Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Un petit garçon devenu autiste après avoir reçu 32 vaccins

Comme des millions de parents avant elle, Nathalie Steffen a été confrontée au problème des vaccinations pédiatriques. Ceci est l’histoire du chemin parcouru par une maman pour exempter ses enfants de toute vaccination ultérieure.

Sa petite fille Skylar est née en octobre 2004. Skylar a reçu tous les vaccins du programme officiel, à commencer par le vaccin contre l’hépatite B injecté dans les 12 heures qui ont suivi la naissance. Skylar a réagi à ses vaccins, mais ses parents ne savaient alors pas que c’était des effets secondaires des vaccins que souffrait leur fille.

Voici comment le cauchemar a commencé

Après son premier vaccin contre l’hépatite B, Skylar a commencé à souffrir de coliques. Jusqu’à l’âge d’un an, elle pleurait tous les soirs à la même heure pendant environ une heure et demi avant de pouvoir s’endormir. Elle avait d’horribles terreurs nocturnes depuis l’âge de 2 ans. Ces problèmes ont duré jusqu’à ce qu’elle ait 4 ans, puis ont disparu.

Quand Nathalie accoucha de Skylar, elle n’avait pas la moindre idée que les dommages dus aux vaccins étaient à ce point répandus. Elle n’avait jamais eu l’idée de se poser des questions sur ce lien. Le pédiatre de Skylar déclara que son comportement était normal et lui fit croire que tous les bébés devaient passer par là.

Quatre années plus tard, Nathalie donna naissance à son second bébé, Landen. Le vaccin contre l’hépatite B lui fut administré dans les 12 heures qui suivirent la naissance, puis ce fut la série des vaccins faisant partie du programme vaccinal. A la naissance, Landen était en parfaite santé.

Une fois qu’il eut reçu les vaccins prescrits par le programme, ses souffrances ont commencé à la suite des toxines qui lui avaient été administrées. Ses réactions ont été très graves. Il a successivement reçu le ROR, le vaccin contre la varicelle, le vaccin contre la grippe au cours de sa visite chez le pédiatre à 14 mois et à 18 mois, il avait tout perdu et fut diagnostiqué autiste.

Lire la suite de l’article sur initiativecitoyenne.be

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les créatures fardées de blouses blanches qui piquent des bébés de 12 heures avec ces "vaccins" hépatiques, ne font en réalité qu’appliquer,plus que jamais,le programme d’eugénisme,à l’échelle mondial,ce sont de véritables nazis,de la même ligné que le dénommé docteur Mengelès ,ceci ,grâce au manque de lucidité,de culture et à l’ignorance de certains parents,quel délire de faire piquer 32 fois un bébé en 2ans,depuis quand l’homme doit faire tous ces vaccins pour être en bonne santé ?
    Cet enfant aurait vraiment dut avoir une super santé car il a survécu à 32 vaccins en deux ans,avec en plus,un hépatite B en ouverture de son programme d’élimination,dès ses 12 premières heures de vie,même pas un jour complet tellement le virus de l’hépatite B grouille de partout sur la planète,même dans la mère et dans l’air.
    Ceci est fait sciemment,alors parents,entres des fleurs pour votre enfant ou des orange,à vous de choisir.

     

    • Bonjour,

      Vous imaginez que toute votre vie, jusqu’à présent, vous n’avez pas été capable de comprendre ni de retenir une règle grammaticale de ponctuation aussi simple que celle de la virgule (CE2).

      Cela s’apprend en CE2, et ça vous est répété et sanctionné pendant toute votre scolarité des milliers de fois.

      Comment voulez vous avoir du crédit ?
      Des la première phrase, je n’ai même pas envie de savoir ce que vous avez à dire.


    • Qui es tu pour détourner l’attention sur ce docteur Mengele. Les vaccins rapportent du fric à des gens qui parfois peuvent être sans scrupules quand il s’agit d’imposer la vente de leur vaccin par l’intermédiaire de politiciens intéressés aux bénéfices. Il y a les vaccins de base, peut-être utiles, et puis les autres dont on ne voit pas l’utilité chez un enfant. Et puis il y a probablement certains médecins qui conseillent des vaccinations inutiles mais cela fait revenir le "patient" jusqu’à ce qu’il n’y ai plus d’endroit à piquer..


    • Bravo, vous avez gagné un Point Godwin.


  • Comment savoir qui dit la vérité ? Les pro-vaccin ou les anti-vaccin ?

    Je pense qu’il faut déjà avoir un bon bagage en médecine pour pouvoir se faire sa propre idée, sinon c’est juste suivre aveuglément les uns et les autres.

     

    • je sais pas, il y a 30000 ans vaccinait-on les bébé ?


    • Je suis interne et je ne sais pas vraiment répondre.
      Mais si je devais avoir un enfant je crois que je ne le vaccinerais paq


    • Comment savoir.. ? Vous êtes bête ou vous le faites exprès ?

      Pour commencer il n’y à aucun pro vaccin à part les médecins qui sont payés pour vous dire que c’est bien. Les gens qui répètent les inepties qu’ils entendent chez le médecin n’ont aucune légitimité et ne savent jamais aligner d’arguments quand on leur demande pourquoi c’est bien de faire vacciner son enfant.

      Deuxièmement il est démontré que les vaccins sont nocifs, notamment parce qu’ils contiennent des métaux lourd et autre produits hautement toxiques. Sans parler de leur efficacité hautement contestable car il y a bien des exemples d’enfants vaccinés qui attrapent des maladies contre lesquels ils sont censés être protégés.

      Après si vous préférez écouter votre médecin traitant (dont la plupart sont aujourd’hui incompétents et achetés par les entreprises pharmaceutiques) alors allez-y, soyez naïfs à ce point-là.
      Si vous avez un tout petit peu de bon sens vous devriez plutôt écouter des gens qualifiés et indépendants dont les analyses abondent sur le net.

      Faire vacciner son enfant est une stupidité sans nom, ma fille n’est pas vaccinée et elle est en meilleur santé que tout les enfants qu’elle côtoie.
      Tout les enfants que j’ai pu observer qui ont été vacciné et nourris au lait en poudre (c’est à dire la plupart des enfants) sont boudinés, massifs et moins mobiles.
      N’en déplaise à ceux qui ont fait subir ce traitement à leurs enfants mais c’est un constat objectif.

      Allaitement maternel jusqu’à au moins un ans et alimentation saine, c’est la seule chose qui permet a un enfant d’être en pleine santé. Les vaccins ne feront rien pour vous si vous n’appliquez pas cela, à part camoufler le mauvais état de santé de votre enfant.
      Rien que ça personne ne l’applique alors f



    • je sais pas, il y a 30000 ans vaccinait-on les bébé ?



      Il y’a 30000 ans l’espérance de vie était de 20 ans, avec de la chance.


    • Mon fils est devenu autiste après un vaccin et je peux te certifier que tu n as pas besoin d être medecin pour terendre compte du changement dans le comportement de ton enfant. Moi après le vaccin mon fils a eu une grosse rougeur il a 9 ans et il a encore la cicatrice au bras . Le soir il n a pas dormi il a eu de la fièvre . Le lendemain il a été patraque toute la journée j ai appelé son pédiatre qui m a dit ce n est rien ça vas passer . Le lendemain il était ingérable courrait partout, regard évasif, insomnies et le changement croit moi tu le vois dés le lendemain


    • Des civilisations anciennes ont perduré durant des millénaires sans les vaccins puis une civilisation est apparue et a prétendu mieux savoir que toutes les autres.


  • Pour le vaccin obligatoire, attendre le plus longtemps possible avant de l’administrer en prétextant que votre enfant enchaîne maladie sur maladie (on ne vaccine pas un enfant malade).
    Ensuite mettez au congélateur le vaccin, même si cela ne résoud pas le problème lié au adjuvant, vous êtes sûr de tuer les virus.
    Et enfin, appliquer de l’argile verte tout de suite après l’injection à l’endroit ou il a été piqué, cela aspire très bien le vaccin.

     


    • Ensuite mettez au congélateur le vaccin, même si cela ne résoud pas le problème lié au adjuvant, vous êtes sûr de tuer les virus.



      Pardon ?

      Le congélateur tue les virus maintenant ?!

      Comment pouvez vous propager de telles inepties ?
      Les pics d’épidémies de gastro-entérite et de grippe sont en été ?

      Les bactéries et autres micro-organismes pathogènes sont très résistants au froid (beaucoup moins au chaud au delà de 50, ou ça commence à devenir létal pour eux)

      Au froid, leur développement va juste se ralentir = si ils sont déjà présent, ton congelo va juste les conserver, ils vont hiberner ! En attendant les conditions favorables (l’injection à 37° par exemple...)

      Concernant les virus, c’est pire, certains aiment carrément le froid ! (comme celui de la grippe).
      Certains même adorent le -60

      Les virus sont des micro-organismes pourvus de coque ; cette enveloppe protège le virus contre le froid. Elle est d’ailleurs très résistante au froid mais est facilement détruite après exposition aux rayons ultra-violets du soleil ou par la chaleur.
      Le froid renforce également le pouvoir contagieux des virus.

      Mais surtout, les virus présentent la particularité de se modifier en dehors du contexte cellulaire par un mécanisme actif. Il est capable de s’adapter à la température à laquelle vit son hôte, c’est ainsi que des virus vivent à des températures de 80 °C.

      Tuer des virus à coups de congélo...on aura tout lu...


    • « Il est capable de s’adapter à la température à laquelle vit son hôte, c’est ainsi que des virus vivent à des températures de 80 °C. »

      Je ne connais pas de mammifères dont la température interne monte à 80°C !


  • Mais comment des parents peuvent ils laisser leurs enfant se faire vacciner 32 fois en 3 ans ?... Je ne suis pas contre la stérilisation de certaines personnes.......

     

  • Article tout à fait inepte, ou comment attribuer n’importe quel résultat à n’importe quelle cause.
    "Voici comment le cauchemar a commencé
    Après son premier vaccin contre l’hépatite B, Skylar a commencé à souffrir de coliques. Jusqu’à l’âge d’un an, elle pleurait tous les soirs à la même heure pendant environ une heure et demi avant de pouvoir s’endormir. Elle avait d’horribles terreurs nocturnes depuis l’âge de 2 ans. Ces problèmes ont duré jusqu’à ce qu’elle ait 4 ans, puis ont disparu.
    "
    Et la mère en déduit que c’était la faute aux vaccins.....
    Je te signale que de nombreux bébés braillent tous les soirs de la nuit tombante à parfois une heure ou 2 du matin. La quasi totalité des bébés ont ce problème. Les médecins, dans l’ignorance, attribuent ces pleurs soit à des coliques (tiens, c’est dans l’article !) soit à un "stress du bébé face à la nuit"..... pourquoi pas ! Suite de l’article : 2 enfant : "à 18 mois, il avait tout perdu et fut diagnostiqué autiste."
    Il s’avère que l’autisme est rarement diagnostiqué avant 2 ans, c’est-à-dire l’âge où un enfant est censé développer la parole et s’exprimer distinctement dans une langue. "Le rapport révèle aussi que la plupart des enfants autistes sont diagnostiqués après l’âge de 4 ans, et ce malgré le fait que ce syndrome peut être détecté dès 2 ans."

    http://www.lemonde.fr/ameriques/art...

    De plus une étude assez sérieuse (sur 14 000 autistes) http://www.lemonde.fr/sante/article...
    montre que la maladie serait à moitié due à des facteurs génétiques héréditaires, et à moitié à d’autres facteurs encore mal définis. Ça me paraît plus sérieux qu’un pareil article se basant uniquement sur le mélodrame d’un cas unique, dont absolument rien ne démontre la causalité enre vaccins et autisme.

     

    • Cela fait déjà plus de dix ans que les familles dénoncent des liens entre vaccins et autisme (témoignages vidéos à l’appui pour certaines) et qu’elles sont ridiculisées par le corps médical. Et devinez... que découvre-t-on ?

      http://lesmoutonsenrages.fr/2014/09...

      "Vaccins : 340% de risques d’autisme ont été cachés au public"

      Surprise !!

      Conclusion : les études "scientifiques" et "sérieuses", c’est la dernière arme à la mode pour mentir et manipuler les gens.


    • L’autisme serait essentiellement du à une bactérie. Des médecins ont réussi à normaliser leurs patients grâce à une antibiotherapie costaud et de longue durée.


    • La toxicité des vaccins est démontrée.
      Leurs rôles de prémunition (ou tout autre bienfait) restent à démontrer.

      Aussi, la charge de la preuve revient à l’industrie du vaccin, non à la mère.

      Si l’autisme était héréditaire, des cas d’autisme seraient connus depuis l’Antiquité, ce qui n’est pas le cas.
      Le coup du moitié-moitié revient à dire que la cause vient entièrement de ces « facteurs mal définis », qui soit dit en passant n’excluent en aucun cas les vaccins. Si la moitié du chemin vers l’autisme est d’origine génomique, alors l’autre moitié, celle qui concrétise cet autisme est forcément dûe à des facteurs extérieurs. Puisqu’aucun cas d’autisme n’est connu avant de récentes périodes, il s’agit obligatoirement de causes, vraisemblablement des substances, d’origine industrielle.

      Les vaccins, du fait de leur toxicité avérée, sont des suspects de première importance.
      Il va de soi que l’inoculation de bactéries même désactivées (fragmentées) à des nourrissons n’est pas quelque chose de souhaitable : ce n’est ni bon ni naturel. Le système immunitaire se construit durant l’enfance. Inoculer des maladies à un être dont le système immunitaire n’est pas armé est nécessairement dangereux pour lui. Ce n’est pas parce qu’une bactérie est cassée que ses parties ne sont pas dangereuses (notamment par un risque de déclenchement de maladie auto-immune).
      Sans parler du fait que les vaccins représentent une manne financière colossale, ce qui corrobore encore les suspicions.

      J’ajoute en outre que les vaccins contre les virus contredisent toutes les théories de prémunition immunologique d’une part ; d’autre part, les virus évoluent trop vite pour qu’une quelconque mémoire immunologique des virus soit utile. Il y a aussi un risque évident de réactivation des virus (puisqu’ils ne sont pas vivants, ils ne peuvent pas être morts non plus ; une réactivation spontanée n’est pas exclue). De plus, toutes les bactéries ne sont pas forcément utilisables par les cellules de présentation d’antigènes. En outre, l’immunité est l’un des domaines les plus complexes de la biologie humaine car les différences interindividuelles sont très importantes du fait de la très haute variabilité du complexe majeur d’histocompatibilité. Les exceptions aux tests pharmacologiques peuvent donc être fréquentes.

      Va jouer ailleurs, tu ne feras jamais le poids face à moi ni face à la vérité.


  • bonjours pour ceux que ça intéresse de soigner et guérir les enfants autistes, voir sur le net les travaux du dr kerry riviera déjà 149 enfants traités, graçe a sont protocole a partis du MMS de jim humble.
    http://cdautism.org/
    j’espère que cela sera utile a quelque un, cordialement

     

  • "Béchamp avait raison, le microbe n’est rien, le terrain est tout " -Pasteur

    Et pourtant aux yeux de l’histoire (et des entreprises pharmaceutiques) c’est Pasteur qui a gagné.

    Bon je dois quand même avouer un conflit d’intérêt => étudiant en médecine.
    Je ne m’attarderai pas sur l’article qui est plus que douteux sur le plan scientifique (relation cause-effet).

    Je préfère vous faire part de mon expérience (je dois l’avouer un peu limitée). Je sors tout juste d’un stage de pédiatrie. D’un naturel plutôt curieux et taquin, j’aime me confronter à l’expérience de mes supérieurs. Plutôt anti-vaccin, ou tout du moins, conscient de la "pagaille" immunologique qui en découle, je suis pour en administrer le moins possible. Mais j’ai du réviser (un peu) mon jugement lorsqu’un urgentiste avec 20 ans de bouteille m’a expliqué qu’avec la démocratisation des vaccins on ne voyait plus (ou presque plus) d’enfant avec des méningites à pneumocoques (Prevenar©), ou des épiglottites à hémophilus b ( présent dans le vaccins polyvalent infanrix quinta ou hexa©) qui sont je le rappelle 2 maladies potentiellement mortelles.

    Alors est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Je pense qu’il vaut mieux ne pas jouer avec la vie de ses enfants (et ça malheureusement Big Pharma l’a bien compris, ce qui lui permet de facturer les vaccins à des prix exorbitants)

    En fait le vrai problème avec les vaccins, c’est qu’on les fait à des êtres en "bonne santé". C’est à dire que dans une large majorité de cas, aucun bénéfice réel n’est observable (prévention) et pour une minorité, c’est la réaction immuno-allergique (BCGite, Guillain-Barré...)
    Il ne faut pas être dupe, l’industrie des vaccins est pour le moins opaque et brasse des sommes colossales, mais on ne peut pas balayer d’un revers de main les effets bénéfiques de la prévention vaccinale (qui je le rappelle est une pratique millénaire)

    Pour ce qui est des métaux lourds dans les vaccins (principalement le mercure, composé neurotoxique et néphrotoxique) je ne suis pas assez "calé" sur ce sujet mais les doses me semblent trop faibles et les expositions trop courtes pour induire de réels troubles, mais je me trompe peut-être.

    Désolé pour la réponse en vrac. C’est un sujet complexe qu’on ne peut traiter (comme beaucoup de chose dans la vie) d’un point vue purement manichéen.


  • ce qu’il va falloir savoir maintenant c’est qu’est-ce qui peut amener un enfant à avoir 32 vaccins en 2 ans ? le carnet vaccinal normal en comporte 8

    concernant l’inefficacité des vaccins, on pourrait en reparler quand 50% de la population ne sera plus vaccinée contre la rougeole, la diphterie, la coqueluche etc.. ?
    si vous préférez voir votre enfant faire un arrêt respiratoire sur une banale coqueluche parce que vous n’êtes vous même pas vacciné libre à vous et nous serons toujours là pour lui sauver la vie (de justesse dans mon expérience personnelle...mais je ne généralise pas il y a surement des coqueluches qui évoluent très bien après 2 jours d’antibio)

    mais vous avez certainement besoin d’être un peu sur le terrain avec la responsabilité qui incombe je doute qu’alors vous privilégierez les études cas-témoins de faible puissance
    A propos de la corruption des médecins traitants il me semble qu’il y a erreur. Ah non tiens c’est vrai qu’on me mette sur la liste des conflits d’intéret on m’a déjà donné un stylo une fois à une réunion à l’hopital ou j’étais entré par mégarde

    pour ne pas me faire que des ennemis : je suis pour l’allaitement maternel, pour la déprescription massive, pour la réflexion avant vaccination surtout si vous avez des antécédents d’autoimmunité dans la famille, surtout si vous êtes adolescent avec un système immunitaire déjà bien étoffé et par conséquent susceptible.


  • Ça fait un petit temps que je réfléchis sur comment contourner les systèmes, que ce soit l’éducation ou les autres obligations. J’avoue que le coup du vaccin me pose problème, comment interdire a un médecin de faire son injection sur un enfant ? Quels sont les arguments à apporter pour qu’on ne lui administre rien ?

    J’avais vu une vidéo de salim laibi qui visiblement a su se faire respecter en allant chercher le docteur en question sur le terrain du médical mais c’est son métier donc bon...

    Vous auriez un site qui expliquerait tout de façon très clair ? Ou une réponse je prends aussi.

    PS : Je me demande, en Russie ou en Algérie par exemple, est ce qu’on vaccine les enfants à leurs naissance ou pas ?

     

    • Une loi ou un amendement Kouchner datant des années 90, qui dit qu’ « aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ».

      Ce dépend des rapports que tu as avec ton médecin, certains sont compréhensifs et ouverts au dialogue.


    • kouchner a fait ça ? Donc sans justification de ma part, il me suffit de sortir cette loi (quitte à ce que j’aille chercher son numéro et sa date de création) et je suis bon pour partir tranquille ?

      Merci de la réponse en tout cas. Si quelqu’un pouvait répondre au reste.


  • Peut être qu’il faudrait se poser la question des pratiques dans les autres pays...

    L’Allemagne ne semble pas vacciner si j’ai bien compris.

    J’accorderais une bonne confiance à Cuba aussi (vaccinent-ils et comment ?) puisque c’est le pays qui a le meilleur système de santé d’Amérique Centrale et du Sud.


  • De grâce allez y doucement avec les vaccins. Informez-vous , allez voir plusieurs pédiatres, tentez de vous limiter au nécessaire. Le vaccin a éradiqué la mortalité infantile de manière considérable. mais à manier avec précautions. et laisser son enfant grandir et prendre des forces pour supporter le vaccin.

     

    • "Le vaccin a éradiqué la mortalité infantile de manière considérable"

      Le vaccin ? Quel vaccin, le anti-mortalité infantile ? Savez-vous que la baisse de cette mortalité est corrélée à la hausse de l’hygiène dans les accouchements et une amélioration du niveau de vie ?


  • Je comprends pas pourquoi autant de vaccins ! Il y a une petite serie de vaccins qu’on fait les deux premiers années ! Mais pas gripe, hepatite, etc... C’est nouveau ou quoi ! J’ai eu 4enfants mais j’ai pas fait 18 vaccins tout au long de leur vie !


  • Il est rare que le vaccin hépatique soit administré aussi tôt. Que les vaccins accentuent l’autisme oui. J’en suis persuadée car c’est arrivé à ma fille. Mais je suis autiste asperger et le père l’est probablement et lui comme moi on a pourtant été très peu vaccinés. Et en effet, ma fille a montré des sa naissance des signes d’autisme. Mais c’est avec le recul qu’on le comprend. Maintenant, les vaccins ont des contre indications et les médecins devraient prévenir les parents des risques encourus, c’est leur devoir. Mais on n’a jamais administré un vaccin dans les 12h. Meme le BCG c’est dans le 1er mois de la naissance. Pas avant. C’est donc pour moi une intox totale.

     

    • Vous commencez votre laïus par "Il est rare que le vaccin hépatique soit administré aussi tôt" (donc ça existe)...

      ...pour finir par un péremptoire "Mais on n’a jamais administré un vaccin dans les 12h. Meme le BCG c’est dans le 1er mois de la naissance. Pas avant. C’est donc pour moi une intox totale."

       ??


    • Il existe bien une indication a réaliser un vaccin anti-hépatite B dans les 12h de vie => en cas d’hépatite B chronique maternelle. Cette vaccination s’accompagne aussi d’une injection d’immunoglobulines (=anticorps) anti hépatite b.


  • Franchement je suis pas un anti vaccins farouche comme beaucoup dans la dissidence, tel Laïbi et autres.

    Il avait des bons vaccins comme il y en a des mauvais maintenant.
    Mais qui sera sage et bienveillant pour faire le tri ?
    Et avec la fonctionnarisation et marchandisation (plus que le "scientificisation") du corps médical la différence n’est pas faite.

    Le vaccin c’est comme un traitement préventif sans obligation de résultats, faut l’avouer que d’un point de vue bizness c’est moins contraignant qu’un vrai médicament qui doit prouver un peu d’efficacité.
    Et comme tout ce qui est bizness ça peut dériver pour des soucis d’économies, je pense que les merdes mises dans le vaccin comme l’alu est une de ces dérives.

    Se faire enfiler 32 vaccins c’est aussi très louche, ça témoigne d’une vision qui veux a tout pris éviter la maladie (pas forcément mauvaise) et une foi dans la pseudo science d’aujourd’hui surjouée. A trop vouloir le bien, on fait le mal, dommage.

    Un avis de médecin
    http://www.bvoltaire.fr/jacquesmich...


Afficher les commentaires suivants