillances existent et si elles existent c’est bien parce que les marges de manoeuvres elles aussi existent et qu’elles ont été trop utilisées et qu’il y en a certainement d’autres encore qui pour nous sont anecdotiques" mais pour un médecin très "contraignante", et pour que l’ordre des médecins soit de la partie c’est bien pour veiller qu’on y touche pas à cette partie contraignante encore intacte.


    • @ peg Je te remercie pour ta vision interne du problème et les précisions que tu as apportées . Meilleurs voeux 2019.


  • On le sent tous (je suis soignant en psychiatrie, dernière roue du carrosse comme nous avons coutume de le dire entre nous, loin des urgences, pavillons témoins des hôpitaux) que de toute façon le service public de la santé est en sursis, nous sommes toujours une administration d’État sur le papier mais les critères de gestion sont ceux d’une entreprise privée (avec en plus les cadres zélés et collabos qui en surajoute dans l’application de règles de fonctionnement froides et purement managériales) et tout ça sans le service qualité de cette dernière. Nos jours sont comptés en tant que service au public, comme le NHS anglais. Donc, malheureusement ce qui est décris dans cet article, n’est en rien étonnant et est en train de devenir de plus en plus courant...


  • Et pendant ce temps à Cuba les medecins cubains font l’admiration du monde entier ... et particulierement des américains qui viennent de plus en plus se faire soigner dans la patrie de Castro...

     

    • Évidemment puisque les soins sont gratuits. Quand on sait que rien qu’une opération de la hanche coûte 8000 dollars, il vaut mieux aller se faire soigner à Cuba. De plus Cuba a les meilleurs médecins du monde, mais bon c’est une particularité des pays communistes en général, sans compter qu’ils ont la meilleure pharmacopée.


    • Évidemment puisque les soins sont gratuits. Quand on sait que rien qu’une opération de la hanche coûte 8000 dollars, il vaut mieux aller se faire soigner à Cuba. De plus Cuba a les meilleurs médecins du monde, mais bon c’est une particularité des pays communistes en général, sans compter qu’ils ont la meilleure pharmacopée.


  • Ben oui, c’est normal. On est dans la phase 1, celle qui consiste à supprimer graduellement les budgets de fonctionnement. Lorsque le personnel sera totalement débordé, on passera à la phase 2. Celle du constat par les parlementaires. En phase 3 : l’hôpital sera privatisé et les prix des soins exploseront. Article 106 du Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne oblige !

     

  • Je ne vois plus aucune raison de ne pas s’installer en Espagne ou cela de plus na jamais existé , résultat il n’y a plus que des avantage surtout pour les retraité ou les petit rentiers du moins jusqu’à nouvel ordre


  • "il y avait des déchets partout, des gens qui appelaient à l’aide"

    Pour être honnête, il n’y a même pas besoin de rentrer dans un hôpital pour voir ça. Dans la France d’Emmanuel Macron, il vaut mieux ne pas avoir de problèmes !

     

    • Dieu m’est témoin que je ne peux pas blairer cette loppe , mais ses prédecesseurs avaient déjà entamé la destruction des services publics , LUI est là pour les achever ..L’AME y a fortement contribué , tous ceux-là qui viennent d’ailleurs pour se faire soigner, mettre des prothèses de seins, de dents,de hanches et des centaines de milliers qui finissent par obtenir l’AAH ...Les Français qui cotisent eux n’ont qu’à se brosser .. Accompagnant un proche chez le pseudo toubib expert de l’ex Cotorep, souffrant d’un cardiopathie sévère , cette allocation lui a été refusée .. Une dame sur une planche à côté de nous ( accompagnée de son mari ) , atteinte d’une sclérose en plaques n’y a pas eu droit non plus !!


  • - Suppression du numerus clausus l’année prochaine, si Macron est encore là : https://www.egaliteetreconciliation...

    - médecins remplacés par des assistants (il faut former vite du coup),
    - recrutement de médecins étrangers qui n’ont pas le même niveau,
    - surendettement croissant (qui empêche d’embaucher ou d’investir)...

    Donc : nouvelle baisse à prévoir de la qualité de soin ! Pas besoin du commentaire de Buzyn.

     

    • @ France GJ

      Tout à fait, et situation anticipée dès 2014 sur le site Égalité et Réconciliation dans ces deux articles prémonitoires :

      https://www.egaliteetreconciliation...

      http://www.agoravox.fr/tribune-libr...


    • Suppression du numerus clausus l’année prochaine, si Macron est encore là :https://www.egaliteetreconciliation...

      Excellente mesure au passage.

      Marre de la selection par les maths et les sciences dites dures. Surtout pour des médecins.

      Ils n’ont aucune humanité, sont imbus de leur pourtant, très petite personne et n’ont aucune empathie.

      Vive la fin des concours de merde qui privilegient toujours les mêmes et vive la fin des monopoles.


    • "suppression du numerus clausus".

      Pas si simple en réalité car les terrains de stage de spécialités (dermato, ophtalmo..) sont déjà engorgés et donc la formation est de plus en plus incomplète, l’interne devant faire ses stages dans d’autres spécialités médicales. Ouvrir les vannes du concours sans bonne formation derrière, quel interêt et surtout quels dangers maintenant que l’apprentissage maitre éleve a été détruit ?

      Par ailleurs, le concours actuel de première année selectionne sur les capacités de mémorisation et non d’intelligence ou de logique. Il doit être modifié tout comme le contenu de l’enseignement des deux premières années.


  • Pendant ce temps on s’occupe en priorité de guérir l’homophobie,l’anti-mimétisme, et le giletbleuisme !

     

  • Ce résultat de délabrement volontaire des services publics hospitaliers, illustre parmi des milliers d’autres, le résultat de la politique financière mondialiste, imposée aux peuples depuis trop longtemps, par de dangereux psychopathes sans scrupules, qui ont mis les nations du monde en coupe réglée.

    Il est plus que temps, que cette minorité de fanatiques soient mise à la raison !


  • Macron et ses affidés du gouvernement, chaque député, chaque sénateur, chaque préfet, chaque membre du Conseil économique et social, chaque ambassadeur, chaque gouverneur de région, chaque commissaire et député européen, devrait être obligé en cas de maladie personnelle de se présenter aux urgences du Kremlin Bicêtre ! Après ils réfléchiraient avant de distribuer nos milliards aux migrants et à leurs copains de la finance !

     

  • Ce pays entre dans le chaos ,chaos total . Ça va s’effondrer .Tout d’un coup .Il faudra le ramasser à la petite cuilllere .Seul un chef surgissant presque de nulle part comme toujours en histoire le reconstituera sur de nouveaux fondements .La révolte des peuples est un symptôme ,seuls des individualités font l’histoire .

     

    • Ils font entrer en FRANCE ce qu’il y a de pire dans le tiers monde, il ne faut pas s’étonner de la tiers mondisation ...Ce pays est foutu , vendu aux copains coquins ….Pour s’en sortir , il faudrait neutraliser quelques centaines de milliers de parasites corrompus,d’énarques,de politiques, c’est jouable, la Russie, la Chine , et d’autres pays d’Asie l’ont fait….La France peut le faire, n’oublions pas que c’est un pays régicide, et qu’il n’en existe que trois au monde ( GB, Russie, France)


  • Ce cas se passe en ville.
    Mais imaginez les problèmes rencontrés dans la France profonde des campagnes où c’est un désert médical.

    Voir cette détresse, et l’abnégation et la patience dont fait preuve le personnel médical est poignant.
    Cela donne encore plus la rage contre les salauds qui nous ont amené dans cette situation.
    J’espère qu’ils auront un jour des comptes à rendre.


  • Merci DEXIA les emprunts toxiques et Sarkozy

     

  • Les urgentistes sont mal payés mais beaucoup de médecins gagnent trop, il faudrait geler leurs salaires aussi. Sinon la maladie de Crohn peut être grave mais non mortelle.

     

    • le cancer qui ronge le système hospitalier , ce n’est pas les "petites mains" soignantes, il se situe à trois niveaux : les labos,,,,les grands patrons grassement payés et que l’ on ne voit jamais en consultation ….L’administration et la pléthore de personnel administratif , en dépit de l’emploi généralisé de l’informatique


    • C’est vrai que geler les salaires va résoudre le problème d’effectif et empêcher les "j’y ai droit" de se pointer aux urgences pour un rhume..
      On pourrait tailler dans tous les niveaux de l’organigramme comme ça.
      Et puis,les études de médecine ?De la rigolade pour qui a envie de sacrifier une partie de sa jeunesse et après sa famille...
      Sortez donc vos chiffres avant de telles âneries !
      Et puissiez vous ne jamais avoir besoin de l’hôpital !
      Salutations


    • Les médecins qui gagne trop n’ont justement pas de salaire, ils sont payés à l’acte, et ils font trop d’horaires aussi.


    • Vous racontez n’importe quoi, les médecins gagnent de plus en plus des clopinettes. Ils sont désormais totalement dépendant de la sécurité sociale.


  • Le voilà l’Hôpital public que les contribuables paye sous le ponctionement de la SS, et dont darmanin vante les mérites de ses services publics qui sont payés mais qui sont de moins en moins efficaces et compétents on peut remercier le grand capital.


  • "il y avait des déchets partout, des gens qui appelaient à l’aide"

    Alors que faut-il faire ? attendre paisiblement que tout se dégrade ,ou alors foutre ce gouvernement en l’air .Je pense qu’il serait temps de réagir fortement ,et d’arrêter cette mascarade qui ne va pas nous mener bien loin . Lorsqu’on en arrive à de tels faits ,c’est que la fin est proche .

     

  • Ce qu’il nous faut, c’est un poutine français.
    Et pourquoi pas Poutine lui-mème ?

     

  • Tout le système s’effondre , normal , il ne tenait que sur le matérialisme et l’ignorance alimentés par des concepts délirants tels la raison , la science , l’expérimentation , la liberté, le contrôle, mais cela n’est rien , et demeure tout a fait inutiles a régler les problèmes fondamentaux de l’existence . Il n’y a rien a attendre des hommes ni de la matière , il faut s’abandonner a Dieu avec humilité .


  • Certains hôpitaux sont dégueulasses de la cave au grenier.

    Ceux qui ont un RDV à Saint Antoine à Paname pourront confirmer, ou infirmer au cas où les choses auraient changé, ce qui ne serait pas dans l’ordre normal des événements.
    Dans certains bâtiments, si l’on prend les escaliers plutôt que l’ascenseur, on se demande où on tombe.
    Les lieux n’ont pas été nettoyés depuis des lustres. Les marches de carrelage clair sont crasseuses, grasses comme on a du mal à imaginer, dans les coins, des mottons de poussière de compète en nombre, bien noirs, énormes et repoussants, on y trouve aussi des canettes d’alu vides et d’autres en verre brisées et poussiéreuses pour se fondre complètement dans le décor... quant aux fenêtres, je me serais cru la nuit si je n’avais pas eu rdv en milieu de journée au printemps.
    Vision incroyable au cœur de Paris.

    Pour ce qui mène à ça, on peut se souvenir que quelque gouvernement pourri a incité les hôpitaux à faire des emprunts liés aux subprimes et que les tribunaux ont pour consigne d’exiger le remboursement de ces dettes même dans les cas les plus graves... l’Ajustice dans toute sa splendeur !

    Tant qu’on aura des MacRonds et consorts...

     

    • Saint Antoine je témoigne j’ai du hélas y aller aux urgences un dimanche, cour des miracles, forte fièvre rentrant d’Asie, il a fallu 5 jours pour trouver la cause alors que c’était soit leptospirose soit dengue, bref avant que la fièvre ne me fasse tomber dans le délire j’ai vu des gens se balader à poils, hurlements partout ! bref des que j’ai pu tenir debout j’ai filé et c’était il y a six ans !!!


  • Quand je pense qu’en 1975 à 1980 j’ai été employé à l’AP aux urgences(de nuit,c’est mieux payé) de Saint Antoine comme AH et que l’on jouait au tarot parfois parce que c’était calme ! On foutait dehors les imposteurs, les simulateurs et les petits bobos de rien du tout !
    Quelle déchéance, je les pleins les collègues actuels ! Mais qu’est ce qu’ils sont cons ces droit de l’hommiste et ces gauchos de merde, et pourtant le personnel soignant était bien pensant, bien syndiqué mais quand il fallait calmer un "agité" terme convenu, ils étaient bien content d’avoir un pti faf pour leur casser la gueule ! Si,si c’était la réalité et après on buvait un bon coup , ah l’horreur ! Des alcoolos, je rigole , j’avais 18 ans et je courrais le 100 m en 11’2. Après je me suis engagé, manque de pot c’était sous Mitterrand et la merde a commencé, heureusement j’’ai choisi l’infanterie de Marine pour ne plus voir ces gueules de cons !

     

    • C’est vrai ce que vous racontez. Je me souviens, ça devait être en 78, 79 lors d’une soirée, il y avait une jeune fille qui se sentait mal. Je l’ai accompagnée aux urgences vers 2h du matin. Les gars tapaient le carton, paisibles, la clope au bec..Prise en charge immédiate, petit clin d’oeil complice (la gonzesse était plutôt jolie..), diagnostic au top, quelques médocs et retour au bercail.. Il y avait juste un autre gars qui était là, le nez éclaté, lèvre supérieure en sang, visiblement bourré mais tranquille. Il était accompagné par 2 poulets et menotté à l’un d’eux. Je me souviens il m’a salué et m’a raconté son histoire : juste une bagarre de bistrot entre poivrots.
      20 ans plus tard, mon beauf a une douleur terrible au bide. Direction Bichat porte de saint-Ouen. C’était plus la même..Bamako, Rawalpindi, Alger, Tunis ; Kinshasa..pas trop de Roms à l’époque et...3 heures d’attente avant de voir un toubib indien..


  • évasion fiscale des revenus les plus élevés, 50% de la population non imposée, les 50% restants gagnent de moins en moins, donc paient de moins en moins d’impôts. Parallèlement à çà, vous avez une arrivée massive d’immigrés/réfugiés qui consomment beaucoup de service public (notamment des soins médicaux) + les retraités à payer, qui eux aussi consomment beaucoup de soins médicaux ==> tout çà nous amène à la cata.


  • Que deviendrions-nous sans le personnel soignant et l’Hôpital public, même si ce dernier est vraiment mal en point, ne faisant pas partie des priorités budgétaires ?


  • vue les antécédents et les 2 signes cliniques majeures de ce tableau il convient de procéder ainsi :

    maladie de crohn / tremblements et T°C = septicemie jusqu’ a preuve du contraire
    ensuite en fonction des résultats on affirme , on affine, ou on infirme

    cette prise en charge est une cata


  • Les Algériens déclarés à la sécurité sociale pourront désormais se soigner dans les hôpitaux français. C’est ce que prévoit un décret présidentiel, signé par le chef de l’Etat, et qui porte sur la possibilité offerte aux assurés sociaux algériens et les démunis de pouvoir se faire soigner en France.

    La convention signée par le chef de l’Etat va « permettre l’octroi en France de soins de santé ne pouvant être dispensés en Algérie aux ressortissants algériens assurés sociaux affiliés à la sécurité sociale algérienne ou démunis non assurés sociaux reconnus comme tels par la législation algérienne, tout en œuvrant pour la promotion de la coopération technique et le transfert de technologies entre les établissements de santé algériens et français », précise le décret présidentiel.

    Le protocole s’applique aux ressortissants algériens résidant en Algérie ayant la qualité « d’assurés sociaux affiliés à un régime algérien de sécurité sociale ou d’ayants droits de ces assurés sociaux, de démunis non assurés sociaux tels que définis par la législation algérienne ou d’ayants droits de ces démunis ».

    Depuis quelques années, des conflits récurrents ont opposé les hôpitaux français et la sécurité sociale algérienne.

     

    • C’est a moindre des choses vu que l’Algérie a investi des millions de dollars pour former des dizaines de milliers de médecins et qu’ils sont tous débauchés par la France, ce qui est une perte énorme pour ce pays.
      Leurs hopitaux aussi sont en très mauvais état et la france leur prend leur meilleur personnel.
      Laissez-leur leurs médecins et ils reprendront leurs malades. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et la crémière (pour rester polie)


    • #2113623

      @Gilette jaune
      Il faudrait surtout supprimer le numerus clausus en France pour avoir nos médecins plutôt que de tristes sires venus de pays en voie de développement.
      Maintenant à chaque fois que je vais à l’hôpital je vois des médecins originaires des pays de l’est et aucun commentaire comme les vôtres.
      Quelle mentalité !!!


    • Le tout gratuitement j’imagine.


  • @ peg Je te remercie pour ta vision interne du problème et les précisions que tu as apportées . Meilleurs voeux 2019.


  • Ca rappel bien tristement les conditions déplorables des hôpitaux russes dans bagatelle pour un massacre, c’était l’urss et celine était inspecteur de l’oms. Je n’ai jamais autant ri en lisant ces anecdotes, et là je souffre le martyre comme jamais je n’ai soufert, seul dans mon lit , dans ma cabane de clochard en lisant er pour oublier là douleur. M ais je préfère encore etre là que ds ces dépotoirs hospitaliers.

     

  • Comment se fait-il qu’un infirmier lui ai donné des médicaments ? il y a une pénurie de médecins dans les hôpitaux ou quoi ?

     

  • ON voit bien que le problème vient du laxisme, il y a des déchets partout. Combien de personnes vont aux urgences pour rien. S ans oublié tout ces immigré qui y viennent squater comme a Roubaix


  • A Nantes 15 infirmiers qui servent pas grand chose sauf a calmé les gens qui sont là depuis des heures et 1 médecin qui doit faire tout.
    Inutile de vous dire qu’on es pris pour des cons, des vaches et des rats.


  • On a "technocratisé" la santé et voilà le résultat : un nombre incroyable d’administrations qui "pensent" la santé dans leurs bureaux et élaborent des "protocoles".
    Sur le terrain, un désastre.


  • Vaut mieux éviter les hôpitaux t’as une chance sur 4 d’en sortir avec une autre maladie que pour laquelle tu y étais entré !

     

  • Soigner correctement une population résulte de l’application d’une politique nationaliste qui défend son peuple, sait ce qu’est le bien commun et manifeste la volonté réelle de le servir.

    Or, en France, c’est une politique cosmopolite qui est - pour le moment - en place, et cette politique-là préfère mener la guerre économique par la soumission aux marchés financiers, aux lobbies et aux multinationales, ainsi que la guerre des peuples par l’ouverture des frontières qui entraîne l’appauvrissement, la surpopulation, les conflits et le remplacement de la population d’origine.
    Le but étant de créer un grand marché mondial d’esclaves venus des quatre coins de la planète, repartis aux quatre coins de la planète selon les besoins uniques du marché, le tout placé sous la surveillance d’un gouvernement mondial.
    Pour financer l’application de cette idéologie planétaire dans notre pays, cette politique a recours au racket par la dette de la population française, racket qui prive les français de la richesse qu’ils créent, qu’ils ne peuvent ensuite plus réinvestir dans leur propre économie nationale.

    Les conséquences, dramatiques et inhumaines, pour les français, de l’application de cette politique-là, se répercutent bien évidemment dans tous les secteurs publics que nous finançons.

    Dit autrement : rien ne sert de déplorer le dysfonctionnement de tous ces services tant que nous serons encore soumis à la pensée cosmopolite.


  • Savez vous ce qui pourrait largement améliorer la situation sans que cela coute un bras. Revaloriser les compétences infirmières en fonction de l’ancienneté. Selon les cas, l’infirmier (il y en a des trés compétents, autant que les médecins) devrait pouvoir prescrire des traitements. Si on fait cela, on paie un peu mieux les infirmiers, on les valorisent et on améliore les conditions d’hospitalisation aux urgences ou même dans les services. Le médecin est seul à décidé des traitements ou de la sortie d’un patient. Si il y à 150 personnes aux urgences à la journée pour seulement 2 médecins... la suite vous connaissez


Commentaires suivants