Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un véritable holocauste

Le Viêt Nam, Israël et les Pentagon Papers

Pentagon Papers, le dernier film de Spielberg me donne l’occasion de proposer une analyse « profonde » de l’épisode relaté. La fuite et la révélation publique en 1971 par le New York Times puis le Washington Post de ce document classé secret-défense sur la guerre du Viêt Nam (rédigé à la demande de Robert McNamara avant son départ du Département de la Défense en 1967) est en tout point comparable au déclenchement un an plus tard du scandale du Watergate, sur lequel j’écrivais dans JFK-11 Septembre : « Le scandale du Watergate passe communément pour la preuve de l’indépendance des médias américains et de leur efficacité comme contre-pouvoir démocratique. En réalité, il illustre plutôt l’importance des médias comme arme dans la guerre politique des profondeurs. »
Il faut pareillement dépasser la narration publique et spielbergienne de l’histoire des « Pentagon Papers » pour comprendre ses véritables enjeux. En l’occurrence, il faut comprendre que, dans ces deux scandales d’État, la direction du New York Times et celle du Washington Post, les deux plus puissantes machines d’influence sioniste dans l’opinion publique américaine, agissent au service d’un pouvoir plus profond encore que le pouvoir profond qu’ils dénoncent. Le critère ultime qui détermine leur stratégie éditoriale en matière de politique étrangère est la fameuse question : Est-ce bon pour Israël ?

 

Dans cet article, je vais, non pas démontrer, mais poser l’hypothèse que la révélation des « Pentagon Papers », et plus largement le rôle assumé par l’establishment médiatique américain dans la contestation de la guerre du Viêt Nam, était dans l’intérêt d’Israël, dès le moment où commençait à peser la menace d’une contestation internationale contre l’occupation israélienne des territoires conquis en 1967. Mais j’irai plus loin en suggérant que la guerre du Viêt Nam elle-même, et non seulement sa contestation, a servi l’intérêt d’Israël, quels que soient les autres facteurs qui l’ont motivée. Il n’y a évidemment pas de contradiction entre ces deux hypothèses, puisque la contestation de la guerre du Viêt Nam suppose la guerre du Viêt Nam. Du reste, jusqu’en 1969, les éditoriaux du Washington Post soutenaient la guerre sans équivoque.

 

 

Johnson et la guerre du Vietnam

Comme je l’ai expliqué dans mon livre JFK-11 Septembre, si Kennedy n’avait pas été assassiné, l’expression « guerre du Viêt Nam » ne figurerait pas dans les manuels d’histoire. Sous sa présidence, le déploiement américain au Viêt Nam était limité à une force de 15 000 « conseillers militaires ». Fin 1963, Kennedy avait pris la décision d’évacuer la totalité du personnel militaire américain du Viêt Nam. Le 11 novembre, il préparait le terrain du désengagement par la directive NSAM-263, qui prévoyait de retirer « 1 000 membres du personnel militaire d’ici la fin 1963 » et, « d’ici la fin 1965, […] l’essentiel du personnel américain [1] ». Juste avant de quitter le Bureau ovale pour le Texas, le 21 novembre, ayant lu un rapport sur les dernières pertes humaines, il répétait encore sa résolution à son attaché de presse adjoint Malcolm Kilduff : « Après mon retour du Texas, ça va changer. Il n’y a aucune raison que nous perdions encore un seul homme là-bas. Le Viêt Nam ne vaut pas une vie américaine de plus [2]. »

Mais le 26 novembre, au lendemain des funérailles de Kennedy, son vice-président et successeur Lyndon Johnson enterra la directive NSAM-263 et la remplaça par une autre, NSAM-273, qui demandait aux militaires d’élaborer un plan « pour que les États-Unis étendent la guerre au Nord », en envisageant « plusieurs niveaux possibles d’activité accrue » et « des opérations militaires jusqu’à 50 miles à l’intérieur du Laos [3] », ce qui violait les accords de Genève de 1962 sur la neutralité du Laos. Ce document avait été préparé avant même la mort de Kennedy. Les ambiguïtés savamment ménagées dans la directive NSAM-273 furent levées par un mémorandum signé le 22 janvier 1964 par le général Maxwell Taylor : « NSAM-273 clarifie la résolution du Président d’assurer la victoire sur la rébellion communiste au Sud-Viêt Nam, dirigée et soutenue de l’extérieur. […] Pour ce faire, nous devons être prêts à tout niveau d’activité nécessaire [4]. »

Il ne restait plus qu’à trouver un faux prétexte : ce furent les torpilles prétendument lancées par les Nord-Vietnamiens contre deux destroyers américains le 4 août 1964 dans le Golfe du Tonkin, une attaque imaginaire fondée sur des données délibérément falsifiées [5]. Elle permit à Johnson de faire adopter en urgence par le Congrès une résolution lui donnant pleins pouvoirs pour envoyer jusqu’à 500 000 soldats. Johnson plongea alors le peuple vietnamien dans une décennie d’indicibles souffrances et le massacre de près de cinq millions de civils. De 1965 à 1968, dans le cadre de l’opération Rolling Thunder, plus de 643 000 tonnes de bombes furent larguées (trois fois plus que durant toute la Seconde Guerre mondiale) sur un pays majoritairement rural. 72 millions de litres de produits chimiques furent déversés, détruisant 40 % de la forêt du Sud et entraînant des maladies dont la population ne s’est toujours pas remise. Près de 5 millions de Vietnamiens furent tués, majoritairement des civils. Depuis la fin de la guerre en 1975, encore 40 000 Vietnamiens furent tués par des mines résiduelles, et bien davantage furent estropiés à vie.

 

 

Johnson et la guerre des Six-Jours

C’est précisément durant cette période qu’Israël lançait son opération d’annexion de territoires égyptiens, syriens et jordaniens, en créant l’illusion d’agir à titre préventif contre une attaque égyptienne. Johnson avait donné son feu vert à l’attaque israélienne et autorisé la CIA à transmettre aux Israéliens les positions précises des bases aériennes égyptiennes. Israël possédait d’ailleurs à la CIA une taupe haut placée en la personne de James Jesus Angleton, chef du Israel Office.

Quatre jours après le début de l’attaque israélienne, Nasser acceptait la demande de cessez-le-feu du Conseil de Sécurité de l’ONU. C’était trop tôt pour Israël, qui n’avait pas encore atteint tous ses objectifs de conquête territoriale. C’est alors que, le 8 juin, eut lieu l’attaque du USS Liberty, un navire de la NSA stationné au large du Sinaï. Il fut bombardé, mitraillé et torpillé durant 75 minutes par des Mirage et torpilleurs israéliens, tandis que Johnson interdisait à la Sixième Flotte stationnée à proximité de se porter à son secours. L’attaque aurait été mise sur le compte de l’Égypte si elle avait réussi, c’est-à-dire si le navire avait été coulé avec tout son équipage. Elle aurait alors donné à Johnson un prétexte pour intervenir militairement aux côtés d’Israël contre l’Égypte. Mais elle échoua, car le vaisseau resta miraculeusement à flot, et la majorité de son équipage survécut. Le scandale fut étouffé par une commission d’enquête dirigée par l’amiral John Sidney McCain II (père du John McCain III qui s’illustra récemment par son soutien aux terroristes en Syrie). Johnson accepta discrètement les excuses d’Israël pour son improbable « erreur d’identification ». Mieux, il fit d’Israël, à partir de 1967, le premier client de l’industrie militaire américaine.

L’attaque du USS Liberty apporte la preuve d’une complicité secrète de Johnson avec Israël, et de sa trahison contre son propre pays. Johnson a toujours été l’homme d’Israël. Ses campagnes électorales étaient financées depuis 1948 par le célèbre leveur de fonds Abraham Feinberg, également président de l’association Americans for Haganah Incorporated. En 2013, l’Associated Press divulgua des enregistrements du Bureau ovale démontrant la « connexion personnelle et souvent émotionnelle » de Johnson avec Israël. Un article du 5 Towns Jewish Times publié sous le titre étonnant de « Notre premier président juif Lyndon Johnson ? », rappelle le soutien constant de Johnson pour les Juifs depuis les années 1940, et conclut : « Le président Johnson a fermement orienté la politique américaine dans une direction pro-Israël. » L’article mentionne également que :

« des recherches dans l’histoire personnelle de Johnson indiquent que son intérêt pour le peuple juif est un héritage de sa famille. Sa tante Jessie Johnson Hatcher, qui eut sur lui une influence majeure, était membre de la Zionist Organization of America. […] La lignée des mères juives peut être retracée sur trois générations dans l’arbre généalogique de Lyndon Johnson. Il fait peu de doute qu’il était juif. »

 

Ce sont deux sionistes notoires du Washington Post, son directeur Philip Graham (gendre du fondateur Eugene Meyer) et son éditorialiste Joseph Alsop, qui se chargèrent de convaincre Kennedy de choisir Johnson comme vice-président. Il suffisait pour cela de parler à Kennedy de ses aventures extra-conjugales, dont Edgar Hoover, très proche de Johnson, détenait des preuves. À travers Graham et Alsop, résume Alan Hart, « ce sont les soutiens d’Israël qui ont forcé Kennedy a prendre Johnson comme vice-président [6] ».

 

L’holocauste vietnamien

Quel rapport y a-t-il entre ceux deux guerres menées ou appuyées parallélement par Lyndon Johnson ? Dans mon livre JFK-11 Septembre, je suggérais que la guerre du Viêt Nam était un substitut pour l’invasion de Cuba que les faucons de la CIA avaient cru pouvoir déclencher en faisant accuser de l’assassinat de Kennedy un Oswald grimé en communiste pro-Castro. J’écrivais : « L’invasion de Cuba n’eut pas lieu, mais les généraux obtinrent de Johnson, à la place, la Guerre du Viêt Nam, plus lointaine et donc moins risquée politiquement. » C’était une explication très insuffisante, mais je n’en voyais pas d’autre, hormis la cupidité sans limite des marchands d’armes et autres profiteurs de guerre, dont Johnson était d’ailleurs un bel exemple (peu avant l’assassinat de Kennedy, il avait investi dans le constructeur aéronautique Ling-Temco-Vought, qui allait devenir en 1964 l’un des plus gros fournisseurs du Pentagone pour la guerre du Viêt Nam [7], et il avait également des intérêts à Bell Helicopter, à qui il transféra, cinq jours après l’assassinat de Kennedy, un contrat signé en 1963 avec son rival Kaman Aircraft pour 220 hélicoptères [8]).

Ce n’est que récemment qu’a germé dans mon esprit l’idée d’un lien caché entre la guerre du Viêt Nam et la guerre de Six-Jours. Je ne pouvais pas concevoir ce rapport auparavant parce que je n’avais pas encore pris la pleine mesure de la perversité de l’élite dirigeante d’Israël, dont la psychopathie collective trouvait dans la psychopathie personnelle de son super-sayan Johnson une complémentarité parfaite. Aujourd’hui, ayant étudié la philosophie profonde des crypto-likoudniks ultra-machiavéliques qui se font appeler néoconservateurs, j’ai acquis la conviction que la tragédie du monde depuis un siècle n’est compréhensible qu’à la condition d’admettre qu’Israël agit sur la scène mondiale à la manière biblique, c’est-à-dire avec la même indifférence et la même cruauté envers les populations non-juives que Yahvé exige de son peuple dans la Bible hébraïque. À leurs yeux, ces populations ne valent pas mieux que du bétail, et leurs souffrances sont sans importance en soi (bien que l’exploitation larmoyante de leur souffrance puisse être très utile). Il n’existe absolument aucune limite morale à la détermination d’Israël de tracer son destin d’hégémonie mondiale sur les cadavres des nations.

 

 

Mon hypothèse est donc que la guerre du Viêt Nam voulue par Johnson et ses maîtres avait pour but, sinon principal du moins secondaire, de faire diversion pendant qu’Israël passait à l’étape décisive de sa géostratégie d’expansion. Imaginons en effet qu’il n’y ait pas eu le Viêt Nam pour mobiliser l’attention limitée des Américains sur le monde, dans un premier temps, et de susciter leur indignation dans un second temps. Le Washington Post et le New York Times auraient-ils réussi à cacher au public le caractère scandaleusement illégal de cette agression ? Mais plus important encore peut-être : pour que l’État américain soit mis dans l’incapacité de condamner les crimes d’Israël, il faut qu’il ait des crimes plus grands à se reprocher.

Il n’est pas exagéré de qualifier la guerre du Viêt Nam d’holocauste [9]. Un « holocauste » désigne dans la Bible un sacrifice animal entièrement calciné offert par les prêtres lévites à Yahvé, qui en apprécie, paraît-il, « l’agréable odeur » (Genèse 8:20-21 ; Exode 29:25). Selon le Livre d’Esdras, un holocauste géant fut offert à Yahvé par les colonisateurs judéo-babyloniens de la Palestine, en vue de la reconstruction du Temple sous la direction d’Esdras.

Curieusement, c’est durant la guerre du Viêt Nam que le terme « holocauste » s’est répandu aux États-Unis pour désigner le sort des juifs durant la Seconde Guerre mondiale. À moins de considérer qu’Hitler agissait pour la gloire de Yahvé, associer le terme « holocauste » aux fours crématoires des camps nazis est absurde. Le terme s’applique mieux à la guerre du Viêt Nam si l’on considère qu’en concentrant sur elle l’attention du public américain, puis la protestation des pacifistes américains, et de la jeunesse américaine dans son ensemble, elle laissait le champ libre à Israël pour sa conquête d’annexion des territoires syriens, égyptiens et jordaniens. Cela apporte une réponse plausible à la question : Pourquoi Johnson, qui ne donna pas satisfaction aux faucons de la CIA concernant Cuba, entraîna-t-il l’Amérique dans l’enfer du Viêt Nam ? Il se trouve que l’homme qui l’encouragea dans cette voie était Walt Rostow, son Conseiller à la Sécurité nationale (dont le frère Eugene était simultanément Secrétaire général adjoint aux Affaires politiques). Est-ce un hasard s’il était juif ?

 

 

Deux mois à peine après son élection en 1968, Nixon étendit secrètement et illégalement la guerre au Cambodge, déclenchant un bombardement massif, avec pour résultat la prise du pouvoir par les sanguinaires Khmers Rouges, responsables de l’extermination d’un tiers de la population. Il se trouve que l’homme qui poussa Nixon dans cette direction était Henry Kissinger, Conseiller à la Sécurité nationale puis simultanément Secrétaire d’État. Est-ce un hasard s’il était juif ?

 

 

Mais il se trouve aussi que les « Pentagon Papers », qui mobilisèrent l’attention et l’indignation du public américain durant plusieurs années, furent clandestinement communiqués à la rédaction du New York Times au début de l’année 1971 par Daniel Ellsberg, avec l’aide de son ami Anthony Russo, du linguiste Noam Chomsky et de l’historien Howard Zinn. Est-ce un hasard s’ils sont tous de la communauté ?

 

PNG - 60.9 ko
Les charges contre Ellsberg et Russo sont levées, le juge Byrne dénonce la « conduite inappropriée du gouvernement »

 

C’est également durant cette période qu’un grand nombre d’intellectuels juifs dits néoconservateurs opérèrent un virage à 180 degrés de la gauche pacifiste à la droite militariste. Irving Kristol, l’un de leurs chefs de file, écrivit dans la revue de l’American Jewish Congress en 1972, qu’il fallait combattre la proposition du candidat démocrate George McGovern de réduire le budget militaire américain de 30 %, car :

« Cela revient à planter un couteau dans le cœur d’Israël. [...] Les Juifs n’aiment pas les gros budgets militaires, mais il est maintenant dans l’intérêt des Juifs d’avoir un grand et puissant appareil militaire aux États-Unis. [...] Les Juifs américains qui se préoccupent de la survie de l’État d’Israël doivent dire “non, nous ne voulons pas réduire le budget militaire, il est important de garder un gros budget militaire, afin de pouvoir défendre Israël” [10]. »

Contre la volonté de McGovern de mettre un terme immédiat à la guerre du Viêt Nam, Kristol aurait pu ajouter : « Les Juifs américains qui se préoccupent de la survie de l’État d’Israël doivent dire “non, nous ne voulons pas d’un retrait américain du Vietnam, il est important de poursuivre le génocide de Vietnamiens, afin que la jeunesse américaine proteste contre la guerre criminelle de son propre gouvernement plutôt que contre les violations du droit international par Israël. »

Notes

[1] JFK Presidential Library, www.jfklibrary.org/Asset-Vie...

[2] Phillip Nelson, LBJ : The Mastermind of JFK’s Assassination, XLibris, 2010, p. 638.

[3] LBJ Presidential Library, www.lbjlib.utexas.edu/johnso...

[4] LBJ Presidential Library, www.lbjlib.utexas.edu/johnso...

[5] Scott Shane, « Vietnam Study, Casting Doubts, Remain Secret », New York Times, 31 octobre 2005.

[6] Alan Hart, Zionism, the Real Enemy of the Jews, vol. 2 : David Becomes Goliath, Clarity Press, 2009, p. 257.

[7] Joan Mellen, A Farewell to Justice, Potomac Books, 2007.

[8] Charles Kaman, « Politics had reared its ugly head in a very certain way », sur stonezone.com/article.php ?id=633

[9] C’est ce que fait un documentaire américain intitulé Vietnam : American Holocaust (2008). À voir sur https://www.youtube.com/watch?v=aNb....

[10] Congress Bi-Weekly cité par Philip Weiss sur Mondoweiss.net, 23 mai 2007, mondoweiss.net/2007/05/30_years_ago_ne.html

Retrouvez Laurent Guyénot sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1932958
    le 30/03/2018 par coffee
    Un véritable holocauste

    Ces dernières années, Israël est devenue un partenaire important, dans beaucoup de domaines des vietnamiens.

     

    • #1933281
      le 30/03/2018 par Paul Schnell
      Un véritable holocauste

      Et ils sont même en train de parler alliance militaire avec leurs anciens tortionnaires.

      https://www.mondialisation.ca/le-vietnam-un-allie-non-officiel-des-etats-unis-contre-la-chine/5624195


    • #1933476
      le 31/03/2018 par BONCHAMPS
      Un véritable holocauste

      Qu’y a t-il d’étonnant à cela ? Nos cousins germains ne sont ils pas devenus des zombies américanisés depuis ? Et ces nippons, cela me fait de la peine de voir ce qu’ils sont devenus !
      En même temps, lorsqu’on se promène à Yaoundé ou à Libreville,on a un petit aperçu de ce phénomène qui transforme tellement le soumis par la force des armes....Moins de 200 ans plus tard, après la virée de galerne et la dévastation de la Vendée, la Vendée est représentée par un infâme politicard pondu par l’ENA qui ne jure que par la gueuse !
      C’est ainsi que cela se terminera pour tout le monde, tous finiront par adorer le maschiah de ceux qui se disent juifs alors qu’ils ne le sont pas, c’est écrit !!!


    • #1934364
      le 01/04/2018 par grinchouillon
      Un véritable holocauste

      Si vous connaissiez un peu le Vietnam, vous sauriez certainement que les Chinois sont les ennemis millénaires des viets. Pendant des siècles et des siècles, les Kinh (Viets) ont tout fait pour s’extraire de l’emprise des Hans (les nouachs). La colonisation française (qui a aidé les viets à constituer un pays, soit dit en passant---et cela au détriment des Champas et des Khmers, entre autres) et l’assistance américaine passagère, c’est une minuscule virgule dans leur histoire. Les Viets aujourd’hui n’hésiteraient pas à faire la bise à un vétéran de la guerre d’Indochine ou de la guerre du Vietnam. Par contre, faire la bise à un chinois, ça serait légèrement plus compliqué.


    • #1934374
      le 01/04/2018 par grinchouille
      Un véritable holocauste

      Pour vivre au vietnam depuis quelques année, et pour commencer à comprendre et à m’insérer avec succès dans le tissu social local, oui, je peux vous le dire, les viets admirent les juifs en général et les israéliens en particuliers. Je n’en tire pas encore de conclusion. Je constate juste, en parlant avec les gens, à quel point ils admirent les Do Thái (juifs) et en me balladant dans les librairies, à quel point la littérature encensant Israël est abondante. Ils aiment beaucoup Trump, aussi (sauf la caste bobo).


    • #1934583
      le 01/04/2018 par sedetiam
      Un véritable holocauste

      @ BONCHAMPS,

      Rassurez-vous, la culture étant l’émanation de la représentation d’un culte, se trouve propulsé aux premières places du Top 5 des lieux les plus visités au monde, parmis Notre-Dame, La Mecque, Kyoto et Vatican, les Parcs Disneyland.
      Cela pourrait vous horrifier : mais quand l’humanité aura compris qu’il n’y a aucune différence entre les parcours initiatiques d’Enki, de Moïse, du Christ, de Mowgli et de son cousin Luke Skywalker, j’en connais quelques-uns qui vont se prendre une Quenelle monumentale : surtout ceux dont les paraboles et les allégories auront tenté de placer, par le récit, leur séant lumineux juste en dessous du soleil, prétendûment au-dessus des scories de la Création (artistique) que l’on appelle, nous, l’humanité : Icare lui-même ne s’en n’est pas remis.
      Comme dirait Pascal (non pas le philosophe mais le porte-flingue, Venantino Venantini) : « ...il va faire vilain temps. »


  • #1932991
    le 30/03/2018 par Antinomas
    Un véritable holocauste

    Article éblouissant par sa clarté comme d’habitude. Merci Monsieur Guyénot.
    Mais on est vraiment mal barrés !!!


  • #1933000
    le 30/03/2018 par foulque
    Un véritable holocauste

    Article très impressionnant, merci à E&R de l’avoir relayé .


  • #1933004
    le 30/03/2018 par Le king
    Un véritable holocauste

    Alors ça, c’est du lourd !!! J’avais cherché en vain la raison profonde de la guerre de Vietnam, et j’avais toujours fait choux blanc ! Finalement, la vérité perce toujours, même 50 ans après..,

     

    • #1933137
      le 30/03/2018 par kamenka
      Un véritable holocauste

      Même état d’esprit, cet éclairage nouveau sur la question m’intéresse au plus haut point.
      Ca explique beaucoup de choses en effet. Tout s’arrange à merveille dans cette histoire et c’est encore plus sordide qu’on ne l’imaginait.
      Un écran de fumée qui fait de nombreux morts innocents dans cette optique.


    • #1933141
      le 30/03/2018 par giustizia
      Un véritable holocauste

      Oui la vérité perce, mais pour qui au juste ? Pour nous ça ne change rien, nous le savons qui tire les ficelles depuis des millénaires, mais la masse et ceux qui dirigent soit n’en savent rien soit ne veulent pas savoir. Oui on est très mal barrés...


  • #1933029
    le 30/03/2018 par jalon
    Un véritable holocauste

    Les Juifs n’ont pas eu de patrie (au sens territorial) en gros entre les années +0070 (l’empereur Romain Titus s’empare de Jérusalem) et +1948 (création d’Israël) soit plus de 1800 ans. Ils n’y connaissent donc rien à l’art de la guerre (défense du territoire par les armes). C’est pour cela, qu’ils ont toujours besoin d’un garde-du-corps bien entrainé (innombrables guerres US) et puis la guerre, ça rapporte. Le général Américain Smedley Darlington Butler (1881-1940), 33 années de service militaire au sein des Marines, a écrit un livre qui s’intitule "war is a racket" ... Tout un programme !

     

    • #1933276
      le 30/03/2018 par Vespasien
      Un véritable holocauste

      Les Juifs n’ont pas eu de patrie (au sens territorial) en gros entre les années +0070 (l’empereur Romain Titus s’empare de Jérusalem)



      La "Diaspora juive" soi-disant punition de Titus pour la révolte de 66-73 est un mythe créé a posteriori (voir par ex. Shlomo Sand, "L’Invention du peuple juif ?").
      Wikipédia elle-même montre que la présence juive perdure sans problèmes après la destruction du second temple.


    • #1933409
      le 31/03/2018 par awrassi
      Un véritable holocauste

      Les "Juifs" n’existent réellement comme tels que depuis la traduction de l’Ancien Testament en grec. Soit depuis le 4e siècle après JC. Lis Kamal Salibi, stp, et tu comprendras TOUT !


    • #1933738
      le 31/03/2018 par jalon
      Un véritable holocauste

      @ awrassi

      Merci, je note, dès que j’aurai un peu de temps j’essaierai de m’y pencher (l’histoire n’est pas ma matière préférée)


  • #1933068
    le 30/03/2018 par Pitchou
    Un véritable holocauste

    Merci M. Guyénot, ça aide beaucoup pour la compréhension de cette époque cruciale qui a déterminé les rapports entre nations du monde d’aujourd’hui


  • #1933223
    le 30/03/2018 par webrunner
    Un véritable holocauste

    Article de haut niveau. Bravo à Guyenot pour son travail


  • #1933235
    le 30/03/2018 par Baladin
    Un véritable holocauste

    Une hypothèse hautement plausible qui rejoint l’exclusion de Gaulle pour sont non alignement sur la guerre des six jours.Dans ses mémoires un ex officier israélien a déclarée que sont état major se réunissait des 1948 et ceci tout les jours pendant 18 ans pour attaquer l’Egypte.On réfléchie a long terme chez eux.

     

    • #1933375
      le 31/03/2018 par Sedetiam
      Un véritable holocauste

      Le terme va au-delà : on pense dynastie cependant que les plus appliqués du groupe mettent en oeuvre, par les rites, le processus eschatologique. La matrilinéarité étant l’ultime perfection car, quel que soit le père, il casque* pour entretenir le mythe...

      * seul les haredim et leurs différentes haíresis s’en tirent à bon compte qu’ils ne passent leur temps qu’à étudier cependant que bobonne qui n’a rien à envier aux porteuses de burka, se tape tout le reste sans rien connaître du monde dit moderne. Quand on pense qu’il en est qui donnent des leçons d’humanité, d’égalité, de féminisme...


  • #1933252
    le 30/03/2018 par Experimental Jet Set, Trash and No Star
    Un véritable holocauste

    Félicitations pour votre EXCELLENT travail Laurent Guyénot ! Et Merci E&R !!
    Quelle claque, même si je ne suis pas totalement surprise.


  • #1933266
    le 30/03/2018 par Globul
    Un véritable holocauste

    Le Washington Post et le New York Times auraient-ils réussi à cacher au public le caractère scandaleusement illégal de cette agression ?



    A mon avis oui :
    - puisque l’enfumage politico-médiatique occidental était que tous les Etats arabes autour d’Israël viennent l’attaquer, donc l’opinion formatée était favorable au présumé “David” contre ces présumés “Goliath”
    - aussi parce que cette guerre a duré très peu de temps.

    Ça n’empêche évidemment pas l’abomination de la guerre du Vietnam et la responsabilité de certains juifs américains très haut placés et fort intéressés pécuniairement ; mais une guerre qui avait [aussi ?] d’autres causes : remplacement du colonialisme français pour un expansionnisme amerlock, lutte contre le communisme comme système rival, début d’endiguement de la Chine avec Taïwan et la guerre de Corée...

    En somme, n’est-ce pas là un second dérapage de Laurent, ici hyperlogique-monocausal, après son emballement pour le récentisme... avant sa courageuse “amende honorable” ?

     

    • #1933285
      le 30/03/2018 par Laurent Guyénot
      Un véritable holocauste

      amende honorable, mon cul


    • #1933340
      le 31/03/2018 par JP
      Un véritable holocauste

      Effectivement, le public européen n’a rien vu non plus de ce qui se passait réellement au Moyen-Orient. Et ce n’est pas par la faute de cette guerre du Vietnam qui ne le concernait pas.

      L’explication de l’engagement américain au Vietnam par la peur du communisme me semble suffisante.
      Il ne faut pas oublier (Guyénot y fait pourtant allusion dans l’article) qu’à ce moment là les bolcheviques maitrisent l’art des fusées mieux que les américains, lorsque Johnson arrive au pouvoir, et qu’ils sont au même niveau dans l’art de la bombe nucléaire.
      Juste auparavant, lors de la crise des missiles de Cuba, les Américains ont réellement eu peur de mourir.

      Et il leur semblait aussi (la suite des évènements le prouvera) que les bolcheviques avaient la capacité d’aider efficacement les peuples qui souhaitaient se révolter contre la domination occidentale capitaliste.
      Israel n’existait pas encore lorsque le gouvernement américain était depuis longtemps déjà aux mains du grand capital. Ce lobby là n’avait pas disparu dans les années 60, et il ne se confond pas avec le lobby sioniste.
      Avant le Vietnam, les américains avaient déjà prouvé qu’ils étaient capables de massacrer quelques millions d’asiatiques, coréens, pour repousser le communisme, sans intérêt ou incitation d’Israel. Et rebelote avec un million de civils indonésiens, juste à titre préventif contre le péril communiste en 1965, sans en faire aucune publicité (donc encore sans intérêt pour Israel, selon la logique de Guyenot).
      Bref, pour produire une théorie du complot solide, il faut pas oublier de passer par une étape durant laquelle on s’efforce de considérer aussi les théories plus simples.

      Sinon, pour le cas où Guyenot me lirait, il semblerait (wikipedia sur le canal de Suez) que la mer Rouge s’étendait dans l’Antiquité plus au Nord, là ou passe le Canal, et qu’il s’y passait facilement des mouvements de la masse d’eau (marée dont l’effet se concentre à l’extrémité d’un goulet, plus déplacement de l’eau en surface par l’effet du vent, dans une mer très peu profonde, donc sans contre-courant en profondeur pour compenser)


    • #1933434
      le 31/03/2018 par Laurent Guyénot
      Un véritable holocauste

      @ JP
      Je vous lis, mais je ne vois pas ce que vous essayer de me dire sur la Mer Rouge. Est-ce que vous reliez ça à la question : par où sont passés les Hébreux fuyant l’Egypte ?

      @ JP et Globul

      Sur le Vietnam, je vous suis. Je ne prétends pas que mon explication est la seule : je dis simplement : Sans Johnson comme président, il n’y aurait pas eu de Vietnam. Or Johnson=Israel.

      @ Globul
      Désolé pour la réaction vulgaire, mais je suis un peu énervé après le guet-apens que je viens de subir à Radio Courtoisie. Je précise plus calmement : je n’ai pas fait "amende honorable", vous exagérez. Je ne me considère pas et ne me suis jamais déclaré "récentiste", simplement intéressé par le récentisme. Et je continue de croire à la datation frauduleuse de très nombreux textes, y compris de grandes parties de la Bible hébraïque : comment, par exemple, l’histoire de Joseph, qui suppose une économie totalement monétarisée, aurait-elle pu avoir lieu à l’époque supposée ?


    • #1933528
      le 31/03/2018 par Abdu
      Un véritable holocauste

      « mais une guerre qui avait [aussi ?] d’autres causes : remplacement du colonialisme français pour un expansionnisme amerlock »

      C’est la même famille avec les mêmes serviteurs...

      « dérapage de Laurent, ici hyperlogique-monocausal »

      http://www.chire.fr/I-Grande-14039-...

      « avant sa courageuse “amende honorable” ? »

      On devine aisément à quelle puissance vous appartenez. Des excuses, des excuses, encore et encore... Même pas une !


    • #1933806
      le 31/03/2018 par JP
      Un véritable holocauste

      @Laurent Guyenot
      Merci d’être présent.
      Oui Johnson était un grand ami d’Israël. En même temps, ce que je retiens de l’histoire des présidentielles US ou françaises, c’est que le Président est celui qui maitrise l’art de satisfaire simultanément plusieurs lobbies différents, afin d’être soutenu par une majorité (au moins pendant son élection).

      Et, Oui, c’est bien la question du lieu de la traversée de la Mer Rouge. C’est un hors-sujet total, mais lorsque j’en avais fait par hasard la découverte, j’avais pensé devoir vous communiquer ce tuyau, à l’occasion.
      Les mécanismes physiques sont bien réels, et leurs effets peuvent être surprenants. Ainsi, vers l’an 2000, les effets conjugués de vents très forts et de la marée ont fait monter le niveau de la Gironde a une hauteur qui n’avait pas été imaginée lors de la conception de la digue protégeant la centrale nucléaire de Braud Saint Louis (qui fut en partie inondée).
      Le truc, c’est d’avoir un goulet dont la largeur et la profondeur vont en diminuant. Parfois, le vent se combine avec la marée pour le remplir, ou le vider. Or, l’étroitesse empêche que se créent des contre-courants (en profondeur ou sur les cotés) qui annuleraient plus ou moins l’effet initial. De plus, l’énergie, ou la quantité de mouvement, en jeu se concentre progressivement sur un volume d’eau qui diminue au fur et à mesure que l’onde liquide s’enfonce dans le rétrécissement, ce qui amplifie la variation de niveau.
      Vu Braud Saint Louis, vu que dans le Vieux Port de Marseille on voit parfois qu’un fort Mistral combiné aux marées (normalement insignifiantes) peuvent modifier le niveau de quelques dizaines de centimètres, alors qu’il n’y a même pas de goulet ; je considère qu’une variation de l’ordre de 2 mètres à la pointe extrême de la Mer Rouge était exceptionnelle, mais qu’elle se produisait parfois.
      Le phénomène étant dangereux pour les populations locales, elles avaient vraisemblablement acquis une certaine capacité à le prévoir à partir de signes observables. (comme les populations exposées aux tsunamis peuvent connaitre certains signes annonciateurs).
      On peut postuler un miracle divin, ou bien que le récit de la Mer Rouge serait une pure fiction. Mais si l’on veut une explication rationnelle, celle là est techniquement correcte, et c’est apparemment la seule.


    • #1934373
      le 01/04/2018 par Globul
      Un véritable holocauste

      • @ JP

      « Effectivement, le public européen n’a rien vu non plus de ce qui se passait réellement au Moyen-Orient. »

      Oui, je me souviens, en juin 1967, durant la guerre des 6 jours, avoir bêtement défendu Israël lors d’une conversation avec une amie Libanaise, arabe chrétienne, arguant même que, placé sur le plateau du Golan je me retrouverais dans le camp adverse.
      J’étais alors un suiviste-crétin largement inconscient.

      • Ça m’amène à une première réponse @Abdu

      « On devine aisément à quelle puissance vous appartenez. »

      [Pour info, l’expression “amende honorable” provient en droite ligne d’une pratique chrétienne de l’Ancien Régime - cf. :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Amend...]

      Je dois une certaine maturation géo-citoyenne progressive, entre autres influences, à E&R, Kontre Kulture et à leur fondateur, aussi aux historiens et géopoliticologues qui “gravitent autour”. Ils m’ont permis d’accéder à une vision critique de l’influence “sionisante” historique et permanente, jusqu’à l’actuel Empire... entraînant au passage largement, hélas, ce statut de “Nouvel Israël” dont l’Eglise, tout en témoignant de l’Evangile, a prétendu se revêtir (“théologie de la substitution” et/ou de l’“accomplissement” du messianisme vétéro-testamentaire) ; faudrait-il pour éviter ce [risque de] biais moral et spirituel rejoindre la radicalité marcionite ?

      En effet, pour nous, “goïmisés” à notre insu, contre notre gré et nos intérêts vitaux (déracinement progressif et risques dans nos réactions de défense), et cela par milliards, une pathologie semble s’observer chez bien des membres de ce “peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur” :
      - volonté de puissance (reçue d’“en Haut” et/ou attisée “d’en bas” : subversion révolutionnaire - comme on a pu en avoir une illustration “scientifique”, hier soir, dans la soirée d’Arte...), transmise, personnelle et connivente ;
      - copieux mais sourd usage talmudique de l’adage “la fin justifie les moyens”... surtout s’il s’agit de subvertir les nations) ;
      - syndrome post-, pré-, voire-pro-traumatique... L’ensemble des symptômes est analysé avec beaucoup de pertinence et de courage par E&R, en particulier dans la série des textes de Laurent Guyénot, qui parvient dès lors à cette idée judicieuse : le génie juif consisterait donc plutôt dans la réussite personnelle à s’être défait, peu ou prou, du carcan de son tribalisme électif hérité - cf. Spinoza [en partie ?] Simone Weil, Gilad Atzmon...

      [suite...]


    • #1934377
      le 01/04/2018 par Globul
      Un véritable holocauste

      [suite...]

      • ... dès lors aussi @Laurent Guyénot

      [J’ignorais vos déboires avec Radio-Courtoisie, et comprends donc mieux votre réaction rapide et... “discourtoise” !]

      « [...] la perversité de l’élite dirigeante d’Israël, dont la psychopathie collective trouvait dans la psychopathie personnelle de son super-sayan Johnson une complémentarité parfaite. »

      L’accord semble grand quant à l’“ambivalence civilisationnelle” des effets historiques et globaux que suscite la psychologie de cette communauté, ce “levain” révolutionnaire diasporisé en large pâte humaine, “1% - sel de la Terre... mais au tarif toujours plus “salé” pour les goïms... et d’ailleurs aussi pour elle-même, puisque fort dominatrice mais très minoritaire, en durs retours de bâtons.

      Pour autant, une focalisation excessive [“hyperlogique-monocausale”], un peu “obses-Sion-nelle”, risque de conduire à une pathologie en miroir, de type “rivalité mimétique” girardienne.
      E&R y échappe en général plutôt bien, dans un mixte de publication de vérités crues, d’humour profond et léger (Dieudo aidant) et de non-violence “à la Vincent-Lapierre” - il faut dire que c’est aussi la condition de sa (de leur) fragile pérennité sur l’Internet.

      • Enfin, @ Laurent, @ Abdu comme @ tous

      « Il n’existe absolument aucune limite morale à la détermination d’Israël de tracer son destin d’hégémonie mondiale sur les cadavres des nations. » [LG]

      Peut-être, mais est-ce tant “absolu” et compact ? Il existe de profondes fractures entre “clans” “judarchiques” mondiaux et mondialistes - cf. Pierre Hillard.
      Mais aussi, la dynamique juive est-elle seule à cultiver la tentation d’une telle hégémonie, dans une compétition géodarwinienne [in-]digne du “paradoxe de la Reine Rouge” à la Lewis Carrol, tout ça pour un “surplace” [im-]moral ?

      Abdu cite ma phrase sur le colonialisme français, y voyant à l’œuvre les mêmes acteurs. Or, à ce propos, nous-mêmes - surtout à E&R - ne devrions-nous pas affronter, à titre d’auto-régulation par l’histoire, qui plus est en cette période pascale, du moins pour les chrétiens, l’abjection commise au début du XIIIè siècle par des chrétiens et contre des chrétiens... ?
      En effet, le 14 avril 1204 [il est des datations hélas très bien assurées...], la IVè Croisade, détournée de son but (la libération de la Terre Sainte...) attaque Constantinople avec 33.000 Français et 17.000 Vénitiens, dévastant et pillant la ville pendant trois jours d’horreur.

      [suite...]


    • #1934386
      le 01/04/2018 par Globul
      Un véritable holocauste

      [suite...]

      Et le pire de tout cela : pour changer en butin l’une des reliques les plus sacrées qui soient : le linceul du Christ - (qu’il soit authentique ou non - cf. Blanrue, etc.).
      Pas une seule vidéo en français sur le sujet... sauf une, toute récente, mais non pas en vue d’une auto-critique chrétienne : seulement en passant, comme étape durement incontournable afin de fournir la preuve, par le fil historique, que le fameux “linceul de Turin” est bien le “Sydoine où Notre Sire fut enveloppé” (Chevalier Robert de Clari)
      https://www.youtube.com/watch?v=x8k...
      [de 14mn à 16 mn]
      Chez qui donc a bien pu germer l’idée "proto-machiavélique” d’aller détourner les Croisés pour commettre une telle ignominie ? Quels “Johnson” de l’époque ? : des conseillers et des marchands juifs [il est vrai qu’il y en avait autour des puissants, mais était-ce une bonne idée, pour eux, que d’accroître encore la domination symbolique des chrétiens d’Occident ? - une autre piste pour “Laurent-le-Fin-Limier”...] ? Des “maçons Francs”, qui alors inventaient en France l’art gothique ? D’après...
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Sièg...)
      ... c’est le clergé latin (mais pas le pape), du moins “Wiki-officiellement”, allié à des chevaliers champenois, bourguignons et franc-comtois (autour d’Othon de la Roche).
      Il faudra attendre huit siècle avant qu’un pape - non latin mais polonais - demande le pardon (2001), et l’obtienne (2004).

      En cette période de Pessa’h-Pâques, propice au recueillement et à la métaphysique - et plus encore au vu de la doxa encore instillée hier soir par Arte -, ne devrions-nous pas - face au risque de “montée aux extrêmes” d’une rivalité mimétique en miroir, et même largement triangulée - cf
      https://www.egaliteetreconciliation...
      ... aux vagues d’hégémonie indéfiniment alternées, mais façonnant quand même, et souvent tragiquement, l’évolution humaine globale, chercher à discerner puis choisir (certes si on nous en laisse le loisir) une plus saine voie d’“entre-deux”, de “juste milieu”... de Madhyamaka bouddhique ?
      [Ce qui offre une dernière pensée pour le Vietnam meurtri par les divers régimes français (dont les gaullistes de la “Libération”)...
      http://www.national-hebdo.net/IL-Y-...
      ... puis par quelques Présidents des Etats-Unis...]
      Esprit d’Assise (1986), quand tu nous [re-]tiens...


    • #1935287
      le 03/04/2018 par JP
      Un véritable holocauste

      @Globul
      "Civilisation Matérielle, économie et capitalisme ; 14ème, 17ème siècle" par Fernand Braudel, pas loin de 3000 pages, en trois tomes. Indispensable pour connaître la réalité concrète de l’époque.
      Au moment du sac de Constantinople, Venise est le prototype parfait, en plus petit, des futures nations européennes capitalistes et prédatrices du 19ème siècle.
      Il y a déjà tout :
      - une activité industrielle importante, qui est déjà un capitalisme industriel tel que le définira Marx, même si ce dernier ne s’en est jamais aperçu.
      - un secteur financier et bancaire puissant, ; il rayonne sur toute l’Europe et la Méditerranée
      - avec des échanges internationaux en proportion
      - un complexe militaro-industriel (les Arsenaux de Venise) qui est cul-et-chemise avec les intérêts capitalistes précités
      - un petit empire colonial, plus ou moins esclavagiste
      - la captation du pouvoir politique par une oligarchie très riche

      Byzance avait survécu à Rome pendant un millénaire. Son empire n’était plus vraiment terrestre, et n’était pas non plus réellement thalassocratique. Byzance se nourrissait d’abord d’une rente ponctionnée sur les flux de matières premières et d’esclaves provenant de toute cette aire qui correspondra beaucoup plus tard à celle du Pacte de Varsovie dans sa moitié Ouest. Les flux allaient en direction de l’aire Méditerranéenne, qui en était très demandeuse car ses propres ressources écologiques étaient surexploitées depuis l’Antiquité. On voit ces trafics dans l’histoire des relations des Varègues avec Byzance, et dans celle de la Russie Kiévienne.

      Bref, selon mon analyse, c’est le capitalisme vénitien qui a voulu détruire Byzance et accaparer sa rente de situation. La responsabilité attribuable au christianisme, ou au judaïsme, ne me parait pas fondamentale.


    • #1935354
      le 03/04/2018 par Globul
      Un véritable holocauste

      @ JP

      Evidemment :



      "Civilisation Matérielle, économie et capitalisme ; 14ème, 17ème siècle" par Fernand Braudel



      ... typique du paradigme des analyses favorisées par les “Hautes Etudes”...

      Ce qu’entreprennent des historiens comme Laurent Guyénot, Youssef Hindi, etc., c’est justement de compléter ces études “matérialisantes”, “systémisantes”, par celles des “logiciels” spirituels, des enjeux proprements sotériologiques (personnels, collectifs et civilisationnels) : on a changé de paradigme de recherche, et c’est tant mieux !


    • #1935634
      le 03/04/2018 par JP
      Un véritable holocauste

      @Globul

      1- Braudel n’est pas un paradigme favorisé par les "Hautes Etudes". C’est impossible car Braudel leur est un peu antérieur. Le lien exact entre les deux est que la valeur mondialement reconnue de Braudel fît de lui un des inspirateurs et participants à leur fondation.
      La précision est importante, car vous ne pouvez plus, dans ces conditions, prétendre que la valeur de Braudel aurait été artificiellement gonflée par l’institution. Vous pouvez certes faire l’hypothèse inverse, selon laquelle le prestige de l’Institution aurait indument profité de la valeur objective de Braudel. C’est assez vraisemblable, à mon avis, mais cela n’apporterait rien à notre discussion.

      2- Le principe de la démarche civilisationnelle de Guyenot ou Hindi n’est pas une révolution qui s’imposerait au dessus de Braudel. Savez-vous que parallèlement à son analyse historique très matérialiste, Braudel a également développé l’analyse des civilisations, montrant entre autres comment leur fond culturel perdurait sur des millénaires, à travers les changements politiques et économiques (les changements matériels) ? Voir ses livres "Méditerranée", et "Grammaire des Civilisations".

      3- Je suis surpris, pour ne pas dire déçu, de vous voir aussi cloisonné intellectuellement. Pour moi (et je crois que de son coté Michel Drac ne voit pas les choses autrement), il s’agit en priorité de comprendre ce qui se passe. Il ne peut donc pas exister de grille d’analyse qui serait par essence supérieure à une autre. Il y a seulement, au cas par cas, une ou des grilles qui se révèlent plus fructueuses que d’autres pour identifier les relations de cause à effet qui sont réellement déterminantes. Il s’agit d’identifier la cause "nécessaire et suffisante", et pas de se contenter de rechercher l’idée qui nous plairait bien parce qu’elle conforterait une certaine vision du monde qui soulagerait toutes nos angoisses de ne pas savoir.

      La démarche intellectuelle doit être efficace, pragmatique. Elle doit être virile. Ne pas avoir peur de la complexité, d’aller dans les territoires inconfortables parce qu’inconnus, d’aller dans les territoires que l’ennemi s’est approprié. Elle, doit donc, entre autre, être sans œillères.
      Sinon, elle n’est que commérages.


    • #1935883
      le 04/04/2018 par Globul
      Un véritable holocauste

      « Ne pas avoir peur de la complexité, d’aller dans les territoires inconfortables parce qu’inconnus, d’aller dans les territoires que l’ennemi s’est approprié. Elle, doit donc, entre autre, être sans œillères. »

      En effet ; or il existait au moins un domaine largement ignoré, sous-estimé, voire occulté : l’efficacité pragmatique, historique et civilisationnelle des “logiciels spirituels”, en particulier la Torah, la Kabbale, le Talmud, etc. C’est là dessus que Laurent et Youssef exercent leur flair avec des résultats étonnants.


    • #1936305
      le 04/04/2018 par JP
      Un véritable holocauste

      @Globul
      Je suis heureux de voir que vous êtes sur le fond d’accord avec moi quant à la nécessité de ne pas avoir d’oeillères. Je me réjouis donc de savoir que vous allez dorénavant faire une large place aux grilles d’analyse matérialiste, à chaque fois qu’elles peuvent fournir l’explication pertinente, c’est-à-dire, identifier la cause "nécessaire et suffisante".

      Quant au logiciel qui est l’objet de l’article, sa particularité tient au fait qu’il est inscrit dans un Livre Sacré qui en assure la conservation à travers les générations, sur des millénaires, tout en autorisant des mutations du code. Si l’on n’a pas d’œillères anti-Darwin, on voit facilement qu’il ne peut que perfectionner son efficacité.
      Sa particularité n’est pas tellement dans son caractère sociopathique. Si l’on n’a pas d’œillères anti-Freud, on voit facilement que le cerveau humain n’a pas de grosses difficultés à inventer ou réinventer des logiciels sociopathiques, de toutes les façons. Voir ceux des empires pré-Colombiens, qui n’étaient pas rien, dans le genre. Et l’Histoire en a connu bien d’autres.


  • #1933322
    le 31/03/2018 par D. Kada - Oran
    Un véritable holocauste

    La civilisation moderne en entier est l’ultime jalon pour que Israël puisse diriger le monde, et ce, incessamment… Tout le reste relève du détail.

    Le Pire DK


  • #1933334
    le 31/03/2018 par Langlouti
    Un véritable holocauste

    Ce n’est que récemment qu’a germé dans mon esprit l’idée d’un lien caché entre la guerre du Viêt Nam et la guerre de Six-Jours. Je ne pouvais pas concevoir ce rapport auparavant parce que je n’avais pas encore pris la pleine mesure de la perversité de l’élite dirigeante d’Israël, dont la psychopathie collective trouvait dans la psychopathie personnelle de son super-sayan Johnson une complémentarité parfaite. Aujourd’hui, ayant étudié la philosophie profonde des crypto-likoudniks ultra-machiavéliques qui se font appeler néoconservateurs, j’ai acquis la conviction que la tragédie du monde depuis un siècle n’est compréhensible qu’à la condition d’admettre qu’Israël agit sur la scène mondiale à la manière biblique, c’est-à-dire avec la même indifférence et la même cruauté envers les populations non-juives que Yahvé exige de son peuple dans la Bible hébraïque. À leurs yeux, ces populations ne valent pas mieux que du bétail, et leurs souffrances sont sans importance en soi (bien que l’exploitation larmoyante de leur souffrance puisse être très utile). Il n’existe absolument aucune limite morale à la détermination d’Israël de tracer son destin d’hégémonie mondiale sur les cadavres des nations.



    Merci Monsieur Guyénot, encore un article clair et solide.

     

    • #1934565
      le 01/04/2018 par De Wailly
      Un véritable holocauste

      Merci Langlouti de ton encadré,
      C’est exactement le passage qui m’a frappé, au-delà de l’article très bien construit, par ailleurs toujours très synthétique et pédagogique, comme toujours avec M. Guyénot.

      L. Guyénot s’avance nu ici, et ne se drape d’aucune objectivité mais livre une conviction née de ses longues recherches.

      Et j’aime cette attitude, car, même avec les intentions les plus bénignes (les plus bienveillantes) du monde, tout discours historique se voulant "objectif", pondu dans l’idéal d’une honnêteté sans faille, charriera toujours au moins quelques doses infinitésimales d’idéologie, de présupposés, de raccourcis, de projections : bref, de l’humain, trop humain, usant d’une langue ; et toute langue, de plus, façonne une perception particulière de la réalité.
      Le Français ne pense pas le monde comme un Italien ou un Allemand, car leurs langues sont différentes. Les gens qui ont fait des exercices de traduction comprendront ce que j’essaie d’exprimer.

      Bref ! J’admire l’honnêteté de la démarche qui consiste à dire : "Voici ce que je retire de mon travail, mon exposé méthodique des faits, mes faisceaux d’indices, ce que j’en pense très subjectivement, et voici mes sources".

      Ça me va vraiment comme démarche déontologique.


  • #1933369
    le 31/03/2018 par Pâque au tison
    Un véritable holocauste

    De quoi seront-ils capable pour sauver le soldat CRIF ?
    Un Bataclan puissance 10 ! Je crains pour le future...

     

  • #1933370
    le 31/03/2018 par Isso
    Un véritable holocauste

    Votre hèse est très intéressante et plausible, la démonstration limpide.
    Les sionistes ont la haine et la jalousie du diable pour les Hommes, il a fait d’eux leur peuple élu.


  • #1933423
    le 31/03/2018 par Experimental Jet Set, Trash and No Star
    Un véritable holocauste

    PS : j’y repense la guerre des 6 jours a été gagné par l’entité sioniste à cause du Maroc et surtout toutes les guerres actuelles contre tous les pays arabes que ce soit la Syrie, l’Irak etc et le Yémen...ont également pour but de faire oublier la cause palestinienne d’ailleurs Ansrullah l’a si bien dit pour "l’anniversaire" des 3 ans de guerre nos souffrances ne nous font pas oublier les palestiniens nous sommes avec vous et prêt à nous battre.


  • #1933453
    le 31/03/2018 par JL29
    Un véritable holocauste

    Laurent Guyénot est un authentique chercheur de vérité, et il la trouve.


  • #1933607
    le 31/03/2018 par Gilles
    Un véritable holocauste

    Pour comprendre le monde actuel et la géopolitique depuis 150 ans il suffit de tout relier de près comme de loin à (l’intêret d’)Israel et avec ça on comprends tout.
    Merci Mr Guyénot et E&R.


  • #1933922
    le 31/03/2018 par AKABAMOFOU
    Un véritable holocauste

    Laurent GUYENOT avoue que :
    — -"Ce n’est que récemment qu’a germé dans mon esprit l’idée d’un lien caché entre la guerre du Viêt Nam et la guerre de Six-Jours. Je ne pouvais pas concevoir ce rapport auparavant parce que je n’avais pas encore pris la pleine mesure de la perversité de l’élite dirigeante d’Israël, dont la psychopathie collective trouvait dans la psychopathie personnelle de son super-sayan Johnson une complémentarité parfaite. "---
    Répondons lui que s’il avait écouté le discours de notre grand Charles GAULLE de
    novembre 1967, il aurait tout de suite percuté car notre illustre français précisait à ce sujet :
    — -"Pour qu’un tel réglement puisse être mis en oeuvre il faudrait naturellement qu’il y eut l’accord entre les grandes puissances qui accorderaient ipso facto celui des Nations unies et si un tel accord voyait le jour, la France est d’avance disposée à prêter son concours politique économique et militaire pour que cet accord soit effectivement appliqué mais on ne voit pas comment un accord quelconque pourrait naitre tant que l’un des plus grands des quatre ne se sera pas dégagé de la guerre odieuse qu’il mène ailleurs car tout se tient dans le monde d’aujourd’hui .Sans le drame du vietnam, le conflit entre USRAEL et les arabes ne serait pas devenu ce qu’il est et si l’Asie du sud Est voyait renaitre la Paix l’Orient aurait bientôt retrouvé à la faveur de la détente générale qui suivrait un pareil évènement"---
    à la 13eme minute de cette vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=sFy...
    _

     

    • #1934088
      le 01/04/2018 par Laurent Guyénot
      Un véritable holocauste

      En effet, impressionnante analyse de De Gaulle, et comme par hasard dans cette même fameuse conférence de presse que celle où il dénonçait "ce peuple dominateur et sûr de lui".
      Malheureusement, votre lien ne renvoie à aucune vidéo.
      Voir le texte en pdf sur http://akadem.org/medias/documents/...


    • #1934365
      le 01/04/2018 par Globul
      Un véritable holocauste

      « impressionnante analyse de De Gaulle »[LG]

      Oui, très largement ; peut-être aussi pour faire oublier un peu le sang versé, en 1945, à travers le moine-soldat Thierry d’Argenlieu, mandaté par lui...
      http://www.archivesnationales.cultu...

      Quant à la péroraison...
      « Et si l’Asie du Sud-Est voyait renaître la paix, l’Orient l’aurait bientôt retrouvée, à la faveur de la détente générale qui suivrait un pareil événement. » [CdG]

      Naïveté ? Vœu pieux, Pirouette de fin de discours... ?
      De Gaulle ne semble pas avoir pensé la doctrine abominable des - certes encore futurs - néocons.
      A l’impossible nul n’est tenu, sauf peut-être à méditer certains “logiciels” historiques “communautaires” ?


  • #1934025
    le 01/04/2018 par fenimore
    Un véritable holocauste

    Monsieur Guyénot est bien plus qu ’un historien c ’est un traqueur de vérité , un enquêteur , qui bâtit toujours de solides dossiers ! comme Soral (dont il est certainement le plus proche intellectuellement ) il dérange parce qu ’il participe à l ’éveil des consciences sur le sujet le plus sensible ! il opère au plus profond du pouvoir profond . Certainement il sera taxé d ’anti -sémitisme car le péril anti -sémite pour le vrai pouvoir n ’est uniquement justement que cela : l ’ éveil des conscience , l ’approfondissement des connaissances sur le monde juif , donnant la liberté d ’un jugement qui s ’affranchit du politiquement correct , des idée imposées , des clichés et des fables dont la population est abreuvée jusqu ’ à plus soif depuis cinquante années par les médias sous contrôle et films , téléfilms et docu et fausse littérature . Comme Soral Guyenot a défié les Maîtres du discours et c ’est cela le crime de lèse Majesté "anti sémite " .L ’anti -sémitisme est la contestation de la défense absolue de critiquer la communauté laquelle impose la façon dont elle veut être perçue ; tout ce qui n ’est pas aligné sur la vision imposée ( laquelle ne prenant en compte que des intérêts unilatéraux ) est anti-sémite . Compte tenu de ces réalités de pouvoir , tout vrai historien qui quête le vrai y compris défendu est par essence anti-sémite et M .Guyénot est un vrai historien .


  • #1934310
    le 01/04/2018 par grinchouillon
    Un véritable holocauste

    La "colonisation du Viet Nam" ? De quoi parlez vous ? la France n’a pas colonisé le Vietnam, mais, tout comme l’Algérie, l’a créé.

    Ce qui est aujourd’hui le Vietnam était à l’époque 3 royaumes distincts : le Tonkin (kinh) au nord, l’Annam (cham) au centre et la Cochinchine (khmer) au nord.

    Les nordistes (ethnie Kinh, une ethnie issue du sud de la chine, aussi dénommée les Viets, qui sont aujourd’hui l’ethnie largement dominante dans ce qu’on appelle le Vietnam → Nam = Sud, Viet = Viet / Kinh… sud de quoi ? sud de l’empire du milieu = aujourd’hui la Chine) ont envahi les territoires khmers et chams (entre autres) entre le 13e et le 15e siècle (soit environ 100 ans avant la colonisation portuguaise puis française…).

    Les français ont soutenu les dynasties viets (le Dai Viet) dans leur conquete du sud, ils ont créé Saigon, aujourdhui le poumon économique du Vietnam.

    Je veux bien qu’on dise n’importe quoi en permanence, mais il faut quand même rappeler les vérités historiques. Avant l’arrivée des français, il n’y avait pas de Vietnam.

    Quand les américains sont venus, c’était contre l’URSS, et les sud vietnamiens détestaient leurs cousins du nord.

    Mais une fois que les français, puis les américains sont partis, ce qu’il reste, c’est que les viets détestent par dessus tout les chinois… pas les américains ni les français… c’est bien les chinois qu’ils détestent.

    Votre vision les mecs est vraiment étroite et limitée, c’est dommage que votre manque de culture bride vos analyses...

     

    • #1934347
      le 01/04/2018 par Globul
      Un véritable holocauste
    • #1934368
      le 01/04/2018 par grinchouillon
      Un véritable holocauste

      @globul oui effectivement, faute de frappe… Tonkin au nord, cochinchine au sud (Saigon et delta du Mékong)


    • #1935270
      le 03/04/2018 par JP
      Un véritable holocauste

      La réalité :
      La France a colonisé la population vietnamienne.
      Ce n’est qu’un point de détail si, lorsqu’elle a subi l’agression militaire des armées de Napoléon 3 puis de la Troisième République, cette population était divisée entre deux ou trois ethnies et/ou entités politiques, qui ne s’appelaient pas le Vietnam.

      J’aimerais bien savoir la raison pour laquelle vous vous êtes intéressé à votre "étonnante" version de l’Histoire.
      Est-ce que vous voulez effacer le fait que des gens, qui n’avaient rien demandé, ont subi, par la force, une domination de type colonial pendant un petit siècle ? Ou bien avez-vous une autre raison ? Mais alors, laquelle ?


  • #1934394
    le 01/04/2018 par Koro
    Un véritable holocauste

    "si Kennedy n’avait pas été assassiné, l’expression « guerre du Viêt Nam » ne figurerait pas dans les manuels d’histoire."

    J’espère que trump ne va pas s’attirer les foudres de la communauté de lumières vis à vis de ses déclarations sur le désengagement US en Syrie.

    L’histoire se répète inlassablement.....


  • #1934518
    le 01/04/2018 par Olivier
    Un véritable holocauste

    Et les vietnamiens dans tout ça ? Ils ne voulaient pas non plus des communistes et des chinois. L’armée sud-vietnamienne pourtant héroïque, notamment pendant l’offensive du Têt, a été bien mal soutenue. Malheur aux vaincus et malheur à ceux qui sont obligés de faire appel à l’aide des américains.

     

    • #1936255
      le 04/04/2018 par JP
      Un véritable holocauste

      Sauf que,
      dans le monde réel, il n’y a pas eu de population vietnamienne qui aurait été obligée d’appeller à l’aide les US, parce qu’elle subissait une agression communistes.
      La chronologie est inverse : le mouvement nationaliste vietnamien d’Ho Chi Minh, luttant contre la domination coloniale occidentale, n’a pas eu d’autre solution que d’appeler à l’aide le communisme soviétique.
      Le Sud était dirigé par un dictateur imposé par l’Occident. Lui effectivement pouvait se déclarer agressé par les forces communistes. Mais beaucoup de vietnamiens du Sud partageaient le projet de libération nationale, et ne voyaient pas des oppresseurs dans les forces communistes, mais des alliés de circonstance.
      C’est comme en Irak : les US voulaient faire croire qu’ils étaient là pour sauver la population, or en réalité elle leur était, en grande partie, hostile. La conséquence, et la preuve, de cela, c’est la défaite finale.


  • #1934550
    le 01/04/2018 par jvidepi
    Un véritable holocauste

    Excellente hypothèse. Elle a l’avantage d’apporter une explication satisfaisante au revirement à 180° des juifs dits de "gauche" et ce, tant aux É.U. quand France.

    C’est à creuser en tous cas. Merci à Laurent Guyénot pour ses travaux toujours pertinents et minutieusement fouillés.


Commentaires suivants